Desktop versionMobile Version

La construction de l’invisibilité

 | 
Margarita Sanchez-Mazas

Chapitre 5. Survivre dans l’invisibilité : ressources et stratégies des migrant-e-s en dehors de l’aide d’urgence

Volltext

1Dans un contexte social, politique, institutionnel et administratif qui comporte diverses formes de déni de reconnaissance et d’incapacitation, nombre d’acteur-e-s, bien qu’affaibli-e-s par le dispositif mis en place, ne perdent pas nécessairement toutes leurs « capacités » et peuvent trouver des ressources (Genard et Cantelli, 2008). Dans notre étude, il s’agissait de comprendre non seulement les problématiques et les contraintes auxquelles les personnes frappées de NEM sont confrontées, mais aussi les stratégies et les ressources mobilisées pour répondre à la situation de fragilité et la contourner (Payet, Giuliani et Laforgue, 2008).

2Dans ce chapitre, nous allons passer en revue les ressources dont disposent les personnes concernées par la décision de NEM pour mener leur existence en dehors du dispositif d’aide d’urgence. Il importe en effet de se pencher sur les possibilités de travail, les réseaux d’amis et communautaires, les compagnes ou compagnons qui peuvent être des facteurs explicatifs du renoncement à l’aide d’urgence et, plus largement, de la possibilité de rester en Suisse. En raison de la problématique sensible ici de la « disparition » des personnes frappées de NEM, il importe de se pencher sur les moyens de subsistance qu’elles parviennent à mobiliser. S’il est difficile d’établir une typologie stricte des personnes frappées de NEM en fonction des axes « avec ou sans aide d’urgence » ou « travail au noir ou non », il est certain que les personnes n’ayant pas recours à l’aide d’urgence ou qui en sont sorties ont davantage tendance à travailler et à recourir à diverses ressources et stratégies de survie. Or, ces ressources s’acquièrent généralement avec le temps passé en Suisse, et pour les personnes qui viennent d’arriver ou qui sont depuis peu dans le pays, il peut être plus difficile de renoncer à l’aide d’urgence, à moins d’avoir des contacts préalables ou de disposer d’un important soutien familial ou communautaire. Cependant, comme nous allons le voir, la dépendance que le renoncement à l’aide d’urgence implique vis-à-vis des personnes ressources, en particulier lorsque l’on ne peut pas payer en échange du logement, place les personnes concernées dans des situations intenables sur le long terme et les oblige à changer de domicile avec fréquence.

1. Sources de gain

Occupations rémunérées

3La notion de travail fait référence à des types d’activités différents tels que le travail salarié, le travail d’utilité publique (contre indemnité et non salaire) et les tâches effectuées dans les centres. Si le premier est clairement interdit pour les personnes frappées de NEM, les autres peuvent en revanche être autorisés de manière plus ou moins large suivant les cantons.

4A Genève, les personnes frappées de NEM, qu’elles soient à l’aide d’urgence ou non, peuvent effectuer un travail rémunéré auprès de Genève-roule, association de location et de prêt gratuit de vélos sponsorisée principalement par la Ville et le Canton de Genève, ainsi que par des partenaires privés. Elle engage des personnes en situation précaire et du domaine de l’asile, et depuis 2007, des accords tacites existent avec l’Hospice général pour que l’association engage aussi, dans certaines conditions, des personnes NEM à l’aide d’urgence, intégrées de manière exceptionnelle, au cas par cas, donnant du travail à environ trente-quarante personnes NEM chaque année.

5Les personnes sont payées CHF 3.- de l’heure et peuvent travailler pour un total maximal de CHF 300.- par mois. Pour les personnes à l’aide d’urgence, il s’agit ainsi d’une contre-prestation de l’Hospice général. Pour les personnes frappées de NEM interrogées et qui travaillent dans cette association, il s’agit d’une aide financière qui leur permet d’être actives, d’avoir un réseau et de développer un potentiel de sociabilité :

Maintenant, j’ai réussi à dénicher ce travail à Genève-roule, je me suis inscrit, même les NEM, maintenant, peuvent travailler là-bas. Ils manquent de personnel car ils ne payent pas beaucoup, c’est trois francs de l’heure. Je travaille pour Genève-roule et je ne dis rien parce que c’est bien de m’occuper la journée, je n’aime pas rester sans rien faire (GE_NEM01_JMA).

6Pour cette personne, son travail actuel auprès de Genève-roule lui permet, avec d’autres petits travaux qu’elle fait grâce à son réseau de soutien, de gagner suffisamment d’argent pour survivre.

7Il est aussi possible d’effectuer des tâches dans les centres d’aide d’urgence. Il s’agit là d’un type d’« emploi » qui relève des prestations du centre – ou d’une structure qui y est liée – pour lesquelles les personnes sont indemnisées en bons :

Le matin, je nettoie ma chambre et tout, et à 7 heures, je sors pour nettoyer le centre. Je fais mon travail […] Je reçois CHF 30.- en Gutscheine, une fois par semaine (ZH_NEM04_FST).

8Notons encore que dans le canton de Vaud, l’argent que les personnes peuvent gagner pour les nettoyages dans les centres est aussi une source de revenu, car les prestations s’élèvent à CHF 300.- pour 20 heures de travail hebdomadaire contre CHF 50.- à Genève. Dans les cantons de Zurich et Berne, les travaux d’utilité publique sont en principe réservés aux requérant-e-s d’asile. Lors des séjours en prison, les personnes frappées de NEM peuvent avoir l’opportunité d’exercer un travail rémunéré – et souvent apprécié – qui leur permet de gagner plusieurs centaines de francs :

A Witzwil, je pouvais travailler et quand on m’a libéré, j’avais environ 600 francs. Je travaillais dans les champs, c’était O. K., j’aimais bien (BE_NEM01_CAC).

9En effet, lors des exécutions de peine, les prisonnier-ère-s ont l’obligation de travailler. Pour les personnes détenues en prévision du retour, cette obligation n’existe pas, mais elles en ont parfois la possibilité.

10On peut encore relever que la prostitution peut également faire partie des activités lucratives exercées par les personnes frappées de NEM, comme l’évoque une personne travaillant dans un centre d’aide d’urgence :

La prostitution est un thème qui concerne de nombreuses femmes. Par exemple, on peut voir une Mercedes s’arrêter devant le bâtiment avec un homme suisse au volant. Actuellement, nous avons ici une femme qui a fait du trafic de drogue et s’est prostituée et qui a été longtemps en prison. Maintenant, elle garde des enfants contre rémunération. Quand nous remarquons [des activités illégales], nous n’en parlons plus. […] Les personnes qui mènent des activités liées à la prostitution ou la drogue agissent en cachette. Elles savent que nous savons. Nous établissons les règles internes au centre, le reste, c’est leur affaire (ZH_SPEC05).

11Certains témoignages révèlent que la plupart des personnes ne recourant pas à l’aide d’urgence se débrouillent grâce à de petits travaux, tels que la réparation d’ordinateurs ou l’installation de programmes pour des connaissances, l’aide dans des déménagements, la vente de cartes téléphoniques, etc. Une femme vivant dans le canton de Vaud travaille comme employée de maison dans une famille et parvient grâce à l’argent qu’elle gagne, qui correspond à un salaire minimal (environ CHF 3500.-), à entretenir toute sa famille, sortie de l’aide d’urgence. Toutefois, pour la plupart des personnes interrogées, il est difficile d’accéder à un travail rémunéré et relativement régulier qui pourrait amener à une certaine stabilité existentielle et au développement d’une autonomie.

Le travail au noir

12Si plusieurs personnes déclarent se débrouiller en partie grâce à des petits travaux ponctuels et occasionnels, la plupart d’entre elles estiment qu’il est extrêmement difficile de trouver un véritable travail au noir. A Genève, certaines mentionnent que, depuis 2004, ces difficultés se sont encore accrues, du fait que les employeur-e-s auraient davantage peur d’engager des personnes sans permis :

Depuis 2004, nous, les gens de couleur, on nous repère plus facilement. J’avais travaillé dans un chantier, le monsieur était content de moi, mais j’ai dû arrêter car j’étais trop visible, j’allais créer des problèmes au monsieur en cas de contrôle. Il y avait beaucoup de gens qui travaillaient au noir, mais les Noirs sont visibles. Tout devient difficile quand on est NEM sans papiers, en plus, c’est une situation où l’on se remet tout le temps en question, on a envie de laisser tomber, de crier, on perd l’estime de soi. Parfois, tu te dis que tu ne fais pas assez, tu ne sais pas t’y prendre mais c’est difficile, tu es en face d’un mur, tu as envie de crier (GE_NEM02).

13Les expert-e-s interviewé-e-s relèvent également la difficulté pour les personnes NEM de rejoindre les réseaux de travail clandestin – à l’exception des ressortissant-e-s du Kosovo et des Balkans de l’Ouest discutée au chapitre premier – en raison de la concurrence avec d’autres personnes en situation clandestine :

La concurrence pour le travail est forte maintenant. Pour les clandestins, on voit que pour les femmes c’est plus facile de trouver du travail, ménage, enfants, que pour les hommes. On imagine que pour ces NEM clandestins, pour la majeure partie des hommes, cela doit être difficile de trouver du travail. Les maris, chez les clandestins, font parfois des déménagements, mais autrement ils ne travaillent pas. Donc, dans la concurrence avec ces hommes latinos, les NEM doivent avoir peu de moyens d’assurer leur survie (GE_SPEC04).

Je pense que mon analyse est objective, car il ne faut pas se leurrer, c’est encore difficile de trouver un travail en tant que Noir. A leur décharge, quand on dit qu’ils ne s’intègrent pas sur le milieu du travail, il faut dire que c’est difficile pour eux. Il y a encore une méfiance, en plus, sans statut, c’est insurmontable comme difficulté (GE_SPEC05).

14Que les possibilités d’accès au marché du travail soient encore plus restreintes pour les personnes d’origine africaine est une problématique qui ne concerne pas uniquement les personnes frappées de NEM, mais également d’autres groupes de migrant-e-s en situation précaire comme d’autres sans-papiers notamment (Achermann et Chimienti, 2006 : 116). Les personnes qui ne travaillent pas affirment en général qu’elles ont cherché – ou cherchent encore – à le faire, mais soulignent la difficulté – voire l’impossibilité – de trouver un emploi alors qu’elles ne possèdent pas de papiers :

Ce serait bien que je puisse trouver un travail. Je vais partout, maintenant, pour demander. Je demande dans tous les endroits, à Saint-Gall, à Winterthour, ici en Uster, partout. Je demande dans les restaurants et autres. Mais ils demandent toujours les papiers. Et je ne parle pas Deutsch, alors je n’ai aucune chance (GE_NEM02).

