Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régions côtières du Pérou septentrional

 | 
Claude Collin Delavaud

Deuxième partie. La vie régionale

Chapitre premier. Les oasis méridionales

Texte intégral

1Au nombre de trois, Chao-Virú, Moche et Chicama, ces vallées sont caractérisées par le contraste absolu entre les zones cultivées et les pampas intermédiaires, véritables déserts qui donnent aux oasis des contours nets et impitoyables. La permanence des brouillards d’hiver matinaux et l’absence des pluies d’été conservent aux paysages leur nuance grise et poussiéreuse dans les pampas, tandis que les vallées proprement dites ne possèdent des arbres que dans les secteurs d’irrigation permanente, ou encore, sur les terrasses où les inféroflux sont particulièrement proches de la surface du sol.

2Mises en valeur par les Chavin puis leur épigone Salinar, leur physionomie anthropique est une fois pour toute acquise du temps des Chimú qui imprimeront dans le sol l’organisation agraire nous apparaissant encore. Les Espagnols s’y fixent dès 1532 et y construisent Trujillo, siège d’évêché et de cour de justice pour tout le Nord. La grande exploitation coloniale, puis le latifundio industriel, en éliminant presque complètement les communautés indigènes, achèvent de donner leur marque particulière à ces trois oasis. Enfin, un vaste projet d’irrigation devrait, dans la décennie prochaine, aménager et peupler les pampas interfluves de ces trois vallées.

A. L’OASIS DU CHAO-VIRU

3Il s’agit de l’ensemble cultivé le plus méridional de notre domaine. Il surgit devant le voyageur venant du sud après la traversée d’un désert absolu et ininterrompu de 80 km depuis l’oasis du Santa. En réalité, le Chao et le Virú sont deux vallées ayant deux bassins orographiques bien distincts. Mais la partie aval mise en valeur constitue un tout, cultures et groupements humains étant intégrés complètement par suite de l’extrême rapprochement des deux rios dans leur cours moyen côtier.

1. LE MILIEU

  • 1 Schweiger, 249.

4Aride, puisque les précipitations ne dépassent pas 12,8 mm dans l’année la plus pluvieuse et n’ont même atteint que 0,6 mm en 1958, le climat est nuancé par une humidité relative moyenne annuelle qui reste considérablement élevée évoluant entre 82,3 et 86,6 %. Les brouillards matinaux d’hiver sont presque systématiques de mai à octobre et, durant les mois de juillet et août, il est fréquent qu’ils ne se lèvent pas la journée. La présence des îles Macabi et du cap Guañape est considérée1 comme accélérant les remontées d’eau froide et occasionnant des brouillards plus épais et fréquents. Les heures d’ensoleillement furent de 1 878 en 1956, année pluvieuse, et de 2 129 en 1957, année moyenne (4,4 mm) mais il ne faut pourtant pas pousser trop loin la corrélation car les pluies sont d’été et les brouillards d’hiver.

5Les moyennes annuelles évoluant entre 18,4 et 22,3 °C et les températures absolues minimales et maximales moyennes respectivement entre 15,8 et 19,3 et 20,9 et 23,4 °C, on a bien affaire à une nuance tiède tropicale mais la station est située sur une île côtière à 3 km du rivage et c’est à des moyennes sensiblement supérieures d’au moins 1 °C qu’il faudrait s’attendre sur le continent. Février est le mois le plus chaud et septembre le plus froid. Le vent souffle ici presque systématiquement du sud, entre 310 et 330 jours par an, le reste du temps il vient du sud-est, en été quand la brise marine est la plus faible. La végétation spontanée se limite aux bordures du Virú où les roseaux, caña brava et carrizo, forment des fourrés impénétrables que dominent de loin en loin les boules argentées des saules. Les joncs, les totora, occupent les marais du tombolo de Guañape et de l’embouchure des Chao et Virú et, enfin, les algarrobos et les vichayos forment une forêt claire sur toute la terrasse basse du Chao et sur la terrasse haute du Virú. En effet, le premier n’existe que sous forme d’inferoflux et le second est un oued à crue annuelle.

6Le Chao ne coule que dans la partie supérieure et encore pendant quelques rares crues de février et de mars et les eaux courantes n’atteignent la mer que lors des années exceptionnellement pluvieuses, telle 1965.

  • 2 Ci-dessus, p. 59.

7Le Virú, avec un bassin de 1 961 km2 dont environ le quart à plus de 2 000 m, est relativement bien alimenté entre les mois de novembre et mai. Il ne roule des eaux jusqu’à l’aval que lors des pulsations de crues, mais une forte nappe souterraine dynamique s’écoule à environ 25 m de profondeur. En dehors d’un millier d’hectares sur le cours moyen de la vallée sèche du Chao, séparé par un petit seuil d’une quarantaine de mètres, l’oasis occupe les deux branches supérieures qui, en se rejoignant, forment le rio Virú, le Huacapongo et le Carabamba, puis la vallée du Virú proprement dit. En forme de cône, s’évasant lentement dans les derniers contreforts des andes puis s’incrustant dans les nappes anciennes du piémont, la basse vallée s’élargit de 1 à 11 km.

8Trois terrasses alluviales sont décelables. La plus haute domine de 12 à 7 m ; elle est disséquée à la base et disparaît souvent sous les immenses nappes de versant. La seconde correspond au dernier pluvial et elle est la seule qui soit véritablement développée sur toute la longueur et pratiquement toute la largeur de la vallée, sa hauteur relative variant de 5 m à l’amont à 0,50 m à l’aval. La troisième terrasse n’est que le lit majeur du Virú et elle est souvent réduite à 60 m de largeur sauf à l’embouchure où elle s’étale sur 300 m.

2. L’ORGANISATION DE L’ESPACE

  • 3 Bird (Junius), 27.

9La colonisation humaine s’est, de toute époque, limitée à la terrasse seconde, à l’abri des inondations et sur un sol pulvérulent, profond, fertile et dont les qualités de rétention d’eau ont été indiquées dès la première partie de cet ouvrage -. Seule l’extrême aval de la rive droite a des sols salés et le niveau, voisin de celui de la mer, empêche le drainage. Les ruines nombreuses et imposantes de l’aval ont été étudiées par les archéologues américains3 et la coupe chronologique a établi la permanence de l’agriculture depuis les cultures pré-chavin ou précéramiques. Le nom de Virú, enfin, fut quelquefois donné à la culture Salinar, qui a suivi le Chavin et annonce la grande civilisation régionale Mochica.

10Les Espagnols ont complètement occupé cette oasis, les deux vallées du Chao et Viru étant attribuées en comisión à la famille du marquis de Bella Vista qui les conserva jusqu’à la fin du siècle dernier. La réduction indigène de Guañape, repliée autour de la bourgade de Virú, qui avait plus ou moins survécu au partage des vainqueurs, n’a pas contenu les empiètements des temps coloninaux, et l’explosion libérale du siècle dernier la réduisait à un terroir de 500 ha travaillés et possédés par quelque deux cents familles.

11En 1967, l’oasis couvre environ 35 000 ha dont 16 500 cultivés dans la vallée du Virú et 15 000 ha dont 2 400 cultivés dans celle du Chao. Trois secteurs distincts se dégagent nettement, tant par leur paysage rural que par leur économie : la vallée du Chao, les haciendas du rio Virú et la huerta du bourg de Virú (fig. 51).

3. LE CHAO

  • 4 L’extrême irrégularité des crues restreint la plupart du temps les mises en culture et les rendeme (...)

12La vallée est entièrement possédée par l’hacienda Buena Vista actuellement aux mains de la famille Ortiz de Zevallos. Seule la partie moyenne du cours, à une vingtaine de kilomètres de la mer, a été mise en culture. Le paysage y est celui d’un bocage lâche où des haies d’arbres fruitiers clôturent des champs aux formes régulières et massives qui composent un damier bien ordonné au pied des bâtiments de l’hacienda, elle-même adossée à une colline. Enfin, en dehors de sa ranchería, Buena Vista abrite des métayers dans trois hameaux dispersés sur son territoire. Au total, en dehors de sa huerta, elle est cultivée indirectement par quatre-vingts tenanciers qui font valoir de 5 à 80 ha4. L’hacienda distribue elle-même l’eau, son domaine ne dépendant pas de la Direction des eaux puisqu’il s’étend sur la vallée entière.

13La redevance des colonos est la quinta, le cinquième d’une récolte qui est traditionnellement de maïs. Les fruits et légumes sont laissés au métayer, ainsi que le produit du petit élevage associé. Mais la Réforme agraire doit faire de la plupart de ces feudatarios, au titre de l’article 15, des propriétaires de plein droit. L’hacienda a pourtant mis en culture elle-même, à l’aide de puits, environ 200 ha, et entreprend des travaux de défrichement plus vers l’aval. Elle était, en effet, menacée d’expropriation totale comme toutes les entreprises d’exploitation indirecte, Buena Vista reste, en attendant l’application de la Réforme, la dernière hacienda de type purement colonial de tout le Nord côtier. Possédant toute une vallée, disposant totalement de l’eau, elle est travaillée par des métayers et la culture presque exclusive du maïs est traditionnelle par excellence.

  • 5 Ci-dessous, p. 480.

14A l’aval, faute d’eau, la vallée n’était qu’un monte, une forêt, lorsque, en 1965, à la fois par initiative privée pour mettre directement en valeur une partie de leur terre et par l’intervention de la Corporación del Santa, des défrichements ont été entrepris sur environ un millier d’hectares. Ils préfigurent les grands travaux qui devraient d’ici dix ans bouleverser la physionomie et l’économie de cette oasis, minuscule et déshéritée, en aménageant 11 000 ha de terres irriguées. A l’extrême aval, au-delà des terres basses salées et des lagunes marécageuses établies sur une langue de sable à l’embouchure même de ce fleuve fossile, Chao n’est qu’un groupe de huttes qui abritent une vingtaine de familles pratiquant une pêche rustique, sur les caballitos de totora, des radeaux de joncs, ou encore du rivage « à la corde » ou au filet chinchoro5.

15Aux limites extrêmes méridionales de notre domaine, la vallée sèche du Chao est donc un bout du monde que l’homme n’a encore que faiblement marqué de sa technique moderne. L’irruption de la grande hydraulique et l’application de la Réforme agraire devraient en faire cependant une belle oasis, important centre de production et foyer de justice sociale, privilège des terres où l’on part de zéro.

