Version classiqueVersion mobile

De l’aide à la reconnaissance

 | 
Laurence Ossipow
, 
Alexandre Lambelet
, 
Isabelle Csupor

Conclusion

Reconnaissance et justice sociale

Texte intégral

Modèles et savoirs de la réinsertion

1Comme nous l’avons vu dans l’ensemble de l’ouvrage, et en particulier dans la synthèse qui précède, trois modèles ou ensembles de savoirs orientent la réinsertion dans le champ de l’action sociale et nourrissent les pratiques et le lexique institutionnels. Le premier ensemble de savoirs trouve ses racines dans le champ de la philosophie et de la psychologie humanistes ; il fait référence à Maslow (1943 et 1987). Le deuxième s’inscrit dans une réflexion plus sociale et historique, voire directement économique ; il se fonde sur les travaux des historiens et des sociologues du travail, parmi lesquels Castel (1995 et 2003) occupe une place de choix, notamment parce qu’il a développé la notion de désaffiliation très utilisée dans l’analyse des trajectoires des personnes démunies. Le troisième prend sa source dans le travail socio-éducatif et renvoie à la notion de (re)socialisation, tantôt pour signifier l’urgence d’un reformatage ou d’un encadrement, tantôt pour référer à la nécessité d’un développement ou d’une réorientation de la sociabilité.

2La pyramide de Maslow (voir chapitre 1) sert de modèle à une pyramide des besoins qui devraient être couverts par l’assistance publique. Elle part des besoins de base ou besoins minimaux (notamment les besoins physiologiques, de sécurité, d’amour, d’appartenance et d’estime) pour accompagner ensuite d’autres niveaux de réalisation ou d’autres projets d’autonomie (essentiellement la réinsertion professionnelle). Ainsi, selon leur état et leurs besoins, les bénéficiaires peuvent-ils être d’emblée guidés dans un processus de réinsertion professionnelle (alors plus directement suivi par les organismes liés au chômage) ou, au contraire, incités à refaire – en quelque sorte à l’envers – le chemin qui les a conduits à l’assistance publique : « être restaurés », « être (re)socialisés », « être (ré)insérés » professionnellement.

3Quoique dubitatifs à l’égard de cette conception pyramidale des besoins qui « réduit » en quelque sorte les démunis aux besoins minimaux, AS et encadrants la défendent. Ils la défendent notamment contre ceux qui pensent que seule la remise précoce au travail permet l’autonomie et, par là même, l’épanouissement. La réinsertion par invalidation (c’est-à-dire par le dépôt d’une requête à l’AI) est considérée de façon ambiguë. C’est une intégration par défaut, même si elle peut garantir l’insertion dans une sphère assurantielle économiquement plus avantageuse (le montant d’une rente AI peut s’avérer supérieur à celui de l’assistance publique) et plus sûre (au moment de nos observations la rente, périodiquement réévaluée, n’était pas soumise aux mêmes contrôles que l’assistance publique). En revanche, l’invalidation n’est guère concevable pour les « jeunes » (dont on sait que c’est une catégorie floue qui renvoie à des âges et des situations multiples) et pour les personnes ne souffrant « que » d’un chômage prolongé en raison de la conjoncture économique, d’un manque de formation ou de problèmes personnels passés ou présents. Dans ces deux cas, l’invalidation est même perçue comme une remise en cause du travail d’assistanat social.

4AS et responsables des espaces de réinsertion puisent aussi dans un autre ensemble de références, duquel les derniers travaux de Castel ressortent nettement : ils font leur tant la dénonciation d’une assistance publique fondée sur la seule réactivation individuelle, que l’association presque mécanique de l’intégration au travail salarié (en laissant entendre que seuls l’emploi et l’autonomie financière permettent le développement d’un capital de relations et des souches positives d’identification). Le paradoxe du travail encore pensé comme la quintessence de la réinsertion alors que le marché de l’emploi ne peut plus absorber les moins qualifiés est connu des AS (si on les interroge dans ce sens, ils le rappellent), mais leurs actions et leurs pratiques se concentrent sur les lacunes et les « déficits » individuels. C’est en ce sens que Tabin, Frauenfelder, Togni et Keller parlent de dépolitisation de l’aide sociale (2006).

