Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail social entre résistance et innovation / Soziale Arbeit zwieschen Widerstand und Innovation

 | 
Sabine Voélin
, 
Miryam Eser Davolio
, 
Mathias Lindenau

Introduction

Sabine Voélin, Miryam Eser Davolio et Mathias Lindenau

Texte intégral

1L’année 2010 a été consacrée par l’Union européenne « Année de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale ». Ce thème a particulièrement inspiré la Société suisse de travail social (SGSA-SSTS) qui en a fait l’objet d’un congrès en mars 2010 à Genève. Le présent ouvrage est issu d’un choix de contributions au congrès allant de débats théoriques et méthodologiques jusqu’aux questionnements émanant des pratiques. Par ailleurs, il a semblé pertinent d’offrir aux lecteurs, étudiants, enseignants chercheurs et praticiens du domaine, une équité entre textes en allemand et en français afin de refléter le caractère bilingue du congrès. Un bref résumé dans l’autre langue que celle de la rédaction du texte, en chapeau de chacun des articles, permet de fournir quelques repères au lecteur peu familiarisé avec la langue de son auteur.

2Ainsi, la trentaine de travaux exposés se veut un état des lieux des problématiques sociales et des postures adoptées par ceux et celles qui travaillent dans ce champ. En effet, de l’enseignant au chercheur, du praticien à l’étudiant, nul ne peut éviter de s’interroger sur le sens de son action en termes d’adaptation, de résistance voire d’innovation.

3Un premier texte de Sabine Voélin ouvre le volume en situant le travail social comme champ en expansion par rapport aux évolutions socio-économiques et idéologiques où les logiques marchandes, les critères propres à l’entreprise se confrontent à des principes de l’ordre du don et du care. Dans une première partie intitulée « Place et rôle du travail social dans la société démocratique », Peter Sommerfeld s’interroge sur le rôle qui revient au travail social dans la société démocratique tandis que Verena Keller souligne le danger qu’il y a à favoriser les discours sur la responsabilité individuelle dans l’aide sociale plutôt que de porter le débat au niveau des inégalités et des difficultés d’accès à l’aide. A propos de l’incidence des inégalités sociales, Ueli Mäder se demande si le travail social ne devrait pas explorer plus à fond les structures concrètes du pouvoir dans son analyse de la crise économique et argue du fait que les prestations de compensation constituent en définitive un facteur de paix sociale. Quant à savoir si le travail social parviendra à évoluer en accord avec les valeurs qui le fondent, cela dépendra pour Maryse Bresson de sa capacité à se positionner en toute indépendance comme force novatrice dans la gestion des crises. Lothar Böhnisch porte un jugement critique sur le travail social en Allemagne lequel, à ses yeux, discerne ou exploite mal les moyens dont il dispose et s’efforce principalement à amortir les processus économiques. Or le travail social, émergence tardive de la démocratie, devrait, dit-il, se concentrer sur sa destination première en se réclamant et en imposant résolument – y compris en temps de crise – ses valeurs fondatrices.

4Sous l’effet de la mondialisation croissante, les problèmes sociaux acquièrent une dimension nouvelle allant au-delà du strict cadre de référence national. S’appuyant sur l’exemple de la transnationalité des immigrants somaliens, Joëlle Moret montre qu’un puissant ancrage dans le pays d’origine ne s’oppose pas obligatoirement à l’intégration dans le deuxième pays. A cet égard. Nadja Baghdadi, Mandy Schöne et Christian Reutlinger insistent sur la nécessité de considérer le transnationalisme et son cadre de référence sous un autre angle. Suit ici une contribution de Shirley Roy, pour qui les institutions de formation et les hautes écoles spécialisées seraient bien avisées de collaborer plus étroitement avec les acteurs du terrain, d’abord pour ouvrir conjointement de nouvelles pistes de recherche, mais aussi pour mettre au jour les interactions entre le pouvoir institutionnel, le savoir universitaire et le savoir pratique. Il pourrait s’en dégager des propositions originales qu’un domaine, à lui seul, ne serait pas à même d’élaborer.

