Version classiqueVersion mobile

Les régions côtières du Pérou septentrional

 | 
Claude Collin Delavaud

Avant-propos

Texte intégral

1Aboutissement, mais non le terme, d’une série de travaux consacrés à l’occupation des piémonts arides, cette thèse plonge en fait ses racines dans la jeunesse particulièrement riche en expérience dont me firent cadeau mes parents. L’un et l’autre fort attirés par la nature m’entraînèrent, dès l’âge de l’école primaire, à parcourir toutes les régions de France, traversant une année les Ardennes, ou me hissant l’année suivante sur les sommets pyrénéens et ainsi de suite, toujours à pied et sac au dos. A ce rapprochement de la nature, auquel je dus dès le temps des humanités mon goût de la géographie, devait s’ajouter une formation universitaire dirigée par mes maîtres de la Sorbonne.

2J’y retrouvai M. Perpilleu dont j’avais déjà apprécié l’enseignement au lycée Henri-IV, et j’eus le privilège de commencer cet apprentissage en assistant aux derniers cours du doyen André Chollcy. M. Pierre Birot me révéla les mécanismes de la géographie physique et me fit découvrir tout le profit d’une analyse scientifique exigeante, tandis que MM. Chabot, Despois et George m’initiaient à démêler les fils complexes de la géographie humaine et régionale. A Nancy, MM. Guilcher et de Planhol encouragèrent mes premières enquêtes en milieu aride, en acceptant des mémoires de diplôme élaborés en Turquie. Mais je dois à M. Jean Dresch, outre d’avoir guidé tous mes travaux sur les piémonts d’Iran et d’Afghanistan et de diriger le présent ouvrage, de m’avoir indiqué par son exemple la voie difficile d’une alliance de la rigueur de l’observation scientifique et d’une conception humaniste de la géographie. Je devais retrouver ces mêmes vues synthétiques liées à la plus profonde connaissance des problèmes latino-américains chez M. Pierre Monbeig qui voulut bien parrainer mes travaux au C.N.R.S. et m’accueillir à l’Institut des hautes études d’Amérique latine de Paris. La décision de faire une thèse sur le piémont septentrional du Pérou a été due à l’intervention de M. Olivier Dollfus qui me présenta à M. François Chevalier, directeur de l’Institut français d’études andines de Lima. Il devait également, par sa grande connaissance du Pérou et ses conseils sur le terrain, m’éviter bien des faux pas dans la recherche et la délimitation de mon sujet. J’eus enfin la chance que MM. Dresch et Dollfus reviennent au Pérou et qu’ensemble nous puissions arpenter mon terrain.

3Deux années complètes, puis deux missions d’un trimestre passées au Pérou et consacrées à mes seuls travaux, m’ont permis de parcourir mon domaine et de recueillir la documentation existante. Ici, ma femme Geneviève, en participant à l’ensemble des enquêtes et en m’accompagnant même dans les excursions les plus rudes, m’a apporté l’aide morale et matérielle indispensable dans un isolement aussi long et des conditions de résidence souvent très frustes.

4Mais la conduite à terme de cette étude n’aurait pu être réalisée sans l’esprit de coopération systématique que j’ai rencontré au Pérou. De la part des Français, M. Dorget notre ambassadeur et M. Decourcelle, conseiller culturel et ami de longue date, m’apportèrent tout le soutien des services de l’ambassade ; de la part des Péruviens, je devais recevoir le concours de centaines de personnalités que je prie de m’excuser de ne pouvoir toutes nommer ici. Je désirerais cependant les remercier et tout notamment celles qui jalonnèrent de façon décisive l’élaboration de cet ouvrage. C’est ainsi que je reçus le meilleur accueil des géographes de l’Université de San Marcos et tout d’abord de la Directora Dumbar Temple et du Dr Pulgar Vidal. L’anthropologue social, le Dr Matos Mar, m’accompagna sur le terrain et me confia quatre de ses étudiants et, lui et sa femme, m’ouvrirent toujours les portes de leur Institut comme de leur maison. Le géographe Carlos Peñaherrera et l’architecte Mlle Aura Garcia, de l’Institut national de planification, me firent bénéficier, en échange de ma collaboration scientifique, de toute la documentation et aussi de l’autorité de cet organisme sur les ministères et les administrations régionales.

5Dans ces dernières je devais, en effet, trouver un accueil toujours courtois et serviable qui prenait le plus souvent un tour amical. Je conserve le plus vif souvenir des randonnées effectuées en compagnie des ingénieurs Zegarra et Portugal, de la Direction des eaux d’irrigation de Piura et Lambayeque ou de déchiffrements inlassables de statistiques agricoles quelque peu confuses, partagées avec le directeur de la zone agraire de Trujillo, l’ingénieur Salcedo. Enfin, le préfet du Lambayeque, Pastor Boggiano, voulut bien me faire entrer dans la commission du développement départemental et, lui et le directeur de la Banque de l’habitat, Luiz Ortiz de Zevallos, présentèrent mes travaux à M. le Président de la République, l’architecte Fernando Belaunde Terry, qui voulut bien leur témoigner par la suite son intérêt.