5Même si elle rend quelque peu aveugle aux inégalités économiques, cette conception du « handicap social » est corroborée par des chiffres : les bénéficiaires de l’assistance publique sont largement plus que la moyenne genevoise victimes de graves problèmes de santé et vivent plus souvent seul ou en ménage monoparental (un facteur d’appauvrissement). Toutefois, des individus aux profils bien plus variés qu’auparavant (Dunand et Du Pasquier 2006 : 5-8 et 43-45) restent aussi exclus du marché du travail : en particulier les personnes faiblement qualifiées (nationaux et non-nationaux), les jeunes adultes et les chômeurs de plus de 55 ans. Or, très curieusement, le travail d’intégration observé dans cinq CASS à l’Hospice général et dans quatre lieux de réinsertion tient peu compte de ces nouvelles dimensions structurelles. Tout se passe un peu comme s’il y avait un effet d’hystérésis entre les activités de réinsertion qui sont proposées et ce que la plupart des AS et des encadrants savent bien des bénéficiaires de l’aide sociale (ils ne sont pas tous des handicapés sociaux, malades et, surtout, oisifs ou victimes plus ou moins consentantes de diverses toxicomanies). Alors qu’ils pourraient dans la plupart des cas répondre de façon diversifiée à un marché du travail genevois attractif et donc très concurrentiel (Fluckiger, préface à Dunand et Du Pasquier 2006) et qu’ils pourraient en particulier s’attacher à proposer des dispositifs de formation au sens strict du terme, c’est-à-dire offrant une palette de cours et de stages très ciblés (il en existe, certes), les dispositifs de réinsertion étudiés se fondent davantage – c’est un véritable leitmotiv – sur la (re)socialisation des individus concernés.

  • 80 Dans sa notice sur la sociabilité, Forsé, spécialiste de la méthodologie des réseaux, distingue – e (...)

6Si les dispositifs de réinsertion jouent aussi sur la sociabilité, celle-ci reste relativement impensée et c’est d’abord sur son versant de civilité que AS, encadrants et formateurs mettent l’accent80. En d’autres termes, les structures de réinsertion travaillent plus à exiger un changement de comportement de leurs stagiaires qu’à leur offrir des apprentissages potentiellement qualifiants sur le marché de l’emploi. Ces dispositifs de réinsertion, même s’ils n’émanent pas tous directement de l’action sociale, restent donc très marqués par l’idéal éducatif oscillant entre le contrôle, la répression et l’espoir d’alternation, attachés aux formes de socialisation secondaire vécues comme des expériences « totalisantes », c’est-à-dire suffisamment englobantes et marquées d’affectivité pour provoquer un changement durable qui réoriente les schèmes de perception et d’action (Berger et Luckmann 1989 : 214-222). Cet espoir « de retournement des situations » (disait une AS) marque les discours, les énoncés et les pratiques.

7L’insistance sur la resocialisation peut être interprétée comme le résultat à la fois d’une impasse et d’une routinisation des représentations et des manières de faire. D’une impasse, parce que les entreprises de réinsertion manquent de moyens ; elles n’arrivent notamment pas à fournir des modes de formation suffisamment puissants pour replacer les chômeurs de longue durée et les bénéficiaires de l’assistance publique sur le marché de l’emploi conventionnel. D’une impasse aussi, parce que ces entreprises sont indirectement chargées de corriger les inégalités sociales, ce qu’elles ne peuvent bien sûr faire à elles seules. Elles ne peuvent donc que fonctionner comme des instances occupationnelles à teneur compassionnelle, ainsi que Fassin (2004) le décrit pour certains lieux d’écoute.

