Version classiqueVersion mobile

De l’aide à la reconnaissance

 | 
Laurence Ossipow
, 
Alexandre Lambelet
, 
Isabelle Csupor

Partie II. Les lieux de réinsertion

Chapitre 10. Le Bilan portfolio de compétences

Texte intégral

  • 58 Le terme sera systématiquement lu aussi au féminin, sauf lorsque le genre est précisé. Dans la mesu (...)

1Créé en 2000 dans le cadre d’une réflexion sur un « service ressource » qui pourrait être offert en premier lieu aux chômeurs en fin de droits touchant le RMCAS, le Bilan portfolio de compétences peut être suivi par les bénéficiaires de l’aide sociale depuis 2001. Cette structure, interne à l’Hospice général, est un dispositif qui laisse les participant-e-s58 narrer – de façon structurée – leurs ressources et leurs compétences, afin de pouvoir construire, à terme, des projets « idéaux » et « réalistes » de retour à l’emploi. D’après l’animateur, les personnes « entrent au Bilan lorsqu’aucune perspective ne semble se profiler ou qu’il y a un flou sur le plan personnel et professionnel, pour prendre du recul ou faire une pause (se donner du temps…), rassembler des expériences trop/très diverses ».

Les participants

2Le Bilan accueille généralement six à huit personnes « maîtrisant suffisamment le français oral » et dure entre quatre et six mois, à raison d’une douzaine de rencontres d’une demi-journée, planifiées en principe à quinzaine. Le pourcentage d’hommes et de femmes inscrits semble très variable, tantôt hommes et femmes apparaissent à part égale, tantôt l’un des deux sexes domine. Avant 2004, ce sont les femmes qui sont majoritaires ; depuis 2004, ce sont les hommes. Il est difficile d’établir des profils types des personnes, qui présentent des caractéristiques variées, tout au plus pourrait-on constater l’absence de jeunes chômeurs ou assistés (entre 18 et 25 ans), ce qui n’est guère étonnant puisqu’un Bilan de compétences a, entre autres, pour objectif de tirer parti de diverses expériences accumulées au fil du temps. On note toutefois la présence de personnes d’une trentaine d’années ayant abandonné, parfois pour des raisons de toxicomanie, un apprentissage ou des études universitaires. On peut aussi supposer que l’importance donnée au projet est susceptible d’intéresser davantage celles et ceux ayant eu une expérience d’indépendant. Les personnes – notamment les femmes – qui souffrent de déqualification en raison d’études ou d’expériences professionnelles menées à l’étranger et non reconnues en Suisse – sont aussi nombreuses dans ce dispositif.

3Le nombre de participants est plus ou moins stable : entre quatre et cinq personnes en moyenne, neuf personnes en 2006 et six personnes durant l’atelier observé. Pour expliquer le petit nombre d’inscrits, l’animateur souligne qu’il s’agit d’une démarche exigeante impliquant de bonnes capacités de verbalisation et – ce qui n’est pas mentionné mais s’observe au fil des réunions et des tâches à effectuer – une habileté à relever par écrit et hors séance, donc seul, certaines dimensions de son expérience. L’animateur relève aussi « la peur de travailler en groupe ». « Enfin, explique-t-il, il faut également pouvoir s’adapter à un horaire et des moments de réunion qui pourraient prétériter la recherche d’emploi. » Certains AS notent – informellement, il ne s’agit pas d’un sondage – que le dispositif s’étale sur une trop longue période et ne débouche pas non plus sur une expérience certifiée : pas de certificat de travail (les stagiaires de Réalise et ceux des Fringantes en reçoivent un) ni de diplôme ; en fait, les AS semblent éprouver une difficulté à évaluer le travail qui a été effectué durant le processus. En bref, le dispositif concilie deux exigences en apparence contradictoires : une incitation à se mobiliser dans un groupe et une injonction à l’introspection. Cette combinaison est chronophage et semble presque incompatible avec les transformations actuelles de l’aide sociale, marquées par la baisse des prestations et une incitation soutenue à la réinsertion professionnelle à n’importe quel prix !

