Version classiqueVersion mobile

Et ils colloquèrent, colloquèrent, colloquèrent…

 | 
Nadia Molea Fejoz

Partie I. Essai de compréhension de la notion de colloque

Chapitre 2. Fonctions du colloque et compétences requises pour « colloquer »

Texte intégral

A quoi servent les colloques ?

1« Mais que peuvent bien faire ces travailleurs sociaux qui sont toujours en réunion ? », « Les colloques, c’est la maladie du social, un vrai fléau », « Ça sert à rien faire, si ce n’est qu’à perdre son temps », « A se masturber les méninges », « A rédiger son courrier », « En plus, pendant ce temps-là, ils s’occupent pas des résidents », « Ça sert à s’afficher, à s’autovaloriser, à se faire voir, à flatter son ego, à exercer son pouvoir », etc. Toutes ces réactions ne proviennent pas de mon imagination, mais sont extraites des ouvrages consultés pour cette recherche (cf. Bibliographie).

2La question du sens et de l’utilité des colloques des travailleurs sociaux provoque manifestement beaucoup de suspicion. Pour Anzieu, ce phénomène n’est pas étonnant, car « ceux qui se retirent à l’écart des autres pour se réunir, ceux qui se rassemblent (…) sont suspects de se conduire ainsi pour accomplir quelque mal. (…) Que peuvent bien faire ceux qui se réunissent en groupe dans des huis plus ou moins clos, sinon de se livrer à la débauche sexuelle, à la cruauté sadique, à l’exhibitionnisme, à la souillure, à la conspiration homicide ? » (1984 : 55).

3Mais plutôt que de s’abandonner aux fantasmes, cherchons à définir les fonctions du colloque.

Fonction de médiation

4Dans un foyer, un hôpital de jour, un Centre d’action sociale et de santé (CASS), une maison de quartier, etc., il y a toujours la réunion d’au moins trois instances :

5Ces trois instances vivent ensemble dans l’espace qu’est l’établissement. Elles sont en interaction et aussi en interdépendance, car chacune a besoin des deux autres. Selon Chavaroche, les relations qu’entretiennent une institution, une équipe et des usagers ne vont pas de soi : « elles [ces relations] ne peuvent être laissées, dans une institution, se développer à ‘l’état naturel’, car elles ont pour nature profonde d’être foncièrement problématiques » (1996 : 32). En effet, au quotidien, ces interactions se traduisent par un ensemble de problèmes à régler, d’actions à organiser, de réponses à fournir, de réflexions à mener. Le colloque est donc le cadre qui permet de médiatiser (au sens de concilier, réguler et arbitrer) ces échanges.

6De cette fonction globale découlent les autres fonctions du colloque, que je séparerais en deux grands ensembles : les fonctions d’ordre « technique » et les fonctions d’ordre « psychologique ». Les premières sont mises en exergue essentiellement par la psychologie sociale, tandis que les secondes le sont par des représentants de l’école psychanalytique. Pour présenter ces deux ensembles, je me réfère ici principalement aux écrits de Lefébure, Solar et Chavaroche.

Les fonctions techniques

7Du point de vue technique, c’est-à-dire du point de vue du fonctionnement quotidien de l’établissement, les colloques permettent de :

  • s’informer et communiquer, échanger des informations, des observations…

  • analyser et résoudre des problèmes fonctionnels ou relationnels,

  • réfléchir aux situations des usagers en vue d’élaborer des projets individuels,

  • établir des diagnostics et formuler des stratégies éducatives et thérapeutiques,

  • coordonner les actions de l’équipe et de l’institution,

  • prendre des décisions,

  • organiser le quotidien,

  • générer des idées et stimuler la créativité de l’équipe,

  • fédérer et motiver l’équipe,

  • se former.

Les fonctions psychologiques

8Concernant l’ensemble des fonctions « psychologiques » que je vais aborder maintenant, j’entends décrire quelques-uns des rôles joués par le colloque favorisant le soutien de l’équipe, sa stabilité et son équilibre psychique.

