Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail social entre résistance et innovation / Soziale Arbeit zwieschen Widerstand und Innovation

 | 
Sabine Voélin
, 
Miryam Eser Davolio
, 
Mathias Lindenau

Valeurs fondatrices du travail social dans un monde en mouvement

Sabine Voélin

Résumé

Dieser einleitende Text setzt sich mit der Beziehung der Sozialen Arbeit zur sozioökonomischen und ideologischen Evolution in demokratischen Staaten auseinander, welche zu ihrer Entwicklung beigetragen haben. Diese Evolution führt dazu, dass die Soziale Arbeit heute zwischen Widerstand und Innovation schwankt (zögert?). Wenn soziale Institutionen nach unternehmerischen Prinzipien geführt werden, werden dabei oft die Probleme der betroffenen Bevölkerungsgruppen individualisiert, wodurch die strukturellen Bedingungen ausgeblendet werden. Von daher stellt sich die Frage der Ethik in der Sozialen Arbeit neu und bekommt gleichzeitig einen zentralen Stellenwert. Der Bezug auf Menschenrechte und auf soziale Gerechtigkeit macht die eigentliche Identität der Sozialen Arbeit aus.

Texte intégral

1Le champ du travail social constitue un espace au sein duquel se dévoilent quotidiennement la misère et les drames des citoyens dans une société génératrice de clivages et d’exclusion. Comment relever le défi d’une action soutenue par des principes éthiques faisant référence aux droits humains, à la justice sociale et la solidarité, dans une société inégalitaire à la fois dans sa structure et dans son fonctionnellement ? Face à l’évolution du système capitaliste et ses répercussions sur l’Etat-providence, quel est aujourd’hui l’esprit qui anime le travail social ? Ces questions, qui se situent au cœur même des sciences humaines et du travail social, ont été abordées sous différents angles ; les théories disciplinaires traduisant, chacune à leur manière, les évolutions et régressions sociétales, les contextes et modes de vie des individus, partant du plus simple dénominateur (faits, gestes, langage) jusqu’au plus global (l’analyse des systèmes). Au-delà de leurs différences, elles se déploient sur une même partition : donner du sens à l’observable, tenter de traduire ce que Javeau nomme Le petit murmure et le bruit du monde (1999). Du côté des sciences sociales, les sociologies se sont multipliées en direction de champs et thématiques spécifiques ; mais rendre compte du pouls du monde dans une société aussi éclatée que la nôtre en termes de courants de pensée et de modes d’action représente une gageure, et les études macrosociologiques se font rares.

2Un bref détour par l’histoire nous rappelle que la question du vivre en société est posée par Platon dans La République, où il s’interroge sur les conditions à réunir pour réaliser une communauté de citoyens heureux. Son projet, qui consiste à prendre soin de la cité grâce à une politique menée par des philosophes, renvoie à l’idée d’une articulation entre éthique et action, que l’on retrouve dans les idéaux de la Révolution française. Dans ce XVIIIe siècle mouvementé, il a été décidé, au nom de la liberté et de l’égalité, d’abroger les corporations (Blais 2007). Rapidement, néanmoins, la question s’est posée de savoir si le sentiment d’appartenance à une même nation suffirait à créer un lien social rassembleur. Une interrogation restée sans réponse qui refait surface un siècle plus tard sous la forme d’un « socialisme libéral », lorsqu’en apôtre de la paix sociale, Léon Bourgeois (2008) développe sa théorie du solidarisme, par laquelle il tente de relier justice sociale et liberté individuelle. L’auteur introduit la notion de « dette sociale » qui confère à tout individu arrivant dans un monde déjà développé un statut de débiteur. De là découleront ses propositions : créer un impôt progressif sur le revenu, une législation sur les assurances sociales et les retraites, ainsi que la mise en place de services d’intérêt général qui ne verront cependant pas le jour. Jean-Pierre Fragnière (2001) souligne que les économistes libéraux du XIXe siècle ont reconnu l’influence des mouvements sociaux de la classe ouvrière dans la création de l’Etat-providence : « (…) pensons à ce vaste tissu social localisé et efficace, issu du progrès des sociétés coopératives, des mutuelles décès, des associations de bienfaisance, des organismes bénévoles d’entraide et du vigoureux essor du mouvement syndical. »

  • 1 En 2010, le nombre de travailleurs sociaux et d’étudiants en travail social, toutes catégories de f (...)

