Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'incident raciste au quotidien

 | 
Monique Eckmann
, 
Daniela Sebeledi
, 
Véronique Bouhadouza Von Lanthen
, 
et al.

Postface

Pierre-Yves Aubert

Texte intégral

  • 1 (équipe de prévention et d’intervention communautaire, Infor jeunes – Hospice général)

1Arrivant au terme de la recherche, l’EPiC1 fait le bilan de sa participation au projet et réitère son adhésion à la démarche exposée, puisque l’interaction entre les acteurs a toujours été au cœur de sa propre pratique.

2En effet, cette petite structure, créée dans le cadre de la politique drogue du canton de Genève pour répondre aux demandes des collectivités, a très vite constaté qu’elle était largement sollicitée par le réseau professionnel des domaines santé, social, scolarité et sécurité, particulièrement sur la question de l’articulation de ces différents acteurs. Les éléments déclencheurs de ces demandes ont ainsi évolués des questions « drogues », très présentes dans les années 90, aux nombreuses autres thématiques illustrant l’inquiétude des adultes face aux jeunes : concentration, violence, incivilité, migration, passage à l’acte raciste, etc. Ces thématiques sont autant de symptômes qui suscitent un questionnement sur la place des divers acteurs au sein des collectivités (quartiers, établissements, etc.).

3S’il est important que chacun - travailleur social, enseignant, policier - puisse développer son savoir faire face aux difficultés énoncées, il n’en reste pas moins que la réponse collective doit également être prise en compte. Il s’agit moins ici de la coordination que de la mise en évidence de la richesse des interactions possibles. Le plus fréquemment, la tendance est de déterminer les missions autour de « qui fait quoi », beaucoup moins souvent autour de « ce que l’on fait ensemble », et encore plus rarement de « ce que agir ensemble permet ». C’est une sous utilisation de la notion d’interaction. Ainsi, les compétences de chacun sont ajoutées les unes aux autres, sans que soient prises en considération les nouvelles possibilités qu’une véritable interaction permettrait.

4Dans ce sens, l’EPiC est heureuse d’avoir pris part à cette recherche qui fournit aux professionnels, matière à réflexion ainsi que des outils pour aborder les passages à l’acte raciste et, par extension, les nombreuses confrontations inter culturelles ou inter classes qui émaillent la collectivité. Le fait de pouvoir modéliser des instruments pour faire face à ces situations est un atout pour les intervenants professionnels.

5Comme évoqué plus haut, l’apport d’acteurs extérieurs aux interventions de terrain est essentiel à l’élaboration d’une méthodologie de l’articulation des différents acteurs. Pour ces consultants une des difficultés majeures réside dans la nécessité de ne se prévaloir ni d’une qualité d’expert, ni d’un statut de responsable hiérarchique, tout en bénéficiant d’une très bonne connaissance du terrain, des problématiques et des réponses possibles. L’intervention se construit a priori de manière participative ; ce sont les personnes concernées qui détiennent les solutions. Mais pour faire émerger des réponses, il faut tout de même disposer de bagages appropriés : les matériaux réunis dans cet ouvrage constituent un support pertinent. Cette recherche est utile en ce sens qu’elle pose les bases d’une réflexion qui permet de collectiviser des éléments théoriques, de construire globalement un cadre pour modéliser localement des processus et des flux d’interventions dans un quartier ou un établissement.

6Cette recherche contribue également à une meilleure visibilité de la pratique des professionnels du social et de l’enseignement. Beaucoup d’actions sont menées, mais trop souvent, on rechigne à les mettre en lumière. Bien sûr pour une partie, un tel travail décrit ce qui existe déjà. Mais cet exercice n’est pas si courant dans le domaine social où il n’y a pas véritablement de culture de l’explicitation des problématiques, encore moins des réponses apportées. On le voit par exemple dans la très forte défiance que suscitent des courants comme le « management qualité » qui propose pourtant des outils intéressants, pour le moins inspirants en termes de visibilité. La recherche rassemble dans un même corpus une variété de situations et les met en perspective, c’est cela qui est nouveau. A Genève, nous disposons donc pour la première fois, d’un ouvrage sur la thématique des racismes qui peut très pratiquement être utilisé dans l’animation de la réflexion entre professionnels, et cela est remarquable.

7Les vignettes le montrent, les situations concernent au premier plan les établissements scolaires et les maisons de quartiers. Mais tout le champ de l’éducation des adolescents et des jeunes adultes est concerné. Les divergences culturelles (au sens large, non exclusivement ethnique) dans la gestion de lieux publics peuvent devenir inducteurs de phénomènes de violence et appelle la régulation. Au-delà de la gestion de crise nécessaire, cette recherche soulève également la question de l’intégration d’axes de prévention-promotion dans les politiques d’établissements ou de quartiers. Que pouvons-nous mettre en place pour réduire les risques de dérives racistes ? L’autonomisation des conflits ? Comment développer nos postures et pratiques professionnelles pour réduire les passages à l’acte guerrier ? Comment utiliser la confrontation qui, en soi, est constituante de la cohésion ? C’est tout le champ de l’éducation à la citoyenneté qui est éclairé par cette recherche.

8Enfin, il faut relever la pertinence de travailler dans ce sens dans un contexte marqué par une forte récession économique, un repli très marqué vers des stratégies sécuritaires ainsi qu’un recours fréquent au principe de précaution. Les réponses aujourd’hui sont plus volontiers inspirées par la volonté de cadrer et de légiférer que par la volonté de faire émerger de nouveaux possibles.

9Mettons-nous donc à réfléchir à la manière de déconstruire les problèmes plutôt que de procéder immédiatement à la manière de les résoudre.

Notes

1 (équipe de prévention et d’intervention communautaire, Infor jeunes – Hospice général)

Auteur

Directeur Infor jeunes – EPiC
janvier 2009

© Éditions ies, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540