Fonction de « peau »

9La première fonction d’ordre psychologique qu’identifie Chavaroche dans le colloque est celle de « peau ». Ici, l’auteur se réfère au concept psychanalytique du « Moi peau » élaboré par Anzieu. Ce concept montre comment les fonctions du Moi se développent par étayage sur les fonctions de la peau.

10Pour Chavaroche, l’équipe ne doit pas être perçue seulement comme une unité fonctionnelle, mais aussi comme une entité psychique : un Moi. Il existe donc pour lui un « Moi équipe ». Le Moi, comme le précise Freud dans sa deuxième topique, comporte à la fois un aspect conscient, qui se traduit par une organisation cohérente, et un aspect inconscient, qui par l’intermédiaire de mécanismes de défense refoule les pulsions du Ça. Selon Chavaroche, « la relation quotidienne avec des équipes éducatives et soignantes en Maison d’accueil spécialisé, nous permet d’approcher la double polarité de ce que nous percevons, intuitivement, comme un ‘Moi équipe éducative et soignante’. Ainsi, chaque équipe a sa ‘personnalité’, une certaine cohérence, une conscience d’exister dans sa relation aux résidents dont elle a la charge. Mais nous percevons également de façon souvent très forte combien cette équipe est traversée de mouvements plus ou moins souterrains qui la minent, dans quel tissu d’incohérences elle peut parfois se trouver prise. Nous remarquons de nombreux blocages qui semblent faire obstacle à un réel investissement dans le travail auprès de ces mêmes résidents » (1996 : 35).

11Ces précisions faites, reprenons. Chavaroche montre comment les différentes fonctions du Moi peau (fonction de maintenance du psychisme, fonction d’interface, fonction de contenant, fonction de pare-excitation, fonction d’individuation, fonction d’intersensorialité, fonction de soutien de l’excitation sexuelle, fonction de recharge libidinale, fonction d’inscription, fonction d’autodestruction) peuvent être pour la plupart transposées au colloque. Je n’ai pas ici la possibilité d’aborder en détail ces fonctions complexes, mais ce que je retiens d’essentiel est l’idée que le colloque a la fonction d’une peau qui permet au Moi de l’équipe de se développer. Cette « peau colloque » est un contenant. Elle sépare et relie l’équipe aux résidents. D’une part, elle marque la frontière du Moi équipe, elle la protège et rend ainsi possible le déploiement de la pensée. D’autre part, elle est ce qui permet la communication avec l’extérieur (les résidents), dans la mesure où la réflexion développée en réunion est à considérer comme une condition de celle-là.

Fonction d’« appareil à penser les pensées »

12Une deuxième fonction que Chavaroche attribue au colloque est celle d’« appareil à penser les pensées ». La définition de cette fonction a pour fondement la théorie de la constitution de la pensée établie par Bion, auteur d’obédience psychanalytique. Celle-ci est assez complexe ; je la schématiserais ainsi :

13Dans le secteur social, il n’est pas rare que les usagers aient de la difficulté à « penser avec leurs propres pensées ». En découle une frustration importante que l’usager va projeter sur les travailleurs sociaux. Ceux-ci sont donc, plus ou moins régulièrement, assaillis d’éléments bêta (impressions désagréables, parfois intolérables) provenant des usagers. La tentation est grande pour les travailleurs sociaux de répondre en acte, c’est-à-dire de faire taire ce qui est insupportable. Cela peut se traduire par une fuite dans le faire (activisme) et par une sidération de la pensée. Mais quand les travailleurs sociaux sont en « panne de pensée », ils risquent de tomber dans deux pièges. Soit ils renvoient ces sensations désagréables à l’usager (retour brut et direct à l’expéditeur), soit ils mettent une plus grande distance entre eux et l’usager pour ressentir le moins possible ces sensations douloureuses.

