Version classiqueVersion mobile

Et ils colloquèrent, colloquèrent, colloquèrent…

 | 
Nadia Molea Fejoz

Conclusion

Texte intégral

C’était une de ces réunions où vous toussez deux fois
avant de parler et décidez ensuite de vous taire.
P.G. Wodehouse (humoriste anglais)

1Pourquoi s’astreindre à appliquer une méthode dans la réalisation du colloque ? Qu’est-ce que les travailleurs sociaux ont à y gagner ? Qu’ont-ils à y perdre ?

2Lorsqu’un colloque est peu structuré, les travailleurs sociaux ont des bénéfices secondaires qui ne sont pas négligeables : ils sont libres de se préparer ou non avant le colloque, ils peuvent ne pas participer activement à celui-ci, ne pas chercher à améliorer son fonctionnement, ne pas se remettre en question, etc. Ces « avantages » peuvent expliquer l’absence d’une volonté de changement.

3Si l’on s’appuie sur les théories de la psychodynamique du travail, une pratique qui peut paraître discutable aux yeux d’un observateur extérieur a toujours un sens pour les professionnels qui l’exercent, et cela d’autant plus qu’elle perdure. En conséquence, avant de se poser la question du changement, il est impératif de comprendre le sens de la pratique concernée.

4Mon enquête révèle que les professionnels organisent et animent de manière relativement peu convaincante leurs colloques et qu’ils sont plutôt satisfaits de cette situation. Quittons quelques instants la logique de pensée qui consiste à s’en offusquer ou à plaider pour que la situation change et tentons de saisir le sens de cette attitude. Voici quelques hypothèses pouvant expliquer le fait que les colloques des travailleurs sociaux sont relativement peu organisés :

  • Les travailleurs sociaux ont une représentation négative des méthodologies et plus généralement de tout ce qui peut être considéré comme formel.

  • Les travailleurs sociaux ont peu de temps pour se « poser » et se rencontrer en équipe. Le colloque représente donc un potentiel espace de rencontre et de repos. Pour qu’il le soit effectivement, il est essentiel qu’il soit informel.

  • Les travailleurs sociaux ont un grand besoin de parler. La parole, plus largement la communication, est pour eux non seulement un outil de travail, mais aussi un moyen de donner du sens à l’action, d’être reconnu et de consolider l’appartenance à l’équipe. Le choix d’une organisation informelle du colloque peut être motivé par le fait que ce type d’organisation laisse davantage libre cours à la parole.

  • Les travailleurs sociaux font un travail particulièrement difficile et exigeant. Bien des situations au quotidien nécessitent la mobilisation d’une part importante de leur énergie. Le fait que le colloque soit organisé de manière informelle a un sens dans la mesure où ainsi celui-ci n’implique pas d’investissement particulier.

5Plusieurs motifs sont donc à même d’expliquer le fait que les colloques des travailleurs sociaux sont peu organisés. Introduire plus de méthode poserait un certain nombre de problèmes. En effet, les travailleurs sociaux devraient travailler de manière formelle alors qu’ils en ont une représentation négative, renoncer au colloque comme espace de repos et de rencontre, apprendre à canaliser leur besoin de communication, dégager du temps au détriment d’une autre activité pour préparer et organiser le colloque.

6Est-ce pour autant qu’il faille renoncer à structurer les colloques ? Je ne le pense pas. Ce que ces hypothèses mettent en lumière est qu’il coexiste au sein du colloque des besoins ou des attentes contradictoires. Il semblerait que le colloque soit tout autant un lieu de travail et de réflexion qu’un lieu de rencontre. Mais ces deux activités sont-elles vraiment compatibles ?

7Il est intéressant de remarquer que la question de la structuration du colloque, apparemment anodine pour certains, est en fait essentielle et peut-être même embarrassante en ce qu’elle interroge la signification même du colloque. Si le colloque est un lieu de travail, alors il est nécessaire qu’il soit structuré, tandis que s’il s’agit d’un lieu de rencontre et d’échange, l’application d’une méthode perd son sens. Le colloque ne peut pas répondre à tous les besoins des professionnels en même temps. Cela ne veut pas dire que ces deux besoins ne soient pas légitimes.

