Version classiqueVersion mobile

La protection de l’enfance : gestion de l’incertitude et du risque

 | 
Peter Voll
, 
Andreas Jud
, 
Eva Mey
, 
et al.

Annexes : Données et méthodes

Andreas Jud, Eva Mey et Peter Voll

Texte intégral

  • 1 Flick 2004.

1Pour éclairer le champ de l’étude sous différentes perspectives, nous avons collecté des données de nature diverse concernant différents aspects de la protection des mineurs en droit civil. Pour ce faire, trois méthodes distinctes (triangulation des méthodes1) ont été utilisées :

  1. Analyse des dossiers : nous avons saisi, document par document, les dossiers de 164 cas de mesures protectrices de l’enfant dans quatre cantons ou parties de cantons, afin de collecter des indications sur les problèmes, les acteurs et l’évolution de la situation.
  2. Enquête auprès des organisations : nous avons adressé un questionnaire écrit à un échantillon représentatif de directeurs des autorités tutélaires (N = 242) et de responsables de services sociaux collaborant avec ces autorités (N = 157). L’enquête portait sur la structure et les ressources de l’organisation de la protection des mineurs, sur l’activité de ces organisations et sur les conceptions qui inspirent leur travail.
  3. Etudes de cas qualitatives : pour huit cas, nous avons mené deux entretiens narratifs avec les parents, avec les représentants des autorités et les mandataires, une première fois peu après le début de la mesure, une seconde fois au bout d’un à trois ans. Le but de la démarche consistait à saisir le point de vue de chacun des acteurs et à en reconstruire l’évolution.

2Nous reproduisons ci-dessous une brève description de la méthode adoptée pour chaque partie du projet. En outre, le lecteur pourra trouver des aides de lecture pour les principales évaluations graphiques et statistiques.

1. Données

1.1. Analyse des dossiers

  • 2 Kaufmann et Leimgruber 2008.
  • 3 Par exemple Cicourel 1967 ; Simitis 1979 ; pour des exemples plus récents, voir DePanfilis et Zura (...)

3Les organisations de type bureaucratique s’emploient à condenser les rapports qu’elles entretiennent avec les individus (clients des services sociaux, patients des hôpitaux, prévenus, contribuables, etc.) dans des dossiers. Ces derniers fournissent beaucoup plus qu’un simple reflet de l’interaction entre les représentants de l’organisation et ses destinataires ou clients. En fixant et objectivant la suite des événements, ils établissent en quelque sorte « le cas » au sens de l’organisation. Dans la mesure où leur forme supprime le flou et les ambiguïtés inhérents à toute interaction, les dossiers sont déjà une interprétation du cas, généralement issue de la seule perspective des professionnels2. En même temps, ils consacrent légalement la procédure, dont ils rassemblent les principaux éléments, notamment sous forme de procès-verbaux, de décisions, de plaintes ou de recours. C’est dans cette double perspective que l’analyse des dossiers constitue une démarche classique dans la recherche sur la protection de la jeunesse3.

4Les dossiers contiennent des données à différents niveaux qui peuvent être reliées de multiples manières : renseignements sur l’enfant et ses parents et éventuellement sur des personnes de son environnement familier ou informel, indications sur des professionnels et leurs perceptions, sur des décisions et des activités menées dans le cadre de la mesure, etc. Ces données ont été recensées à partir des différents documents. Dans la perspective procédurale, qui répond au concept de risque, il s’agit en priorité de reconstruire la chronologie des événements sur la base des documents, c’est-à-dire de restituer l’enchaînement des décisions et des actions qui configurent le processus de la protection de l’enfant. A notre connaissance, la reconstruction chronologique fondée sur des documents (tirés de dossiers constitués par les différents organes impliqués) ouvre un accès inédit et innovant au champ d’étude.