15Sur les sept personnes qui ne recevaient pas l’aide d’urgence dans les cantons de Zurich et Berne, quatre disaient ne pas travailler : l’une semblait s’en sortir grâce au soutien de son large réseau, à travers l’Eglise à Berne et par des privés à Bâle ; une autre faisait la manche pour se nourrir et dormait souvent dans les rues ; une troisième pouvait s’appuyer sur des connaissances qui l’aidaient de manière ponctuelle et disait par ailleurs avoir commis des vols et revendu du haschisch. Quant aux trois personnes sans aide d’urgence affirmant travailler, elles avaient toutes un emploi à plein temps ou du moins très régulier. Deux d’entres elles vivaient dans des appartements en colocation et finançaient elles-mêmes leur part du loyer, la troisième travaillait dans l’entreprise d’un membre de sa famille qui lui fournissait également un hébergement.

  • 1 Ayant pu obtenir par le biais d’un ami resté au pays des papiers attestant son identité, cette per (...)

16Les personnes ayant trouvé du travail sont employées au noir et ne peuvent bénéficier d’une autorisation de travail. Nous avons toutefois rencontré une personne qui, bien qu’ayant reçu une décision de NEM, était titulaire d’une autorisation de travail1. Outre son caractère tout à fait exceptionnel, l’intérêt de ce cas réside dans le fait que l’autorisation de travail a permis à la personne d’améliorer considérablement sa situation à tous points de vue, bien que les conditions de travail soient pénibles, les horaires longs et le salaire excessivement modeste. Cette personne témoigne d’une satisfaction et d’un entrain qui détonne avec les propos et le ton des autres personnes que nous avons eu l’occasion de rencontrer. Son inclusion sociale dans le monde du travail lui permettait de développer une certaine estime de soi et l’autorisation de travail dont elle bénéficiait, quoique provisoire, lui offrait une certaine stabilité non seulement sur le plan financier, mais également social (intégration sociale, structure et occupation, « normalité » de la vie quotidienne).

17Dans les cas où les personnes disaient travailler de manière occasionnelle, il s’agissait de travaux ponctuels d’une durée limitée le plus souvent à deux ou trois jours au maximum, dans les milieux de la construction, de l’agriculture ou de la restauration, ou encore chez des particuliers pour des travaux ménagers ou de jardinage de quelques heures. Pour certains, ces opportunités de travail relèvent de l’exception alors que, pour d’autres, qui disposent de plusieurs adresses où obtenir du travail, c’est une ressource plus régulière :

Je travaille de temps en temps dans une ferme ou ailleurs. C’est un endroit près de Berne. J’ai demandé au fermier du travail. Je lui ai raconté mon histoire. Je survis d’une certaine manière. Sa femme parlait un peu l’anglais et donc elle comprenait. Parfois je travaille là, parfois dans un restaurant. Mais c’est difficile parce que je n’ai pas de permis. J’ai juste quelques jobs pour deux ou trois jours. Maintenant, je travaille dans un restaurant italien parce que je connais un peu la cuisine italienne (BE_NEM02_FST).

18Mais dans tous les cas, les conditions sont précaires et les salaires extrêmement bas. De plus, le travail se fait souvent sur appel et il faut donc être atteignable en permanence, ce qui ne va pas de soi pour une personne frappée de NEM :

Quand je fais de la musique, des gens me donnent des numéros. Mais la plupart des gens me prennent pour quelqu’un de pas bien, alors quand je téléphone, tout le monde veut des papiers. Pour travailler au noir, il te faut quelqu’un de confiance qui te présente, autrement ils n’osent pas t’embaucher, ils ne savent pas si t’es bon ou pas. C’est par les contacts avec d’autres que tu trouveras quelque chose. Et de toute façon, un jour ils ont besoin de toi, le deuxième jour ils n’ont pas besoin de toi. Et même s’il y a du travail, mais tu n’as pas de téléphone, ils ne te trouvent pas (ZH_NEM09).

19Un cas concernant un homme qui dort dans les rues et mendie pour se procurer de quoi manger illustre sans doute le fait que le libre déploiement d’une activité significative peut l’emporter, dans l’échelle des priorités, sur la satisfaction des biens primaires visée par l’aide d’urgence. L’apprentissage de la guitare dans le but de devenir musicien professionnel est le moyen qu’a développé cette personne pour supporter la vie quotidienne. Elle s’est ainsi trouvé un objectif à atteindre qui ne dépend pas de sa situation de séjour et qui lui permet de se projeter dans l’avenir. La musique est devenue pour elle à la fois une ressource, une béquille et un refuge, dans lesquels elle place toute son attention :

J’étudie la musique. Je joue de la guitare tout le temps, n’importe où. J’essaye de jouer un petit peu dans la rue, mais pas trop, car souvent la police arrive et me dit d’arrêter. Je peux jouer au maximum une heure dans un endroit et ce n’est pas suffisant. Je ne sais pas très bien jouer. Parfois, les endroits sont occupés et d’autres musiciens jouent. Parfois, je demande. J’aime mieux jouer pour moi-même. Jouer pour moi-même pour apprendre ou jouer pour de l’argent c’est différent. Plus je travaille, plus cela me plaît. Je veux étudier et apprendre très bien. J’aimerais étudier pour devenir un musicien professionnel. C’est tard, mais cela m’est égal. Oui, cela me rend heureux de jouer. Un jour dans le futur j’aimerais être un musicien professionnel […] La musique demande beaucoup de concentration, l’année dernière je me suis concentré beaucoup sur la musique et certaines personnes ne comprennent pas ça tellement. Quand on est complètement concentré sur la musique, parfois je ne parle pas beaucoup, je suis comme dans mon propre monde. Et ils ne comprennent pas. La musique m’aide à vivre avec les difficultés que je rencontre maintenant. Cela m’aide presque à oublier mes problèmes. Mais c’est aussi pour moi comme un travail. Cela me demande beaucoup d’énergie, mais m’aide aussi à oublier mes problèmes, oui. Mais ce n’est pas la raison pour laquelle j’étudie (BE_NEM02_CAC).

20Par ailleurs, cette personne souligne qu’elle préfère mendier plutôt que voler :

Non. Je n’y pense même pas à ces choses-là, ce n’est vraiment pas pour moi. Je ne pense jamais à ça. Moi je n’ai pas besoin de beaucoup, je n’ai besoin que de ma musique, je demande juste chaque fois de l’argent. C’est suffisant pour moi. Je ne connais pas d’autres personnes qui font ça. En général, je n’ai pas de contact avec ces gens (BE_NEM02_CAC).

21Alors même que le droit à l’aide d’urgence a expressément été instauré dans le but de prévenir les situtions de mendicité, les circonstances dans lesquelles elle est octroyée dans le cadre de l’asile, c’est-à-dire avec le risque d’être renvoyé-e si l’on se présente aux autorités, amènent ainsi certaines personnes à mendier pour éviter de recourir à l’aide d’urgence.

La petite délinquance

22Les membres de mouvements associatifs, ainsi que certain-e-s députée-s, avaient souligné à plusieurs reprises, dans les pétitions ou dans les motions réalisées lors du débat sur l’entrée en vigueur des mesures pour les personnes frappées d’une non-entrée en matière, les risques de délinquance de survie engendrés par cette législation. Cette crainte initiale avait été avancée par l’un des experts interviewés, qui déclare cependant ne plus être actuellement si sûr que les mesures introduites depuis avril 2004 aient effectivement contribué à augmenter la délinquance :

Chez la plupart des NEM, j’ai toujours insisté sur la petite délinquance de survie comme possible conséquence, mais j’en suis plus si sûr, la grande majorité se débrouille comme ça, sans délinquance. Je ne sais pas vraiment si la suppression de l’aide sociale cause la délinquance. Elle cause beaucoup de détresse, ça oui. Après, il faut voir ce que cela donne, cette détresse (GE_SPEC08).

23L’augmentation notable de la délinquance que certains milieux avaient crainte avant l’entrée en vigueur de la suppression de l’aide sociale aux personnes frappées de NEM ne semble en effet pas se vérifier et les chiffres rapportés dans les différents Rapports de monitoring de l’ODM ne font état d’aucune hausse significative de la criminalité. Plusieurs des spécialistes rencontré-e-s disent pourtant s’étonner de ce constat. Si certain-e-s expriment leur incrédulité devant ces chiffres, d’autres en revanche estiment que si les effets sont nettement moins visibles qu’on ne le craignait, cela est essentiellement dû au fait que les personnes concernées se font les plus discrètes possible, phénomène qui dépasse la problématique des personnes frappées de NEM et concerne également les autres personnes sans papiers :

Celui qui reste quand même ici après avoir reçu une décision de NEM doit se comporter comme les sans-papiers, qui ne vont justement pas dans certains lieux bien connus comme, par exemple, la gare centrale où la présence policière est énorme, ou la Langstrasse. Les sans-papiers ne s’attardent pas là-bas. […] Dans les quartiers périphériques, c’est plus facile de passer inaperçu quand on est sans-papiers (ZH_SPEC02).

24Dans leur étude sur les migrant-e-s en situation précaire, Achermann et Chimienti ont fait des observations analogues, soulignant que les personnes en situation illégale qui risquent de se faire renvoyer de Suisse en cas de contrôle développent diverses stratégies afin de passer inaperçues (2006 : 88-89). Elles tendent à éviter les lieux marqués par une présence policière importante, à respecter les règles dans leur moindre détail, à adopter une tenue vestimentaire neutre et un comportement « conforme ». C’est ainsi plutôt la criminalité des personnes que les autorités ne peuvent renvoyer que l’on pourrait s’étonner de ne pas voir augmenter. Un des éléments pouvant l’expliquer réside dans le fait que certaines personnes espèrent qu’en ne commettant aucun acte délictueux, elles conservent leurs chances de voir leur situation s’améliorer, comme l’exprime un des spécialistes rencontrés :

On ne peut pas certifier non plus que les NEM piquent des choses. Même les chiffres du Monitoring sont constants. […] C’est que beaucoup d’entre eux pensent qu’il leur reste peut-être une chance à travers le mariage ou un éventuel recours supplémentaire. Ils veulent avoir un comportement irréprochable afin de conserver leur chance d’une manière ou d’une autre. Mais c’est irrationnel (CH_SPEC03).

25Ces hypothèses trouvent confirmation dans les témoignages directs recueillis auprès de personnes frappées de NEM :

Je dois éviter d’être contrôlé. Je veille à ne pas prendre le bus. Je ne traîne pas à la gare ni dans les bars. Quand je peux dormir dans une maison, j’entre et ne ressors plus. Je dors jusqu’au matin suivant. Je ne parle pas aux inconnus. Je ne passe toujours que 2-3 heures avec ma famille, je les aide. Quand elles rentrent chez elles [au centre d’aide d’urgence], je ne suis plus en sécurité et je dois m’en aller. Pas dans le parc. Là, il y a des fumeurs, des alcooliques, etc. Là, on est contrôlé (ZH_NEM08_FST).