3Au début du XXe siècle, observant l’évolution de la société industrielle, Emile Durkheim (1999) explique, dans une étude statistique devenue célèbre, que l’augmentation des suicides relève d’un défaut d’intégration des individus, ce qui menace la cohésion sociale. Pour remédier à ce problème, ce père de la sociologie préconise de renforcer les liens entre travailleurs, pour que s’exerce la coopération et que naisse un sentiment d’appartenance commune, voie royale de l’intégration. Aussi, lorsqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’évolution socio-économique donne naissance à la société de masse et que le statut de travailleur se double de celui de consommateur, l’espoir d’une société plus égalitaire se manifeste. Un tel capitalisme, plus démocratique, représente un âge d’or pour l’Etat dont les services se développent et se diversifient, où l’ascenseur social permet une mobilité ascendante des classes défavorisées par l’accès aux études et où les syndicats sont florissants. Epoque faste pour le secteur des services, qui voit l’arrivée en masse de professionnels (Ion & Tricart 1992) : enseignant-e-s, travailleurs sociaux et de la santé1 au cours de laquelle se concentrent des forces politiques et démocratiques qui trouvent leur point d’orgue dans la révolte de Mai 68. Un moment charnière d’émancipation par la prise de parole de populations dominées et exploitées (Revue Esprit 1968 ; Revue Quart Monde 2008). Ce large mouvement d’égalité citoyenne s’insurge contre un modèle hiérarchisant désignant les dominants, détenteurs des moyens de production, comme les responsables de toutes les formes d’inégalité. Or, ce modèle va se heurter aux évolutions du marché : cela aura pour conséquence de déstabiliser l’univers de références et les pratiques de l’ensemble de la société salariale.

4En effet, au cours des années 80, les économies nationales se sont transformées en un vaste marché aux frontières incertaines, où les entreprises se nomadisent. Par exemple, dans le secteur des PME, une entreprise de décolletage de la vallée de L’Arve s’implante une première fois dans un pays de l’Est, pour ensuite se diriger vers la Chine (Perret 2006), ne conservant plus que quelques ouvriers en Haute-Savoie. Une illustration qui renvoie au passage d’un capitalisme réglementé par une organisation hiérarchisée de type fordiste, ébauché depuis les années 70 (voir Boltanski & Chiapello 1999), vers un nouvel ordre économique caractérisé par le développement des technologies de communication et une concurrence des marchés sans précédent. Les entreprises, dont les objectifs de rentabilité et de profit étaient assorties de protections sociales acquises de haute lutte par les syndicats et les partis, garantissaient aux travailleurs une certaine stabilité d’emploi. Sous le règne de l’hyper-capitalisme, les actionnaires prennent une part active au management de grands groupes multinationaux qui travaillent en réseaux. Sur le marché du travail mondialisé et déréglementé, les exigences pèsent sur les travailleurs censés exercer leur autonomie et créativité dans l’exercice de leur capacités scientifiques et techniques. Vincent de Gaulejac (2010) montre, dans une analyse de cas, comment ce qu’il nomme « la nouvelle gestion paradoxante » produit « une situation de double contrainte ». Selon lui, « la situation de double contrainte s’installe à partir du moment où plusieurs personnes sont engagées dans une relation intense ayant une grande valeur pour elles sur le plan affectif, psychique ou matériel, de telle façon qu’elles ne peuvent ou ne veulent s’en dégager. Une telle conjoncture se caractérise par un système de communication dans lequel des messages sont émis sous la forme d’injonctions contradictoires assorties d’un troisième terme qui empêche tout échappatoire » (2010 : 86). Ces « injonctions paradoxales » fonctionnent comme un mécanisme d’oppression. Par la violence symbolique qu’elles induisent, elles portent atteinte à la santé physique et psychique des individus et produisent de l’exclusion. Trois conduites sont alors observées : « la fuite, le “vivre avec” ou la tentative de créer des conduites de dégagement ».

