Versione classicaVersione mobile

L'incident raciste au quotidien

 | 
Monique Eckmann
, 
Daniela Sebeledi
, 
Véronique Bouhadouza Von Lanthen
, 
et al.

Introduction et guide du lecteur

Testo integrale

Pourquoi cette étude

1Une série d’études sur le racisme se sont intéressées à l’histoire du racisme, aux idéologies racistes, aux motivations des agresseurs et, plus rarement, à l’expérience des victimes, voire à celle des agresseurs. Ces approches, indispensables pour comprendre l’émergence et la persistance du phénomène de racisme n’éclairent toutefois pas toujours la signification et les enjeux identitaires qu’ont les incidents concrets pour des acteurs de terrain ayant une fonction pédagogique, comment ces derniers abordent – ou évitent d’aborder ! – des incidents de violence et de racisme dans leur pratique quotidienne. Trop rares sont encore les travaux en langue française qui proposent des outils d’intervention et de formation ; parmi eux, citons ceux de Charles Rojzman, qui a initié la « thérapie sociale » (2001), une méthode d’intervention et de formation pour faire face à la violence et au racisme, et qui montre combien dans la pratique de terrain il est difficile de se borner à une dichotomie entre agresseurs et agressés, tant la souffrance est généralement revendiquée par chacun, des deux côtés. Ou encore l’expérience de recherche-action menée par Vijé Franchi et Gwenaelle Colin (2005) qui proposent, à travers le dispositif « Parlons tabou », des ateliers facilitant la mise en parole des conflits liés aux processus d’ethnicisation et de stigmatisation. Ces travaux ont en commun de montrer que la violence observée dans les quartiers ou dans l’espace scolaire masque souvent une souffrance cachée, dont l’origine est à chercher dans l’exacerbation due à des conflits culturels ou sociaux se traduisant en ethnicisation des relations sociales. De plus, une intériorisation de la violence et des stigmates enferme les acteurs dans des catégories de repli identitaires.

2La présente recherche-intervision vise précisément à contribuer à forger des outils pour l’intervention et la formation sociales et pédagogiques, en réponse à un besoin constant exprimé par les acteurs de terrain. S’il s’agit d’abord de rompre le silence, de trouver des réponses aux situations difficiles et d’améliorer le vivre-ensemble par le renforcement des compétences des professionnels, la dimension institutionnelle est elle aussi présente ; ces situations interpellent à chaque fois les politiques sociales et de formation, et renvoient aux changements dans les institutions.

Au point de départ, une interpellation du terrain

3Dès l’automne 2003, des membres de notre équipe de recherche ont été interpellés par des enseignants d’écoles secondaires et par des travailleurs sociaux qui interviennent auprès d’adolescents dans et autour des écoles, dans des quartiers et des communes genevois. Ces pédagogues nous signalaient un nombre croissant d’incidents d’extrémisme de droite, de racisme et d’antisémitisme parmi les jeunes de certains établissements secondaires genevois. Devant une forme d’escalade de violence verbale et physique, les intervenants se disent souvent dépassés, oscillent entre approche compréhensive, répressive et préventive et demandent des outils d’intervention.

4Ces phénomènes de violence parmi les jeunes repérés par des enseignants et des travailleurs sociaux reflètent une certaine dégradation du climat dans certains quartiers et ont surpris les professionnels à Genève, canton-ville habituellement réputé pour un relatif climat de paix et de tolérance. Il s’agit de manifestations d’extrémisme de droite et de racisme de la part de jeunes Suisses sous forme de distribution de tracts, de graffitis ou de ports d’insignes en référence à l’extrémisme de droite ; par ailleurs, on note une série d’agressions à caractère raciste ou de nationalisme agressif en provenance de jeunes, suisses ou migrants, de nouvelles formes d’antisémitisme et de quelques propos négationnistes tenus dans le cadre de cours d’histoire. Plus généralement, on peut considérer que, s’il y a toujours eu des conflits entre jeunes, il y a un processus nouveau d’ethnicisation de ces conflits. Des mouvements d’extrême droite venus d’autres cantons suisses ou de France voisine sont depuis quelques années à Genève et cherchent à recruter parmi les jeunes habitant Genève, et quelques personnes isolées adhèrent à ces mouvements.

