Version classiqueVersion mobile

La vitalisation au cœur de l’intervention

 | 
Kim Stroumza
, 
Claude de Jonckheere

Chapitre premier. L’institution

Texte intégral

Description

1La Fondation Alfaset a été créée en 1962, à La Chaux-de-Fonds. Ce fut à l’époque le premier atelier protégé de Suisse. Elle s’est élargie et compte aujourd’hui cinq centres de production : deux à Neuchâtel, deux à La Chaux-de-Fonds et un à Couvet (NE). A ces cinq centres, se sont ajoutés trois foyers d’accueil, à La Chaux-de-Fonds, à Neuchâtel et à Peseux (NE). Alfaset emploie près de cinq cents collaborateurs, dont quatre cents environ sont des employés handicapés. Une centaine d’entre eux vivent dans les foyers.

  • 1 Office fédéral des assurances sociales.

2L’institution est reconnue d’utilité publique, dans le cadre de la loi sur l’assurance-invalidité (AI). L’autofinancement (vente des produits, activités industrielles et prestations sociales) représente 50 % de son budget. Le complément provient des subventions de l’OFAS1 et du canton de Neuchâtel.

3Alfaset est un partenaire industriel et social ; en effet, la fondation a pour vocation d’offrir des places de travail et un lieu de vie adaptés aux employés handicapés. Ces derniers sont au bénéfice de prestations AI et souffrent de handicaps psychiques, physiques ou mentaux. Les objectifs de la fondation sont les suivants :

  • Dispenser une formation professionnelle élémentaire et viser à une réinsertion professionnelle dans de nombreux secteurs de l’industrie privée ou dans l’industrie au travers de stages d’observation, d’orientation et de préformation.
  • Viser une insertion sociale, en permettant aux résidents d’effectuer des apprentissages dans tous les actes de la vie quotidienne.

4Afin de garantir des prestations de qualité à ses partenaires industriels et sociaux, Alfaset a obtenu une certification ISO 9001 en 1999. Le système qualité doit permettre de contrôler que les objectifs fixés sont atteints et doit garantir que tous les moyens mis en œuvre permettent à la fondation d’atteindre ses objectifs. Le pôle pédagogique du système qualité présente un code déontologique et définit les « incontournables » dans les processus pédagogiques. Les employés y sont soumis et travaillent donc dans un cadre professionnel avec des prescriptions définies, étudiées. Le respect des procédures du système qualité figure dans le cahier des charges.

5Sur le plan social, Alfaset se présente comme un partenaire avec :

  • Des exigences pédagogiques ; l’équipe pluridisciplinaire des foyers d’accueil et les moniteurs d’ateliers côtoient quotidiennement des personnes « différentes », ne pouvant vivre ou s’inscrire dans un concept social qualifié de « normal » ; ils sont attentifs à offrir un accompagnement de qualité à ces personnes, « la qualité étant comprise comme la satisfaction des besoins explicites et implicites des employés handicapés et des résidents ».
  • Une spécificité : garantir l’individualisation de l’accompagnement de la personne, tant social que professionnel, afin de respecter et de reconnaître chaque personne dans ce qu’elle est.
  • Des offres d’accueil et d’accompagnement : des postes de travail et de vie adaptés, un accompagnement par des professionnels qualifiés, des foyers d’accueil, des activités thérapeutiques, sociales, sportives et de loisirs.

Présentation des foyers d’accueil : définition et mission

6Les foyers d’Alfaset offrent un lieu de vie aux personnes en situation de handicap psychique qui travaillent en principe dans ses ateliers. Ils accueillent des personnes traversant ou vivant des difficultés dans la gestion de leur vie au quotidien et qui ont besoin d’aide pour y faire face. Les foyers n’acceptent pas les personnes toxicodépendantes, car ils ne possèdent pas une structure adaptée ni les compétences permettant d’offrir le soutien nécessaire à cet accompagnement. Ils accueillent néanmoins des personnes qui ont souffert d’une dépendance et qui sont abstinentes lors de leur admission.

7La définition des foyers d’accueil d’Alfaset repose sur un énoncé institutionnel : « L’art de vivre sa différence ». Autrement dit : savoir accepter la personne telle qu’elle est. En effet, les résidents des foyers sont ou ont été pour la plupart disqualifiés dans leur identité professionnelle, sociale ou familiale. Ils ont de la difficulté à trouver une place dans ce que la société qualifie de « normal ». Il existe donc bel et bien une différence, que les résidents handicapés vivent au quotidien. Suite à ce constat, la mission institutionnelle et celle des foyers deviennent plus claires. Elles reposent essentiellement sur la compréhension et l’acceptation de cette différence. Il ne s’agit pas de nier les différences, mais d’aider ces personnes à ne pas s’installer dans l’indifférence ou dans un processus d’exclusion.

