Desktop versionMobile version

La protection de l’enfance : gestion de l’incertitude et du risque

 | 
Peter Voll
, 
Andreas Jud
, 
Eva Mey
, 
et al.

Chapitre 5. Processus : la collaboration entre parents, autorités et mandataires

1. Les interactions sous la loupe

Eva Mey

Full text

1La protection des mineurs est le résultat d’un jeu complexe d’interactions entre de multiples acteurs aux intérêts et points de vue distincts, voire divergents. Pour bien saisir les dynamiques à l’œuvre dans le déroulement des cas, il faut reconstruire les perspectives de chacun des acteurs pour les relier ensuite entre elles. Tel était précisément le but des analyses de cas qualitatives dont le présent chapitre s’attache à présenter les résultats. Il met au jour plusieurs mécanismes qui sont propres aux interactions entre autorité, travailleurs sociaux et parents et influent sur le déroulement d’une mesure. On retiendra ici principalement que les attentes déçues des parents et des mandataires, mais aussi le flou des responsabilités et le manque de temps ou de ressources entraînent une attitude de repli de part et d’autre, avec un effet d’amplification réciproque. L’épuisement progressif de la communication entre les acteurs rétrécit visiblement la marge d’action dans l’exercice du mandat. Plutôt que de renverser le processus de perte de contrôle des parents, la mesure la reproduit au niveau des mandataires tutélaires. Les cas analysés ne montrent guère d’indices d’un correctif du côté des autorités.

2Une foule d’acteurs concourent, directement ou non, à l’instauration et à l’exécution d’une mesure protectrice de l’enfant : les enfants et leurs parents, le cas échéant d’autres membres de la famille ou les parents nourriciers, les mandataires tutélaires et leurs supérieurs, les membres de l’autorité compétente, les professionnels de l’aide médico-psychologique. Si la mesure instituée tend toujours vers un même et unique but – la protection de l’enfant – les acteurs ont tous leur propre vision de la situation, ils sont impliqués à des degrés divers et ne partagent pas les mêmes intérêts. Les éléments relevés dans les précédents chapitres (profusion de professionnels associés, corrélations entre durée de la mesure et qualité des contacts, etc.) résultent donc aussi des nombreuses interactions et rétroactions entre les différents protagonistes.

  • 1 La prise en compte des actes et des points de vue de personnes extérieures à ce triangle, notammen (...)

3Les analyses qualitatives réalisées dans le cadre de notre étude visaient à explorer ces interactions à partir d’une série de cas sélectionnés et à mettre en lumière des schémas de fonctionnement typiques. Elles ont privilégié le triangle central formé par les parents, les mandataires et les autorités1. Comment ces trois groupes d’acteurs perçoivent-ils la mesure ? Comment se perçoivent-ils mutuellement ? Comment s’organise leur collaboration ? Dans quelle mesure leurs points de vue respectifs et les modes de collaboration qui en découlent marquent-ils l’évolution du cas ?

4Portant sur des cas individuels, les analyses qualitatives produisent un savoir d’une nature autre que les analyses de données quantitatives. Elles n’ont pas pour propos de renseigner sur des répartitions quantitatives ou sur des régularités statistiques. Par une approche méthodologique rigoureuse, par des allers-retours entre matériel disponible et connaissances établies, entre démarche déductive et inductive, elles cherchent à isoler des schémas de fonctionnement dont la portée dépasse le cas individuel.

5Une précision encore : l’étude qualitative se penche sur des situations particulières, elle décrit certains actes et rapporte les propos de certains acteurs, mais n’entend pas porter de jugement. Ces actes et ces propos ne nous intéressent pas en soi, mais en ce qu’ils sont l’expression de dynamiques et de mécanismes jugés de portée plus générale.

  • 2 Pour de plus amples informations concernant l’échantillon et la méthode voir annexe 1.3.

6Les paragraphes suivants présentent les principaux résultats des huit analyses de cas réalisées2. Nous avons reconstruit les perceptions et stratégies des parents, celles des mandataires et des autorités, et examiné leurs interactions réciproques. Quatre brèves descriptions de cas présentées en encadrés viennent compléter l’analyse. Ces cas ont été sélectionnés en vue d’illustrer, en condensé, les dynamiques exposées dans le corps du texte, lesquelles se rapportent toutefois à l’ensemble des dossiers étudiés.

7Tous les noms et désignations ont été anonymisés pour assurer la confidentialité nécessaire. Les récits et les présentations des cas des encadrés ont été fortement abrégés et modifiés de sorte à empêcher l’identification des cas réels.

1.1. La perspective des parents

8Dans les cas examinés, les parents reconnaissent généralement la nécessité d’une mesure mais en attendent aussi beaucoup, parfois même trop. Leurs espoirs restent intacts après les premiers contacts avec l’autorité mais se heurtent ensuite aux réalités de l’exercice du mandat, ce qui provoque déception et mécontentement à l’égard des mandataires et conduit au repli des parents.

  • 3 Une série de résultats intéressants proviennent de Grande-Bretagne et d’Australie, deux pays qui o (...)

9Les mesures protectrices prévues à l’art. 308 CC comprennent une panoplie différenciée d’instruments destinés à soutenir les parents dans leur mission éducative. L’art. 308 al. 1 et 2 CC qui s’applique dans les cas étudiés ne prévoit aucune restriction de l’autorité parentale et postule dès lors la collaboration des parents. La mesure protectrice de l’enfant en droit civil n’en demeure pas moins une intervention de l’Etat et, par conséquent, une immixtion dans la sphère privée. L’expérience de terrain ainsi que de nombreuses études nous montrent que les parents y réagissent de manière très sensible et mettent en place des stratégies de défense diverses et variées3.

  • 4 L’autonomie d’action se comprend comme la capacité et la possibilité de mener ses propres actions (...)

10Dans notre enquête, nous avons invité les parents à nous raconter l’histoire de leur vie afin d’identifier leurs perceptions spécifiques dans un contexte biographique. Au travers de leurs récits, on s’aperçoit que les parents comprennent parfaitement le sens et la nécessité de la mesure protectrice. Les mères et le père interrogés reconnaissent qu’ils ont besoin de soutien, principalement parce qu’ils souffrent de ne plus avoir le plein contrôle sur les événements au sens où ils sont limités dans leur autonomie d’action4. Ils constatent qu’ils n’ont plus les moyens, pour des raisons diverses, de diriger le cours de leur vie ni celle de leurs enfants.

  • 5 Par contraste, le cas de cette jeune Polonaise dont l’enfant a fait l’objet d’une mesure protectri (...)

11S’ils acceptent généralement la nécessité d’une mesure protectrice, les parents en escomptent aussi beaucoup, et en particulier les parents qui sollicitent spontanément de l’aide en signalant d’eux-mêmes une situation de mise en danger (dans les dossiers examinés, ils représentent environ 40 pour cent des cas de protection de l’enfant). Leur position de demandeurs explique sans doute l’ampleur de leurs attentes. Quiconque se place de son plein gré en situation d’aidé et accepte d’entrer dans un rapport de dépendance nourrit forcément des attentes précises et importantes. Nous reviendrons plus loin sur la frustration qui risque d’en découler, en particulier pour ces « parents signalants »5.

12Dans bien des cas, les parents espèrent avant tout que la mesure leur apportera un soulagement. C’est en tout cas un motif récurrent chez les femmes qui élèvent seules leurs enfants en situation difficile.

