Version classiqueVersion mobile

La construction de l’invisibilité

 | 
Margarita Sanchez-Mazas

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de cet ouvrage, le lecteur, la lectrice, a certainement sous les yeux un tableau contrasté. D’un côté, on perçoit un maillage très serré autour de la personne incluse dans le système d’aide d’urgence : contrôles, contacts réguliers avec les autorités, limitation des déplacements, annulation de l’autonomie, cantonnement dans des centres surveillés. D’un autre côté, le maillage est des plus lâches et semble se déliter : les personnes s’évanouissent « dans la nature », mais cette nature n’est autre que les grands centres urbains propices à l’anonymat, aux petits boulots, aux expédients plus ou moins licites, aux coups de main de proximité. Tout cela hors contrôle, hors Etat.

2Nous avons abordé le passage d’un treillage à l’autre et la question se pose de savoir ce qui vaut mieux… Dans les descriptions fournies au fil des pages, l’impression peut naître qu’il conviendrait d’abolir purement et simplement l’aide d’urgence, laquelle, pour reprendre les propos d’un de nos répondants, aboutirait à la « mort sociale ». En dépit d’une survie physique assurée, de soins médicaux accessibles en cas de problèmes graves, l’aide d’urgence, telle qu’elle se concrétise dans le cadre de l’asile, apparaît, au terme de notre analyse, avoir des effets délétères, voire destructeurs, et qui plus est, elle se révèle impropre à orienter les personnes vers la construction de projets.

3Mais gardons-nous de conclure trop vite et rappelons l’importance du droit, y compris d’un droit à la survie, qui n’est pas l’apanage de tous les pays d’accueil des migrant-e-s (Benhabib, 2004). Le problème, comme nous l’avons souligné ici à diverses reprises, tient à l’association entre aide d’urgence et dissuasion, laquelle pousse à une instrumentalisation du dispositif et des prestations à des fins de découragement. Cette logique devient intenable sur le long terme, posant la question de la durée d’utilisation de l’aide d’urgence dans le domaine de l’asile, au cours de laquelle les migrant-e-s, soumis à une pression constante, finissent par réagir à l’opposé de ce qui était recherché. Ils/elles s’emploient alors à chercher des moyens diversifiés d’échapper au système tout en restant sur le territoire, une stratégie qui implique invariablement l’entrée en clandestinité et, partant, dans l’invisibilité.

4Nous nous trouvons donc dans la situation où l’entrée dans cette invisibilité est le pendant d’un excès de visibilité, d’une tenue sous haute surveillance. Dans ce passage, pour le/la migrant-e concerné-e, il y a perte du seul droit minimal dont les personnes à l’aide d’urgence sont bénéficiaires et à partir duquel, nous l’avons vu, des revendications ont pu être formulées, alléguant notamment le principe de dignité humaine attaché au droit à l’aide d’urgence. Les « illégaux officiels » (personnes NEM et débouté-es) viennent alors rejoindre la situation des « illégaux non officiels » (« sans-papiers »), alimentant les processus d’invisibilisation. L’approche qui est sans doute la plus pertinente pour conceptualiser ce phénomène est celle d’Hannah Arendt, qui permet précisément une compréhension de la perte des droits comme mode de disparition, d’invisibilisation, qu’elle rattache, quant à elle, à l’incapacité dont ont fait preuve les Etats-nations à empêcher l’exclusion de l’humanité de ceux qui se sont retrouvés sans droits. La philosophe plaide alors pour ce « droit d’avoir des droits » (Arendt, [1951] 2002), déterritorialisé, désenclavé de son fondement dans l’Etat-nation, et pour un « droit d’apparaître » (Arendt [1958], 2009).

