Version classiqueVersion mobile

De l’aide à la reconnaissance

 | 
Laurence Ossipow
, 
Alexandre Lambelet
, 
Isabelle Csupor

Conclusion

Au cœur des dispositifs

Texte intégral

1Les quatre structures observées (auxquelles nous ajoutons l’Hospice général comme point de comparaison) peuvent être analysées selon quatre dimensions qui se recoupent partiellement :

  • le dispositif spatial et temporel comme espace de pratiques et de références symboliques ;

  • l’activité en commun comme contexte ou finalité ;

  • les rapports entre encadrants et bénéficiaires, qui va d’une hiérarchisation marquée à un mode d’accompagnement très souple ;

  • le principe de réalité donnant sens à l’activité.

Le dispositif spatial et temporel

2Les différents lieux de réinsertion se caractérisent d’abord par leur dispositif architectural, c’est-à-dire par les mises en scène qu’ils suscitent et autorisent. Le choix du lieu d’implantation et du mobilier (certes aussi déterminé par des contraintes spatiales et financières) ainsi que la place accordée aux objets ou aux décorations proposés par les bénéficiaires ou apportées par les encadrants sont, en effet, autant d’expressions de la dynamique de travail souhaitée.

3A l’Hospice général, dans les cinq CASS étudiés, les « rendez-vous » entre l’AS et le bénéficiaire se déroulent au sein d’un dispositif architectural particulier, caractérisé par la proximité (un CASS se trouve dans chaque quartier de la ville) et par une relation dyadique évoluant dans un espace restreint, à savoir le cadre du bureau de l’AS. Les bénéficiaires se croisent peu (sauf dans la salle d’attente, pour quelques instants) et ils ne sont que peu confrontés aux autres membres de l’institution (chefs de secteurs, direction) si ce n’est à travers la médiation de l’AS qui s’y réfère soit pour rappeler des règles, soit pour demander des dérogations. Les bureaux, à l’origine identiques, permettent néanmoins, de par leur attribution durable à l’AS, un certain nombre de réaménagements, notamment liés à la décoration et au choix des AS de s’y dévoiler ou d’y exposer les cadeaux des consultants. Enfin, la durée de la relation n’est pas connue par avance, en principe le bénéficiaire est suivi jusqu’à ce qu’il retrouve son indépendance financière.

4Le Bilan portfolio de compétences ne dispose pas d’un lieu spécifique. Il est moins un espace qu’un temps de rencontre, parfois prolongé en dehors de l’institution par des liens entre participants. L’espace de rencontre s’était même singulièrement rétréci au fil des réunions, probablement pour des raisons de réservation de salle, mais un participant malicieux ne pouvait s’empêcher d’y voir un certain mépris à l’égard de l’efficience du dispositif. Les séances, après avoir eu lieu dans un des larges espaces de réunion de la direction de l’Hospice général et dans des locaux du RMCAS, se sont ensuite déroulées dans le petit bureau de l’animateur ; la dernière réunion fut enfin organisée dans la salle d’attente du RMCAS, fermée au public ce jour-là.

5Les structures de réinsertion Réalise et les Fringantes sont pensées comme des entreprises et situées dans des lieux liés à la spécificité des activités mises en œuvre : la première en zone industrielle, la seconde dans une rue marchande au centre-ville. Les bénéficiaires doivent alors quitter leur quartier, traverser la ville pour s’y rendre, un peu comme s’ils allaient véritablement « au travail ». Ces lieux sont, avant tout, des places de travail et non des espaces de parole. Réalise est une structure d’une grande transparence, qui n’est jamais investie d’objets personnels (exception faite de quelques rares bibelots présents dans les bureaux des encadrants). L’essentiel de la relation ne se déroule pas dans des bureaux, mais au cœur de l’activité, avec les collègues. C’est le travail qui s’expose : chacun peut observer ses pairs et les chefs à la tâche ; en même temps, le bâtiment donne à voir les capacités mobilisées par les stagiaires : ce sont en effet eux ou leurs prédécesseurs qui ont construit les espaces intérieurs. L’accompagnement social proprement dit (les entretiens) s’effectue sur le temps de travail des stagiaires et ceux qui encadrent les activités – rappelons-le – ne sont pas des AS, mais des spécialistes des tâches exécutées. On retrouve cette même primauté du « travail » sur l’accompagnement (ou le « social ») aux Fringantes, boutique dans laquelle les activités sociales (apprendre à lire, conseils vestimentaires, écoute, etc.) sont orientées vers la production ou y font écho. Pour apprendre à écrire, les formatrices proposeront une activité liée à la boutique (par exemple une dictée sur la texture ou les couleurs des vêtements, des informations figurant sur les étiquettes des habits mis en vente). Surtout, cet accompagnement s’effectue dans les « moments creux », c’est-à-dire lorsque la vente en boutique n’occupe pas les protagonistes.