13« Je me suis tout simplement rendu compte que mes batteries étaient à plat, depuis un bout de temps déjà », raconte une mère qui a demandé d’elle-même l’institution d’une curatelle pour sa fille de 16 ans souffrant d’hyperactivité. Une autre mère, de santé précaire et dépendante de l’aide sociale, vit seule avec ses quatre enfants. Elle explique avoir jugé nécessaire d’engager une mesure pour son fils de 15 ans :

« J’étais seule à tout porter, tout reposait sur mes épaules. Vous comprenez, j’ai encore deux petites filles à la maison et, bien sûr, elles comptent aussi beaucoup. Enfin, cela pouvait simplement plus continuer comme ça. Je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose parce que je n’arrivais pas à en faire façon toute seule… C’était aussi un peu de ma faute, c’est sûr, ce n’est pas seulement la faute du gamin, je veux dire. Et puis il y avait le problème de l’école, parce que vous comprenez, il ne s’est pas bougé pour se trouver une place d’apprentissage. Et maintenant, il traîne toute la journée et je ne suis pas d’accord avec ça. Alors il m’a bien fallu reconnaître que la curatelle était ce qu’il y avait de mieux pour lui, vous comprenez ? La commune pensait comme moi et je ne me suis donc pas opposée. Enfin, je dois dire que j’étais, enfin, que je suis vraiment soulagée. »

14Dès lors qu’ils reconnaissent la nécessité de la mesure, les parents ont une perception tout à fait positive de leurs entretiens et des auditions avec les représentants de l’autorité. Dans leurs récits, ils disent s’être sentis écoutés et pris au sérieux. « Je l’ai trouvée très sympa, elle a tout noté », se souvient une jeune mère en parlant de la représentante de l’autorité, exprimant ainsi combien elle a apprécié qu’on l’écoute avec attention jusqu’au bout. Certes, l’autorité est l’instance qui ordonne la mesure – et elle est aussi perçue en tant que telle – mais les entretiens et l’audition officielle échappent à cette pression à agir concrètement qui caractérise l’exécution d’une mesure. A ce stade, l’autorité peut visiblement se permettre de partager, jusqu’à un certain point bien sûr, la vision des parents afin de s’accorder sur la nécessité d’une mesure. Cette relative bienveillance se reflète non seulement dans l’appréciation des parents, elle s’exprime aussi dans plusieurs interviews des représentants de l’autorité. Ceux-ci se montrent très compréhensifs à l’égard de la situation des parents et leurs appréciations concordent en de nombreux points avec les récits parentaux.

  • 6 Ce tableau ne s’écarte aucunement des observations établies dans d’autres études, voir note de bas (...)

15Les parents déclarent avoir saisi l’enjeu de la mesure et gardent presque toujours une bonne impression des auditions. Cette impression contraste cependant avec la perception plutôt défavorable qu’ils ont des mandataires ou du travail de ces derniers6. Les attentes élevées des parents sont visiblement confortées, sinon renforcées au contact de l’autorité, mais dans les rapports avec le mandataire, elles ne résistent pas à l’épreuve des exigences quotidiennes.

Cas A
Une mère de quatre enfants, de santé fragile et tributaire de l’aide sociale, consent à la mise en place d’une curatelle selon l’art. 308 al. 1 et 2 CC pour son fils adolescent qui se fait remarquer dans l’espace public et ne se préoccupe aucunement de trouver un apprentissage. La mère considère la curatelle d’un œil sceptique tout en espérant une amélioration de la situation. La curatrice désignée n’est pas sûre de pouvoir trouver une place d’apprentissage d’ici la majorité du jeune, ce qui constitue au demeurant l’objectif premier de la mesure, étant donné que toutes les autres tentatives pour l’aider avaient échoué jusque-là. Pourtant, elle s’investit énormément au début et tente de responsabiliser le jeune et de l’aider dans ses démarches. Mais, une fois de plus le garçon se dérobe et elle se retrouve « les mains liées ». Elle se rend compte par ailleurs que la mère est parvenue à la limite de ses forces et ne peut plus faire face, si bien qu’elle préfère ne pas l’associer à la mesure. Peu avant que le jeune n’atteigne sa majorité, la curatrice abandonne plus ou moins tacitement la partie. La mère pense qu’elle « a sans doute baissé les bras ». Le représentant de l’autorité accorde son plein soutien à la curatrice et se dit très déçu du tour qu’ont pris les événements. La mère se fait du souci pour son fils mais craint aussi qu’on ne la rende responsable de l’échec de la mesure et, par conséquent, d’être mal vue par les autorités.
Il s’agit ici d’une situation où la curatrice disposait de moyens d’action et d’influence limités en raison du caractère tardif de l’intervention et des très faibles ressources de la famille (pauvreté, maladie). La mesure piétine et accable encore davantage la mère qui se voit sans cesse rappeler son manque d’autorité, alors que la situation n’a fondamentalement pas changé.

16Nombre d’éléments expliquent pourquoi les parents vivent mal le mandat et critiquent la manière dont il est exercé. Ils reprochent tantôt au mandataire d’intervenir trop sévèrement et tantôt de ne « rien faire du tout ».

17Nous trouvons aussi dans le matériel recueilli l’exemple d’une situation régulièrement décrite dans la littérature spécialisée, c’est-à-dire un cas où l’intervention de l’Etat se heurte à une vive réaction des parents. Ceux-ci estiment la mesure trop radicale et se sentent diminués dans leurs droits ; ils ont aussi l’impression qu’il n’est pas vraiment fait cas de leur point de vue. Ils se défendent avec véhémence et tous azimuts contre le placement de leur enfant. La célérité avec laquelle l’Etat intervient n’offre aucun espace de décision, les parents ont le sentiment d’être devant le fait accompli et se sentent impuissants :

« Vraiment, je pensais que l’on aurait pu chercher une solution ensemble, que ce service allait nous proposer plusieurs solutions à discuter entre nous, pour que nous puissions choisir entre cette solution ou une autre. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait une seule solution et c’est tout. Une seule voie et basta ! »

18Si certains parents déplorent des interventions trop énergiques, nombreux sont aussi ceux qui se plaignent de l’inaction de l’Etat. Comment interpréter ou expliquer les reproches du style « rien ne bouge » ou « on ne fait absolument rien » ?

  • 7 Concernant cette ambivalence, voir Merton et al. 1983 qui ont montré toute l’ambiguïté du processu (...)

19Un premier élément de réponse est à rechercher selon nous dans la situation ambivalente dans laquelle se trouvent les parents qui bénéficient d’un soutien7 dans le cadre d’une mesure protectrice, spécialement les parents qui se sont manifestés spontanément auprès des services concernés. Pour parvenir à leurs fins, en règle générale pour recouvrer le contrôle sur l’enfant ou sur leur partenaire, les parents sont disposés à céder temporairement au mandataire une partie de leur autonomie décisionnelle. Ils se trouvent en situation de dépendance, d’où leur vulnérabilité. S’ils ne récupèrent pas leur liberté décisionnelle aussi vite qu’ils l’espéraient, les parents, fragilisés, tendent volontiers à projeter leur propre impuissance sur le mandataire qu’ils rendent alors responsable de l’inertie de la situation. En lui imputant l’échec de la mesure, ils se dégagent eux-mêmes de toute pression à agir.