5Le recensement des dossiers a été opéré dans deux régions rurales et dans deux villes, chaque constellation se distinguant des trois autres par des institutions de tutelle propres, constituant ainsi un « setting ». Dans les deux villes, les membres de l’autorité tutélaire de première instance exercent leur activité à titre principal ; les critères professionnels ou politiques qui président à leur nomination ne sont cependant pas identiques d’une ville à l’autre. Dans les régions rurales, il s’agit d’autorités de milice spécialisées ou d’autorités politiques généralistes (conseils communaux), qui à côté des membres de milice comptent aussi des membres à titre principal. Ces autorités de milice ou généralistes peuvent toutefois être appuyées par des professionnels rattachés à l’administration. Pour tenir compte de la diversité des traditions culturelles, nous avons retenu une zone rurale et une ville en Suisse romande et procédé à l’identique pour la Suisse alémanique. Le « design » en tant que construction de l’échantillon peut être représenté dans un schéma à quatre champs (tableau 9) reflétant les quatre « settings ». Dans ce schéma, les villes (« Ville » et « Stadt ») correspondent aux autorités tutélaires de type professionnel, les communes rurales (« Campagne » et « Land ») aux autorités de milice. Dans les zones rurales, l’échantillon était réparti entre plusieurs communes.

Tableau 9 : schéma à quatre champs illustrant l’échantillon utilisé pour l’analyse du dossier

6La « population », c’est-à-dire l’ensemble des cas qui sont à la base de l’échantillonnage, a été constituée des dossiers ouverts auprès des autorités tutélaires entre 1993 et 2002. Sur tous les cas qui ont fait l’objet d’une mesure fondée sur les art. 309 et 310 CC, il en a été sélectionné huit par région sur un mode aléatoire. Pour les cas qui ont fait l’objet d’une mesure selon l’art. 308 CC (seul, c’est-à-dire sans être assorti des art. 309 ou 310 CC), 24 cas ont été tirés au hasard pour chaque région. L’échantillon ainsi composé est rapporté à l’ensemble des cas à l’aide des « poids », les résultats « pondérés » des analyses représentant la situation sur ce niveau de la « population » des quatre settings.

7En plus du dossier de l’autorité, l’étude a saisi le dossier des mandataires et des services chargés de l’évaluation, dans la mesure où il s’agissait d’institutions séparées. Dans le champ « Campagne », seuls ont été retenus les dossiers des services sociaux cantonaux, puisque ceux-ci renfermaient aussi les documents des autorités tutélaires communales.

8Outre les cas comportant des mesures de droit civil, neuf cas supplémentaires en Suisse romande et dix en Suisse alémanique ont été recensés dans les deux villes ; il s’agit soit de cas dans lesquels une mesure de droit civil a été évoquée mais pas demandée, soit de cas dans lesquels la mesure a été demandée mais pas prononcée. Pour les régions rurales, il s’est avéré qu’il n’y avait pratiquement aucun dossier pour ces cas de figure. D’une part, les mesures facultatives de protection de l’enfant y étaient rarement documentées, de sorte que l’on ne savait pas si la demande d’une mesure avait été envisagée ou non et, d’autre part, les mesures sollicitées n’étaient généralement pas refusées par les autorités tutélaires de ces régions. Cela signifie concrètement que la démarche avait préalablement été concertée avec l’autorité tutélaire concernée, si bien que le dossier contenant la demande et la décision constitue pour ainsi dire, le compte rendu formalisé de l’accord préalablement conclu. Par conséquent, il a fallu renoncer à prendre en compte cette catégorie de cas dans les zones rurales. Comme le nombre total des cas non assortis de mesures de droit civil n’est pas connu, il est impossible de calculer des « poids » pour les 2 x10 cas recensés. Par conséquent, ces cas ne peuvent pas être pris en considération dans les analyses statistiques pondérées.

9En raison de différentes erreurs survenues (des cas faussement attribués à la « population » éligible lors de la construction de l’échantillon, de graves lacunes dans le dossier ou d’erreurs dans sa saisie), 20 cas ont été exclus a posteriori. Il est donc resté un total de 164 cas de protection de l’enfance qui ont servi de base aux analyses, pour lesquels 309 dossiers (totalisant 41’395 pages) ont été saisis. Sur ce total, 148 concernent des enfants pour qui une mesure protectrice de droit civil a été instituée au moins une fois.

  • 4 L’âge de la majorité n’ayant été abaissé de 20 à 18 ans qu’en 1996, des mesures ont aussi pu être (...)
  • 5 Ces chiffres ne permettent aucune inférence sur le nombre de frères et sœurs à propos desquels une (...)