8S’il est évident que les travailleurs sociaux ont besoin d’espaces pour penser, il faut insister sur le fait qu’ils ont tout autant besoin de « sas de décompression » et de rencontre, confrontés qu’ils sont à une réalité souvent éprouvante et déstabilisante. Le seul problème est qu’un colloque ne peut pas répondre à ces deux besoins simultanément. D’ailleurs, on peut se demander si les sentiments contradictoires des travailleurs sociaux à l’égard de leurs colloques (« je t’aime, moi non plus ») ne s’expliquent pas par cette double attente génératrice de frustrations.

9Il me semble donc fondamental de bien dissocier les deux besoins et de se poser la question de savoir pourquoi on se réunit. Attendre du colloque qu’il soit à la fois un lieu de travail et de « décompression » est illusoire. Les directions des institutions devraient prendre en compte ces deux besoins en dissociant les lieux et les espaces ayant pour fonction d’y répondre. Seulement, il est bien évident que pour les dissocier, il faut que ces deux espaces existent. Or, a priori il n’existe pas de « sas de décompression et de rencontre » dans les institutions sociales. Il serait des plus souhaitable que l’on réfléchisse sérieusement à la création de tels lieux au travail.

10En substance, il faut donc retenir deux choses : la première est que la question de la méthode touche au fondement même du colloque ; la deuxième est que modifier la structure d’un colloque est une démarche qu’il ne faut pas prendre à la légère, celle-ci nécessitant des concertations en équipe et la prise en compte de ses différents besoins.

Une méthode, ce n’est pas la mer à boire

11Comme nous l’avons vu, certains auteurs pensent que les travailleurs sociaux ont une représentation négative des méthodes et des formalités. Les résultats de cette enquête font penser que ces considérations ne sont pas totalement infondées, c’est pourquoi j’aimerais insister maintenant sur ce qu’est une méthode.

12Les ouvrages de conduite et d’animation de réunion ne proposent rien d’autre que de faire le colloque avec un minimum de méthode. Une méthode, qu’est-ce que c’est ? Selon le Petit Robert, c’est un « ensemble de moyens raisonnés suivis pour arriver à un but ». Faire un colloque avec méthode équivaut donc simplement à définir un ensemble de procédures permettant d’atteindre un objectif (le mot « méthode » vient du grec methodos, de meta (vers) et odos (voie) : la méthode indique la voie à suivre).

13Un vélo qui roule convenablement est une mécanique complexe à l’œuvre et contrôlée régulièrement : pneus bien gonflés, freins réglés, chaîne graissée… Pardon de cette lapalissade, mais une personne doit aussi y mettre du sien ; elle doit savoir faire du vélo, avoir un intérêt à s’en servir et la volonté de le faire. De plus, le fait qu’un vélo soit en bon état de marche et qu’une personne l’utilise correctement ne garantit absolument pas la vitesse de déplacement, ni l’absence de chute ou de crevaison. Il en est strictement de même pour le colloque. Si l’on schématise, les ouvrages de conduite et d’animation de réunion n’ont pas d’autre propos que de dire qu’un colloque, tout comme un vélo, fonctionne par une mécanique sujette à contrôle et à révision, constituée de l’ensemble des procédures que j’ai mentionnées tout au long de la partie II de ce travail : ordre du jour, préparation du colloque, rappel des objectifs, clarification du rôle de chacun, utilisation d’un tableau pour noter les idées…

14Ainsi, pour qu’un colloque soit opérationnel, il est nécessaire qu’un enchaînement de moyens réfléchis soit appliqué et que ces moyens soient régulièrement contrôlés et évalués. Bien évidemment, ce seul fait n’est en soi pas suffisant pour garantir les résultats : un colloque bien organisé n’est rien sans participants actifs, de même qu’un bon vélo ne sert à rien sans un cycliste qui pédale.

15L’intérêt majeur qu’il y a donc à organiser et à animer un colloque avec méthode est de permettre à celui-ci d’être en « état de marche ». Rouler avec un vélo endommagé, c’est courir le risque de ne pas atteindre la destination choisie et aussi de diminuer son plaisir. De même, faire un colloque sans l’organiser et l’animer avec méthode, c’est courir le risque de ne pas trouver les solutions recherchées et de diminuer également son plaisir à « colloquer ».