14Le colloque remplit cette fonction de « machine à penser les pensées », parce qu’il permet aux travailleurs sociaux d’élaborer ces éléments bêta. En effet, c’est ce travail d’abstraction, de mise en perspective et aussi de théorisation qui permet à une équipe de transformer ces éléments bêta en éléments alpha. Cependant, pour que le colloque puisse remplir cette fonction de contenant maternel, nous dit Chavaroche, il faut dépasser deux obstacles intimement liés. Celui de la culpabilité de l’équipe : « faire état des sensations désagréables que l’on perçoit au contact des résidents, c’est porter atteinte à l’image idéalisée que chaque éducateur ou soignant porte en lui d’être un bon professionnel » (1996 : 54). Et celui que cette parole soit entendue de manière « jugeante » : « parler de mauvaises sensations ne veut dire ni que les soignants sont ‘mauvais’, ni que c’est l’institution, et encore moins les résidents pour lesquels il ne s’agit que de la traduction de leurs extrêmes difficultés à vivre » (54).

Fonction d’« aire transitionnelle »

15La troisième et dernière fonction du colloque que nous aborderons ici est celle d’« aire transitionnelle ». Cette même fonction est nommée « espace potentiel » par Guy Vulin (2000 : 3-31). Ce concept psychanalytique défini par Winnicott sert à montrer comment le processus de séparation mère-enfant est rendu possible par la mise en place d’une « aire transitionnelle ». Pour expliquer cette théorie de manière très schématique, on peut dire que l’enfant est pris entre deux positions, celle de sa subjectivité interne (créativité primaire : illusion que sa mère est parfaite et a été créée par lui) et celle de l’objectivité externe (perception objective basée sur l’épreuve de la réalité : sa mère est différente de lui et non adaptée à tous ses besoins). Ce passage de la réalité intérieure à la réalité extérieure ne peut se faire de manière brutale et sans aménagement. Pour développer sa capacité à supporter la séparation d’avec sa mère, l’enfant doit trouver un lieu neutre, une aire transitionnelle où ces deux instances ne sont pas en compétition, afin de s’approprier la réalité extérieure, c’est-à-dire la recréer à son image. Cette aire transitionnelle est souvent matérialisée par un « objet transitionnel ».

16Chavaroche écrit que « tout comme l’enfant qui va devoir conserver l’illusion qu’il peut, dans une zone qui ne lui est pas disputée, créer la réalité externe, il est indispensable que l’équipe éducative et soignante puisse, à son tour, créer cette réalité si éprouvante que sont les résidents, dans un espace dont elle aura la maîtrise » (1996 : 60). Le colloque symbolise cet espace transitionnel, car il est le lieu où l’équipe peut penser, imaginer et recréer la réalité des usagers autrement que ceux-ci la donnent à voir. Là où la pression de l’agir impose son rythme, le colloque offre la possibilité de se « poser », et c’est justement dans cet entre-deux qu’est le colloque, en retrait du quotidien en même temps qu’en miroir de lui, que l’équipe peut « s’illusionner » (penser qu’elle peut créer la réalité extérieure) et ainsi faire la transition entre sa réalité interne d’équipe et la réalité extérieure des usagers. Chavaroche précise à juste titre que « cette illusion ne va pas, bien sûr, sans cette autre face qu’est la désillusion, tout aussi nécessaire au psychisme de l’équipe que l’illusion. La désillusion protège l’équipe de la tentation de toute-puissance qui viserait à conformer la réalité des résidents à celle de l’équipe » (61).

17J’ai tenté de présenter l’ensemble des fonctions que le colloque peut remplir dans un établissement. Les différentes fonctions que j’ai abordées sont essentiellement d’ordre collectif, cependant il ne faut pas négliger le fait que le colloque remplit aussi des fonctions d’ordre individuel. En effet, chaque professionnel investit le colloque différemment et, suivant ses besoins et ses états d’âme, le lieu du colloque peut revêtir encore bien d’autres fonctions que celles présentées. Par exemple, le colloque peut avoir à titre individuel la fonction de soutien, car il permet de sortir de son isolement et de rencontrer ses collègues. Ou encore, quand un professionnel rencontre un problème et qu’il sait qu’il pourra « en parler en réunion », alors le colloque peut prendre la fonction de « permanence de l’objet-équipe » (cf. Piaget : « Les stades du développement intellectuel de l’enfant ») : « Je ne peux pas voir l’équipe maintenant, mais je sais qu’elle existe et que bientôt elle va m’aider, je ne suis donc pas seul avec mon problème… »

18Enfin, je citerais encore Chavaroche, qui selon moi résume assez bien le sens global des réunions des travailleurs sociaux : « le dispositif de réunions, qu’elles soient à visée clinique, destinées à maintenir une cohérence dans le travail d’équipe ou à l’échelle institutionnelle pour en articuler les nombreux rouages, n’a qu’un seul objectif : soutenir les personnels dans cette entreprise complexe que sont les soins et l’accompagnement de résidents » (1996 : 125).