Dispositif spatial et temporel

4Le processus que nous avons observé durant l’année 2004-2005 se déroula presque sur une année, notamment du fait qu’il dut se réorganiser à maintes reprises. La session, suivie sur l’ensemble de ses séquences, comptait, au moment de notre arrivée, six personnes auxquelles est venu se joindre par la suite un autre participant. Le groupe eut néanmoins à subir, dès le début du processus, différents retraits. Au bout du compte, six personnes restèrent (quatre participants, l’animateur et l’ethnologue). Les différentes séquences du Bilan se sont déroulées dans un espace qui n’a pas été conçu pour lui et qu’il fallut dès lors occuper à des moments planifiés. Après avoir eu lieu dans l’une des imposantes salles de réunion que possède l’Hospice général sur le site de sa direction, les séances ont ensuite été déplacées dans une salle du RMCAS, puis dans le petit bureau de l’animateur pour finir dans la salle d’attente du lieu fermé au public à ce moment-là. Le rétrécissement progressif de l’espace peut s’interpréter comme le peu de considération accordée à l’exercice en période de restrictions budgétaires (c’est l’hypothèse malicieuse d’un participant) ou comme l’adaptation ponctuelle à la taille du groupe et aux contraintes de réservation de salles occupées par divers groupes de travail et de réflexion. L’espace ne peut pas être investi durablement par les participants et rien ne signale (ne rend visible) cette activité de Bilan, à l’exception de ses productions (des schémas, des collages ou des dessins réalisés par les participants pour illustrer leurs compétences) affichées par l’animateur sur les murs de son bureau ainsi qu’une feuille collée sur la porte demandant, au nom du Bilan, de ne pas déranger durant les réunions.

5Résumées dans le schéma reproduit ci-dessous, les différentes étapes du Bilan ne devraient pas dépasser la douzaine de séances, exception faite des rendez-vous individuels. Après une séance de présentation, les personnes qui ont décidé de s’inscrire passent par une première étape de narration de soi : il s’agit, par exemple, de mentionner une anecdote sur son prénom, un intérêt, une passion, une qualité… L’exercice s’exécute à deux, chaque personne présentant ensuite son partenaire au groupe. C’est aussi à cette occasion que les membres de l’atelier choisissent une photographie pour « se raconter ». Durant la troisième séance, l’animateur montre son propre parcours et distribue les documents qui serviront de guide à la présentation de la trajectoire. Il recommande aussi de tenir son journal de bord (ou feuille de route), une injonction que personne ne semble suivre, du moins dans la session que nous avons observée. Lors de la séance suivante, les participants utilisent un support écrit, schéma ou dessin, pour commenter oralement leur parcours. Durant cette étape, l’animateur montre aussi comment préparer une recension des différentes expériences personnelles et professionnelles. Après que chaque personne a été vue deux fois par l’animateur en rendez-vous individuel et qu’il a montré l’avancement de son portfolio, la synthèse des ressources est expliquée puis présentée sous une forme « symbolique » (c’est le terme qu’utilise l’animateur) et non pas écrite (une œuvre plastique, une performance, par exemple un commentaire sur un objet). Commencent alors la réflexion sur les projets et la planification de leur mise en œuvre. Un des projets est présenté aux pairs, ainsi que les portfolios dans leur version plus aboutie.

Dossier personnel

© Bilan portfolio de compétences

6La démarche se termine par la remise d’une attestation notifiant la participation et la réalisation d’un portfolio, ainsi que par un entretien individuel de clôture durant lequel l’animateur et le participant évaluent et complètent le plan de mise en œuvre qui sera ensuite discuté entre le participant et son AS. Si le participant le désire, une rencontre tripartite (AS, animateur et participant) peut être organisée en fin de processus.

ATTESTATION
Réaliser son bilan portfolio de compétences
M./Mme Genève nom du/de la participant-e
date
a participé à la démarche de bilan personnel et professionnel au fil des étapes :
– engagement réciproque et motivation personnelle
– trajectoire de vie
– inventaire des expériences
– expériences sous la loupe, identification des ressources
– synthèse des ressources et compétences
– présentation de projets
– plan d’action
et a réalisé son portfolio personnel de compétences.
Cet atelier bilan portfolio se réfère à la méthode EFFE
(Espace de femmes pour la formation et l’emploi).
Animation : signature de l’animateur
Dates : du 10 février au 26 août 2005
Durée : 16 rencontres d’une demi-journée en groupe + travail personnel
Signature de l’animateur