5Considéré sous le seul angle de l’accès aux marchandises, le consommateur ne peut que se réjouir, car n’est-il pas de l’intérêt général d’obtenir des biens et services au prix le plus bas possible ? Toutefois, si le consommateur se double d’une conscience citoyenne, pourra-t-il occulter la question des inégalités devant l’exploitation des ressources des pays pauvres ? Conscient du lien entre sa consommation et les problèmes sociétaux, s’il se tourne vers le politique pour se rallier à un acteur-phare du jeu démocratique, il risque fort d’être déçu, confronté à la manière dont les lobbies économiques exercent une pression pour s’annihiler le politique. Robert Reich (2008) parle d’une « OPA du monde de l’entreprise sur celui de la politique », notant que « Google dépense des sommes considérables en lobbying, parce que Yahoo ou Microsoft en font de même et que les décisions qui seront prises à Washington ou à Bruxelles auront des impacts considérables au bénéfice de l’une ou de l’autre ». Plus proche de nous, le socialiste suisse Andreas Gross (Buchs 2011 : 32) dénonce la mainmise des lobbies sur les positions des députés, affirmant que « les groupes de pression préparent même les propositions législatives formulées par les parlementaires au sein des commissions et devant le plénum ». De telles pratiques, qui consacrent l’hégémonie du champ économique sur tout autre espace social, porte atteinte à la démocratie et participe de la méfiance d’une large frange de la population envers le politique. Sur le plan idéologique, le niveau de conscience de la nécessité de coopérer pour lutter contre les formes d’oppression et d’exclusion (Marx & Engels 1977 : 63) est actuellement au plus bas, ce que constatent syndicats et associations professionnelles qui voient le nombre de leurs membres diminuer fortement. Par ailleurs, l’autonomie relative des travailleurs au sein des organisations se couple d’un individualisme et d’un repli sur la sphère privée.

6Selon Pierre Rosanvallon (2011 : 309, 310), la tertiarisation de la société a eu pour conséquence l’apparition d’une nouvelle « étape de l’émancipation humaine », que cet auteur nomme « l’individualisme de singularité », où « (…) les individus sont dorénavant plus déterminés par leur histoire que par leur condition ». L’auteur propose une explication de cette opposition en ces termes : « Dans la démocratie comme régime politique lié à l’individualisme d’universalité, le suffrage universel signifiait que chacun détenait une portion de souveraineté égale à celle des autres. Dans la démocratie comme forme sociale de l’individualisme de singularité, il y a l’aspiration à être important aux yeux d’autrui, à être unique ». Il y aurait donc, d’un côté, une exigence d’être reconnu dans son humanité et donc d’être l’égal d’un autre et, d’un autre côté, celle de se distinguer.

  • 2 En Suisse, le chômage se situe autour de 3 %. En France, il tend à dépasser les 10 %, et en Allemag (...)

7Que la société soit devenue une société d’individus n’enlève cependant rien au fait que l’insertion sociale dépende dans une large mesure d’une intégration sur le marché du travail, ni que celui-ci ait perdu de sa valeur en termes d’accès à la consommation et de représentation de soi. Or, force est de constater que le capitalisme a changé de visage : les inégalités sociales se sont creusées, excluant une frange de plus en plus importante de la population de l’accès aux biens de consommation. Partout en Europe, on a vu les statistiques accuser une augmentation du chômage et de la pauvreté2. Même s’il reste relativement faible en Suisse, de toute évidence le plein emploi n’est plus assuré.