20Plusieurs cas retenus dans l’étude permettent de retracer la dynamique de repli réciproque des parents et des mandataires (voir plus loin la partie consacrée à la perspective des mandataires) qui résulte parfois de ce type de constellation. Les parents battent en retraite, en réaction peut-être à certains propos ou à une exigence du curateur, tout en attendant de ce dernier qu’il reprenne contact avec eux. Une mère, un peu en froid avec une curatrice après un incident, exprimera ainsi ses difficultés à renouer le contact : « La situation ne s’est jamais vraiment donnée ; en fait je n’avais aucune raison évidente d’aller vers elle ». On devine ici combien il lui coûte de faire un pas pour demander encore une fois de l’aide. Si le mandataire n’est pas conscient des attentes des parents, s’il ne perçoit que leur mécontentement ou s’il juge toute nouvelle démarche trop pénible ou trop peu prometteuse, il est fort probable qu’il se place lui aussi en retrait. S’engage alors une dynamique d’amplification réciproque que nous avons maintes fois observée dans l’étude. Le retrait progressif de chaque partie aboutit au degré zéro de communication, ce qui pose de graves problèmes lorsqu’une crise se profile à l’horizon et que les parents, incapables de surmonter leurs blocages, n’en informent pas le mandataire à temps. Le reproche d’inaction à l’adresse des mandataires signifie aussi que les responsabilités et les obligations respectives n’ont pas été suffisamment précisées. Les parents semblent en effet souvent peu au clair de ce qu’ils sont tenus de faire et de ce qu’ils sont autorisés à faire. Dans des contextes de pauvreté et de maladie, ils sont particulièrement enclins à se décharger le plus possible de leurs responsabilités sur le curateur. Voici le témoignage d’une femme élevant seule ses enfants dans des conditions très difficiles :

  • 8 Dominelli et al. 2005 relèvent la vulnérabilité spécifique des personnes en situation de pauvreté, (...)

« Ces derniers temps il [le mandataire] m’a appelée presque tous les jours. Pour moi, c’est quelque chose de pénible, vous comprenez, parce que vous savez, je suis quelqu’un de très sensible. Enfin, il me tient toujours au courant, il me donne toujours un retour, bien sûr, même quand mon fils n’est pas allé au rendez-vous. Je trouve que c’est une bonne chose, simplement c’est quelque chose qui me fait mal, je veux dire que j’en ai déjà bien assez comme ça. Alors quand il y a encore ceci ou cela qui vient s’ajouter, eh bien un jour ou l’autre… »8

21Visiblement cette mère, comme d’ailleurs d’autres femmes interviewées, s’est créé de « fausses » attentes en pensant que la mesure allait d’abord alléger son fardeau, c’est-à-dire la décharger de certaines responsabilités. Lorsque le mandataire n’est pas capable ni désireux de répondre à ces attentes et qu’il cherche au contraire à en appeler à la responsabilité de la mère, celle-ci n’y voit que de l’inaction.

22La stratégie du repli n’est pas la seule qu’adoptent les parents en cas d’insatisfaction par rapport à la gestion du mandat. Citons encore, parmi d’autres, le recours à des tiers.

Cas B
Un père, divorcé d’une épouse brésilienne, éprouve quelques difficultés dans l’éducation de ses deux fils. Les deux garçons fréquentent l’école primaire et attirent l’attention par leur comportement à l’école, dans les structures d’accueil parascolaire et dans le voisinage. Le père tente de mieux contrôler ses enfants avec l’aide des éducateurs et des enseignants, mais ne parvient pas à imposer son autorité sans recourir à la violence. Lorsqu’ils s’en rendent compte, les enseignants rompent les contacts. Sur le conseil d’un éducateur, le père s’adresse au service de la jeunesse pour obtenir de l’aide et résoudre « son problème d’autorité ». La collaboratrice du service constate l’usage de la violence et ordonne un placement immédiat des enfants dans une famille d’accueil. Dans un deuxième temps, les enfants sont placés en institution. Le père consent au placement de même qu’à la curatelle qui sera instituée après coup selon l’art. 308 al. 1 et 2 CC, mais seulement – dira-t-il plus tard – parce qu’il pensait que la mesure serait provisoire et que l’on trouverait ensuite ensemble une issue à ses difficultés. Le travailleur social appelé à reprendre le dossier après un changement se trouve face à la situation suivante : le père veut reprendre chez lui ses enfants placés en foyer, alors que les enfants souhaitent retourner vivre avec leur famille d’accueil, solution jugée impossible pour cause d’éloignement géographique. Faisant valoir le bien des enfants, le curateur décide d’éviter un nouveau changement et de maintenir encore le placement en foyer. Le père se sent mis devant le fait accompli. A ses yeux, il n’y a jamais eu de véritable discussion sur ses problèmes éducatifs, personne n’a tenu compte de son point de vue et il a été privé de son pouvoir de décision. Pendant quelques années, il a cherché à faire valoir ses intérêts par divers canaux (recours à un avocat, contact avec les autorités), mais sans succès, puis il a peu à peu baissé les bras. Entre-temps, il s’est remarié et a eu un enfant avec sa nouvelle épouse. Il reconnaît que ses deux fils vont relativement bien dans le foyer, tout en restant convaincu que le retrait de ses enfants n’était pas une bonne solution et ne se justifiait pas.
Ce cas illustre une intervention de l’Etat qui va profondément à l’encontre des intentions parentales. Il indique comment une situation très conflictuelle peut se stabiliser au fil des ans, mais aussi à quel point l’intervention de l’Etat, qui a presque totalement privé le père de ses moyens de contrôle, a laissé des traces profondes. Le père aura de la peine à dépasser son sentiment d’impuissance et de méfiance face aux acteurs étatiques et ce sentiment marquera la gestion du cas et la manière dont le père portera à l’avenir certains faits à la connaissance des autorités.

23C’est une stratégie à laquelle recourent volontiers les parents qui entendent ne pas se laisser faire et avec laquelle ils tiennent en haleine les professionnels et leur environnement. Si elle échoue faute de tiers disponibles ou disposés à s’associer à leur démarche, le sentiment d’impuissance des parents augmente, parfois jusqu’à anéantir totalement leur envie de participer activement à la mesure. Une mère très mécontente explique :

« En Suisse il y a mille et une adresses pour tout, pour ceci et pour cela et je ne sais trop quoi encore. Mais lorsque vous appelez là-bas, ils vous disent de vous adresser ailleurs parce qu’ils ne sont pas compétents pour régler votre problème. Au final, personne n’est jamais compétent. Et partout on vous dit ‘Ah, c’est terrible, votre situation est vraiment dramatique’, mais personne ne fait rien. (…) Je suis très, très déçue. Je veux dire que maintenant je n’ai plus du tout confiance dans l’institution. Et je ne peux pas changer non plus, parce que toute la mouise se trouve là dans la même maison. Alors si je remplace maintenant le curateur A par le curateur B, les deux vont discuter ensemble au bureau, n’est-ce pas ? Et là, le nouveau curateur sera déjà influencé. Vous voyez, cela ne sert à rien ! J’ai envie de tout laisser tomber et de me dire que tout cela ne me regarde plus. »

24Vu l’impression favorable que les parents retirent de l’audition avec l’autorité, il est étonnant qu’ils ne se tournent pas plus souvent vers cette même autorité pour manifester leur mécontentement. On s’aperçoit que les parents considèrent les mandataires et l’autorité comme deux choses bien séparées et du coup, ils pensent ne pouvoir compter que sur eux-mêmes. « Oui, je me suis demandé s’il fallait que je m’adresse à lui [représentant de l’autorité]. Et je me suis dit que non, qu’en fin de compte, j’avais une curatrice pour ça, vous comprenez » raconte une mère vivant à la campagne et qui n’aurait donc eu aucune peine, du moins géographiquement parlant, à prendre contact avec l’autorité. Une autre mère vivant en zone urbaine explique comment elle a vécu la collaboration entre les travailleurs sociaux et l’autorité :

« Ceux de la tutelle, ils étaient plutôt bien. Mais ce sont eux qui, comment dire, enfin ce sont ceux qui décident mais pas eux qui exécutent. Et entre eux, je crois qu’il y a quelque part, pas vraiment comme une divergence… enfin, ça ne rimerait à rien que l’autorité soit toujours derrière les services sociaux. Enfin, quand le mandat est donné il faut que ça roule… Et si ça ne roule pas, je ne pense pas qu’ils aient tant de pouvoir que ça pour aller changer les règles. Enfin, c’est comme ça que j’ai compris les choses. »

25Dans les cas examinés, les parents perçoivent clairement la distance qui sépare l’autorité des travailleurs sociaux et leurs attributions respectives. Ils savent aussi, comme l’expriment les deux parents cités précédemment, que c’est « en fait » avec les mandataires qu’il leur faut résoudre leurs problèmes. Lorsqu’ils n’y arrivent pas, ils n’osent pas s’adresser en plus haut lieu ou n’espèrent pas grand-chose, précisément à cause de la distance qu’ils ont perçue ou de l’idée qu’ils ont de la répartition des tâches. Ils préfèrent se mettre en retrait et s’enferment dans le malaise qui est le leur quand ils n’ont pas retrouvé leur autonomie d’action à l’aide de la mesure. Au mieux, il y a la frustration de ne pas avoir repris le plein contrôle de son existence, au pire vient s’ajouter une nouvelle et douloureuse expérience de perte de liberté.