6Enfin, dans les trois structures qui viennent d’être décrites, la durée de la présence des bénéficiaires se définit avant l’entrée en fonction : de quatre à six mois pour le Bilan portfolio de compétences, de six à douze, voire dix-huit mois pour les Fringantes, et entre six et dix-huit mois à Réalise, selon les statuts des bénéficiaires.

7Arcade 84, elle, obéit à une architecture particulière, la relative division des espaces marquant des temps de prises en charge différents (même s’ils se recoupent). L’association dispose d’un salon pour les entretiens, d’ateliers et d’un café, autant d’espaces dont l’importance varie selon le type de suivi. Les activités d’ergothérapie se déroulent principalement au salon et dans les ateliers alors que les bénéficiaires du Centre de jour fréquentent les ateliers et surtout le café. Le suivi ergothérapeutique est scandé par des entretiens à intervalles réguliers (les bons d’ergothérapie délivrés par les médecins correspondant à neuf séances) tandis que les bénéficiaires du Centre de jour ne sont convoqués formellement qu’une fois par année. Pour le Centre de jour, l’activité prime sur les évaluations. La présence de bénéficiaires n’est pas temporellement limitée. Ils décident eux-mêmes de la fréquence de leur participation. Enfin, voulu comme un lieu de « reconnaissance » et de « prise de confiance » devant permettre l’« expression » de tous les participants, Arcade 84 est entièrement décorée par leurs productions. C’est un espace que les bénéficiaires peuvent s’approprier.

8La visibilité productive ou sociale des différentes structures est aussi, volontairement ou non, mise en évidence ou cachée. L’Hospice général s’affiche comme un « centre d’aide sociale » par des panneaux certes relativement discrets ; sur chaque véhicule de Réalise se trouve l’inscription « entreprendre pour la réinsertion ». A l’opposé, la boutique Les Fringantes cherche à ne pas apparaître, ni à l’extérieur du magasin ni à l’intérieur, comme une structure de réinsertion : c’est un magasin de seconde main comme d’autres à Genève. Du Bilan portfolio de compétences, il n’en est question à l’externe que sur des petites affichettes et des prospectus disposés dans la salle d’attente du RMCAS.

L’activité en commun : contexte ou finalité

9Ce qui caractérise les lieux de réinsertion – et les distingue de l’Hospice général – c’est la prise en charge des bénéficiaires au sein de groupes. Toutefois, bien que collective, cette prise en charge peut encore varier, entre des structures dans lesquelles les stages sont organisés par volées (les bénéficiaires vont suivre ensemble tout le processus, comme au Bilan portfolio de compétences) et d’autres dans lesquelles chacun arrive de manière individuelle pour s’intégrer dans un groupe qui préexiste et qui lui survivra ; c’est le cas de Réalise, des Fringantes ou d’Arcade 84.

10Au centre d’ergothérapie d’Arcade 84, l’importance accordée à l’être-ensemble est variable selon les ateliers. A l’Atelier bois, on y vient plutôt à titre individuel et si d’autres bénéficiaires peuvent participer à cette même activité au même moment, le travail, lui, se fait seul. En revanche, dans d’autres ateliers (par exemple l’Atelier d’écriture) ou au Bilan portfolio de compétences, c’est la confrontation à autrui qui l’emporte sur toutes les autres tâches : l’activation ou la réactivation de liens sociaux et le bien-être en présence d’autrui sont en effet considérés comme essentiels.

11Les structures les plus professionnalisantes, telles que les Fringantes ou Réalise, accordent aux relations entre stagiaires une importance, là aussi primordiale, mais avec une signification quelque peu différente. La capacité à travailler en équipe, à écouter des ordres et à ne pas entrer en conflit (au même titre que la régularité des présences ou la ponctualité) fait indubitablement partie des compétences à acquérir et qui seront évaluées dans des entretiens. Cette exigence l’emporte d’ailleurs sur l’élaboration d’un projet et son suivi individualisé. On n’y favorise pas des liens sociaux pour eux-mêmes. Aux Fringantes et à Réalise, autrui est d’abord un collègue avec lequel il convient de savoir gérer les relations. Si des bénéficiaires d’Arcade 84 et du Bilan portfolio de compétences créent des liens qui dépassent l’espace du lieu de rencontre (nous l’avons constaté), cela ne semble pas ou peu être le cas dans les autres structures plus professionnalisantes (à notre connaissance et de l’avis des encadrants).