5Placés en invisibilité, les individus sont certes encore titulaires des droits de l’homme. Mais leur dilemme sibyllin est que, pour faire valoir ces droits, il faut sortir de l’invisibilité et risquer par là ce renvoi redouté par-dessus tout. Il est vrai que dans les sociétés actuelles se créent des zones grises d’illégalité tolérée, dans lesquelles les illégaux sont « déclarés » et peuvent bénéficier de certains droits sociaux. Dans certains pays, on assiste aussi à des régularisations de migrant-e-s en séjour illégal. Mais, de manière souterraine, des territoires d’invisibilité demeurent, apparemment « choisis » par ceux et celles qui préfèrent devenir invisibles, au prix de tout droit, plutôt que retourner dans leur pays d’origine. Les résultats de notre étude viennent illustrer de manière très nette la fermeté de cette position.

Rester à tout prix

6Par le biais d’entretiens approfondis, nous avons pu apprécier l’importance de cette volonté de rester à tout prix et l’éclairer à partir d’une meilleure prise en compte des obstacles au retour. La motivation des migrant-e-s à rester – ou à revenir en Suisse – apparaît résister aux tentatives dissuasives et rend compte de la disparition des personnes, qui échappent à tout contrôle officiel, lorsque la menace du renvoi devient évidente. Toutefois, centrée sur la situation créée dans le pays d’immigration en fonction de la suppression de l’aide sociale aux personnes frappées de NEM, la présente étude ne nous a pas permis d’examiner d’assez près les push factors – les raisons pour lesquelles on quitte son pays. Un tel approfondissement serait nécessaire afin de déterminer plus finement les motifs d’exil, tels que les migrant-e-s les perçoivent, de les discuter à la lumière tant du droit d’asile en vigueur que des raisons non prévues par celui-ci mais considérées néanmoins par les migrant-e-s comme des motifs légitimes pour poser une demande d’asile. C’est sans doute là un domaine à explorer aujourd’hui car la pression dans le domaine de l’asile semble relever en partie de ces décalages entre motifs de fuite, qui se sont multipliés et diversifiés au cours des dernières décennies, et statut de réfugié, tel qu’il a été défini au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

7Cette recherche nous a surtout permis d’apprécier l’importance des raisons de rester dans le pays d’arrivée, une fois que le-la migrant-e a réussi à y accéder. Ce point a été négligé dans la littérature et nous avons cherché à le problématiser en tant que tel. Il s’avère alors que les motifs de rester se partagent entre ceux qui relèvent des conditions matérielles et surtout psychosociales des contextes de départ et ceux qui proviennent du contexte de migration lui-même. Ainsi, l’exploration de l’expérience subjective des migrant-e-s a permis de soulever la question nouvelle, cruciale pour estimer la pertinence de la politique dissuasive, des effets pervers de la dissuasion, certainement méconnus jusqu’ici, qui consistent à empêcher plutôt qu’à favoriser les retours volontaires. Sur la base des données recueillies auprès des migrant-e-s frappé-e-s de NEM, qui nous ont révélé la nature des différents obstacles qui se dressent dans la voie d’un possible retour, il est apparu qu’à côté de barrières liées aux contextes d’origine, un certain nombre d’empêchements, principalement d’ordre psychosociologique, sont inhérents au contexte de migration et aux tentatives mêmes de les dissuader de rester.

8Les situations de séjour illégal qui se prolongent sont en effet fréquentes et nous avons pu rencontrer de nombreuses personnes dans ce cas au cours de notre enquête. Les témoignages récoltés ont illustré les expériences diverses et la signification que revêt le fait de rester en Suisse, selon que l’on a recours ou non à l’aide d’urgence. Le vécu des personnes NEM à l’aide d’urgence, les ressources à disposition lorsqu’on en sort, les stratégies déployées pour la survie ou les tentatives d’obtenir un travail ont permis d’offrir une image plus fine, plus incarnée, de ces individus singuliers souvent saisis à travers le prisme de la figure abstraite du « faux réfugié ».

