Version classiqueVersion mobile

Et ils colloquèrent, colloquèrent, colloquèrent…

 | 
Nadia Molea Fejoz

Partie II. Résultats de l’enquête

Chapitre 3. Personnes interrogées et typologie des colloques

Texte intégral

Méthodologie

1J’ai réalisé, en 2003, une enquête quantitative (voir questionnaire en annexe), ainsi que sur cinq entretiens semi-directifs dont la visée principale était de faire commenter, par les professionnels, les résultats obtenus par questionnaire.

2Cinq cent septante professionnels ont pris la peine de répondre au questionnaire. L’échantillonnage était de type aléatoire, les questionnaires ayant été distribués dans la majeure partie des institutions et associations genevoises employant des éducateurs spécialisés, des assistants sociaux et des animateurs.

3L’étape de la diffusion du questionnaire, du recueil et du traitement des données a duré en tout et pour tout quatre mois, de mai à août 2003. Toutes les données recueillies dans le cadre cette recherche l’ont été sous le couvert de l’anonymat.

4J’invite les lecteurs qui le souhaitent à remplir le questionnaire qui se trouve en annexe ; ils pourront ainsi comparer leurs réponses à celles des personnes interrogées.

Premiers constats

5Le tableau qui suit présente les différentes caractéristiques des professionnels qui ont répondu à mon enquête par questionnaire.

Tableau 2 : Les 570 professionnels ayant répondu à l’enquête

Tableau 2 : Les 570 professionnels ayant répondu à l’enquête

6A partir de ces chiffres, on peut noter un certain nombre de faits :

Ce sont en majorité des femmes

7Nulle surprise à ce sujet, le travail social reste, qu’on le déplore ou non, du domaine et de la responsabilité des femmes ! Cependant, les hommes sont en légère majorité dans deux cas de figure : lorsqu’il est question d’être responsable d’équipe (51.3 % d’hommes sont responsables d’équipe contre 48.7 % de femmes) et dans la catégorie professionnelle des animateurs (57.3 % d’hommes contre 42.7 % de femmes).

Ce sont en majorité des éducateurs spécialisés

8Viennent ensuite les assistants sociaux et les animateurs, cet ordre étant reflété dans le choix des options par les étudiants à la Haute école de travail social. La catégorie des éducateurs bénéficie-t-elle de débouchés professionnels plus nombreux et de meilleures conditions de travail ? En tous cas, l’écart laisse songeur quant à la pérennité des autres catégories professionnelles. Il faut aussi noter le chiffre de 4.9 % de professionnels entrant dans la catégorie « Autres » regroupant des enseignants spécialisés, des psychologues, des maîtres socioprofessionnels, des licenciés en sciences de l’éducation, des infirmières, des psychomotriciens, des logopédistes, des secrétaires, etc. Par souci de simplicité, je ne tiendrai pas compte de ces professionnels dans cette recherche. On peut noter en passant que, d’une part, la fonction d’éducateur, d’assistant social ou d’animateur n’est pas toujours remplie par des personnes ayant suivi la formation spécifique et que, d’autre part, l’existence de ces autres professionnels est le signe de la pluridisciplinarité de nombreuses équipes de travail social.

Ce sont en majorité des professionnels qui travaillent depuis de nombreuses années dans le social

9Ils ont donc une grande expérience du colloque et leurs réponses peuvent, de ce point de vue, être perçues comme particulièrement éclairantes.

La problématique des usagers n’a pratiquement pas d’influence directe sur l’organisation et le vécu des colloques

10Il n’y a quasiment pas, à ce sujet, de résultats significatifs, c’est-à-dire statistiquement généralisables à l’ensemble de la population. Les seules particularités significatives que j’ai trouvées en croisant les quatre-vingts variables (questions du questionnaire) avec les types de population indiqués par les professionnels sont celles résumées dans le tableau 3 (p. 64).

11Pour prendre l’exemple de la troisième ligne, ce tableau doit être lu de la manière suivante : Il y a une relation statistiquement significative entre la variable « handicap mental » et la variable « compte rendu écrit » après le colloque. En d’autres termes, on peut généraliser le fait que, dans 92.5 % des institutions prenant en charge des personnes mentalement handicapées, il y a un compte rendu écrit après la réunion.