4. LES HACIENDAS DU VIRU

16Elles occupent la quasi-totalité de la vallée, encerclant les vestiges de la réduction de Guañape, groupés autour du bourg de Virú, au cœur même de l’oasis. En dehors des deux branches supérieures, qui drainent le bassin du Virú, l’oasis a une forme elliptique axée sur le rio même, alors que la vallée s’élargit en forme de delta. L’insuffisance des eaux d’irrigation, dérivées par les haciendas de l’amont, explique le rétrécissement des aires cultivées à l’aval aggravé par l’absence de drainage sur des terres très basses, puisque le profil de la terrasse rejoint pratiquement celui du rio 2 km avant le rivage. Cinq haciendas sont issues du partage des terres des marquis de Bellavista dont certains héritiers demeurent encore dans la vallée.

a) Tomabal

17A l’amont, Tomabal et son annexe San Ildefonso s’étendent sur les deux vallées affluentes supérieures et sur toute la partie centrale de la vallée du Virú proprement dite, à l’est de la route panaméricaine. La société Tomabal, dont le principal actionnaire est la famille de la Guerra, est exploitée indirectement à deux degrés. Les 2 200 ha sont affermés à des arrendarlos ou fermiers locataires de 50 à 100 ha, dont certains sous-louent à des colonos suivant le système de métayage au cinquième.

18Le bocage aux haies de bananiers et papayers et aux champs irréguliers des branches affluentes fait place dans la vallée du Virú à un bocage lâche, aux champs vastes et réguliers. L’hacienda possède son système de canaux indépendants et un droit d’eau fixe de cent trente-cinq heures ou 1 620 ha partagés suivant le bon gré de l’hacienda, entre locataires et métayers, non sans injustices ni des défauts techniques qu’aggravent le régime fantasque du Vini. A chaque crue, un ouvrage, très rustique et sans cesse reconstruit, dérive vers tel ou tel canal les eaux éphémères et brutales. Une digue qui défend les cultures dans le secteur du Caramba, aux crues plus imprévues, est le seul ouvrage d’intérêt collectif de toute la vallée.

19Le maïs domine pour les quatre cinquièmes les cultures de cette hacienda et la quinta est évaluée avec sa récolte. Patates douces, manioc, bananes et légumineuses se partagent le restant. La ranchería de la casa hacienda fixe environ 1 600 personnes dont le tiers à Tomabal et le reste se répartissant entre onze hameaux.

b) Les haciendas de l’aval

20Au nombre de six, elles proviennent de l’éclatement, au début du siècle, de l’hacienda Santa Helena, des Ganoza descendant des marquis de Bellavista. Immédiatement contre la route panaméricaine, San Agustín, Chanquín, Santa Helena et Huancaco sont de même type, partagées entre fermiers et métayers, pour la plus grande partie. A Huancaco, sur 2 700 ha, 1 200 sont mis en culture et sur ce total la propriétaire, Sra Hernandez de Agüero, fait valoir directement 210 ha avec un administrateur et soixante ouvriers établis. La culture est mécanisée et les ouvriers se répartissent entre quatre chauffeurs et mécaniciens, deux gardiens et cinquante-quatre manœuvres. 1 000 ha sont divisés entre cent dix métairies de 1 à 70 ha.

21Le bocage s’éclaircit encore, ses mailles se réduisant aux chemins et canaux bordés de caroubiers et de saules, serpentant dans une campagne où règne le maïs à côté du sorgho, de la patate douce, des haricots, et, depuis 1963, des asperges. Tout à l’aval, les deux frères Hernandez de Agüero travaillent indépendamment deux haciendas, le Carmelo et Huancaquito, séparées par le lit du rio Virú. Alors que le reste de la vallée est occupée par des haciendas possédées par des propriétaires absentéistes, travaillées indirectement et mises en valeur suivant des systèmes de culture traditionnels, les deux domaines de l’aval sont le siège de spéculations culturales, expérimentales et originales depuis les années 1960.

22L’une et l’autre sont conduites par leur propriétaire, du moins depuis quelques années. Mais l’héritage de la grande crise agricole de l’entre-deux-guerres pèse encore sur ces deux entreprises comme sur leurs voisines. Les propriétaires avaient, à l’époque, renoncé à la conduite directe de la moitié de leur domaine devant la crise de mévente et partagé entre des colons, non pas les terres marginales comme cela se faisait depuis l’époque coloniale, mais le cœur même des exploitations. Les métayers supportaient les aléas de la conjoncture et versaient la quarta, le quart de l’éventuelle récolte.

23Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et, surtout, depuis l’introduction des puits tubulaires qui amortissent le contrecoup des irrégularités météorologiques, la tendance, générale sur la Côte nord, a été suivie avec un élan particulièrement net à l’aval du Virú. Sur les 2 600 ha cultivables des deux haciendas, le Carmelo en exploite directement 600 et vingt-sept colons sont répartis sur 400 autres, six d’entre eux travaillent plus de 30 ha. De l’autre côté du rio, Huancaquito (ou Maria Laura) met en valeur 650 ha et ses soixante-dix colons autant. Sur ces totaux, l’un et l’autre ont aménagé 100 et 200 nouveaux hectares. Comme les terres des colonos étaient imbriquées avec celles de leurs métayers, ils ont opéré un remembrement qui a permis de constituer des quartiers d’un seul tenant de 80 à 150 ha.

24Le paysage rural en a été bouleversé. Le monte de caroubiers a été repoussé sur les franges et le bocage des métayers a laissé la place aux grands champs dénudés que domine la masse imposante des pyramides. Trois chemins et de rares canaux, bordés de lauriers-roses ou de saules, évoquent bien maigrement la couverture forestière sombre du Virú qui frappait encore, il y a vingt ans, les voyageurs de la route panaméricaine au sortir du désert. L’habitat des métayers, disposé en ordre lâche le long des deux canaux principaux, s’oppose aux deux haciendas dont les maisons de maître, à l’unique rez-de-chaussée disposé autour d’une vaste cour, groupent les bureaux de l’administration à l’ombre de la chapelle, tandis que bâtiments d’exploitation et logements des ouvriers les ceinturent à l’extérieur. De loin, les deux propriétés, enfin, se signalent par un grand bouquet d’arbres formé de ficus plusieurs fois centenaires.

PHOTO 34. Une hacienda El Carmelo dans l’oasis de Virú (La Libertad).

25L’économie y a été révolutionnée de la même manière. Maria Laura plante des asperges et bâtit une conserverie. En face, El Carmelo a introduit aux côtés du maïs les pommes de terre, culture andine par excellence et très peu développée sur la côte jusqu’en 1960, à l’exception de la vallée de Cañete dans le centre, Le climat frais brumeux et venté du rivage et les sols légers sablonneux de l’extrémité du delta leur conviennent bien, et cette tentative s’est révélée heureuse malgré son caractère dangereusement spéculatif dû à un marché national très instable. Enfin, on pratique une culture encore plus risquée, celle des haricots blancs « mexicains », gris beige « bayo » régional et notamment de la variété Laokao destinée au marché U.S.A., dont le prix varie du simple au quadruple quand la récolte est mauvaise en Oklaoma. Malgré ces expériences importantes et suivies, la patate douce et, surtout, le maïs, cultures traditionnelles, couvrent encore la moitié des superficies des deux exploitations.

26Ainsi, la vallée du Virú, qui a connu il y a soixante-dix ans, toujours aux côtés du maïs, la canne à sucre pour l’aguardiente et la mélasse, et le coton pendant l’après-guerre, vite chassé à cause de la proximité de la montagne et de ses insectes, introduit maintenant diverses cultures maraîchères. Paradoxe d’une vallée aux structures sociales coloniales attardées et où les haciendas vont devoir perdre plus des deux tiers de leur propriété au bénéfice de leurs petits tenanciers et sous-locataires et dont quelques domaines se reconvertissent très rapidement, s’adaptant au machinisme et à l’économie de marché. Mais le fracas politique de l’entrée dans l’ère des réformes n’a-t-il pas provoqué les mutations économiques ?

5. LA HUERTA DE VIRU

27Les terres environnant le bourg de Virú, chef-lieu du district qui s’étend sur les deux vallées de Virú et Chao, sont constituées par une zone de 600 ha petites exploitations et de 400 autres de moyennes entreprises. Ce millier d’hectares forme la plus belle huerta du département de La Libertad et une des plus exubérantes du Nord côtier. A l’est de la route panaméricaine s’étend, jusque au-delà de la bourgade, un bocage très serré et très boisé où les champs, petits et carrés, portent tous des cultures vivrières et maraîchères. Le maïs reste présent mais sans dominer et les haricots en grains, la patate douce et le manioc poussent à ses côtés avec, en coltura promiscua intercalée, des courges et concombres, des potirons et des tomates, de la luzerne et du sorgho, cernés ou ombragés par des arbres fruitiers et des bananiers. Quelques pommiers, les asperges, les pommes de terre et les ananas s’y sont ajoutés dernièrement, à l’exemple des haciendas.

  • 6 Greaves y Thomas, Comunidad Puente de Virú, étude dactylographiée, Cornel University, U.S.A.

28En dehors d’une soixantaine de familles réparties dans cinq petits hameaux ou écarts, la population est concentrée à Virú qui abrite 2 647 habitants, pour la plupart petits ou moyens propriétaires, et quelques paysans sans terre. Bâtie sur un plan en damier de rues de terre battue ou grossièrement empierrées, bordées de maisons d’adobe de plain-pied et à toits en terrasse, Virú est une grosse bourgade rurale sans aucune activité artisanale, où quelques boutiques mal achalandées, malgré l’éventail illimité de leurs produits, assurent une vie commerciale rudimentaire tandis que les deux écoles primaires recevant 11 000 élèves et un collège secondaire de quatorze professeurs lui donnent un semblant d’animation. Sans eau courante ni égout et sans médecin, Virú est une agglomération sanitairement menacée et les grandes haciendas avec leur secours social sont à ce titre beaucoup mieux loties. Bourgade agricole et administrative, elle est en plus éloignée de 4 km de la route panaméricaine et un hameau s’est développé au sud du pont routier sur le rio. Une douzaine de commerçants et de petits restaurants, et une station-service se sont installés à côté du contrôle de la garde civile, étant à Virú tout le bénéfice du mouvement intense de la grande artère6. Deux abris de pêcheurs, enfin, la Bocana et Puerto Morin reçoivent une quinzaine de familles pendant les beaux jours.

6. BILAN DE L’OASIS

29Les vallées de Virú et Chao restent encore un secteur en marge de l’évolution économique de la Côte nord. Les grandes haciendas dominent la terre en attendant l’application de la Réforme agraire et leur conduite comme leur production restent, à deux exceptions près, bien traditionnelle. Enfin la vie urbaine en est pratiquement absente.

30Mais la production des grandes comme des petites exploitations est, dans une région de cultures industrielles prédominantes, complémentaire et fort bien venue (tableau 94).

TABLEAU 94. Production agricole 1965

TABLEAU 94. Production agricole 1965

Nota. — Statistique ne portant que sur 8 660 ha contre 17 000 enregistrés.

  • 7 Le calcul n’est pas fait sur les superficies déclarées mais sur les surfaces enregistrées officiel (...)

