Version classiqueVersion mobile

Et ils colloquèrent, colloquèrent, colloquèrent…

 | 
Nadia Molea Fejoz

Remerciements

Texte intégral

1Si ce travail a pu voir le jour, c’est grâce aux contributions de quelque sept cents personnes ! J’aimerais les en remercier sincèrement.

2Ce mémoire n’existerait pas sans la participation des cinq cent septante professionnels genevois (éducateurs, assistants sociaux, animateurs) qui ont accepté de répondre aux questionnaires et, pour trois d’entre eux, d’être interviewés pour cette recherche. Je remercie chacun pour sa disponibilité et sa confiance.

3Je remercie les personnes attachées aux directions des différentes institutions et associations genevoises qui ont accepté le principe de ma recherche et de contribuer à la distribution et à la récolte des questionnaires. Je remercie tout particulièrement Madame Cécile Catalano du Service de la communication de l’Hospice général pour son accueil chaleureux.

4Je remercie chaleureusement tout le personnel de la Haute école de travail social de Genève (HETS) pour leur soutien logistique et parfois métaphysique. Je remercie particulièrement Etienne Christe pour ses coups de main informatiques et pour m’avoir permis momentanément d’investir un bureau à l’école, Marie Vial, pour son initiation au programme informatique SPSS, Dominique Quiroga pour son soutien et le temps accordé pour cette publication, Sylvain Thiébaut pour m’avoir donné l’occasion d’enseigner la conduite de réunion à la HETS et Erika Arnold Reinhardt, sage-femme de cette publication.

5Je remercie Jean-Paul Gaillard (maître de conférence en psychopathologie de l’Université de Chambéry) et Jean Lefébure (formateur et consultant en management et en gestion de ressources humaines) pour leur grande disponibilité et leurs précieuses informations.

6Je remercie ma famille ainsi que mes amis pour avoir toléré les absences et les errances que cette recherche a parfois induites.

7Je remercie John Amos, pour avoir aiguisé ma curiosité sur la question de l’organisation du colloque, et tout particulièrement Claude Attinost, accompagnant de mon mémoire. « Vous ne saurez jamais que j’emporte votre âme. Comme une lampe d’or qui m’éclaire en marchant ; qu’un peu de votre voix a passé dans mon chant » (Marguerite Yourcenar, Les charités d’Alcippe).

8Enfin, je remercie Sylvain Féjoz, sans qui cette publication n’aurait jamais vu le jour : merci pour ton soutien indéfectible avant, pendant et, j’espère… après !

Avertissement

9Dans le souci de maintenir la fluidité du texte et d’en faciliter la lecture, l’auteure a choisi d’utiliser systématiquement la forme masculine, tout en étant consciente d’une représentation féminine majoritaire dans les domaines professionnels faisant l’objet de cette étude.

© Éditions ies, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search