© Bilan portfolio de compétences

7Le Bilan ne semble jamais être imposé par les AS à leurs consultants. Le document final (le Bilan portfolio lui-même et les documents écrits) appartient au participant : il n’est en aucun cas contraint de le montrer à qui que ce soit en dehors de l’atelier ; en revanche, il doit présenter à l’AS, responsable de son dossier d’assistance, son projet « réaliste » et son plan d’action pour le réaliser. Ce plan d’action est un des rares documents qui souligne non seulement les acquis mais aussi les éventuelles lacunes du participant. Une rubrique indique en effet dans quel délai la personne se propose de combler ses lacunes ou d’acquérir certaines formations nécessaires à la réalisation de son projet. Les AS, grâce à leur maîtrise de différents réseaux d’aide (demande de fonds, adresses diverses, connaissances du marché du travail ou des filières de formation) devraient pouvoir aider le participant, leur consultant, à concrétiser son projet. L’animateur peut également proposer au participant de rencontrer d’autres personnes susceptibles de le soutenir dans son projet. Six mois après cette clôture du Bilan, les participants revoient, collectivement ou individuellement, l’animateur pour évaluer l’évolution de leur situation.

Activité en commun

8Les objectifs du Bilan sont multiples. Ils sont avant tout individuels, mais se fondent sur un travail public de narration de soi. Ils correspondent à des modalités de (re)socialisation et de sociabilité comme à des formes de réflexivité individuelle.

(Re)socialisation et sociabilité

9Ainsi que le signale très clairement l’animateur, le Bilan exige de ses participants un certain sens de l’engagement dans la durée (voir aussi l’encadré en fin de chapitre). Il se présente donc aussi, à l’instar de ce qui est exigé dans les CASS par les AS, comme un dispositif d’encadrement ou de recadrage qui encourage, voire contraint les personnes à se « resocialiser », dans le sens où ce terme est utilisé dans le champ de l’action sociale, en particulier à l’aide sociale et dans les lieux de réinsertion que nous décrivons. Il s’agit, comme dans les CASS de l’Hospice général, de « retrouver un rythme », de respecter des dates et des heures régulières de rendez-vous et de s’imposer des règles de communication de groupe, le dernier point étant plus spécifique des lieux de réinsertion, qui tablent sur une « resocialisation » à la fois individuelle et collective. Toutefois, davantage qu’un mode de resocialisation, le Bilan est conçu comme un vecteur de sociabilité : il permet, explique son organisateur, de « sortir de son isolement », de « rencontrer d’autres personnes », de « créer des liens personnels privilégiés », d’« avoir une place, de prendre sa place [dans un groupe] » et de savoir verbaliser en Le Bilan portfolio de compétences public certaines de ses expériences. La série de séquences qui a fait l’objet de notre observation a permis de constater que des participants nouent des liens, ponctuellement ou à long terme, durant les réunions et en dehors de celles-ci. Le processus a néanmoins un revers : il peut aussi être l’objet de déceptions et de heurts, par exemple lorsque d’autres participants semblent se désengager ou font défection.

Bilan portfolio de compétences

« Les règles du jeu »
Chacun-e a droit à la parole.
Chacun-e a droit à l’écoute.
Chacun-e a ses expériences et ses opinions personnelles :
– je ne porte pas de jugement de valeur ;
– je ne suis pas jugé-e.
Chacun-e respecte la confidentialité :
– les informations liées aux personnes ne sortent pas.
Chacun-e joue le jeu et s’implique.
Chacun-e est partie prenante de la vie du groupe :
– présence régulière ;
– ponctualité.
Participants et animateur respectent ces règles.

© Bilan portfolio de compétences

Identification de compétences

10Comme sa dénomination complète l’indique, le Bilan a aussi pour objectif principal de permettre aux participants d’identifier leurs ressources et leurs compétences. Cet objectif est particulièrement intéressant lorsque l’on sait que les bénéficiaires de l’aide sociale et les stagiaires des lieux de réinsertion sont trop souvent sous-évalués par rapport à leurs compétences, voire définis avant tout en termes de déficits, de lacunes ou de manques. Ainsi que nous l’avons déjà suggéré, ils ont parfois des compétences qui sont très peu recensées par les AS ou les encadrant-e-s des lieux de réinsertion : connaissances linguistiques multiples, aptitudes manuelles ou artistiques et – de la part des femmes essentiellement – des ressources organisationnelles et éducatives. C’est ce que dit en d’autres termes l’organisateur du Bilan : il s’agit « d’être acteur », de « se revaloriser en explorant ses ressources » et de « reprendre confiance » en développant un projet « réaliste » et un projet « idéal ». Ce projet « idéal mais pas utopique », souligne-t-il encore, « s’il n’est peut-être pas réalisable faute de moyens, devrait pouvoir l’être à un moment ou à un autre ». Autrement dit, le Bilan propose de recenser des compétences, mais aussi de rêver et de renforcer sa créativité, il s’offre comme un moment de pause puisqu’il entend promouvoir la réflexivité, donc la nécessité de « réfléchir sur sa trajectoire », « d’établir ses priorités », « de prendre du temps pour soi ».