31L’oasis des Virú et Chao apparaît pourtant, malgré l’irrégularité de ses ressources hydrauliques superficielles et en dépit du caractère archaïque de la structure sociale, comme une terre privilégiée. Le quotient d’agriculteurs par hectare cultivé vrai, 1,11 en 1961 et 1,09 en 1965, est relativement favorable puisque le coefficient des provinces du Nord côtier par rapport à la population agricole totale urbaine et rurale est de 0,49 en 1961 et 0,45 en 19657. Avec 30 % environ de paysans sans terre, l’oasis du Chao-Virú est, en 1965, une vallée socialement équilibrée si on pense que le rapport zonal approche de 65 % en 1961 et atteindrait théoriquement, sans tenir compte des émigrations, 68,5 % en 1965. Les paysans sans terre sont du reste employés sur les haciendas qui font, en outre, venir de la Sierra et des autres départements côtiers quelque mille travailleurs en période de récolte pendant environ dix semaines, pour renforcer une main-d’œuvre locale insuffisante et qui, en outre, n’a pas la réputation d’être aussi courageuse et habile que celle de Lambayeque et de Piura.

32Le Virú ne connaît donc pas la plaie du chômage, sa population est sédentaire et elle risque de voir affluer des colons de la Sierra ou des vallées du Nord le jour où le projet du Santa permettra l’irrigation complète et régulière des 12 000 ha actuellement aménagés et surtout des 30 000 ha de nouvelle colonisation prévus. En attendant la réalisation de ces vastes travaux, déjà entrepris mais à faible rythme, les ressources hydrauliques du sous-sol devraient permettre la mise en culture ou la régularisation de quelque 3 000 à 5 000 ha. Mais les incertitudes de la Réforme agraire ont découragé les propriétaires absentéistes et, déjà, peu portés aux investissements comportant un minimum de risque, aussi cette solution ne peut venir que des colons groupés en coopératives soutenues par l’Etat.

33Les vallées du Chao et du Virú et leurs pampas d’interfluves pourraient donc d’ici 1970 former une oasis socialement et économique privilégiée dans la foulée de la Réforme agraire, puis constituer, d’ici à 1980 ou 1985, un ensemble agricole remarquable de 40 000 ha exploités, quelle que soit leur forme de coopération, par ceux qui les travailleront.

B. L’OASIS DE SANTA CATALINA (RIO MOCHE)

34Nous abordons ici la première des grandes vallées, complexe par l’importance et la variété des ressources hydrauliques et par la diversité des activités. Le cours d’eau permanent et les nappes souterraines irriguent actuellement 20 200 ha répartis fort inégalement entre haciendas et communautés de petits paysans, et cultures industrielles et vivrières se partagent, avec la même inégalité, les aires cultivées, associés à un élevage heureusement complémentaire mais marginal. Enfin, la vallée est le siège de la plus grande ville de la Côte nord, Trujillo, et du port moderne de Salaverry, l’une et l’autre abritant un embryon de vie industrielle en plein essor (fig. 52, p. 312).

1. LE MILIEU

35Les conditions climatiques sont pratiquement les mêmes que celles qui règnent à Vini, encore la présence du cap de Salaverry et des hautes collines qui séparent la vallée méridionale de celle de Santa Catalina impose-t-elle un écran au sud qui contraint la brume, sous la forte poussée de l’alizé, à se condenser puis à se détendre en parvenant au-dessus du val de Moche. A cet égard, Trujillo jouit d’un climat moins brumeux l’hiver et, l’été, le brouillard matinal se dissipe plus rapidement.

  • 8 Sont considérés dans ce pourcentage tous les paysans sans terre et sans pâturages privés ou commun (...)

36Les garúas hivernales sont donc pratiquement nulles sur la vallée alors qu’elles affectent encore le col de la Cumbre, plus au nord. Les environs de la vallée abritent la loma la plus septentrionale du Pérou au Cerro Campana, et son altitude 900-1 000 m indique que nous sommes parvenus ici aux extrêmes limites des précipitations hivernales. Mais, les pluies estivales ne sont pas plus abondantes pour autant et Trujillo reçoit entre 0 et 8 mm par an et le record mensuel en juin 1948 de 4,6 mm, a été une garúa ! Le rio Moche (fig. 52) est une rivière pérenne qui connaît, comme toutes ses sœurs de la côte, un régime saisonnier très différencié, aggravé par une grande irrégularité annuelle. Ainsi, le débit en m3/s moyen sur trente-six années (1914-1950) varie de 1,09 en août à 100,66 en mars, dépassant 25 pendant les cinq premiers mois de l’année pour descendre à moins de 6 pendant les cinq mois suivants et remonter à 8,3 et 15 à la fin de l’année. Pendant la même période, le minimum absolu de 0 m3/s (été 1951) et le maximum absolu de 556 m3 (janvier 1948) et, surtout, les différences annuelles de janvier, 0,51 m3/s (1959) et 556 m3/s (1948) trahissent les terribles irrégularités de ce rio pérenne et donnent la mesure de la tâche des irrigateurs8.

  • 9 Ci-desus, p. 26.

37L’oasis de Santa Catalina est constituée par la vallée d’un fleuve côtier portant successivement de l’amont vers l’aval les noms de Sherey, Otuzco, Pacalchas et Moche. Seule la partie du bassin située au-dessous de 2 600 m à l’aval de Samme fait partie de notre domaine côtier, les terres devant être obligatoirement irriguées. Au sortir d’une interminable gorge, où le fleuve se fraie un passage, perpendiculairement aux séries sédimentaires et volcaniques, puis cisaille le grand batholite côtier, il élargit sa vallée en forme de delta mais sa plaine alluviale côtière prend appui sur les collines témoins du bourrelet côtier sans mordre sur la mer9.

2. L’ORGANISATION DE L’ESPACE

  • 10 Ci-dessus, p. 80.

38La mise en valeur de la partie haute et étroite entre Samme et Katuay est discontinue et limitée aux terrasses hautes confondues avec les cônes alluviaux coalescents des affluents désormais secs, et à quelques lobes de méandres dominant de quelques mètres seulement le torrent. Les seguias courant au flanc des vallées demeurent des ouvrages rudimentaires et privés. 2 540 ha sont ainsi irrigués sur un cours de 40 km. Son affluent, la Quebrada Simbal, drainé par un oued, est un appendice chaotique où l’homme a opiniâtrement accroché des terrasses sur de grands cônes torrentiels confluents. A l’aval de Katuay commence la grande plaine alluviale continue que les peuples précolombiens Mochica et Chimú avaient déjà aménagée grâce à un réseau de canaux d’intérêt régional10.

39Actuellement, 17 700 ha y sont cultivés sur les terrasses moyenne et basse, dont 14 800 par dérivation des eaux du fleuve avec l’appui des eaux pompées par des puits tubulaires au nord, et 2 000 à partir des résurgences des eaux infiltrées, au sud du rio aux Puquios de Moche. A l’extrémité septentrionale, 916 ha de terres de colmatage récent occupés par la communauté de Huanchaco bénéficient d’une irrigation éventuelle en période de crue, quand toute la vallée est servie (croquis, p. 312).

3. LA HAUTE VALLEE COTIERE

40La terre est dominée par des haciendas de taille moyenne de 40 à 80 ha, d’origine coloniale et morcelées par de multiples successions, conduites indirectement par des locataires moyens ou par des petits métayers, ces derniers en voie de devenir propriétaires. Les seules haciendas Collambay et Cajanleque ont 122 et 115 tenanciers et tout le haut cours en a plus de 1 200. La culture principale est le maïs mais certains petits fundos cultivent la canne à sucre destinée à l’eau-de-vie qu’ils élaborent eux-mêmes dans de petites distilleries rudimentaires, véritables « chaudrons de sorcière », crachant une fumée épaisse et sombre tandis que, d’une machinerie de cuivres et de ferraille surgie du siècle dernier, s’échappent de maints endroits de grands jets de vapeur. Cette spéculation est réservée aux haciendas mais les petits métayers plantent de la canne qui leur est achetée au prix fixé par l’entreprise.

41Enfin, dans la partie aval commence la riziculture. La haute vallée qui jouit d’une prise libre d’eau a un aspect bocager et riant où des hameaux aux maisons à un étage, à balcon et aux toits à grand auvent, ont déjà un aspect montagnard. Les habitants, du reste, sont descendus des Andes et cette partie est humainement une colonisation de la Sierra mais l’irrigation et les systèmes de culture en font une dépendance côtière. Située sur la route de Trujillo à Otuzco, la bourgade de Paroto est un petit relais routier au pied de la grande montée.

42La Quebrada Simbal est beaucoup plus petite et les cultures des petits exploitants s’accrochent en terrasses minuscules encombrées de blocs rocheux sur les cônes de déjection des torrents affluents secs. Simbal n’est qu’un bourg agricole, ancienne ranchería de la vieille hacienda qui possède toute la Quebrada. Le district se consacre essentiellement à l’arboriculture et aux primeurs mais il souffre de la sécheresse de l’hiver et les champs sont abandonnés aux divagations d’un bétail d’appoint pendant six à sept mois de l’année.

4. LES GRANDES HACIENDAS

  • 11 Feijó (M.), 95.

43L’histoire foncière de la vallée de Santa Catalina est dominée par la présence des autorités et, surtout, de l’Eglise à Trujillo, capitale de Corregimiento, cour de justice provinciale et seul évêché de tout le Nord côtier pendant l’époque coloniale. La terre est partagée dès 1549 entre grandes familles espagnoles et couvents ou paroisses. Seules, tout à l’aval, les terres d’irrigation incertaine de Moche, Huamán, Mansiche et Huanchaco sont réservées aux indigènes. En 1759, Miguel Feijó dénombre vingt domaines privés et dix-sept terres de couvent ou de paroisse dont huit affermées à des laïcs11.

44La grande propriété et la tradition de la culture de la canne à sucre favorisent la concentration à la fin du siècle dernier et jusqu’à nos jours et, en 1967, trois haciendas de plus de 500 ha contrôlent 11 250 ha sur les 14 700 de ce secteur. Les environs de Trujillo ont vu, par contre, se morceller les terres coloniales et la bourgeoisie urbaine d’origine foncière rurale exploite, généralement indirectement, 151 fundos moyens de 10 à 100 ha tandis que quelques vieilles familles coloniales gardent encore douze exploitations de 100 à 500 ha totalisant 3 520 ha.

45En fait, la vallée est totalement dominée par le géant sucrier Laredo. C’est le produit de la concentration accomplie en soixante ans par trois étrangers à la vallée, l’aventurier Mac Pherson, le muletier Chopitea en 1881 et, enfin, le groupe Gildemeister de la vallée du Chicama, par achats d’actions entre 1937 et 1951 jusqu’à ce qu’en 1952, un conflit de famille rende à Laredo son indépendance sous la direction d’un des frères Gildemeister, Henrique. L’ensemble des haciendas regroupées, dont la dernière en date, le Cortijo en 1950, couvre 8 500 ha qui occupent tout l’amont et le cœur du delta, et cerne Trujillo à l’est, au nord et au nord-ouest.