10Sur les 164 enfants recensés, 89 étaient des garçons et 75 des filles. Si l’on prend les données pondérées et que l’on considère uniquement les cas qui ont donné lieu à des mesures, le rapport entre les sexes est très exactement équilibré. La période étudiée concerne toute l’enfance et l’adolescence, ce qui signifie que les enfants avaient entre 0 et 18 ans au moment de la mise en place de la mesure4. La moyenne pondérée de toutes les mesures est de l’ordre de 5,7 ans, la médiane étant un peu inférieure : 4,2 ans. Sur le total des enfants pris en compte, 45 sont issus d’un couple suisse (part pondérée : 25%), 38 sont nés d’une union binationale dans laquelle un des parents est suisse (part pondérée : 29%). Les parents de 37 enfants (29%) sont tous deux d’origine étrangère. En raison d’indications lacunaires, 44 enfants (part pondérée : 17%) ne peuvent être rangés dans aucun de ces trois groupes. L’analyse par pays d’origine des pères et mères étrangers ne fait pas apparaître de concentration particulière des cas sur un pays ou un autre. Au moment de l’ouverture du dossier, 26% des enfants vivaient chez leurs deux parents, 57% chez leur mère et 5% chez leur père. Les autres enfants ne vivaient déjà plus chez leurs parents à l’ouverture du dossier. Les écarts constatés dans les parts pondérées sont minimes. Dans 89 cas (54%), il est fait mention de 161 frères et sœurs au total et/ou de demifrères et sœurs. Dans 60 des 89 cas, un ou plusieurs frères et sœurs ont été englobés dans l’un des dossiers recensés5. Les différents problèmes et situations de mise en danger vécues par les enfants sont décrits de manière détaillée dans le chapitre premier.

1.2. Enquête auprès des organisations

11L’évolution d’un cas et sa construction par les professionnels, tels qu’ils apparaissent dans les dossiers, interviennent dans un environnement défini dans une large mesure par les organisations impliquées, autorités et services sociaux. Afin de saisir cette dimension, une enquête a été effectuée par écrit à l’échelle suisse pour interroger un échantillon représentatif de directeurs, responsables ou présidents des autorités et des services sociaux.

12Le questionnaire élaboré dans deux versions, l’une pour les autorités tutélaires, l’autre pour les services sociaux, comprend divers groupes de questions. Il s’est attaché à recueillir d’une part des indications sur l’organisation interrogée, sur son bassin de population, l’effectif de ses collaborateurs ou le nombre de mesures protectrices en cours. Il contient d’autre part des questions relatives à des perceptions ou des appréciations, se rapportant par exemple à la collaboration avec d’autres institutions, aux facteurs de risques et aux difficultés particulières de la protection de l’enfance.

13Dans les cantons où les autorités tutélaires sont régionalisées, nous avons réalisé une enquête exhaustive. Nous nous sommes aussi adressés à toutes les autorités tutélaires des communes de plus de 8’000 habitants en Suisse alémanique et de plus de 4’000 habitants en Suisse romande. Pour les autres communes, nous avons tiré un échantillon aléatoire, stratifié selon le nombre d’habitants, la probabilité d’être sélectionné étant plus grande pour les plus grandes communes. Chaque fois que nous nous sommes adressés à une autorité tutélaire, nous avons identifié les services sociaux chargés de préparer ou d’exécuter les mesures de droit civil et leur avons également adressé un questionnaire. L’échantillon de départ englobait 629 institutions. Avec 399 questionnaires utilisables retournés, nous avons obtenu un retour de 63% (autorités : 58%, services sociaux : 75%), ce qui constitue un résultat honorable pour une enquête écrite.

1.3. Etudes de cas qualitatives

  • 6 A propos des interviews narratives, voir principalement Schütze 1976, sur la conduite d’entretiens (...)

14Une troisième approche méthodique ouvre encore une tout autre perspective sur la protection des mineurs en droit civil. Dans huit cas impliquant une mesure protectrice, nous avons conduit, à deux moments distincts, des entretiens narratifs avec le représentant de l’autorité tutélaire, avec le mandataire ainsi qu’avec les parents des enfants concernés6. L’entretien narratif se caractérise par l’absence de fil conducteur rigoureusement structuré dans le questionnaire ; il découle d’une invitation à raconter son histoire, qui incite les intéressés à s’exprimer spontanément selon ce qu’ils jugent important. Si les interviews conduites avec les parents s’inscrivaient dans une optique biographique, – ils étaient invités à faire le récit de leur vie depuis la naissance de l’enfant concerné –, les professionnels étaient eux priés de raconter tout ce qui leur paraissait important à propos du « cas ». Cette méthode permet de dégager différentes perspectives sur un même cas et de les mettre en relation les unes avec les autres. Les analyses de cas permettent ainsi une triangulation des méthodes à deux niveaux : au niveau des acteurs où les descriptions des cas se complètent, tout en se relativisant mutuellement, et au niveau de l’observation où les résultats dégagés peuvent être utilisés pour compléter et contrôler les descriptions obtenues par les autres méthodes.