12Les structures observées semblent ainsi osciller entre deux pôles. Dans le premier (les Fringantes, Réalise), le groupe contribue à l’apprentissage ou au réapprentissage d’un travail à la fois collectif et individuel en vue d’un emploi potentiel. C’est le processus de (re)socialisation qui paraît essentiel. Dans le second, les rencontres collectives programmées ou informelles (Arcade 84) promeuvent presque la sociabilité pour elle-même. C’est le processus de participation qui semble mis en avant. Le Bilan portfolio de compétences se situe entre les deux. La question des impératifs de production y est totalement absente et celle de la sociabilité constitue la base même sur laquelle revenir à soi. Ici, la sociabilité doit faire émerger et parfois légitimer des projets qui ouvriront peut-être sur un travail, indépendant ou salarié.

Les rapports entre encadrants et bénéficiaires

13Dans les rapports entre intervenants et bénéficiaires nous trouvons des postures qui se rapprochent de celles qu’endossent – simultanément ou séparément – les AS, ainsi que l’a décrit Dubet (2002) dans les figures du contrôleur, de l’expert et de l’écoutant. Au sein des différentes structures que nous avons observées, nous distinguons des figures d’accompagnateur (guide, mentor, maïeuticien, animateur ou thérapeute), de chef (ou d’encadrant au sens fort du terme) et d’instituteur (ou formateur).

14Au sein d’Arcade 84, le rôle d’« accompagnateur » (et de thérapeute dans le cadre du centre d’ergothérapie) prédomine ; il s’agit de s’adapter aux demandes spécifiques des patients et usagers en étant attentif à leur rythme et en refusant tout rapport hiérarchique. Ce rôle d’« accompagnateur » est aussi très présent au Bilan portfolio de compétences, puisque la marche à suivre pour arriver à un projet « idéal » et à un projet « réaliste » peut se modifier, selon la bonne ou mauvaise volonté des bénéficiaires et selon leurs souhaits. La tâche de l’animateur consiste d’ailleurs à soutenir un processus de maïeutique à la fois collective et individuelle sans imposer de hiérarchie. Si Arcade 84 ne souffre d’aucun problème de recrutement de patients, la position du Bilan portfolio de compétences, dans le champ de l’action sociale, est beaucoup plus instable, tant en terme de reconnaissance institutionnelle que de nombre de participants ; l’adaptation constante du processus peut probablement s’assimiler à une lutte contre le risque d’élimination de la structure.

15Les Fringantes présentent, elles, une structure hybride. La « formation » y est mise en avant, les encadrantes se nommant d’ailleurs elles-mêmes formatrices. Dans un rapport non égalitaire d’apprentissage (maître-élève), elles insistent sur l’acquisition de compétences propres au métier de la vente. Mais ces rôles de formatrices et d’élèves n’épuisent pas l’entièreté (ou l’ambiguïté) des rapports tissés en ce lieu ; en effet, si les encadrantes se disent volontiers très souples quant aux règles et très compréhensives par rapport aux « manques » ou aux problèmes des stagiaires, il n’en demeure pas moins que certaines d’entre elles n’osent pas revenir dans le dispositif après des absences prolongées. Cette crainte nous semble révélatrice d’une pression (probablement non souhaitée par les encadrantes) et d’un rapport hiérarchisé. Si les encadrantes soulignent l’importance de l’écoute, de l’accompagnement et une forme de complicité féminine leur permettant une large compréhension de leurs interlocutrices, simultanément leur rôle de « chef » est incontestable : elles sont « formatrices », mais aussi « gérantes » devant faire fonctionner une boutique.

16Chez Réalise, les encadrants dirigeant une équipe refusent de se faire appeler « chefs ». La pyramide hiérarchique est pourtant bien présente et plus marquée qu’ailleurs (il y a trois niveaux d’encadrants entre le stagiaire et le directeur) et les stagiaires ne peuvent que très rarement modifier leurs tâches, même si – nous l’avons vu – certains aménagements sont possibles en fonction des compétences particulières de l’un ou l’autre stagiaire. Toutefois, pour des raisons d’équité et par volonté éducative, la structure ne se plie pas volontiers aux demandes et aux désirs des stagiaires, au contraire : l’intégration des stagiaires passe par l’acceptation des règles de la structure. D’ailleurs, si l’interruption du stage est concevable au Bilan portfolio de compétences, à Arcade ou aux Fringantes (on parle de pause et de reprise), Réalise est la seule structure dans laquelle nous avons entendu parler de licenciement. Très fréquentée, la structure signale ainsi, comme dans d’autres dimensions, ses aspirations « professionnalisantes » et son objectif d’être « aussi proche que possible du modèle de l’entreprise traditionnelle » (Lewerer et Dunand 2001 : 13). Cette perspective n’empêche pas – il convient de le redire – une attention sociale particulière et une volonté d’écoute, semblables à la posture d’accompagnateur valable en d’autres lieux.