L’importance d’autrui

11Comparé à d’autres types de bilans, notamment dans le cadre du chômage ou d’une réorientation professionnelle (par exemple celui qu’offre le CEBIG, Centre de bilan, Genève), le Bilan portfolio de compétences s’appuie fondamentalement sur la présence d’autrui, les exercices se déroulant collectivement (sauf durant le travail à domicile) et aucune activité ne s’effectuant seul devant un ordinateur. L’activité en commun fait partie des objectifs du Bilan, puisque celui-ci se veut un vecteur de sociabilité. Elle est aussi nécessaire dans la mesure où la narration de soi est stimulée et soutenue par autrui. La narration est autoréflexive, mais aussi facteur d’appréciation collective. Le Bilan est donc un espace de réflexivité individuelle exercée collectivement, mais sans projet commun organisé ; il ne s’apparente évidemment pas à un lieu soumis à des impératifs de production comme Réalise ou les Fringantes, ni à un espace thérapeutique comparable à Arcade 84 (même si les participants constatent, au fil des réunions, des effets secondaires positifs sur leur humeur).

Entre participants et animateur

12Chaque séance se déroule un peu de la même façon : dans l’ordre de leur arrivée, qui parfois s’étale sur une bonne dizaine de minutes, l’animateur accueille chaque personne prenant de ses nouvelles ou la questionnant sur certains événements dont il est au courant. Les participants, une fois au complet, prennent ensuite place autour de la table, ronde ou carrée, selon les espaces de réunion. L’animateur rappelle les règles ou la marche à suivre de l’exercice du jour et tour à tour chacun l’exécute durant le temps qui lui est imparti. Un participant prend systématiquement des notes, au crayon gris, sur un bloc ou sur des papiers de récupération (au dos de vieilles enveloppes, par exemple) ; l’animateur aussi consigne un certain nombre de données tout en animant la séance ; et l’ethnologue, bien sûr, couvre son cahier d’observations et de verbatims, une bonne façon de participer sans prendre part formellement aux exercices, sauf dans quelques rares cas et à la demande expresse de l’animateur ou des participants. L’animateur doit souvent stopper un des participants dans ses explications, tant il est prolixe, ou encourager à s’exprimer ceux qui se montrent plus timides. Une à deux fois durant tout le processus, il demandera au participant le plus bavard d’être lui-même le « chef du temps ». Deux participants détournant souvent – sans malice mais avec constance – les règles du jeu (ils partent par exemple dans d’autres narrations que celles qui sont demandées), l’animateur doit constamment recadrer l’exercice. Au milieu de la matinée, c’est le moment d’une pause informelle. Un fumeur et une fumeuse s’exilent ensemble sur le trottoir devant le bâtiment ou vers la fenêtre de la pièce puis rejoignent le bureau ou la salle de réunion pour partager avec nous le café, préparé par l’animateur ou apporté par l’ethnologue qui, soucieuse de bien faire accepter sa présence, offre parfois aussi viennoiseries ou biscuits. Durant cette pause, nous discutons de politique locale ou nationale, de quelques événements culturels ou sportifs, de heurts ou de malheurs personnels arrivés à l’un ou à l’autre ou encore des nouvelles règles ou restrictions mises en place dans le cadre de l’assistance publique ou du RMCAS.