8Par l’intermédiaire de ses services, l’Etat social représente alors l’instance de recours des citoyens en difficulté. Des politiques d’insertion sont mises sur pied pour favoriser le retour à l’emploi ; mais cet accès s’avère de plus en plus difficile au vu des évolutions du marché. On qualifie de « nouvelle pauvreté » la situation des « victimes de la situation socio-économique », avec une forte tendance à individualiser les problèmes rencontrés. Il paraît bon de préciser que le « chômage de longue durée », le « hors-circuit du travail » ou le « travail multiplié » des « travailleurs pauvres » recouvrent des situations et des trajectoires très distinctes, devant lesquelles les travailleurs sociaux, agents de l’Etat social, se trouvent souvent démunis. Lorsque les politiques d’insertion aboutissent à un engagement, elles ne débouchent pas forcément sur une stabilité de l’emploi, la pratique des contrats à faible taux ou à durée limitée se normalisant de plus en plus. Il est fréquent que les carrières professionnelles alternent entre périodes de chômage, stages rémunérés ou non, voire emplois ponctuels ou déguisés en bénévolat. Au sein des organisations, les conditions d’accès à l’emploi exigent une flexibilité et une adaptation constantes, mais aussi des formations longues et des connaissances à la fois vastes et pointues, ce qui introduit des disparités entre travailleurs de par l’inégalité de leurs ressources. Quant aux critères de recrutement, ils ont également changé. La notion de qualification a été abandonnée au profit de celle de compétences et d’employabilité, deux termes traduisant le lien entre capacités personnelles et besoins de l’entreprise. Elsa Décriaud (2006) met l’accent sur « le tri entre les « inemployables » et les « employables » selon les normes édictées par les entreprises ». Parmi les mesures de réinsertion mises sur pied, le « projet des sans-emploi » est censé se conformer à la loi du marché vue comme un blanc-seing par rapport aux évolutions d’un système économique qui perpétue les écarts entre classes. De fait, le chômage continue sa progression dans la plupart des pays occidentaux, les travailleurs âgés sont envoyés prématurément à la retraite ou congédiés, de même que les cadres jugés insuffisamment compétitifs et rentables ; sans oublier les « travailleurs pauvres », principalement les femmes, dont les contrats sont précaires ou à durée déterminée. Sur ce thème, cherchant à définir les représentations des individus écartés du système de production, Robert Castel parle de « surnuméraires », d’« inutiles au monde », d’« exclus de la société ». Camille Peugny (2009), dans L’observatoire des inégalités, rapporte que les mesures d’égalité des chances ne remplissent plus leur fonction, ce que corroborent les données des chercheurs qui analysent plus particulièrement la situation des classes populaires : devant la transformation de la société celles-ci se retrouvent en perte d’identité au moment où leurs conditions économiques se dégradent (Schultheis, Frauenfelder & Delay 2009).

  • 3 Ces évaluations externes peuvent se coupler à des évaluations internes, mandatées par des experts, (...)

9Une telle évolution, sur les plans tant structurels qu’idéologiques, porte atteinte à la cohésion sociale, dans la mesure où elle favorise les plus qualifiés, la conséquence en étant une montée du chômage et de la précarité. Face à cette évolution et quelle que soit la mission de ses services, l’Etat-providence adopte les logiques de l’entreprise (Molénat 2011 : 35) et engage des réformes, dans la perspective d’obtenir des résultats en termes de rationalisation des actions sur la base de critères mesurables quantitativement. Compétitivité et efficience se doivent d’être au rendez-vous de l’évaluation. C’est le règne du discours du management centré sur une gestion individualisée des problèmes que rencontrent les acteurs. Alain Vulbeau (2011) note que, « sous couvert de rationalisation et de développement économique, le management impose des formes de normalisation des conduites individuelles tout en dévalorisant l’action collective ». Sur la question de l’exigence de résultats démontrables, Michel Chauvière (2010) rappelle que c’est moins l’évaluation en tant que telle qui pose question que le fait qu’elle occupe « une place démesurée » par « la généralisation et la rationalisation d’activités évaluatives détachées et externalisées »3. Cette nouvelle politique de l’évaluation va favoriser « l’apparition d’une véritable économie politique de l’évaluation entre conversion des autorités publiques à l’impérieuse nécessité d’évaluer et autonomisation de l’offre, favorisant un véritable business évaluatif » (p. 67).