8La notion de « resocialisation », quant à elle, correspond à diverses variations autour du concept de socialisation diversement traité par des chercheurs aux parcours et aux intérêts très différents (Durkheim, Piaget, Bourdieu, Berger et Luckmann, pour ne citer que les plus connus). La notion n’est pourtant que peu questionnée. Elle fait partie du vocabulaire et des schèmes de perception sédimentés orientant des pratiques routinières. Elle semble un fait acquis dans l’ensemble du travail social, un peu comme si tous les usagers de ces structures étaient désaffiliés, désocialisés, isolés, cassés. En somme – même si nous ne nions pas les effets déstructurants du chômage et de la pauvreté et même si certains stagiaires souffrent manifestement d’isolement, de mésestime de soi ou de problèmes relationnels – ce sont toujours les lacunes des bénéficiaires qui sont soulignées et très rarement leurs ressources ou leurs compétences (par exemple sociales, à défaut d’être toujours adaptées en terme de formation). Sous la contrainte de l’économie et d’un cadre de réglementations très sévère, les AS et les encadrants tendent à percevoir (à l’exception d’Arcade 84 et du Bilan portfolio de compétences) leurs consultants moins comme des adultes que comme des enfants qu’il faudrait rééduquer. En revanche, alors que la dimension de la sociabilité est extrêmement présente dans toutes ces structures, elle n’est que rarement mise en valeur en tant qu’argument, aussi important que d’autres, pour la (ré)insertion des bénéficiaires de l’assistance publique. Il convient donc de revenir encore sur la question de la reconnaissance, non seulement sous l’angle du don, du défi et de la réciprocité dans les rapports intersubjectifs qui s’établissent entre AS et bénéficiaires, mais aussi dans la perspective de la justice sociale.

Redistribution

9Dans plusieurs de ses textes, Fraser décrit deux paradigmes : celui de la redistribution et celui de la reconnaissance. Quoiqu’elle ait aussi proposé de les considérer comme conduisant à un dilemme (2005 : 13-42), elle entreprend finalement de les saisir ensemble dans le cadre plus englobant de la justice sociale. Sa thèse est que la justice sociale requiert à la fois la redistribution et la reconnaissance. Opposer les deux paradigmes mènerait dès lors à une « fausse antithèse ».

  • 81 Bien qu’au centre de débats essentiels initiés par Habermas dans le contexte de la philosophie alle (...)

10Le paradigme de la redistribution repose sur la problématique des rapports de classe et des positionnements sociaux de genre, d’âge et « d’ethnie » ou de « race »81. Il touche aussi à la division du travail et aux rapports de production. Il met l’accent sur les injustices pensées d’abord comme socioéconomiques. La redistribution des revenus, la réorganisation des rapports de production et la transformation de la division du travail sont alors pensées comme des remèdes aux inégalités économiques et sociales. Au bout du compte, il s’agit, dans une perspective universalisante, d’annuler les différenciations injustes et d’assurer une redistribution équitable des biens et des ressources.

11Le paradigme de la reconnaissance réfère, quant à lui, à la problématique des identités ignorées ou méprisées en raison de modèles institutionnalisés qui permettent d’ignorer ou de déprécier un sexe ou certains groupes sociaux. Ici, il conviendrait alors de reconnaître les identités et les groupes sociaux méconnus ainsi que le caractère multiculturel de chaque société, sans faire de la diversité – pour Fraser en tout cas – un principe qui conduirait à figer les processus d’identification. Le modèle de la reconnaissance se fonde sur les relations intersubjectives (Honneth 2000 [1992] ; 2006 et Ricoeur 2004) ; il conduit par ailleurs dans certains cas à des exigences de respect et de valorisation des différences « culturelles » (Taylor 2002) que Fraser considère, à juste titre selon nous, comme dangereuses. Pour contrecarrer le risque de réification des identités et celui d’évincement de la redistribution, la philosophe américaine suggère que le paradigme de la reconnaissance se construise aussi sur la base des statuts dont les individus bénéficient ou ne bénéficient pas en fonction de leur histoire, de leur trajectoire et d’un certain état du rapport entre minorités et majorités.

