Version classiqueVersion mobile

La construction de l’invisibilité

 | 
Margarita Sanchez-Mazas

Chapitre 4. Vivre à l’aide d’urgence : paroles de personnes frappées de NEM

Texte intégral

1La mesure de la suppression de l’aide sociale pour les requérant-e-s d’asile frappé-e-s d’une décision de non-entrée en matière a été à l’origine de la mise en place d’un système d’aide à la survie générant une organisation administrative diversifiée et complexe, analysée au chapitre 2. Un tel système a vu le jour sous diverses modalités cantonales tout en s’inscrivant dans la perspective générale développée envers les requérant-e-s concerné-e-s : susciter leur départ et décourager leurs tentatives de prolonger leur séjour en Suisse. Dans le chapitre précédent, nous avons présenté les témoignages de spécialistes montrant que cette politique de dissuasion a été questionnée, voire critiquée, par différent-e-s acteur-e-s du système appelés à appliquer les mesures destinées à rendre les conditions de vie des migrant-e-s concerné-e-s particulièrement difficiles. Nos analyses de l’évolution du dispositif dans les différents cantons ont toutefois montré aussi que la dégradation des conditions de vie des personnes frappées de NEM a été combattue en diverses occasions par des représentant-e-s politiques ou des membres d’associations de défense du droit d’asile qui ont pu, ici ou là, obtenir quelques gains.

2Cependant, fondamentalement, la suppression de l’aide sociale devait contribuer à « rendre l’asile non attrayant » afin de faire partir les requérante-s non accepté-e-s et prévenir l’afflux de nouveaux/elles requérant-e-s en quête de sécurité et d’opportunités en Suisse. Le travail empirique que nous rapportons dans ce chapitre doit permettre de saisir les difficultés rencontrées par les migrant-e-s dans leur vécu en tant que personnes frappées de NEM et dans leur utilisation de l’aide d’urgence. La révélation de telles difficultés est de fait un moyen de vérifier l’atteinte d’une des visées de la politique menée dans le domaine de l’asile, celle de rendre l’existence à l’asile difficilement soutenable tant sur le plan matériel que psychologique. Ce chapitre présente les effets du système mis en place sur les conditions de vie et sur le plan du moral ou de la santé des personnes qui y sont insérées. Mais il importe d’ores et déjà de souligner que le lien établi entre le durcissement des conditions de vie des personnes et le renoncement à leur séjour en Suisse ne va pas de soi. Ainsi, si la vie quotidienne sous aide d’urgence est ou devient problématique, comme nous allons l’examiner dans ce chapitre, les personnes peuvent rester en dehors ou sortir du système en déployant diverses stratégies et en bénéficiant de divers soutiens, ainsi que nous l’examinerons respectivement aux chapitres 5 et 6, et rester sur le territoire malgré les tentatives de les dissuader, comme l’illustrera le chapitre 7. Autrement dit, la dégradation des conditions de vie peut certes être attestée sans que son rôle dans la volonté de retour ne se vérifie.

3C’est pour ces raisons que les dimensions psychologiques sont ici considérées comme fondamentales car la manière dont les personnes comprennent ce qui leur arrive, acceptent ou refusent divers aspects de leur situation, réagissent dans le sens attendu ou dans un sens contraire, peut avoir un impact significatif sur leurs conditions d’existence, leur santé, leurs motivations et leur action. Nous allons donc commencer par rapporter les propos de migrant-e-s concernant leurs réactions à l’annonce de la décision de NEM et pourrons estimer ensuite les effets de leur assignation à une telle catégorie. Puis nous rapporterons leurs témoignages concernant leurs conditions de vie à l’aide d’urgence, la manière dont sont expérimentées concrètement les mesures mises en place et décrites au chapitre 3, en particulier en termes d’autonomie, ainsi que les problèmes rencontrés en matière de santé physique et psychique, avec la question cruciale de l’accès aux soins. Le prochain chapitre sera consacré, quant à lui, à la question, tout à fait centrale pour notre propos, de savoir comment les personnes issues de l’asile parviennent à vivre lorsqu’elles ne font pas appel à l’aide d’urgence ou en sont sorties, compte tenu de la situation de manque de socialisation et de réseaux qui est souvent la leur. Il s’agit en effet de penser ce basculement de la vie à l’aide d’urgence sous contrôle vers la vie en clandestinité, lequel est au cœur de la problématique de la construction de l’invisibilité dans le domaine de l’asile.

1. Devenir une « personne NEM »

Réactions à la décision de NEM

4Si l’on se penche sur les motifs concernant l’attribution d’une décision de NEM, les personnes interrogées retiennent l’absence de papiers d’identité, l’invraisemblance de leur récit lors de l’entretien de demande d’asile, l’absence de preuves de persécution, le manque de raisons pour demander l’asile (le pays de provenance des personnes étant déclaré sûr, comme par exemple l’Algérie), ou encore les doutes quant à l’origine déclarée. Voici comment une personne frappée de NEM décrit les raisons avancées dans son cas par les autorités :

Quand tu n’arrives pas exactement à raconter, et que tu échoues un petit peu dans les phrases avec l’attitude des autorités actuelles, ils s’en foutent de ce que tu as et directement te donnent une NEM. Voilà comment j’ai échoué à ma demande d’asile. La personne qui m’avait interviewé pour la deuxième fois m’avait presque démontré que c’était une NEM qui se préparait, parce qu’apparemment, il y avait des choses qui étaient un peu différentes par rapport à la première fois, je ne sais pas. Il faut dire que je n’avais pas le cœur tranquille, ma tête était de toutes les façons ! (GE_NEM05).

5La non-reconnaissance de la validité des motifs à déposer une demande d’asile est également évoq Buchmann et Kohler uée, et deux des personnes interviewées disent avoir subi des tests de langues qui, dans l’un des cas, contredisaient partiellement les affirmations du requérant. Bien qu’elle ait bénéficié auparavant d’un permis B étudiant, les autorités ont reproché à une personne frappée de NEM, qui avait résidé en Suisse comme étudiante, de ne pas avoir déposé sa demande d’asile dès son arrivée.

6Pour les personnes qui étaient déjà en Suisse avant avril 2004 et qui ont reçu la décision de NEM après une période plus ou moins longue passée dans le processus d’asile, cette décision est considérée comme surprenante et injuste. C’est surtout le cas de personnes qui avaient alors un permis de travail ou qui avaient entamé des formations, car elles estiment avoir fait des efforts pour s’intégrer en Suisse :

  • 1 Le codage des entretiens comporte les initiales de la ville (GE, LA, BE, ZH), de l’identité de la (...)

Je ne l’attendais pas car je me disais que si ça allait tomber sur moi ce n’était pas juste, je me suis toujours comporté bien, j’ai suivi une formation ici de serrurier, j’étais serrurier chez moi aussi, j’ai fait un stage au CEPTA [Centre d’enseignement professionnel technique et artisanal] et après j’ai travaillé à l’Hospice général dans des ateliers (GE_NEM02).
J’étais étonné car c’est injuste quelque part, j’ai travaillé avant, j’ai fait une formation, et tout cela pour rien (GE_NEM04_JMA).1

7Les conséquences de la décision de NEM ont été dramatiques pour une partie des personnes qui affirment avoir perdu de l’argent qu’elles avaient mis de côté pendant qu’elles étaient requérantes d’asile, comme c’est le cas d’une personne du canton de Vaud :

Quand j’ai reçu la NEM je ne savais pas ce que c’était, j’ai demandé à un ami, il m’a dit que j’allais perdre ma maison pour aller dans un bunker à Lausanne. Quand j’ai reçu ça, c’était la période où je devais recevoir mon argent de l’asile, j’ai demandé à mon assistante et j’ai été à la banque pour demander mon argent, mais ils avaient tout bloqué. Je ne travaillais plus à ce moment-là. Je connais quelqu’un qui est devenu fou quand cela lui est arrivé, c’était un monsieur du Congo. Quand j’ai demandé à mon assistante comment j’allais faire pour récupérer mon argent qui était à la banque, elle m’a dit que je devais aller là-bas pour demander. Le monsieur a dit qu’ils avaient coupé mon nom, que j’étais NEM maintenant et que je devais aller chez mon assistante pour demander. Elle a téléphoné, écrit une lettre et, après un mois, elle m’a appelé et m’a donné une partie de l’argent, mais pas tout car ils avaient coupé de l’argent (LA_NEM01).

8Pour d’autres personnes en Suisse avant avril 2004, en particulier pour celles qui avaient demandé l’asile suite à des problèmes graves dans le pays d’origine, les effets de l’entrée en force de la décision de NEM ont été particulièrement difficiles. C’est par exemple le cas d’une personne NEM avec des problèmes de santé dérivant de ce qu’elle a vécu dans son pays, et qui est actuellement en situation de suspension de renvoi en raison de problèmes psychiques importants :

Je me rappelle que quand la NEM est entrée en force, en 2004, c’était très difficile, c’était une lettre que j’ai gardée pour souvenir. C’était affreux, comme des directives, comme si on était débout et un jugement vient de tomber. Et c’était comme ça, un jugement. Ils m’ont demandé de quitter le logement, le pays, que je n’allais avoir aucune aide et rien du tout, de quitter dans l’immédiat. Mon renvoi est rentré en force et alors on doit quitter. En parallèle, j’ai reçu une lettre de l’Hospice qui me disait de quitter la chambre. Je ne m’attendais pas à ça et c’était difficile d’accepter la situation, c’était surprenant, car j’avais d’autres préoccupations, d’autres problèmes à régler. C’est comme un K.-O. dans un ring, je ne pouvais plus bouger. Comme un cauchemar, quelque chose qui nous suit et on ne peut plus bouger (GE_NEM01_JMA).

9Les migrant-e-s rencontré-e-s dans les cantons de Zurich et Berne disent avoir été très surpris-e-s de recevoir une décision de NEM à leur demande d’asile, à l’exception d’un seul :

« Non, la décision de NEM n’était pas une surprise. Tout le monde reçoit une NEM, toujours les Algériens » (ZH_NEM05).