5La seconde partie « Travail social et évolution des politiques publiques » est introduite par une contribution de Michel Chauvière dans laquelle il s’attache à examiner la manière dont le travail social se situe face aux développements actuels. Il ouvre le débat sur le positionnement politique des travailleurs sociaux, saluant leur mobilisation tout en critiquant le fait que la résistance en France voire en Suisse (précision des éditeurs scientifiques), se manifeste assez peu au niveau des associations. Dans le même ordre d’idées, Patrick Ernst se demande dans quelle mesure, la mise en œuvre de programmes sociaux en faveur des personnes les plus marginalisées, mérite encore le qualificatif de « social », alors que ces programmes ne promettent pas de réelle intégration. Ce constat renvoie à la nécessité, comme l’affirme Peter Schmid, de clarifier la notion de justice sociale dans le travail social, de s’interroger sur la signification de l’adéquation aux besoins, de l’égalité des procédures et de l’équité des prestations, mais aussi sur les moyens dont dispose le travail social pour concrétiser le principe de justice sociale. Günter Rieger entrevoit ici une perspective pour le travail social, pour autant que celui-ci conçoive l’action politique – sous forme de lobbying social, de participation aux instances et d’activation, comme partie constitutive de ses missions. Olivier Grand explore quant à lui la notion d’intervention sociale, laquelle tend à privilégier les approches individualisées et à reléguer ainsi l’action collective au second plan.

6Comment le travail social appréhende-t-il les risques de paupérisation et les mécanismes d ‘ exclusion ? Dans une troisième partie de l’ouvrage intitulée « Le travail social face aux risques de précarisation », les contributions sont consacrées à différents groupes cibles dans le champ des pratiques. Sophie Rodari examine le « système à deux vitesses » qui résulte des nouvelles dispositions régissant l’aide sociale. Celles-ci limitent en effet l’aide aux personnes dont les chances de réinsertion sont faibles et accordent aux autres des moyens supplémentaires. D’où la question de savoir si ce rôle est encore compatible avec les valeurs fondamentales du travail social. S’agissant de l’employabilité des jeunes adultes, Susanne Gerber et Dorothee Schaffner préconisent une analyse orientée sur les réalités quotidiennes pour accroître la capacité des intéressés à mener leur existence et assurer ainsi, sur le long terme, leur participation à la formation et l’emploi. Dans le même sens, la contribution d’Annamaria Colombo – portant sur une étude consacrée à des jeunes SDF à Montréal – souligne tout l’intérêt qu’il y a, pour le travail social, à prendre en considération les ressources qu’ils mettent en œuvre pour permettre aux intéressés de reconquérir une place dans la société. Dieter Haller, Eveline Althaus et Christian Balser développent la question en proposant une typologie du déroulement des cas d’aide sociale en Suisse alémanique et en analysant les facteurs favorables et défavorables de ce dispositif de soutien. Jean Foucart expose le rôle de « la distance appropriée » qu’il y a lieu d’observer avec les intéressés dans le travail social professionnel. Suit un article de Daniela Berger et Edgar Baumgartner consacré au travail social en entreprise. Ce travail, que les auteurs situent au carrefour entre société civile et communauté n’en finit pas, selon eux, de chercher sa place et de redéfinir son rôle. Véronique Antonin-Tattini et Marie-Danièle Bruttin-Troutot clôturent cette partie avec un article sur les services de placement. Les auteures examinent les logiques d’action des professionnels confrontés aux attentes des bénéficiaires de mesures de réadaptation professionnelle de l’assurance invalidité et mettent en évidence l’échange entre partenaires afin d’éviter des dysfonctionnements préjudiciables et des prestations mal pensées.