12Le colloque, dans sa forme, dans son organisation, dans son animation et dans sa durée, n’est pas influencé par la population prise en charge. Cependant, la tranche d’âge des usagers et la catégorie professionnelle influencent la durée du colloque.

Tableau 3 : Influence des caractéristiques des usagers sur l’organisation de l’équipe et du colloque

Type de population

Résultats significatifs statistiquement

Enfants et adolescents présentant des troubles sociaux

L’équipe n’est pas pluridisciplinaire (56.2 %).

Personnes toxicomanes

L’équipe bénéficie d’une supervision (100 %).

Personnes handicapées mentales

Il y a un compte rendu écrit après la réunion (92.4 %).

Tout type de population

La fréquence des colloques est d’une fois par semaine (64.4 %).
La table de réunion est rectangulaire (66.1 %).

Enfants et adolescents présentant des troubles du comportement

L’équipe est pluridisciplinaire (95.7 %).
La fréquence des colloques est comprise entre deux (34,8 %) et trois (36.4 %) par semaine.
Il n’y a pas de compte rendu après la réunion (53.6 %).

Adultes requérant d’asile

L’équipe a un colloque par semaine (59.4 %).
Le colloque n’est pas efficace (55.6 %).
Les professionnels sont mécontents de leurs colloques (45.5).
La motivation à travailler avec l’animateur du colloque est faible (38.7 %) à moyenne (38.7 %).

Femmes et familles

Les professionnels ne pensent pas que la supervision les rende plus efficaces dans leurs autres réunions (73.3 %).

Personnes âgées

L’équipe bénéficie d’une supervision (100 %).

13A noter les résultats concernant les assistants sociaux travaillant avec des requérants d’asile : les colloques, dans ce domaine, ne sont pas perçus par les professionnels concernés comme satisfaisants, efficaces, et la motivation à travailler avec l’animateur de réunion est faible à moyenne.

La taille des équipes concernées est relativement grande

14Or, la taille de l’équipe influence considérablement l’organisation de ses échanges et sa « productivité ». Il aurait été intéressant de vérifier si, comme l’indique la théorie, la taille de l’équipe a une influence sur son efficacité et si elle a été pensée dans le secteur social en fonction de critères d’efficacité ou seulement en tenant compte du nombre d’usagers à accompagner.

Typologie des colloques

15Quand on parle des colloques des travailleurs sociaux, de quel type de réunion parle-t-on ? Il en existe en effet une multitude, ce dont témoigne le tableau suivant que j’ai élaboré à partir d’une brochure de Jean Lefébure (2003) et des ouvrages cités dans la bibliographie relatifs à la conduite de réunion. Il s’agit d’une typologie conçue en fonction des objectifs :

Tableau 4 : Les réunions dans les entreprises, selon la littérature

Tableau 4 : Les réunions dans les entreprises, selon la littérature

16Voici maintenant une typologie des colloques par objectifs prenant sa source dans la pratique des travailleurs sociaux (synthèse des résultats) :

Tableau 5 : Les colloques selon les travailleurs sociaux

Nom

Objectifs

Les colloques cliniques
Synthèse usager, supervision et intervision usager, analyse de situation...

Elaborer des projets pédagogiques, mettre à jour et traiter les questions que pose la relation usager/professionnel, faire le bilan et le suivi de la situation d’un usager

Les colloques d’équipe
Réunion de fonctionnement et d’organisation, supervision d’équipe, réunion de régulation

Organiser et planifier le quotidien, traiter la dynamique interne de l’équipe, développer sa cohésion, sa capacité à élaborer un projet, à travailler ensemble

Les colloques institutionnels
Réunion qui comprend l’ensemble du personnel de l’institution

Coordonner, informer, favoriser la réflexion, la formation

17Ces deux tableaux nous apprennent qu’il y a un écart considérable entre les réunions que nous présentent les ouvrages spécialisés et les colloques vécus sur le terrain des travailleurs sociaux. Ce fait n’est guère étonnant, car les livres consacrés à l’animation et à la conduite de réunion visent bien souvent le monde de l’entreprise et particulièrement les cadres supérieurs. On aurait tort de les négliger, car ils sont quasiment les seuls à s’intéresser à la question du colloque et à plaider pour un minimum d’organisation.