46L’ancienne San Nicolas del Paso a bien changé depuis qu’en 1763 Don Gaspar Ramírez y « Laredo » y produisait 2 000 arrobas de sucre, soit 22 t, dans son petit moulin à côté du pressoir à olives. En 1967, Laredo s’étend sur près de 10 000 ha dont 3 000 de canne à sucre et 500 de riz tandis que 567 colonos pratiquent des cultures vivrières sur 1 200 autres, le reste étant consacré à l’élevage (fig. 53, p. 328).

47La mise en valeur y procède d’un déterminisme géographique presque schématique. La basse terrasse inondable est occupée par les pâturages, les bois d’eucalyptus et de bambous et les rizières.

48La moyenne terrasse, entre 6 et 3 m au-dessus de l’amont vers l’aval, la plus développée et la plus féconde, supporte les immenses champs géométriques et dénudés de la canne à sucre dont l’immense océan vient battre la terrasse supérieure laissée aux chacras des métayers. Là, dans un bocage lâche et surtout sans arbre, les colonos qui ne reçoivent de l’eau qu’en période d’abondance, se consacrent aux cultures vivrières. 445 ha de maïs, 258 de lentilles et 237 de haricots blancs composent l’essentiel d’une palette où sont représentées aussi toutes les espèces de légumes et même l’arachide.

49L’hacienda, conduite modernement par des administrateurs agronomes et juristes, possède son parc de grandes machines, son réseau de chemin de fer à voie étroite, son centre expérimental et, naturellement, sa raffinerie. L’ensemble du personnel est fixé à demeure, on pourrait dire à vie et de père en fils, sur l’hacienda. Il en dépend tout aussi bien pour son travail que pour tous les services de la vie courante comme en témoigne la composition du personnel en 1965.

TABLEAU 95. Personnel de Laredo

TABLEAU 95. Personnel de Laredo
  • 12 Ou aparcero.

50Environ huit semaines par an, 500 à 600 journaliers sont appelés pour la culture du riz des environs même, et enfin, en cas de presse, dix à douze semaines par an, 150 autres sont demandés en renfort pour couper la canne. Les métayers travaillent généralement sur l’hacienda et confient leur tenure à un partidario12, un frère ou un oncle, et partage la récolte en part égale avec le tenancier après que celui-ci ait déduit la quinta, les 20 % du propriétaire. Le passage de ces feudatarios au statut de propriétaire soulève deux problèmes. Le titre 15 accorde la terre à celui qui la travaille réellement, c’est-à-dire au partidario, sous-métayer. Mais ce n’est qu’apparente justice car les chacras étaient souvent un moyen de récompenser de bons et anciens ouvriers de l’entreprise qui, en attendant leur retraite, faisaient exploiter leur terre par un familier. Or, il est difficile de considérer que ce type d’arrangement était une forme vile de l’exploitation de l’homme par l’homme.

  • 13 Ci-dessus, p. 210.

51Le deuxième problème, déjà analysé13 est celui de l’eau. Les haciendas n’accordaient que leur excédent de crue éventuelle, attribuant beaucoup moins d’importance à cette production dont ils ne retiraient, au mieux, que 20 %, qu’à la récolte de la canne. La réforme attribuerait un pourcentage d’eau proportionnel à la superficie, et la canne à sucre consomme, en fait, entre huit à quinze fois plus d’eau !

  • 14 Cf. ci-dessus.
  • 15 Cf. ci-dessus.

52L’hacienda Laredo, enfin, draine la production de canne des autres haciendas de la vallée qui en sont donc de véritables satellites. Le contrôle de la vallée est dès lors rigoureux puisque toutes les autres exploitations d’environ plus de 50 ha plantent de la canne. Elles sont toutes situées sur le flanc gauche de Laredo, sur la rive droite du rio, à l’exception de Santo Domingo (747 ha). Tout ce groupe formé de Barraza (547 ha), El Conde (328 ha), La Encalada (488 ha), Trapiche (318 ha) et La Esperanza (263 ha) est entre les mains des familles Chopitea, Cerna, Ganoza et Orbe-gozo, ces deux dernières plongeant leurs racines dans les premiers temps coloniaux14. Elles possèdent le terrain mais les plus gros travaux, ceux de la coupe de la canne et son transport, sont assurés par l’hacienda Laredo. Elles ont donc fixé un minimum de personnel spécialisé, mécaniciens, irrigateurs et tâcherons et n’affrontent aucun des grands problèmes sociaux de Laredo, c’est-à-dire le logement d’une masse considérable de travailleurs et de leur famille, la scolarisation et l’hygiène. Enfin, elles n’accordent pas de rations alimentaires15.

PHOTO 35. Une rancheria, logements de peónes, à... l’hacienda La Encalada, près de Trujillo.

53L’essentiel de leurs ouvriers étant des journaliers ou saisonniers venus de la sierra, leur employé, charges sociales légales incluses, leur revenait en 1967 à 48 soles contre 108 à Laredo. C’est, du reste, pour diminuer ces frais que l’hacienda a, en 1961, fini par donner à l’Etat une partie de la véritable agglomération que constitue Laredo. Celle-ci se divise donc en deux parties. Au sud se concentre l’exploitation avec ses entrepôts, ses ateliers, la station expérimentale et les bureaux administratifs groupés autour de l’imposante raffinerie et parcourue par des trains de canne tirés par des locomotives des temps héroïques. Un peu à l’écart s’étendent les logements des ouvriers, les écoles, l’hôpital et tous les services d’une ville de 10 000 habitants, commerçants, banques, cinémas et gare routière.

54Au nord, le district de Laredo, dont l’entreprise s’est séparée pour en éviter les problèmes, abrite cinq cents familles, vivant dans des conditions d’entassement terribles, abandonnées de l’hacienda et de l’Etat. Laredo district est un des trente villages issus, depuis quatre-vingts ans, des haciendas qui ont réglé les problèmes de poussée démographique, d’immigrations de la Sierra et de modernisation de leur entreprise en donnant à « titre gracieux » à l’Etat un district urbain étriqué, sans possibilité d’extension et sans aucun terroir agricole. Le contraste entre les deux villes, celle issue du paternalisme et celle livrée à son sort misérable, est un des traits fondamentaux de l’habitat rural dans toutes les vallées côtières sucrières, de Santa Catalina au Chancay.

5. LES COMMUNAUTES DE L’AVAL

55Occupant déjà par ordre du vice-roi Toledo les parties les plus déshéritées de la vallée, à l’aval où l’ager se fragmente et est menacé par les divagations du rio et par l’avance des dunes, les dernières, enfin, à être servies en eau, quand il en restait, les communautés proches de Trujillo se sont vues en outre réduire comme peau de chagrin dès l’époque coloniale.

  • 16 Feijó (M.), 95.

56En 1759, Feijó16 constate que Huamán et Huanchaco sont bien misérables. Par la suite, la concentration libérale de l’époque républicaine les achève ainsi que leur voisine Mansiche et, seule, Moche, déjà plus éloignée et plus compacte, reste épargnée. Le secteur de petits champs clos de murs de torchis, peu complantés sauf de quelques bananiers, est, du reste, troué en son cœur même par la grande clairière de canne de San Agustín (270 ha) que les Ganoza ont racheté au siècle dernier au célèbre couvent.

  • 17 Gillin (J.), 104.

57Implanté au milieu de la réduction pour évangéliser et protéger les indiens, rôles qu’il tint somme toute assez fidèlement, le monastère est devenu le poste avancé et conquérant du latifundio au sein même d’une terre indigène qui a cependant conservé l’essentiel de son patrimoine foncier et des coutumes très originales17. Moche, située sur les terrasses moyenne et basse, jouissait d’un réseau d’irrigation relativement rationnel à partir de puquios ou résurgences des eaux du rio infiltrées plus en amont, quand les développements de l’irrigation dans les grandes haciendas après la Seconde guerre mondiale rompirent l’équilibre. Les infiltrations du système d’irrigation furent diminuées, grâce à des améliorations de tracé et de revêtement tandis que l’augmentation des cultures et leur submersion neuf mois sur douze provoquaient à l’aval un engorgement de la nappe phréatique et des remontées de sel.

58Moche est en 1967 une zone en difficulté faute d’une irrigation régulière. Les systèmes de culture s’adaptent cependant à ces rudes conditions et au microfundio. Deux spéculations l’emportent sur une polyculture vivrière restée très vivace. En premier lieu, la culture pérenne de la luzerne, tant pour la vente du fourrage que pour sa consommation sur le champ même par des vaches laitières, est une des constantes de toutes les basses terrasses à l’aval des deltas. La luzerne n’est pratiquement pas irriguée et croît, grâce à la proximité de la nappe phréatique. Elle présente, en outre, avec les haricots et les légumineuses d’une façon générale, l’avantage de régénérer les sols en azote. Après les luzernières qui couvrent, à elles seules, 60 % des 2 000 ha de la communauté, viennent les primeurs et légumes destinés aux marchés de Trujillo.

PHOTO 36. La communauté de petits cultivateurs de Moche. L’énorme église de la réduction coloniale. Le terroir est composé de petits champs dénudés clos de murs d’adobe. Elevage laitier sur luzerne.

59La population est groupée pour 2 940 des 5 900 habitants du district à Moche même, réduction typique avec sa place d’armes, son église monumentale et le quadrillage orthogonal de ses rues. Dix-neuf écarts, dont cinq hameaux de 300 à 500 habitants, se répartissent, au long des principaux canaux, le reste de la population.

  • 18 Gillin (J.), 105.

60Mais la communauté de Moche se dégrade rapidement, même si les diverses traditions indigènes se perpétuent telles les costumes et coiffures des femmes, la nourriture, ou encore la médecine empirique et la sorcellerie qu’un christianisme très extérieur n’entame pas. Elle a, en effet, perdu ses activités artisanales de tissage depuis le début du siècle tandis que sa cohésion ethnique, malgré un fort chauvinisme racial et local, cède peu à peu devant l’invasion des forasteros, les étrangers, Péruviens de la Côte ou de la Sierra, voisins de Huanchaco même ou du Chicama. Gillin18 dénombrait déjà en 1943 111 familles allogènes à la communauté classique et elles sont en 1967 plus de 140, dont 14 asiatiques et 6 européennes.

61Sur un millier de familles, 760 possèdent un lopin de terre mais d’une taille telle qu’il n’intervient dans l’économie du foyer que comme appoint, ainsi qu’il apparaît sur le tableau 96.

  • 1 Il y a en fait 960 lots pour 760 exploitations.

TABLEAU 96. Taille des lots d’irrigation de Moche1

TABLEAU 96. Taille des lots d’irrigation de Moche1

SOURCES : Padrón de regantes de Moche. Dirrección de aguas de irrigación de Trujillo.

62L’hacienda San Augustin voisine, avec 742 ha, fournit un travail occasionnel à deux cents journaliers quelques semaines par an puisque la coupe est effectuée par Laredo. On conçoit que dans de telles conditions 30 % des personnes actives se rendent chaque jour à Trujillo ou à Salavery.