9Nous pouvons comprendre, à partir de l’intrication des motifs d’exil et de l’ambiguïté qui caractérise les politiques et pratiques des pays de destination des migrant-e-s, que la pression migratoire apparaisse exercer un effet d’« engorgement » sur le canal de l’asile. Il s’agit dès lors de réexaminer aussi la notion de pull factors, ou facteurs d’attraction vers les pays de destination. A ce propos, nous avons évoqué dans cet ouvrage la discordance existant entre la fermeture officielle à l’immigration économique pour la vaste majorité des migrant-e-s potentiel-le-s et les possibilités effectives de trouver des emplois au noir dans ce pays comme dans d’autres. Nous avancerons ici que cette tension est à la source des difficultés actuelles devant lesquelles sont placés les responsables de l’asile, qui s’emploient à faire partir des personnes pourtant convaincues de pouvoir obtenir, plus ou moins rapidement et dans des conditions plus ou moins favorables, une possibilité de gain.

La perméabilité des frontières

10En matière de recherche, un prolongement devrait venir compléter la compréhension des motivations et des représentations des candidat-e-s à la migration et à l’asile afin de mieux cerner le fait que les moyens formels, matériels, édifiés pour faire barrage aux migrant-e-s n’entament nullement leur perception subjective de « perméabilité » des frontières. Voyant ces frontières comme poreuses, malgré les dispositifs mis sur pied pour les fermer, ils/elles n’hésiteraient pas à tenter l’aventure de la migration. Comme on peut le poser à partir de la théorie de l’identité sociale (Tajfel, 1975 ; Tajfel et Turner, 1986), lorsque les frontières entre des groupes de statut différent – ici, les pays d’émigration et d’immigration – sont perçues par les individus de bas statut comme perméables, l’ascension sociale individuelle que représente le fait de migrer serait préférée à l’action collective visant l’amélioration du sort du groupe dans le pays d’origine. Il suffit pour cela de quelques exemples d’individus ayant réussi à « passer » – comme c’est le cas dans la migration contemporaine vers la « forteresse Europe » – pour orienter les personnes vers l’option individualiste (Wright, Taylor, et Moghaddam, 1990). Celle-ci serait ici le choix de migrer.

11La perception de l’accessibilité à la « forteresse Europe » serait encore accentuée dans le cas de l’asile, puisqu’il s’agit ici davantage de se rendre acceptable par l’autorité et de passer le filtre de la procédure que de réussir à forcer les barrages de manière illégale. La filière de l’asile est ainsi tributaire des propos qui circulent, des rumeurs, des « on-dit », ainsi que des promesses des passeurs qui sont au fait des possibilités pour les migrant-e-s d’entrer dans des pays où, ensuite, ils/elles sont livré-e-s à leur sort.

12La motivation à quitter le pays d’origine et celle de rester dans le pays de migration sont d’autant plus puissante-s que la personne ayant réussi à migrer se voit placée – de ce simple fait – dans un statut supérieur. Le fait de quitter son groupe par le biais de la migration n’est nullement perçu comme un acte de renégat, mais bien plutôt comme un exemple à suivre (Chryssochoou et Sanchez-Mazas, 2000). D’où ces tentatives que nous avons repérées de la part des migrant-e-s pour dissimuler la réalité négative de l’exil aux yeux de la famille, voire à leurs propres yeux. D’où aussi cette résistance au retour et cette hantise de « perdre la face ». Ces processus seraient particulièrement à l’œuvre lorsque le/la migrant-e est issu-e de contextes locaux entretenant une véritable « culture de la migration », tenue pour la solution miracle (Sanchez-Mazas et Salgado, 2007 ; Maggi et al., 2008). Une telle valorisation de la migration est parfois renforcée par les gouvernants, qui ne font rien pour retenir leurs jeunes citoyens, voire même les dissuadent de revenir. Les perceptions subjectives et les enjeux de reconnaissance sont certainement des déterminants puissants des flux migratoires vers les pays « nantis », de nature à contourner les obstacles tangibles que l’on dresse pour les contenir.