18Si l’on ne doit pas s’étonner du fait que les colloques des travailleurs sociaux sont différents des colloques du monde de l’entreprise, on peut s’interroger sur les raisons de l’absence quasi totale de littérature faisant la transposition dans le monde du travail social des théories psychosociales qui prennent leur source dans le monde de l’entreprise. Animer et participer à un colloque dans le monde du social, est-ce du même ordre qu’animer et participer à une réunion dans le monde de l’entreprise ? A priori, il semble que non, puisque ce ne sont pas les mêmes sortes de réunions. La synthèse usager, par exemple, est un type de colloque totalement absent de la littérature consacrée à l’animation et à la conduite de réunion.

19Pour Jacobson et Monello, cette distinction entre entreprise et social est un faux problème. « On a longtemps distingué, et on le fait encore, les entreprises de production et le secteur social qui nous intéresse ici. En étudiant les problèmes posés dans l’un et l’autre cas, on s’aperçoit que cette distinction est artificielle, qu’elle n’existe que pour préserver les stéréotypes de chacun sur les deux types de structures. Le travail en équipe, dont il est de plus en plus question chez les travailleurs sociaux, répond aux mêmes nécessités que dans l’industrie. (…) Ce que nous pouvons savoir du travail d’équipe vient souvent des études faites dans l’industrie, et s’il ne convient pas d’appliquer sans les modifier les modèles et structures de l’entreprise de production dans le secteur social, celui-ci ne peut ignorer l’acquis de ces expériences et peut, en les intégrant à ses caractéristiques, en faire son profit » (1970 : 12).

20Jean Lefébure (spécialiste en management interviewé le 29 décembre 2003) partage cet avis et remarque que les travailleurs sociaux auraient besoin de ces méthodes, car ils ont bien souvent de la difficulté à formaliser leurs discussions. Pour lui, les travailleurs sociaux ont une représentation négative des méthodologies. Que cela soit lié à l’histoire ou à la culture du travail social, les professionnels craignent souvent que les méthodes simplifient, réduisent ou rigidifient leurs propos. Pourtant, là n’est pas la vocation d’une méthode, bien au contraire puisque celle-ci est un outil, un support qui a justement pour fonction de favoriser la pensée et la créativité. D’ailleurs, Lefébure s’étonne encore bien souvent de constater que, dans le cadre de leurs colloques, les travailleurs sociaux se demandent rarement comment ils vont discuter, mais privilégient, la majeure partie du temps, les discussions « libres ». Jacobson et Monello font le même constat : « l’esprit des travailleurs sociaux se prête mal, et cela a peut-être son aspect positif, à tout ce qui est formel, administratif, à l’organisation, à la structuration. Les travailleurs sociaux sont plus à l’aise dans l’informel » (1970 : 12).

21Cependant, pour Jean-Paul Gaillard (psychologue interviewé le 29 novembre 2003), ces méthodes issues de l’entreprise ne sont pas adéquates pour répondre aux besoins des travailleurs sociaux, car ce sont des outils simples qui répondent à des besoins relativement simples. Si ces méthodes sont tentantes, selon lui, c’est avant tout parce qu’elles sont rassurantes : « on a le sentiment de savoir où l’on va, de savoir comment on fait et avec quels outils ». Mais dans la pratique, dit-il, « on s’aperçoit vite que face à la complexité, c’est-à-dire à de l’humain, ces méthodes ou ‘recettes’ ne fonctionnent pas et on les abandonne très vite ». Toutefois, Jean-Paul Gaillard admet que les travailleurs sociaux manquent d’outils pour analyser adéquatement et efficacement leur pratique.

22Si les avis peuvent diverger quant au choix de la méthode, tous les auteurs cités s’accordent à dire que celle-ci manque chez les travailleurs sociaux et qu’elle est nécessaire. Pour Maccio, auteur de plusieurs ouvrages sur la dynamique de groupe et la conduite de réunion, « s’interroger sur la méthode, c’est s’interroger sur la voie suivie ou à suivre pour une recherche, une réflexion, une action. La méthode exclut donc l’improvisation et suppose une recherche des conditions optimales d’efficacité. C’est donc un ensemble de règles ou de procédés conçus et utilisés pour assurer un résultat déterminé. C’est un enchaînement raisonné de moyens en vue d’une fin » (1997 : 234). Il ajoute que « nous avons souvent des réticences à utiliser des techniques. Nous avons l’impression de nous servir de mécanismes de manipulation à l’égard des personnes. Il est utile d’être conscient de ce danger. Cependant, nous ne serons pas efficaces si nous ne disposons pas d’outils pour travailler » (254). De plus, il est bien évident que le choix d’« une méthode n’est jamais neutre. Elle dévoile, au travers de la démarche proposée, les orientations profondes, les idéologies sous-jacentes ou exprimées, et indique en définitive les valeurs réelles que l’on choisit comme guides pour son action » (234). Cependant, ce n’est pas une raison suffisante pour exclure toute méthodologie. Et la méfiance réelle ou supposée des travailleurs sociaux devrait être, d’une façon ou d’une autre, « travaillée », car il est dommageable de faire l’économie de moyens de penser, d’autant plus face à la complexité grandissante des situations des usagers.