63Située très près d’une très grande ville qui incarne dans le Nord l’occupation espagnole et le libéralisme créole, cernée, réduite et même attaquée de l’intérieur par le latifundio industriel, Moche reste encore le poste méridional avancé des communautés indigènes côtières du Nord. C’est l’écho affaibli des civilisations d’irrigateurs des Mochica et Chimú que six siècles d’oppression quechua et espagnole n’ont pas réussi à faire disparaître mais qu’entame, irrémédiablement, la poussée de la vie moderne alliée à la dégradation sociale.

64Huanchaco, tout au nord de la vallée, n’est plus que l’ombre d’elle-même. Réduction indigène dominée par la splendide église des missionnaires de La Merced, elle a conservé un millier d’hectares qui ne bénéficient d’eau qu’en période de toma libre lors des pulsations les plus importantes des crues, deux à quatre fois par an.

65L’hacienda San Agustín voisine, avec 742 ha, fournit un travail occa-l’eau par sa situation en amont du canal et les 1 000 habitants se partagent les 600 ha assoiffés restants sur lesquels ils essaient de faire pousser les cultures vivrières les moins exigeantes, patates douces, cucurbitacées et légumineuses sur de petits champs rectangulaires et clos de murs de torchis (tableau 97).

TABLEAU 97. Distribution de la terre à Huanchaco

TABLEAU 97. Distribution de la terre à Huanchaco

SOURCES : Padrón de regantes, Administración de aguas de irrigación, Trujillo.

66L’activité principale de Huanchaco est séculairement tournée vers la mer. Considérée jusqu’au siècle dernier comme le mouillage le plus dangereux de tout le Nord du Pérou, la petite baie ouverte au vent et à la houle et aux fonds très hauts est de nouveau réduite à la pêche artisanale. C’est encore actuellement une des dernières Caletas, plages où accostent les radeaux de joncs de type précolombien, les cabaillitos del mar, sur lesquels, à cheval et individuellement, les pêcheurs s’en vont au petit matin braver les rouleaux géants de la barre pour pêcher à la nasse ou à la ligne une quarantaine de kilos de poisson. Moins d’une centaine d’entre eux pratiquent encore cette pêche traditionnelle aux côtés d’une vingtaine de bateaux à moteur de 6 à 10 tonneaux. Des camions viennent prendre le poisson frais pour le vendre en ville et, parfois, les bonites pour les transporter à l’usine de conserves de Trujillo, voire à celle de Chimbóte, distante de 150 km.

6. TRUJILLO ET SALAVERRY19

  • 19 La physionomie et l’importance de Trujillo et Salaverry sont seules évoquées ici, puisque Trujillo (...)

67La vie de la vallée est centrée et organisée sur Trujillo, la vieille capitale du Nord. Située au milieu du delta, à quelque 10 km de la mer, tant pour éviter un coup de surprise des pirates que pour fuir l’influence trop fraîche de l’océan et son front de brume, la ville a été établie sur un lambeau de terrasse non inondable, tel un îlot au cœur des terres irriguées. Ainsi, la ville n’a guère pu s’étendre au-delà de ses remparts sauf vers Mansiche et au nord-est et, faute de terrain, les immenses barriadas se sont réfugiées au-delà de la ceinture de culture qui cerne la vieille cité, sur les pampas du versant nord de la vallée.

68Le quartier résidentiel est lui-même isolé de la ville, résultat d’une spéculation heureuse dont la huerta assoiffée de l’hacienda Encalada a fourni le terrain. L’ironie du sort a fait que cette hacienda avait « débordé » largement sur les terrains de la communauté de huamán, annexe de celle de Moche, et qu’actuellement, les villas somptueuses et modernes de l'aristocratie sont bâties à l’ombre de la vieille église missionnaire de l’antique réduction indigène !

69Les industries comme les entrepôts, après avoir occupé les dernières places, à l’est de la ville même, ont dû s’égrener le long de la route panaméricaine, entre Trujillo et Salaverry. Cette dernière est le premier port à quai de tout le Nord, au-delà de Chimbote. Port sucrier et pétrolier au départ, il est prévu pour être un port industriel et déjà des silos de mélasse et le plus grand moulin à blé de la zone sont construits. Abrité des vents et de la houle du sud par son cap, il a pourtant nécessité des travaux importants de dragage et la construction d’un brise-lames puissant. Prototype des ports de la zone, par son site et sa structure, il fait l’objet d’études approfondies sur un ensablement fâcheux dû aux tourbillons provoqués par le cap sur le courant de Humboldt.

70Trujillo et Salaverry commandent toute la vie commerciale de la vallée mais aussi du département de La Libertad à l’exception, partielle du reste, de la vallée de Jequetepeque. Les routes, comme le réseau de chemin de fer, y convergent et, enfin, les lignes aériennes trouvent à Huanchaco le premier terrain d’atterrissage au nord de Lima. Cette agglomération de plus de 100 000 habitants et ce port industriel ont drainé l’excédent de population agricole de toute l’oasis et accueillent une forte immigration de la Sierra voisine. Le marché du travail, même marginal et aléatoire, est au moins pour l’oasis un facteur de décongestion démographique qui pèse d’un poids heureux dans le bilan de la vallée de Santa Catalina.

7. BILAN DE L’OASIS

71En 1967, l’oasis de « Chimú » est, en effet, une vallée active, prospère et dont les possibilités d’avenir paraissent encore importantes. Belle unité de production sucrière avec 4 700 ha de canne à sucre, et le meilleur rendement moyen de tout le Nord (190 t/ha), elle est aussi une vallée équilibrée avec la moitié des superficies consacrées aux cultures vivrières, et par l’appoint non négligeable de son élevage représenté par 6 000 bovins et 140 000 volailles.

72Avec un taux de 0,50 ha par habitant agricole, la vallée de Santa Catalina est relativement déficitaire en main-d’œuvre et attire celle du Lambayeque et surtout celle de la Sierra. Par ailleurs, le projet de dérivation des eaux de Santa prévoit la régularisation de l’irrigation de 10 330 ha déjà cultivés et la mise en valeur de 5 181 ha sur les pampas de la rive gauche et de 3 935 autres sur celles de la rive droite (fig. 54, p. 331).

73La vallée de Santa Catalina avec 30 000 ha vers 1975 se spécialiserait alors dans la culture des primeurs ou des légumes pour conserveries, notamment les asperges. Celles-ci font déjà l’objet d’une belle réussite industrielle avec la Liber de Trujillo qui fournit un produit de qualité exporté jusqu’en Europe mais ce serait surtout aux tomates que s’intéresserait depuis 1963 le groupe américain Campbel. En attendant cet avenir incertain, l’oasis de Santa Catalina où, en 1965 déjà, il n’y avait que 2 080 foyers sur 23 000 en possession d’une terre et moins de 2 ha pour 65 % d’entre eux, est une vallée dominée par les activités urbaines et portuaires et où même l’agriculture est en grande partie industrialisée et prolétarisée.

74L’industrialisation lente de Trujillo et l’appel de main-d’œuvre de Chimbote ont, pendant les années fastes de 1960 à 1965, réussi à absorber la main-d’œuvre libérée par la mécanisation et celle due à l’explosion démographique. La crise de la farine de poisson, puis celle de toute l’économie du Pérou à partir de 1966, épargne les campagnes mais laissent les masses mi-agricoles mi-urbaines des sinistres bidonvilles de Trujillo sans travail. Aux graves inégalités sociales de la structure agraire s’ajoute donc un très inquiétant chômage urbain et Trujillo reste, au bout de quarante ans, toujours le plus important foyer de revendications sociales et politiques de toute la côte.

C. — L’OASIS DE CHICAMA

75La vallée du Chicama se termine par une plaine alluviale beaucoup plus vaste et plus complexe que les deux précédentes. Etendue sur plus de 800 km-, l’oasis est la troisième par l’importance des terres irriguées, avec 46 000 ha, et elle détient le double record de la concentration foncière et de la production sucrière pour toute la côte péruvienne.

1. LE MILIEU

76On retrouve ici des conditions climatiques très semblables à celles de la vallée de Santa Catalina voisine. Les températures moyennes sont certes légèrement supérieures, 20,6 °C contre 19,9 (Cartavio et Trujillo), mais c’est avant tout l’atténuation du brouillard hivernal qui caractérise les nuances de la nouvelle vallée. Nous sommes désormais parvenus au nord de la dernière loma issue des précipitations hivernales. Les pluies estivales restent encore pourtant très faibles, de 0 à 30,8 mm entre 1944 et 1960 avec une moyenne de 14 mm à Cartavio située à 6 km de la mer à 51 m d’altitude, et, à peine supérieure, à Casa Grande, à 36 km et 158 m, où elles évoluent entre 0 et 32,7 mm entre 1934 et 1960, avec une moyenne de 16,9 toujours très faible. Plus significatives paraîtront les moyennes d’août, 0,2 mm, et de mars, 4,2, soulignent bien le maximum estival qui était beaucoup moins net à Trujillo.

77L’oasis de Chicama bénéficie, par contre, de ressources hydrauliques beaucoup plus abondantes que celles des vallées méridionales. Le rio Chicama est pérenne et souffre bien des irrégularités propres à la côte péruvienne. Le volume annuel moyen, 966 millions de m3, est assez important, mais ses variations de 252 à 2 979 millions de m3 suivant les années sont redoutables. Entre 1911 et 1960, le module mensuel de juillet, 7,66 m3/s, varie de 2,02 à 16,72 m3/s (1951 et 1925), mais, pendant la même période, celui de mars (101,71 m3/s) évolue de 14,67 à 470,17 m3/s (1913-1933), le record étant de 569,72 m3/s en février 1915. Enfin, les débits absolus, maxima et minima, 1441,17 et 3,76 m3/s pour le mois de mars, reflètent une irrégularité en période de crue encore beaucoup plus préjudiciable à l’agriculture irriguée (cf. p. 69).

78Les nappes souterraines sont heureusement abondantes et compensent non seulement le régime saisonnier très peu pondéré mais aussi les irrégularités annuelles. Les puits ont à l’aval entre 7 et 15 m de profondeur mais le niveau de l’eau évolue de —1 à — 12 (1948 et 1951). Au centre de la plaine alluviale côtière, à 91 m d’altitude, ils ont entre 14 et 17 m, le niveau évoluant entre —3 et —15 m (1948 et 1951). Enfin, à l’amont, entre 140 et 205 m, leur profondeur varie entre 18 et 46 m, le niveau de l’eau évoluant respectivement entre — 4 et —14 et — 10 et 35 pour les extrêmes et aux mêmes dates. Les haciendas Casa Grande et Cartavio et leurs annexes tiraient de leur cinq cent trente-huit puits pendant la campagne 1963-1964 120 millions de m3 tandis que les eaux du rio leur en apportaient, pendant la même période, 435, y compris l’eau de résurgence des puquios. On estimait, dès 1964, qu’il était, à quelques exceptions près, plus rentable de perforer d’autres puits, les nouveaux abaissant le débit des anciens, à moins d’ouvrir des puits à plus de 50 m de profondeur, ce qui reste une exception à l’heure actuelle. Encore les débits de ces derniers, entre 80 et 120 1/s ne laissent-ils guère espérer autre chose qu’un appoint.