Je n’ai pas d’autres moyens. Rien. Les autres ont d’autres moyens que moi. Je ne peux pas aller chercher mes propres moyens, j’entrerais dans encore d’autres problèmes. Ils ont regardé si j’avais commis des crimes, mais ils n’ont rien trouvé. C’est aussi ma droiture qui m’a sauvé (ZH_NEM10_FST).

26Cerrtain-e-s expert-e-s pensent à ce sujet que les gens ne migrent pas avec l’idée de s’engager dans la délinquance, mais que ce sont essentiellement les conditions que les personnes trouvent dans les pays d’accueil, notamment la possibilité ou non de travailler, qui induisent une partie d’entre elles à s’engager dans une délinquance de survie :

Je ne pense pas que les gens montent sur un bateau pourri pour devenir délinquants, ils le deviennent en arrivant ici, on ne part pas à 20 ans pour devenir malfaiteur, on part plutôt avec l’idée de la blonde qui tourne la rue et fait gagner une bagnole, c’est ça la légende, et la réalité fait qu’on devienne après petit trafiquant. Mais on ne part pas avec l’idée de commettre des délits et là, il y a tout un travail d’information par la presse, les politiques modérés, qui n’est pas fait (GE_SPEC01).

27Toutefois, quelques personnes interrogées en Suisse alémanique ont avoué avoir trafiqué. Parmi les personnes interrogées en Suisse romande, une seule personne a été condamnée à deux reprises pour des vols, alors qu’une autre a déclaré avoir vendu du cannabis lorsqu’elle était à l’asile, mais seulement au début de son séjour. La personne qui a été condamnée à deux reprises bénéficiait avant la décision de non-entrée en matière d’un permis de travail et a travaillé à plusieurs reprises dans des restaurants, de manière tout à fait légale. Depuis qu’elle a reçu cette décision, elle a cherché du travail au noir, mais à Genève elle n’a rien trouvé, ce qui l’a conduite à commettre des vols :

Comme je n’ai pas d’argent et que je fume des cigarettes, j’ai besoin d’argent, aussi pour un pull, et j’ai fait des vols, mais quand je travaillais, je n’ai jamais fait des vols. Depuis 2004, c’est plus difficile de trouver un travail ici à Genève, mais en Valais j’ai trouvé plusieurs travaux au noir. La journée, là je viens de sortir de prison, mais avant, j’allais souvent au Valais, à Sion, là-bas il y a du travail au noir. Je vais là-bas et puis je reviens ici, ici je n’ai pas de travail et je suis avec des amis, je traîne un peu. Au Valais, je connais un gars là-bas qui a un grand magasin et je donne un coup de main pour transporter, ça fait quelque chose, je gagne de l’argent bien, c’est pas du vol (GE_NEM03).

28Un autre témoignage rapporté par un migrant au sujet de ses connaissances atteste aussi que le renoncement à l’aide d’urgence peut parfois conduire les personnes à s’engager dans une délinquance de survie :

Je connais beaucoup de personnes qui ne vont pas retirer l’aide d’urgence car elles ne peuvent pas aller là-bas, être sous contrôle tout le temps, mais elles sont ici, en Suisse. La plupart achètent et revendent des trucs, toujours dans l’illégalité, j’ai vu des gens qui achètent des choses volées, ou des deals, ça rapporte pas beaucoup mais assez pour vivre, un coin dans une chambre, ils louent un studio à deux ou trois. Je voyais dans les foyers aussi, ils volent des appareils photo aux touristes, les revendent, ou alors volent dans les magasins ; il y a aussi des gens qui achètent des choses, Natel, caméras vidéo, et les envoient dans leur pays, surtout les Africains, ils font du commerce. Il y en a d’autres qui font le tour de Genève et qui ramassent des choses que les gens jettent, après ils les revendent, ça fait un petit travail. Il y a aussi des gens qui aident aux puces à décharger, recharger, ça apporte un peu d’argent. Chacun gagne sa vie (GE_NEM01_JMA).

29Une autre personne frappée de NEM qui ne recourt pas à l’aide d’urgence décrit autant le désespoir de vivre avec une décision de non-entrée en matière que le problème de ne plus avoir un lieu à soi, pouvant conduire à s’engager dans des comportements de délinquance de survie, d’autodestruction ou de déni de soi :

Depuis la NEM, c’était le déclin total. Il faut le vivre pour comprendre. Un homme qui n’a plus de maison, un lieu pour dormir, il faut se mettre dans sa peau pour comprendre, c’est difficile. Parfois, on regarde les autres, tu te poses la question pourquoi ? Ça m’est arrivé une fois où je ne savais pas où passer la nuit, j’ai passé beaucoup de coups de fil pour savoir où poser ma tête. Je me disais : « Quel regard va poser sur moi cette personne à mon réveil ? » Je me disais : « La société ne te veut pas… » C’est le rejet. Je n’ai rien fait de mal, j’ai tout fait pour que ça aille bien, je n’ai jamais été à la police, personne ne m’a interpellé, je n’ai pas le droit de travailler, je n’ai pas de maison, pas de manger, je me pose la question, c’est pour que j’aille voler ou quoi ? Vendre de la drogue ? Franchement, j’ai eu des moments pénibles, des dures journées, mais je n’ai jamais fait ça. Mais je comprends que certains fassent cela. Par rapport à d’autres qui étaient dans la même situation que moi et que je croise dans la rue, j’ai envie de verser des larmes. Je ne suis pas heureux dans ma situation, mais eux, ils traînent avec des cannettes de bière dans la main toute la journée, ils sont complètement foutus. Je les connaissais bien avant, ils ne sont plus à l’asile, parfois tu ne peux pas ne pas abandonner le système, si on pense à la pression qu’ils te mettent à chaque fois que tu vas faire le tampon. Il y en a qui pètent facilement les plombs (GE_NEM02_JMA).

  • 2 Les deux formes de détention ont des raisons et des objectifs différents : dans le premier cas, il (...)

30Bien que les données statistiques ne fassent pas état d’une tendance à la hausse de la criminalité, on peut noter que près de la moitié (sept sur seize) des personnes rencontrées à Zurich et Berne disent avoir séjourné en prison, à une ou diverses reprises, pour des périodes pouvant durer plusieurs mois. Les personnes ne faisaient pas la différence entre la détention en vue de l’exécution d’une peine et la détention administrative en vue du refoulement2 et parmi les raisons qu’elles mentionnaient, elles citaient indifféremment le séjour illégal, la mendicité et la resquille. La détention pour séjour illégal fait souvent l’objet de l’incompréhension des personnes concernées :

Est-ce que c’est vrai que les illégaux peuvent aller en prison pendant dix-huit mois ? Ça c’est bizarre. Les gens qui vendent de la drogue ou volent ne vont en prison que deux-trois mois, mais les gens qui sont illégaux peuvent aller en prison pendant dix-huit mois. [Je lui réponds.] Il n’y pas de raison, je n’ai pas fait quelque chose de mal, je suis juste ici sans papiers et j’ai juste emprunté cet espace (ZH_NEM09).

31Par ailleurs, une des personnes rencontrées a été condamnée à deux reprises à des travaux d’utilité publique pour un total de cinq cent soixante heures. Comme l’ont relevé certain-e-s des spécialistes, on touche ici du doigt un des cercles d’absurdité engendrés par le système, où les ressources financières insuffisantes ne permettent pas aux personnes de payer les amendes qu’elles ont reçues et qui se voient alors assignées à l’exécution de travaux d’utilité publique pour rembourser leur dette, alors que, par ailleurs, on leur interdit de travailler et de gagner de l’argent :

Je fais de la musique dans les rues. Dans les endroits où il y a beaucoup de gens et de policiers. Dans les autres endroits, il n’y a pas d’argent à gagner. […] Avec ce que je gagne, j’arrive juste à me remplir le ventre et à payer les amendes et les tickets de transport. Je n’emprunte pas d’argent à des amis. Quant on emprunte de l’argent, il faut le rendre, et comment je vais faire ça ? Quand je fais de la musique et je dois aller en prison, je demande à la vieille dame chez qui je fais le ménage de payer l’amende. En prison, je pourrai travailler et je lui rendrai l’argent (ZH_NEM09).

32La plupart des personnes affirment ne pas commettre d’infraction, mais précisent parfois avoir vu ou entendu que d’autres le faisaient. Parmi les migrant-e-s rencontré-e-s en Suisse alémanique, seules deux personnes affirment de manière directe qu’elles volent – ou ont volé – ce dont elles ont besoin pour vivre :

Bon, je vais te dire la vérité, puisque tout le monde me connaît, les gens d’ici, la police, les gens du Migrationsamt. Avec les 10.- CHF, la première chose que je prends, c’est des cigarettes. Les autres choses, je les prends aussi avec moi, mais je les prends avec ma main. Même si je n’ai pas l’argent. Les vêtements, à manger, tout. Vous comprenez ? Les CHF 10.-, c’est tout d’abord un paquet de cigarettes. Ça coûte CHF 6.30 actuellement. Des fois, je fume un paquet par jour, des fois deux paquets par jour. Le reste, je le prends comme ça. Je vais à la Migros, je rentre avec mon sac. Si la police m’attrape, je leur explique ma situation, mes problèmes. Plusieurs fois ils m’ont pris. Des fois, la police m’a pris avec des vêtements nouveaux. C’est eux qui nous poussent à faire ça, ce n’est pas nous (ZH_NEM05).

33Selon les dernières dispositions, à Genève, pour les personnes NEM qui sont à l’aide d’urgence, le fait d’avoir commis des délits, même légers, entraîne la suppression de l’argent que les personnes étant dans le dispositif depuis plus d’une année reçoivent, soit CHF 10.- par jour :

Maintenant, je ne reçois rien comme aide d’urgence, j’ai été en prison et je ne reçois rien. Je dois y aller demain pour la carte de bus, mais ils ne me donnent pas de l’argent, ils m’ont dit qu’ils n’ont pas accepté pour qu’on me donne l’argent. Moi, je pensais que j’allais le recevoir car je suis ici depuis 2004. Je pense que c’est parce que j’ai fait la prison. Je vais voir avec l’AGORA. Quand j’étais à l’OCP pour demander, je leur ai dit : « Alors, si je ne reçois rien je suis obligé de voler encore, et que cette fois je vais faire un gros coup de cocaïne », et comme la dame était en train de marquer ça, j’ai dit : « Non, non, je rigole car là-bas, c’est la police… » J’ai dit : « Mais comment je fais, alors », et elle m’a dit : « Tu te débrouilles » (GE_NEM03_JMA).

34On ne peut certes clairement déterminer dans quelle mesure une personne en vient à justifier des actes délinquants par la privation de ressources monétaires liée au système d’aide d’urgence, ou à être amenée à en commettre du fait de cette privation d’argent. Mais il n’est pas exclu, comme semble l’exprimer cette personne, que suite à un séjour en prison, une personne se voie privée de l’argent dont elle aurait besoin pour survivre sans commettre de nouveaux délits.