  • 4 Selon la direction de la Vie associative de l’emploi et des formations, la France compte un million (...)

10Pour faire face à des problématiques sociales, interculturelles et psychologiques de plus en plus complexes, une vaste offre de formations de base et continue répondant à des métiers de plus en plus différenciés et hiérarchisés a été mise sur pied4. Sur le terrain du travail social et de la santé, les professionnels occupent des postes aux frontières parfois mal définies et où les passerelles restent difficiles à franchir (diversité des cursus, hiérarchisation des tâches, directives de réorganisation, etc.). L’introduction du New Public Management au sein même des organisations sociales et sanitaires instaure une nouvelle logique : « Le processus de rationalisation questionne la détermination de la valeur des tâches en termes exclusivement marchands (mesure en unités de temps, c’est-à-dire en coûts) qui sacrifient la part de « don » et redéfinissent les politiques de contrat dans le travail avec l’humain » (Sanchez-Mazas et Tschopp 2010). De ce fait, il établit un risque de perversion de l’essence même de ces professions, dont la spécificité relationnelle exige des connaissances, certes mesurables, mais également des compétences en termes de co-construction créative, qui s’accommodent mal d’une évaluation sous forme de rapport tâches-temps. Certes, il ne faudrait pas en déduire que le travail social ne peut s’évaluer mais qu’une part de son évaluation exige la prise en compte de dimensions intersubjectives dont les échelles de « bien-être » restent encore à construire. Il se réfère à un « savoir construit et à construire ». A ce propos, Michel Legros souligne l’importance qu’il y a à ne pas confondre « recommandations de bonnes pratiques » reposant sur un consensus à un moment précis et indicateurs issus des pratiques professionnelles : « N’hésitons pas à fournir des données chiffrées sur les taux d’encadrement en personnel soignant ou éducatif ; choisissons pour cela les indicateurs les plus pertinents et publions les résultats avant que d’autres ne le fassent ou que des organismes privés à but lucratif mettent en avant leurs succès mémorables. » (2010 : 175).

  • 5 Il y eut, au XIXe siècle, des initiatives d’ingénieurs sociaux issus de la mouvance fouriériste pou (...)
  • 6 A Genève, ces unités d’action communautaire se retrouvent dispersées sur le territoire de la ville.

11Au départ défini comme relation de service, le travail social se mue en activité d’accompagnement et va se différencier en une multitude de modes d’action, dans des contextes qui subissent un contrôle social et une imposition de normes plus ou moins contraignantes. On s’aperçoit que, si l’accompagnement socio-éducatif dans les structures d’hébergement, le travail de rue, l’aide sociale aux personnes sans ressources se poursuit sous le vocable d’ingénierie sociale5, de nouvelles fonctions émergent : chefs de projets, agents de développement, chargés de mission, fonctions regroupées en unités6 avec pour objectif de travailler avec des populations dans l’espace public, ce qui exige des formations à la fois techniques et éthiques. La situation de ces professions a certes une composante d’autonomie, mais elle est subordonnée aux exigences des services mandataires et soumise aux besoins de la politique politicienne à la recherche d’images valorisantes. Yolande Pelchat décrit comment la notion de participation du « citoyen-usager-client », d’emblée connotée positivement, représente « l’une des pierres angulaires du déploiement de la “nouvelle gestion publique” et interroge cette notion à laquelle est associée l’idée de solidarité, d’égalité et en fin de compte de démocratie. L’auteure considère que les actions participatives qui ne prendraient pas en compte les enjeux politiques et les inégalités sociales se confineraient dans une « privatisation de la lutte contre l’inégalité » (2010 : 127). Autrement dit, pour que les démarches de participation citoyenne correspondent à une véritable alternative par rapport aux modes de gestion technocratiques, il s’agirait d’analyser, non seulement leur dynamique propre, mais encore leurs modes d’intervention et leur impact dans l’espace public.