10Ne comprenant pas les raisons ayant motivé cette décision, certain-e-s se demandent quelles sont les erreurs qu’ils/elles ont commises pour en arriver là, à l’image de cet homme qui a reçu une décision de NEM en 2003 :

J’ai reçu la décision au Dörfli Gemeindehaus alors. J’avais de bons contacts dans la communauté et tout. Ensuite, j’ai dû aller à la maison communale. Ils m’ont dit que je devais partir dans deux semaines. J’ai demandé à une dame avec qui j’étais en contact et qui m’aidait toujours : « Est-ce que j’ai fait une faute ? » Elle ne savait pas, mais elle m’a dit : « Tu as meilleur temps de croire cela. » J’ai dû partir. J’ai ensuite vécu dans quelques maisons pendant deux ans. Je ne voulais pas partir ! Et pour aller où ? Je ne pouvais aller nulle part (BE_NEM02_FST).

11D’autres encore semblent ne pas avoir conscience d’avoir reçu une telle décision ou ne pas en mesurer la signification ni la portée. De l’avis de certain-e-s spécialistes, il est en effet loin d’être évident pour les personnes concernées de comprendre ce que cette décision implique :

La question, c’est de savoir si les personnes concernées se rendent compte de ce que signifie vraiment une décision de NEM. Dans les faits, elles se débrouillent comme des sans-papiers, peu importe qu’elles soient tombées dans cette situation suite à une décision de non-entrée en matière, une décision négative ou parce que leur autorisation de séjour est arrivée à échéance (ZH_SPEC02).

12De fait, plusieurs spécialistes ont souligné la difficulté de saisir le sens d’une décision de NEM quand on vient d’un pays éloigné. Leurs remarques pointent du doigt les lacunes de l’information transmise aux personnes frappées de NEM. Si les milieux qui en sont la source ne la communiquent sans doute pas toujours de façon optimale, il faut souligner également que les personnes concernées éprouvent, quant à elles, des problèmes de compréhension. Dans son étude sur les trajectoires d’asile des migrants africains, Denise Efionayi-Mäder met en évidence le fait que les informations se transmettent toujours de façon intéressée entre les différents acteurs, que ce soit consciemment ou non, et qu’elles ne sont jamais « neutres » (2005 : 85-86).

L’accès à l’information

13Il faut souligner que les personnes craignant d’être renvoyées ne font en général pas appel à l’aide d’urgence. Les autorités cantonales examinent la possibilité d’un renvoi avant de diriger les personnes vers les services compétents dans l’octroi de l’aide d’urgence. Si les migrant-e-s semblent en général bien informé-e-s de ce fait, les personnes ayant reçu une décision de NEM peu après leur arrivée en Suisse semblent en revanche avoir plus de difficultés à accéder à l’information :

  • 2 Les noms et prénoms mentionnés dans les citations sont fictifs.

Je suis entré en Suisse le 15 octobre 2006. Je suis rentré dans le pays à l’aéroport de Zurich. Ensuite j’ai demandé l’asile à Kreuzlingen. J’ai eu mon rejet en décembre 2006. La même nuit, j’ai dû quitter le centre. Mais je n’avais nulle part où aller. Je ne savais rien. J’ai dormi dans une gare de trains. J’ai pleuré quand j’étais là-bas, vraiment pleuré. Un gars m’a vu et m’a donné le numéro de Frau Regula2. C’était aussi un homme africain, noir comme moi. Ensuite, je l’ai appelée et elle m’a dit : « Va au bureau de l’immigration. Mais il vont te détenir quelque temps. » Mais elle ne m’a pas dit que ce serait pour si longtemps (6 mois) (ZH_NEM01).

  • 3 Un des quatre centres d’enregistrement pour requérants d’asile (CERA), cf. chapitre premier.

14Pour la plupart des personnes qui ont été frappées de NEM à Vallorbe3 après 2004, les informations sur le réseau d’entraide à Genève pour un soutien ou pour d’éventuels recours ont été récoltées directement sur place, auprès de bénévoles ou d’autres requérant-e-s. Mais il existe aussi des cas, bien que moins nombreux parmi les personnes interviewées, de personnes qui sont parties de Vallorbe sans renseignements particuliers et qui ont été conseillées une fois arrivées à Genève :

Donc, je suis allé à Genève et je suis d’abord allé à l’UNHCR, parce que je ne savais pas où aller. Là-bas, ils m’ont dit de revenir demain pour un rendez-vous avec une femme. Alors, j’ai passé la nuit dehors vers la gare, il faisait très froid, et aussi j’avais faim. Là-bas, la femme m’a dit que le UNHCR ne pouvait pas m’aider. Alors, elle m’a dit d’aller au CSP ou à l’AGORA. Donc j’ai été au CSP et j’ai eu de la chance car c’était le jour des rencontres avec les avocats. Alors, j’ai vu un avocat, qui m’a dit que je devais aller à l’OCP (GE_NEM03_CDS).

15Les informations données par les fonctionnaires du CERA seraient en effet, selon les témoignages récoltés, essentiellement relatives à l’aide d’urgence et au Bureau d’aide au départ. De fait, un certain nombre de personnes se retrouvent dans des situations difficiles en raison d’un manque d’information, de connaissances ou de compréhension de leur propre situation. Certaines personnes trouvent néanmoins du soutien auprès de leur avocat :

Je suis seulement en contact avec mon avocat, pour voir comment la situation évolue. Mon avocat a dit qu’il va lutter pour qu’ils arrivent quand même à me garder jusqu’à ce que les choses, chez moi, soient plus calmes, qu’il y a de l’ordre au niveau du pays (ZH_NEM10).

16Mais plusieurs des migrant-e-s rencontré-e-s n’ont pas fait recours à la première décision de NEM, notamment parce qu’on leur a affirmé que cela ne servait à rien, parce qu’ils/elles ne savaient pas où s’adresser ou par manque de moyens :

[Qu’avez-vous fait quand vous avez reçu la décision de NEM ?] Rien ! Je suis seulement allé chez Caritas. Là, ils ont dit qu’ils ne pouvaient rien faire (ZH_NEM08).

Si, j’en ai discuté avec un avocat, donc je sais déjà que je n’aurais pas de chance d’obtenir un permis, même si je fais recours. J’ai contacté les avocats pour requérants au Schwarztorstrasse [Berner Rechtsberatungsstelle für Asylsuchende] pour me renseigner, et ils m’ont dit que je n’ai pas de chance (BE_NEM01_FST).

On m’a dit que je pouvais faire recours. Mais pour cela, j’aurais eu besoin d’un avocat et pour ça, il faut de l’argent. Je n’en avais pas. On ne m’a pas parlé des centres de consultation (BE_NEM03_CAC).

17Le manque de diffusion de l’information concernant l’ensemble des étapes de la procédure et plus particulièrement les modalités de l’aide d’urgence et de l’aide au retour, semble être récurrent dans les cantons alémaniques. Au niveau relevant des autorités et des institutions officielles, il faut souligner que les informations et renseignements transmis aux migrant-e-s concerné-e-s semblent pour le moins lacunaires. C’est le constat qu’ont fait également plusieurs des spécialistes rencontré-e-s, en particulier celles et ceux travaillant pour des œuvres d’entraide, qui s’efforçaient de combler en partie ces lacunes.

18Les difficultés d’accès aux informations sont également mises en évidence par quelques témoignages de migrant-e-s rencontré-e-s par le biais des structures de l’aide d’urgence, qui ignoraient pourtant qu’ils/elles recevaient l’aide d’urgence ou n’avaient pas conscience d’avoir fait des démarches pour l’obtenir :

Ce n’est pas moi qui ai demandé l’aide d’urgence. C’est automatique. Le AO [Asyl Organisation] nous a envoyé, nous a dit où aller et pouf, on est déjà dans le système ! On nous demande rien, il n’y a pas une vraie liberté ici, c’est comme une prison (ZH_NEM02).

19A Zurich, nous avons rencontré une personne ne recourant pas à l’aide d’urgence qui ignorait l’existence d’un tel dispositif :

Je ne savais pas où prendre ça. Si j’avais besoin d’aide, je ne savais pas où aller. [Avez-vous pensé à l’aide d’urgence ?] Je n’ai jamais entendu parler de ça. Si j’avais entendu parler de ça, je crois que ça aurait été la première chose que j’aurais faite. [Jusqu’à aujourd’hui, vous n’aviez jamais entendu parler de l’aide d’urgence ?] Mon avocat ne m’en a jamais parlé, les autorités non plus. Tout ce qu’ils voulaient, c’est que je parte (ZH_NEM10).

20Les personnes privées représentent, elles aussi, une source d’information non négligeable. Sans remettre en cause leur bonne foi, on peut néanmoins, dans certains cas, douter du caractère judicieux et du bien-fondé des renseignements et des conseils prodigués si l’on se réfère à la complexité du système et à la difficulté d’en saisir tous les tenants et aboutissants, ce d’autant plus qu’il varie d’un canton à l’autre et qu’il a fait l’objet de nombreuses modifications. Enfin, entre personnes relevant du domaine de l’asile, l’information circule également, sans que les fondements juridiques ne soient toujours bien compris :

J’ai fait recours avec un avocat mandaté. Il est décédé entre-temps. Il travaillait à Bienne. Un ami qui habitait dans le centre de Bienne m’a mis en contact avec lui. Je lui ai montré mes dossiers et il a écrit un recours. Six semaines après, j’ai reçu la deuxième décision négative [NEM]. Et je devais payer CHF 600.- pour ça ! Alors, j’ai écrit une lettre moi-même, disant que c’était impossible de payer cet argent. Après, ils ont décidé que je devais payer seulement encore CHF 200.-. Les gens qui parlent disent : « Les gens qui ne payent pas ces CHF 600.-, leur dossier est déclassé et ils reçoivent une NEM. » C’est pourquoi d’autres avocats te conseillent toujours de payer ces CHF 600.-. Je n’ai pas de preuves, mais j’y crois. […] Dans mon rejet, il n’y avait pas d’arguments, sauf a) « Vous racontez des histoires » et b) « Vous n’avez pas de papiers ». Rien d’autre, pas de réels arguments n’ont été avancés. [Vous pensez donc que la raison de ce refus serait plutôt cette somme non payée de CHF 600.- ?] Je ne sais pas, mais je pense. Je n’ai pas de preuves ! (ZH_NEM_02).

21L’ordonnance 1 sur l’asile (OA1) précise en effet le montant des émoluments occasionnés par la procédure au sens de l’article 17b LAsi, qui s’élèvent à CHF 1200.-. Pour tout recours et toute demande de réexamen, l’office de recours perçoit une avance de frais de CHF 600.-. A défaut de paiement, il n’entrera pas en matière, sauf si la personne ayant déposé la demande est indigente et que sa demande n’apparaît pas d’emblée vouée à l’échec.