Le trafic de drogue

35Il est difficile de recueillir des témoignages directs concernant le trafic de drogue. Plusieurs personnes déclarent ignorer si d’autres migrant-e-s dans leur situation s’y adonnent, mais plusieurs affirment, en revanche, avoir connaissance de ce fait. Dans les deux cas, les personnes interrogées précisent qu’elles se tiennent à l’écart de ces milieux et évitent tout contact avec les personnes impliquées. Il est donc très difficile de dégager des tendances sur la base des entretiens avec les personnes concernées uniquement. Une personne nous a toutefois dit – à l’imparfait – qu’elle avait fumé et vendu du haschisch :

Avant d’avoir une femme et un enfant, j’ai tout fait : voler, fumer du haschich et en vendre. Mais ma femme a peur que je fasse quelque chose de faux et que je doive partir. A cause de ces soucis, je ne peux pas dormir (ZH_NEM05_FST).

36Selon un-e des spécialistes rencontré-e-s en Suisse alémanique, le trafic de drogue ne concernerait les personnes frappées de NEM que de manière marginale :

J’ai l’impression qu’il y a deux groupes, surtout en ce qui concerne les Noirs africains. Il y a relativement peu de NEM impliqués dans le trafic de drogue, car ceux-là ne demandent souvent pas l’asile. Ceux qui demandent l’asile ou ont reçu une NEM ne veulent rien avoir à faire avec eux et ils se mélangent peu. Parmi les gens que nous accompagnons, trois ont été mêlés à des histoires de drogue (sur un total de deux cents NEM) de petite ampleur. Ils vendent de petites quantités, se font vite pincer et font peu d’argent (CH_SPEC03).

37Selon une autre source, il semblerait pourtant que les centres d’aide d’urgence puissent connaître d’importants problèmes liés au trafic de drogue :

Une grande partie des NEM noirs africains qui n’ont pas réapparu pendant une longue période ou depuis des années sont dans le deal, le petit trafic. Dans le centre, c’était assez courant l’hiver passé. Nous sommes intervenus avec la police et il y a eu plusieurs descentes. On doit aux résidents qui sont honnêtes que le centre ne devienne pas une plaque tournante de la drogue. Pendant la nuit, il y avait aussi des drogués qui venaient frapper à toutes les portes en quête de dope. C’étaient tous des Suisses auxquels les Africains vendaient de la cocaïne par petites doses. La plupart de ceux qui vendent le faisaient déjà à leur arrivée en Suisse, depuis le début. […] En hiver, on a remarqué que des deals avaient lieu un peu partout autour du bâtiment et aussi à l’intérieur du centre. On a collaboré avec la police. On a arrêté beaucoup de personnes, dont une partie réside à nouveau ici. Il y a eu quelques gros poissons, qui avaient pourtant l’air de personnes très sympa. Je ne me porterai plus garante pour personne depuis cette expérience. C’est tranquille, depuis lors. Il y a toujours des cas isolés, mais lors des réunions du centre, je dis toujours : « Je ne peux pas empêcher que vous fassiez ça, mais dans le centre, vous ne le faites pas. » Ça fonctionne plus ou moins. Ce sont toujours des hommes seuls, nous n’avons épinglé qu’une seule femme (ZH_SPEC05).

38Certain-e-s spécialistes estiment ainsi que les personnes NEM qui sont délinquantes, en particulier celles qui vivent du trafic de drogue, l’étaient déjà avant la suppression de l’aide sociale, ou alors, qu’elles choisissent de devenir délinquantes indépendamment de cette mesure. Un certain nombre de ces personnes, qui représenteraient cependant une minorité, seraient venues en Suisse pour avoir de l’argent rapidement, peu importe de quelle façon, comme il ressort du témoignage d’un représentant des autorités de contrôle :

Il y a ceux qui sont venus ici pour travailler, c’est une majorité, qui trouvent relativement vite des sources de revenu clandestines mais honnêtes, ceux-là ne nous posent pas de problème, et ceux qui sont venus pour faire de l’argent facile, qui ne vivent pas honnêtement. Il y a une coupure entre les deux, ceux qui vivent de délinquance et ceux qui vivent de travail légal. Ceux qui nous disent : « Oui, je vais trouver du travail honnête », on les retrouve deux mois après. C’est un état d’esprit, ou on travaille honnêtement, ou pas. On n’a pas des personnes qui passent de l’un à l’autre, c’est un peu caricatural, mais c’est souvent ça (GE_SPEC 07).

39Cet expert précise cependant que les raisons pour lesquelles il est difficile de quitter le « circuit de la délinquance » sont nombreuses et que le seul remède à long terme est que la personne puisse s’intégrer dans le système économique. Selon lui, ce n’est pas toujours évident quand on est qualifié de « délinquant », car ce statut ferme fréquemment les rares portes qui auraient pu s’ouvrir. Faute d’autres possibilités, la personne se rabat alors bien souvent sur l’argent dit « facile ».

40En ce qui concerne le trafic de drogue de la part de personnes hébergées dans le centre d’aide d’urgence du Lagnon à Genève, selon un représentant de l’Hospice général, ce serait le cas d’une minorité de personnes, environ 30 % selon ses estimations personnelles. La police se rend environ trois fois par semaine dans le centre du Lagnon pour effectuer des contrôles et confisquer l’argent ou la drogue. Les personnes qui s’adonnent à ces activités, selon ce représentant, entraînent une partie des nouveaux arrivants, ceux qui sont attirés par la possibilité de gagner de l’argent facilement, alors qu’une autre partie serait foncièrement honnête et refuserait d’avoir quoi que ce soit à faire avec le trafic de drogue. Certaines personnes à l’aide d’urgence refusent d’ailleurs d’habiter au Lagnon pour ne pas être en contact avec ce milieu.

41A Vennes, où une plate-forme de discussion regroupant plusieurs personnes migrantes frappées de NEM et déboutées s’est constituée pour faire connaître à l’opinion publique leurs conditions de vie, les personnes qui font du trafic sont moins engagées dans ces processus revendicatifs, ce qui serait dû, selon la personne NEM porte-parole de ce mouvement, aux conflits internes vécus par ces personnes.

Tous les dealers ne peuvent pas agir car ils se mettent dans une mauvaise conscience par rapport à ce qu’ils font, ils ne sont pas d’accord, mais comment faire ? Ils abandonnent souvent le deal au bout d’un certain temps, trop de conflits internes. C’est là que je dis, on instrumentalise dans la propagande le mal que vivent ces gens, savent-ils le mal que vivent ces gens ? […] J’avais incorporé dans notre groupe de discussion quelqu’un qui vend, il assiste, on discute. Je dis que vendre la drogue est donner des armes à la droite qui nous fait du mal, et toi aussi tu te fais souffrir, parce que tu ne dors pas bien, tu ne te sens pas dans ta dignité. On peut aborder ça dans un cadre global, on parle de politique, mais aussi des conséquences de ce qu’on fait. Dire tout ça aide à nous recentrer, à nous placer au cœur du débat, de la société (LA_NEM03).

42Ce migrant remarque par ailleurs que la plupart des personnes qui font du trafic arrêtent au bout d’un certain temps, et qu’il s’agit souvent là d’une phase de leur existence liée au mal-être vécu. Il estime que des ponts peuvent être établis avec les personnes qui s’adonnent au trafic de drogue, et que le cadre de discussion mis en place à Vennes pourrait les aider à retrouver une dignité et à se rendre compte des conséquences de leurs actions.

2. Relations sociales et soutiens privés

Contacts personnels

43Pour assurer leur survie, les personnes frappées de NEM mettent en œuvre des stratégies qui peuvent être indépendantes ou complémentaires à l’aide d’urgence. Le réseau social est un facteur primordial, influençant dans une large mesure les différentes stratégies de survie possibles. Parmi les personnes rencontrées en Suisse alémanique, une seule d’entre elles dispose d’un réseau familial en Suisse, visiblement étendu et lui apportant son soutien. D’autres personnes ont mentionné avoir des frères et sœurs en Suisse ou dans d’autres pays européens, mais sans que cela représente une source de contact ou de soutien :

J’ai plusieurs frères et sœurs, mais je ne sais pas où ils sont. Je crois qu’un de mes frères habite aussi en Suisse, avec une autorisation. Mais il ne veut pas avoir de contact avec moi (ZH_NEM08).

44Les autres personnes rencontrées n’ont pas de famille – ou sont sans contact – en Suisse, à l’exception de deux cas : celui d’un homme dont la femme, arrivée en Suisse après lui, a déposé une demande d’asile, mais qui, en raison de leurs statuts, n’ont pas droit à être réunis. L’autre cas concerne un homme et une femme tous deux frappés de NEM qui se sont rencontrés en Suisse et ont eu un enfant mais dont le mariage à la mosquée n’est pas reconnu par les autorités suisses. Ainsi, parmi les personnes rencontrées dans les cantons de Zurich et de Berne, les liens familiaux ne représentent une source de soutien ou une ressource importante que dans une petite minorité de cas.

45Nous avons recueilli d’autres exemples de cette absence de contact avec des membres de la famille pourtant eux/elles aussi immigré-e-s, ce qui semble dans un premier temps contre-intuitif par rapport à l’idée que l’on se fait généralement de la solidarité familiale. Un-e des spécialistes a cependant fait remarquer le poids que la dépendance d’une personne frappée de NEM fait peser sur son réseau familial et le fait que les pressions peuvent finir par briser des familles entières.

46Au-delà des éventuels membres de leur famille, les migrant-e-s frappés de NEM nouent des relations sociales avec des personnes aux profils variés : d’autres migrant-e-s aux statuts de séjour divers (asile, établis en Suisse,…), de même origine ou non, ou encore des Suisses. Les contacts se font par différents biais : les centres d’accueil et d’enregistrement, les centres d’aide d’urgence, les organisations d’entraide, les milieux religieux ou du travail, mais aussi de manière informelle dans la rue, dans des parcs ou dans d’autres lieux publics, et se multiplient ensuite par effet « boule de neige ». Certaines personnes semblent ainsi disposer d’un réseau social relativement étendu, comme cet homme vivant en Suisse depuis cinq ans :

[Qui sont les amis que vous fréquentez ?] J’ai fait leur connaissance dans la rue. Je connais plusieurs personnes ici, à Berne. Certaines, je les ai connues dans des organisations qui offrent du thé ou autre gratuit. Je rencontre tout le temps des gens et on discute, on se met en contact. Beaucoup de gens parlent l’anglais. Je ne sais pas le Deutsch pour l’instant. Je ne rencontre pas beaucoup de personnes de mon pays ces temps-ci. Plus de Suisses ou d’autres nationalités. Pour moi, cela n’a pas d’importance. J’aime parler aux gens. Dans les sleepers [structures d’hébergement pour personnes sans domicile fixe], je fais aussi la connaissance de beaucoup de gens et parfois je peux rester chez eux. En ce moment, je ne connais personne de Géorgie, je n’ai pas de contacts. Avant, j’en connaissais quelques-uns dans d’autres endroits. Mais ce n’est pas un problème pour moi. Tout le monde est pareil (BE_NEM02_CAC).