Paradoxes et contradictions

13L’échec de la politique dissuasive, son impuissance à contrer les processus à l’œuvre dans le rapport entre « pays riches » et « pays pauvres » et l’imaginaire qui les accompagne – frontières perméables, solution miracle, héroïsme du migrant, etc. – crée une situation problématique dans les pays qui ont tenté la méthode dissuasive pour exclure une partie des requérant-e-s et diminuer la pression migratoire sur l’asile. L’analyse de l’expérience suisse est révélatrice du conflit qui se noue dans les pays de destination des migrant-e-s et requérant-e-s entre une politique de fermeture légale des frontières et une réalité d’ouverture du marché du travail illégal. Ce jeu entre fermeture et ouverture doit être discuté en interrogeant une politique publique qui, comme Janus – dieu de la « porte ouvrante » et de la « porte fermante » – barre la route aux migrant-e-s tout en tolérant leur séjour illégal. La difficulté inhérente à une telle situation est liée à la constitution d’une catégorie de population migrante exclue de tout contrôle et de toute réglementation.

14En ce sens, la suppression de l’aide sociale, en raison des conséquences d’invisibilisation qu’elle engendre, représente un changement de paradigme dans la politique migratoire suisse, qui se caractérisait par un contrôle marqué de la part de la Confédération, une volonté de maîtrise des flux migratoires et le choix rigoureux des candidats à la migration et à l’asile. Compte tenu des discours sécuritaires, nous avons là l’une des contradictions majeures issues de la politique adoptée dans le domaine de l’asile. C’est sur fond d’une telle contradiction que viennent se greffer toute une série de paradoxes et d’absurdités révélés tout au long de cet ouvrage et qu’il est utile de récapituler ici dans la perspective de tirer un certain nombre de leçons de l’expérience.

15Tout d’abord, une série de problèmes sont liés au fait que le système institue une sorte de « statut de personnes sans statut ». Au-delà des risques attachés aux situations de non-droit ainsi créées pour les personnes concernées, le fait que l’Etat institue ce simulacre de statut est un fait déconcertant du point de vue des prérogatives des Etats modernes, fondées sur des catégorisations sociales et administratives précises et une codification non équivoque des statuts des personnes résidant sur son territoire. Ces ambiguïtés ressortent de manière significative de l’usage de documents officiels pour attester l’illégalité du séjour, même s’il se justifie par de bonnes raisons. Ce type de pratique n’est pas de nature à faciliter la compréhension de la situation de la part de migrant-e-s qui peuvent imaginer d’autant mieux qu’un papier officiel leur confère une reconnaissance formelle qu’ils/elles ont pu faire l’expérience de difficultés à obtenir des documents dans leur pays, que ce soit du fait de persécutions, d’absence de régulations étatiques ou tout simplement d’un usage traditionnellement peu développé de pièces attestant l’identité personnelle.

16Ces questions sont également impliquées dans le rapport des personnes aux procédures de demande d’asile, qui présupposent un rapport non équivoque entre identité de la personne et pièces d’identité, négligeant par là l’éventualité que les processus administratifs aient ailleurs un degré moindre de formalisation. Connues des autorités et munies parfois de ces documents officiels, les personnes ne comprennent pas toujours non plus les raisons de leur détention pour séjour illégal. Le caractère non systématique des arrestations pour ce motif, les différences dans les pratiques suivant les cantons, ainsi que nous avons pu le relever ici, ne contribuent pas à rendre plus claire une situation où certaines personnes de la catégorie sont détenues et d’autres non, ni à comprendre les motifs et les durées variables de la détention.

17Une ambiguïté similaire est attachée au système d’aide d’urgence fonctionnant dans le cadre de l’asile. La situation d’illégalité pour les personnes concernées, peut sembler contradictoire avec la possibilité de demander de l’aide aux autorités. De plus, un des problèmes clés réside dans le fait que les dispositifs mis en place prévoient une aide ponctuelle, mais qui peut durer des années. L’absence d’accords entre Etats ou le refus de l’Etat supposé d’origine de reconnaître le/la migrant-e comme son/sa ressortissant-e créent des situations où les demandeur-euse-s se retrouvent en quelque sorte captif-ive-s dans l’Etat de destination. Etant à la fois captives et en situation de séjour illégal, ces personnes sont à la merci de la répression policière et risquent à tout moment d’être arrêtées lorsqu’elles sortent du système d’aide d’urgence ou sont aux prises avec un système qui est conçu pour leur rendre la vie la plus difficile possible.