23Pour revenir à ces deux tableaux, on peut noter aussi que dans le premier (réunions entreprise), les objectifs sont distingués bien plus nettement que dans le second (colloques des travailleurs sociaux).

24Selon Jacobson et Monello, « l’importance du travail et le manque de personnel conduit la plupart des institutions à réunir leur personnel moins souvent qu’il serait souhaitable et utile de le faire. On profite donc de la réunion hebdomadaire, ou bimensuelle, voire même mensuelle, pour régler l’ensemble des problèmes qui doivent être abordés collectivement. On trouvera donc des thèmes très différents dans une même réunion. L’expérience prouve que cela n’est guère efficace. Traiter en une seule réunion des problèmes de planning, d’organisation matérielle du travail, des aspects techniques, élaborer des décisions, aborder les relations interpersonnelles, nous paraît, à court ou long terme, devoir conduire à l’échec » (1970 : 102).

25La question, en effet, se pose de savoir si les objectifs des colloques des travailleurs sociaux sont toujours clairement identifiés. Parmi les professionnels interrogés, 84.9 % disent que les objectifs de leur colloque le plus régulier comprennent tout aussi bien le suivi de l’usager (la synthèse et l’analyse de sa situation) que l’organisation du quotidien de l’équipe (coordination et transmission d’informations). Il en ressort soit qu’ils sont trop nombreux, soit qu’ils ne sont pas clairement définis et explicités.

26Jean Lefébure et Sylvain Thiébaut (chargé d’enseignement, notamment en animation de réunion, à Haute école de travail social de Genève – informations recueillies au cours d’échanges informels) estiment que, bien souvent, le travailleur social venant se former à l’animation et à la conduite de réunion dans le cadre de la formation continue a besoin d’apprendre le b.a.-ba. Ce n’est pas sans m’interroger sur la formation de base délivrée en la matière dans les écoles sociales. Le b.a.-ba, c’est notamment le fait qu’il est important d’identifier et d’expliciter clairement les objectifs d’un colloque. Lefébure précise que la pensée fonctionne par associations et que si l’on ne détermine pas clairement les objectifs d’un colloque, il y a de forts risques que l’on s’égare, tel sujet amenant les participants à telle autre considération ou tel autre commentaire. D’ailleurs, il est peut-être préférable de distinguer les colloques par type d’objectif, comme on semble le faire dans le monde de l’entreprise.

27Enfin, remarquons que si le tableau relatif aux réunions dans les entreprises est riche et détaillé, celui concernant les colloques des travailleurs sociaux est nettement moins explicite et fourni. Pourtant, les colloques des travailleurs sociaux ont aussi leurs spécificités, qui se précisent encore quand on fait la distinction entre les trois catégories de professionnels (éducateurs, animateurs, assistants sociaux). Par conséquent, plusieurs questions se posent. Connaît-on les colloques des travailleurs sociaux ? Qu’est-ce qui fait leur spécificité ? Quelle est leur fréquence, leur durée ? Quels sont leurs objectifs ? Et d’ailleurs, comment prend-on en compte ces spécificités dans la littérature et dans la formation ? Autant de questions précises qui, lors de ma recherche, m’ont conduite le plus souvent à de vagues réponses. Pourtant, comment réfléchir sur les colloques des travailleurs sociaux si on ne les a pas identifiés ? L’objet « colloque » dans le monde du travail social, bien que constitutif de celui-ci, semble encore loin d’être clairement identifié, et ce simple fait n’est pas sans conséquence sur la manière dont un professionnel perçoit le colloque et s’y engage.