1.2. La perspective des mandataires

26Il n’est pas rare que les réflexes de repli et le sentiment d’impuissance des parents gagnent les mandataires, surtout quand les ressources font défaut de part et d’autre. Le double mouvement de repli a pour effet de saper la communication et de paralyser la gestion du dossier. Le recours à l’autorité n’est guère envisagé pour sortir de l’impasse.

  • 9 Entre autres Rooney 1992 ; Schütze 1992 ; Bell 1999 ; Gumpinger et Trotter 2001 ; Dickens 2006.

27La situation des mandataires tutélaires dans la protection des mineurs a fait l’objet d’une volumineuse littérature. On y trouve des études empiriques concernant divers aspects de l’exercice du mandat, des traités théoriques sur les paradoxes du travail social, mais aussi et surtout des analyses de problèmes et des directives s’adressant principalement aux personnes en charge d’un mandat9. Dans la protection des mineurs, les mandataires – pour la plupart des travailleurs sociaux qualifiés – sont confrontés aux difficultés et ambiguïtés qui caractérisent ce champ professionnel en général. D’abord, le travail avec les clients doit combiner une dimension contrôlante et une dimension aidante, d’où de multiples situations paradoxales. Ensuite, les mandataires doivent souvent faire face aux comportements ou stratégies de rejet des « clients non volontaires » ou gérer des attentes quelquefois irréalistes des parents. A quoi s’ajoutent encore les contraintes de temps habituelles qui ne manquent pas d’accentuer les difficultés de la tâche.

  • 10 Voir notamment à ce sujet Schütze 1992.

28Il ressort des entretiens réalisés auprès des travailleurs sociaux combien ces derniers vivent péniblement ces sentiments d’impuissance et le manque de contrôle. Dans la protection des mineurs, les mandataires affrontent des situations hautement complexes et des dynamiques souvent imprimées par des éléments extérieurs sur lesquelles ils n’ont pas véritablement prise. Les acteurs se multiplient et les forces qui influent sur le déroulement du cas plongent parfois leurs racines dans un lointain passé. Les personnes extérieures au triangle relationnel ont de la peine à s’y retrouver et à saisir les situations dans toute leur étendue10. Voici comment une mandataire résume les principales difficultés du métier :

« Le plus dur, c’est que tout est bouleversé à chaque fois, vous comprenez ! Il y a bien sûr aussi des cas où il y a toujours… J’entends, au bout d’un mois tu auras peut-être enfin atteint quelque chose et voilà que tout est à nouveau chamboulé. En fait c’est ça le plus tuant, quand rien, mais rien de rien ne marche, là où tout d’un coup on se trouve face à un rapport de police ou quelque chose du genre. Ou quand les choses s’aggravent ou qu’elles piétinent. »

29Une autre travailleuse sociale à propos d’un cas qu’elle gère avec difficulté :

« C’est une bonne chose, je pense, quand une famille fait preuve d’initiative, je n’ai rien à y redire. Mais parfois cela rend les choses encore plus difficiles, parce qu’il faut changer certaines manières de faire. Par quel bout faut-il maintenant prendre le problème ? On se retrouve à chaque fois devant une situation complètement différente, vous voyez ? Et à chaque fois il faut se demander comment on va s’y prendre. Partout, on ouvre des petits chantiers, mais au bout du compte, ils ne s’assemblent pas en un tout, ne forment pas un tableau d’ensemble. Et c’est justement cet éparpillement qui me contrarie. »

30Cette mandataire ne parvient pas à infléchir la dynamique intrafamiliale qui a justement motivé la mesure protectrice. La famille collabore à contrecœur et dans une mesure toujours moindre. La situation échappe progressivement au contrôle de la mandataire. Elle ne réussit pas à venir à bout de l’immobilisme des parents, pire, elle est gagnée par leur inertie.

31Le risque de développer un sentiment d’impuissance est particulièrement marqué dans les conflits d’autonomie. Face aux adolescents, les travailleurs sociaux disent souvent se sentir plus bridés encore que dans le travail avec les parents. Rappelons que même si les jeunes sont présents aux auditions, la mesure envisagée concerne sur le plan juridique en premier lieu les parents et c’est leur collaboration que l’on cherche à s’assurer avant tout. Au quotidien cependant, c’est sur la volonté de coopération de l’adolescent que le travailleur social doit pouvoir compter. Comme l’exprime une mandataire, il « faut faire avec des personnes qui ont leur propre manière de voir ». Quand les parents sont dépassés et démissionnent, quand il est impossible de les associer à la mesure, les mandataires sont particulièrement tributaires de la volonté de coopération des jeunes. Dans le travail avec les adolescents il manque cependant ce levier majeur qui incite les parents à coopérer, à savoir la menace (implicite) de se voir retirer leur enfant. La situation se corse en outre quand les parents commencent à se solidariser avec leurs enfants adolescents, parfois simplement parce qu’ils se sentent coupables d’avoir fait appel à des tiers. Cette attitude mine d’emblée tous les efforts que peut déployer le mandataire pour faire progresser la situation.

32Le manque de ressources ajoute encore à la difficulté de la tâche, surtout dans les dossiers très complexes. Faute de temps, les travailleurs sociaux ne peuvent par exemple gérer la situation selon des principes et des méthodes dignes de ce nom. Une jeune professionnelle témoigne de ses premières expériences de terrain :

« A mon avis, cela se passe un peu comme pour les affaires courantes. Quand on est pris dans le tourbillon, on se concentre sur les tâches telles qu’elles se présentent, quitte à laisser plein de choses en plan. Je pense que de manière générale, je travaille sur un mode réactif. Je veux dire par là que je réagis aux événements, plutôt que de me dire Bon, comment est-ce que je vais m’y prendre ici ? ou plutôt que de me faire une sorte de plan d’action, comme j’ai si bien appris à le faire à l’école, n’est-ce pas ? En somme, il faudrait pouvoir travailler par objectifs et pouvoir piloter un processus. Voilà ce qu’il faudrait pouvoir faire ».

33Les mandataires développent différentes stratégies en réponse à leur sentiment d’impuissance. Nous en retiendrons trois qui ne s’excluent pas l’une l’autre et peuvent donc apparaître sous une forme combinée. La première stratégie consiste à réduire la complexité du cas, la deuxième à se mettre en retrait et la troisième, enfin, à s’assurer le concours de tiers.

34 La réduction de la complexité : Face à des dynamiques complexes, les travailleurs sociaux renoncent souvent, par manque de temps, à considérer pleinement le point de vue de leur client pour planifier leur action. Ce n’est guère surprenant quand on songe au temps qu’il faut pour prendre en compte tous les paramètres et les difficultés qui en résultent pour la conduite du dossier.