17Si tous les intervenants espèrent un « changement » de situation pour leurs bénéficiaires, c’est la nature même des changements espérés qui apparaît à travers les positionnements de chacun, pouvant aller du simple « réflexe comportemental » (ainsi que nous l’avons vu, un AS évoquant Pavlov proposait à son consultant qu’avec les factures, plutôt que de faire « facture = poubelle », il devrait faire « facture = l’amener à l’AS ») à l’« alternation » (qui s’apparente, elle, à une conversion : il s’agit que le sujet désire changer, esquisse de lui-même des pistes de transformation ou incarne celles qui lui sont suggérées par l’animateur ou des pairs) en passant par le « re-cadrage » (certains AS espèrent que les bénéficiaires se reformateront au fil des conseils et des contraintes imposées par l’institution). Les ergothérapeutes d’Arcade 84 travaillent ainsi à reconstruire avec les bénéficiaires une confiance en soi et une vision d’eux-mêmes positive. Aux Fringantes ou à Réalise, le rapport est plus strictement contractuel, mais il doit toutefois bien contribuer à un changement comportemental des bénéficiaires ; en fait il relève moins de l’ordre du réflexe que du compromis et d’intérêts réciproques.

Le principe de réalité

  • 78 Nous reprenons ici une expression d’un des encadrants de Réalise, qui fait moins référence à la thé (...)

18Les différents « principes de réalité78 » évoqués permettent aussi de distinguer, d’une part, des structures qui visent explicitement un retour à l’emploi à court ou moyen terme (Réalise et les Fringantes) et, d’autre part, celles qui, sans s’en désintéresser, ont pour objectif à court terme de voir les bénéficiaires se « reconstruire » (Arcade 84 et Bilan portfolio de compétences). Au principe de réalité, s’ajoute donc le principe du « sens de l’activité », c’est-à-dire la question de son adéquation aux besoins du marché de l’emploi ou aux envies des différents bénéficiaires. Pour résumer grossièrement, ces structures font deux types de propositions très différentes. Dans Arcade 84 et au Bilan portfolio de compétences, on demande : « Que vous voulez faire ? » ; aux Fringantes : « Que voulez-vous apprendre ? » ; et à Réalise, on suggère ou impose un : « Voici ce qu’il faut faire ! »

  • 79 Leur objectif étant d’évaluer l’efficacité des structures reliées au RMCAS, ils ont opté pour une a (...)

19Ces axes de travail ou cette opposition entre insertion sociale et insertion professionnelle sont discutés, tant au sein des débats institutionnels que dans la littérature concernant les politiques sociales. Da Cunha, Stofer et al. (2005)79 répartissent les structures selon les deux pôles d’insertion sociale et d’insertion professionnelle. Ils divisent encore chacune de ces catégories en trois dimensions et proposent de lire l’action sociale comme un continuum qui va de l’« accompagnement personnel » au « placement » en passant par le « développement personnel », la « participation sociale », la « formation-qualification » et l’« occupation ». De notre point de vue, cette polarisation, aussi intéressante soit-elle, ne peut pas rendre compte de l’ensemble des distinctions à l’œuvre entre ces structures. En outre, il faut probablement aussi établir une distinction entre des structures donnant de l’importance à l’activité en tant que telle (c’est-à-dire s’orientant vers des activités quasi occupationnelles, mais tout de même productives) et celles qui insistent sur un savoir-faire spécifique autour d’une tâche particulière. C’est, par exemple, la distinction qui semble émerger de la différence des propos tenus par les encadrants de Réalise et les formatrices des Fringantes.

20A Réalise, le fait même que les différentes activités proposées n’existent pas en milieu non protégé (tri d’habits, mise sous pli, nettoyage et réinitialisation d’ordinateurs) renforce leur dimension occupationnelle. On notera toutefois que d’autres ateliers se rapprochent beaucoup plus fortement de l’emploi salarié (Rapid Service, Cafétéria). Les stagiaires le reconnaissent d’ailleurs. Une personne ayant d’abord été stagiaire à Atelier femmes nous dit, alors qu’elle est en train de faire la cuisine à la cafétéria : « Ici je ne m’ennuie pas et j’apprends vraiment quelque chose ». Les nouvelles activités mises en place après notre étude démontrent une tendance à la professionnalisation : la buanderie – certes petite – n’a rien à envier à une buanderie professionnelle et les activités de jardinage se développent plus que celles de nettoyage. A l’inverse de Réalise, les formatrices des Fringantes considèrent, au contraire, que leur dispositif est formateur. A leur avis, les stagiaires terminant leur stage devraient être capables de travailler dans la vente, même si elles savent bien que la fragilité psychologique ou la situation sociale de certaines pourraient les prétériter dans le monde du travail.