22Les lacunes dans la transmission des informations par les autorités et les institutions officielles du domaine de l’asile semblent importantes et peuvent être lourdes de conséquences pour les migrant-e-s concernés. Des interlocuteur-trice-s se demandent si cela ne fait pas partie d’une stratégie dissuasive sciemment adoptée par certains représentant-e-s des autorités. Il semble en tout cas qu’il y ait des vues divergentes sur le degré approprié d’information à transmettre. On peut encore noter le caractère paradoxal d’une démarche informative sur l’aide d’urgence quand il s’agit de signifier dans le même temps aux personnes concernées qu’on attend d’elles qu’elles quittent la Suisse au plus vite. C’est ce que laisse indirectement entendre le témoignage d’un migrant :

J’avais besoin de soins et j’ai été placé dans un centre. J’étais malade, donc j’étais déjà là-dedans. Mais mes amis qui avaient aussi reçu une décision de NEM sont mis à la porte. Ils sont partis dans les rues. Les gens des centres, les assistants sociaux leur disaient seulement qu’ils devraient partir, qu’ils n’avaient plus le droit de rester en Suisse. Et quand ils ne voulaient pas partir, les assistants ont fait venir la police qui les a sortis de force. [Pourquoi tes amis n’ont pas demandé l’aide d’urgence ?] Mais comment pouvaient-ils demander ? Je m’excuse, mais comment ?
L’Office des migrations leur disait seulement des choses comme : « C’est fini pour toi en Suisse ». Les offices n’ont pas proposé à mes amis cette aide d’urgence, ils n’ont pas dit que c’était une possibilité pour eux. Ils disaient seulement qu’ils devaient partir de Suisse (BE_NEM03_FST).

23Le paradoxe inhérent au système lui-même – interdire le séjour en Suisse tout en devant offrir une aide d’urgence – rend sans doute la démarche difficile à saisir du côté des personnes concernées. Il peut en effet paraître contradictoire à une personne ayant pris acte de l’illégalité de sa situation de s’adresser aux autorités pour leur demander de lui venir en aide. A l’inverse, suivant l’autre composante de cette logique paradoxale, certaines personnes pensent que le fait de percevoir l’aide d’urgence leur confère un semblant de légalité puisque, pour bénéficier de cette aide, elles doivent s’annoncer auprès des autorités et y retourner régulièrement pour y renouveler leur demande. Certain-e-s estiment dès lors qu’il est préférable d’être à l’aide d’urgence, même si les conditions y sont pénibles à supporter.

La stigmatisation

24Parmi les principales difficultés éprouvées par les personnes frappées de NEM, figure leur stigmatisation sociale, largement véhiculée par la « rhétorique de l’abus ». Cette stigmatisation peut être à l’origine de mécanismes d’« auto-invisibilisation » qui sont liés à la perte d’estime de soi, laquelle peut avoir des conséquences importantes pour la santé psychique et physique des personnes. Ainsi, plusieurs personnes NEM interrogées, en particulier celles qui sont d’origine africaine, ont vu leur identité attaquée en raison des amalgames entre personnes frappées de NEM, requérant-e-s d’asile et trafiquant-e-s de drogue. Le manque de respect qu’elles ressentent de la part de l’administration, que ce soit au niveau de la procédure d’asile ou du dispositif d’aide d’urgence mis en place, ainsi que le sentiment de subir une discrimination en fonction de leur couleur de peau, contribuent également à affecter leur identité. Ces aspects transparaissent de ce témoignage :

Avec tout ce qu’on dit sur nous, qui est faux, cela fait mal. Il y a une sorte de haine contre nous, on nous accuse de choses infondées, que nous n’avons pas faites, et cela contribue à notre état. On se pose la question de la haine contre nous. C’est surtout dans les journaux que cela fait mal. On dit, on a attrapé un Africain avec une, deux boulettes, mais ils ne se posent jamais la question d’où viennent ces boulettes et pourquoi ces gens font ça. En plus, ce n’est pas les Africains en tant que tels qui trafiquent, c’est la Suisse, et cela ne se dit jamais. Et juste une boulette ou du haschich dans les mains d’un Africain ça passe dans tous les journaux, à la télé. A un moment donné, cela m’a fait mal car on voit des choses bien plus graves que ça, et on met le paquet sur le fait de stigmatiser dans les journaux tous les requérants devant la population. J’ai senti que la force des médias a contribué à ternir l’image des Noirs et des réquerants. C’est une force de destruction (GE_NEM02).

25La difficulté de vivre avec une identité de personne frappée de NEM est mentionnée dans un autre témoignage, exprimant le souci que le jugement social négatif qui pèse sur les personnes concernées peut contribuer à leur faire admettre qu’elles n’ont pas de droits :

Si on est NEM, on ne peut rien demander, on a un refus depuis le début, et je faisais comme ça, je ne demandais rien. Je prenais le train et je disais, je vous payerai un autre jour, il fallait que je change un peu de paysage. Je m’en fichais de tout. C’est le cas de plusieurs NEM. Ça casse la personne. C’est le fait de se sentir jugé, et dans les journaux on marque que les NEM c’est des délinquants, c’est un jugement déjà porté à l’avance (GE_NEM01_JMA).

26D’autres aspects problématiques sont liés aux contrôles de police qui, à Genève notamment, étaient très fréquents, surtout avant la mise en place du dispositif d’aide d’urgence, en particulier en ce qui concerne les personnes d’origine africaine ou maghrébine suspectées de trafic de drogue :

Le plus difficile, c’est qu’à l’époque tu ne pouvais pas passer une journée sans voir un Africain qui se fait contrôler en pleine rue, on te menottait, pas seulement ça. Ça ne m’est jamais arrivé, mais j’ai vu ça (GE_NEM02).

27La police peut aussi parfois intervenir en faveur des personnes frappées de NEM en cas de problèmes dans les transports publics ou avec des personnes dans la rue, où il y aurait encore actuellement une sorte de discrimination vis-à-vis de ces personnes migrantes, par exemple dans le canton de Vaud où vit la personne d’origine africaine concernée :

Quand tu prends le bus et tu as NEM, c’est un problème. Si le contrôleur monte, il ne regarde pas les autres personnes, il vient directement chez moi. C’est dur. Si tu ne donnes pas, ils te font tout de suite une amende. Une fois, j’étais dans un parc et un monsieur me dit : « Qu’est-ce que vous faites ici » ? Il y a des gens comme ça ici, en Suisse. Si je reste dans un parc, ils me disent : « Monsieur ne restez pas ici, c’est pour les enfants ici ». Une fois, un monsieur nous a dit de bouger, on a dit qu’on allait rester, il a appelé la police. Il y a des gens qui sont racistes. Les policiers, après, se sont excusés, ils ont voulu savoir qui avait appelé et ils lui ont dit quelque chose. Après, les policiers nous ont dit de rester, qu’il ne faut pas partir, de ne pas écouter le monsieur. Aussi, une fois il y avait un policier dans le bus, une dame voulait me donner une amende et il a dit qu’elle n’avait pas le droit car le bus n’était pas encore parti, il lui a dit : « Où va-t-il trouver l’argent pour payer ? » Je ne savais pas que c’était un policer, c’était un détective. Il m’a dit que la dame a fait ça car j’étais NEM. Des fois, les policiers sont gentils (LA_NEM01).

28Comme le souligne un spécialiste, les préjugés envers les personnes frappées de NEM dériveraient largement de la propagande politique sur les abus, reprise par la « presse de boulevard », qui a contribué à véhiculer l’idée que la plupart des personnes requérantes abusent car elles n’obtiennent pas l’asile :

Cette idée des abus est très forte, comme un mensonge très fort qui dit que 95 % des requérants abusent parce qu’ils n’obtiennent pas l’asile. Ils utilisent encore cet argument-là, on a vu dans la campagne référendaire [sur la révision de la LAsi de 2006]. Mais la majorité de requérants ont le droit de rester en Suisse sous l’asile ou l’admission provisoire. Mais c’est une information que seulement une petite minorité connaît. Cette notion d’abus justifie la lutte contre les abus, c’est dans ce contexte-là que la non-entrée en matière est faite comme elle est faite maintenant, avec toutes les conséquences humaines, économiques pour les personnes concernées, même de sécurité publique (GE_SPEC_08).

29Une autre personne, spécialiste dans le domaine médical, confirme la visibilité de la catégorie NEM et l’image négative qui y est associée :

Les NEM, c’est des Africains, des hommes, facilement repérables dans la rue, des gens qui ont un profil un peu louche, soit de consommateur, soit de dealer, des gens qui n’arrivent pas forcément à travailler et qui, lorsqu’ils travaillent, ne font pas des travaux pour la collectivité, on sent que la stigmatisation des étrangers se porte maintenant sur cette population-là, c’est clair (GE_SPEC11).

30La discrimination vécue par les personnes frappées de NEM, qu’il s’agisse de discours politiques, d’articles dans les journaux (surtout à l’époque de l’entrée en vigueur de la suppression de l’aide sociale), de comportements peu respectueux de la part des administrations et de la police (bien qu’il existe aussi des comportements corrects à ces deux niveaux) ou encore d’une partie de la population, ont ainsi largement contribué aux atteintes à l’estime de soi de ces personnes.

2. Les raisons du recours à l’aide d’urgence

31Malgré le fait que notre échantillon comprenne davantage de personnes à l’aide d’urgence que de personnes qui n’y recourent pas, il faut souligner que les migrants frappés de NEM qui font appel à l’aide d’urgence sont une petite minorité par rapport à ceux qui sont sortis de l’aide d’urgence ou qui n’y ont jamais recouru tout en restant éventuellement en Suisse. C’est ce que fait remarquer le représentant d’un organisme d’entraide :

Il faut tout de suite différencier les personnes qui, faute de mieux, vont solliciter l’aide d’urgence, de l’immense majorité (environ 80-90 %) qui préfère se débrouiller toute seule plutôt que de recevoir de la nourriture en nature, avec toutes les contraintes que cela implique (GE_SPEC12).