Figure 53. OASIS DE MOCHE, Vie économique

Figure 53. OASIS DE MOCHE, Vie économique

79Morphologiquement, l’oasis du Chicama est assez complexe. Comme les précédentes, elle se décompose en une auge alluviale étroite et légèrement sinueuse à l’amont et une plaine côtière qui s’élargit comme un delta vers l’aval. En fait, il s’agit aussi, comme pour Santa Catalina, d’une vaste plaine d’érosion taillée et bien évasée dans les terrasses anciennes ou les nappes d’épandage des versants, remblayée partiellement par des alluvions de la dernière crise climatique et actuellement réentaillées par quatre lits occupés, successivement et parfois conjointement, dans l’époque historique, dont celui du Milagro. Le rivage, enfin, s’appuie au sud sur les épandages du Cerro Campana que l’océan Pacifique rogne et taille en falaises pour s’incurver au nord-ouest vers le Cerro Malabrigo, îlot rattaché par un tombolo déjà ancien presque recoupé par les divagations contemporaines du Chicama. D’autres « îles » ont été aussi englobées à l’intérieur même de la plaine alluviale, telles les collines rocailleuses et déchiquetées de Mocollopa, Garrapón et Constancia (310 m) et surtout, le vaste massif du Cerro Azul (632 m). Ici, comme à Moche et à Vini, la terrasse intermédiaire, issue de la dernière crise climatique, est considérablement développée par rapport à celle d’inondation, mais l’existence d’importants lambeaux de la terrasse supérieure sur les marges a permis de différencier les termes de la mise en valeur.

2. L’ORGANISATION DE L’ESPACE

80L’étendue des terrasses fertiles, bien planes, et le gros débit du rio Chicama ont permis une mise en valeur dès l’époque Chavín attestée par d’innombrables huacas, puis à l’époque suivante dite Salinar et, surtout, pendant le grand complexe historique côtier Mochica-Chimu. Ce dernier a vu s’établir, dans cette vallée ou à partir de cette vallée, le réseau d’irrigation précolombien le plus important, par la taille, la longueur et la diversification de tout le Pérou. L’eau du Chicama était captée en amont de l’actuelle hacienda Sausal et, courant le long de gros canaux latéraux irrigaient les deux rives, y compris les terrasses supérieures, tandis qu’un gigantesque ouvrage allait même arroser l’oasis voisine de Santa Catalina par le col de la Cumbre. L’actuelle mise en valeur remonte à 1860, avec l’intervention de la machine à vapeur et de ses applications à la culture de la canne, les pompes hydrauliques, les chemins de fer, le moulin et la raffinerie moderne.

  • 20 Ci-dessus, p. 252.

81Mais le canavas n’est que l’adaptation de celui des haciendas et des réductions lui-même hérité du vieux système chimú. La figure 55 montre les treize grands canaux dont les prises s’échelonnent entre Sausal et Roma et qui vont arroser un terroir d’irrigation, unité topographique devenue unité d’exploitation, chaque seguia correspondant à un domaine colonial, tels Gasñape, Facalá, Roma, Farias, Ascope, Chicama, Cartavio, Chi-quitoy, Santa Clara et San Antonio, ou à une réduction indigène, soit Magdalena, Santiago de Cao et Paiján. Le système se diversifiait vers l’aval et à chacune des quarante-quatre branches correspondait l’une des 44 haciendas indépendantes de 1763 puisque la division des grands domaines ne pouvait se faire que par lot lié à des canaux secondaires. La concentration foncière commencée à la fin du siècle dernier et qui ne s’est achevée qu’en 1926 par la fin du duel Roma-Casa-Grande20 simplifia la distribution de l’eau à l’amont de la route pana-méricaine où toutes les haciendas sont désormais entre les mains du groupe Gildmeister. Par contre, la répartition se compliqua à l’aval sous la poussée de Casa Grande dans quatre directions ; au nord et nord-ouest jusqu’à Paiján qu’elle prend en tenaille de part et d’autre des Cerros Azul et Licapa, à l’ouest où elle s’insinue jusqu’à la mer entre Salamanca de Chiclín, Sintuco et Nazareno de Cartavio, enfin au sud où elle se glisse le long de Chiclín jusqu’à Chiquitoy (cf. p. 334).

Figure 54. LE PROJET DE DERIVATION DU SANTA

Figure 54. LE PROJET DE DERIVATION DU SANTA

82Ce n’est qu’en 1962, après de longs attermoicments que les cinq grandes haciendas s’accordèrent, sous l’arbitrage de la Direction de l’irrigation, pour rationaliser le vieux système. Les eaux ne sont plus désormais captées qu’à la hauteur de Sausal en une fois, et l’acequia madre, canal unique, dessert la rive gauche puis traverse le fleuve en amont de Roma et se distribue entre tous les anciens canaux tandis que continue, sur la rive gauche, une branche qui rejoint le système de Cartavio Chiclín et Chiquitoy, lui-même modernisé.

83L’avantage est considérable puisque l’on soustrait toutes les eaux de la rivière très en amont en une seule prise, évitant les pertes par évaporation et surtout par infiltration dant un lit très large où divaguent des filets anastomosés. Le passage du canal à travers le fleuve est effectué au moyen d’ouvrages de terre repoussée par des engins terrassiers qui peuvent être ouverts en cas de crue violente.

84On distingue ainsi dans l’oasis, trois secteurs :

  1. L’hacienda Casa Grande qui occupe tout l’amont et le cœur de la vallée, s’avançant également jusqu’à la mer au centre, et débordant aussi vers le sud comme vers le nord où elle encercle Paiján et s’y infiltre même.
  2. Les haciendas de l’aval, du sud au nord, Chiquitoy, Cartavio, Chiclín et Sintuco, ainsi que les vestiges des réductions indigènes de Santiago et Magdalena de Cao qu’elles ont submergées.
  3. La communauté de moyens et petits cultivateurs de Paiján, isolée tout au nord-ouest (fig. 55, p. 334).

3. CASA GRANDE

85C’est le symbole du latifundio industriel issu du mouvement de concentration foncière libérale de la fin du siècle dernier et du début de l’actuel, lié à une gestion économique résolument rationnelle et moderne, ou progresista comme il est dit au Pérou. La negociación agrícola Chicama est en effet la plus vaste exploitation de terres cultivées et irriguées du Pérou et la plus grande plantation privée de canne à sucre de toute l’Amérique latine.

86Les superficies exploitées se répartissent de la façon suivante d’après l’inventaire technique du 31 mai 1964 (tableau 98).

TABLEAU 98

TABLEAU 98
  • 21 L’aire brute comprend les chemins d’exploitation et les canaux mais pas les friches ou terres incu (...)

Note 2121

87L’entreprise dirige en outre financièrement et administrativement, la grande exploitation rizicole Limoncarro couvrant 3 824 ha dans la vallée voisine du Jequetepeque, environ 300 000 ha de pâturages naturels médiocres de montagne dans l’hacienda Moyán et 100 000 autres dans celles de Sun-chubamba et Huacracuco dans le département voisin de Cajamarca.

88Le domaine de la famille Gildemister dont les membres restent toujours les actionnaires principaux et très largement majoritaires est aussi un bel exemple d’intégration sur place, puisqu’en dehors des champs et de la raffinerie, ils possèdent leur réseau de chemin de fer, leur port particulier, Puerto Chicama et leurs bateaux, mais aussi d’intégration financière nationale et internationale. Ainsi leurs capitaux contrôlent, au moins partiellement, la Compañía peruana de Pétróleo El Oriente, la Petrolera Sullana la Naviera peruana el Pacífico, le journal La Prensa, la compagnie d’assurances Peruano Suiza et une chaîne de cinq fabriques de farine de poisson de Chancay à Paita, pour le Pérou, et des plantations de canne au Brésil, des raffineries de sucre au Chili et des industries chimiques en Allemagne pour l’étranger.

  • 22 Ci-dessus, p. 296, note 35.

89Casa Grande, enfin, est aussi un des principaux berceaux des luttes syndicales avec les violents conflits qui l’opposèrent, entre les deux guerres, à son prolétariat fortement concentré et lié au mouvement apriste22 L’hacienda domine toute la haute vallée, gorge étroite où l’agriculture très discontinue est représentée par quelques rizières, des pâturages cultivés et, surtout, la canne à sucre puisque le chemin de fer remonte le rio Chicama jusqu’à Chuquillanqui.

  • 23 Raimondi, 229.

90Le cœur de l’oasis, la plaine alluviale côtière commence à partir de Casa Quemada. Encore étroite et sinueuse jusqu’au coude du Cerro San Antonio, c’est déjà, au milieu des contreforts totalement désertiques, fauves et ocres du batholithe côtier, une coulée de canne d’un vert cru où le fleuve creuse un sillon blanc et tortueux. A Sausal, au débouché du coude, le cône alluvial s’évase brusquement et s’étend l’océan de canne à sucre. Sur plus de 20 000 ha, les grands champs de 70 à 160 ha, aux formes géométriques rigoureuses s’étalent, bordés par les chemins et les canaux, paysage mécanique d’où l’on a impitoyablement banni les arbres, les saules notamment qui bordaient en files ininterrompues les rizières parcourues par l’Italien Raimondi au milieu du siècle dernier23.

91Le fleuve traverse en aveugle et rompt cette belle ordonnance, par son large lit encombré de galets et de blocs et ses rives aux denses fourrés de roseaux, peuplés de mille oiseaux chamarrés, de rongeurs et de reptiles dont le dangereux serpent corail. La canne occupe indifféremment les zones inondables très exiguës et les immensités plates de la terrasse intermédiaire. Sur les flancs, la haute terrasse est laissée aux cultures vivrières et saisonnières des métayers dont les bocages entourent les bâtiments des vieilles haciendas coloniales annexées, Sausal, San Antonio, Gasñape, Chicamita... Là, les rancherías et les bâtiments administratifs sont généralement abandonnés et, seuls, les parcs de matériel ou les entrepôts ont conservé une activité.

Figure 55. OASIS DE CHICAMA, Structure agraire

Figure 55. OASIS DE CHICAMA, Structure agraire
  • 24 Ci-dessus, p. 252.

92La vie s’est concentrée à Casa Grande et à Roma, tandis qu’abandonnée, Pacalá, d’où partit en 1865 le mouvement de concentration de la plantation, est, en quelque sorte, un petit musée nostalgique de l’époque du siècle dernier, avec sa chapelle et son moulin désaffecté dormant à l’ombre de ficus centenaires tandis qu’à quelques pas, la première machine à vapeur introduite dans la vallée achève de rouiller dans l’oubli. Roma, la grande vaincue de 1926, a gardé les apparences de la vie avec ses parcs de camions et tracteurs, ses silos et magasins, ses rancherías de peones et résidences de sous-administrateurs se distribuant autour de la gare de chemin de fer, mais les chaudières de la raffinerie se sont éteintes et Roma n’est plus qu’un témoignage mélancolique depuis le départ de Víctor Larco24.