21Les deux approches renvoient, de notre point de vue, à deux conceptions ou modèles différents de l’intégration. L’un reste fondé sur le travail. Lui seul est véritablement intégrateur, ainsi que le suggèrent les auteurs cités et discutés dans notre chapitre introductif (Barel 1990, Castel 1995, Schnapper 1996). L’autre repose sur l’aide. C’est un modèle principalement limité à la « restauration » et à la « resocialisation ». Il réfère à la fameuse pyramide de Maslow, en tout cas dans la réinterprétation qu’en propose l’Hospice général (1999 et 2005b), réservant, par exemple, les besoins de sociabilité, ceux de réalisation professionnelle ou les aspirations « culturelles » aux individus dont les besoins physiologiques vitaux et médicaux sont assurés. Il y aurait ainsi, d’un côté, une approche visant d’abord la reconstruction personnelle afin de permettre ensuite l’intégration professionnelle et, de l’autre, une approche privilégiant d’abord l’intégration sociale (et salariale), celle-ci devant permettre, à travers l’activité, la « reconstruction personnelle ». Cette dernière approche semble être, parmi les structures observées, le seul fait de Réalise.

Ce qu’insertion veut dire

22La question de l’insertion, dans ses différentes facettes, renvoie à des représentations reproduites ou déconstruites, aussi bien par les chercheurs que par les intervenants dans des effets d’aller-retour dont la généalogie semble difficile à démêler. Si tous les schémas usent des mêmes mots vagues et polysémiques, nous tentons ici d’approcher, le plus précisément possible, ce qui s’exige, se demande, se donne. En somme, comment les structures intègrent concrètement les bénéficiaires en fonction d’un système d’action contraignant aussi bien légalement (les entreprises de réinsertion ne doivent pas faire de concurrence aux entreprises privées non subventionnées et la place accordée à la formation est strictement limitée) que symboliquement (l’emploi sur le premier marché du travail risquant d’être moins intéressant).

23A partir du modèle d’intégration proposé par l’Hospice général (« restauration », « socialisation » et « intégration socioprofessionnelle », voir chapitre 1), nous avons synthétisé « ce qu’insertion veut dire » pour les cinq dispositifs étudiés. Ce schéma, certes un peu caricatural, nous semble ainsi être au cœur des énoncés ou discours proposés tant aux bénéficiaires ou stagiaires qu’aux intervenants dans le domaine social et aux bailleurs de fonds potentiels.

Restauration et (re)socialisation à l’Hospice général

24Le processus de restauration ou de réhabilitation, s’il ne permet pas, en tout cas à l’Hospice général, de compenser les effets de la désaffiliation, pare au moins à l’essentiel et offre le minimum vital : aide financière, réaffiliation dans un système d’assurances médicales et de ménage, soins médicaux complets et non pas seulement des soins médicaux d’urgence (à l’exception des soins dentaires qui peuvent être très limités puisque non remboursés par les assurances maladies), logement (qui peut être provisoire, à l’hôtel par exemple), incitation à une réinsertion citoyenne (les bénéficiaires de l’assistance publique doivent, par exemple, remplir leur déclaration d’impôts même s’ils ne sont pas assujettis au paiement) et aussi soutien administratif (qui réhabilite dans un certain nombre de droits ou redonne accès aux à différentes allocations). La subsidiarité de l’aide, dont on a vu qu’elle est méticuleusement contrôlée, réhabilite de fait certaines personnes (qui ne savaient pas ou n’avaient pas fait les démarches pour obtenir qui une pension alimentaire, qui une dette alimentaire, qui une allocation d’apprentissage ou d’étude). En revanche, pour la question des dettes, qui n’est, de manière générale, pas assumée par l’Hospice général, les AS renvoient à des organisations caritatives ou à des demandes de fonds spécifiques.

25Toujours sous le terme de « restauration », les AS veillent à ce que les personnes considérées comme désaffiliées se « resocialisent ». Certaines personnes – nous l’avons déjà mentionné quand nous évoquions les « pépins de vie » dans le chapitre consacré aux catégorisations – ne passent pas ou que très brièvement par cette phase de restauration ou de resocialisation : elles sont rapidement incitées à se réinsérer professionnellement après un moment pris pour se reconstruire physiquement, par exemple après un divorce, une maladie, un deuil, etc. D’autres, en revanche, sont considérés comme devant apprendre à se resocialiser, c’est-à-dire apprendre à respecter certaines règles d’hygiène élémentaire (se laver, être propre et présentable), apprendre à suivre certaines règles de comportement (se lever le matin, être à l’heure aux rendez-vous, notamment celui avec l’AS, respecter une politesse minimum en matière de salutations, par exemple), apprendre à renouer certains contacts quotidiens (savoir « sortir de chez soi »).