32Les motifs de recours ou non à l’aide d’urgence sont multiples et non exclusifs les uns des autres. Plusieurs raisons peuvent ainsi concerner une seule et même personne. Certaines personnes y font appel de manière régulière, d’autres de manière ponctuelle, plusieurs y ont renoncé de leur propre chef ou en ont été exclu-e-s par les autorités et d’autres enfin n’en ont tout bonnement jamais entendu parler.

L’absence d’alternatives

33Les informations recueillies auprès des personnes concernées et auprès des spécialistes permettent de mettre en évidence les facteurs à l’origine du recours à l’aide d’urgence. Une première raison du recours à l’aide d’urgence est le fait de ne pas avoir d’autres solutions de logement, et même lorsque les personnes ont un réseau social bien développé, elles affirment qu’il est difficile d’habiter chez des tiers. Après une courte période, la situation devient problématique et il s’agit alors de trouver d’autres solutions :

Je n’aimerais pas sortir de l’aide d’urgence, j’ai fait ça avant, j’étais chez des amis, mais après on se demande toujours : « Ça va durer combien de temps ? » Si c’est une famille qui vous accueille, je me dis, il y a quelque chose qui bouge, la répartition des rôles, des tâches, ça va deux-trois jours. Rester chez des amis une longue période, ça va quelques jours, l’utilisation des services communs est toujours un problème. Vous devez vous remettre en question, placer vos affaires quelque part, mais ce n’est pas chez vous. Parfois le propriétaire veut nettoyer et ne peut pas le faire car il doit déplacer vos affaires, et cela n’est pas facile. J’ai fait cette expérience, les gens m’ont accueilli, mais pour beaucoup de temps, ça ne va pas (LA_NEM03).

34A Genève, certaines personnes ont recours à cette aide car elles sont en Suisse depuis peu de temps et n’ont pas de connaissances pouvant les loger. Selon les expert-e-s interviewé-e-s, les personnes à l’aide d’urgence sont celles qui n’ont pas d’autres solutions (personnes NEM récentes, peu de réseau social, problèmes de logement, pas d’argent), surtout si elles ont l’impression d’avoir peu de risques d’être renvoyées (difficultés d’accord avec les pays d’origine, problèmes d’identification). Ce serait surtout la difficulté de renvoyer ces personnes qui expliquerait pourquoi la grande partie des personnes NEM à l’aide d’urgence est d’origine africaine (en particulier d’Afrique de l’Ouest) ou maghrébine, car les accords de réadmission sont plus difficiles ou inexistants avec ces pays. Si une partie des bénéficiaires de l’aide d’urgence ne dispose visiblement pas d’alternatives leur permettant d’accéder aux ressources matérielles pour survivre (absence de réseau social, impossibilité de travailler, besoin de soins médicaux), l’aide d’urgence représente pour d’autres une ressource complémentaire à laquelle ils ne recourent que partiellement ou épisodiquement :

C’est bien d’aller dormir là-bas, il y a des gens. Et le matin, ils donnent de l’argent. Il y a des gens qui font du travail au noir, ils ne prennent même pas l’argent, ils s’en moquent […] Pour dormir, je vais dans les centres des fois, ou autrement dans les wagons de train dans la gare. C’est bien. Le plus souvent, je reste dans les dortoirs des centres, de temps en temps dans les wagons. Je rentre entre onze heures-minuit et je redescends avant qu’ils partent, avant cinq heures. Dans les dortoirs des centres, on se connaît maintenant, car j’y suis depuis quelques années. Mais normalement, je dois tourner [système de rotation] (ZH_NEM09).

Il y a une seule autre femme ici, mais qui ne vient qu’une fois par semaine pour chercher ses bons (ZH_NEM04).

35Le dispositif de l’aide d’urgence du canton de Berne se montre particulièrement strict et ne tolère pas que les personnes n’y recourent que de manière partielle ou ponctuelle. Le canton met ainsi en œuvre une politique du « tout ou rien », fondée sur l’idée que si la personne ne recourt que partiellement aux prestations de l’aide d’urgence, cela signifie qu’elle ne se trouve pas réellement dans une situation de détresse. Les personnes qui ne se plient pas à l’ensemble des conditions prévues par le système risquent donc de se voir exclues de l’aide d’urgence.

Un semblant de légalité

36A Genève, un certain nombre de personnes NEM du Lagnon s’adonnent, selon les informations récoltées auprès des représentant-e-s de l’Hospice général, au trafic de drogue. Dans le cas de ces personnes, dont on pourrait penser qu’elles ont en principe suffisamment de ressources pour vivre sans l’aide d’urgence, l’avantage serait d’avoir un papier de l’OCP, comme le mentionne un représentant :

L’avantage de rester à l’aide d’urgence pour ceux qui font des deals, c’est d’avoir un papier de l’OCP, c’est la seule façon de pouvoir rester en cas de contrôle. Ils savent que le risque n’est pas trop grand, s’ils font du trafic et ils se font prendre, ce n’est pas un drame, ils ne le vivent pas comme un drame, ils savent que ce n’est pas trop long, trois semaines, un mois, bien qu’on ait une personne ici que cela fait trois mois qu’il est à Champ-Dollon, cela dépend de la quantité et de la quantité de fois que la personne a été prise en flagrant délit (GE_SPEC03).

37Une autre raison mentionnée lors des entretiens avec les migrant-e-s concerné-e-s est leur volonté de jouir d’un statut de requérant-e-s d’asile et de ne pas être considéré-e-s comme des clandestin-e-s :

Oui, je suis au Lagnon, c’est pour avoir un lit, personne qui te dérange. Je reste à l’asile parce que je suis requérant d’asile, peut-être aussi si je trouve un boulot, une femme, je suis requérant d’asile, pas clandestin (GE_NEM04_JMA).

38Cet aspect soulève une problématique observée aussi par plusieurs expert-e-s, relative à l’impression, pour les personnes concernées, de jouir d’un statut reconnu par les autorités en cas de possession du papier d’aide d’urgence, alors qu’en réalité ces personnes sont considérées comme étant en situation de séjour illégal en Suisse. Ces migrant-e-s auraient en effet l’impression de ne pas être en situation d’illégalité du fait qu’ils/elles sont connu-e-s des autorités, ce qui présente une contradiction, incompréhensible à leurs yeux, entre l’illégalité du séjour et l’acceptation de leur présence.

L’accès aux soins

39Afin de pouvoir accéder aux soins, comme c’est le cas dans le canton de Genève, certaines personnes, initialement sorties de l’aide d’urgence, sont amenées à demander de nouveau celle-ci, comme le souligne une représentante du domaine de la santé :

Ceux qui demandent l’aide d’urgence sont ceux qui débarquent dans le canton, les NEM récents qui ne savent pas comment faire et qui demandent l’aide d’urgence car ils n’ont pas de réseau. C’est le premier point. Il y a aussi des gens qui ont été NEM à un certain temps, ils sont partis dans la clandestinité et à un certain moment ils ont eu un problème de santé, on les voit ici et on les incite à demander l’aide d’urgence pour être soignés. Pour cette catégorie de NEM, qui ont un problème de santé et qui sont à l’aide d’urgence, on assure le traitement. L’HG accepte généralement de reprendre ces personnes, et c’est plus confortable car on peut faire tous les soins qu’on veut (GE_SPEC11).

40Une raison importante du recours ou du retour à l’aide d’urgence est ainsi la possibilité de (ré) intégration dans le dispositif en cas de problèmes de santé nécessitant des soins continus ou conséquents, puisque, comme nous l’avons vu (cf. chapitre 2), des soins importants ou prolongés ne peuvent être administrés que si l’on recourt à l’aide d’urgence.

3. L’expérience de migrant-e-s à l’aide d’urgence

Pressions à collaborer

41Plusieurs difficultés importantes ressenties par les personnes frappées de NEM sont liées au système de l’aide d’urgence tel qu’il a été mis en place. Parmi les principales conséquences du recours à l’aide d’urgence figurent en particulier les pressions à collaborer au départ et les traitements jugés dégradants que les personnes subissent quand il s’agit de renouveler l’aide d’urgence auprès des autorités. Plusieurs personnes déclarent avoir des malaises à l’idée de se rendre à ces guichets, car il leur est généralement rappelé qu’elles n’ont rien à faire en Suisse et qu’elles doivent partir :

Quand on te met dans cette position, c’est soit d’aller te suicider ou… et ne parlons pas de la pression qu’on te met à la police quand tu vas pour prendre un tampon d’aide d’urgence. Vous dites à quelqu’un de venir prendre de quoi subsister et vous l’insultez ? Ce n’est pas possible. Ils ne m’insultent pas, mais ils vous racontent des trucs : « Foutez le camp », « En Suisse, il n’y a pas d’avenir pour vous », « Dégagez » (GE_NEM02).

42Certaines personnes qui reçoivent l’aide d’urgence à Zurich mentionnent les contacts fréquents, sur convocations régulières, des offices cantonaux des migrations :

Je dois aller au Berninaplatz [Migrationsamt] au moins une fois par semaine. J’y vais, c’est embêtant, mais je fais un rapport. Je ne parle pas avec eux (ZH_NEM09).

43Il serait bien sûr intéressant de retracer les expériences dans le temps car il se peut que les personnes aient surtout ressenti des pressions durant les premiers contacts avec les autorités, comme le souligne ce migrant :

Au début, j’avais des problèmes avec MIDI [Migrationsdienst]. Ils demandaient toujours des papiers, mes documents, ils me disaient qu’il fallait attendre une longue période… Je pense qu’ils essayent de nous intimider ou effrayer. Mais après, ça allait mieux. J’ai seulement eu des problèmes au début, à la fin c’était mieux (BE_NEM01).

44Un migrant nous a dit s’être rendu à l’Office cantonal des migrations accompagné d’une personne de confiance, en l’occurrence un représentant des structures d’aide non officielle, pour se sentir rassuré et obtenir une aide qu’il ne pensait pouvoir obtenir s’il se présentait seul à l’office :

Si je n’étais pas allé avec Stefan à l’Office des migrations, je n’aurais jamais reçu l’aide d’urgence. Ils auraient dit que je dois partir de la Suisse. Avec Stefan avec moi, j’ai pu demander l’aide d’urgence. Je n’aurais pas eu de chance seul (BE_NEM03_FST).

45D’autres difficultés sont liées aux conditions de vie dans les centres d’aide d’urgence, sans compter la peur du renvoi.