5Parallèlement, un débat intense sur les modèles d’intervention pédagogique et de prévention à l’égard de l’extrémisme de droite a eu lieu ces dernières années en Europe, portant notamment sur les dilemmes entre approches répressives et approches compréhensives envers des jeunes dont la vision du monde est diamétralement opposée à celle des pédagogues qui ont la charge de travailler avec eux et qui doivent aller à leur rencontre malgré les désaccords idéologiques (Krafeld 1996). Or, ce débat est relativement peu avancé en Suisse romande, d’une part en raison d’une apparition plus tardive de ces phénomènes et, d’autre part, par la perception de ceux-ci comme marginaux dans l’histoire suisse du XXe siècle. Aussi, si les expériences européennes nous sont fort utiles, une transposition de concepts éducatifs d’un contexte national à un autre n’est jamais faisable telle quelle, vu l’impact des différences de contexte social et politique sur les identités nationales et sur la nature des conflits. La présente recherche vise donc à explorer les phénomènes observés dans le contexte local et à contribuer à l’élaboration de concepts socio-éducatifs d’intervention et de prévention basés sur la pratique de professionnels romands et spécifiques au contexte suisse.

6Les événements récents et une série d’incidents vécus par des enseignants et des travailleurs sociaux les interrogent à plus d’un titre : comment répondre à des provocations telles que le port d’insignes d’extrême droite ou des affirmations négationnistes ? Comment comprendre des victimes d’agressions devenues agresseurs à leur tour ? Comment répondre au reproche de racisme qu’on adresse aux professionnels ? Comment prendre position contre ces idéologies, tout en conservant un lien avec les jeunes ? Amenés à agir, que ce soit auprès des jeunes ou dans le contexte institutionnel ou sociopolitique, les adultes sont ainsi interpellés sur leurs propres positions et leurs implications émotionnelles et identitaires.

Nos questions

7De ces constats se dégagent nos questions de recherche :

  • Quels sont les incidents d’extrémisme de droite, de racisme et d’antisémitisme observés par les enseignants et les travailleurs sociaux ? – Dans quels contextes ? – Quelles en sont leurs définitions et représentations respectives ? – Quelles émotions vivent-ils face à ces incidents ?
  • Quelles sont les actions proposées par ces acteurs de terrain en réponse à ces incidents ? – Quels objectifs peuvent être visés face à quel type de jeunes et dans quelle situation ? – Quels sont les dilemmes et difficultés inhérentes à ces interventions ? – Où est la limite de la tolérance pour les professionnels ?
  • Comment les enseignants et travailleurs sociaux prennent-ils en compte les facteurs contextuels et le climat politique dans les interventions qu’ils proposent ?

Une méthode de recherche interactive de coconstruction

8Les trois dimensions de notre questionnement se déploient à la fois au niveau des constats effectués sur le terrain, des actions menées par les professionnels et des différents contextes dans lesquels ces derniers sont appelés à œuvrer ; elles peuvent être abordées dans un seul et même processus, le processus d’intervention sociopédagogique conduit par les professionnels de terrain eux-mêmes. C’est pourquoi nous avons résolument choisi de placer au centre de notre dispositif l’expérience très concrète de travailleurs sociaux et d’enseignants.

9Cette expérience se cristallise dans des incidents réellement et activement vécus par les professionnels de terrain, des incidents ordinaires, des incidents du quotidien en quelque sorte. Ces incidents vécus le plus souvent individuellement par les professionnels sont accompagnés d’un cortège d’émotions, de doutes, de dilemmes, d’esquisses d’analyse et de tentatives de réactions ou d’actions professionnels pour y remédier.