Les foyers d’accueil de Neuchâtel : concepts et spécificités

8Les foyers de Serrières et de Peseux ont été respectivement ouverts en 1991 et 1989. Le foyer de Serrières se situe sur le même site que les ateliers protégés. Il est constitué de six chambres et d’un studio et peut donc accueillir au total sept personnes. Le foyer de Serrières a la fonction de foyer d’accueil depuis 2003. Les résidents proviennent de divers horizons : hôpitaux psychiatriques, institutions, cercle familial. Les personnes admises aux foyers Alfaset passent en principe par une période d’observation préalable dans ces lieux. Cette démarche permet une évaluation de la personne par les éducateurs et l’équipe pluridisciplinaire pour la suite de son parcours.

9Le foyer de Peseux se trouve à quelques kilomètres des ateliers. Il s’agit d’un bâtiment consacré uniquement à des lieux de vie. Il est constitué de six appartements qui peuvent accueillir trois personnes chacun. Le foyer a donc une capacité maximale de dix-huit personnes. Les personnes admises au foyer de Peseux sont, au moment de la recherche-intervention, toutes issues du foyer de Serrières. L’équipe éducative de Peseux compte six éducateurs. Ce foyer est le lieu dans lequel s’est déroulée l’analyse de l’activité, ainsi que dans les divers appartements extérieurs que les éducateurs de ce site visitent.

10Au-delà des résidents des foyers, les éducateurs des foyers neuchâtelois accompagnent une vingtaine de personnes qui vivent dans des appartements extérieurs, selon deux prises en charge différentes : l’appartement extérieur et l’appui social ambulatoire (ASA). Dans les deux cas cités, les personnes vivent dans leurs appartements (situés au cœur de la ville de Neuchâtel) et bénéficient d’un soutien éducatif, mais sont liées de manière différente à l’institution que les personnes qui résident dans les foyers. L’ASA constitue le soutien le plus allégé en matière d’accompagnement social. Il est aussi un concept nouveau, qui permet à des personnes de profiter d’un accompagnement ponctuel et léger, pour se maintenir dans leur lieu de vie et ainsi rester le plus autonomes possible.

11Les éducateurs travaillant dans ces lieux appliquent un accompagnement essentiellement social. Les usagers ont une relative autonomie générale : ils sont tous capables de se déplacer seuls, de passer leurs nuits sans veilleur sur place. Les foyers de Neuchâtel sont donc des lieux dits ouverts. La surveillance n’est pas utile en continu.

12Afin de donner un aperçu plus précis de la fonction de l’éducateur employé à Alfaset et d’illustrer les tâches et responsabilités qui lui incombent, voici un extrait, non exhaustif, qui nous paraît significatif du cahier des charges d’un éducateur :

13Des objectifs spécifiques comme :

  • Développer à travers les actes de la vie quotidienne l’autonomie des résidents dans différents registres, tels que : hygiène corporelle, alimentaire, vestimentaire, tenue de chambre, etc.
  • Développer une atmosphère sécurisante favorisant le bien-être des résidents.
  • Identifier les ressources et les difficultés de la personne handicapée pour favoriser son intégration sociale.
  • Favoriser le développement personnel et la connaissance de soi du résident.
  • Garantir une cohérence et un suivi des projets de vie.
  • Tenir à jour les classeurs personnels des résidents.
  • Faire preuve d’une capacité à gérer les conflits interpersonnels au sein du groupe de résidents.
  • Favoriser son perfectionnement afin de garantir son champ de compétences, tant professionnel que personnel.
  • Appliquer le système qualité ISO.

14Des tâches, des points de repère importants :

  • La garantie du suivi bio-psycho-social pour les résidents dont il est référent.
  • La garantie de la bonne tenue de leurs comptes vis-à-vis des tuteurs.
  • La gestion des activités et des entretiens, tant de groupes qu’individuels.
  • La clarté des projets de vie par rapport à l’ensemble du réseau.

Définition de sa ligne pédagogique et positionnement de l’équipe du foyer de Peseux par rapport au contexte politique et économique de ses interventions2

Changements de paradigmes

15Notre époque, notre institution et le domaine du social en général sont influencés par les changements de paradigmes sociétaux. En Occident, il existe une conscience partagée du Soi, qui oscille entre le collectif et une conscience de plus en plus affirmée à la personnalisation. Comme l’exprime Philippe Maire (2008) à propos du changement de paradigme, nos systèmes sociaux, économiques et sanitaires expriment cette coexistence des plans de conscience collectifs et individuels. En même temps qu’ils en révèlent les limites. C’est pourquoi un nouveau paradigme est aujourd’hui requis pour retrouver une dimension collective imprégnée de la valeur et du partage, incluant en même temps le plan de l’ego.