16Dans le choix d’une méthode, il faut vérifier que celle-ci :

  • n’est pas compliquée, mais facile à retenir et à utiliser,

  • n’est pas floue, mais précise,

  • n’empêche pas de réfléchir, mais facilite la maîtrise du problème à résoudre,

  • ne ralentit pas le travail collectif, mais le rend plus efficace,

  • n’annule pas la créativité, mais l’encourage,

  • n’empêche pas de s’exprimer, mais rend l’expression possible,

  • ne rend pas dépendant, mais augmente la capacité d’auto-organisation,

  • ne diminue pas la participation, mais la favorise,

  • ne garantit pas les résultats, mais contribue à les atteindre,

  • ne doit pas être appliquée à la lettre, mais de manière souple.

Les intérêts de la méthode pour les travailleurs sociaux

17Les méthodes prescrites par les ouvrages de conduite et d’animation de réunion sont intéressantes à plus d’un titre pour les colloques des travailleurs sociaux. Cependant, ces méthodes concernent avant tout la forme du colloque et non son contenu, même si celle-là a une incidence sur celui-ci. Il est important de bien dissocier les méthodes qui ont pour objectif de structurer la forme du colloque, ce qui est mon sujet d’étude, et celles qui visent plus directement à soutenir le contenu des échanges. Par exemple, les théories relatives à la conduite et à l’animation de réunion, qui ont pour fonction de constituer le cadre du colloque, disent qu’il est important de fixer des objectifs clairs. Elles ne disent pas comment traiter tel sujet, mais seulement qu’il est important de verbaliser clairement les points qui vont être abordés, afin que les discussions ne partent pas dans tous les sens.

18Voyons l’intérêt que peuvent avoir les travailleurs sociaux à structurer leur colloque. Le simple fait de se poser la question de l’organisation du colloque présente déjà de l’intérêt. Cette démarche consiste à se détacher provisoirement de l’action et à prendre du recul : « Tiens, mais, au fait, comment je fais mon colloque ? Pourquoi est-ce que je l’organise comme ça ? Qu’est-ce que j’attends de cet espace et quels sont les moyens que je peux mettre en œuvre ? », etc. Si le colloque permet aux travailleurs sociaux de réfléchir aux actions qu’ils mènent ainsi qu’aux situations des usagers, la question de la méthodologie du colloque leur permet de réfléchir à la manière dont ils pensent leurs actions et les situations des usagers. De plus, selon Maccio, s’interroger sur la manière qu’on a de fonctionner, sur les outils utilisés est une étape nécessaire pour évoluer dans sa façon de travailler : « réfléchir sur les techniques que nous utilisons couramment pour déceler la part inconsciente de manipulation que nous pouvons induire. S’interroger sur la façon dont nous les utilisons et dans quelle intention : pour conditionner, pour faciliter un apprentissage, pour aider à la connaissance, pour favoriser la compréhension, pour conduire à l’autonomie, etc. Autant de questions qu’il est difficile d’évacuer si nous voulons mûrir » (1997 : 205).

19La structuration des colloques a cinq avantages principaux pour les travailleurs sociaux :

Intérêt de clarification

20Un colloque structuré a l’avantage d’éclaircir des zones d’ombre et donc d’éviter de se perdre. Dans un colloque structuré, on sait de quoi l’on va parler, on s’est préparé, on connaît les objectifs à atteindre, on sait qui est qui et qui fait quoi… Certes, ce n’est pas extraordinaire en soi, mais au vu de la complexité des colloques des travailleurs sociaux et de la variété des éléments qui entrent en ligne de compte (cf. partie I), un peu de clarification est essentiel.

Intérêt d’une certaine forme de sécurité

21Un colloque animé et organisé avec un minimum de méthode garantit aux participants qu’il ne se passera pas tout et n’importe quoi. Cet avantage est loin d’être insignifiant, car, je le rappelle, les travailleurs sociaux peuvent souffrir de certaines dérives induites par le fait que le colloque n’est pas suffisamment « sécurisé ».