Cas C
Une jeune femme, divorcée de son époux nigérian, vit avec ses deux enfants âgés de 7 et 9 ans. Dès le début, le mariage a connu des tensions, qui ne se sont pas apaisées après la séparation des conjoints. Les conflits sont nés de conceptions éducatives distinctes, puis du non-respect des horaires de visite par le père. La mère se tourne vers les services de l’Etat et trouve rapidement un soutien auprès de la consultation des mères. Elle devient bientôt une fervente adepte des rencontres, cours et séminaires pédagogiques. Les tensions entre les époux s’amplifient. La jeune femme, de santé fragile, éprouve chaque jour plus de difficultés à faire face à ses tâches éducatives et peine aussi à s’imposer face à son mari, qu’elle accuse de monter les enfants contre elle. La conseillère du service de la jeunesse lui propose de solliciter une curatelle, qui sera rapidement instaurée (selon l’art. 308 al. 1 et 2 CC) compte tenu des graves problèmes de communication entre les parents. La mère souhaite bénéficier d’un accompagnement socio-éducatif et demande à ce que l’on désigne un curateur homme « qui n’hésitera pas à taper du poing sur la table quand les choses ne marchent pas comme elles devraient ». Elle cherche à s’appuyer sur l’autorité de l’Etat pour renforcer sa propre position, comme c’est fréquemment le cas dans les conflits parentaux. Confronté aux attentes de la mère qui aimerait le voir prendre parti pour elle, le curateur a de la peine à rester neutre et à ne pas se laisser happer dans le conflit. A la tentative d’instrumentalisation de la mère il répond en renforçant la position du père, lequel désire reprendre quelque temps les enfants chez lui. Le curateur accède à cette demande en arguant notamment de la nécessité de soulager la mère. Le divorce est prononcé peu après et les parents sollicitent une garde alternée. La mère dira ensuite y avoir consenti uniquement de crainte d’être totalement privée de la garde des enfants. La demande des parents est acceptée et l’arrangement conclu prévoit que les enfants vivent chez leur mère pendant la semaine et passent le week-end chez leur père. Pendant les vacances de la mère, les enfants séjournent d’un commun accord chez le père et y restent après le retour de la mère. Ils passent souvent chez elle, de manière impromptue parfois, quand le père a un empêchement ou qu’ils ont besoin d’aide pour leurs devoirs. La nouvelle donne correspond de fait plus ou moins à la solution à laquelle aspirait le curateur et qu’il estimait être une bonne solution. La mère se sent « roulée » par le père et les enfants, et juge la situation inacceptable. Le service psychologique scolaire approuve la thérapie que suivent les enfants encore pris dans le conflit parental, de même qu’il considère d’un œil favorable les démarches que la mère a engagées en vue d’un éventuel placement en foyer. Face à la vive résistance du père, ce service cesse son soutien à la mère. Au moment du deuxième entretien, le curateur n’a pas vu les parents depuis plus de six mois. Il présume que ceux-ci ont plus ou moins trouvé un terrain d’entente et que si problème il y avait eu, il en aurait été informé assez tôt par la mère, puisque c’est toujours à elle que les enseignants ou le foyer de jour s’étaient adressés en cas de problème avec les enfants quand bien même ceux-ci vivaient chez leur père. La mère déclare avoir perdu confiance et ne plus rien vouloir entreprendre puisque de toute façon « personne ne la croit ». Elle refuse d’entrer en matière quand des tiers lui signalent un problème. Depuis un certain temps, l’autorité n’a plus eu de nouvelles de ce cas, hormis le jugement de divorce. Elle pense que la situation s’est calmée grâce à la garde partagée.
Ce cas montre de manière exemplaire comment le mandataire, face à une situation de départ difficile, des attentes et des stratégies parentales divergentes, est progressivement amené à renoncer à exercer activement son mandat et comment la résignation des parties finit par paralyser la dynamique et la communication entre les parents, le curateur, les tiers et l’autorité.

35A cet égard, la décision d’un mandataire d’agir avec détermination sans prendre en compte le point de vue de son client peut s’assimiler à une réduction de la complexité du cas qui va lui permettre de dépasser sa propre impuissance.

36Cette stratégie de simplification apparaît aussi en creux dans l’approche d’un travailleur social qui s’est retrouvé devant une pile de dossiers relatant les tenants et aboutissants d’une pénible histoire sans fin. Ce professionnel a délibérément choisi de s’en tenir au point de vue actuel du client, dans l’espoir de gagner ainsi en liberté d’action :

« Puis j’ai pris le parti suivant : je vais considérer la situation telle qu’elle se présente aujourd’hui, je vais me rendre dans cette famille et tenter de déterminer ce qu’il faut faire, d’évaluer le soutien dont elle a besoin dans les circonstances actuelles. Il y a eu tant d’événements antérieurs ! Vouloir les prendre tous en compte pour reconstruire quelque chose reviendrait à s’encombrer plus que nécessaire. Pour moi, il était en quelque sorte bien plus libérateur d’entrer simplement dans cette histoire pour moi-même, de regarder s’il y avait possibilité de faire avancer les choses avec des conseils, des entretiens, etc. »

37 Le repli : Le repli semble être aussi la stratégie favorite des mandataires lorsqu’ils estiment n’avoir ni les moyens ni le temps nécessaires pour contrôler la situation ou qu’aucune urgence ne commande le maintien d’un suivi de contrôle ou de soutien. Plusieurs d’entre eux considèrent, pour se justifier peut-être, qu’en se mettant en retrait ils laissent aux parents la possibilité de s’organiser eux-mêmes. C’est le cas par exemple de cette mandataire qui explique avoir pris ses distances avec une famille après une altercation et lui avoir donné ainsi une chance de gagner un peu d’assurance. Une autre travailleuse sociale a elle aussi opté pour le repli face à une situation conjugale inextricable, estimant que ses initiatives ne faisaient peut-être qu’alimenter les conflits du couple :

« Parce qu’il faut dire que quand je me manifeste, cela ne reste pas sans effets. Je veux dire que quand je convoque les parents, cela provoque toujours quelque chose. Je leur offre en quelque sorte un endroit où exprimer et exposer des choses. Enfin, c’est leur droit, je pense… c’est vrai, mais tout de même, c’est possible aussi qu’ils en profitent pour manifester leur désaccord, pour dire que ceci ou cela ne leur convient pas. Par contre, s’ils n’ont pas d’autre choix que de s’organiser entre eux, les choses marchent. »

38Implicitement, les propos de cette mandataire traduisent une certaine résignation quant à ses réelles possibilités de modifier la dynamique qui déchire les parents (et qui est l’élément déclencheur de la mesure protectrice de l’enfant) et du coup, elle préfère se mettre en retrait.

39Comme nous l’avons évoqué dans la partie consacrée à la perspective des parents, le repli des mandataires s’accompagne parfois d’un certain flou dans le partage des responsabilités et la définition des modalités de contact. Les deux parties se placent dans l’expectative, chacune partant du principe que l’autre se manifestera « s’il y a quoi que ce soit ». Dans ces circonstances il y a de fortes chances que la communication arrive au point mort et que le mandataire perde toute prise sur le cas.

40 Le recours à des tiers : Dans les cas examinés, les parties font assez peu souvent appel à des tiers pour sortir de l’impasse. Les contacts avec des tiers existent bel et bien, mais ils sont généralement bien antérieurs à la crise ou ne contribuent pas à débloquer la situation. Les mandataires pourraient se tourner en dernier recours vers l’autorité qui a institué le mandat, mais force est de constater qu’il est très peu fait usage de cette possibilité, pourtant prévue par la procédure.