  • 7 La sélection n’a englobé aucun cas pour lequel une curatelle liée exclusivement au droit de visite (...)
  • 8 Dans certains cas, on a renoncé à une deuxième interview complète pour différentes raisons (concer (...)
  • 9 Glaser et Strauss 2005.
  • 10 Schütze 1981 et Rosenthal 1995.

15Les cas retenus pour les entretiens narratifs ont été sélectionnés entre juin 2004 et juin 2006 à partir des nouveaux cas traités pour une ville et une zone rurale de Suisse alémanique. Le nombre de cas étant limité, nous avons renoncé à les étendre à la Suisse romande pour ne pas introduire une variante supplémentaire liée à la région linguistique. Le critère de sélection était la mise en place d’une curatelle d’assistance éducative selon l’art. 308 CC7 au plus six mois avant le moment du tirage de l’échantillon. Nous avons veillé dans le choix des cas à ce que des adolescents, filles et garçons, et des enfants d’âges différents (entre 3 et 17 ans) soient représentés dans l’échantillon. Les critères d’exclusion étaient les suivants : connaissance insuffisante de la langue allemande et mauvaise condition psychique et/ou physique du parent à interviewer. Etant donné qu’au moment de l’établissement du cas aucun des enfants n’habitait chez ses deux parents, le parent interviewé a été celui auquel la garde de l’enfant avait été confiée. Dans sept cas, il s’agissait de la mère, dans un cas du père. Dans la mesure du possible, nous avons mené une première interview peu de temps après l’instauration de la mesure, puis une seconde un à trois ans plus tard.8 Les discussions ont été enregistrées, puis transcrites avec précision. Les analyses présentées ici se fondent sur le matériel d’interview retranscrit qui totalise quelque 1’200 pages. Le dépouillement des interviews s’est inspiré de la Grounded Theory9, alors que l’analyse des interviews de parents a suivi la procédure de reconstruction des cas10.

2. Méthodes

2.1. Notions fondamentales de l’analyse statistique

16Les données tirées de l’enquête auprès des professionnels et de l’analyse des dossiers ont été soumises à différentes analyses statistiques. En règle générale, celles-ci font appel aux paramètres et concepts suivants :

17 Moyenne (moyenne arithmétique) : la somme de toutes les valeurs divisée par le nombre d’observations. Cette notion est la plus couramment utilisée en statistique pour décrire une tendance centrale.

18 Ecart-type ou déviation standard : écart « moyen » des valeurs obtenues de la moyenne. Une grande déviation standard signifie une grande dispersion des valeurs dans l’échantillon. Plus la dispersion est forte, plus la valeur informative de la moyenne est faible.

19 Médiane : paramètre de position permettant de couper le groupe étudié en deux : 50% des valeurs étudiées se situant en dessous, 50% en dessus de cette valeur. Tout comme la moyenne, la médiane est un paramètre qui sert à décrire la tendance centrale. Contrairement à la moyenne, la médiane n’est pas sensible aux valeurs extrêmes supérieures ou inférieures, c’est-àdire qu’elle n’est pas biaisée par la présence de telles valeurs.

20 Quartile : paramètre de position permettant de couper le groupe étudié en quatre de telle manière qu’un quart des valeurs observées se situent en dessous du premier quartile, et trois quarts des valeurs au-dessus. La situation est exactement inverse pour le 3e quartile. Le 2e quartile correspond à la médiane. Les quartiles mettent en évidence la dispersion des valeurs.

21 Corrélation : rapport entre deux variables. Si à une valeur élevée d’une variable correspond une valeur élevée de l’autre, on parle de corrélation positive. Si, au contraire, à une valeur élevée d’une variable correspond une valeur faible d’une deuxième variable, on qualifie la corrélation de négative. Il existe par exemple une corrélation positive entre l’âge et la fortune : les personnes plus âgées disposent, en moyenne, d’une fortune plus importante que les plus jeunes ; on constate une corrélation négative entre l’âge et, chez les hommes surtout, le nombre de cheveux qu’ils ont sur la tête. Toutefois, la corrélation entre deux caractéristiques ne dit encore rien sur la causalité. La corrélation négative entre fortune et pousse des cheveux ne signifie pas que l’une influence l’autre, mais qu’elle est établie par une troisième variable (au moins), à savoir l’âge.