13En dehors de ces moments de pause, l’animateur ne joue ni le rôle d’un chef, ni celui d’un instituteur : c’est un accompagnateur et un modérateur. Il a également le rôle d’un maïeuticien, dans le sens où il incite les participants à accoucher de récits pour ensuite les aider à structurer la narration et surtout la traduire en compétences et en projets. L’accompagnateur se refuse à imposer un rapport hiérarchique, mais peut se montrer directif à l’égard des participants qui souhaitent changer les règles du dispositif. Si le rôle de modérateur est clairement assumé par l’animateur, celui d’accompagnateur et de maïeuticien se partage : la narration s’appuie sur l’écoute bienveillante des autres participants. Cette importance accordée au groupe est, comme on l’a vu, potentiellement source de sociabilité. Elle peut néanmoins aussi déboucher sur des tensions et des conflits. Ainsi le Bilan constitue-t-il un lieu soumis, comme tout espace social, à des processus de leadership et de fissions potentielles. Au cours du processus étudié, nous avons par exemple pu observer comment un des participants, à la forte personnalité et aux capacités de verbalisation exceptionnelles, occupait un peu trop – au goût des autres personnes y compris l’animateur – l’espace de parole. Nous avons également relevé comment des affinités (échanges en dehors de la structure, cafés ou repas en commun, coups de pouce pour la mise en mots et en texte de certains projets, sociabilité informelle) se sont développées entre deux participants (deux hommes) et se sont prolongées en dehors du dispositif, pour se conclure par des dissensions qui ont fini par faire capoter toute collaboration ou soutien entre ces deux individus. Entre deux autres participants (un homme et une femme cette fois-ci), une certaine solidarité s’est établie (aide pour remplir ensemble, un soir, en dehors des séances des documents liés au Bilan et effort spécifique consenti pour ne pas manquer une séance de rencontre, et ceci alors que la femme nous avait confié craindre quelque peu le participant en raison d’une relation parfois tendue avec les hommes manifestant une présence forte dans un groupe). Cette solidarité s’est soldée par une tension qui a failli terminer par un abandon du dispositif lorsque la participante a manqué une séance en avertissant trop tard tous les autres membres du groupe.

14Lorsque des tensions apparaissent durant les séances du Bilan, l’animateur, quoique très admiré pour son travail, sa constance et la justesse de ton (« il a vraiment de grandes qualités humaines », disent unanimement les participants), se voit aussi conseiller – par certains participants – de travailler en groupe sur des expériences fictives (par exemple imaginer monter une sorte d’observatoire des tsunamis, au moment où ceux-ci font parler d’eux en janvier 2005) et non pas seulement sur les expériences personnelles de chacun.

Un dispositif de narration

15Différentes rubriques formatent le récit des trajectoires de vie et renvoient à la famille (d’origine et actuelle), à la formation scolaire et professionnelle et aux autres centres d’intérêt ou d’activités. Le récit devrait aussi être relié aux événements extérieurs (par exemple au contexte économique et social du pays de résidence). Toutefois cette référence à un espace plus large n’est que peu présente. Par ailleurs – comme tout récit de vie – la présentation de la trajectoire est à la fois fragmentée, réductrice et « trop cohérente » : « dans ces trajectoires de vie, il faut présenter les faits marquants, donc il y a nécessairement sélection ; c’est un travail par flash ou ‘photos’, c’est donc arbitraire, mais cela permet une certaine distanciation par rapport à soi-même et c’est avant tout ‘fait pour soi’ », précise l’animateur.

16On ajoutera, suivant en cela les analyses de Ricoeur (1979, 1983) sur la « mise en intrigue » des récits, que ces trajectoires sont réinterprétées donc fiction, histoire reconstruite pour soi et pour un auditeur ou un lecteur (voir aussi Ossipow 2006), mais non illusion (Bourdieu 1986b). La mise en intrigue gomme nombre d’incertitudes ou de contradictions, rend inévitables certains événements qui ne relevaient peut-être que du hasard, ou au contraire, fait apparaître comme aléatoire des actions prévisibles. La surcohérence des narrations est intéressante, non pas parce qu’elle apporterait une approche objective des trajectoires, mais parce qu’elle montre comment les acteurs repensent leur parcours et réinterprètent leur vécu dans un contexte spécifique et à l’horizon d’autres actions. Comme le souligne Pharo (1986), à la suite du même Ricoeur et d’ethnométhodologues tels que Garfinkel, la production du récit est aussi ouverture, elle reconfigure et préfigure d’autres actions. Ceci est d’autant plus vrai dans le cadre du Bilan, puisque le récit de la trajectoire de vie, ajouté à d’autres exercices narratifs, doit aboutir à la constitution d’un projet de réinsertion.

Les narrateurs, la narratrice

  • A, âgé d’une cinquantaine d’années, est marié et père de cinq enfants mineurs. D’origine maghrébine, il a immigré à l’âge adulte en Suisse. Après avoir obtenu un baccalauréat dans son pays d’origine, il y a commencé des études universitaires dans un domaine artistique, puis fut indépendant durant une très courte période. En Suisse, il a ensuite été salarié d’une entreprise privée pour aujourd’hui exercer une activité de manutentionnaire.