41Les cas sous revue révèlent une large autonomie des mandataires par rapport à l’autorité. D’abord parce que le mandat confié par l’autorité n’a pas de contours précis et qu’il n’est pas subordonné à une approche particulière en travail social qui pourrait guider le mandataire dans son action. « En réalité, il faut toujours se demander ce qu’on va bien pouvoir faire avec ce que l’on reçoit », relève une curatrice avec pertinence. Les mandataires jugent la collaboration avec l’autorité bonne, mais semblent néanmoins garder leurs distances. Ainsi, à la question de savoir si elle entretient des contacts avec l’autorité, une travailleuse sociale répond ceci :

« Peu de contacts, à vrai dire. Au fond je suis la main exécutante des autorités et de ce fait…. enfin je dois simplement rendre des comptes…., et sinon, si je n’ai rien de spécial à discuter sur le moment avec les autorités, je préfère les laisser en dehors, je suis en quelque sorte le dépositaire de toute l’histoire. »

42Les travailleurs sociaux souhaitent avoir les coudées franches. A preuve la réaction ci-dessous d’une mandataire à une injonction de l’autorité. Après avoir reçu un appel téléphonique d’une destinataire, l’autorité avait demandé par courriel à la curatrice de se mettre en contact avec la fille de celle-ci :

« Une demi-heure après cet appel, l’autorité m’a envoyé un mail pour savoir ce qu’il se passait… et puis, la personne n’avait pas le temps. Nous avons fixé alors un rendez-vous téléphonique où j’ai eu l’occasion d’expliquer pourquoi je ne me mettais pas en rapport avec la mère et pourquoi je ne voulais pas donner suite à ses demandes, je voulais rester cohérente. J’avais convenu certaines choses avec la cliente et j’entendais m’y tenir. Et alors, j’ai reçu ce message qui me demandait d’appeler sa fille, ce que j’ai fait, à contrecœur c’est vrai, mais j’étais bien obligée de le faire. Je n’en avais pas envie… à mon avis c’était une erreur et cela a complètement torpillé mon concept. Enfin, je dois dire que j’étais très remontée, et j’en ai aussi discuté avec l’autorité tutélaire. J’ai dit que cela n’était pas possible et que les choses n’étaient pas bien allées. Point final. »

43Les travailleurs sociaux tiennent à préserver leur indépendance vis-à-vis des autorités dont ils craignent l’ingérence. C’est ce souci qui les empêche aussi de tirer parti de la position d’influence de l’autorité quand surgissent des problèmes avec les parents ou que l’exercice du mandat se fait difficile.

Cas D
Une femme élève seule ses deux filles après s’être séparée de son époux toxicomane. Celui-ci vit désormais dans son propre appartement mais passe régulièrement de longs moments avec sa famille. L’addiction du père a toujours lourdement pesé sur la vie familiale et un jour, il a même fallu appeler la police pour protéger la mère et ses filles. La famille a eu de nombreux contacts avec les autorités et avec divers services spécialisés. Elle a fait de bonnes et de moins bonnes expériences et a appris à « manœuvrer » avec les services de l’Etat, jouant tour à tour la carte de la coopération et celle du repli. Devenue adolescente, la fille aînée attire l’attention à l’école par des actes où elle se met en danger ; les tensions s’avivent entre elle et sa mère. Les professionnels des services médico-pédagogiques sollicitent une curatelle auprès de la commune et un placement extra-familial. Avant que le placement ne devienne effectif, la famille déménage. La nouvelle commune renonce dans un premier temps à un placement et institue une curatelle au sens de l’art. 308 alinéa 1 et 2 CC pour assurer un soutien éducatif à la mère ; elle se réserve la possibilité d’engager au besoin des mesures plus incisives. La première activité du curateur désigné consiste à établir, avec la complicité de la mère, un plan de tâches ménagères pour l’adolescente. Le projet est soutenu par la mère mais tourne rapidement court. Le père réagit et s’oppose à la pression exercée sur sa fille, si bien que le curateur laisse tomber le plan des tâches. La mère en est extrêmement déçue et prend ses distances. Après ce premier échec, le curateur opte lui aussi pour une attitude plus passive. Lorsqu’il s’agit de trouver une place d’apprentissage, la mère a le sentiment d’être livrée à elle-même, mais elle est à la fois fière et soulagée quand une place est proposée à l’adolescente. La situation s’envenime quelques semaines plus tard, quand la jeune fille quitte son apprentissage, rompt tout contact avec sa famille, disparaît pendant un moment sans que personne ne sache où elle se trouve. La mère se tourne vers le représentant de l’autorité qui vit non loin de chez elle. Par la suite, tous les acteurs se réunissent (institutions médico-pédagogiques, curateur) pour organiser un placement à court terme. Le placement n’aboutit pas car le foyer envisagé estime qu’il n’y pas de motif suffisant. Au cours de l’entretien, la mère dit regretter ne pas avoir reçu le soutien qu’elle escomptait du curateur. Pour sa part, le curateur juge la situation peu satisfaisante, car il perçoit une puissante dynamique intrafamiliale dont il est tenu à l’écart ; il va jusqu’à qualifier le cas de « bombe à retardement ». Quant au représentant de l’autorité, il regrette de ne pas avoir été tenu informé des différents événements importants.
Ce cas révèle de manière exemplaire comment une première tentative de soutien manquée entraîne un repli de part et d’autre. Le curateur se trouve rapidement totalement exclu de la dynamique familiale et donc dans l’impossibilité d’exercer une fonction aidante ou contrôlante. Comme le représentant de l’autorité, il est renvoyé à un rôle réactif plutôt qu’actif. Ce sont ici avant tout des éléments extérieurs qui déterminent la dynamique du cas.

44Inquiets de perdre une part de leur liberté, les mandataires hésitent à se mettre en relation avec les autorités. Il n’y a à leurs yeux aucune raison ni d’intérêt à recourir à cette instance pour reprendre une situation en mains. Au fond, ils se trouvent face à ce même paradoxe que nous avons décrit pour les parents qui signalent d’eux-mêmes une situation, car en demandant de l’aide ils doivent être prêts à s’accommoder d’une restriction de leur liberté d’action.

1.3. La perspective de l’autorité

45L’autorité ayant pour fonction première d’ordonner les mesures, elle n’est que faiblement exposée aux sentiments d’impuissance et de résignation que connaissent les mandataires face à des situations difficiles à gérer. Dans les cas étudiés, les relations entre autorité et mandataires apparaissent très distantes ; ils ne communiquent pas entre eux, même lorsque l’exercice d’un mandat présente de plus en plus de difficultés.

46En matière de protection des mineurs, l’autorité tutélaire, en sa qualité d’instance décisionnelle, exerce une fonction autre que celle dévolue aux mandataires. On le mesure parfaitement quand on interroge les uns et les autres sur les difficultés de leurs rôles respectifs. S’il y a beaucoup de similitudes dans leur perception des choses, leurs priorités ne sont de loin pas identiques.

47Dans l’enquête que nous avons réalisée par écrit auprès de 400 autorités et services sociaux, les représentants de l’autorité sont nettement plus nombreux à classer la « responsabilité pour l’avenir des enfants » au nombre des difficultés majeures de leur champ d’activité, alors que les « contacts avec les parents aux exigences irréalistes », font surtout partie des obstacles quotidiens que rencontrent les mandataires dans leur activité.