12Pensant ensemble le paradigme de la redistribution et celui de la reconnaissance, elle défend que la redistribution inique autant que les modèles institutionnalisés de mépris ne permettent pas la pleine reconnaissance des individus. Renforçant les rapports de domination et de violence symbolique (Bourdieu 1979 et 1994a ; Voirol 2004), la méconnaissance et le mépris font des agents sociaux des acteurs passifs éprouvant de grandes difficultés à interagir, comme des pairs, hors des différentes sphères auxquelles ils se limiteraient quasi « naturellement », faisant de nécessité vertu. Hors de ces sphères auxquelles ils s’assignent et sont assignés, ils ne connaissent pas les règles du jeu et n’ont que très peu de ressources pour les apprendre, quand cela est possible. C’est pourquoi Fraser, après Habermas, aspire à la « parité de participation » non pas dans un espace unique et socialement neutre, mais dans des lieux concrets et virtuels (ce peut être des textes, des sites, des blogs…) diversifiés ou concurrents et souvent mis en place par des « contre-publics subalternes » contestant les publics dominants (Fraser 2005 : 107-144). Ces « contre-publics subalternes » ne se reconnaissent pas et ne sont pas reconnus pour diverses raisons – statutaires, économiques, identitaires – dans les espaces publics officiels, ceux qui se refusent à « mettre les inégalités entre parenthèses » (2005 : 122) ; mais ils peuvent, dans des contextes sociohistoriques spécifiques – à l’exemple du contre-public subalterne féministe de la fin du XXe siècle aux Etats-Unis pris par Fraser – faire contrepoids aux pouvoirs en place ou contribuer à modifier, parfois substantiellement, les pratiques ou les représentations des groupes sociaux dominants.

13Notre recherche, questionnant la manière dont des institutions ad hoc produisent de l’intégration, a porté attention à la question de la redistribution et des droits. Nous avons notamment montré, qu’en Suisse, l’aide sociale n’est fondamentalement pas considérée comme un droit. Certes, le revenu minimum d’aide sociale est garanti en fonction de l’article 12 de la Constitution fédérale, mais il ne se distribue qu’au sein de dispositifs de contrôle appelant aussi de façon pressante à l’activation des bénéficiaires : si les démunis refusent de signer un contrat d’action sociale individuel (le CASI), donc de faire acte d’allégeance et preuve de collaboration, ils se verront réduits à ne toucher, outre le loyer et les cotisations d’assurance maladie, que le montant d’entretien de base (960 francs), voire seront ramenés au barème réservé aux requérants d’asile (455 francs ; barème applicable de façon régulière aux jeunes de 18 à 25 ans depuis le 1er janvier 2008). Ils pourraient encore se voir signifier purement et simplement une fin d’aide ! Même s’il ne nous appartient pas ici de discuter des montants accordés, on peut douter que leurs récipiendaires puissent participer pleinement à la vie sociale. Le revenu d’aide sociale leur permet de se loger, de se nourrir et de se vêtir (ce qui n’est pas rien), mais autorise-t-il pour autant à alimenter des relations sociales autrement que dans la proximité immédiate (pas de montant réservé d’office aux transports publics) ? à s’investir dans quelques activités sportives ou culturelles (seules les activités gratuites ou prises en charge par un « chèque culturel » demeurent accessibles) ? et à s’inscrire dans certaines formes de réciprocité (les bénéficiaires sont gênés d’être constamment débiteurs sans pouvoir rendre quelque chose à leur tour) ?

14Notre recherche s’est aussi penchée sur la question de la reconnaissance. Elle a décortiqué des modes de catégorisations et d’interprétations qui – s’ils se complexifient et se modifient dans le face-à-face et la durée de la relation d’aide – signalent aussi le manque de connaissances précises sur les trajectoires, le réseau de proches, la formation et le parcours professionnel des bénéficiaires. La dénonciation des abus – qui touche d’ailleurs autant les bénéficiaires que ceux qui s’en occupent (les AS et les encadrants des lieux de réinsertion) – relève, quant à elle, du mépris et de l’évincement des principes de solidarité sociale. Elle remet en question le droit fondamental qu’il y a à être aidé et empêche toute transformation des modes de représentations des bénéficiaires, perçus soit comme des victimes (c’est à leur histoire ou à leur trajectoire personnelle qu’il convient avant tout d’imputer leurs difficultés), soit comme des abuseurs (c’est leur indolence, leur oisiveté, leur paresse ou leur volonté de tricherie qui les caractérisent). Pourtant, dans la dyade AS-bénéficiaire et dans les dispositifs plus collectifs de réinsertion, les bénéficiaires sont reconnus et compris dans leurs spécificités. De même, peuvent-ils trouver des occasions d’une interreconnaissance entre pairs.