47En Suisse romande, les personnes frappées de NEM interrogées qui viennent d’arriver connaissent essentiellement des personnes du domaine de l’asile, rencontrées à Vallorbe ou dans les centres d’aide d’urgence. Elles déclarent s’engager dans des démarches pour connaître d’autres personnes, en particulier de la même communauté, qui puissent leur apporter des conseils et du soutien. C’est surtout dans la période initiale de leur séjour en Suisse que la recherche de soutien de la part de personnes de la même communauté serait importante, car les personnes sont désorientées, connaissent mal le système ou la ville, alors que, progressivement, le cercle de personnes ressources s’élargit à d’autres nationalités, y compris à des Suisses. Pour les personnes provenant de pays moins représentés au niveau communautaire, comme la Mauritanie dans le cas suivant, cela peut devenir parfois un parcours de combattant :

Ben oui, quand je suis ici, je sors pour aller en ville me promener… si je vois des Noirs, je discute avec… parfois, je vais à la mosquée pour rencontrer des gens, voir si il y a des Mauritaniens. Mais là-bas, j’ai vu qu’il y avait surtout des Sénégalais. La semaine dernière, un Sénégalais m’a dit que la semaine prochaine, il y a aura un Malien, qui connaîtra peut-être des Mauritaniens. Mais quand j’y suis allé, il m’a dit qu’il ne connaissait pas de Mauritaniens. Donc voilà, c’est comme ça que je prends contact avec les gens, je vais à la mosquée, je discute (GE_NEM04_CDS).

48Parmi les personnes ressources figurent aussi, dans quelques cas mentionnés directement par les personnes concernées, les compagnes, parfois envisagées comme futures femmes, qui sont considérées comme essentielles du point de vue du support à tous les niveaux. Quelques expert-e-s mentionnent cependant qu’il s’agit là parfois de ressources temporaires. Si plusieurs personnes frappées de NEM quittent l’aide d’urgence (ou le Lagnon) lorsqu’elles ont trouvé un-e partenaire, elles reviennent généralement quand la relation se termine, car elles n’ont pas d’autres solutions pour se loger ou recevoir un éventuel soutien financier.

Solidarités communautaires

49Dans les grandes villes, avec le temps passé en Suisse, le réseau de connaissances s’élargit en général de manière considérable. Nous avons toutefois surtout des données pour le cas de Genève. Les personnes NEM qui sont ici depuis des années, en particulier de provenance africaine, déclarent en effet connaître beaucoup de monde, avoir des contacts avec leur communauté, mais aussi avec des personnes de toutes nationalités, y compris des Suisses, souvent des personnes rencontrées dans le cadre d’associations d’entraide, mais aussi au travers d’autres réseaux :

Je connais plein de monde, des Africains, des Suisses, beaucoup d’étrangers, Brésiliens, Sud-Américains, je connais beaucoup de communautés, je sors beaucoup, je suis partout. Je connais beaucoup de gens, plein de gens (GE_NEM04_JMA).

50Ces personnes sont des ressources dans plusieurs domaines, en tant qu’amitié, soutien psychologique, contact pour un travail, parfois soutien financier. Pour les personnes sorties de l’aide d’urgence, le réseau de connaissances est particulièrement large et devient plus important, non seulement pour un soutien moral, mais aussi pour trouver des solutions de logement et pour des contacts en vue de petits travaux. C’est aussi la situation vécue par ces personnes qui les induirait à rencontrer beaucoup de monde, à tisser des liens avec des personnes de la même communauté ou d’autres nationalités, car le fait d’être en contact avec des gens permettrait de moins penser aux problèmes liés à leur condition. Comme le souligne une personne frappée de NEM ayant quitté l’aide d’urgence, il est en effet important de connaître également des personnes qui ne relèvent pas du domaine de l’asile pour trouver des ressources. De plus, avec les personnes du domaine de l’asile ou d’autres personnes frappées de NEM, il y aurait davantage de risques de déprimer :

J’ai beaucoup d’amis que j’ai connus dans mon parcours, c’est plus des gens qui pourraient m’écouter, qui ne vivent pas la même situation. Je vais là où je pourrais trouver un peu de ressources. Quand tu te mets devant des gens qui sont plus désespérés, il t’arrive de plonger, je fais attention (GE_NEM02).

51Selon un représentant de l’Hospice général, les personnes d’origine africaine qui se trouvent à l’aide d’urgence sont généralement assez bien intégrées à Genève dans le sens où elles disposent d’un réseau de connaissances, ont des contacts et se rendent souvent en ville pour sortir le soir, même si c’est principalement dans des cercles de connaissances africaines :

Par rapport à la population, ils sont quand même intégrés d’une certaine façon. Quand il y a des manifestations, la Fête de la musique ou des choses comme ça, ils sont très contents, ils aiment bien s’intégrer dans ce flux de monde, là, on ne voit plus personne ici. La ville les attire beaucoup, il y a des lieux où ils se retrouvent pour discuter. […] Ils restent souvent entre eux, même les visites ici, la plupart des gens, c’est des Africains, c’est rare de voir un Blanc ici (GE_SPEC03).

52Dans quelques cas, on déclare connaître seulement un groupe restreint de personnes, ou alors ne pas fréquenter beaucoup de monde et faire confiance seulement à peu de personnes, surtout si les personnes ont vécu des expériences particulièrement traumatisantes dans leur pays :

J’ai des amis algériens, certains sont à l’asile, d’autres non, quatre ou cinq. Deux sont à l’asile et les autres se débrouillent avec des amis. Je ne connais pas de Suisses ici. Ce n’est pas difficile de les rencontrer, mais j’en connais pas. Avec mes amis on rigole, j’aime les amis qui sont bien, on discute, on sort. Mais j’aime la solitude aussi (GE_NEM03_JMA).

53Une scission entre personnes du domaine de l’asile et personnes venues en Suisse pour des études semble exister à l’intérieur de certaines communautés africaines. Elle se retrouve au niveau des associations, souvent nées sur l’initiative d’étudiant-e-s, et qui regroupent généralement des personnes jouissant d’un permis de séjour. Les personnes frappées de NEM éprouvent parfois une certaine méfiance à l’encontre des membres de ces associations, même s’il s’agit de personnes de la même communauté et bien qu’elles s’adressent parfois à elles pour leur demander un soutien. Ces aspects transparaissent du témoignage d’un représentant d’une association de Guinée :

Ici, on s’intéresse à l’organisation de la communauté, parce que la communauté est divisée ici. Quand je dis divisée, c’est parce que la plupart des gens qui demandent l’asile fait partie d’une ethnie, voilà. Et les autres ethnies ne sont pas beaucoup représentées. Parallèlement, avec les étudiants, les demandeurs d’asile n’ont pas tellement de contact avec nous, parce qu’ils disent qu’on a des papiers, qu’on est des agents de l’Etat. Alors, ils se méfient. Voilà… que nous, on file les papiers aux autorités, comme ça. En fait, c’est légitime, parce qu’ils sont dans un autre cadre. Les demandeurs d’asile, ils se méfient de tout le monde. Et nous, on les comprend, mais comme c’est des compatriotes, on ne peut pas les laisser comme ça. On est obligés de dialoguer pour comprendre leurs problèmes, voilà, et s’il y a des problèmes graves, nous convoquons une réunion pour pouvoir trouver une solution, aider (GE_SPEC17).

54Pour les personnes frappées de NEM qui viennent d’arriver en Suisse et ne disposent pas d’un réseau élargi, le soutien apporté par les associations communautaires est essentiel, tant du point de vue psychologique que financier, comme le souligne un représentant d’une association du Niger :

Cette personne NEM souffrait beaucoup de solitude, on l’aidait à sortir, on se promenait ensemble au bord du lac. Il ne m’a rien demandé jusqu’ici, plutôt de la compagnie. L’autre NEM travaille à Genève-roule et a introduit l’autre dans le réseau, et ils ont de l’argent de poche maintenant. Le fait aussi de savoir qu’il y a d’autres Nigériens, ça l’a un peu rassuré, il a une famille maintenant, il peut compter sur nous. Cela est déjà très fort. Comme vous savez, il y a la psychose, quand ils viennent, souvent ils sont seuls dans un groupe qu’ils ne connaissent pas, ils sont perdus. Alors, une fois qu’ils trouvent quelqu’un du pays, toutes ces idées commencent à partir. Ça aide quand même. Le soutien est financier, mais surtout psychologique (GE_SPEC18).

L’aide des personnes privées

55Selon le lieu d’habitation, les types de contacts et les modalités de soutien peuvent varier considérablement. Dans l’anonymat des grandes villes, les conseils et l’aide sont davantage professionnalisés qu’à la campagne, où les personnes dépendent dans une plus grande mesure des relations personnelles qu’elles peuvent avoir la chance de nouer. Les personnes vivant des situations de précarité analogues à celle des personnes NEM ne peuvent offrir à celles-ci un soutien matériel d’ordre financier. En revanche, elles peuvent représenter une aide non négligeable pour d’autres aspects matériels de la vie quotidienne, en particulier celui de l’hébergement :

Une période, je suis resté clandestinement avec un ami, dans un autre petit centre. Je rentrais chez lui pour dormir. J’ai fait ça pendant quelques mois (BE_NEM01 _ FST).

Mes connaissances sont aussi des requérants d’asile, donc ils pouvaient seulement m’héberger une nuit ou quelque chose comme ça (BE_NEM03_FST).

56S’il y a besoin d’un soutien financier, il faut alors plutôt se tourner vers d’autres personnes :

[Qu’est-ce que vous faites quand les CHF 10.- par jour ne suffisent pas ?] La solution c’est de demander de l’argent aux gens que je connais. Mais je demande aux gens une fois, c’est tout. Je ne mendie pas dans les rues. [Est-ce que vous demandez à vos amis africains ?] Non, la communauté africaine n’aide pas, ils ont tous des problèmes à vivre en Suisse. Je demande aux gens que je rencontre dans la rue ou à des gens comme vous, des Blancs. Les amis africains n’ont pas d’argent, de toute façon (ZH_NEM03 _ FST).

Je pars vers d’autres endroits, s’il le faut. Je vais par exemple à Schwyz parfois, chez un ami. J’ai un ami proche à Schwyz, un Suisse. Parfois, je reste chez lui quelques jours. Il connaît mes problèmes, parfois il me donne de l’argent (BE_NEM02 _ FST).