12Directement soumis aux aléas de l’économie, alors même que l’Etat social tend à réduire ses coûts, le domaine du travail social va connaître une affluence de populations en situation de pauvreté et d’exclusion au moment où, en 2007-2008, intervient une nouvelle crise économique et sociale qui embrase les pays occidentaux. Cette crise, qui questionne le modèle super-capitaliste, est le produit d’une conjonction entre plusieurs facteurs. L’économiste Olivier Passet (2009 : 10) en note quatre : tout d’abord, cette crise est une « crise bancaire » en lien avec les crédits hypothécaires accordés (les fameux prêts subprime) ; ensuite, c’est une crise « de financement mondial », où l’on voit les pays émergents venir au secours des pays riches ; c’est, de surcroît, la « crise d’un modèle de croissance inégalitaire », où les ménages les plus riches augmentent leur revenu, tandis que les plus pauvres sans beaucoup de qualification s’endettent pour faire face à leurs dépenses. L’auteur relève un quatrième facteur : celui d’une « crise du système productiviste », renvoyant, celle-ci, à l’inflation des prix par rapport aux coûts environnementaux et le met en relation avec les coûts de la santé publique, qui pèsent sur le produit intérieur brut.

  • 7 Sondage IFOP pour Challenges, réalisé entre le 2 et le 4 février 2010 sur un échantillon de 1000 pe (...)

13Au cours de cette crise qui est aujourd’hui la manifestation d’une réalité plus ou moins dramatique selon les pays où elle a éclaté, les politiques sont partis au secours des banques sans hésiter, voire sans même s’assurer de pouvoir exercer un certain pouvoir dans la suite des négociations et des décisions. Au niveau des entreprises qui licencient, alors que les bénéfices sont toujours là mais estimés insuffisants, on assiste, par endroits, à une mobilisation des politiques qui s’insurgent, sans grand succès, contre de tels verdicts. Au sujet des hyper-rémunérations des grands patrons, quelques voix contestataires de politiciens et politiciennes se font entendre sans grand succès. A noter que, selon un sondage réalisé auprès d’un échantillon de la population française, 69 % des gens interrogés ont jugé la société profondément « injuste », mais devant l’enrichissement des patrons des grandes entreprises (fortes rémunérations des dirigeants, parachutes dorés, bonus des traders, bouclier fiscal, etc.), ils ne sont plus que la moitié à manifester leur intolérance7. Dès lors, va-t-on assister à un retour en force du politique et à une certaine moralisation de l’économie ? Quelques indices (voir à ce propos Smith 2009, Fassin 2010, Fournier 2011) laissent à penser que l’» altruisme », qu’il repose ou non sur un calcul coûts-bénéfices n’a pas disparu de notre société ; les médias s’en font d’ailleurs l’écho. Les manifestations de récoltes de fonds en lien avec les problématiques de santé ou de grandes catastrophes donnent lieu à des spectacles mettant en scène les vedettes du show biz. Bill Gates lègue les trois quarts de sa fortune à une fondation et, à sa suite, quelques richissimes dirigeants. S’agit-il d’une nouvelle manifestation d’altruisme ? Est-ce la crise économique qui leur aurait fait craindre une paupérisation massive de la population mondiale, un besoin de reconnaissance sociale par le moyen de la philanthropie, la fatigue de devoir maintenir leur empire financier ou encore leurs origines sociales qui, les ayant propulsés au rang de dominants, ne leur ont pas fait oublier pour autant les réalités sociales de leur milieu d’origine ? Les questions demeurent.