10En tant que chercheurs, notre objectif était bien entendu d’arriver à recueillir des représentations de professionnels à l’égard de ces incidents, mais aussi de saisir les mécanismes de réflexion et d’action élaborés à la suite de ces incidents. Dès lors, notre dispositif devait non seulement permettre de recueillir la « matière du terrain », mais également offrir un espace aux professionnels pour élaborer, d’abord individuellement puis collectivement, leurs réflexions à propos de ces incidents.

11A partir de cette double contingence, nous avons élaboré un dispositif de recherche-intervision sous forme de groupes de travail réunissant des professionnels d’un même contexte géographique ou institutionnel avec des membres de l’équipe de recherche. Sept groupes ont ainsi travaillé collectivement sur la base d’incidents vécus et rapportés par les professionnels concernés. Ce dispositif place les professionnels non seulement dans une position de témoins et d’informateurs privilégiés supposés livrer une information de première main à l’équipe de recherche, mais aussi dans une position d’acteurs pouvant endosser une posture réflexive sur les incidents qui les concernent et de la sorte coconstruire avec l’équipe de recherche une analyse des mécanismes à l’œuvre dans les incidents relatés. Ce dispositif permet par ailleurs aux participants à ces groupes d’acquérir des éléments de formation.

12Par là, l’équipe de recherche s’était placée elle-même dans une sorte d’entre-deux, lui permettant d’être suffisamment proche du détail des préoccupations de professionnels, mais aussi suffisamment éloignée pour offrir une perspective d’analyse – un entre-deux qui pourrait se résumer pour l’équipe à être à la fois chercheurs, mais aussi « cherchant » aux côtés des professionnels participant à cette démarche.

Les tendances qui se dégagent de nos résultats

13Arrivés au terme de cette recherche, nous pourrions parler de deux nouvelles, une bonne et une moins bonne. Commençons par la bonne nouvelle : les racismes et l’extrémisme de droite ne constituent pas les problèmes les plus nombreux ni les plus saillants du quotidien des enseignants et des travailleurs sociaux des écoles secondaires genevoises. La moins bonne nouvelle, c’est que des incidents à caractère raciste surviennent tout de même, et ne sont pas toujours reconnus comme tels, ils inquiètent les acteurs sociaux et scolaires et souvent les prennent au dépourvu. Loin de vouloir prétendre que les phénomènes de racisme et d’extrémisme soient les seuls phénomènes préoccupants, on peut toutefois constater qu’ils existent, sous forme de violence physique ou verbale, manifeste ou latente, et qu’ils ont tendance à augmenter. Rappelons encore que les phénomènes dont traite la présente recherche ne comprennent qu’une partie des faits de violence dont les jeunes sont la cible ou les acteurs dans l’espace scolaire et extrascolaire, à savoir ceux où une personne est agressée soit en raison de son appartenance catégorielle, soit visée en tant que représentante d’un groupe, autrement dit en raison de ce qu’une personne « est » et non en raison de ce qu’elle aurait « fait ». Ces faits concernent particulièrement les phénomènes de racisme et d’ethnicisation des rapports sociaux, mais s’élargissent à d’autres conflits entre groupes tels que la xénophobie, l’homophobie ou le sexisme. Les professionnels signalent notamment qu’un certain langage agressif tend à se répandre et à se banaliser, signe peut-être d’un risque accru d’un climat de violence qui pourrait s’instaurer si l’on n’est pas à l’écoute de la signification de ces paroles et comportements, et si les divers acteurs ne prennent pas conscience de ce qui est en jeu dans ces incidents.