15Dans la dyade AS-bénéficiaires de l’Hospice général au sein des CASS (davantage que dans la relation encadrant-stagiaire que nous n’avons pas étudiée pour elle-même), nous avons démontré que les échanges prennent deux formes : l’une, contractuelle, relève de l’échange marchand et du donnant-donnant (la signature d’un contrat de réinsertion et la vérification de l’avancement des objectifs de réinsertion conditionnent actuellement l’allocation d’un revenu d’aide sociale et autorisent le versement de « suppléments à l’intégration ») ; l’autre, en revanche, relève du don et dessine un espace aux contours flous dans lequel s’observent des échanges de nature différente selon qu’ils émanent des AS ou des bénéficiaires. Non contractualisée mais pas nécessairement libre ou gratuite, ainsi que le soulignait déjà Marcel Mauss, cette seconde forme d’échange correspond au paradigme de reconnaissance fondée sur des relations intersubjectives. En offrant des cadeaux aux AS, les bénéficiaires cherchent à en être reconnus : ils signalent que, malgré de faibles moyens économiques, ils adhèrent à des formes de civilité élémentaire (ils souhaitent pouvoir respecter quelques formes minimales de politesse et remercient leur AS comme tout un chacun remercie parfois son médecin ou l’enseignant de ses enfants) ; ils montrent aussi que la relation établie avec le travailleur social dépasse dans certains cas les seules dimensions de l’aide et du contrôle : elle est aussi désir d’être reconnu comme un individu dans ses spécificités. Cela n’est d’ailleurs probablement pas pour rien que ces cadeaux disent souvent quelque chose de l’histoire ou des activités spécifiques des bénéficiaires. Ce sont des tableaux, des photographies, des broderies, un CD, des spécialités culinaires, autant d’objets fabriqués par les bénéficiaires ou typiques de certaines sociétés, le plus souvent achetés par les bénéficiaires d’origine étrangère pour rappeler d’où ils viennent.

16En somme, il s’agit, pour les bénéficiaires, de ne pas être perçus seulement comme des assistés mais aussi comme des individus ayant une vie, des réseaux de relations et de références en dehors de l’aide sociale. Toujours dans une perspective maussienne, on peut même considérer que ces cadeaux sont des défis, des gestes empoisonnés : ils obligent les AS à y répondre alors qu’ils devraient l’éviter dans le cadre d’une relation d’assistance profondément asymétrique au sein d’institutions craignant d’être contaminées par l’abus et la corruption. Sans le savoir (à moins que cela soit stratégique dans certains cas), les bénéficiaires mettent les récipiendaires dans l’embarras : les AS souhaiteraient refuser ces dons, pour ne par entrer dans une spirale d’échanges, mais disent ne pouvoir le faire car ils perçoivent la volonté de reconnaissance qui s’y cache : « Les cadeaux me gênent, puisqu’ils [les consultants] n’ont pas grand-chose, mais je ne les refuse jamais puisque cela serait les refuser eux-mêmes », expliquait une AS, ainsi que nous l’avons vu dans le chapitre 7. Si les AS n’offrent que très rarement un cadeau de leur propre chef, ils initient néanmoins, et parfois sans même s’en rendre compte, des cycles de dons et contre-dons (ou y répondent) : ils rendent de menus services qui ne font pas à proprement parler partie de leur cahier des charges ou consacrent davantage de temps et d’énergie à certains bénéficiaires. Condamnés au statut de reconnaisseur, ils deviennent reconnus, considérés autrement que dans leur seul rôle de contrôleur et de distributeur d’argent.

  • 82 Cité par Forsé (2005 : 646) qui réfère à Sociologie et épistémologie (1981 : 125), traduit de Grund (...)