Conditions de vie

46Les personnes qui sont au centre du Lagnon (GE) mentionnent les sommes d’argent insuffisantes, la nourriture de mauvaise qualité, les conditions de propreté, mais aussi l’attitude de laisser-aller des autres résidents et des intendants. La peur d’être renvoyées est aussi toujours présente pour certaines personnes, en raison de l’instabilité liée à leur statut et à l’impression de manquer de contrôle sur leur propre destinée :

Mais ici, il n’y a rien à faire… la nourriture qu’on nous donne, elle n’est pas bonne. Si tu regardes les toilettes, c’est vraiment dégueulasse. Ce que l’on a besoin, on ne nous le donne pas… Ça fait trois semaines que je dis à l’assistant que mon assiette est cassée. Il me dit toujours : « Après, après… », mais jusqu’à présent je ne l’ai pas. On ne nous donne pas d’argent, on n’a même pas d’argent pour appeler notre famille. On reçoit juste CHF 30.- en bons par semaine, mais ça suffit juste pour la nourriture. On doit faire le nettoyage ou ce genre de petits boulots, mais là non plus on ne touche pas d’argent… Moi je trouve qu’ici, ça ne va pas ! […] Ce sont les conditions de vie, comme je te disais, et en plus on ne sait jamais si demain on sera encore là. Car on ne sait pas s’ils vont obtenir un laissez-passer pour toi. Donc, la nuit, parfois tu n’arrives pas à dormir, parce que tu penses trop. Et tu ne peux rien faire car c’est eux qui décident… (GE_NEM04_CDS).

47Les problèmes d’inactivité dans le centre, qui sont mentionnés aussi par les résident-e-s de centres des autres cantons examinés, sont soulignés par plusieurs résidents du Lagnon. Ils déclarent passer souvent leurs journées à dormir et à manger, sans autre activité car la précarité de leur séjour ne leur offre pas de perspectives. Cet aspect est aussi soulevé par un représentant de l’Hospice général qui côtoie tous les jours les personnes NEM au Lagnon :

Cela me fait du mal pour ces jeunes, avant ils envisageaient des cours de langues, maintenant je vois les jeunes anglophones qui sont là depuis des années et qui ne parlent même pas un mot de français, ça m’énerve aussi, c’est une perte de temps pour eux. Ils ne profitent même pas des cours d’informatique, AGORA les organise, en tant que NEM ils peuvent les faire, mais à part le football, il n’y a rien qui les mobilise. Ce sont des gens qui sont en train de végéter. C’est lié, je pense, à leur situation, il y a des gens qui me disent qu’ils ne sont pas mentalement prêts pour s’engager dans des cours alors que leur situation est tellement instable, précaire, on veut les mettre dehors dès que possible. Mais c’est quand même une vision trop facile, car laisser passer du temps comme ça à ne rien faire du tout, c’est triste, c’est un gâchis terrible (GE_SPEC03).

48Au niveau des activités, leur choix est extrêmement limité, donnant parfois aux personnes concernées l’impression de perdre leur temps :

A part la prison, c’est ennuyeux, je suis là, je n’ai rien à faire, absolument rien. […] Même si je ne travaille pas, je dois quand même avoir une occupation, pour que je ne perde pas de temps. Mais c’est le traitement avec lequel on te bénit, parce que j’ai demandé il y a longtemps de me laisser faire quelque chose, mais pas moyen. Si je demande des études, ils disent non. Juste les cours le matin, c’est de la ville, c’est gratuit (ZH_NEM10).

Je mène une vie difficile, tu sais. Nous, les NEM, on n’a pas beaucoup d’activités, on n’a le droit de rien faire (BE_NEM01).

49Il n’est en effet pas prévu d’activités dans le cadre de l’aide d’urgence. Un des spécialistes rencontrés affirme à ce propos que si une activité est mise sur pied, il est préférable que cela se fasse de manière discrète.

50D’autres aspects, qui se retrouvent en particulier dans les cantons de Vaud et de Berne, sont liés au climat d’agressivité et de violence qui s’installe dans les centres, et qui peut parfois dégénérer en tensions intercommunautaires. Les conflits seraient dus aux situations difficiles que les personnes vivent, mais aussi aux comportements perçus comme peu respectueux de la part de la sécurité privée ou de l’intendant :

Je suis à Vennes depuis une année. Les ambiances qui se mettent en place là-bas se communiquent vite. Ce qui s’est passé hier est la même chose. Un jeune, hier dans la salle télé, insulte les Arabes, un autre répond au nom de tous les Arabes, je dis : « Tu ne peux pas t’en prendre à tous. » Celui qui vient faire la bagarre au nom d’une race, d’une communauté, c’est déjà un mot d’ordre. Je n’ai pas encore assisté à des bagarres entre communautés, mais… C’est aussi la pression du plan de vol. Le système là-bas veut que les interactions soient empoisonnées, il y avait un type qui s’était acheté un couteau pour sa sécurité, il ne parlait plus à personne, il s’était renfermé, il y a eu dégénérescence mentale. C’était une pathologie, mais il a reçu comme punition d’être éloigné deux semaines du centre. S’il faut intervenir, ce n’est pas une punition qu’il faut, mais un suivi médical. […] L’assistante sociale vient seulement deux fois la semaine, elle n’est pas là à 100 %. L’agente de sécurité est là 24h sur 24h, elle devrait aussi, entre guillemets, jouer le rôle d’assistante sociale, mais elle n’en a pas la formation ni le réflexe. C’est un problème structurel. Avec les anciens veilleurs de nuit, il n’y avait pas ce problème, ils arrivaient à communiquer avec les gens, mais avec […] l’agence de sécurité qui a été engagée, il y a toujours conflit. La Securitas obéit à son propre règlement. La confusion est à ces deux niveaux, celui de l’EVAM et de la sécurité, on sent que cela ne marche pas. Un jour, il y avait le riz avarié dans les barquettes, ça sentait le pourri, et le Securitas a dit : « Vous prenez du pain et vous mangez avec. » C’est une réponse ? (LA_NEM03).

51Si certaines personnes se sentent traitées avec mépris, d’autres notent avoir parfois rencontré des employé-e-s disponibles et généreux/ses. Cette appréciation différenciée se fait tout particulièrement ressentir à l’égard du personnel travaillant dans les centres d’aide d’urgence.

Le manque d’argent

52L’absence de sources de revenu monétaires est souvent évoquée comme une difficulté majeure, tant sur le plan de la vie quotidienne que sur celui du développement de projets ou de stratégies pour le futur. Elle est à l’origine de la perte de liberté et de décision de personnes à l’aide d’urgence, jusque dans les éléments les plus modestes, personnels et intimes de la vie quotidienne. Ainsi, la revente des bons Migros, effet inattendu découlant de la distribution de ceux-ci, a pour objectif de se procurer de l’argent liquide pour l’achat de marchandises qui ne sont pas offertes à la Migros :

Ces bons font l’objet d’un certain commerce, dans la mesure où les gens ont besoin d’argent liquide pour s’acheter des tickets de transport ou des cigarettes (ZH_SPEC01).

53Les bons sont revendus à des connaissances, notamment des personnes établies en Suisse, mais certains commerces acceptent aussi de rendre la monnaie en espèces :

[Comment payez-vous vos trajets pour aller à ces autres endroits ?] Je suis obligé, je calcule ma vie. Si je sais que je veux aller quelque part à un certain moment, j’économise l’argent. Je calcule mon argent. Ici à Uster, par exemple, vous pouvez avoir le change en retour à la Migros même si vous achetez seulement une bouteille d’eau à 90 ct. Je reçois CHF 9.10 de retour et je peux économiser l’argent pour mes voyages (ZH_NEM01c).

54Les modalités d’octroi de l’aide d’urgence limitent ainsi drastiquement, et sous divers aspects (mobilité, liquidité pécuniaire, règles strictes, etc.), la marge d’autonomie des personnes qui y recourent et celles-ci établissent parfois une analogie entre la structure d’aide d’urgence et la prison :

Je n’ai pas peur de la police. S’ils m’attrapent, je vais juste en prison. C’est la même chose que maintenant : je suis aussi dans une sorte de prison maintenant, ce n’est pas une vie (BE_NEM02_FST).

55A l’opposé, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, quelques personnes relèvent les aspects positifs de leur séjour en prison, en particulier la possibilité d’exercer une activité rémunérée ou l’accès à des soins médicaux. Un des migrants rencontrés semble avoir particulièrement apprécié son séjour en prison :

Witzwil est un bon endroit. Je ne voulais pas partir. J’avais un bon chef, il m’aimait bien et m’a aidé à rester une semaine de plus alors que je devais sortir. Beaucoup de gens m’aiment bien, je suis sociable. A Witzwil, ils m’ont même fêté mon anniversaire et apporté un gâteau. Je ne me serais même pas souvenu que ce jour-là, c’était mon anniversaire (BE_NEM 01).

56On voit dans cet exemple combien la dimension de proximité et de reconnaissance est importante pour les individus. C’est l’inverse de ce que produit le dispositif de l’aide d’urgence où la froideur administrative et la volonté d’exclure les gens portent à leur dénier toute forme d’estime sociale.

Restrictions à la mobilité

57La limitation de la liberté de mouvement pour les personnes à l’aide d’urgence est aussi un problème qui se dégage avec fréquence des témoignages. La difficulté de déplacement marque, pour les personnes frappées de NEM, une atteinte à leur liberté et le sentiment d’être « emprisonnées » dans les centres. Mais elle implique aussi une mise à l’écart symbolique des personnes et une marginalisation, non seulement sociale mais aussi spatiale (les centres étant la plupart du temps à la périphérie, loin de la ville), et une barrière à leurs besoins de sociabilité. La question de la liberté de mouvement et de déplacement revient fréquemment dans leurs propos comme une de leurs préoccupations majeures, constituant même dans certains cas un motif de renoncement à l’aide d’urgence :

[L’immigration du canton de Berne] m’a dit d’aller au Jaunpass [en août 2004]. C’est un endroit terrible. J’y suis resté deux semaines. Le problème du Jaunpass était qu’on ne pouvait pas sortir : on ne pouvait se déplacer qu’à l’intérieur d’une zone délimitée et il y avait comme un mur tout autour. Le centre même était souterrain. J’ai voulu aller à l’église à Berne, j’ai besoin d’y aller le dimanche. Le gars du centre m’a dit que je pouvais y aller si j’avais l’argent pour acheter un ticket. Alors, j’y suis allé et je suis revenu le lendemain, mais ils m’ont dit que je ne pouvais plus rester là. Je lui ai dit que je voulais aller à l’église de temps en temps et que je n’étais pas en prison ici. Ils m’ont dit que je devais rester là et ne pouvais pas sortir et c’est pourquoi j’ai dû m’en aller. J’ai dû retourner à l’immigration. Là, ils m’ont dit de retourner au Jaunpass, mais je ne le pouvais pas à cause de l’église (BE_NEM_01CAC).