Compétences requises pour « colloquer »

19Dans le cadre de ma formation, lors d’un cours de psychodynamique du travail, une enquête fort intéressante avait été présentée aux étudiants. Bruno Fortin (1996), psychologue canadien, avait demandé à ses étudiants de définir les caractéristiques requises pour être intervenant en santé mentale (le terme « intervenant en santé mentale » comprend l’ensemble des professions du social : psychologue, travailleur social, psychomotricien, logopédiste…). Je ne résiste pas à dresser la liste d’une partie des résultats (l’ensemble comprend plus d’une page) :

20♦ capable d’adaptation ♦ capable d’apprendre ♦ débrouillard ♦ capable d’écouter ♦ capable d’établir un bon contact avec les gens ♦ capable de communiquer avec les membres d’une équipe multidisciplinaire ♦ capable de faire face aux crises ♦ capable de gérer son stress ♦ capable de gérer son temps ♦ capable de respecter les contraintes administratives ♦ capable de s’affirmer ♦ capable de se débrouiller avec la technologie moderne (ordinateurs, télécopieurs, etc.) ♦ capable de se remettre en question ♦ congruent ♦ créateur ♦ discret ♦ dynamique ♦ empathique ♦ en bonne santé physique et mentale ♦ esprit d’équipe ♦ esprit ouvert ♦ formé par une formation professionnelle pertinente ♦ honnête ♦ intuitif ♦ le sens de l’organisation ♦ une bonne connaissance de soi et de ses limites…

21L’auteur finit son article en disant ne pas connaître d’intervenant réunissant toutes ses qualités, et il conclut par ces mots : « le rôle continuera donc d’être rempli par des êtres humains imparfaits qui visent l’accessible plutôt que l’idéal, tout en tenant compte des attentes de leur client, du mandat que leur confie leur employeur et du contexte dans lequel se déroule leur intervention ».

  • 2 Je renvoie le lecteur en quête de détails au référentiel de compétences de l’éducation spécialisée (...)

22Eh bien, pour le colloque, il en va de même. La liste des compétences requises pour colloquer que nous allons voir est longue et quelque peu idéaliste. Le colloque reste une activité humaine, donc imparfaite. Voyons donc ces compétences. Il y a des qualités plus spécifiques à certains rôles (animateur, participant, secrétaire de séance) dans le colloque, mais par souci de synthèse je citerais ici, et de façon non exhaustive, les « compétences de base ». Ce sont celles considérées comme telles par les auteurs des ouvrages que j’ai étudiés traitant de l’animation et de la conduite de réunion. 2 Voici la liste :

23♦ sens des responsabilités ♦ capacité à se positionner ♦ capacité d’écoute ♦ capacité d’orateur ♦ capacité d’analyse ♦ capacité à gérer ses émotions ♦ esprit de synthèse ♦ capacité à se décentrer ♦ tolérance ♦ capacité à gérer les conflits ♦ sens de la délégation ♦ sens de l’humour ♦ capacité à anticiper ♦ sens du compromis ♦ capacité de collaboration ♦ esprit d’ouverture ♦ sens critique ♦ rigueur ♦ créativité ♦ capacité à respecter et à faire tenir un cadre ♦ capacité à exercer une autorité ♦ maîtrise de soi ♦ sens éthique ♦ réalisme ♦ connaissance en dynamique de groupe ♦ capacité de rédiger des textes ♦ sens de l’observation ♦ capacité d’organisation ♦ connaissance théorique en conduite et en animation de réunion ♦ capacité à respecter des horaires ♦ fiabilité, etc.