18Des paradoxes en chaîne naissent de cet état de fait. Ainsi, le manque d’argent liquide rend paradoxalement la prison plus « attrayante » que l’aide d’urgence et pousse les personnes à la petite criminalité de survie. La prison offre la possibilité d’exercer une activité rémunérée ou l’accès à des soins médicaux. L’insuffisance des ressources financières dérivant de l’aide d’urgence ne permet pas aux personnes de payer les amendes qu’elles ont reçues et elles se voient assignées à l’exécution de travaux d’utilité publique pour rembourser leur dette, alors que, par ailleurs, on leur interdit de travailler et de gagner de l’argent. Répondant à la visée dissuasive de l’aide d’urgence, le système de rotation zurichois oblige les gens à changer de centre tous les sept jours mais ne prévoit aucune mesure pour la réalisation ou le financement des déplacements engendrés, ce qui revient à les pousser à commettre des actes illégaux afin d’honorer leurs obligations. Ce sont là quelques exemples de ces cercles d’absurdité inhérents à la politique d’asile, tels que nous les avons pointés au fil des chapitres de cet ouvrage.

Effets pervers

19Du point de vue de l’incitation au retour, la politique adoptée comporte aussi des contradictions et des effets pervers. Ainsi, on attend des personnes qu’elles quittent le territoire suisse, ce qui implique des stratégies de mobilité, mais le système d’aide d’urgence les prive de toute liberté de mouvement. De même, les communications avec le réseau international et la famille au pays se font généralement par téléphone, SMS ou Internet, mais les possibilités d’établir un contact en vue d’un éventuel retour ou d’un départ vers un autre pays sont rendues difficiles, faute d’argent. Au nombre des effets pervers, nous avons également souligné le surplus de dépenses qu’occasionne un système mis en place à partir de l’objectif de réaliser des économies dans le domaine de l’asile. Nous avons pointé l’importance des coûts que le système n’a pas manqué d’impliquer, tant du point de vue de la charge des fonctionnaires que sur le plan de l’entretien des personnes à l’aide d’urgence, qui a dû être réévalué et a engendré la multiplication par dix des forfaits versés par la Confédération aux cantons en l’espace de quatre ans.

20Enfin, les effets pervers les plus manifestes qui ressortent de notre analyse du système et des attitudes des migrant-e-s concerné-e-s renvoient aux réactions de résistance qui sont opposées aux pressions exercées pour amener les personnes à partir, ou alors à des états de découragement proches de l’abattement qui rendent les personnes incapables d’entreprendre une quelconque démarche par elles-mêmes. Une exploration des représentations des candidat-e-s à la migration et des attentes des migrant-e-s vis-à-vis des pays de destination nous aiderait sans doute à mieux comprendre la vigueur de ces processus de réactance ou d’impuissance acquise qui paraissent saisir nos répondant-e-s. L’abattement des individus est-il à la mesure de leur déception, alors qu’ils croyaient d’une certaine manière pouvoir obtenir leur dû ? La réactance est-elle dictée par un sentiment de privation de liberté venant faire écho à un passé pensé en termes d’oppression ou d’esclavage ? Dans son Portrait du décolonisé, par exemple, Albert Memmi (2004) signale des attitudes de ressentiment, pouvant dans certains cas donner lieu à un désir de revanche ou de compensation, qui animent parfois les ex-colonisés devenus immigrés. L’idée que l’ex-colonisateur ou l’Europe, ou l’Occident en général, ont une dette envers leur pays, envers leur peuple, envers eux, rend la question de l’« attractivité » des pays d’immigration plus complexe que celle qui se pose dans les seuls termes de l’attrait du gain, propres à la vision utilitariste des phénomènes migratoires telle qu’elle prévaut aujourd’hui.