22 Représentativité : on parle de représentativité lorsque la distribution d’une variable dans l’échantillon correspond à la distribution dans la population. La représentativité est assurée par la constitution d’un échantillon aléatoire. Pour l’analyse du dossier, il a été constitué un échantillon aléatoire stratifié (cf. supra) : la population, définie par l’ensemble des cas de protection des mineurs selon les articles 308 à 310 CC dans les quatre settings, a été groupée selon la base légale (article CC). Au sein de chacun de ces groupes (strates), 8 ou 24 cas ont été tirés au hasard pour constituer l’échantillon.

23 Significativité statistique : lorsque, dans un échantillon aléatoire, il n’est plus possible d’expliquer une différence (par exemple entre les valeurs moyennes de deux groupes) ou une corrélation par la sélection au hasard des cas de l’échantillon, la différence ou la corrélation sont appelées « significatives » et on parle de « significativité statistique ». Ces termes sont généralement utilisés lorsque la probabilité que le résultat ait été produit par le hasard est inférieure à 5%. La significativité statistique n’étant pas identique à la signification matérielle, un résultat significatif ne porte pas automatiquement sur des relations ou des points matériellement importants.

24 Pondération : les cas formant un échantillon peuvent se voir attribuer un certain poids, selon la dimension du groupe qu’ils représentent dans la population. Ainsi, les relations (par exemple, pourcentages ou moyennes) dans la population peuvent être calculées, même si l’échantillon est stratifié.

2.2. Graphiques

25Voici des exemples concrets montrant les principaux graphiques ou diagrammes utilisés dans cet ouvrage. Les autres graphiques utilisés sont brièvement commentés là où ils apparaissent dans le texte.

26Les graphiques en secteurs ou diagrammes en camembert constituent une méthode largement répandue pour représenter les parts des catégories ou modalités d’une variable. Chaque tranche de camembert représente la part ou le pourcentage d’une modalité. Il ressort du graphique 37 que les conflits entre adultes représentent de loin la principale catégorie (71%) des situations de mise en danger pour lesquelles des mesures protectrices sont engagées en droit civil.

Graphique 37 : le graphique en camembert met en évidence la part des diverses situations de mise en danger

27L’étude présente nombre de ses résultats sous forme d’histogrammes ou diagrammes en bâtons verticaux ou horizontaux. La longueur du bâton représente la part de la catégorie en pour cents ou en chiffres absolus. La superposition de plusieurs bâtons permet de comparer la répartition des modalités d’une variable à travers les modalités d’une autre variable. Le graphique 38 en est un exemple et visualise la fréquence relative (en pour cents) des différentes situations de mise en danger par type de mesure et met en évidence les faits suivants : en ce qui concerne les curatelles, ce sont les conflits d’adultes autour de l’enfant qui dominent, avec 71%, alors que dans les cas de retraits des droits de garde, c’est la négligence qui constitue la catégorie principale avec 54%. Les bâtons peuvent également être utilisés pour représenter des paramètres statistiques tels que la moyenne ou la médiane. Le graphique 15 de la page 95 en est un exemple.

Graphique 38 : le graphique en bâtons montre la part des différentes situations de mise en danger, regroupées selon les mesures étudiées

28Les boxplots ou diagrammes en boîte à moustaches constituent un troisième type de graphiques pour représenter la distribution des données. La ligne située à l’intérieur de la boîte représente la médiane. Le graphique 39 montre par conséquent que 50% des curatelles selon art. 308 CC impliquent 21 intervenants professionnels ou plus, alors que le chiffre correspondant est de 5 dans les cas de constatation de la paternité, et qu’il est le plus élevé, avec 33, dans les cas de retrait du droit de garde. La marge inférieure de la boîte marque la valeur au-dessous de laquelle se situent 25% des cas (1er quartile), tandis que 75% figurent en dessous de la marge supérieure (3e quartile). Les 25% les plus élevés des cas apparaissent au-dessus de la marge supérieure de la boîte ; pour ce qui est du retrait du droit de garde, l’on descend au dessous de 25 professionnels dans un quart des cas seulement (1er quartile), ils sont même plus de 43 dans un autre quart des cas (3e quartile). Les lignes en forme de T en dehors de la boîte marquent le domaine « usuel » de dispersion (défini par la distance entre le 1er et le 3e quartile), la barre horizontale du T indiquant les « valeurs adjacentes » inférieure et supérieure. Les points marquent des valeurs extrêmes ou « aberrantes ». Les graphiques en boîtes à moustaches sont surtout utilisés pour visualiser des distributions asymétriques où la valeur moyenne et la médiane s’écartent fortement l’une de l’autre et les valeurs extrêmes biaisent fortement la valeur moyenne.