58A plus d’un titre, la mobilité apparaît comme une ressource essentielle et/ou comme un moyen de défense pour lutter contre le sentiment d’être prisonnier de la situation. C’est un thème qui revient fréquemment au fil des entretiens et qui témoigne à la fois de l’existence d’une certaine circulation entre les différentes villes et cantons suisses et du besoin de conserver un semblant d’autonomie, même si celle-ci peut dans certains cas sembler dépourvue de but :

Quand je peux acheter un billet, je vais dans d’autres villes aussi, comme Lausanne ou Lugano parfois. Je n’ai pas d’amis dans ces lieux. Je dors dehors. Ou, l’hiver, dans des parkings, avec un toit. [Pourquoi allez-vous dans d’autres villes ?] J’y vais, tout simplement. Je ne sais pas pourquoi. Le plus souvent, je reste à un endroit. Mais parfois je change d’endroit ou de ville. (BE_NEM02_CAC).

59Pour un des migrants recevant l’aide d’urgence dans le canton de Zurich, ce besoin de mobilité prime sur tout le reste. Lors de notre première rencontre, il se montre extrêmement préoccupé par sa situation et sa stratégie principale pour l’améliorer consiste à tout mettre en œuvre pour s’acheter un abonnement mensuel des transports publics zurichois et pouvoir se déplacer librement et en toute légalité :

J’économise mes bons pour acheter un ticket, comme ça je peux aller d’Adliswil à Töss. Je ne veux pas voyager sans ticket, c’est trop dangereux. Ils ne me donnent pas assez d’argent pour voyager d’un centre à l’autre, où ils m’ont attribué […]. Je n’ai pas mangé pendant des jours, je dois économiser les bons pour un ticket Alle Zonen. Je ne l’ai pas encore acheté, mais j’économise jusqu’à ce que j’aie assez d’argent. C’est CHF 120.- sans photo et CHF 100.- avec photo. [J’explique qu’acheter quatre fois un billet simple pour aller d’un centre à l’autre serait bien moins cher]. Mais j’ai besoin d’un Alle Zonen parce que je dois me déplacer, connaître la ville. Alle Zonen est très important pour moi. J’en ai besoin (ZH_NEM01).

60Environ deux mois plus tard, lors de l’entretien de suivi :

J’ai maintenant acheté mon ticket Alle Zonen. C’est très important pour moi. Je dois pouvoir me déplacer. … [La dernière fois, vous avez expliqué que vous aviez besoin de vous déplacer, de voir des choses. L’avez-vous utilisé déjà ?] Mais où est-ce que j’irais ? Pour voyager, il faut un but, un endroit où voyager. Mais je n’ai rien. Je ne fais rien. Alors, où pourrais-je voyager ? [Pourquoi avez-vous besoin d’un Alle Zonen alors ?] Je l’utilise par ici. Je ne veux pas voyager sans ticket, c’est trop dangereux. Je l’utilise si je vous rencontre, par exemple, ou pour aller dans le centre. Ou pour faire des achats à l’épicerie, ou pour aller dans un autre centre. Juste pour me balader, vous savez (ZH_NEM01b).

61Si cet homme choisit de sacrifier une partie de l’argent prévu pour la nourriture à des fins de déplacement, d’autres disent préférer dormir dehors mais être libres de leurs mouvements. Ces éléments illustrent le fait qu’il ne suffit pas simplement d’avoir un toit et de la nourriture pour survivre, mais que d’autres besoins sont sans doute tout aussi fondamentaux, comme celui de se mouvoir à son gré. Le déni de liberté de mouvement découlant du dispositif de l’aide d’urgence – doublé paradoxalement de l’obligation de se déplacer chaque semaine pour ceux qui sont intégrés au processus de rotation zurichois (cf. chapitre 2) – est un des aspects de l’aide d’urgence que les personnes concernées semblent avoir beaucoup de peine à supporter.

62Si la mobilité et la liberté de déplacement sont ressenties comme un besoin essentiel par les personnes frappées de NEM, elles représentent également un souci dans la mesure où les déplacements engendrent des coûts qu’il faut être en mesure de financer au risque, sinon, de s’attirer divers problèmes (contrôle, amende, peine d’emprisonnement) :

Il n’est jamais possible de faire quelque chose en dehors du centre. Ils économisent beaucoup plus qu’effectivement possible, donc ils l’organisent de manière à ce qu’on n’ait pas besoin de quitter le centre. On ne sort jamais. […] Avant, je voyageais des fois sans billet. Mais maintenant, je ne le fais plus. Des fois, par exemple, un ami me paye un ticket. Vous savez, je ne veux pas voyager sans ticket. Cela crée des problèmes. Et je ne veux pas de problèmes, j’en ai assez (BE_NEM01).

63On voit que certains besoins peuvent primer parfois sur les besoins pris en charge (logement, nourriture, vêtements, articles d’hygiène) et induire les personnes à échanger des bons contre de l’argent en économisant sur la nourriture pour pouvoir les assurer.

4. Problèmes de santé

64Tous ces facteurs, auxquels s’ajoutent la perte d’autonomie, un certain isolement social, l’inactivité prolongée et le sens d’inutilité qui en découle, ont un impact sur la santé au sens large du terme et contribuent grandement à la détresse des personnes frappées de NEM. Les problèmes de santé sont en effet mentionnés avec fréquence par nos répondant-e-s, pouvant aller d’un banal mal de tête ou de dos jusqu’à des problèmes psychiques et physiques très importants ou des maladies graves. Ce n’est que dans quelques rares cas que les personnes se déclarent en bonne santé. Certaines mentionnent un important recours aux médicaments, y compris psychotropes, qui peut parfois aller jusqu’à une dépendance, ou alors l’abus d’alcool ou d’autres substances. Ces effets néfastes sur la santé ont été largement sous-estimés par les politiques mises en place, alors qu’ils contribuent à « bloquer » les personnes sur place et posent des problèmes importants, non seulement en termes éthiques mais aussi de coûts financiers, qui sont reportés sur les cantons.

Troubles psychiques

65Deux personnes interviewées en Suisse romande ont des problèmes psychiques importants et sont considérées comme des cas vulnérables. Pour l’une d’elles, les problèmes dériveraient des traumatismes vécus dans son pays d’origine, mais son état se serait sensiblement aggravé lors de son séjour à l’asile, du fait qu’elle se sentait isolée et que l’environnement aurait agi à l’encontre de ses besoins (l’autre personne dans sa chambre, les conditions de logement, l’absence de chauffage central, l’absence de propreté, les descentes de police tous les jours). La décision de non-entrée en matière a contribué, selon la personne concernée, à empirer sensiblement son état, du fait du ton menaçant des communications écrites lui étant adressées par la Confédération, des injonctions de quitter dans un bref délai sa chambre et de partir de Suisse en dépit de ses problèmes sérieux de santé psychique. L’appui reçu par son médecin au Centre santé migrants de Genève, qui a fait aboutir un recours avec un certificat de santé, est considéré comme essentiel par cette personne, qui déclare avoir peu à peu appris à lui faire confiance et à lui raconter les circonstances de son traumatisme, qu’elle garde secrètes.

  • 4 Respectivement de séjour annuel et d’admission provisoire.

66Comme le mentionnent les expert-e-s du domaine juridique et de la santé, c’est surtout pour des raisons médicales que les recours aboutissent. En cas de problèmes graves de santé qu’il n’est pas possible de soigner dans le pays d’origine, il y a eu des cas de personnes NEM qui ont vu leur statut se transformer en permis B ou F4. Comme le soulèvent certain-e-s expert-e-s, les personnes savent qu’en tant que cas vulnérables, elles ont moins de risques d’être renvoyées, mais qu’après s’être mises en situation de vulnérabilité, les problèmes de santé deviendraient réellement sérieux :

On voit beaucoup de situations de gens qui tombent dans les problèmes psy à l’aide d’urgence ; plus les portes se ferment, plus ils plongent. On peut se demander si, au début, ce n’est pas par un certain intérêt car les gens savent qu’en tant que cas vulnérables, ils ont plus de possibilités mais, quand même, ces gens-là se mettent dans des situations qu’ils n’arrivent plus à gérer et tombent dans le creux de la vague (LA_SPEC04).

  • 5 En sont bénéficiaires les requérant-e-s d’asile qui sont soumis à une procédure de demande d’asile (...)

67Dans l’autre cas, les problèmes de santé dériveraient essentiellement, selon la personne concernée, de son long séjour à l’aide d’urgence mais aussi du fait que les autorités n’aient pas cru qu’elle vienne du pays qu’elle avait déclaré être son pays d’origine, ce qui a sensiblement accru son sentiment de frustration et d’injustice. Cette personne a vécu tout le processus d’aide d’urgence dans le canton de Vaud. Elle a été frappée de non-entrée en matière en 2004, après avoir joui d’un permis N5 avec lequel elle avait travaillé auparavant, et a vécu difficilement une année passée dans un abri de la PC, au sous-sol, et son accès limité aux besoins primaires. Son problème de santé s’est déclaré à Vennes, où elle a eu des conflits avec d’autres résidents en raison des rapports amicaux qu’elle entretenait avec le personnel du centre, et a été menacée à plusieurs reprises. La personne en question a actuellement changé de centre et vit au Simplon (le centre de Lausanne pour familles et cas vulnérables), car elle a été diagnostiquée malade en raison de la fatigue et du stress :

Je suis tombé malade début 2008, j’ai été à l’hôpital et ils m’ont dit : « Tu ne restes plus à Vennes », on était deux comme ça, l’autre est mort il y a un mois. Je ne connais pas cette maladie, ils ont fait des contrôles, ce n’est pas le sida, mais une maladie du stress, de la fatigue, je ne mange pas assez. Je reçois des médicaments, cela me fatigue aussi. Pour aller là-bas, c’est très dur. Si tu vas voir le docteur c’est compliqué, tu le dis à l’assistante qui écrit une lettre et ensuite tu as un rendez-vous, mais à Vennes c’est encore plus dur. Ils ont cassé mon pied, j’ai été là-bas et ils m’ont fait passer de plein de cotés, allez ici, allez là-bas, attendez ici, j’attends, j’attends, j’attends. Ensuite, je vais dans un endroit, ils m’ont dit : « On vous attendait, maintenant c’est trop tard »… Je me suis fâché, je n’ai pas mangé de la matinée, je retourne à Vennes avec le taxi, c’est madame Brigitte qui avait payé, et je me suis fâché, finalement je me suis soigné tout seul. Après, j’ai reçu quand même la facture, j’ai été là-bas en disant qu’il y avait un problème. C’est dur pour aller à l’hôpital. Maintenant, depuis ici, ça va, je suis sous traitement, mais pour les gens de Vennes, c’est difficile (LA_NEM01).