La portée sociétale de la politique d’asile

21Outre le poids des facteurs subjectifs impliqués dans l’expérience des migrants et les effets des mesures adoptées sur leurs attitudes et leurs conduites, les résultats de notre recherche ont révélé les implications sociétales de la politique dissuasive. D’abord, une discordance se manifeste en matière d’action publique, dans la mesure où l’Etat, qui mise aujourd’hui sur les capacités et compétences des individus, déploie dans le cas de l’asile une action institutionnelle expressément conçue pour priver les acteurs des moyens de mener une existence digne et autonome et de construire des projets. Il est apparu ensuite que la mise sur pied d’un système institutionnalisé d’octroi de l’aide d’urgence dans les différents cantons recevant les personnes frappées de NEM a eu des conséquences importantes sur la nature du travail social et sanitaire dans le domaine de l’asile et sur l’ensemble des acteur-e-s impliqué-e-s. Notre étude nous a plongées au cœur de ce système, qui s’est révélé dans sa complexité, ses variantes cantonales, les problèmes rencontrés par ses agents et les effets qu’il a pu avoir sur les migrant-e-s. Nous en avons retracé l’émergence, les débats, interventions et actions qui ont accompagné leur construction, sans toutefois parvenir à obtenir, dans tous les contextes étudiés, les informations nécessaires pour restituer fidèlement l’ensemble des processus à l’œuvre. Dans le tableau d’ensemble qui se dégage figure une pluralité d’acteur-e-s devant agir à divers titres et en divers endroits dans le cadre d’agencements souvent peu propices aux marges de manœuvre. Les observations et les témoignages de ces personnes, qui se sont trouvées en première ligne dans l’application de la politique d’asile actuelle, sont à considérer non seulement comme sources d’information privilégiées, mais aussi comme indicateurs des effets d’une politique affectant une multiplicité de professionnel-le-s et ayant des incidences sur les pratiques professionnelles, ainsi que sur les rapports entre les institutions et au sein de celles-ci.

  • 1 L’Initiative populaire fédérale de l’UDC « Pour le renvoi des étrangers criminels (initiative sur l (...)

22Si nous avons centré notre attention ici sur la production de l’invisibilité comme une des conséquences majeures des mesures étudiées, il importe de souligner cependant que ces mesures consistent aussi à traiter l’extrême précarité selon des modalités qui frôlent ou parfois dépassent la limite de l’« acceptable » en termes de dignité humaine, de sorte qu’elles risquent, en entrant dans les mœurs et les pratiques, de repousser ces limites. Or, la redéfinition des limites du soutien auquel peuvent prétendre les personnes précarisées concerne la société dans son ensemble et menace ses composantes les plus fragiles, qui ne sont pas seulement constituées d’étrangers. Le démantèlement de l’aide sociale est en point de mire des formations politiques prônant le libéralisme économique. Il est particulièrement ciblé par l’une d’elles, qui combine le conservatisme moral et le libéralisme économique. Mais, tout comme l’arbre qui cache la forêt, en fixant l’attention sur les « étrangers criminels » à force d’amalgames grossiers et choquants, l’initiative de l’UDC dite des « moutons noirs » a réussi à occulter la criminalisation de simples usagers et usagères – étranger-ère-s – de l’aide sociale : ceux-ci et celles-ci seront renvoyé-e-s du pays, au même titre que les violeurs, meurtriers et trafiquants d’être humains, pour avoir perçu indûment des prestations1. L’expulsabilité des étrangers dans leur ensemble pour « abus de l’aide sociale » représente un nouveau palier d’une offensive plus générale contre les mécanismes d’aide sociale. Une telle mesure, qui vise une catégorie large de la population résidant en Suisse, vient renforcer celle de la suppression de l’aide sociale, d’abord circonscrite à une catégorie particulièrement vulnérable (les personnes NEM), puis étendue à une nouvelle catégorie également peu protégée (les débouté-e-s de l’asile). Ces avancées vers la mise en cause des mécanismes de solidarité sociale, à partir de la notion d’« abus », apparaissent se réaliser par extensions successives vers diverses catégories de bénéficiaires, en partant des plus démunis.