  • B est un homme célibataire d’une quarantaine d’années, d’origine maghrébine et suisse. Il a alternativement habité en Suisse, en France et dans le pays d’origine de son père. Il a obtenu un baccalauréat puis a commencé des études universitaires en sciences sociales. Il fut indépendant et se dirige actuellement vers des activités à orientation commerciale.

  • C, âgé de plus d’une cinquantaine d’années, vit en compagnonnage avec une jeune femme ayant des enfants. Il est d’origine suisse, mais a ponctuellement vécu dans un autre pays d’Europe. Il possède une maturité, a travaillé comme indépendant dans un domaine scientifique, puis artistique. Il n’a été que très rarement salarié. Il s’oriente aujourd’hui vers des activités à caractère social et psychologique.

  • D, âgée d’une soixantaine d’années, est mère d’un enfant adulte. Elle est d’origine italienne et suisse et a longuement vécu outre-Atlantique. Elle est au bénéfice d’un CFC, a travaillé dans sa branche de formation, mais aussi et surtout dans le domaine artistique comme indépendante.

17Les quatre participants qui constituèrent le groupe sur le long terme ne forment pas une population homogène, bien qu’ils partagent certaines ressemblances. A l’exception d’un seul, ils sont actuellement au bénéfice de l’aide sociale et non pas du RMCAS. Tous les quatre détiennent une formation certifiée. Ils ont également passé par des expériences migratoires de plus ou moins longue durée. Trois d’entre eux sont attirés par différentes formes d’expression artistique. Tous ont été salariés, mais trois d’entre eux ont été leur propre chef en montant leur propre entreprise, durant trois ans pour B et plus d’une vingtaine d’années pour C et D.

18Pour relater leur trajectoire, tous les participants ont pris quelques libertés avec le cadre imposé. A a informatisé le modèle distribué et le commente ainsi : « La barre au milieu, en noir, ce n’est pas la cassure, mais la vie avant et après ; la fracture d’avant et après l’immigration et quelques événements, dont un divorce, dans la famille élargie. Le fil rouge de la trajectoire, c’est d’avoir été presque en rupture avec le pays d’origine [le narrateur mentionne directement le nom du pays où il n’a pas pu se rendre à l’occasion de l’enterrement de son père]. Le trait vert, c’est une tentative de retour, avortée après quelques mois. La croix rouge, c’est la naturalisation après six ans de permis B [permis annuel de résidence]. » B et C se contentent de quelques notes et suivent une trame à la fois chronologique et thématique, mais se montrent moins concis, développant certains thèmes plus que d’autres (celui de la famille pour l’un et celui des activités artistiques pour l’autre). Ils enrichissent leur présentation d’anecdotes et de digressions et brodent à partir des rubriques proposées plutôt qu’ils ne les remplissent à la lettre. D utilise le document distribué comme un cadre et un support pour dessiner puis peindre l’essentiel de sa trajectoire en quelques carrés colorés : c’est, dit-elle, l’histoire de sa vie résumée sous la forme d’une bande dessinée d’une seule page !

Une situation de porte-à-faux

19Même s’il s’agit probablement d’une position caractéristique de toute personne envisageant de participer à un Bilan, les références à des situations de porte-à-faux abondent dans les récits des participants : tension entre deux nations et confessions (pays d’origine et d’émigration d’obédience musulmane versus pays d’immigration et de résidence à majorité chrétienne, retour avorté dans le pays d’origine) ; tiraillement comme enfant d’un couple mixte, tiraillement aussi entre deux milieux (une origine bourgeoise mais une orientation paternelle communiste pour un des participants ; une origine aristocratique mais une expérience migratoire qui contraint à un statut d’employée de maison pour la mère de D).