68Dans son témoignage transparaissent aussi les problèmes d’accès aux soins pour les personnes à l’aide d’urgence dans le canton de Vaud. Les personnes interrogées ont rapporté plusieurs exemples de telles situations :

Un jour, une femme a été malade, on a demandé l’ambulance mais les Securitas nous ont dit qu’elle n’allait pas arriver ici. Alors, on a pris un taxi, mais le conducteur a dit non et il a téléphoné à l’ambulance. L’ambulance, après, nous a demandé pourquoi les Securitas n’ont pas appelé, on a expliqué et ils nous ont dit que c’est faux. Il y a eu des problèmes après pour la FAREAS (LA_NEM01).

69Parmi les problèmes de santé moins graves, figurent en particulier les maux de tête persistants, mais aussi le mal au dos et aux reins. Les personnes disent aussi souffrir d’insomnies et même de dépression, pour lesquelles elles ne bénéficient souvent pas d’un suivi médical :

Le psychique est difficile quand on fait rien toute la journée. Ça entre dans le couloir psychique. L’homme se gêne, tu sais, dans une situation pareille. […] On pense toujours beaucoup. Et on passe pas mal de soirées mal (BE_NEM01).

70Quelques personnes sont en traitement chez un médecin pour des problèmes d’anxiété et prennent régulièrement des calmants. Notons à ce niveau, comme cela nous a été rapporté en particulier dans le canton de Vaud par des personnes concernées, que plusieurs personnes consomment des cachets contre le mal de tête ou des calmants qui seraient administrés par l’infirmière sans avis du médecin, ou alors du Dafalgan fourni par les Securitas, qui reçoivent des consignes pour modérer la distribution. Dès lors, plusieurs personnes seraient devenues dépendantes à ces médicaments.

71C’est que la situation liée aux conditions de vie et au manque de perspectives plonge plusieurs personnes dans un état de désespoir et de désillusionnement, qui se double dans plusieurs cas d’un sentiment de ressentiment vis-à-vis des autorités ou de la Suisse en général, contribuant grandement à l’émergence de problèmes de santé pouvant être plus ou moins graves. Selon une spécialiste, il s’agit aussi d’un triangle culpabilité-échec-honte, que plusieurs personnes vivent du fait de l’échec de leur projet migratoire, de la honte ressentie face à elles-mêmes mais aussi face à leur famille, lorsque celle-ci est restée au pays en attente d’une aide, avec la culpabilité qui s’ensuit.

72La peur d’être renvoyé-e, ou l’annonce d’un plan de vol, causent aussi des troubles de santé qui peuvent devenir graves. Des cas de personnes tombées gravement malades à la suite d’un plan de vol ou qui ont tenté de se suicider nous ont été reportés. Dans ces cas, les personnes n’ont pas pu être renvoyées en raison de problèmes de santé. Le fait de subir des pressions, ou de les anticiper, en particulier celles ressenties auprès des guichets administratifs chargés de renouveler l’aide d’urgence, cause aussi des malaises fréquents, qui pour la plupart se produisent avant de se rendre dans ces lieux. Un tel traitement, comme le souligne un migrant dans le passage suivant, conduirait les gens à une perte d’estime de soi et à des mécanismes d’autodestruction :

Si tu as la possibilité de suivre un NEM qui va prendre un tampon, tu l’accompagnes pour voir comment les gens sont apeurés, comment ils les traitent. Ce n’est pas possible. Des fois, la veille avant d’aller, je piquais la diarrhée, je ne dormais pas. Il y a aussi la peur d’être renvoyé, mais c’est la manière dont on te traite. L’idée d’aller se faire humilier et tu n’as pas le choix, ça va pas, il y a des choses qu’on n’arrive pas à accepter intérieurement, et tu n’as pas le choix, tu es obligé d’aller te faire humilier. C’est quelque chose d’enfoui en toi (GE_NEM02).

73Les problèmes de dépendance à l’alcool ou à d’autres drogues (en plus de celle aux médicaments) existent aussi. D’après le témoignage d’une personne travaillant sur le terrain, des comportements liés à des souffrances psychologiques seraient en augmentation :

Le nombre de personnes qui n’ont plus aucun respect augmente. Ils n’ont eu que des expériences négatives. L’alcoolisme et les auto-agressions augmentent aussi. Nous avons deux personnes concernées par ces problèmes. Un jeune homme de 18 ans s’est fait des entailles au couteau sur tout le corps (ZH_SPEC05).

74De fait, l’une des personnes rencontrées présentait des marques de brûlures sur les mains :

[Qu’est ce qui s’est passé à ta main ? C’est toi qui l’as fait avec des cigarettes ?] Oui, c’est moi-même. Ça fait un an. Une brûlure chaque mois, ça fait douze (ZH_NEM05).

75L’agressivité développée par certaines personnes est parfois dirigée contre elles-mêmes, mais peut aussi être dirigée contre des tiers, comme l’ont souligné plusieurs des spécialistes rencontré-e-s, et notamment cette personne travaillant dans un centre d’aide d’urgence :

C’est de plus en plus fréquent qu’on nous traite mal. C’est tout à fait compréhensible car les personnes sont tellement frustrées. Mais il n’y a que les nouveaux qui nous font des problèmes. Avec ceux qui sont ici pour la deuxième fois, c’est O. K. Avec ceux qui vivent ici de manière fixe ou qui sont déjà venus plusieurs fois, ça va bien. Mais il y a de plus en plus de personnes frustrées, qui arrivent à la frontière et n’obtiennent pas de procédure d’asile (ZH_SPEC05).

76Les migrant-e-s mentionnent ainsi parfois des problèmes physiques et des maladies telles que pneumonie, grippe, hernie, problèmes dentaires ou d’articulations, mais les problèmes de santé qui reviennent le plus fréquemment dans leurs propos semblent souvent découler des difficultés liées à leur vécu de personnes frappées de NEM. A leur évocation, certaines personnes n’ont pu réprimer leurs larmes pendant l’entretien :

Mais même les petits problèmes me coûtent beaucoup, je veux dire mes nerfs, le stress et tout ça. C’est vraiment pas bon pour moi. Je n’ai pas parlé à l’assistant social du centre de ces problèmes. En général, je garde ces problèmes pour moi […]. Parce que je suis aussi malade dans ma tête. Souvent, je suis malade et à cause de ce stress en plus, c’est vraiment très coûteux pour moi, je ne veux pas […]. Parfois, j’ai eu des dépressions aussi. Avec ma tête, ce n’est vraiment pas O. K. La douleur dans la tête et la dépression comme ça. Ils m’ont aidé pour ça en prison (BE_NEM02_CAC).

77Enfin, notons que le manque de stabilité est source d’un important mal-être, comme en témoignent les propos de ce migrant sur la nécessité de disposer d’un minimum de repères pour s’en sortir :

Oh, vous savez, je ne peux pas vous dire. Je ne sais pas comment expliquer, mais je vais tellement mal. Cette situation n’est pas bonne pour moi. Je commence à devenir fou. Je ne sais pas quoi faire. J’ai des pensées. Je pense tout le temps. Je ne peux plus dormir parce que je suis tout le temps en train de penser à ma situation. Comment est-ce que je peux vivre comme ça ? Je n’ai pas de liberté, rien. Comment est-ce qu’un homme comme moi peut vivre sans travailler ? Je suis bon à rien. Cette situation est en train de me faire devenir fou. Je ne sais pas quoi faire […]. J’ai besoin de connaître les règles de ce pays. C’est très important pour ma santé. Si je connais le système, je peux vivre avec et ne pas avoir d’ennuis. Peut-être, après, ils me laisseront rester […]. Si la santé est bonne, c’est O. K., c’est la chose la plus importante (ZH_NEM01b).

78L’absence de stabilité est ainsi un des aspects qui caractérise fortement le vécu des personnes frappées de NEM, un manque que la plupart d’entre elles ne peuvent que difficilement combler. Nombre d’entre elles disent ressentir une fatigue psychologique et un découragement s’accroissant sensiblement avec le temps, comme en témoignent les personnes avec lesquelles nous avons pu réaliser des entretiens de suivi :

Je dois faire quelque chose de moi-même. Mais un travail n’est pas possible pour moi, un appartement n’est pas possible pour moi. D’autres se plaignent qu’il n’est pas possible de trouver un travail en Suisse. Mais il faut juste vouloir vraiment trouver quelque chose, chercher à fond. Il y a toujours quelque chose (BE_NEM02b_FST).

Je vais très mal, maintenant. Je deviens fou dans ce système. Quand nous nous sommes rencontrés au début, je venais d’arriver et j’étais à peine sorti de prison, je n’avais pas encore vécu dans le système. Maintenant, je sais. Je me sens plus mal, maintenant (ZH_NEM01b).

79Certains d’entre eux expriment très clairement le désarroi, voire le sentiment d’être « détruits », dans lequel les plonge une existence dans l’inactivité et l’absence de perspectives :

Et la politique, la manière qu’ils ont d’amener les gens à se détruire, ça m’a marqué. On les traite de revendeurs de drogue, et pourtant vous les obligez à se renfermer. Vous les obligez, comment voulez-vous que quelqu’un dorme du matin au soir ? (GE_NEM02).

80Certains spécialistes soulignent cette usure au fil du temps et font remarquer que les gens ont d’abord relativement « bonne mine », mais qu’avec le temps, ils/elles perdent du poids et sont démoli-e-s psychiquement.