16La société bouge, se transforme, nos manières d’agir professionnelles, nos modèles de pensées doivent également suivre le mouvement, s’adapter, évoluer.

17L’offre, même dans le domaine du social, crée de nouvelles demandes et de nouveaux besoins. Notre institution doit s’adapter, innover, créer. Le professionnel peut réagir à ce mouvement et proposer de nouvelles voies de prise en charge. L’émergence d’une multiplicité des problématiques psychiques des usagers d’Alfaset nous pousse à nous questionner : que peut-on offrir pour répondre à une demande X et à une autre demande Y qui se différencient et se complexifient de plus en plus ? La réponse n’est pas simple à donner et nous mène également à un paradoxe : produire les mêmes services pour chacun, voire de meilleurs, avec bien souvent moins de moyens (financiers et formations), tout en satisfaisant la clientèle et en répondant à ses besoins. Le challenge est-il réalisable et comment ?

18En sachant que le poids de l’économie perdurera, que les changements de paradigmes seront dans l’avenir en perpétuelle mutation, le défi actuel réside en l’intégration des contraintes de ces changements tout en restreignant les impacts, au point de vue humain, en particulier.

Le contexte politique et économique

19L’introduction de la péréquation financière, tout comme la 5e et la 6e révision de l’AI, sont des manifestations apparentes du processus de modernisation de l’Etat. Au travers de leurs applications, la recherche d’effectivité y représente l’axe principal. En somme, l’introduction de ces nouvelles mesures dessine clairement le contexte social et politique dans lequel nous nous trouvons actuellement, à savoir : opérer avec moins de moyens tout en garantissant les mêmes prestations.

20Dans un tel contexte, qu’en est-il du travail social et de ses pratiques, étant lui aussi soumis à des contraintes financières ?

  • 3 Propos tenus par François Cuche, député au Grand Conseil Neuchâtelois, février 2009.

21Actuellement, le domaine social se réorganise autour d’un allégement des structures et derrière toutes ces nouvelles logiques plane une recherche d’économies certaine. « Actuellement, nous avons glissé vers d’autres paradigmes notamment parce que les finances publiques sont mises à mal et l’on remarque que si une structure est légère, moins elle coûte et plus elle est rentable. »3 En effet, ces restructurations vont inévitablement entraîner une nouvelle façon d’imaginer l’accompagnement des personnes en difficultés. De plus, cette nouvelle tendance s’apparente également à la redéfinition des politiques sociales en vigueur, prônant la volonté de promouvoir l’intégration, dans les nombreux contextes d’intervention sociale.

22Les nouvelles conjonctures poussent tacitement les établissements spécialisés à revoir et repenser leurs pratiques au vu du contexte socio-économique dans lequel ils baignent. Comme nous avons pu le constater, certains d’entre eux ont déjà opté pour une manière plus économique de promouvoir l’intégration de leurs bénéficiaires, par le biais de l’accompagnement social ambulatoire (ASA). Or, l’ASA représente également le fruit des nouvelles politiques sociales normatives en vigueur. La conception politique de l’intégration s’inscrit dans une dynamique de normalisation des valeurs sociales, de manière à réduire les phénomènes d’exclusion de ces publics cibles. La figure même du « malade » s’est détachée de la vision asilaire, elle est maintenant considérée et apparentée à une dynamique sociale.

23Nous pouvons mieux comprendre dans quel contexte s’inscrit l’ASA. L’enjeu est pour une part économique, mais répond également à la visée des politiques sociales d’activation qui, elles aussi, recherchent l’effectivité de leurs prestations. Au-delà de cet aspect, cette mesure d’accompagnement offre des possibilités de réhabilitation pour les populations fragilisées ayant vécu un parcours de désinsertion sociale. C’est également un moyen de désinstitutionnaliser les personnes et de promouvoir leur intégration par l’accès au logement ou au travail. En effet, la perspective économique n’est sûrement pas le but recherché par les travailleurs sociaux car, au travers de tels dispositifs, ils recherchent avant tout une amélioration relative des conditions de vie pour les personnes souffrant de handicaps.