17Mais qu’en est-il des espaces dans lesquels la reconnaissance passe par un mode plus collectif de relations ? En quoi la sociabilité n’est-elle peut-être pas que « la forme ludique de la socialisation », « ce jeu au cours duquel ‘on fait’ comme si tous étaient égaux », ainsi que l’analysait Simmel82 ? Comment ouvre-t-elle peut-être sur des espaces de délibération ? Peut-on observer des modes de reconnaissance hors des dispositifs institutionnels ad hoc ? C’est ce que nous apprend l’observation de la « sociabilité » dans les quatre dispositifs de réinsertion que nous avons étudiés.

Intégration, espaces de délibération et participation

18Selon nous, et comme le montre notre enquête, les différentes structures de réinsertion – à l’exception de certains dispositifs : les Fringantes qui travaillent la notion même durant les pauses et Arcade 84 qui insiste sur la dimension conviviale de son café-crémerie – produisent de la « sociabilité » à la façon de M. Jourdain, c’est-à-dire sans vraiment s’y référer dans leurs énoncés. Pourtant, moins que l’apprentissage de connaissances ou de compétences (éléments qui ressortent peu de nos observations et que les bénéficiaires ne relèvent pratiquement pas, ils se plaindraient davantage du contraire…), ce sont bien l’« expérience sociale » ou l’« interconnaissance » qui sont valorisées par les participants des lieux de réinsertion. Sur ce point, nos résultats sont très proches de ceux obtenus selon d’autres méthodes par Da Cunha, Stofer, Pellaton, Leresche et al. à propos de structures liées au chômage : « Alors que l’efficacité sociale de la mesure est évoquée par la plupart des usagers, son pendant professionnel fait, en revanche, moins l’unanimité, notamment en ce qui concerne l’apport qualifiant du programme d’insertion » (2005 : 69).

19Dans les structures étudiées, l’exercice de la sociabilité prend trois formes principales.

  • Les dispositifs permettent d’abord des rencontres et des échanges collectifs lors des multiples événements (notamment les fêtes calendaires) qui scandent la vie des lieux de réinsertion (d’ailleurs à peu près comme dans n’importe quelle entreprise). Le potentiel rituel, probablement intégrateur, éventuellement subversif, de ces événements collectifs n’est pourtant guère exploité. Faute de temps ? Faute d’argent ? Faute de pouvoir les valoriser comme des arguments recevables en termes de subventionnement ? Nous ne pouvons pas répondre, bien que nous ayons montré que cette sociabilité est parfois encouragée, voire organisée : échanges durant les pauses, fêtes d’anniversaire à l’intérieur de certains ateliers, fêtes de Noël ou fêtes de départ.

  • La sociabilité s’apparente ensuite à un certain souci de visibilité dans la cité, comme durant la fête de Virage Nord, et chaque tournée de nettoyage des préaux ou d’autres espaces publics est une occasion de rappeler l’importance quasi citoyenne (au service de la cité) des tâches effectuées. Les Fringantes aussi participent à la vie de la cité, mais pour leur part avec une grande discrétion, qui tient peut-être à la condition des stagiaires, des femmes qui ont vécu (et vivent parfois encore, en cachette) de la prostitution. La boutique a donc pignon sur rue et s’implique dans divers événements publics sans pour autant insister sur le caractère spécifiquement réinsertionnel de son activité de vente. Comme Arcade 84, mais avec un caractère plus incitatif (les stagiaires doivent apprendre à communiquer avec les clients de la boutique), c’est à travers l’exercice même de la vente que s’exerce une forme de sociabilité extérieure.

  • La sociabilité s’assimile enfin à la création, la réorientation ou l’élargissement de relations susceptibles de nourrir les réseaux des bénéficiaires. Les moments d’échange en dehors des heures de stage ont particulièrement été observés dans le cadre du Bilan portfolio de compétences et d’Arcade 84. En revanche, ils sont peu mentionnés par les bénéficiaires rencontrés dans les CASS.

  • 83 « On pourrait faire un Réalise numéro 2 », disait une stagiaire de l’Atelier femmes en rêvant d’un (...)