57Les connaissances suisses – ou établies en Suisse –, si elles fournissent parfois elles aussi des possibilités d’hébergement, sont de surcroît en mesure d’offrir également d’autres types de soutien matériel : en espèces – en donnant de l’argent, en rachetant les bons reçus dans le cadre de l’aide d’urgence ou en offrant de menus travaux modestement rémunérés – ou en nature – en fournissant de la nourriture, des vêtements, un téléphone portable, des médicaments, etc. :

Aussi, des fois, une dame que je connais m’aide, elle achète mes bons. […] Je vois cette dame une fois par semaine. Je la connais du centre d’Affoltern. Dans ce centre, des gens viennent des fois pour chercher quelqu’un qui peut travailler un peu, ils demandent l’aide pour des petits boulots. Une dame est venue une fois pour chercher quelqu’un pour l’aider dans son jardin. Elle a aimé la façon dont j’ai parlé avec elle, la façon dont j’ai fait mon travail. Après, quand elle est revenue, elle a toujours voulu que ce soit moi qui l’aide. Je la vois de temps en temps. Elle m’aide avec les bons, des vêtements de son mari (ZH_NEM02_FST).

58Mais l’aide reçue est en général ponctuelle et les personnes se voient donc contraintes de multiplier les solutions provisoires et les liens de dépendance, « squattant » à droite à gauche au gré des possibilités d’hébergement s’offrant à elles et s’adressant successivement aux différentes connaissances susceptibles de leur apporter leur soutien :

Je change de logement tous les deux ou trois jours, je loge chez divers amis. Les week-ends, je vais parfois dans un club et je passe la nuit là-bas. Les amis chez qui je loge sont aussi des Noirs, la plupart ont des papiers […] Là où je dors, je peux aussi manger. Si j’ai de l’argent, j’achète à manger ou quelque chose. J’ai vécu dans les rues pendant trois ans environ. C’est très long (BE_NEM01_CAC).

59Quand aucune invitation ne se présente, certaines personnes nous ont aussi dit alors dormir dehors, dans des parcs, dans la forêt, dans des caves, des parkings ou dans des wagons de train, suivant la saison.

60De ce qui précède, il ressort le caractère instable et précaire de la vie quotidienne, où les problèmes et besoins journaliers trouvent des solutions d’une durée très limitée (au maximum quelques jours) qu’il s’agit d’alterner et de renouveler sans cesse, aucune ne suffisant à elle seule. Les personnes logent dans un même endroit pendant deux ou trois jours, trouvent occasionnellement un travail pour deux ou trois jours, puis le cycle recommence. Cette impossibilité d’accéder à des ressources régulières pèse très lourd sur les personnes, comme le montrent Achermann et Chimienti (2006), soulignant que la stabilité est un des facteurs influençant dans une large mesure la qualité de vie des individus.

3. Une socialité problématique

61Plusieurs facteurs inhérents à la situation des personnes frappées de NEM contribuent à rendre difficile le développement de relations sociales. D’une part, la langue peut représenter un obstacle non négligeable dans les interactions, comme le souligne ce Tibétain arrivé pourtant en Suisse cinq ans auparavant, mais dont le cercle de connaissances est très restreint :

Je n’ai pas d’amis ici et je ne parle pas trop la langue. Les Africains et les Indiens maîtrisent la langue. Ma difficulté est plus élevée (ZH_NEM09).

62Lorsque l’obstacle de la langue est levé, certaines personnes expriment un véritable soulagement :

J’avais un ami qui était dans ma chambre dans le centre, un Congolais. En décembre, un ami à lui est venu le chercher pour aller à Genève. Mais il n’était pas là. Comme cet ami parlait aussi ma langue, on a parlé. Je lui ai expliqué ma situation, le décès de ma femme. Il m’a dit que je pouvais venir avec lui à Genève, si je pensais que c’était mieux. A Genève, les gens parlent français, je pourrais voir mes frères. Nous sommes allés ensemble à Genève. Et là, j’étais trop à l’aise, c’était beaucoup mieux pour moi (ZH_NEM10).

63Par ailleurs, comme le soulignent certain-e-s spécialistes, le caractère précaire et instable de la (sur) vie quotidienne de ces personnes est peu propice au développement de relations profondes et durables. Séjours en prison, déplacements fréquents entre les centres au cours de la procédure ou après la décision de NEM, changements de lieu d’hébergement en fonction des opportunités fournies par des tiers, la « volatilité » de leur style de vie, selon le terme utilisé par un-e spécialiste, fragilise les contacts noués par les personnes frappées de NEM. De fait, plusieurs disent avoir perdu contact avec certaines de leurs connaissances :

J’avais quelques amis dans le centre d’asile de Töss. On s’est vu quelques fois. Mais ils ont été transférés dans d’autres centres. J’ai connu ces amis pendant les deux premiers mois en Suisse. Mais ensuite, je suis allé en prison, et je n’ai plus jamais parlé avec eux depuis que je suis sorti (ZH_NEM01_FST).

J’ai connu [des] personnes en prison. […] Non, je n’ai pas de contacts avec eux depuis que je suis sorti. Dehors, je ne connais plus personne. […] Je suis arrivé en 2002. En 2003, j’ai connu pas mal de gens. Les Chinois sont ici pour gagner de l’argent. Ils sont après sans doute partis ailleurs. A des endroits où il y du monde, probablement en Angleterre. Si je n’avais pas été attrapé en 2004, je serais sans doute maintenant en Angleterre. […] Je n’ai pas pensé à aller en Angleterre, mais il y avait des personnes qui parlaient de ça, des Chinois. [Comment les avez-vous rencontrés ?] Je les ai rencontrés en demandant l’asile. Mais ils sont partis au bout d’un an, car ici il n’y a pas de travail, tandis qu’en Angleterre il y en a beaucoup. Avec les Suisses en général, je n’ai pas de contact. Je joue de la musique, ils me donnent un peu d’argent. Je ne les empêche pas de vivre et ils ne m’empêchent pas de vivre. […] Avec les autres demandeurs d’asile, je ne parle pas. Je n’ai pas vraiment de contacts. De toute façon, je n’ai pas de téléphone, je leur dis bonjour dans la rue, mais c’est tout. Et à part une fois par semaine chez Mme K. pour le ménage… (ZH_NEM09).

  • 3 Sur les seize migrant-e-s rencontré-e-s dans les cantons de Zurich et Berne, dix disposaient de nu (...)

64Ce deuxième témoignage évoque aussi l’importance du téléphone portable dans le maintien des relations sociales, d’autant plus capital pour des personnes dont le quotidien se caractérise avant tout par l’absence d’ancrages fixes, qu’il s’agisse de logement ou de travail, par exemple3. Les gens ne sont reliés entre eux que par leur portable et, comme le souligne un spécialiste, lorsque la police le leur confisque – ce qui, d’après son témoignage, était le cas dans certains cantons –, les conséquences sont très graves pour les personnes concernées dans la mesure où elles se voient coupées de leurs contacts. Notons encore que les portables sont acquis ou prêtés par des tiers :

Ma vie est trop difficile en ce moment. Je ne sais pas comment survivre. Vraiment, je n’en ai aucune idée. Je n’ai même pas d’argent ! […] Même ce téléphone et cette carte SIM sont ceux d’un ami. Je dois tout emprunter ! Je n’ai rien (ZH_NEM01_FST).

65Enfin, on peut se demander si les difficultés à nouer des contacts sont encore accrues pour les femmes du fait qu’elles sont moins nombreuses dans cette situation et qu’elles cherchent plutôt à nouer des contacts entre elles ou avec des familles :

Mme B. a dit qu’à partir de janvier, une famille avec trois enfants allait venir dans le centre et une famille avec deux enfants. Elle m’a dit : « Tu ne seras plus seule. » La famille algérienne parle arabe et français, même la famille libanaise parle français et arabe. Je comprends leur langue. Je vais avoir des contacts. […] Il n’y a pas beaucoup de femmes, maintenant (ZH_NEM04b).

66En revanche, les femmes développent apparemment des relations dans lesquelles elles se confient plus volontiers que les hommes :

Et avec ma copine je parle des problèmes, jusqu’à ce qu’on ait une solution ou que je me sente mieux. Elle me dit que ce n’est pas si grave, que ce n’est pas la fin de la vie. J’ai un fils maintenant, il ne doit pas avoir des problèmes aussi. Ce qui se passe maintenant, ça restera avec moi toujours. Je vais lui raconter plus tard (ZH_NEM04_FST).

67Mais dans beaucoup de cas, les relations nouées sont empreintes de méfiance et les personnes frappées de NEM semblent peu disposées à se laisser aller aux confidences :

Je connais quelques autres personnes qui vivent comme moi. Je les vois parfois, ici ou à Zurich. Je ne sais pas si elles habitent dans un centre. Elles habitent probablement chez des parents. Ensemble, nous ne parlons pas beaucoup de notre situation (BE_NEM03_CAC).

68Certain-e-s expliquent cette retenue en évoquant l’inutilité des confidences, dont ils estiment qu’elles ne les aident en rien à résoudre leurs problèmes :

Mais d’en parler n’a aucun impact (ZH_NEM02_FST).

Je parle de tout, mais pas de ma situation. Je ne peux rien y changer. […] Je n’aime pas trop répéter mes problèmes, c’est mieux comme ça. Ça ne va rien changer. Ça me rappelle seulement la merde (ZH_NEM05).

69Mais c’est sans doute aussi une manière de dissimuler un sentiment de honte et d’humiliation à l’égard d’autrui, illustré notamment par le fait que plusieurs personnes soulignent la nécessité de ne pas surcharger autrui avec ses propres préoccupations :

L’homme chez qui je dors parfois a sa propre vie. Je ne peux pas toujours lui parler de mes problèmes (ZH_NEM08).

J’ai le cas d’un type qui vient du Mali qui boit, qui a été hospitalisé plusieurs fois, il ne sait plus où aller. Chez les amis ça va tant que les personnes sont suffisamment bien pour ne pas faire parler d’elles, à partir de ce moment, le soutien personnel s’arrête ou devient plus lointain car les gens ont peur pour eux, pour leur permis (GE_SPEC11).

70Comme le soulève cette spécialiste du domaine médical, quand les personnes frappées de NEM commencent à avoir des problèmes graves, qu’elles deviennent de moins en moins autonomes, sont malades ou souffrent de dépendance à l’alcool ou aux drogues, les portes se ferment généralement pour elles.

Situations de dépendance

71Quelle que soit la personne qui la donne, l’aide est en général ponctuelle et pour les personnes qui en bénéficient, il est important de ne pas abuser de la générosité de leurs connaissances :

Je devais payer 10 francs par nuit. Mais quand je n’avais pas l’argent, elle m’a laissé plusieurs fois entrer gratuitement. Elle comprend ça aussi. Mais je ne peux pas tout le temps vivre ici gratuitement. Elle me donnait souvent à manger gratis aussi. Elle m’a vraiment aidé. Quand j’étais malade, elle m’a aussi aidé. Mais je ne peux pas prendre ça tout le temps. Je dois aussi me débrouiller par moi-même. Elle disait que ça ne faisait rien si je n’avais pas l’argent, mais… je ne peux pas rester tout le temps gratuitement. J’ai dû partir (BE_NEM02_CAC).