48Dans les entretiens narratifs, plusieurs représentants de l’autorité ont dit apprécier leur fonction pour les nombreux moments de grande satisfaction qu’elle leur procure. Notamment, déclarent-ils, « lorsqu’on a le sentiment d’avoir réussi à faire changer quelque chose » et que l’on pourra ensuite lever une mesure. Ou encore quand le « courant passe avec les gens et que l’on finit par trouver, au travers de la discussion ou certaines mesures, une issue à une situation qui semblait désespérée ». C’est dans ces moments, qu’ils qualifient de plus belles facettes de leur métier, que les représentants de l’autorité disent ressentir une capacité constructive intacte et très satisfaisante.

49S’ils connaissent moins ces sentiments d’impuissance qu’éprouvent les mandataires et les parents face à des situations d’inertie, les représentants de l’autorité ne s’en sentent pas moins eux aussi limités dans leur action. Pour l’un d’entre eux, il a été par exemple particulièrement douloureux de réaliser que certains enfants « ont grandi dans des conditions si épouvantables qu’ils n’ont même pas de quoi espérer vivre un jour une vie normale ». Pour un autre, un des aspects les plus pénibles tient à ce que « notre monde gagne chaque jour en complexité ». Et d’ajouter que les décisions de l’autorité ne sont plus aussi facilement acceptées qu’autrefois. Elles seraient parfois violemment contestées, à grand renfort d’avocats et par la mobilisation de tout l’arsenal juridique.

50Les représentants de l’autorité tiennent des propos plutôt élogieux pour qualifier leur collaboration avec les mandataires. Ils reconnaissent et apprécient les compétences professionnelles des travailleurs sociaux, mais sont semble-t-il soucieux de conserver une certaine distance avec les mandataires. Ainsi, retrouve-t-on chez eux ce même désir d’indépendance observé précédemment chez les mandataires. A titre d’exemple, voici comment une représentante de l’autorité conçoit le partage des attributions :

« Une fois la décision prononcée, j’avais en quelque sorte accompli mon travail. Ou plutôt… comment dire…. le cas avait été entièrement délégué à la curatrice, à qui il appartenait désormais d’exercer le mandat avec les tâches que nous lui avions confiées. Les curateurs et curatrices doivent faire un rapport pour rendre compte de leur activité, généralement tous les deux ans. Pour que nous soyons au courant de ce qu’il se passe. »

51Une fois le cas délégué, l’autorité peut revenir à sa fonction de contrôle. Les mandataires sont tenus d’aviser l’autorité en cas de problème. A défaut d’information, l’autorité admet que « tout roule » :

« Ce qui passe ensuite, nous n’en savons rien. Nous verrons bien au moment où nous recevrons le rapport du curateur. « Pas de nouvelles, bonnes nouvelles », enfin je pars vraiment du principe que tout va bien. Pour les parents j’entends. »

52L’autorité ne semble pas s’inquiéter outre mesure lorsque les rapports ne sont pas remis dans les délais :

« Parce que vous savez, les gens croulent sous le travail. Et c’est pourquoi je me dis « pas de nouvelles, bonnes nouvelles ». Si les choses allaient mal, nous le saurions assez vite. »

  • 11 Dans son étude, Dickens (2006) a aussi observé que les représentants de l’autorité se plaignent fr (...)

53Cette attitude s’accorde parfaitement avec le besoin d’indépendance des mandataires et cadre avec le partage des tâches destiné à éviter une confusion des rôles dans le suivi du cas11.

  • 12 La pression peut aussi s’intensifier lorsque les mesures prévues sont coûteuses et grèvent ainsi l (...)
  • 13 Dans l’un des cas étudiés, cette démarche a entraîné une grande confusion des rôles et des fonctio (...)

54La situation est quelque peu différente en milieu rural où tout se déroule dans un espace restreint, plus clair et moins anonyme, où les représentants de l’autorité connaissent parfois personnellement leurs clients. Leurs décisions et leurs actions ont une plus grande « visibilité », d’où peut-être aussi une plus forte pression à réussir12. Ils adaptent leurs comportements et stratégies à ce cadre différent, et sont parfois embarrassés par la grande distance envers les travailleurs sociaux ou cherchent à la dépasser13 comme en témoignent les propos suivants :

« Et quelquefois…. enfin, je me rends compte que c’est un peu…, comment dire, je me rends compte que je suis le dernier maillon de la chaîne, le dernier informé. Et dans cette situation, je m’aperçois que je voudrais parfois monter un peu plus souvent au front pour dire qu’il est temps maintenant de faire quelque chose. »

55Reste à savoir si l’autorité a intérêt ou non à garder une distance à l’égard des travailleurs sociaux. En tout état de cause, on s’aperçoit dans les cas étudiés que l’autorité n’a même pas été mise au courant des dynamiques hautement conflictuelles ou des situations de repli et d’immobilisme qui entravent la réalisation du mandat.

1.4. La dynamique de la double résignation

56L’intervention de l’Etat dans la sphère privée des parents pose généralement la question de l’empiètement sur les droits parentaux. A cet égard, l’étude éclaire effectivement les possibles écueils d’une action engagée contre le gré des parents. Dans les cas précis, la détermination dont ont fait preuve les acteurs publics pour placer des enfants en foyer a provoqué chez les parents un profond sentiment d’impuissance et de dépossession difficile à surmonter.

57L’étude a en outre révélé un autre problème de taille, à savoir un mécanisme que nous qualifions de « dynamique de la double résignation ». Force est de constater en effet que la détresse des parents ne résulte ni uniquement ni principalement de l’intervention de l’Etat, leur liberté d’action étant déjà entamée au moment de l’intervention. La mesure instituée vise généralement à restaurer leurs compétences parentales. En acceptant le soutien que leur proposent les travailleurs sociaux, les parents se placent en porte-à-faux : pour redevenir maître de leur existence, ils sont censés céder au mandataire une nouvelle parcelle de leur liberté d’agir. L’entreprise est hautement périlleuse, surtout pour les parents qui ont pris l’initiative de signaler une situation de mise en danger. Leur ambivalence se mesure au mécontentement qu’ils manifestent lorsque les choses n’évoluent pas comme ils l’entendent ou que les travailleurs sociaux tentent de poser un cadre. La sensibilité des parents aux restrictions ou gains de liberté est à la mesure de leurs attentes. Quand celles-ci ne sont pas rapidement comblées, ils se montrent encore moins bien disposés à collaborer qu’ils ne l’étaient au départ. Du coup, il est plus difficile pour les mandataires de les aider à recouvrer leurs compétences parentales. Le sentiment d’impuissance qu’éprouvent les parents face à des situations de vie et des dynamiques difficiles à gérer se répercute au niveau des mandataires.

58Dans cette dynamique de double résignation, nous l’avons vu, parents et travailleurs sociaux mettent en place des stratégies de repli qui limitent encore davantage les possibilités d’action. S’il n’est pas possible alors de clarifier les responsabilités et les devoirs d’information de chaque partie, la dynamique échappe aux intéressés, au point d’anéantir toute possibilité de prévenir les crises et de mettre en place des conditions qui permettront de lever un jour la mesure.