28Bien sûr, je ne nie pas la diversité des colloques des travailleurs sociaux, et je ne prétends pas non plus qu’il soit possible de les appréhender de manière exhaustive. Cependant, les botanistes sont capables de répertorier et décrire des milliers d’espèces de plantes différentes, alors pourquoi les chercheurs en travail social ne pourraient-ils en faire de même pour les colloques ?

29Quoi qu’il en soit, ce qui me semblerait utile, en guise de premier pas, serait de réunir ce qui est aujourd’hui à l’état de fragments dispersés pour rédiger une typologie des colloques des travailleurs sociaux en fonction de la catégorie professionnelle (éducateurs, animateurs, assistants sociaux).

30Pour ma part, je ne peux que définir succinctement les trois grands types de colloque qui ressortent des résultats de mon enquête (dans la pratique, il va de soi que les trois niveaux de réalité représentés par les usagers, l’équipe et l’institution ne peuvent pas être distingués aussi strictement).

Le colloque clinique

31Il regroupe tous les colloques qui ont pour objectif spécifique de traiter du sujet des usagers. Il y a trois sous-catégories principales : la synthèse usager, la supervision d’analyse de situation et l’intervision.

La synthèse usager

32Un des seuls colloques mentionnés dans les rares articles que j’ai trouvés sur le sujet est celui de la synthèse usager. Tandis qu’André Jonis affirme que, parmi toutes les réunions des travailleurs sociaux, celle-ci est « la reine incontestable » (in Benloulou et al. 2000 : 3), Fablet note que « le terme ne figure pas dans le dictionnaire critique d’action sociale ou le guide du secteur social et médico-social, ce qui peut apparaître regrettable, car il s’agit bien d’une modalité de travail usuelle dans le champ professionnel des interventions socio-éducatives » (cité in Benloulou et al. 2000 : 5). Ce colloque peut inclure non seulement l’équipe qui œuvre au quotidien avec les usagers, mais aussi les différents professionnels extérieurs à l’institution travaillant également avec l’usager, comme par exemple un psychiatre, un psychologue, un assistant social, etc. L’objectif de la synthèse usager est de rassembler les informations que possèdent les différents praticiens sur l’usager en vue d’établir un diagnostic de sa situation et d’élaborer et d’entériner un projet éducatif, social ou thérapeutique qui répondra à ses besoins. Nègre nous dit à son propos que « comme dans les tragédies classiques, les réunions de synthèse sont régies par la règle des trois unités : lieu, temps et action. Généralement, en une heure, dans une salle ad hoc, à propos d’un seul usager » (1998 : 13).

33La synthèse usager pose de nombreux problèmes en matière de fréquence (il n’est pas rare que l’on évalue la situation d’un usager tout au plus deux fois par an) et d’organisation, qui ne sont pas, pour certains, sans rapport avec la méthodologie du colloque. Selon Jonis, pour peu que certains mauvais esprits « comptabilisent le retard au démarrage, la pause-café, les mondanités, la manifestation des susceptibilités individuelles, les cancans, les règlements de comptes, les assoupissements, les apartés, les redondances, les digressions, et fassent ressortir que la conclusion a brillé par son absence, le verdict s’impose naturellement : il faut brûler la synthèse » (1997 : 3). Sans aller jusque-là, certains problèmes inhérents à la synthèse usager ne peuvent que confirmer l’utilité, pour ne pas dire la nécessité d’un minimum de méthode. Le sociologue Gérard Moussu dit à ce propos qu’il faut abandonner « la représentation de la synthèse comme un temps sacrifié à un rite hebdomadaire vidé de son sens, pour adopter une technique permettant de solutionner les problèmes intégrés à la démarche professionnelle globale » (2000 : 5).

La supervision d’analyse de situation

34Ce type de colloque réunit une équipe de travail fixe et un professionnel (généralement extérieur à l’institution, quoique pas toujours) formé à la supervision. Celui-ci peut être un psychiatre, un psychologue, un psychosociologue, un psychanalyste, un médecin ou même un ancien travailleur social. Un superviseur a généralement une appartenance théorique (courant analytique, systémique, comportementaliste…) sur laquelle il s’appuie pour analyser les situations. L’objectif de ce type de réunion est de permettre à une équipe d’analyser la situation d’un usager afin de mieux la comprendre et de trouver des solutions ou des stratégies qui pourraient répondre aux problèmes formulés. Le savoir tant pratique que théorique et le regard extérieur du superviseur ont pour fonction de favoriser la réflexion de l’équipe, ainsi que de lui permettre de mieux identifier ce qui est problématique dans la relation avec l’usager.