24Bénéficier d’un ASA relève de la notion d’autonomie, voire d’indépendance, dans les différentes habitudes de vie. Autrement dit, pour atteindre la sphère de la citoyenneté ou « normalité », ces personnes se doivent d’être dotées de certaines compétences et ressources dans les actes de la vie quotidienne. Mais peut-on vraiment parler de normalité dans ce cas présent ? En effet, la société exclut, de par son organisation culturelle, économique et sociale, les personnes portant les stigmates de la différence. Par ailleurs, cette notion de citoyenneté revêt également toute son importance dans l’intervention des travailleurs sociaux. Selon la perception qu’ils auront de la personne en difficulté, leur intervention sociale ne sera plus la même. Une approche « citoyenne » considérera l’autre comme un égal en difficulté, alors qu’une vision plus assistancielle mobilisera plutôt des notions de prises en charge et de suivi… (Rebetez, 2003).

25En effet, pour permettre à ces personnes d’acquérir une autonomie, il est primordial d’axer les accompagnements sur le principe même de la « citoyenneté », cela par le biais d’un processus visant une participation sociale active et stimulante. La complexité d’un tel travail n’est pas sans nom, car le processus d’intégration doit pouvoir s’opérer tant sur la réalité des déficiences personnelles que face aux obstacles environnementaux auxquels ces personnes sont confrontées quotidiennement. L’objectif des foyers résidentiels est de pouvoir travailler, au plus près de la réalité, ces différents obstacles afin qu’ils puissent dépasser leurs incapacités en bénéficiant d’une meilleure participation sociale.

26L’institution dynamise fortement ce processus d’émancipation, car elle représente un terrain propice à « l’entraînement » des facteurs d’intégration. Ainsi, par un travail de remobilisation des ressources, les personnes handicapées par des troubles mentaux développent des compétences sociales qui se traduisent par l’acquisition d’une autonomie suffisante dans les différentes habitudes de vie (repas, courses, tenue de la chambre, hygiène…). Force est de constater que le résidentiel est à considérer comme un dispositif complémentaire permettant l’accès à l’intégration sociale. Or, on entend par là, des structures susceptibles de favoriser la transition, entre l’état de régression provoquant la dépendance d’un entourage hospitalier et un état d’autonomie relative dans la communauté (Grasset, 2005-2006, p. 14).

27Les foyers Alfaset sont informés que le Canton de Neuchâtel, financièrement parlant, est dans les chiffres rouges. Bien évidemment, une répercussion directe se fait sentir sur les institutions, et en particulier en 2010, où le Conseil d’Etat nous a demandé de faire des efforts financiers, avec un pourcentage de restrictions sur nos budgets.

28La nouvelle planification hospitalière psychiatrique a plusieurs champs opératoires possibles, soit en l’occurrence de développer l’ambulatoire (ASA pour nous), en assurant la partie médicale et psychosociale. Des pavillons éducatifs accueillent, déjà maintenant, des personnes qui auraient pu bénéficier de nos structures !

29En 2010, on assistera à la mise en place de la réforme de la péréquation financière et de la répartition des tâches entre la Confédération et les Cantons (RPT), qui vise à réduire les disparités cantonales et à accroître l’efficacité du système

30Une mesure de contribution d’assistance existera dans la 6e révision de l’AI, où les bénéficiaires pourront obtenir un financement de leur suivi au quotidien. Cette mesure est ainsi faite pour éviter les institutionnalisations. Les organismes placeurs privilégient assez souvent les placements ambulatoires (ASA). Il est à signaler que les gens sous mandat tutélaire ne pourront pas bénéficier de cette mesure.

31Les contrats de prestations vont être mis en place afin d’analyser, voire de minuter nos actes éducatifs pour chaque résident et ainsi déterminer le nombre de postes nécessaire.

32Effectivement, à l’heure actuelle et de par le contexte politique, on s’aperçoit que l’ASA, mesure neuchâteloise et non fédérale, prend de plus en plus d’ampleur dans le canton. A la lumière d’un tel constat et de ce qui précède, nous ne pouvons pas laisser les foyers de Neuchâtel se vider à plus ou moins long terme. Une telle mesure amènerait automatiquement des pertes de postes. C’est à nous, travailleurs sociaux, d’être attentifs à ne pas sombrer dans le tout ASA. Le résidentiel doit être revalorisé, car indispensable selon les cas même si, pour le politique, ces structures coûtent très chères (Boisadan, Jaccard, 2011).

Notes

1 Office fédéral des assurances sociales.

2 Cette partie a été rédigée par l’équipe éducative du foyer et reflète l’état de fait et de leur pensée au moment de la recherche.

3 Propos tenus par François Cuche, député au Grand Conseil Neuchâtelois, février 2009.

© Éditions ies, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search