Intérêt d’un gain de temps

22Un colloque structuré favorise non seulement une utilisation du temps à bon escient, mais il permet même d’en gagner. La méthode permet de canaliser le débat et d’éviter que les participants partent en mille et une conjectures.

Intérêt de facilitation

23Un colloque organisé et animé correctement facilite non seulement l’avancement du travail (on sait pourquoi on se réunit, de quoi l’on va parler et dans quelle direction on veut aller), mais aussi l’expression de chacun (l’animateur favorisant la participation de tous).

Intérêt d’efficacité et de satisfaction

24Structurer un colloque équivaut à se donner des moyens en vue d’atteindre des objectifs. Par conséquent, plus un colloque est organisé et animé avec méthode, plus une équipe a de chances d’atteindre ses objectifs et d’être satisfaite. Je le rappelle, un colloque structuré n’enlève rien au plaisir à participer au colloque, au contraire, il ne peut que l’augmenter.

25De manière plus globale, Maccio affirme que « la maîtrise des techniques nous aide à évacuer la peur d’entrer en relation. Quand on a appris à animer une réunion, on a moins peur d’en organiser ou d’y participer, cela nous aide à être efficace. Quand on a fait l’apprentissage de la discussion, du dialogue, de la compréhension, outre l’efficacité, nous avançons aussi vers plus de solidarité » (1997 : 205).

26Pour conclure, je dirais que les méthodologies du colloque doivent être considérées comme un support. Certes, ce support n’est pas « magique » ni sans limite, mais il n’en est pas moins des plus utiles. Cependant, son application ne va pas de soi. Elle suppose que les participants et l’animateur fassent des efforts et acceptent un certain nombre de contraintes. En d’autres termes, pour qu’un colloque soit structuré et donc en état de fonctionner, il faut accepter de ne pas être totalement libre… Je ne sais pas dans quelle mesure les travailleurs sociaux sont prêts à accepter cette restriction de liberté, mais il est possible qu’il y ait là un point d’accroche. Pourtant, cette perte de liberté n’est qu’apparence : elle est la condition d’acquisition d’une autre forme de liberté, plus importante, celle de mieux penser et de mieux agir.

Les conditions de l’efficience d’un colloque

27Dans les courriers que j’ai envoyés aux institutions sociales pour présenter mon enquête, je mentionnais que l’objectif final de celle-ci était de déterminer les conditions de l’efficience des colloques. Bien que j’aie eu cet objectif au tout début de cette recherche, je l’ai rapidement abandonné, au vu de la complexité et du manque d’informations à disposition sur les colloques des travailleurs sociaux. En effet, pour énoncer ces conditions, il faudrait déjà avoir une connaissance approfondie de ceux-ci. Or, cette recherche montre que bien des inconnues demeurent. Cependant, puisque là était mon engagement et que des éléments ont tout de même émergé dans ce travail, voici quelques-unes des conditions de l’efficience des colloques des travailleurs sociaux :

Le travail d’équipe

28Les limites d’un colloque sont avant tout celles d’une équipe. L’efficience du colloque dépend donc, entre autres, de la stabilité et de la maturité de l’équipe. Par conséquent, une institution a tout intérêt à aménager des espaces de réflexion réguliers destinés à l’évaluation et à l’amélioration du fonctionnement de celle-ci. Dans le cas où il y a beaucoup de changements de personnel au sein de l’équipe, ou lorsque des conflits existants ne sont pas traités, il est illusoire d’atteindre une grande efficacité en colloque.

Le travail sur la pluridisciplinarité

29Comme nous l’avons vu, le travail en équipe pluridisciplinaire est loin d’être une chose naturelle. Plus les professionnels connaissent les fonctions des autres professionnels de l’équipe, plus la collaboration a de chances de fonctionner. Il est donc loin d’être inutile de se prêter à l’exercice des présentations, car il y de fortes chances que les professionnels croient se connaître plus qu’ils ne se connaissent réellement.

La structure dans le colloque

30Un colloque structuré, donc préparé et animé avec méthode, est une des conditions incontournables de l’efficience.

L’évaluation régulière du colloque

31Pour améliorer le fonctionnement du colloque, il est impératif de l’évaluer régulièrement.

Les conditions matérielles

32L’environnement dans lequel se déroule le colloque a une influence sur celui-ci. Le cadre, la table et l’équipement de la salle contribuent à l’efficience d’un colloque.