72Un point essentiel, soulevé dans ces propos, concerne la question de la dépendance, qui peut être vécue comme une humiliation, au point que certain-e-s préfèrent ne pas demander d’aide à leurs connaissances :

[Tu demandes à tes connaissances de te venir en aide parfois ?] Non, jamais. Jamais je ne ferais ça. Je ne pourrais pas. Je préfère ne pas demander à quelqu’un. Je ne veux pas. Je suis venu moi-même dans ce pays, je dois me démerder tout seul (ZH_NEM05).

C’est très difficile de dire aux autres que j’ai besoin d’argent. C’est très difficile de demander quelque chose aux autres. […] Je ne dis rien. Quand ils me donnent quelque chose, je le prends. Mais sinon, je ne dis rien (BE_NEM03).

73Etre hébergé par une connaissance peut requérir d’effectuer en échange certaines tâches pour son hôte :

Je n’ai pas d’adresse fixe pour dormir, je demande à des amis ou encore à une famille albanaise. Mais je dois faire quelque chose pour eux, faire les courses, le ménage, etc. Et je ne peux pas rester trop longtemps chez eux (…) Chez nous, quand quelqu’un est marié, on ne peut pas rester chez lui (ZH_NEM08).

Souvent, je passe la nuit chez un oncle. Là-bas, j’ai un coin à la cave où je peux dormir. Mais je ne peux pas non plus toujours être là-bas. [La sœur :] Quand il est chez notre oncle, il doit faire la vaisselle et le ménage pour qu’il l’aide. C’est difficile pour nous tous (BE_NEM03_CAC).

74Ce qui à première vue apparaît comme un échange de bons procédés se révèle être en réalité plus complexe, comme l’explique un-e des spécialistes rencontré-e-s, d’origine étrangère mais établi en Suisse depuis des années et sollicité-e par des membres de sa famille séjournant illégalement en Suisse :

Quand ils ont des membres de la famille en Suisse, alors ils vivent généralement d’abord chez eux. Le problème cependant, c’est qu’ils ont peur de se sentir humiliés, ce qui arrive quand ils dépendent de leur famille. Ils se sentent souvent inutiles parce qu’ils n’ont pas de revenu. C’est pourquoi ils font tout ce qui est possible au niveau du ménage et de la famille. En fait, ils s’occupent souvent du ménage comme le ferait une bonne – quel que soit leur âge ou leur sexe. Cela peut être ressenti comme une humiliation et des problèmes de respect peuvent surgir quand, par exemple, subitement les plus âgés deviennent dépendants des plus jeunes et sont à leur service. Des problèmes psychiques peuvent en découler parce que les gens ravalent tout à l’intérieur et acceptent simplement tout. […] La dépendance détruit les gens de l’intérieur (BE_SPEC01).

75Les personnes frappées de NEM décrivent également ce lien de dépendance comme quelque chose de difficile à supporter :

Mes amis me donnent parfois de l’argent, ou un lieu pour dormir. Parfois, des vêtements aussi. Mais en général, c’est un problème. Une fois, des amis de Langenthal m’ont envoyé des habits d’hiver parce que je n’en avais pas. Mais je n’aime pas être dépendant des autres. Je dois survivre par moi-même (BE_NEM02_FST).

76Dans tous les cantons, des professionnel-le-s ont rapporté des problèmes de santé qui se présentaient ou allaient fréquemment en s’aggravant, quand la situation de dépendance, d’inactivité et de précarité se prolongeait. Mais il arrive également que les personnes frappées de NEM développent, de manière insoupçonnée, des ressources d’ordre psychologique qui peuvent les amener à endurer leur situation, comme on le verra ci-dessous et dans le chapitre suivant.

4. Sources d’espoir

Le mirage du mariage

77Les compagnes et les compagnons représentent une ressource indéniable, qui motive parfois un départ du régime de l’aide d’urgence (mais aussi un retour, si la relation se termine). Dans nombre de cas cependant, les personnes déclarent qu’elles ont des difficultés à s’engager dans des relations affectives durables ou à envisager un mariage en raison de leur situation. Parmi les migrant-e-s rencontré-e-s, quand il n’y a plus de possibilités par la voie du recours ou qu’elle ne laisse pas augurer un dénouement favorable de leur situation, le mariage leur apparaît comme l’ultime possibilité de pouvoir rester en Suisse légalement et de voir leur situation s’améliorer. C’est toutefois une solution qui semble irréalisable à bon nombre d’entre eux/elles :

Je pense que je devrais me marier. Mais je ne connais personne. Je ne vais nulle part où je pourrais rencontrer quelqu’un. Je ne me promène pas beaucoup (BE_NEM03_CAC).

78Lorsqu’elles évoquent le mariage comme une possible solution, la plupart des personnes rencontrées déclarent en général ne vouloir se marier que si la relation est sérieuse et insistent sur le fait qu’elles voudraient épouser une personne pour laquelle elles éprouvent des sentiments :

Je ne veux pas me marier pour les papiers. Si je rencontre une femme et qu’on veut faire ensemble une vie comme les gens, alors je vais me marier. Mais si je ne trouve pas, pas de problème (GE_NEM03_JMA).

L’immigration m’a dit que la seule chose que je pouvais faire était d’épouser une femme suisse. J’aimerais me marier et avoir une famille et rester en Suisse avec un travail. Mais je ne veux pas me marier juste pour les papiers. Je veux aimer la femme que j’épouse (BE_NEM01_CAC).

79Cependant, d’après certain-e-s expert-e-s, il s’agirait d’un espoir commun à plusieurs personnes frappées de NEM célibataires, une sorte de rêve, car elles ont connaissance de personnes dans des situations analogues qui ont pu régulariser leur situation grâce à un mariage.

  • 4 A noter que l’entrée en vigueur de la loi sur les étrangers de 2008 permet aux officiers de l’état (...)

80Si l’idée d’un mariage pour obtenir un statut légal existe parfois en tant qu’espoir, celui-ci comporte des procédures longues et compliquées4, sans compter qu’un mariage implique de se procurer des papiers qu’il n’est pas toujours possible d’obtenir. La perception du mariage comme difficilement accessible provient donc de la difficulté de faire une rencontre amoureuse et des complications administratives relatives à l’absence de papiers d’identité et/ou aux procédures d’authentification fastidieuses des documents de substitution. Obtenir les papiers nécessaires pour un mariage en règle peut se révéler particulièrement difficile pour une personne frappée de NEM, comme l’ont observé des spécialistes en contact avec des personnes confrontées à cette situation :

Quand un NEM rencontre une femme qui veut l’épouser, il a besoin de papiers. Autrefois, cela ne posait pas de problème : la personne se procurait les papiers et le mariage était célébré. Maintenant, l’office d’état civil avertit l’Office des migrations. Souvent, les gens se sont annoncés sous des noms différents et les autorités le découvrent. Ils ne peuvent alors pas se marier et, au lieu de cela, ils sont renvoyés. Je connais le cas d’un couple qui est allé en Sierra Leone pour se marier avant de revenir ici (ZH_SPEC05).

Quand les gens se renseignent sur les papiers nécessaires, la plupart du temps, ils ne disent pas que l’un des partenaires est en situation irrégulière. Ils prétendent avoir une autorisation de séjour. Ainsi, ils n’ont pas su qu’il fallait une attestation de domicile, pas d’ici, mais du pays d’origine. L’office d’état civil leur retourne alors les documents et leur dit de revenir quand ils auront tout réuni. Nous nous sommes renseignés sur la durée de vérification des documents, mais on ne nous a pas donné de réponse précise à ce sujet. Après des jours, un couple a reçu l’invitation pour l’entretien avant mariage. Ils pouvaient à peine le croire et ils ont pensé que c’était de nouveau une combine et qu’on voulait les piéger. Ensuite, ça a marché, ils se sont mariés. Mais cela ne signifie pas qu’ils ont une autorisation de séjour. C’est un pas supplémentaire. Les choses sont ouvertes et ils doivent s’attendre à faire l’objet de poursuites pour séjour illégal. C’est régi par la loi, les pratiques d’application varient suivant les fonctionnaires (BE_SPEC04).

81Enfin, la difficulté pour une personne frappée de NEM de contracter un mariage blanc a été également relevée par un migrant, qui souligne que pour s’engager dans une telle stratégie, il faut disposer de quelque CHF 20 000.-, somme qu’il lui est impossible de mettre de côté dans sa situation. Les entretiens avec les spécialistes corroborent les informations directes recueillies auprès des migrant-e-s et confirment que le mariage blanc serait une stratégie très rarement mise en œuvre par les personnes frappées de NEM.

La foi et la socialité religieuse

82Nous avons pu observer dans plusieurs cas que la foi occupe une place centrale et que pour nombre de personnes frappées de NEM, elle prend davantage d’importance suite aux difficultés vécues. Il s’agit là d’une « valeur refuge » mobilisée par des personnes de diverses appartenances religieuses, pouvant aussi avoir comme effet de favoriser les rencontres et le dialogue entre religions, de motiver des mobilisations collectives visant à lutter contre l’invisibilisation et l’exclusion, ou encore de restituer une dignité aux personnes concernées. Notons ici que l’importance de la foi et de la religion ne concerne pas que les personnes frappées de NEM, mais également d’autres groupes de migrant-e-s en situation précaire (Achermann et Chimienti, 2006). Par ailleurs, les valeurs religieuses motivent grandement l’engagement public des organismes (religieux) d’entraide concernés et des bénévoles qui y travaillent, et constituent en ce sens une ressource importante en faveur des personnes frappées de NEM (voir chapitre 6).

83Un nombre très restreint de personnes interrogées déclarent ne pas être croyantes. Pour la plupart d’entre elles, de toutes confessions religieuses, la foi est une ressource extrêmement importante. Ces personnes envisagent en général le rapport à Dieu comme une aide inestimable face à la situation vécue, et déclarent se tourner vers Dieu chaque fois qu’elles se sentent déprimées ou dans une situation de mal-être, et se sentir ressourcées ensuite :

J’ai toujours le moral, je suis croyant. Jamais je ne vais mal, je ne perds jamais le moral, même devant la mort, cela ne se fait pas dans notre croyance. Je pratique de temps en temps. J’ai la foi, cela aide (GE_NEM04_JMA).

84La foi constitue ainsi une ressource importante, les aidant à supporter et gérer leur vécu de personne frappée de NEM en Suisse :

Je vis par la foi. Je crois en Dieu, tout marche par la foi. Je suis chrétien depuis l’âge de 16 ans. La Bible me donne la force, Dieu est avec moi. Les choses vont s’améliorer, je le disais même en prison. […] Je vais souvent à l’église, je chante à l’église. […] C’est un ami qui m’aide, mais c’est Dieu qui a fait qu’il m’aide. Par la force de Dieu. Même si je pense « je ne peux plus », Dieu me pousse. Il m’aide (ZH_NEM10).