35Pour Chavaroche, il y a deux points principaux qui distinguent la supervision d’une réunion d’équipe où l’on parle des usagers. Le premier est lié à la notion de temps : « si la réunion clinique, dans son sens traditionnel, fonctionne plutôt dans un temps présent, voire dans l’urgence, la ‘supervision’, justement parce qu’existe à côté d’elle ce rapport immédiat au symptôme, est plus à même de s’inscrire dans un autre rapport au temps où il est possible de repérer dans la durée les modifications profondes, si elles existent, de la structure psychique du résident, au-delà des aléas conjoncturels » (1996 : 69). Le second point est lié à la présence de l’intervenant extérieur qui fait tiers entre l’équipe et l’institution ou l’équipe et l’usager : « la ‘supervision’ vient également faire ‘tiers’ dans une relation souvent duelle, et éviter que les protagonistes ne se figent dans une fascination ou une jouissance réciproque » (69). Si la synthèse usager fait partie des colloques incontournables, les supervisions visant à analyser les situations des usagers sont loin d’être automatiques, leur existence dépendant entre autres des moyens financiers dont dispose une institution. Leur fréquence aussi est variable. Mes expériences en tant que professionnelle m’ont montré qu’elles peuvent se pratiquer à raison de deux heures tous les quinze jours, comme de quatre heures une fois par an.

L’intervision

36Ce type de réunion a les mêmes objectifs que la supervision d’analyse de situation, dans le sens où elle vise à favoriser la compréhension de la situation d’un usager et à trouver des solutions à ses problèmes. Cependant, cela ne se fait pas avec une personne formée à la supervision, mais entre pairs, c’est-à-dire entre collègues. Ce type de colloque se pratique surtout chez les assistants sociaux.

Le colloque d’équipe

37Dans ce type de colloque, il faut dissocier les colloques qui ont pour objet la question de la gestion et de l’organisation du quotidien et les colloques centrés sur la dynamique interne de l’équipe.

Les colloques d’équipe concernant la gestion du quotidien

38Selon les résultats de l’enquête, il semble que ce type de colloque soit le plus régulier. Il est assez difficile d’identifier clairement les objectifs de ce colloque, car une quantité importante de points peuvent s’y traiter. En effet, la gestion du quotidien comprend tout autant l’organisation d’un camp à venir, des discussions sur les plannings horaires, les problèmes domestiques à régler, les informations à transmettre sur les usagers, le traitement des relations interpersonnelles dans l’équipe… Cela implique que les objectifs sont de nature diverse : prise de décision, transmission d’informations, négociation, etc. A noter que, dans le cadre de mon enquête, les professionnels ont distingué les colloques d’équipe tenus en présence du responsable hiérarchique de ceux tenus en son absence. Je ne sais pas ce qui les différencie en termes d’objectifs.

39Pour Chavaroche, ce type de réunion pose des problèmes récurrents sur les thèmes suivants : le projet de l’équipe, le « tous pareils » et les différences de l’équipe, travailler seul, à côté ou en équipe, la communication dans l’équipe, la gestion du planning, la régulation interne et le regard extérieur, le partage du travail, les changements (de personnel, d’usagers, de manière de faire…), la précarité (panne de projet, absence de certains membres de l’équipe), l’individu et l’équipe, être à l’intérieur ou à l’extérieur de l’équipe, les relations interpersonnelles.

Les colloques d’équipe concernant la dynamique de l’équipe

40Tout comme pour la supervision d’analyse de situation, ce colloque rassemble un superviseur et une équipe fixe de travail. Seulement, ici, les sujets de discussion ne sont pas centrés sur les usagers, mais sur l’équipe. Le but est de permettre à l’équipe de réfléchir à son fonctionnement et de traiter les conflits éventuels qui feraient obstacle à son bon fonctionnement. Tout comme les supervisions d’analyse de situation, ce type de colloque ne se pratique pas dans toutes les institutions et varie dans sa fréquence et sa durée.