26Les AS coordonnent tout ou partie de ce travail de restauration. Outre l’octroi de l’aide financière et une écoute bienveillante modulée selon le temps qu’il leur reste à disposition, les AS, en tant que « généralistes » – une caractéristique qu’ils revendiquent – sont aussi chargés d’aiguiller vers d’autres structures dans le réseau des prestations, que ce soit dans le domaine médical ou de l’intégration sociale. Comme le relève Keller (2005) et comme nous avons pu le constater au moment de notre étude, la tâche d’aiguillage est très marquée par le contrôle. Depuis l’entrée en vigueur du CASI, cette tendance s’est encore renforcée par des démarches à visée contraignante et par la recherche de lieux, privés, associatifs ou étatiques, qui pourraient accueillir les bénéficiaires dans le cadre de la contrepartie qui leur est demandée.

27L’analogie ou la différence entre la (re)socialisation et la socialisation ne sont pas toujours très claires. Tantôt la (re)socialisation signifie le reformatage et la (ré)éducation déjà décrits ; tantôt elle signifie une forme de sociabilité dont les bénéficiaires de l’Hospice général seraient dépourvus puisque généralement tenus pour très isolés. Même si cela ne dit rien directement sur leur isolement, les statistiques du Suivi longitudinal des bénéficiaires de l’aide social (Clerc et al. 2006) montrent que les personnes aidées par l’Hospice général vivent majoritairement seules ou en famille monoparentale. Par ailleurs, maints bénéficiaires se plaignent d’une difficulté à maintenir leur réseau de sociabilité, du fait d’un budget limité qui non seulement les empêche de fréquenter des lieux de rencontre (clubs sportifs, lieux de détente payants, clubs artistiques, cours de formation, etc.), mais limite aussi les échanges entre proches (comment accepter, par exemple, d’être souvent invité à boire un café sans pouvoir rendre la pareille ?). A cette solitude toujours évoquée mais rarement prise en compte, les AS répondent par l’hospitalité qu’ils tentent de déployer lors des rendez-vous mensuels ou bimensuels avec leurs consultants (secrétaires, ASA et AS s’efforcent constamment d’améliorer l’atmosphère des bureaux et de la salle d’attente, en particulier lors de certaines fêtes calendaires, Noël et Pâques, par exemple).

28Faute de temps et de moyens ou parce qu’ils sont rivés à une conception de l’aide sociale qui ne concerne que le minimum vital (Gaberel et Ossipow 2008), les AS n’informent guère des autres occasions ou événements qui pourraient permettre de reconstruire, consolider ou développer des liens. Les lieux de sociabilité ou les possibilités de fréquentation de structures publiques ouvertes à tous ne sont que rarement mentionnés, sauf lorsque ces espaces sont liés à l’action sociale, par exemple les dispositifs qui permettent de manger gratuitement et de rencontrer d’autres démunis. Même s’il est possible de fréquenter ces lieux en dehors des repas et d’y recevoir une aide individualisée, ils sont principalement conseillés parce qu’ils permettent de parer à une urgence ou d’assurer le minimum vital et non pas comme des lieux de sociabilité proprement dits. Alors que nombre de CASS sont reliés aux activités de quartier organisées pour certains types de populations (jeunes, personnes âgées, personnes exerçant la prostitution), nous n’avons vu aucun AS – durant toute la période de notre observation au sein de l’Hospice général – encourager les bénéficiaires à participer à des événements de type collectif. Il leur est seulement rappelé en fin d’année qu’il existe de nombreuses possibilités de passer Noël ou le 31 décembre dans des structures conviviales et gratuites. Il existe pourtant en Ville de Genève de nombreux événements collectifs et gratuits (Fête de la musique, manifestations sportives, musées). Il existe même un « chéquier culture », proposé par la Ville de Genève, qui permet d’assister gratuitement à un certain nombre de spectacles de son choix en cas de revenu limité (la déclaration d’impôt faisant office de preuve).

29Si, faute de temps et d’information (ou parce qu’ils considèrent la resocialisation plus comme un reformatage que comme une ouverture vers le renforcement de liens collectifs), les AS n’agissent guère en matière de socialisation ou de sociabilité (leur mission est d’ailleurs avant tout individuelle), ils sont néanmoins souvent préoccupés par les liens familiaux de leurs bénéficiaires : ainsi se chargent-ils aussi, individuellement ou en tandem, de médiations, par exemple pour améliorer la communication entre deux époux séparés ou entre des parents et leur progéniture adulte, les uns et les autres étant pris en charge par des AS différents.

30Les AS n’agissent pas directement sur la réinsertion professionnelle, ils contrôlent le timbrage des personnes au chômage qui sont déjà contrôlées par leur conseiller en emploi ; ils questionnent sur les projets professionnels ou incitent à une nouvelle formation (quoique sans moyen d’aide, sauf des demandes de fonds spécifiques qui n’émargent pas au revenu d’assistance publique) ; ils reviennent sur des conseils en matière de comportement et de présentation de soi (« vous vous voyez aller à un entretien d’embauche comme cela ? », disait par exemple un AS à son consultant) ; ils cherchent à inscrire certains de leurs bénéficiaires dans des lieux de stage comme Réalise.