7Dans une quatrième partie nommée « Approches et démarches de la pratique professionnelle », les projets et exemples rapportés interrogent la mise en pratique dans le travail social. Sur la base de deux études de cas, Alain Canonica et Martina Koch entreprennent d’illustrer les effets et les écueils des approches multi-professionnelles. Le groupe d’auteurs formé par Jeannette Friedrich, Sylvie Mezzena, Laurence Seferdjeli et Kim Stroumza se réfère à l’approche de l’« analyse de l’activité » pour saisir la méthode socio-pédagogique pratiquée par un centre de jour pour adolescents de Genève et en dégager un modèle d’observation des règles éducatives. S’agissant plus spécifiquement des personnes âgées, Dominique Kern met en avant le rôle actif du travail social pour stimuler leur envie d’apprendre et regrette que le soutien aux aînés se limite souvent à des fonctions palliatives ou de soins. A partir de l’exemple du dispositif de soutien aux personnes toxicodépendantes, Jean-Félix Savary explore les coulisses du « succès » de la politique suisse en matière de drogues et le rôle joué par le travail social dans ce contexte. Katja Schnyder-Walser, montre à l’aide d’un instrument de récolte sous la forme d’une grille développée par Caritas-Zürich, que pour saisir ce que recouvre la précarité des situations individuelles, il s’agit de la considérer sous de multiples angles.

8Sur les nouveaux modes d’intervention destinés à faire face aux difficultés du terrain, la contribution de Thierry Apothéloz, Marko Bandler et Mehdi Aouda ouvre la marche. Les auteurs y indiquent à quelles conditions les instruments participatifs concourent à un fonctionnement idéal et un degré d’autonomie optimal. Les réseaux sociaux, en tant que ressource majeure pour les personnes âgées ou handicapées, sont au cœur de l’article de Christina Dietrich. L’auteure parvient à démontrer comment le travail social s’applique à construire et entretenir de tels réseaux, y voyant un rempart contre l’exclusion. Le projet de Christophe Pittet se propose d’aider de jeunes adultes en difficultés psychosociales à se réinsérer professionnellement via des activités artistiques inscrites dans un programme socio-pédagogique. Lea Hollenstein éclaire quant à elle les horizons et limites de l’action professionnelle menée dans les centres de consultation pour femmes victimes de violence. Cette culture illustre comment ces centres, qui ont bénéficié ces dernières années d’une aide étatique plus conséquente, l’ont, en quelque sorte, payée par une perte d’autonomie.

9Dans une cinquième et dernière partie intitulée « Réfléchir la recherche contemporaine dans le champ du travail social », Jean-Pierre Tabin développe une réflexion épistémologique sur la recherche dans le domaine du travail social qu’il relie aux sciences sociales en montrant qu’elle ne se cantonne pas dans une seule fonction d’ingénierie ou d’expertise, mais qu’elle a les capacités de produire de la théorie à partir des données empiriques récoltées sur les terrains de l’action sociale. Quant à Claudio Bolzman, il prend l’exemple de la migration pour en souligner la marginalisation dans l’optique des intéressés, en l’occurrence les migrants et migrantes. Pour positionner la recherche appliquée, Peter Schallberger distingue quatre profils auxquels s’adressent les organismes ou personnes qui mandatent des travaux de recherche : les chercheurs, les spécialistes, les experts et les représentants de la recherche. Convoquant Max Weber, l’auteur plaide en faveur d’une attitude intrinsèquement critique de la recherche face à la pratique, condition sine qua non de la distance objectivante.

10Ces nombreuses contributions montrent à quel point tant le champ du travail social lui-même que le sens de l’action sociale sur les différents terrains où elle s’exerce, ne se laissent pas saisir au premier regard et combien il est nécessaire d’aller à la rencontre des populations pour en comprendre les problèmes, les faire connaitre par les institutions et la société. Les récits témoignent du fait que les enseignants, chercheurs, praticiens du domaine embrassent plusieurs rôles : celui de porte-parole, celui qui débusque les inégalités sociales là où elles se logent, etc. sans se figer dans une position de repli. Dans le contexte de crise économique et financière, ces travaux offrent l’image d’un champ qui, au-delà des pressions et injonctions institutionnelles, poursuit son travail de mise en évidence des problématiques, suggérant des voies et options nouvelles dans la mise en synergie de partenariats entre acteurs de terrain, enseignants et chercheurs des hautes écoles, de même qu’entre disciplines.

Auteurs

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site