93C’est à Casa Grande, au cœur même de leur empire, que les Gildemister ont regroupé la plus grande partie des activités. La vieille hacienda est, en effet, devenue une ville de près de 20 000 habitants dont les rancherías de torchis, alignées en ruelles parallèles, tristes et sales, s’étalent au nord et à l’est de la grande place. Ici, l’église, les écoles, les cinémas et les services forment, à l’ombre de puissants ficus, la frontière invisible avec les bâtiments de l’exploitation.

94Au pied de la monumentale raffinerie qui broie, moud, concentre et raffine 3 000 000 de tonnes de canne et 167 000 t de sucre par an, sont disposés les bureaux de l’administration, la station expérimentale, les immenses ateliers des tracteurs, le dépôt des trailers qui ont remplacé entre 1964 et 1966 le chemin de fer des temps héroïques et le quartier résidentiel où les cadres vivent dans des villas somptueuses entourées de jardins à la végétation exubérante.

95Sur les 6 500 employés de l’hacienda, 4 000 vivent à Casa Grande, 1 400 à Roma, 700 à Sausal et 400 à Farias. Mais Casa Grande concentre la plus grande partie des services, commerçants, succursales de banques, cinémas, établissements d’enseignement et de santé. Il y a, en effet, vingt écoles primaires avec 6 200 élèves et 70 instituteurs, un collège secondaire avec 240 élèves et, en plus des dispensaires, un hôpital de soixante lits abrite six médecins qui disposent d’un service radiologique et d’un bloc opératoire. La population rurale, outre les rancherías d’hacienda, est groupée dans quatre villages. Chicama (1 362 hab.) et Chocope (2 632 hab.) qui reçurent tour à tour le célèbre couvent des dominicains, sont maintenant des agglomérations de peones ou de petits exploitants. La première est un peu animée par la proximité de l’hacienda Chiclín (4 428 hab.) et la seconde par l’établissement d’un grand hôpital ouvrier et d’un collège secondaire, mais ni l’une ni l’autre n’ont d’activités artisanale ou industrielle.

96Magdalena de Cao, totalement investie puis submergée par les haciendas dès le xviiie siècle, n’abritait plus en 1965 que les métayers de Casa Grande, mais la Réforme agraire va en refaire une modeste communauté de petits cultivateurs. Les 329 habitants, à l’exception d’un petit boutiquier, sont tous des agriculteurs. Vers l’amont, Ascope (3 845 hab.) a connu une fortune plus mouvementée. Issue de la ranchería de l’hacienda Troche qui éclata en 1849, elle attire l’attention de Raimondi qui note en 1865 l’activité commerciale de ce bourg établi sur la route de la Sierra. En 1894, le chemin de fer l’atteint et on en fait son terminus. C’est, dès lors, le lieu de rupture de charge entre le rail et la piste muletière et des grossistes y installent leurs maisons et leurs entrepôts.

97Après 1935 commence, avec la concurrence du camion, le lent déclin qui aboutit en 1964 à la fermeture de la ligne. Mais la nouvelle route de la Sierra passe sur l’autre rive et Ascope n’est plus qu’un gros village de peones et de petits exploitants où de belles maisons de bois, à vaste balcon et grand auvent, sont encore habitées par quelques vieux notables qui ne se sont pas résolus à l’abandon de la ville morte. Une petite industrie artisanale de vannerie et surtout de savates de cuir anime une soixantaine de foyers et perpétue faiblement l’activité du début du siècle.

  • 25 Ci-dessus, p. 263.
  • 26 18,8 F 1964.
  • 27 3,25 à 4,5 F 1964.

98La condition sociale des ouvriers établis, déjà analysée antérieurement25, est actuellement très supérieure à celle que connurent les peones de l’hacienda jusqu’à la fin de la dernière guerre L’entreprise, en comptabilisant le salaire, les charges sociales, les rations alimentaires familiales gratuites et les services, estimait, dès 1964, à 104,77 soles26 le coût total d’une journée d’ouvrier quand le salaire des journaliers et peones des entreprises non sucrières était encore de 18 à 25 soles27.

99Pendant la même période, la mécanisation et l’adoption du système des trailers adoucissaient la tâche des ouvriers. Seule la coupe de la canne reste effectuée à la main, ce qui est socialement indispensable dans les structures économiques actuelles, mais l’entreprise affirme qu’entre 1950 et 1964, le nombre de tonnes de canne coupées par chaque peón est passé de 12,387 à 6,593 par réduction de la superficie quotidienne imposée. C’est un travail qui reste épuisant, exigeant un très gros effort, dans une position contamment courbée et sous des conditions de température pénibles. La tâche est expédiée, apparemment, rapidement entre quatre et cinq heures suivant la robustesse de l’ouvrier, le plus tôt possible dans la matinée, avant la levée de la brume ou, tout au moins, avant que le ciel devienne de feu.

100Nombre d’ouvriers, comme à Laredo de la vallée de Santa Catalina, sont des colonos, métayers de l’entreprise à qui ils reversent la quinta, soit 20 % du produit de la récolte. 1 250 familles exploitent ainsi 6 300 ha dont 4 300 seulement sont cultivables. Ils occupent les terres marginales, haute terrasse sur la bordure méridionale de la vallée et tous les « bouts du monde » de l’aval, terres ingrates où seuls parviennent les excédents de crue, vers Mocan tout au nord du Cerro Azul, ainsi qu’à l’aval du centre de la vallée, sur les flancs de Salamanca où le bocage des tenanciers s’aventure, à travers lagunes saumâtres et dunes, jusqu’à la mer, près de la cale des pêcheurs de Brujo.

101Mais ici, nous sommes parvenus aux confins du domaine des Gilde-mister ; la mer de canne à sucre se dirige entre les cultures vivrières des métayers et, même, à l’extrémité septentrionale, dans la vallée de l’oued Arenita, s’intercale entre les secteurs des petits tenanciers, la plus belle oliveraie de tout le Nord côtier. Sur 188 ha, les oliviers puisent l’eau de l’inferoflux mais aussi de vieux canaux, ultimes ramifications du système de Casa Grande ayant contourné le massif du Cerro Azul et dirigeant un appoint, soit en cas de sécheresse prolongée, soit pour aider les jeunes arbres.

102L’hacienda Casa Grande ne domine cependant pas toute la vallée. Au nord, Paiján lui oppose l’obstination des petits paysans indigènes de la côte et, au sud, Cartavio, flanquée des derniers représentants de la période pré-industrielle, forme de part et d’autre du fleuve un deuxième bloc d’haciendas sucrières, coincé entre la mer, la pampa et Casa Grande.

PHOTO 37-38. — La monoculture de la canne

4. LES HACIENDAS DE L’AVAL

  • 28 Ci-dessus, p. 243.
  • 29 Cartavio a fait l'objet d'une analyse détaillée dans les comptes rendus du Colloque international (...)

103Elles sont cinq : Sintuco (590 ha) des Orbegozo aux racines coloniales lointaines28, Chiquitoy (2 700 ha) de la famille Irruteguy, d’origine séculaire également, Chiclín (5 270 ha) des héritiers de Rafael Largo, l’entrepreneur venu de Rome à la fin du siècle dernier, et Chicamita (900 ha)29 des frères Cacho, toutes quatre satellites de Cartavio (5 400 ha) qui possède également la seconde des deux dernières raffineries de la vallée. Si les quatre premières ne sont plus que des exploitations tributaires de la cinquième, tant pour le calendrier des travaux agricoles que pour la coupe de la canne, son broyage et son raffinage, Cartavio est, par contre, une grande entreprise industrielle moderne et autonome. Elle cultive directement 5 400 ha dont les 600 de Sonolipe, louée à Sintuco, et travaille la récolte des 4 000 ha des haciendas voisines. Certaines années même Casa Grande expédie à sa raffinerie la production d’environ 2 000 ha de ses propres terres.

  • 30 Ci-dessus, p. 251.
  • 31 Feijó (M.), 95.

104Le paysage des grands champs découverts prolonge tout d’abord celui de Casa Grande, à l’ouest de la Panaméricaine, rompu seulement par le fleuve, large et presque rectiligne, courant entre deux rangées de chacras des ouvriers, petits jardins de quelques ares qu’il ne faut pas confondre avec les petites exploitations de 1 à 3 ha des métayers. Ceux-ci sont surtout groupés dans les campiñas de l’ancienne réduction de Santiago de Cao (fig. 4630). En effet, au-dessus de l’immensité dénudée des champs de canne se dressent les trois bocages ou campiñas de Sumanique, San José et Santiago, ultimes terroirs maintenant isolés de la vieille communauté indigène de Cao. Ces derniers refuges sont partiellement achetés par l’hacienda qui exploite, soit directement des lots de cultures vivrières ou des pâturages soit indirectement des tenures confiées en métayage à des colonos. Elle n’en a du reste que dix-neuf totalisant 88 ha. Les autres lots de campiñas, 760 ha, sont répartis entre cent soixante-quatorze petits agriculteurs qui perpétuent, pour combien de temps encore ?, la communauté indigène de Santiago de Cao. Cette dernière est à cet égard cependant mieux lotie que sa jumelle de la rive droite, Magdalena de Cao, qui a totalement disparu en tant que communauté de cultivaleurs indépendants après une longue agonie commencée dès le début du xviiie siècle31.

de l'hacienda Casa Grande (Chicama).

  • 32 Ci-dessus, p. 266.

105Santiago de Cao est maintenant une petite agglomération où cent quatre-vingts maisons de torchis, la place d’armes et son église démesurée, ses rues de terre battue et les ruines qui l’entourent, évoquent pour le passant la réduction indigène où Toledo pensait avoir, à la fois, enfermé et protégé les indiens, sujets du roi. La population rurale est en fait regroupée dans les haciendas, à Moncada (439 hab.), Nazareno (685 hab.), Síntuco (356 hab.), Salamanca (711 hab.), Chiquitoy (2 000 hab.) et surtout à Chiclín (4 400 hab.) et à Cartavio (12 600 hab.). Cette dernière est donc l’homologue de Casa Grande à l’aval, dominée par la masse imposante de sa raffinerie et rassemblant plus de 80 % des familles de ses travailleurs et la quasi-totalité du parc automobile. C’est, en effet, l’hacienda sucrière la plus mécanisée du Pérou puisqu’elle est la seule à avoir adopté la coupe mécanique de la canne et la première à avoir remplacé les chemins de fer par les trailers32.

106Cartavio semble ainsi jouer un rôle économique beaucoup plus important que ne le laisse apparaître sa propre extension 4 600 ha. C’est, en fait, par le regroupement des récoltes de toutes les haciendas de l’aval, y compris celles des petits producteurs associés de Paiján, une entreprise industrielle coopérative qu’elle contrôle fermement, travaillant la production de 12 000 ha de canne et produisant 110 000 t de sucre par an.

