Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Analyses des échantillons

p. 382-384


Texte intégral

GRANULOMETRIES ET MORPHOSCOPIE

A) GRANULOMÉTRIES GROSSIÈRES ET MORPHOSCOPIE

1Les granulométries des échantillons ont été faites d'après la méthode indiquée dans l'ouvrage de Tricart et Cailleux « Initiation à l'étude des sables et des galets », tome I, C. D. U., Paris 1959.

2Le poids des échantillons de sables était compris entre 100 et 200 gr. Ceux des formations colluviales, des laves torrentielles et des moraines étaient supérieurs à 250 gr. Quand le pourcentage des limons était important, le tamisage était fait sous l'eau pour éviter la conservation des agrégats.

3Les courbes cumulatives ont été construites à l'aide d'un papier semilogarithimique et orientées de gauche à droite, des plus grandes dimensions vers les plus petites. Les mesures de triage ont été faites avec l'indice de Krumbein (qdphi) et celui d'hétérométrie de Cailleux (hé).

4Il a été procédé à 120 granulométries grossières. Une fois les granulométries effectuées, l'observation des différents refus de tamis pour chaque échantillon a été faite à la loupe binoculaire.

B) GRANULOMÉTRIES FINES

5Une trentaine de granulométries fines ont été faites en utilisant les limons et les argiles ayant passé le tamis de 40 microns lors des granulométries grossières. Les mesures ont été effectuées à la pipette d'Andreassen dans le bain-marie Rivière selon la méthode décrite par Verger dans le fascicule 1 du volume IX des « Mémoires et Documents (série géographie) du C. N. R. S. », publié à Paris en 1963. Les défloculations ont été faites avec la destruction des carbonates et de la matière organique suivie de l'addition d'ammoniaque et d'une agitation de 17 h.

C) MORPHOSCOPIE DES GALETS

6Les lots de galets prélevés pour les mesures de morphoscopie ont été choisis dans des dimensions assez constantes, entre 6 et 9 centimètres. Chaque lot comptait 30 galets au minimum, mais souvent 40 galets, ce qui est insuffisant pour construire des courbes et des diagrammes, mais fournit cependant une image assez précise de la morphoscopie de l'ensemble des galets. Des mesures de contrôle sur des lots de 50 n'ont pas donné de résulats sensiblement distincts.

7La longueur, la largeur et l'épaisseur de chaque galet ont été mesurées au pied à coulisse. L'indice d'émoussé, observé avec une cible de Cailleux transparente était calculé à partir de rI (indice d'émoussé de premier ordre, c'est-à-dire celui du plus petit rayon de courbure, le galet étant à plat). L'indice était établi avec la formule 2000 rI : L.

859 lots de galets ont été mesurés, mais une cinquantaine seulement ont été utilisés, les indices ayant été médiocrement observés pour neuf lots.

ANALYSES D'ARGILES ET ANALYSES CHIMIQUES

9Une douzaine d'analyses d'argiles ont été faites à l'Institut de Géographie de Paris (analyse thermique différentielle et rayons X), 2 par le Laboratoire de géologie appliquée de l'Université de Paris, 6 à l'Institut de Géologie de Strasbourg, 9 au Centre de recherches géochimiques et pétrographiques de Nancy qui, en outre, a fait le dosage en fer total des échantillons et a analysé les composants chimiques de six croûtes calcaires et gypseuses.

10A Nancy (Mme Marchal), on a séparé la fraction fine donnant la proportion d'éléments inférieurs à 2 microns par rapport au produit brut. Une fois préparé, l'échantillon a donné lieu à trois diffractogrammes effectués sur la phase argileuse après qu'elle ait été extraite

  • sans traitement d'aucune sorte,
  • après traitement thermique (1 h à 550°),
  • après traitement au glycénol.

DETERMINATION DES ROCHES ET OBSERVATION DE LEURS ALTERATIONS ET FISSURATIONS

1172 échantillons de roches ont servi à la confection de lames : 37 dans des roches intrusives, 16 dans des roches volcaniques, 6 dans des roches sédimentaires, 7 dans les dépôts lacustres de la formation « Jauja », 6 dans des croûtes et encroûtements (calcaires : 4 ; gypseux : 2).

12Les roches avec leurs caractéristiques ont été déterminées au microscope polarisant, une attention toute particulière a été portée aux formes d'altération et aux aspects de la fissuration.

MESURES DE POROSITE DES ROCHES

13Des mesures de porosité ont été faites sur des roches dont la détermination a été préalablement effectuée grâce à des lames minces. La porosité des parallélépipèdes de roches, dont le poids était compris approximativement entre 50 et 100 gr, a été mesurée par la méthode employée par Godard : l'échantillon est placé 7 jours dans l'eau distillée (une face restant au contact de l'air), puis, après un séchage superficiel sur papier filtre, à l'air libre, il est pesé sous un verre de montre avant de passer 24 h à l'étuve, également sous un verre de montre. La pesée de l'échantillon sec est ensuite effectuée et le pourcentage d'eau absorbée est rapporté à 100 gr de roche.

14Des fragments de roche semblable, prélevés dans le même échantillon, ont ensuite été passés au perméamètre à mercure installé à l'Institut de géographie de Paris (mesures et calculs faits par M. GUEZ). Le mercure est injecté sous une pression de plus en plus forte dans la roche. La macroporosité est celle des pores comprise entre 7 et 60 microns ; la microporosité est inférieure à 7 microns ; il est parfois mentionné une mésoporosité comprise entre 2 et 7 microns.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.