Difficultés à se soigner

81Par ailleurs, l’accès aux soins de santé pour les personnes NEM à l’aide d’urgence (voir chapitre 2) peut être parfois difficile, y compris pour des soins infirmiers et des médicaments en cas de problèmes de santé bénins comme un mal de tête et, dans la pratique, ce seraient surtout les cas de santé graves qui seraient soignés sans observation préalable. C’est ce qui se dégage de ce témoignage :

J’ai des maux de tête. Je suis allé deux fois au CSM : la première fois que j’y suis allé, la dame m’a donné des médicaments, des Dafalgan, elle m’en a donné beaucoup en me disant que si je les prenais le matin ou avant de me coucher, cela pouvait m’aider. Elle m’a aussi proposé de faire le test du sida, j’ai dit O. K., pas de problème. La deuxième fois, j’y suis retourné un mois plus tard parce que je n’avais plus de médicaments, et la nuit d’avant je n’avais pas réussi à dormir, tellement j’avais eu mal à la tête. Mais cette fois, la dame me regarde et me demande si c’est vrai que j’ai mal… Je lui ai dit : « Mais comment ça ! Si je n’étais pas malade pourquoi est-ce que je viendrais ici ? » […] Bon, pour finir, elle m’a donné les médicaments, mais elle m’a dit que la prochaine fois, il faudrait que j’aille moi-même les acheter à la pharmacie. J’ai dit : « Mais comment ça, vous savez que l’on est NEM, que l’on ne nous donne pas d’argent, comment est-ce que l’on pourrait acheter ces médicaments ? » Elle a dit qu’en tout cas, ce n’est pas tous les jours que je vais venir chercher des médicaments ici. Alors, je lui ai dit que ça ne servait à rien de me dire des choses comme ça, que si elle voulait me les donner, elle le faisait, sinon elle n’avait qu’à me dire de partir (GE_NEM04_CDS).

82En ce qui concerne les problèmes d’accès aux soins de la part des personnes NEM à Genève, la première réaction de la part des professionnels du Centre santé migrants est d’essayer de réintégrer ces personnes dans le système d’aide d’urgence. En cas de refus, les soins infirmiers sont quand même administrés et des médicaments mis à disposition, mais les personnes, après une première visite, hésiteraient ensuite à se rendre à nouveau au CSM. C’est ce qui transparaît de ce témoignage :

J’ai été au Centre santé migrants, ça c’est bien passé, c’était pour un problème physique. Parfois, il y a des petits mots qui touchent, mais ils ne se rendent pas compte. Madame X m’a demandé d’aller à l’aide d’urgence, que j’aurais dû aller à la police, autrement elle ne pouvait pas me soigner. Je lui ai dit que j’étais clandestin, mais elle m’a quand même dit qu’elle ne pouvait pas me soigner au début. […] Je me dis qu’ils ont la volonté d’aider, mais nous dire des choses comme ça, c’est difficile pour nous. Maintenant, j’ai encore besoin, je vais tenter le coup, c’est une question de santé. La dernière fois, j’ai été à la rue Hugo-De-Senger, mais ils ont partagé maintenant, ils m’ont dit d’aller au Centre santé migrants parce que c’est là-bas qu’on soigne les NEM. Je me considère comme NEM, mais je suis aussi un sans-papiers (GE_NEM02).

83Ce témoignage soulève aussi toute la question de la discrimination qui est établie à Genève entre les personnes NEM et les personnes sans papiers car, pour ces dernières, l’accès aux soins est plus direct et n’implique pas une demande de déclaration à la police, ce qui est le cas des personnes frappées de NEM. Ces aspects sont aussi soulevés par une spécialiste du domaine médical :

Ce que je trouve assez dangereux, c’est la différence faite aujourd’hui entre NEM et sans-papiers. J’ai été responsable de l’Unité mobile en 1995, à ses débuts, je me souviens qu’en 1995, c’était un peu les pestiférés, les clandestins, ces gens qui viennent en Suisse, O. K., on les emploie, mais pourquoi on leur offrirait des soins gratuits. Maintenant, j’ai l’impression que cette stigmatisation s’est déplacée vers les NEM, les clandestins, avec tout le bruit fait autour de la régularisation, le travail politique de l’UMSCO, c’est les bons, c’est vrai que c’est surtout des femmes latinos qui viennent ici pour travailler, elles ne profitent pas de l’asile, on les paye mal, mais il y a une sorte de réparation inconsciente avec ça, elles font le ménage (GE_SPEC11).

84Cette stigmatisation se retrouverait ainsi au niveau des soins administrés aux personnes NEM, même lorsqu’elles sont à l’aide d’urgence, car lorsque les problèmes de santé ne sont pas graves, les observations peuvent aussi être désagréables selon la personne à l’accueil, et conduire à un refus de donner des médicaments.

Conclusion

  • 6 Rappelons que seul le canton de Genève met à disposition un titre de transport urbain pour les per (...)

L’usage prolongé d’un dispositif conçu comme transitoire est à l’origine de nombre de problèmes vécus par les personnes comme une privation de leur autonomie fondamentale. L’un des problèmes concerne la polarité autonomie-dépendance par rapport à laquelle les individus rapportent notamment la difficulté qu’ils/elles rencontrent lorsqu’ils/elles ne peuvent se déplacer librement6. L’absence de mobilité est parfois perçue comme

85un problème majeur, pouvant même primer sur l’alimentation, comme le rapporte un des répondants qui économise sur la nourriture pour l’achat d’une carte de transport. De manière générale, la liberté de déplacement apparaît comme fondamentale, amenant les personnes à se sentir emprisonnées lorsqu’elle fait défaut. Ce constat questionne l’idée que l’on se fait habituellement de la hiérarchie des besoins humains, suivant laquelle les besoins en nourriture et protection sont primordiaux et doivent être satisfaits avant d’autres besoins plus sociaux, conformément à la pyramide des besoins de Maslow ([1954], 2010). Le concept d’aide d’urgence, fondé sur l’exigence de ne pas laisser mourir une personne de faim ou de froid, ne rend pas compte des besoins qui sont indispensables, dans notre environnement contemporain, à une existence dans la dignité ou socialement et individuellement viable sur une période excédant quelques semaines.

86Ainsi, outre la question de la liberté de déplacement, le problème de la perte d’autonomie englobe la non-possession d’argent, qui empêche de satisfaire y compris les besoins dits primaires de manière quelque peu individualisée, l’obligation de l’hébergement en commun, avec les risques ou les cas avérés de tensions ou conflits, la logique de surveillance et de contrôle à l’œuvre dans la plupart des contextes d’aide d’urgence examinés et la dépendance vis-à-vis de l’autorité qui délivre l’aide d’urgence. Ces contraintes concernent aussi la « mise en disponibilité » des personnes envers l’autorité de contrôle, dans la mesure où elles sont tenues de se présenter à intervalles plus ou moins rapprochés. Le dispositif prévoit en général une allocation sur une courte durée, renouvelable sur demande dans des délais variables, mais pouvant être très brefs. Comme l’analyse Povlakic,

l’allocation de biens en nature ou d’un maigre argent pour une courte durée crée une situation de forte dépendance à l’autorité. La survie du bénéficiaire dépend directement de ces prestations et donc, la personne va se présenter à tous les moments de délivrance fixés par l’autorité. A telle heure pour le bon pour le repas, à telle heure pour le repas lui-même en échange du bon, à telle heure pour les sachets de lessive ou les produits d’hygiène dans le centre d’hébergement. Tel jour auprès de l’autorité compétente pour le renouvellement de la décision d’octroi de l’aide d’urgence (Povlakic, 2008a : 14).

  • 7 Voir note 38, chapitre premier
  • 8 Rapport de monitoring sur les décisions de non-entrée en matière durant le 3e trimestre 2005, comm (...)

87Le problème lié à la durée de l’aide d’urgence se pose du fait que plusieurs personnes NEM sont dans le système depuis des années, alors que les prestations sont prévues (et acceptables du point de vue de la dignité humaine) pour une période maximale d’un mois. Le Rapport de monitoring du 3e trimestre 2005 indique, par exemple, que sur les 4990 personnes dont la NEM est entrée en force avant le 1er avril 2004 (effectifs soumis au régime transitoire)7, 1067 étaient encore enregistrées en tant que bénéficiaires d’une aide d’urgence au 3e trimestre 20058 (cf. chapitre premier). Autrement dit, environ 20 % des migrant-e-s qui étaient des « personnes NEM » avant 2004 ont vécu de l’aide d’urgence pendant 18 mois ou plus. Ce paradoxe est donc caractérisé par la mise en place d’un dispositif d’aide qui se veut ponctuelle mais qui peut durer des années, et par le rappel constant aux personnes qui en bénéficient qu’on attend d’elles qu’elles quittent le pays. Dans ces conditions, nombre de personnes préfèrent sortir du système. Mais renoncer à l’aide d’urgence tout en restant sur le territoire implique de parvenir à trouver des ressources et à mettre en place des stratégies de survie. Dans le chapitre suivant, nous nous pencherons sur les moyens dont usent les personnes frappées de NEM pour composer avec leur situation, et des nouveaux problèmes que pose le fait d’être clandestines et de vivre d’expédients.

Notes

1 Le codage des entretiens comporte les initiales de la ville (GE, LA, BE, ZH), de l’identité de la personne interviewée, spécialiste (SPEC) ou personne frappée de NEM (NEM), le numéro de l’entretien réalisé par le/la chercheur-euse ; les initiales de celui ou celle-ci (p. ex. JMA, CAC) ont été conservées lorsque ville, identité et numéro coïncidaient.

2 Les noms et prénoms mentionnés dans les citations sont fictifs.

3 Un des quatre centres d’enregistrement pour requérants d’asile (CERA), cf. chapitre premier.

4 Respectivement de séjour annuel et d’admission provisoire.

5 En sont bénéficiaires les requérant-e-s d’asile qui sont soumis à une procédure de demande d’asile pendant laquelle ils disposent en principe d’un droit de résidence en Suisse (art. 42 LAsi).

6 Rappelons que seul le canton de Genève met à disposition un titre de transport urbain pour les personnes frappées de NEM.

7 Voir note 38, chapitre premier

8 Rapport de monitoring sur les décisions de non-entrée en matière durant le 3e trimestre 2005, communiqué de l’ODM du 09.03.2006.

© Éditions ies, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search