24Il est assez troublant de constater que « colloquer » se révèle bien plus exigeant qu’il n’y paraît ! Je dirais même que cela laisse songeur. Quoi qu’il en soit, cette activité requiert de réelles compétences et donc une formation adéquate, certainement encore trop sous-estimée.

Remarques conclusives

25Nous avons passé en revue, sans pour autant prétendre à l’exhaustivité, les différents éléments constitutifs du colloque, chacun de ceux-ci étant en soi riche et complexe. Il en ressort que le colloque est fait de plusieurs niveaux de réalité – contextuel, institutionnel, relationnel, organisationnel et même émotionnel – qu’il est important de dissocier de manière à comprendre les multiples enjeux et dérives possibles. J’ai tenté de montrer aussi que les différentes fonctions du colloque sont essentielles pour assurer le bon fonctionnement de l’institution et de l’équipe, et que la pratique du colloque requiert de la part des participants de réelles compétences.

26Le contenu de ce chapitre m’amène à formuler deux réflexions :

27La première est que les éléments qui constituent le colloque sont aussi ceux qui caractérisent le travail social en général, qu’il s’agisse des usagers, du travail en équipe, de la pluridisciplinarité, de la complexité, etc. D’ailleurs, métaphoriquement, le colloque peut être vu à la fois comme la vitrine du travail social (le colloque (re) présente celui-ci), sa boutique (le colloque rassemble les différents articles à disposition que sont les projets pédagogiques, les théories, les modes d’action…) et son arrière-boutique (le colloque reflète les dysfonctionnements et les dérives du travail social). Bien sûr, on est tenté de faire ici le rapprochement avec les trois instances de l’appareil psychique selon Freud. La vitrine correspondrait au Surmoi, la boutique au Moi et l’arrière-boutique au Ça. Cela équivaudrait peut-être à dire que le colloque est l’appareil psychique du travail social… autrement dit le lieu où l’on pense (au sens large) l’action à mener.

28La deuxième réflexion est qu’il est, à mon avis, important, si ce n’est urgent, de reconsidérer le colloque et sa valeur. Trop de représentations erronées en font encore un lieu où la futilité remplace la pensée et le vide de son sens. Concevoir le colloque comme une habitude ou une banalité, c’est passer à côté de son potentiel, c’est sous-estimer ce qu’il est et ce qu’il peut apporter. A l’heure où les situations des usagers deviennent de plus en plus complexes, l’espace de réflexion qu’offre le colloque doit être considéré non seulement comme un lieu primordial à protéger et à défendre, mais aussi comme un lieu « sacré », c’est-à-dire digne de respect, où l’on vient pour se ressourcer, pour donner du sens à ses actions et pour trouver des solutions. Finalement, n’est-ce pas là un des problèmes majeurs du colloque ? N’est-ce pas qu’il a perdu au fil du temps son caractère sacré ? N’est-il pas devenu qu’une chose de plus dans l’arsenal institutionnel ? En d’autres mots, n’en a-t-on pas perdu le sens ?

29Au vu de ce qui précède, nous pouvons maintenant plus facilement identifier la place et l’intérêt que peut représenter la méthodologie dans la conduite et l’animation de réunions. Si la méthode dans les colloques doit être considérée comme n’étant qu’un des multiples éléments qui constituent et influencent le colloque, il en est cependant un de taille. En effet, la complexité du colloque et son caractère essentiel dans les institutions sociales justifient pleinement qu’il soit structuré et pensé dans sa forme. Voyons donc maintenant comment les travailleurs sociaux organisent leurs colloques.

Notes

2 Je renvoie le lecteur en quête de détails au référentiel de compétences de l’éducation spécialisée (AVTES 2001) : les fonctions 3) travailler en réseau et en équipes pluridisciplinaires, 7) communiquer à l’interne, 8) communiquer à l’externe, 9) travailler en équipe, 10) évaluer ses activités professionnelles, développer son potentiel et ses compétences.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/636/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/636/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k

© Éditions ies, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search