Graphique 39 : le diagramme en boîte à moustaches illustre la tendance centrale (médiane) et la dispersion (quartiles, valeurs extrêmes) pour les différentes mesures

29Pour prendre en compte la variable temps, il faut pouvoir disposer non seulement d’autres méthodes statistiques d’analyse, mais aussi d’autres représentations graphiques. Cette exigence s’impose surtout lorsqu’il n’est pas possible d’observer tous les cas jusqu’au bout de leur trajectoire, comme c’est le cas dans l’analyse des dossiers. Le graphique 40 en offre un exemple. Elle montre sous forme de survival plot la part des mesures terminées à l’intérieur d’un certain laps de temps. L’abscisse est l’axe temporel. Les lignes représentent différentes catégories, la hauteur de la ligne (ordonnée) marquant la part des cas restants, au moment donné, dans l’état de départ (ici : être sous mesure). Par conséquent, au bout de 720 jours, sur la totalité des cas observés jusque-là, 95% des curatelles selon l’art. 308 CC sont toujours en cours, mais 41% seulement des constatations de la paternité selon l’art. 309 CC. Il est aussi possible de renverser la représentation : la courbe indique alors combien de cas parmi ceux qu’on a pu observer jusqu’à un certain moment ont déjà passé à l’état suivant : « mesure terminée ».

Graphique 40 : le survival plot illustre la part des cas pour lesquels la mesure est toujours en cours à un certain moment

Notes

1 Flick 2004.

2 Kaufmann et Leimgruber 2008.

3 Par exemple Cicourel 1967 ; Simitis 1979 ; pour des exemples plus récents, voir DePanfilis et Zuravin 2002 et Cottier 2006.

4 L’âge de la majorité n’ayant été abaissé de 20 à 18 ans qu’en 1996, des mesures ont aussi pu être prises pour les plus de 18 ans pendant les premières années de la période d’observation. C’est ainsi que l’on trouve dans l’échantillon une jeune femme qui avait près de 20 ans à l’instauration de la mesure.

5 Ces chiffres ne permettent aucune inférence sur le nombre de frères et sœurs à propos desquels une mesure protectrice de droit civil a également été décidée.

6 A propos des interviews narratives, voir principalement Schütze 1976, sur la conduite d’entretiens narratifs, Rosenthal 1995. La présente étude a renoncé à des interviews avec des enfants, essentiellement pour des raisons méthodologiques. En effet, les conditions d’un récit personnel, essentielles dans l’approche de la méthode choisie, ne sont pas réunies dans un jeune âge.

7 La sélection n’a englobé aucun cas pour lequel une curatelle liée exclusivement au droit de visite selon l’art. 308, al. 2 CC avait été instituée.

8 Dans certains cas, on a renoncé à une deuxième interview complète pour différentes raisons (concernant notamment la fin de la mesure ou la disponibilité de la personne interrogée) ; elle a parfois été remplacée en partie par une interview téléphonique.

9 Glaser et Strauss 2005.

10 Schütze 1981 et Rosenthal 1995.

Table des illustrations

Légende Tableau 9 : schéma à quatre champs illustrant l’échantillon utilisé pour l’analyse du dossier
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/939/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Graphique 37 : le graphique en camembert met en évidence la part des diverses situations de mise en danger
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/939/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Graphique 38 : le graphique en bâtons montre la part des différentes situations de mise en danger, regroupées selon les mesures étudiées
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/939/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Graphique 39 : le diagramme en boîte à moustaches illustre la tendance centrale (médiane) et la dispersion (quartiles, valeurs extrêmes) pour les différentes mesures
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/939/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Graphique 40 : le survival plot illustre la part des cas pour lesquels la mesure est toujours en cours à un certain moment
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/939/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search