Une définition commune du colloque

33Pour qu’un colloque soit efficient, il faut que chacun des membres tire à la même corde. Par conséquent, il faut avoir une compréhension commune de ce qu’est cette activité, ce qui ne va pas de soi.

L’existence parallèle de lieux de « décompression » et de rencontre

34Pour que le colloque soit efficient, il est nécessaire que celui-ci soit uniquement un lieu de travail et de réflexion. Pour ce faire, des espaces de rencontre et de détente doivent être aménagés parallèlement.

Une formation adéquate

35Savoir animer et participer à une réunion n’est pas une compétence innée, il faut donc avoir reçu une formation en la matière.

Pistes d’intervention concernant l’organisation du colloque

36Après l’analyse, passons à l’action… Il y a deux types d’interventions distinctes à mener : celles qui concernent l’organisation et l’animation du colloque et celles qui concernent le colloque envisagé globalement. Avant de les présenter, j’aimerais insister sur le caractère quelque peu idéaliste de cette démarche. Il n’existe pas, en matière de colloque, des solutions toutes faites, des recettes universelles ou magiques, des « il n’y a qu’à ». C’est pourquoi il faut considérer ce qui suit comme de simples orientations possibles ou souhaitables.

En ce qui concerne les travailleurs sociaux

37Il me semblerait utile et souhaitable que les travailleurs sociaux consacrent l’intégralité d’une réunion à l’évaluation du fonctionnement des colloques et à la compréhension des représentations et des attentes de chacun à leur sujet. Comme nous l’avons vu, le sens des méthodes dépend du sens que l’on attribue au colloque. C’est pourquoi il est nécessaire de faire ce double travail.

38Pour que cette démarche ait un sens, c’est-à-dire pour qu’elle ne soit pas juste l’occasion de se plaindre ou de se féliciter, il me semble impératif que celle-ci soit introduite, accompagnée et suivie d’actions.

39La personne qui propose cette réunion extraordinaire doit d’abord en motiver le sens et les raisons : « Pourquoi est-ce utile que l’on réfléchisse à nos attentes vis-à-vis du colloque et à la manière dont on le fait ? » Si cette démarche n’est pas introduite, elle peut être perçue comme une forme de contrôle et le débat risque fort de se limiter à un échange de justifications réciproques. Il me semble donc important de bien faire comprendre que le but n’est pas de porter des jugements de valeur sur la pratique du moment, mais d’évaluer lucidement la situation et de réfléchir à la pertinence des attentes de chacun, ainsi qu’aux moyens d’améliorer l’organisation, le déroulement et l’animation des réunions.

40Cette démarche évaluative doit ensuite être accompagnée, c’est-à-dire que l’animateur de cette réunion doit interroger précisément les travailleurs sociaux. La question n’est pas, notamment, de savoir si a priori la forme du colloque est satisfaisante ou non, mais de passer en revue l’ensemble des thématiques qui touchent à la structuration du colloque (organisation : ordre du jour, compte rendu, préparation… ; déroulement : avant, début, pendant, après ; conditions matérielles ; participation ; communication ; animation ; prise de décision ; etc.) et d’argumenter la pertinence ou non de ce qui se fait dans ces différents domaines. Par exemple, au sujet de l’ordre du jour, il serait souhaitable de se demander s’il est transmis suffisamment à l’avance, en quoi il est utile, quelles modifications devraient lui être apportées, etc.

41Enfin, cette démarche implique qu’elle soit suivie d’actions. Prendre conscience du fonctionnement du colloque et des attentes n’est en soi pas suffisant, le but ultime étant de mettre en œuvre des procédures visant à le rendre plus fonctionnel.