107Par ailleurs, elle appartient au groupe américain Grace qui possède une autre exploitation de canne à sucre à Paramonga sur la côte centrale, sensiblement plus importante et accompagnée d’une grande papeterie. Cette société contrôle, d’autre part, une grosse affaire d’importation-exportation, un système de distribution commerciale régionale, une compagnie de navigation, la Grace Line, dont le pavillon court sur toute la côte de l’océan Pacifique, et enfin, en association avec les Panamerican Airways, une compagnie aérienne internationale, la Panagra. Comme celles des Gildmeister, les activités de la Grace débordent donc largement le cadre de la vallée du Chicama mais, alors que Casa Grande est le foyer original et reste le centre d’impulsion, Cartavio n’est qu’un élément secondaire dépendant d’un consortium étranger.

5. LA COMMUNAUTE DE PAIJAN

108Au nord-ouest du Cerro Azul, tout à l’extrémité aval des anciennes branches septentrionales du delta, s’étale un grand cône alluvial annexe au débouché du « détroit » constitué par les deux massifs cristallins Licapa et Garrapón. Trois canaux empruntent ce passage resserré qui correspond à un des lits du Chicama pendant la dernière crise climatique, responsable de la terrasse intermédiaire.

109Le terroir de Paijàn est actuellement un delta intérieur qui se perd dans les lagunes du tombolo de Malabrigo. Le contraste est total entre les grandes parcelles dénudées de canne de l’hacienda Chuín Bajo, annexe de Casa Grande, au sud, et le bocage de Paijàn, au nord. Les champs petits et rectangulaires sont généralement clos de murs de torchis et les canaux doublés de lignes de saules ou d’arbres fruitiers qui, de loin, donnent au bocage l’aspect d’une zone bien boisée. Or, les champs sont parfois complantés, mais cela reste une exception, sauf à proximité du village.

110Paijàn est l’héritière peu altérée de la réduction de Paixàn, que son isolement, sa position aval avancée, son ampleur et sa belle homogénéité ont préservé des spoliations sinon des pressions des puissants voisins. Mais elle n’est plus une communauté indigène véritable encore que 2 363 habitants sur 8 356 aient constitué une comunidad de indígenas démunie de terres cultivables, et elle demeure une communauté de petits irrigateurs indépendants typique. La petite exploitation y domine et le moyenne y conserve une place relativement plus importante qu’à Moche (tableau 99).

TABLEAU 99. La distribution des exploitations à Paijàn

TABLEAU 99. La distribution des exploitations à Paijàn

111La production agricole est très diversifiée. La grande exploitation, l’hacienda La Pampa, et cinq moyens propriétaires associés en une coopérative de location de matériel et de vente plantent un peu plus de 800 ha de canne qui est récoltée par Cartavio. Le maïs, 1 415 ha, et la luzerne, 1 260 ha, sont les deux autres spécialisations à côté des 600 ha de cultures vivrières où dominent le riz avec 200 ha et les haricots blancs avec 111 ha (1966). Enfin, l’élevage commercialisé est représenté par 4 000 bovins, 1500 ovins et caprins et 50 000 volailles dont 30 000 pour la seule granja Palomar.

112La population est essentiellement concentrée à Paiján où vivent 5 815 habitants des 8 356 du district, tandis que le reste, 2 541 habitants, se disperse entre vingt écarts de 37 à 334 habitants. Paiján est une grosse bourgade agricole que sa situation à mi-chemin entre Trujillo et Pacas-mayo sur la route panaméricaine, et juste à la limite du désert, a favorisé comme relais routier, ateliers de dépannage et restaurants s’alignant sur près d’un kilomètre le long de la grande artère.

113Son éloignement relatif de Trujillo, 60 km, et l’importance de sa population lui valent la présence de quelques magasins et même d’une succursale du Banco internacional, mais la ville, démunie de toute industrie et même d’artisanat, est une agglomération de paysans sans terre pour 60 % de ses habitants, sans eau potable ni égout, et sans électricité pour 90 % d’entre eux en 1967. Cependant, deux cabinets médicaux, deux pharmacies, un collège secondaire et un centre d’apprentissage, enfin une station expérimentale agricole en font un petit centre urbain qui défend et anime peu à peu la vieille communauté.

114Celle-ci, par son paysage bocager, ses cultures vivrières et son gros bourg est donc une survivance solide du passé colonial qui semble avoir traversé avec succès la grande tourmente « libérale ». Elle devrait être, après l’actuelle phase de survie, un noyau solide pour accueillir les nouveaux petits propriétaires issus de la Réforme agraire et appuyer un mouvement coopératif de cultivateurs de produits alimentaires, face aux grandes exploitations de cultures industrielles.

6. BILAN DE L’OASIS

115Du point de vue de la production il est très favorable. C’est la plus grosse unité de canne à sucre du Pérou avec 30 000 ha cultivés, et l’appoint fourni par les 8 000 ha consacrés aux cultures vivrières et par l’élevage de 12 000 bovins et de 4 000 têtes de petit bétail est loin d’être négligeable. Le bilan social, même après quarante années de lutte, est plus discutable parce que de très graves inégalités de sort frappent désormais les paysans de la vallée. Le taux de 0,82 ha par habitant agricole est pourtant déjà nettement favorable et le fait que sept familles sur dix aient un ou plusieurs membres qui jouissent d’un emploi assuré sur les haciendas Casa Grande ou Cartavio est aussi très important ; ils composent, en effet, un prolétariat nombreux et privilégié. Enfin, 1 800 familles vont bénéficier du statut de propriétaire grâce à la Réforme agraire et vont rejoindre les 533 petits paysans de Paiján et les 350 autres de Santiago de Cao et d’Ascope. Seules quelque 500 familles de Paiján, Chocope, Chicama et Ascope n’ont pas de terre et ne bénéficient pas d’un emploi stable sur une hacienda. Ils ne trouvent du travail que comme journalier puisque la vallée est déficitaire en main-d’œuvre et fait appel, notamment dans les derniers mois de l’hiver, à des peones du Lambayeque et de la Sierra.

116Au total, les conflits sociaux reflètent plus les dures conditions du passé et, surtout, comme c’est le cas universel, l’évolution syndicale d’un prolétariat concentré et relativement aisé par rapport aux masses de saisonniers que la dispersion et l’effroyable misère laissent à la merci des exploitants. D’autre part, l’oasis devrait bénéficier, mais dans un avenir encore lointain, de la dernière étape du projet du Santa, pour laquelle on a prévu un gain de 17 500 ha de terres irriguées. Terre privilégiée et rationnellement exploitée, la vallée de Chicama ne semble menacée que par les dangers de la monoculture. Elle reste peu concernée par l’actuelle Réforme agraire et les structures techniques devraient rester pratiquement inchangées en cas de bouleversements politiques.

Notes

1 Schweiger, 249.

2 Ci-dessus, p. 59.

3 Bird (Junius), 27.

4 L’extrême irrégularité des crues restreint la plupart du temps les mises en culture et les rendements sont souvent très faibles, ce qui empêche de comparer ces superficies avec celles des exploitations des vallées d’irrigation saisonnière assurée.

5 Ci-dessous, p. 480.

6 Greaves y Thomas, Comunidad Puente de Virú, étude dactylographiée, Cornel University, U.S.A.

7 Le calcul n’est pas fait sur les superficies déclarées mais sur les surfaces enregistrées officiellement, soit 17 900 ha. En 1965, la population du district de Virú, extrapolée, est de 10 772 (600 urbaine) (coefficient annuel national : 3,1 corrigé par le correcteur régional + 2,74 % : 3,18).

8 Sont considérés dans ce pourcentage tous les paysans sans terre et sans pâturages privés ou communautaires. Ainsi la population d'Olmos est exclue de cette statistique comme jouissant de vastes pacages sur le sahel.

9 Ci-desus, p. 26.

10 Ci-dessus, p. 80.

11 Feijó (M.), 95.

12 Ou aparcero.

13 Ci-dessus, p. 210.

14 Cf. ci-dessus.

15 Cf. ci-dessus.

16 Feijó (M.), 95.

17 Gillin (J.), 104.

18 Gillin (J.), 105.

19 La physionomie et l’importance de Trujillo et Salaverry sont seules évoquées ici, puisque Trujillo comme les deux autres capitales économiques régionales fera l’objet d’un chapitre sur ses activités et sa zone d’influence hors de son oasis.

20 Ci-dessus, p. 252.

21 L’aire brute comprend les chemins d’exploitation et les canaux mais pas les friches ou terres incultes.

22 Ci-dessus, p. 296, note 35.

23 Raimondi, 229.

24 Ci-dessus, p. 252.

25 Ci-dessus, p. 263.

26 18,8 F 1964.

27 3,25 à 4,5 F 1964.

28 Ci-dessus, p. 243.

29 Cartavio a fait l'objet d'une analyse détaillée dans les comptes rendus du Colloque international du C.N.R.S. sur les problèmes agraires d'Amérique latine, Paris, 1965.

30 Ci-dessus, p. 251.

31 Feijó (M.), 95.

32 Ci-dessus, p. 266.

Notes de fin

1 Il y a en fait 960 lots pour 760 exploitations.

Table des illustrations

Titre FIG. 51
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende PHOTO 34. Une hacienda El Carmelo dans l’oasis de Virú (La Libertad).
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1309/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Titre TABLEAU 94. Production agricole 1965
Légende Nota. — Statistique ne portant que sur 8 660 ha contre 17 000 enregistrés.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1309/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre TABLEAU 95. Personnel de Laredo
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1309/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende PHOTO 35. Une rancheria, logements de peónes, à... l’hacienda La Encalada, près de Trujillo.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1309/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende PHOTO 36. La communauté de petits cultivateurs de Moche. L’énorme église de la réduction coloniale. Le terroir est composé de petits champs dénudés clos de murs d’adobe. Elevage laitier sur luzerne.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1309/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Titre TABLEAU 96. Taille des lots d’irrigation de Moche1
Légende SOURCES : Padrón de regantes de Moche. Dirrección de aguas de irrigación de Trujillo.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1309/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre TABLEAU 97. Distribution de la terre à Huanchaco
Légende SOURCES : Padrón de regantes, Administración de aguas de irrigación, Trujillo.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1309/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Figure 53. OASIS DE MOCHE, Vie économique
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1309/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 54. LE PROJET DE DERIVATION DU SANTA
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1309/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre TABLEAU 98
Légende Note 2121
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1309/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Figure 55. OASIS DE CHICAMA, Structure agraire
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1309/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Légende PHOTO 37-38. — La monoculture de la canne
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1309/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Légende de l'hacienda Casa Grande (Chicama).
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1309/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Titre TABLEAU 99. La distribution des exploitations à Paijàn
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1309/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre FIG. 56
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1309/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 452k

© Institut français d’études andines, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter