Version classiqueVersion mobile

Et ils colloquèrent, colloquèrent, colloquèrent…

 | 
Nadia Molea Fejoz

Introduction

Texte intégral

1Que le lecteur se rassure, en adaptant, pour le titre de cet ouvrage, la célèbre formule shadokienne, je n’ai pas voulu suggérer que les colloques – autrement dit les réunions – des travailleurs sociaux (dans ce travail, l’expression « travailleur social » englobe les éducateurs, les assistants sociaux et les animateurs) étaient vains ou absurdes. En fait, je pense exactement le contraire. J’ai plutôt voulu indiquer que la valeur d’un colloque est proportionnelle à l’investissement qu’on y met et qu’il y a des risques, comme dans toute activité humaine, que cette valeur baisse à mesure que la routine s’installe.

2La problématique des colloques résulte à la fois de la place centrale qui leur est aujourd’hui conférée dans les institutions sociales et du manque d’informations concernant la pratique de cette activité. Du fait de sa nécessité, de son coût, de son impact décisionnel sur l’organisation institutionnelle et sur le devenir des usagers, il va sans dire que si le colloque ne « fonctionne » pas bien, les conséquences sont immédiatement ressenties à tous les niveaux : institution, équipe, usagers. Affirmer « dis-moi comment sont tes colloques et je te dirai comment va ton institution » est peut-être abusif, mais le postulat de cette recherche est bien que la qualité du travail social se joue entre autres au moment du colloque.

3Différents éléments sont constitutifs du colloque, raison pour laquelle je fais appel dans ce travail à plusieurs courants théoriques.

4Premièrement, le courant psychanalytique. Créée à la fin du XIXe siècle par Sigmund Freud, la psychanalyse se fonde sur la croyance en un psychisme inconscient (constitué de pulsions instinctives et de désirs refoulés) qui déterminerait la base de notre personnalité. Elle est une méthode particulière de thérapie (cure par la parole) qui cherche à faire émerger les désirs refoulés du patient, considérant le symptôme comme l’expression de désirs refoulés et qu’il faut rendre conscients. Comme l’inconscient se construit dès les premiers mois de l’enfance, une attention particulière est portée sur le passé du patient. Les voies d’accès à l’inconscient sont l’association libre, l’interprétation des rêves et le transfert. Le Dictionnaire de la psychanalyse précise que « par extension, on donne le nom de psychanalyse : 1. au traitement conduit selon cette méthode ; 2. à la discipline fondée par Freud (et à elle seule) en tant qu’elle comprend une méthode thérapeutique, une organisation clinique, une technique psychanalytique, un système de pensée et une modalité de transmission de savoir (analyse didactique, contrôle) prenant appui sur le transfert et permettant de former des praticiens de l’inconscient ; 3. au mouvement psychanalytique, c’est-à-dire à une école de pensée qui englobe tous les courants du freudisme » (Roudinesco & Plon 1997 : 821).

5Deuxièmement, la psychologie sociale. Ce courant issu de la psychologie date d’une centaine d’années. Son développement est étroitement lié à l’évolution des contextes socio-économiques de nos sociétés industrialisées (révolution industrielle, taylorisme, crise économique et sociale, guerre mondiale, nouveaux rythmes de travail…). Alors que la psychologie clinique se centre sur le sujet, la psychologie sociale s’intéresse « à l’homme en tant qu’être social et soumis aux mutations contextuelles » (Cazals-Ferre & Rossi 2002 : 5). La psychologie sociale a pour principal objectif de « comprendre de quelle façon les hommes insérés dans ces systèmes socio-économiques se construisent et évoluent, tant sur un plan individuel que par l’intermédiaire de leurs rapports à autrui » (5). Ainsi, cette discipline au double contenu sociologique et psychologique étudie tout aussi bien « les phénomènes d’emprises réciproques qui unissent un individu ou un groupe à la société » que « les relations interpersonnelles qui se tissent entre l’individu et les groupes au sein des groupes entre eux, dans un contexte social déterminé » (8).

6Troisièmement, la psychodynamique du travail. D’abord nommée « psychopathologie du travail », elle prend son essor dans les années 1970 sous l’impulsion des travaux de Christophe Dejours. Elle a pour objet d’étude l’analyse dynamique des processus psychiques mobilisés par la confrontation du sujet à la réalité du travail. « La psychodynamique du travail étudie les rapports subjectifs et intersubjectifs des personnes en situation de travail aux prises avec une organisation du travail structurante ou pathogène sur le plan de la santé mentale » (Maranda & Leclerc 2004).

7Ainsi outillée, la question principale à laquelle je tente de répondre est la suivante : des points de vue de l’organisation, des méthodes employées, des résultats et du ressenti, quels rapports les travailleurs sociaux genevois entretiennent-ils avec leurs colloques ?

8Pour ce faire, dans la première partie, par l’intermédiaire d’apports fondés à la fois sur la théorie et la pratique, je définis le colloque et tente d’en présenter la complexité. Certes, tout travailleur social sait, puisqu’il le pratique régulièrement, ce qu’est un colloque. Nous verrons pourtant que bien des éléments insoupçonnés se tapissent dans l’ombre et qu’il est peut-être bien plus complexe de l’appréhender qu’il n’y paraît.

9Dans la deuxième partie, plus spécifique, je tente de voir en quoi et comment les différentes théories sur la méthodologie et l’animation de réunion se vivent ou non dans la pratique des éducateurs, des assistants sociaux et des animateurs genevois. Cette partie met le lecteur directement en rapport avec la pratique.

10L’ensemble de cette recherche est fondé sur une enquête réalisée auprès des travailleurs sociaux genevois entre 2002 et 2003.

© Éditions ies, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search