Le colloque institutionnel

41Il s’agit des réunions qui rassemblent tous les membres de l’institution dans le but de transmettre de l’information, de coordonner les actions, de réguler les relations entre les différents intervenants, de réfléchir plus globalement à la mission institutionnelle et de se former. La fréquence est variable. Elle est comprise entre une fois par an à une fois par mois.

42Ce bref tour d’horizon montre que les colloques sont variés et complexes, qu’il n’est pas toujours évident d’en comprendre les enjeux et d’en mesurer la pertinence.

Durée, fréquence et objectifs des colloques hebdomadaires

43Il aurait été intéressant d’analyser les réponses de manière détaillée pour l’intégralité des colloques par catégorie professionnelle, en vue d’obtenir une image précise et exhaustive. Cela n’était pas possible, dans le cadre de cette étude, et je m’en tiendrai donc aux seuls colloques hebdomadaires. Ceux-ci :

  • ont lieu à la fréquence d’une (44.4 %) à deux fois (33.3 %) par semaine,

  • sont d’une durée moyenne de trois à quatre heures (63. 3 %),

  • ont pour objectifs, pour 84.9 % des travailleurs sociaux, le suivi de l’usager et l’organisation du quotidien.

  • 3 En statistique, si l’on veut être sûr à 99 % qu’il existe une différence significative entre des va (...)

44La durée du colloque varie significativement3 en fonction de deux variables seulement : la taille de l’équipe et la tranche d’âge de la population prise en charge. Les équipes de deux à trois personnes ont en majorité des colloques de une à deux heures par semaine, alors que pour les équipes plus nombreuses, ce temps est de trois à quatre heures par semaine. Lorsqu’on travaille avec des enfants, des adultes ou lorsque les tranches d’âge sont mélangées, on est en majorité au bénéfice de trois à quatre heures de colloque par semaine. En revanche, lorsqu’on travaille avec des adolescents, la majorité se situe entre cinq et six heures de colloque par semaine. Lorsqu’on travaille avec des personnes âgées, celle-ci se réduit à une ou deux heures par semaine.

45Cependant, il n’y a pas influence directe et significative de la durée du colloque sur toutes les autres variables. Ainsi, il semble que la durée du colloque n’influence pas le degré de satisfaction, ni l’efficience ou l’efficacité de celui-ci, ce qui n’est pas sans contredire les théories psychosociales en la matière. En effet, bon nombre d’auteurs s’accordent à dire qu’un colloque dépassant les nonante minutes est relativement peu productif.

46Les résultats par catégorie professionnelle sont les suivants :

Tableau 6 : Fréquence et durée des colloques, par catégorie professionnelle

Tableau 6 : Fréquence et durée des colloques, par catégorie professionnelle

Tableau 7 : Objectifs des colloques, par catégorie professionnelle

Tableau 7 : Objectifs des colloques, par catégorie professionnelle

47Nous pouvons constater que les éducateurs sont ceux qui ont le plus souvent deux colloques par semaine ; ils ont aussi le plus d’heures de colloque par semaine. Leurs colloques hebdomadaires ont deux objectifs : organiser le travail et discuter de la situation des usagers. Les autres professions, bien qu’en minorité, dissocient parfois ces deux objectifs. La question que l’on peut se poser est de savoir si les éducateurs abordent systématiquement ces deux aspects en réunion, ou bien, puisqu’ils ont en moyenne deux colloques par semaine, s’ils les dissocient par colloque.

48Concernant les assistants sociaux, la fréquence est en majorité d’une fois par semaine. Dans la même proportion majoritaire que chez les autres catégories professionnelles, la durée est quant à elle de trois à quatre heures par semaine. Une particularité, chez les assistants sociaux, est que la proportion de colloques d’une durée de une à deux heures est relativement élevée (37.5 %). En comparant la durée des colloques des assistants sociaux à celle des colloques des autres professionnels, on constate donc que les assistants sociaux sont ceux qui ont le moins d’heures de colloque par semaine. Leurs colloques hebdomadaires ont pour objectifs d’organiser le travail et de discuter de la situation des usagers. Mais à l’inverse des éducateurs, et tout comme les animateurs, il leur arrive de consacrer des colloques aux questions d’organisation seulement.