23Il a également été question dans ce livre du passage, avec la nouvelle législation, d’une visée d’insertion à une visée explicite d’exclusion (de l’aide sociale, mais aussi du territoire suisse), ce qui a modifié les pratiques professionnelles et remplacé la figure de l’assistant social par celle de l’intendant social, du veilleur, ou par la sécurité privée, un tel changement s’accompagnant de tensions et de dilemmes éthiques considérables. Les témoignages que nous avons rapportés viennent questionner la fuite en avant qui apparaît prévaloir dans le durcissement de la politique d’asile, ainsi que ses retombées négatives pour nombre de responsables, de professionnel-le-s, de membres de la société civile. Les problèmes posés par la suppression de l’aide sociale se situent à différents niveaux et affectent de nombreux acteurs, appelant une réflexion de fond. Or, si les rapports de force apparaissent polarisés en Suisse entre une position de défense des migrant-e-s et du droit d’asile dans le pays d’accueil et une position de rejet de l’étranger au nom de la protection des nationaux, la réflexion en la matière apparaît souvent tenir dans une même matrice, laissant non questionnés les facteurs – non seulement d’ordre matériel et politique, mais aussi d’ordre idéologique et imaginaire – qui génèrent les dynamiques migratoires contemporaines.

  • 2 cf. www.odae-romand.ch.

24Le présent ouvrage a mis en cause le manque de lisibilité et de cohérence de la politique d’asile hevétique, à la fois aux yeux des bénéficiaires (potentiel-le-s), des acteurs du système et des observateurs. Il a aussi soulevé le problème de la fragilité de la clause de NEM et de l’usage de l’aide d’urgence dans le cadre de l’asile au regard des exigences éthiques et du respect des droits humains2. Mais nos résultats doivent également être discutés en évitant d’isoler la question de l’asile, ainsi que nous avons cherché à le faire dans ce livre en incluant les perspectives aussi bien des migrant-e-s que des acteur-e-s autochtones, en faisant ressortir les effets pernicieux de la politique d’asile pour les un-e-s et pour les autres, en approchant le problème sous l’angle des réalités des pays d’accueil et des contextes d’origine. Au-delà, la réflexion et la recherche sur les phénomènes de migration et d’asile appelle une approche systémique abordant les implications, au niveau tant sociétal qu’économique et écologique, du modèle de développement qui a généré les phénomènes migratoires tels qu’ils se manifestent aujourd’hui. Ceux-ci ne peuvent être freinés par des barrières matérielles, car ils sont des corollaires structurels du type de développement poursuivi. Le défi consiste à ouvrir une réflexion qui n’élude pas le nécessaire débat sur les notions mêmes de « croissance » et de « développement » qui sont au fondement de la politique menée en matière d’asile et de migration.

Notes

1 L’Initiative populaire fédérale de l’UDC « Pour le renvoi des étrangers criminels (initiative sur le renvoi) », approuvée par 52,93 % des votants et la majorité des cantons le 28 novembre 2010, stipule (art. 121 al. 3-4) que « les étrangers sont privés de leur titre de séjour, indépendamment de leur statut, et de tous leurs droits à séjourner en Suisse :
- s’ils ont été condamnés par un jugement entré en force pour meurtre, viol, ou tout autre délit sexuel grave, pour un acte de violence d’une autre nature tel que le brigandage, la traite d’êtres humains, le trafic de drogue ou l’effraction ; ou
- s’ils ont perçu abusivement des prestations des assurances sociales ou de l’aide sociale. »

2 cf. www.odae-romand.ch.

© Éditions ies, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search