85Dans plusieurs cas, la religion et la foi sont devenues particulièrement importantes suite à la situation d’instabilité que les personnes vivent du fait de leur absence de statut et des conditions de vie précaires. Cette situation contribuerait ainsi à les rapprocher de la religion, et à accroître leur foi :

Oui, je vais à l’église, je connais des gens là-bas, au travers du CSP. Je vais à l’église, je discute avec les gens là-bas, on lit la Bible, après, ça va mieux. Avant, ce n’était pas comme ça, la religion, maintenant je vois que c’est important d’aller à l’église (LA_NEM01).

86Parfois, les personnes très croyantes envisagent ce qui leur arrive comme une épreuve qui ne peut que les amener à acquérir de l’expérience de vie, de la sagesse, et à approfondir leur vie intérieure :

J’ai la foi et ma croyance m’a aidé à dépasser certaines épreuves. Dieu m’avait mis quelque chose dans la main, j’étais quelque part préparé à ça, c’est des épreuves que je suis en train de subir, et ça, ma foi, je sais qu’elle est là pour me guider. […] Mon but était de gagner ma vie, mais on gagne la vie d’une autre manière, j’ai acquis de l’expérience, cela contribue à ma vie intérieure. Une sagesse (GE_NEM02_JMA).

87Devant le caractère inextricable de leur situation, alors que les personnes ont perdu toute indépendance, Dieu prend pour certain-e-s une place prépondérante, ultime ressource leur permettant de garder l’espoir d’une vie plus favorable :

Chaque jour, je pense à ça. Je ne peux pas m’enlever ça de la tête. Comme être humain, je veux vivre sans problèmes, en paix. Avec cette décision [NEM], ce n’est pas possible, ma vie n’est pas garantie. J’espère que Dieu m’aidera […] Je ne fais que parler à moi-même, à Dieu. Je lui demande tout le temps de me donner une bonne vie, des personnes bien, la bonne voie. Je prendrai tout ce qui vient (ZH_NEM07).

J’ai réfléchi sur mon cas. Qu’est-ce qui va arriver demain, où est mon avenir, ne suis-je pas un être humain ? Je ne fais que parler à Dieu, je lui pose des questions (ZH_NEM07b).

88La religion est aussi évoquée par plusieurs personnes comme une ressource qui les maintient dans le « droit » chemin et les prévient de commettre des actes illégaux :

Ma religion dit que je ne peux pas voler, pas me droguer. Je n’ai rien fait de criminel. Mais comment pouvez-vous survivre ? (BE_NEM _ 02 _ FST).

[Pourquoi certains commencent à vendre la drogue et d’autres non ?] Les bons ne suffisent pas. Et celui qui vend de la drogue a de l’argent. Mais moi, par exemple, je suis chrétien. Je vois des gens qui sont mal.

C’est une histoire que je ne peux pas faire. Je ne peux pas faire du mal à d’autres gens en tant que chrétien. Peut-être vous n’êtes pas croyante, mais les croyants ne peuvent pas faire cela. La croyance me donne la force. Si je n’étais pas croyant, je pourrais aussi voler (ZH_NEM02_FST).

89A l’opposé, d’autres soulignent que même la religion ne peut plus les aider dans leur situation :

Oui, je prie quand je me sens mal. Mais si je dois prier chaque fois que je vais mal, je serais tout le temps en train de prier ! Je ne ferais rien d’autre. Et cela n’aide pas vraiment, cela ne change rien. La situation est la même après que j’ai prié (ZH_NEM01b _ FST).

Je suis musulman pratiquant. Mais la foi ne m’aide pas à mieux supporter ma situation (BE_NEM03_CAC).

90Le fait que plusieurs actions de soutien et d’assistance aux personnes frappées de NEM soient menées par des associations d’aide d’origine religieuse et/ou œcuméniques fait que, dans certains cas, ces personnes se rapprochent davantage de la religion, ou établissent des connaissances et des réseaux au travers de ce milieu, trouvant auprès de ces personnes un accueil et une écoute qu’elles n’ont pas toujours ailleurs. Dans un tel cadre, si les personnes concernées sont de confession musulmane, elles peuvent parfois s’engager dans des démarches œcuméniques d’ouverture religieuse et de partage, considérées comme très positives, comme il se dégage également de ce témoignage :

Je vais régulièrement à la mosquée pour prier, ça c’est une chose, mais j’ai beaucoup d’amis chrétiens, ça m’arrive régulièrement de discuter avec eux de leur vision. Je suis musulman, mais on se comprend parfaitement, on arrive à cohabiter et discuter de certaines choses, ils ont la possibilité de comprendre certaines choses avec moi, et moi ça me permet de découvrir celui qui est en face de moi, dépasser les préjugés des uns envers les autres. J’ai pas mal d’amis chrétiens, ils m’invitent à l’église le dimanche, je participe au culte. Cela nous rassemble, nous permet de nous rapprocher (GE_NEM02_JMA).

91A Genève, la plupart des personnes musulmanes interrogées déclarent aller à la mosquée de manière régulière pour prier le vendredi, mais aussi pour être en contact avec des personnes de leur communauté religieuse, établir des connaissances, même si aucune structure spécifique de soutien pour les personnes frappées de NEM n’existe. Cependant, les repas communs organisés de temps en temps le soir représentent une ressource importante pour les personnes NEM, qui ont alors l’occasion de profiter d’une ambiance conviviale et de nouer des contacts avec des personnes de la même communauté religieuse.

92Même les personnes qui ne vont pas à la mosquée et qui ne se déclarent pas pratiquantes envisagent le contact personnel avec Dieu comme essentiel, en tant que ressource qu’elles utilisent de manière régulière et qui contribue à rétablir une confiance en soi. Ces aspects transparaissent de ce témoignage :

Je ne suis pas pratiquant, je fais le ramadan mais je ne vais pas à la mosquée. Même en Algérie, je n’allais pas. J’étais différent là-bas, la mentalité là-bas je n’aime pas, il y a des gens qui font la prière, mais après ils font n’importe quoi. A cause de ça, après, moi, je ne fais pas la prière, je ne veux pas être comme eux. Ma famille fait la prière, mais moi non. Je contacte Dieu avec mon cœur, toujours comme ça. C’est pas que je prie pour montrer aux gens, j’y parle directement. Pour moi, c’est une ressource, je prie comme ça, je lui parle tout seul, et après cela me soulage, après j’ai confiance en moi, en Dieu. C’est bien la prière, mais ce n’est pas la seule manière de se ramener à Dieu (GE_NEM03_JMA).

93Notons également que les ressources religieuses et la foi peuvent aussi être à l’origine de comportements de médiation de conflits et d’actions collectives visant à restituer une dignité et une confiance auprès des personnes qui partagent la même expérience vécue, comme nous le verrons plus précisément dans le chapitre suivant.

Conclusion

  • 5 La Conseillère fédérale Evelyne Widmer-Schlumpf (DFJP) a critiqué « le contournement de l’aide d’u (...)

94Comme le mettent en évidence les résultats de notre étude rapportés dans ce chapitre, les ressources dont les personnes concernées disposent peuvent parfois être relativement importantes, compte tenu de leur situation. Il se dégage des témoignages que pour certaines personnes, en particulier celles qui ont passé plusieurs années en Suisse, ces réseaux peuvent être étendus et concerner autant la communauté d’origine que le reste de la population. Ces ressources sont mobilisées pour un travail, un logement, de l’argent, mais aussi pour de l’écoute et de la prise en charge individuelle. Il apparaît cependant que la dépendance des personnes soutenues par des particuliers – ami-e-s, partenaires ou membres de la famille proche ou éloignée – est à l’origine de nombreuses tensions personnelles et familiales, qui sont d’autant plus lourdes qu’elles se greffent fréquemment sur des conditions de vie déjà précaires d’autres requérant-e-s d’asile prêts à les aider ou de personnes issues de collectivités migrantes particulièrement touchées. Cet aspect n’a malheureusement pas pu être approfondi dans le cadre de notre étude, mais différent-e-s interlocuteur-trice-s attirent l’attention sur le fait que l’aide procurée par des personnes privées contribue à atténuer certaines conséquences douloureuses et visibles de la suppression de l’aide sociale. Il est à noter à ce propos que si cette aide de la part de représentante-s de la société civile vient pallier en partie le manque de soutien institutionnel aux personnes frappées de NEM, elle risque aussi de les placer dans des situations à la limite de la légalité5.

95Il importe toutefois de compléter cette analyse par celle des ressources et appuis fournis par les associations et les organismes d’entraide. Dans le chapitre suivant, nous abordons la question du soutien apporté par ces milieux. Ces entités contribuent à une certaine reconnaissance de la personne, par un réconfort et une solidarité exprimée à son égard, une série d’aides matérielles ou symboliques ou un soutien dans des démarches de recours administratif. Un tel support se manifeste également par un engagement politique de la part de certains acteurs associatifs en tant que porte-parole de la voix des personnes frappées de NEM, ou par un soutien à des actions collectives. Notons cependant que, tout comme les soutiens apportés par les personnes proches que nous avons passés en revue dans ce chapitre, les apports des milieux de l’entraide et associatifs que nous allons examiner comportent un report important de la prise en charge des personnes sur le domaine privé ou le bénévolat. Ainsi, le désengagement étatique implique que les divers coûts occasionnés (à tous les niveaux, y compris financier) sont de plus en plus assumés par des personnes privées, des associations ou alors, éventuellement, par d’autres acteurs publics qui ne relèvent pas de la politique d’asile.

Anmerkungen

1 Ayant pu obtenir par le biais d’un ami resté au pays des papiers attestant son identité, cette personne a déposé une demande de réexamen de son cas. La procédure étant en cours et son statut à nouveau légal, elle a pu bénéficier d’une autorisation de travail.

2 Les deux formes de détention ont des raisons et des objectifs différents : dans le premier cas, il s’agit d’une question pénale suite à la condamnation d’une personne pour un délit et avec le but d’éviter des récidives. Dans le deuxième, il s’agit d’une question administrative avec le but d’assurer le refoulement d’une personne. Si les personnes concernées ignorent les raisons de leur détention, il semble peu probable que les buts soient atteints.

3 Sur les seize migrant-e-s rencontré-e-s dans les cantons de Zurich et Berne, dix disposaient de numéros de téléphone personnels.

4 A noter que l’entrée en vigueur de la loi sur les étrangers de 2008 permet aux officiers de l’état civil de refuser de célébrer des unions en cas de soupçons et que, dès le 1er janvier 2011, les personnes sans permis de séjour ou de visa valables ne peuvent plus se marier en Suisse.

5 La Conseillère fédérale Evelyne Widmer-Schlumpf (DFJP) a critiqué « le contournement de l’aide d’urgence dans le droit d’asile » en affirmant que « l’aide privée fournie aux requérants d’asile déboutés sape l’ordre juridique », Interviews, DFJP, 08.08.2010.

© Éditions ies, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search