49Enfin, la fréquence des colloques des animateurs est d’une fois par semaine (pourcentage le plus important des trois professions). Comme pour les autres, la durée moyenne est de trois à quatre heures par semaine. Si l’on compare la durée des colloques des animateurs à celle des autres professions, on constate qu’elle se situe entre celle des colloques des éducateurs (la plus élevée) et celle des colloques des assistants sociaux. Les objectifs sont identiques à ceux des assistants sociaux.

Remarques conclusives

50Cette question de la typologie des colloques du terrain genevois mériterait un approfondissement. En effet, comme je l’ai déjà mentionné, identifier clairement les colloques est une démarche préalable à toute réflexion les concernant. S’appuyer sur des faits, et non sur des fantasmes ou sur une réalité institutionnelle isolée, permettrait de quitter le niveau émotionnel et de percevoir les colloques sous un jour plus rationnel.

51Le colloque n’est pas une entité figée, condamnée à rester dans l’obscurité. Il n’est pas non plus – ou il ne devrait pas l’être – un luxe ou un plus qu’offrirait généreusement telle institution à son personnel, contrairement à d’autres qui ne seraient pas tenues de le faire. Il est un moyen essentiel pour toute institution de mener à bien ses actions auprès des usagers. Ce seul fait atteste qu’il est important que des informations circulent à son sujet, que des réflexions et des partages d’expérience viennent dépoussiérer régulièrement la pratique du colloque, car le risque majeur qui le guette, de par son inscription dans le quotidien, est la sclérose. L’impact du quotidien sur le colloque ne doit pas être sous-estimé, car comme le dit Jean-Paul Dupuy, psychanalyste, « à travers le quotidien le plus banal s’immisce, puis s’installe le sentiment de l’absurde. Une absurdité qui se manifeste dans le contraste entre les questions existentielles : ‘qui suis-je ?’, ‘où vais-je ?’ et la répétition quotidienne des mêmes gestes, des mêmes activités. La monotonie de l’existence, l’automatisme, en un mot le pompage [référence aux Shadoks] semble alors éreinter, vider le questionnement existentiel » (2003 : 15).

52Selon Chantal Leclerc, transformer une réalité ou la faire évoluer suppose « une capacité de transposer les expériences de la vie quotidienne dans un espace public, une capacité de transférer ses ruses et astuces individuelles dans des pratiques instituées. Si valables soient-elles, les idées ou les pratiques qui restent cloisonnées dans l’expérience subjective, sans être soumises au regard des autres et à leur jugement, resteront sans effet. Par contre, les expériences qu’on aura réussi à partager et à faire passer dans la culture d’un groupe acquerront un surplus de sens et un surplus de force » (1999 : 159). Donc, à quand un colloque (dans le sens d’une série de conférences et de discussions) sur les colloques, par exemple, dont le but serait de répertorier ceux-ci et de mener une réflexion à leur propos ?

53Oui, certes, il est possible que la diversité des colloques ne facilite pas le dialogue entre les différentes institutions. Mais cette diversité ne peut pas être un argument pour justifier le manque de réflexion et d’échanges sur la question.

54Et finalement, cette obscurité qui entoure le colloque ne contribue-t-elle pas à maintenir les professionnels dans le doute ? Plusieurs professionnels, alors que la question n’était pas posée, ont pris l’initiative d’ajouter sur le questionnaire la remarque que le temps attribué pour la tenue des colloques était insuffisant. Cela nous ramène au problème de la reconnaissance officielle des colloques dans les institutions sociales, notamment en termes de durée : à combien de temps de colloque un professionnel peut-il prétendre légitimement avoir droit ?

Notes

3 En statistique, si l’on veut être sûr à 99 % qu’il existe une différence significative entre des variables croisées et que cette différence n’est pas simplement due au hasard de l’échantillonnage – en d’autres termes : si l’on veut être sûr que les données sont généralisables à la population entière –, il faut se référer aux indicateurs Phi et V Cramer. Si le Phi est inférieur à. 001 et le V Cramer supérieur à 200, alors la différence est jugée statistiquement significative.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : Les 570 professionnels ayant répondu à l’enquête
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/638/img-1.png
Fichier image/png, 666k
Titre Tableau 4 : Les réunions dans les entreprises, selon la littérature
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/638/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Tableau 6 : Fréquence et durée des colloques, par catégorie professionnelle
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/638/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 7 : Objectifs des colloques, par catégorie professionnelle
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/638/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© Éditions ies, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search