59Dans les cas étudiés, peu d’éléments indiquent que l’autorité, en troisième acteur du triangle, puisse corriger le tir. Tout porte plutôt à penser que le paradoxe qui marque les relations entre parents et travailleurs sociaux se répète dans les rapports entre mandataires et autorité. Les mandataires qui perdent pied ne se tournent pas volontiers vers l’autorité, de crainte sans doute de se retrouver encore plus bridés dans leur action. Il leur coûte, comme aux parents, d’entrer dans un rapport de dépendance pour dépasser leur propre impuissance. Dans ces circonstances, l’autorité a peu de chance d’intervenir de manière constructive dans les relations entre parents et mandataires. Où faut-il agir, quel levier faut-il dès lors actionner pour rompre la dynamique de la double résignation ? A la lumière des résultats, nous souhaitons revenir pour terminer sur trois points :

  1. Les possibilités d’agir sur une situation, c’est-à-dire de contrôler les dynamiques qui mettent l’enfant en danger, s’affaiblissent bien avant que la mesure ne soit instituée. C’est bien avant l’instauration de celle-ci, en effet, que les parents perdent le contrôle de la situation et c’est précisément là, à la source du problème, qu’il faut agir. A l’égard de la procédure, cela signifie qu’il faut instaurer la mesure au plus tôt, à l’égard de l’exécution de la mesure, cela veut dire qu’il faut, autant que possible, prendre en considération l’histoire et les opinions de tous les acteurs, celles des parents et des enfants surtout, ainsi que les possibilités d’action qui en découlent. Cela n’a pas été systématiquement fait dans les cas étudiés, sans doute essentiellement par manque de temps. Pourtant, c’est peut-être là que se trouvent les seuls leviers d’action pour dégager une marge d’action et dépasser durablement la dynamique de la résignation14.
  2. Les dynamiques d’impuissance et de repli s’accentuent lorsque les rôles et les responsabilités des acteurs ne sont pas clairement définis. D’où l’importance de clarifier les compétences et les attributions de chacun et d’assurer la communication et la transmission de l’information. En outre, il faut chercher à aménager entre les mandataires et l’autorité, des modalités de collaboration et de communication, qui permettent à l’autorité de jouer un rôle moteur pour débloquer des situations et pour mieux exploiter les avantages du travail interdisciplinaire, sans brouiller pour autant les rôles spécifiques de chaque partie15.
  3. Malgré toutes les améliorations à apporter au plan de la méthode, il faut bien admettre aussi que nombre de familles vivent des situations si pesantes et si difficiles (pauvreté, maladie), qu’elles limitent d’emblée les possibilités de protéger l’enfant. L’étude renferme des cas où les travailleurs sociaux ont été amenés par la force des choses à exercer une curatelle de décharge plutôt que d’assistance éducative, simplement parce que la mère des enfants n’avait ni le temps ni l’énergie de participer à la mesure. Dans pareilles circonstances, il faut envisager des mesures supplémentaires pour soulager la famille et permettre une réelle amélioration de la situation. Quand des familles en grande détresse nourrissent des attentes irréalistes envers les mesures protectrices, le risque de déception et de conflit est énorme. Et si la mesure vient à échouer, on tend à en individualiser la cause et à en attribuer à tort la responsabilité aux parents ou au mandataire.

Notes

1 La prise en compte des actes et des points de vue de personnes extérieures à ce triangle, notamment les enfants, les supérieurs hiérarchiques, les mandataires ou encore les familles d’accueil, pourrait à notre sens livrer de nouveaux éléments intéressants et offrir un champ à explorer dans de prochaines études.

2 Pour de plus amples informations concernant l’échantillon et la méthode voir annexe 1.3.

3 Une série de résultats intéressants proviennent de Grande-Bretagne et d’Australie, deux pays qui ont développé une intense activité de recherche, qualitative pour l’essentiel, autour d’un nouvel aménagement de la protection de l’enfant (voir notamment Dickens 2006 ; Dumbrill 2006 ; Dominelli et al. 2005 ; Dale 2004 ; Holland et Scourfield 2004 ; Spratt et Callan 2004 ; Bell 1999). A ce jour, très rares sont les études suisses s’attachant à la perspective parentale dans la protection des mineurs en droit civil, mais divers travaux se sont intéressés à la perspective clients dans le cadre de l’intervention de l’Etat social en général (voir p. ex. Maeder et Nadai 2004). Un constat traverse pratiquement toutes ces études : les parents ou les clients ont une perception plutôt négative de l’intervention ou de l’action de l’Etat et développent en réponse diverses stratégies. La défiance ou méfiance des parents tient à plusieurs facteurs, notamment à certaines attitudes ou méthodes des travailleurs sociaux, à certaines procédures particulières, aux configurations organisationnelles, ainsi qu’aux mécanismes typiques de la relation aidant-aidé.

4 L’autonomie d’action se comprend comme la capacité et la possibilité de mener ses propres actions à son gré. Pour une approche théorique du concept voir Schütze 1981.

5 Par contraste, le cas de cette jeune Polonaise dont l’enfant a fait l’objet d’une mesure protectrice lorsqu’elle a été placée de manière inattendue en détention préventive, est livré dans notre matériel. La jeune femme considère la mesure comme un mal nécessaire et provisoire après son « revers de fortune » qui, tout bien considéré, n’a rien à voir avec ses aptitudes maternelles ni sa liberté d’agir. En conséquence, elle n’attend que peu de choses de la mesure, si bien que son potentiel de frustration reste minime. Dans la mesure où le mandataire et l’autorité partagent sa vision des choses, le risque de conflit est aussi réduit.

6 Ce tableau ne s’écarte aucunement des observations établies dans d’autres études, voir note de bas de page 3 ci-dessus.

7 Concernant cette ambivalence, voir Merton et al. 1983 qui ont montré toute l’ambiguïté du processus de demande d’aide et ses implications. Nous admettons que l’ambivalence que ces auteurs ont identifiée dans la relation entre parents et travailleurs sociaux joue ici aussi et qu’elle s’exprime sous une forme exacerbée chez les « parents signalants ». Voir aussi la notion de paradoxe en lien avec la demande d’aide chez Dickens 2006.

8 Dominelli et al. 2005 relèvent la vulnérabilité spécifique des personnes en situation de pauvreté, notamment pour les mères en situation monoparentale. Leurs études mettent en évidence l’impossibilité de rompre le cycle de la démission parentale (« cycle of poor parenting ») tant que les conditions structurelles ne sont pas suffisamment prises en compte. Sahle 2002 et Dumbrill 2006 critiquent le présupposé qui fonde un grand nombre de mesures, à savoir la capacité des individus à modifier leur comportement. A leurs yeux, ce présupposé ne tient pas suffisamment compte des conditions structurelles. Si la mesure vient à échouer, la cause en est imputée aux individus ou au manque de coopération des parents.

9 Entre autres Rooney 1992 ; Schütze 1992 ; Bell 1999 ; Gumpinger et Trotter 2001 ; Dickens 2006.

10 Voir notamment à ce sujet Schütze 1992.

11 Dans son étude, Dickens (2006) a aussi observé que les représentants de l’autorité se plaignent fréquemment d’être trop étroitement associés et impliqués dans les situations, et donc dans les thématiques et les problèmes qui relèvent à leurs yeux du travail social. Nous n’avons pas décelé dans nos interviews de propos allant clairement dans ce sens. On peut se demander aussi si l’attitude consistant à admettre que tout va bien en l’absence de nouvelles ne tient pas lieu de rempart permettant de se protéger contre une trop grande implication dans le cas.

12 La pression peut aussi s’intensifier lorsque les mesures prévues sont coûteuses et grèvent ainsi les dépenses de la commune.

13 Dans l’un des cas étudiés, cette démarche a entraîné une grande confusion des rôles et des fonctions. Le représentant de l’autorité s’est lui-même grandement investi dans le dossier, si bien qu’après l’échec de la mesure, les responsabilités en ont été attribuées de manière très diffuse entre les différents acteurs (avec la double difficulté que cela entraîne pour la mise en place d’autres mesures de protection).

14 Il a été maintes fois prouvé que la prise en compte des points de vue des clients permet d’établir des rapports plus constructifs entre les travailleurs sociaux et leurs clients ; voir notamment Spratt et Callan 2004.

15 A propos des avantages de la collaboration entre juristes et travailleurs sociaux, malgré ou plutôt grâce aux fonctions foncièrement différentes qu’ils exercent, voir aussi Dickens 2006.

© Éditions ies, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search