14On peut aussi constater que les incidents signalés ne laissent vraiment pas les professionnels du social et de l’éducation indifférents et que ces derniers font preuve d’une sensibilité et d’une attention importante aux violations des droits humains. Par le fait qu’ils mentionnent des événements et des conflits même si ces derniers ne relèvent pas de la violence physique, les professionnels témoignent de leurs compétences à porter attention aussi aux faits de racisme, de discrimination et plus largement aux phénomènes de violences latentes ou subtiles.

15Notre but n’est ni de convaincre ni de juger, ni d’enseigner ce qu’est le racisme, mais de récolter les expériences et les représentations des acteurs de terrain, cerner comment ils vivent les incidents au quotidien, ce qui les heurte et comment ils font face sur le moment, et lorsqu’ils ont pris un peu de recul.

16Cet ouvrage veut apporter des grilles de lecture de ces incidents et montrer comment les professionnels réagissent et quelles pistes d’intervention peuvent être dégagées à partir de leurs représentations et de leurs analyses.

Du bon usage de cet ouvrage

17Cet ouvrage s’adresse à la fois au chercheur et au praticien. Le lecteur qui cherche à le parcourir d’une manière rapide du début à la fin y découvrira la structure classique d’un ouvrage scientifique :

  • Définition des concepts clés (chapitre 1)
  • Description de la méthode (chapitre 2)
  • Présentation des résultats empiriques (chapitres 3 et 4)
  • Analyses thématiques transversales (chapitres 5, 6, 7 et 8)

18Mais cet ouvrage se veut aussi outil pour l’intervention sociopédagogique, outil un peu particulier puisqu’il ne vise pas en premier lieu une prévention de type général qui éviterait que l’incident n’advienne, mais veut au contraire être un support permettant aux professionnels d’élaborer une réflexion et une action une fois que l’incident est venu perturber le processus d’intervention.

19Pour les lecteurs qui souhaitent utiliser l’ouvrage à cette fin, nous proposons de commencer la lecture en choisissant celles qui les intéressent parmi les treize vignettes proposées au chapitre 4.

20Si les incidents traités dans ces vignettes sont singuliers, ils pourraient néanmoins survenir dans de nombreux lieux, sous une forme un tant soit peu différente. Ils ne sont pas le fait de contextes ou de personnes exceptionnelles ; de même, cet ouvrage ne vise en aucune manière à stigmatiser un établissement, un quartier ou un acteur particulier. Par contre, les réponses qui sont apportées par les acteurs sociaux et pédagogiques font bien sûr appel à la prise en compte et à la coopération d’acteurs spécifiques aux contextes concernés.

21Chacune de ces vignettes comprend :

  • un résumé de l’incident,
  • les thèmes et problématiques soulevés par les professionnels lors de la séance d’intervision,
  • des éléments d’analyse complémentaires,
  • des pistes et des perspectives d’intervention,
  • une petite bibliographie de ressources.

22Une vignette peut être lue de manière indépendante ; mais à partir de cette première entrée dans la matière, le lecteur pourra utilement compléter son questionnement en consultant à la suite et dans l’ordre qui lui convient :

  • une ou plusieurs des analyses thématiques transversales ;
  • la définition de certains concepts clés ;
  • le climat général ou les préoccupations particulières de tel ou tel groupe de recherche-intervision.

23Le lecteur pourra s’orienter au moyen du schéma à la page suivante qui fonctionne comme guide de lecture pour ceux qui ne souhaitent pas lire les chapitres dans l’ordre.

24L’ouvrage se termine par un récapitulatif sous forme d’une grille de questions à (se) poser – individuellement ou collectivement – lorsqu’on est confronté à un incident de ce type. Nous voulions fournir une sorte de check-list à l’intention des professionnels ou d’autres personnes, dans l’espoir de procurer des repères pour la pratique. Il s’agissait de suggérer des questions utiles, plutôt que de formuler des réponses toutes faites.

Indice delle illustrazioni

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/656/img-1.jpg
File image/jpeg, 289k

© Éditions ies, 2009

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search