42Voici à quoi pourrait ressembler l’ordre du jour – j’ai construit cet ordre du jour selon le modèle présenté dans Noyé (2002B : 66) – d’une telle réunion :

43Il est possible qu’une équipe ne soit pas réceptive à cette démarche, qu’elle pense, par exemple, que la question de la structuration du colloque, au vu des urgences et des problèmes du quotidien, est une préoccupation secondaire. J’encouragerais, dans ce cas, l’initiateur de la démarche à débattre de ce refus en en demandant les raisons, en expliquant son point de vue, en proposant une date pour la discussion qui convienne mieux à l’équipe, etc. Quoi qu’il en soit, l’important est avant tout d’ouvrir des espaces de parole autour de la question des attentes et de la structuration du colloque. Il est peut-être illusoire que de grands changements s’opèrent rapidement dans le fonctionnement des colloques des travailleurs sociaux genevois. Mais que les travailleurs sociaux parlent du colloque davantage à l’intérieur de l’institution qu’au café est un objectif qui me semble atteignable. En d’autres mots, cette thématique doit réintégrer sa place au sein des institutions.

Au niveau de la formation de base des travailleurs sociaux

44Une réflexion concernant l’enseignement délivré en matière de conduite et d’animation de réunion me semblerait des plus souhaitables. Une démarche d’évaluation et de remise en question me semble nécessaire, qu’il s’agisse de la durée du cours, de son contenu, des liens qui y sont faits avec les expériences de stage des étudiants et les autres cours de la formation, ou encore des supports pédagogiques utilisés.

45Par ailleurs, la Haute école de travail social devrait mandater des étudiants pour faire une nouvelle vidéo pédagogique sur la conduite et l’animation de réunion dans le cadre du mémoire de fin d’études. De plus, j’estime que les étudiants devraient être amenés, dans le cadre de leurs stages, à participer activement aux colloques et à faire l’expérience, au moins une fois, de l’animation d’un colloque. Les praticiens formateurs devraient être sensibilisés, au cours de leur formation, à l’intérêt et à l’importance de cela.

En ce qui concerne le colloque en général

46Comme je l’ai déjà mentionné, j’ai été fort étonnée de constater le manque de littérature sur la question du colloque en général. En espérant que les obstacles qui entravent la pensée sur ce sujet ne soient pas insurmontables, il me semblerait important :

  • que le colloque soit l’objet de recherches. Il y a ici un terrain d’étude qu’il serait temps d’investir. Les angles d’approche ne manquent pas : réglementation du colloque dans les institutions sociales, transposition ou adaptation des méthodologies existantes aux colloques des travailleurs sociaux, typologie des colloques des travailleurs sociaux par catégorie professionnelle, identification plus claire des problèmes et des besoins spécifiques aux colloques des travailleurs sociaux, contenu des colloques, représentation des usagers concernant les colloques des travailleurs sociaux, etc. ;

  • d’organiser un colloque sur les colloques. Une série de conférences et de discussions au sujet du colloque qui rassemblerait des travailleurs sociaux, des enseignants et des théoriciens serait à mon avis utile pour favoriser la réflexion sur le sujet ;

  • que les écoles qui forment les travailleurs sociaux se questionnent au sujet du colloque. Au vu de la place réservée aux colloques dans le cursus de formation, une réflexion de fond devrait être engagée sur ce thème. A ce titre, on pourrait souhaiter que figure explicitement dans les directives de stage un objectif spécifique lié à la pratique, à l’animation et à la rédaction du procès-verbal de la réunion.

47Dans cet ouvrage, je n’ai pas traité la question du colloque dans tous ses aspects. J’aimerais, pour finir, dire deux mots du plaisir. Le plaisir ou, au contraire, le déplaisir et le mécontentement, me semblent être un des enjeux fondamentaux de l’organisation du colloque. Je ne sais pas s’il est réaliste de viser le plaisir et l’épanouissement au travail, mais je suis convaincue que le travail n’a pas pour vocation d’être un lieu d’insatisfaction et d’ennui. Et si on décidait de ne plus s’ennuyer au colloque ? Et si on faisait en sorte que le colloque soit une source d’enrichissement, de plaisir et non de frustration ? Je ne crois pas que nous soyons ici dans le domaine du rêve. Et même si c’était le cas, aurions-nous quelque chose à perdre d’essayer ? Pourquoi ne pas être plus exigeant vis-à-vis du colloque ? Les travailleurs sociaux s’engagent pour les usagers, pourquoi n’en serait-il pas de même pour le colloque – ce qui serait aussi une façon de s’engager pour les usagers, d’ailleurs ?

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 634k

© Éditions ies, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search