14En conclusion, rappelons brièvement un élément somme toute banal : si le travail social est né sur une base de valeurs morales inspirées du judéo-christianisme, il n’en reste pas moins influencé par les évolutions et les courants idéologiques qui modèlent la figure de la société. Toutefois, ce constat ne signifie aucunement que les valeurs propres à la démocratie doivent être abandonnées, bien au contraire, et tant les sciences humaines que le travail social s’en font l’écho. Ainsi, les travaux contenus dans l’ouvrage Repenser la solidarité, dirigé par Serge Paugam (2007) partent du contrat social qui garantit les droits fondamentaux sur la base du principe de justice, défini « à la fois comme équité et comme horizon ». A partir des enjeux mis en évidence dans les différents domaines où s’exerce le lien social, il s’avère que si les « solutions universalistes » sont à privilégier, des « solutions catégorielles » doivent être trouvées sur la base du principe de solidarité, quitte à utiliser des mesures de « discrimination positive ». « L’éthique sociale revient donc à donner davantage à ceux qui ont moins en référence au principe de l’égalité des chances et, éventuellement, notamment lorsque les inégalités sont profondes, en référence au principe de l’égalité des résultats. » (p. 954). Sur la relation entre éthique et travail social, Caroline Boinon (2011) convoque la théorie de la justice de John Rawls et notamment son second principe. Pour Rawls (2008 : 341), « les inégalités sociales et économiques ont à satisfaire deux conditions : être liées à des fonctions et à des positions ouvertes à tous, dans des conditions d’égalité des chances, et procurer le plus grand bénéfice aux membres les plus désavantagés de la société ». De tels écrits et d’autres allant dans le même sens traduisent avec pertinence les références aux principes de la démocratie et des droits humains. Suffiront-ils à promouvoir des politiques de lutte contre la ségrégation spatiale, contre les problèmes liés à la stigmatisation et à la gentrification ? Aujourd’hui, les manifestations issues du mouvement des Indignés font florès. Les travailleurs sociaux n’ont-ils pas un rôle à jouer pour que soit entendue la parole collective des personnes marginalisées et exclues ? Quoi qu’il en soit, il ressort des écrits de travailleurs sociaux et de chercheurs du domaine des prises de position sur les problématiques qui leur sont posées. Ils témoignent d’une certaine résistance aux injonctions contraires à leur déontologie et aux droits humains (Code de déontologie 2010).

Bibliographie

Blais, M.-Cl. (2007). La Solidarité. Histoire d’une idée. Paris : Gallimard.

Boinon, C. (2011). La confrontation de l’éthique du travail social aux principes de justice sociale. Vie Sociale, 3.

Boltanski, L. & Chiapello, E. (1999). Le Nouvel Esprit du capitalisme. Paris, Gallimard.

Bourgeois, L. (2008) Solidarité. L’idée de solidarité et ses conséquences sociales. Présenté par M.-Cl. Blais. Paris, Le Bord de l’eau.

Buchs, J.-Ph. (2011). Ces lobbies qui influencent les députés, Bilan, 12, 32.

Chauvière, M. (2010). Nos accords normatifs dans la tourmente de l’évaluation. In V. Meyer (Ed.), Normes et normalisation en travail social. Pour une posture critique entre responsabilité, résistance et créativité. Bordeaux, Les Etudes hospitalières.

Code de déontologie du travail social en Suisse. Un argumentaire pour la pratique des professionnel-le-s. (2010). Avenir Social. Récupéré de http://www.avenir-social.ch/fr/p42009473.html

Décriaud, E. (2006). L’insertion par le travail : une mise à l’emploi précaire. Tsanta, 11,53-62.

Durkheim, E. (1999). Le suicide. Paris, PUF.

Fassin, D. (2010). La Raison humanitaire. Une histoire morale du temps présent.

Paris, Seuil.

Fournier, M. (2011) (Ed.). Le retour de la solidarité (Dossier). Sciences humaines, 223.

Fragnière J.-P. (2001). Des siècles de quête de la solidarité. FEAS, Aspects de la sécurité sociale, 4.

Gaulejac, V. de. (2010). La NGP : Nouvelle gestion paradoxante. Nouvelles pratiques sociales, 22 (2), 83-98.

Gross, A. (2011). Ces lobbies qui influencent les députés. Bilan, 12, 30-32.

Ion J. & Tricart J.-P. (1992). Les travailleurs sociaux. Paris, La Découverte.