(Re)socialisation et réinsertion professionnelle à Réalise

31Réalise n’est pas en tant que tel un lieu de restauration (aucune activité n’est désignée ainsi) ; formellement, la restauration tant médicale qu’administrative doit être réalisée avant l’entrée du bénéficiaire dans la structure. La notion de restauration est néanmoins sous-jacente, notamment dans le fait de pouvoir être inséré quotidiennement dans diverses activités (c’est la seule structure qui propose cette quotidienneté). Le fait d’avoir des collègues avec qui converser et éventuellement aller boire un café est aussi non négligeable. Même si les collègues sont également sources de tension, ils contribuent à la restauration puisqu’ils contraignent les bénéficiaires à se confronter à autrui. Il s’agit, en somme, d’une sociabilité largement orientée sur le monde du travail et qui permet l’apprentissage de la collégialité, une adaptation aux forces et aux rythmes de travail différents de chacun, une obligation de se soumettre à des consignes.

32Réalise propose des activités à caractère professionnel (certaines critiquées comme répétitives, d’autres tenues pour intéressantes) et un espace de convivialité. Toutefois, même si Réalise se représente comme une structure de réinsertion professionnelle et non de restauration ou de réhabilitation, aucune des activités exercées ne remédie d’emblée aux lacunes et aux manques de formation des stagiaires, même si de nouvelles activités – plus certifiantes – se mettent en place. Les apprentissages ou (ré)apprentissages d’aptitudes professionnelles (compétences en informatique, en cuisine, en nettoyage, en jardinage et dans l’entretien du linge ; cours de base ainsi qu’exercices d’entretiens d’embauche) demeurent – du moins à l’époque de notre enquête – plus proches de la (re)socialisation (respect des horaires, de la hiérarchie, incitation à la persévérance et à une certaine docilité) que de la consolidation ou de l’acquisition de compétences transférables. En ce sens, la (re)socialisation exercée à Réalise n’est guère différente de celle qui est imposée dans les CASS à l’Hospice général. Ce qui distingue toutefois Réalise de l’Hospice général c’est, outre la quotidienneté de la prise en charge, sa dimension collective (ils travaillent en équipe).

33On retiendra enfin que différents ateliers tentent, comme nous l’avons montré, de dépasser le seul niveau de l’activité pour favoriser une intégration citoyenne : le nettoyage de préaux d’école, par exemple, correspond à un projet politique soutenu par la Ville. Il valorise la lutte contre l’incivilité (respect de l’espace public) et les efforts en matière de tri et de recyclage des déchets. Ponctuellement, comme en témoigne par exemple la fête de Virage Nord, Réalise, en partenariat avec des institutions qui n’émanent pas toutes du champ de l’action sociale (les activités culturelles de l’Université, par exemple), met en valeur les diverses activités exercées sur le site du dispositif. Ce genre d’événement permet de se faire connaître et d’être reconnu dans un autre cadre, ouvert à toutes et à tous, pour une rencontre festive. Par ailleurs, sans en faire un argument de promotion ni le favoriser explicitement (ce serait contre-productif par rapport à la bonne marche de l’entreprise), le dispositif laisse passablement de place (pauses, repas en commun, intercours, réunions hebdomadaires) à des formes de sociabilité interne appréciées des bénéficiaires souvent satisfaits de pouvoir partager certains problèmes, d’échanger conseils et « tuyaux » ou de rêver à quelques projets en commun.

(Re)socialisation, sociabilité et réinsertion professionnelle aux Fringantes

34La boutique des Fringantes est un « lieu de réinsertion et de formation élémentaire ». L’apprentissage d’une aptitude au travail s’observe à travers l’activité poursuivie (vente d’habits de seconde main) et le fait – souvent rappelé (le reste passant après) – que la boutique doit « tourner » : la vente structure le temps et les espaces. Par ailleurs, l’apprentissage de la vente elle-même se révèle déterminant : les stagiaires apprennent à utiliser les outils du métier (étiquetage des vêtements, manipulation de la caisse enregistreuse, Conclusion habillement du mannequin, etc.). Enfin, les formatrices délivrent un « certificat de travail » à la fin du stage.