20Actifs sur le plan de la resocialisation comme sur celui de l’interconnaissance, les dispositifs que nous avons étudiés favorisent néanmoins une sociabilité qui relève essentiellement de l’entre-soi. Cet entre-soi est recherché, par les acteurs de l’action sociale, puisqu’il permet une communication immédiate entre individus vivant des expériences quelque peu analogues pouvant peut-être, dans les espaces de travail et de parole décrits, s’exprimer sans honte ; mais il reste largement pensé comme un prérequis nécessaire au travail de restauration ou de resocialisation plus que comme une ressource ou une potentialité à développer. Pourtant cet entre-soi, s’il est pris en charge par les bénéficiaires et s’il est soutenu par certaines organisations, peut devenir, à l’occasion, le terreau des espaces de délibération auxquels aspire Fraser ; lorsque des bénéficiaires évoquent par eux-mêmes la possibilité de créer – ou ont créé, comme dans le cas d’anciens bénéficiaires d’Arcade 84 – des espaces de parole et d’action83, cet entre-soi peut faire tremplin : il permet – comme le montrent notamment les études sur les associations d’étrangers ou sur les groupes de paroles réservés aux victimes d’un même préjudice – de se comprendre sans tout expliquer, mais surtout d’obtenir quelque reconnaissance publique (des droits ou des subventionnements particuliers, par exemple). L’entre-soi ou le partage d’expériences communes peut même devenir ébauche de résistance ou d’action collective ; comme nous l’avons signalé dans le sous-chapitre consacré au contexte institutionnel, un groupe d’une centaine de bénéficiaires, aidé par Marges, une association créée en 2001 à Genève, et par différents syndicats, s’est lancé, en mars 2006, dans la rédaction d’un Livre blanc remis aux élus lors d’une manifestation de rue. A l’heure actuelle, il reste bien peu de ces revendications en germe et l’assemblée des bénéficiaires a été dissoute faute de combattants. Mais il nous semble néanmoins que l’existence d’espaces de délibération – et leur soutien par différentes structures – peut permettre la transformation d’une sociabilité ou d’une coprésence forcées en une dynamique nouvelle, où l’intégration devient participation politique.

21Cet entre-soi, bien sûr, peut également être rejeté par les bénéficiaires, comme nous l’avons vu, par exemple, avec une patiente qui se plaint de retrouver à Arcade 84 les mêmes personnes qu’elle a croisées lors de ses séjours en hôpital psychiatrique. Les bénéficiaires peuvent alors préférer rester intégrés dans des espaces fréquentables par tout un chacun, même s’ils ne peuvent prendre une part active aux échanges économiques (leurs moyens restreignent drastiquement leurs possibilités de consommation) et que rien n’est explicitement organisé pour les encourager à ne pas se couper des sphères publiques dans lesquelles les citoyens non assistés évoluent selon leurs goûts, leurs dispositions et leurs moyens parfois également très limités.