Javeau, Cl. (1999). Le Petit Murmure et le Bruit du monde. Bruxelles, Les Eperonniers.

Mai 68 (1968). Revue Esprit, 6-7.

Mai 1968, un tournant dans l’histoire du Quart Monde ? (2008). Revue Quart Monde, 205-206. Récupéré de http://www.editionsquartmonde.org/rqm/document.php?id=1971.

Marx, K. & Engels, F. (1977). L’idéologie allemande. Paris, éditions sociales.

Molénat, X. (2011). Le nouvel esprit de l’action publique. Sciences humaines, 228, 35-XX

Ottenheimer, G. (2010). Ces inégalités qu’on ne tolère plus. Challenges, 202, 46-49.

Passet, O. (2009). Quatre lectures de la crise. Alternatives économiques, 38, 7-11.

Paugam, S. (Ed.) (2007). Repenser la solidarité. L’apport des sciences sociales. Paris, PUF.

Pelchat, Y. (2010). L’appel à la participation. Une vision privatisée de l’inégalité ?

Nouvelles pratiques sociales, 22 (2), 114-129.

Perret, G. (2006). Ma mondialisation [film documentaire - DVD]. Paris, films du Paradoxe.

Peugny C. (2009). Quand l’ascenseur social descend : les conséquences individuelles et collectives du déclassement social. Récupéré du site de l’Observatoires des inégalités, http://www.inegalites.fr/spip.php?article648, article 648 12.03.2010.

Rawls, J. (2008). La justice comme équité, une reformulation de la théorie de la justice. Paris, La Découverte.

Reich, R. (2008). Super-capitalisme. Le choc entre système économique émergent et la démocratie. Paris, Vuibert.

Rosanvallon P. (2011). La société des égaux. Paris, Seuil.

Sanchez-Mazas, M. & Tschopp, F. (2010). La rationalisation des métiers du social : l’installation de la logique marchande dans les professions sociales. Les politiques sociales, 1 & 2.

Schultheis, F., Frauenfelder, A. & Delay, Ch. (2009). Les classes populaires aujourd’hui : conditions de travail et modes de vie. Scala, Discussion Paper, 14.

Smith, A. (2009). La richesse des nations. Paris, Flammarion.

Vuilbeau, A. (2011). Contrepoint - L’émergence de l’ingénierie sociale. Informations sociales, 167 (5), 51.

Notes

1 En 2010, le nombre de travailleurs sociaux et d’étudiants en travail social, toutes catégories de formation confondues, atteignait en France 4 millions de personnes. En Suisse, on comptait en 2009 113’600 personnes employées dans les différents métiers du social (Recensement fédéral de la population 2000 et Enquête ESPA 2009).

2 En Suisse, le chômage se situe autour de 3 %. En France, il tend à dépasser les 10 %, et en Allemagne, il évolue autour de 7 %.

3 Ces évaluations externes peuvent se coupler à des évaluations internes, mandatées par des experts, par exemple par les institutions fédérales, visant une photographie de l’évolution d’un projet au regard des moyens mis à disposition, assorties de recommandations.

4 Selon la direction de la Vie associative de l’emploi et des formations, la France compte un million d’associations en 2006, dont 13 millions de bénévoles et 1,6 million de salariés (8 % de l’emploi en France).

5 Il y eut, au XIXe siècle, des initiatives d’ingénieurs sociaux issus de la mouvance fouriériste pour convertir des utopies en réalisations concrètes. En France, « le terme d’ingénieur social n’est pas utilisable, ce qui explique que l’intitulé du nouveau diplôme du travail social soit diplôme d’Etat d’ingénierie sociale » (Vulbeau 2011 : 51).

6 A Genève, ces unités d’action communautaire se retrouvent dispersées sur le territoire de la ville.

7 Sondage IFOP pour Challenges, réalisé entre le 2 et le 4 février 2010 sur un échantillon de 1000 personnes, représentant la population française âgée de 18 ans et plus.

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site