35Malgré cette perspective professionnalisante, une attention individualisée est accordée à chaque stagiaire et le travail est conçu comme une source potentielle de plaisir. L’ensemble des activités et des prises en charge se veut « au plus proche des demandes des stagiaires » et contribue au « renforcement » de la personne, insistent les formatrices. Dans cette structure, on assiste cependant moins à une restauration telle qu’elle est définie à l’Hospice général (si les bénéficiaires ont des problèmes spécifiques ne relevant pas d’une approche collective, elles sont prises en charge par la consultation de SOS-Femmes, liée aux Fringantes) qu’au rétablissement d’une « socialisation professionnelle » (ponctualité, politesse…). Il est important de relever toute l’ambiguïté du terme « professionnel » : ces femmes, dont beaucoup ont exercé le métier de prostituée, n’auraient-elles pas d’idée de ce que la courtoisie signifie ? N’ont-elles pas l’habitude de certains horaires, même s’ils ne correspondent pas à ceux d’un magasin, d’une usine ou d’un bureau ? Outre ces dimensions de (re)socialisation, une grande place est accordée à d’autres formes de sociabilité et à l’apprentissage de la convivialité (les fêtes calendaires sont marquées, les pauses sont prises ensemble). L’intégration par participation peut aussi être décelée à travers l’ouverture sur des événements emblématiques du canton. Ainsi en va-t-il de la marmite de soupe concoctée pour les clients à l’occasion de l’Escalade. D’autres ouvertures – éminemment publiques – sont encore imaginées, par exemple ce projet d’un défilé de mode dans une école d’art.

(Re)socialisation et sociabilité au Bilan portfolio de compétences

36Au Bilan, l’essentiel du travail ne s’opère pas au niveau d’une « restauration » administrative (même si la narration de soi peut être l’occasion de mettre en ordre ses diplômes et certificats de travail) mais de l’estime de soi, par la mise en évidence de qualités ou de potentialités et par la réappropriation d’une capacité à se projeter dans l’avenir (le « stage » se terminant par la rédaction de deux projets, l’un « réaliste » et l’autre « idéal »). La (re)socialisation (réapprentissage de la ponctualité, de l’hygiène ou de la persévérance) est là encore importante, mais la structure produit essentiellement une autoréflexion approfondie et une sociabilité non négligeable (il arrive souvent que les participants développent les liens tissés durant les réunions au-delà du temps du Bilan). La (ré)insertion professionnelle est travaillée par la mise en évidence des ressources et des compétences à disposition pour chaque participant ainsi que par un suivi collectif et individuel. Surtout, en fin de processus, les participants peuvent discuter de leur projet « réaliste » avec l’animateur, qui se charge parfois de réunir le participant et son AS autour de certaines démarches à entreprendre ou qui prend exceptionnellement l’initiative d’organiser une réunion avec un proche ou une connaissance du participant pour discuter d’une éventuelle embauche, d’un stage, d’un projet de travail comme indépendant.

Restauration, (re)socialisation et sociabilité à Arcade 84

37A Arcade 84, seule structure accueillant des patients, qui ne sont pas sommés de se réinsérer à tout prix (stricto sensu ils le sont d’ailleurs déjà puisqu’ils bénéficient presque tous d’une rente AI), l’orientation se fonde essentiellement sur la stabilisation psychique des bénéficiaires. Elle promeut donc la restauration de l’individu, entendue ici comme la possibilité de sortir de son isolement, de reprendre confiance en soi, de se confronter à autrui et de se livrer à une petite activité. La (re)socialisation correspond moins à un reformatage qu’à une forme de sociabilité adaptée à des personnes souffrant de troubles psychiques. Il s’agit d’éviter de nouveaux séjours en clinique psychiatrique. Grâce aux ateliers communs et au café, le dispositif incite aussi à des formes de sociabilité publique, certes quelque peu protégées car concernant essentiellement des habitants du quartier ou des personnes travaillant dans les environs. Si l’aptitude à suivre les horaires fait partie de l’évaluation propre au centre d’ergothérapie, c’est bien plus « la manière d’être » qui est discutée lors des réunions hebdomadaires des ergothérapeutes. Le respect des horaires n’est pas ici compris comme une capacité à se vendre sur un marché de l’emploi, mais comme le signe d’une réappropriation de soi. La sociabilité a son importance – nous l’avons souligné – mais c’est malgré tout en termes médicaux ou paramédicaux que sont lus la « reprise », les progrès ou la stabilisation des bénéficiaires de la structure. La (ré)insertion professionnelle n’est pas directement travaillée, même si certaines des activités exercées pourraient déboucher – comme à Réalise – sur une reprise d’un travail à temps partiel. Cette réinsertion professionnelle n’est pas formellement encouragée par les responsables de la structure, qui laisse ce soin aux médecins et aux inspecteurs de l’AI chargés d’évaluer la possibilité d’une réintégration partielle ou totale hors de la sphère de l’invalidation.

Notes

78 Nous reprenons ici une expression d’un des encadrants de Réalise, qui fait moins référence à la théorie psychanalytique qu’à une nécessaire adaptation aux moyens des bénéficiaires, à ceux des structures et à un marché de l’emploi tendu dans le domaine de la production.

79 Leur objectif étant d’évaluer l’efficacité des structures reliées au RMCAS, ils ont opté pour une approche et un objet quelque peu différents des nôtres.

© Éditions ies, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search