22L’intégration relève donc aussi d’une participation globale désenclavée du champ de l’aide sociale et ne peut se limiter à la seule activité rémunératrice. La plupart des études portant sur l’intégration des étrangers montrent bien d’ailleurs que l’intégration et la réinsertion devraient être pensées plus globalement, en lien avec des formes d’ancrages dans différents réseaux et selon la participation à différents événements ou formes d’implication citoyenne. A cet égard, l’association caritative suisse (Caritas), qui a déjà mené une réflexion sur l’intégration par participation (Caritas 1988), propose par exemple aux réfugiés statutaires une insertion dans un cercle de loisirs collectif potentiellement ouvert à tout un chacun : après s’être informé des hobbies qui intéressent les réfugiés dont il s’occupe comme AS, l’employé de Caritas prend contact avec un club ou une association dans lesquels il essaie de trouver un médiateur bénévole, participant ou animateur, chargé de faciliter la venue d’un nouveau membre. L’association caritative prend alors en charge le montant de l’inscription au cours. Cette façon de faire a l’avantage d’inscrire la personne « à insérer » dans un dispositif dont ce n’est pas la première mission. En somme, cela favorise l’insertion dans divers réseaux non nécessairement réservés à une catégorie de personnes, avant ou conjointement à une insertion professionnelle. D’autres expériences, dans d’autres contextes, ont également vu le jour, tentant de sortir le travail d’intégration du seul modèle professionnel, au profit d’autres modes de production, par exemple culturels ; l’exemple de Rythm is it, le film de Grube et Sanchez Lansch (2003) qui décrit la préparation d’un spectacle (le Sacre du printemps de Stravinsky) faisant collaborer l’orchestre philharmonique de Berlin et une troupe de danseurs constituée de jeunes gens « mal insérés » scolairement en est un bon exemple. Le pouvoir intégrateur de ce type d’expérience de longue durée serait à examiner de plus près, ne serait-ce que parce que ce travail artistique (probablement plus coûteux qu’immédiatement rentable) semble souder les personnes qui y participent autour d’un projet valorisant n’ayant rien à envier à ceux qui sont proposés sur le premier marché de la culture. Certes, ce n’est pas un entraînement de football, un cours de bridge par semaine ou une expérience théâtrale qui vont faire l’intégration à eux tout seuls, mais ces exemples ont le mérite de questionner la seule (ré)insertion par le travail. Même si toutes les instances d’intégration (notamment celles du chômage, de l’Hospice général ou des services d’intégration des étrangers) jugent que la (ré)insertion socioprofessionnelle prime toutes les autres formes de (ré)insertion, on peut se demander si le maintien ou l’activation d’un réseau de sociabilité passe nécessairement et toujours par le travail « solidaire » ou « protégé », ce d’autant plus quand les perspectives de formation et d’emploi sont faibles. Il est également permis d’interroger le rôle des « réinséreurs » : la réinsertion devrait-elle en effet ne relever que de spécialistes formés et payés pour le faire ou pourrait-elle, ponctuellement, être aussi le fait de citoyennes et citoyens non spécialisés ? Sans favoriser le désengagement de l’Etat en la matière, une réinsertion hors des seules limites des dispositifs habituellement chargés de s’en préoccuper et hors des sphères professionnelles proprement dites devrait faire l’objet d’une réflexion et d’un appui plus soutenus. C’est dans cette perspective sans doute que peuvent se conjuguer la reconnaissance et la justice sociale et que peuvent s’imaginer des formes créatives de réinsertion.

Notes

80 Dans sa notice sur la sociabilité, Forsé, spécialiste de la méthodologie des réseaux, distingue – en référence à l’Encyclopédie – la sociabilité (la disposition à établir et maintenir des relations sociales avec ses semblables, l’affabilité) de la civilité, qui n’est « qu’une portion de politesse apprise consciencieusement » (2005 : 645). Il insiste aussi sur une définition de la sociabilité qui tiendrait compte de l’analyse des différents segments du réseau servant de support à un individu. Nous ne prétendons toutefois pas présenter une étude de la sociabilité des bénéficiaires de l’aide sociale ; celle-ci reste à faire en relevant le plus précisément possible les réseaux de proches et de connaissances ainsi que les espaces fréquentés. Le Suivi longitudinal des bénéficiaires de l’aide sociale (voir Clerc et al. 2006) devrait apporter quelques réponses à cette question.

81 Bien qu’au centre de débats essentiels initiés par Habermas dans le contexte de la philosophie allemande, les termes et les exemples choisis par Fraser (notamment ceux qui concernent le genre et le multiculturalisme) doivent être compris dans le contexte sociohistorique américain.

82 Cité par Forsé (2005 : 646) qui réfère à Sociologie et épistémologie (1981 : 125), traduit de Grundlagen der Soziologie, rédigé par Simmel en 1917.

83 « On pourrait faire un Réalise numéro 2 », disait une stagiaire de l’Atelier femmes en rêvant d’un atelier de couture avec quelques-unes de ses collègues de stage ; « on devrait créer un club d’échanges de savoirs et de réseaux », disait, pour sa part, un des participants du Bilan. Par ailleurs, d’anciens bénéficiaires d’Arcade 84, soutenus par les ergothérapeutes, ont fondé des structures et espaces de parole qui sont des « associations autonomes de patients » crées dans le but d’une entraide mutuelle et d’un partage de loisirs, dans celui d’apprendre ensemble à mieux connaître et maîtriser la maladie et, enfin, dans celui de rendre visible socialement et politiquement les personnes souffrant de troubles psychiques spécifiques.

© Éditions ies, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search