6Dans les communautés indigènes comme dans les plantations, j’ai éprouvé les lois de l’hospitalité péruvienne et j’ai reçu toutes les facilités pour réaliser mes enquêtes. Les hacendados Mac Lauchlan, Fernando Pardo et Otto Zoeger me firent survoler tout le Nord dans leur avion et, ensemble, nous avons appris à connaître l’infinie variété des paysages septentrionaux. L’ingénieur York Sellschop m’entraîna aux quatre points cardinaux de l’immense hacienda Casa Grande et notre compatriote Peresse et MM. J. d’Ornellas Pardo et Hernandez de Aguerro mirent généreusement à ma disposition leur maison, des jeeps et des chevaux. Enfin, avec les frères Eduardo et Carlos Schaeffer, nous avons bien souvent parcouru, à l’ombre des caroubiers, les derniers grands domaines patriarcaux du Piura et retracé sur le terrain l’histoire de cette belle vallée. A eux comme à tous les autres, je dois la ferme conviction de n’avoir pu mener au but ces recherches que grâce à l’aide efficace que seule procure l’amitié.

7L’impression de cette thèse a été due à une subvention des Relations culturelles des Affaires étrangères dont dépend l’Institut français d’études andines de Lima, auxquelles je dois déjà un séjour de deux années au Pérou comme chargé de recherche.

8Cette étude se propose de décrire et d’expliquer les caractères de l’occupation du sol et de l’aménagement de l’espace dans le Nord côtier du Pérou et de tenter d’en définir les regroupements et les dynamismes régionaux. L’accessibilité de tous les sites habités et une cartographie au 200 000e ont favorisé les enquêtes sur le terrain tandis que le quadrillage urbain et administratif fournissait une documentation statistique de base pour l’étude économique. Mais cette zone est importante par ses dimensions et les douze cent mille habitants qu’elle abrite et la diversité des activités rurales et urbaines en fait un sujet bien vaste pour une étude régionale. Aussi en avons-nous limité l’étude physique aux seuls éléments qui ont eu une influence sur l’occupation du sol, soit, avant tout, ceux du climat et de ses conséquences hydrologiques, biologiques et pédologiques. Nous avons, par contre, sans avoir l’ambition de faire œuvre d’historien, essayé d’attribuer à l’histoire tout ce qui lui revient dans la structure agraire.

9Si la description régionale a été rendue possible par nos longues randonnées et des enquêtes systématiques dans les soixante-dix-huit districts de notre domaine, nous avons eu plus de difficulté à définir et analyser les grands secteurs et les courants économiques à partir d’une documentation très inégale en importance et en valeur suivant les secteurs géographiques ou les types d’activités. Nous n’avons voulu en aucun cas ignorer la masse importante des statistiques qui fournit souvent, à défaut d’exactitude, des ordres de valeur ou des aspects comparatifs intéressants. Elle est fortement représentée dans les cent cinquante tableaux et de nombreux graphiques et, dans la mesure du possible, nous en avons signalé la portée. Le recensement de population de 1961 et les cadastres de la Direction de l’irrigation qui forment les éléments principaux de l’étude des foyers de peuplement et de la structure agraire donnent du reste des garanties solides de valeurs sinon exactes, du moins bien approchées, et ce sont plus les statistiques de production qu’il faut manier avec précaution.

10Enfin, la mobilité des cultures et les variations extrêmes de la production en fonction des irrégularités climatiques et des conjonctures internationales nous ont fait choisir les éléments les moins circonstanciels de la vie régionale. Celle-ci est décrite plus en fonction de ses structures fondamentales et du dynamisme interne que de ses données numériques exactes et purement accidentelles. Aussi, nous avons établi la plupart des tableaux sur l’ensemble des années 1960-1965 qui correspondent à une progression économique mesurée et non sur les années suivantes qui ne reflètent que les à-coups des oscillations extrêmes du climat ou de crises de mévente internationales. Ces dernières années n’ont été retenues que pour donner les limites d’une économie encore trop tributaire du milieu physique et des marchés étrangers.

11La conduite à terme de cet ouvrage a donc été plus le résultat d’une étude très poussée sur le terrain et la mise à profit de la collaboration de tous ceux qui animent ce vaste domaine qu’une analyse abstraite de documents encore trop inégaux.

© Institut français d’études andines, 1968

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search