20La situation de porte-à-faux se reproduit dans les orientations professionnelles des quatre participants. Elle se caractérise par des vocations contrariées en raison de dictats paternels ou maternels, par des compétences professionnelles avérées mais non certifiées, donc difficiles à faire valoir, ou encore par des convictions personnelles qui conduisent à une perte d’emploi (un des participants, pourtant satisfait de son travail de transporteur, a par exemple refusé de convoyer des armes et s’est fait licencier). Trois participants insistent aussi sur leurs engagements associatifs passés et présents, des engagements pris parallèlement à leurs autres occupations et en dehors de toute obligation contractuelle liée au RMCAS : des activités bénévoles dans le cadre d’activités parascolaires sportives et culinaires pour A, des périodes de militance dans des mouvements écologistes et auprès de populations très précarisées pour B, des activités artistiques et théâtrales avec des personnes en difficulté pour D. Pour sa part, C s’est souvent engagé à fournir une aide individuelle à des connaissances ou à des proches, qui pour reprendre des études, qui pour terminer un travail de diplôme, qui pour affronter des situations sources d’extrêmes tensions (par exemple un passage au tribunal).

Santé, préoccupations financières et réseaux

21Curieusement, alors que la population des bénéficiaires de l’aide sociale est, dans sa majorité, souvent atteinte dans sa santé physique ou psychique, seule une trajectoire de vie est marquée par des problèmes d’addictions. Enfin, comme dans n’importe quel récit de vie, toutes les personnes mentionnent des ruptures et des deuils. Il est possible que les récits – déjà partiellement formatés par le cadre proposé – le soient également par le fait que les personnes, du moins trois d’entre elles, aient l’habitude de se raconter d’une certaine façon puisqu’elles suivent ou ont suivi une psychothérapie.

22Bien que les difficultés financières n’envahissent pas les récits, C et D soulignent leur habitude de la précarité ; ce sont les mêmes qui notent que leur situation actuelle d’assistés quasi préretraités, si elle n’est guère confortable, leur assure toutefois un revenu régulier à peu près équivalent à ce qu’ils gagnaient précédemment. En fin de processus, A, au bénéfice d’un contrat à durée déterminée, se réjouira d’être à nouveau sur le marché de l’emploi tout en mentionnant aussi les difficultés financières qu’entraîne paradoxalement cette reprise du travail : seul salarié d’un ménage de sept personnes (son épouse et leurs cinq enfants), il ne bénéficie pourtant plus d’une aide financière de l’Hospice général, puisque son salaire le situe juste au-dessus du barème d’assistance, l’effet de seuil ayant encore pour conséquence de lui supprimer à long terme les aides en matière d’assurance maladie.

  • 59 L’importance de ce réseau n’échappera d’ailleurs pas à l’œil perspicace d’un autre participant qui (...)

23Les trajectoires (et les différents récits supplémentaires qui s’élaboreront au cours du Bilan) laissent également apparaître – en tout cas pour A et D – une certaine richesse de relations sociales. A l’exception d’un seul participant, qui expliquera d’ailleurs aussi venir aux réunions pour trouver un peu de sollicitude dans les moments de grande adversité qu’il traverse, les membres de cette session de Bilan ne semblent pas vraiment souffrir de solitude, ou, du moins, ne manquent pas d’appuis : l’un évoque son amie et plusieurs amis de son père bien placés professionnellement (dans la téléphonie mobile, dans le commerce) et qui pourraient éventuellement l’aider à décrocher un poste de travail ; une autre fait mention à plusieurs reprises de la présence d’amis et de connaissances ancrés dans différents milieux professionnels (artistique, littéraire, immobilier, politique59) sans oublier le soutien de son enfant majeure et indépendante. Un autre signale enfin l’apport, notamment financier, d’une compagne (qu’il aide à son tour dans ses propres difficultés familiales). Quant au participant en emploi, il réfère fréquemment à son épouse, à ses enfants, à sa famille élargie ainsi qu’à ses amis proches et à ses collègues de travail.

24Si les quatre participants semblent s’être livrés à la présentation de leur trajectoire avec une aisance étonnante, deux d’entre eux soulignent ne pas en sortir indemnes. Pour l’un, c’est le rappel d’un exercice analogue dans une structure de soins ; pour l’autre, c’est l’évocation parallèle de deux processus de deuil, sans oublier « tout le refoulé que le Bilan fait ressortir ». Ce dernier participant proposera d’ailleurs à l’animateur de ne pas placer le travail sur les trajectoires en début de processus, afin de ne pas fragiliser les participants par une démarche qui d’emblée oblige à un retour sur le passé.

Les expériences sous la loupe ou l’art d’accommoder ses ressources

25Dans ce type d’exercice, chaque participant relate une expérience personnelle ou professionnelle en sériant les actions et les activités qu’elle met en jeu (voir encadré p. 221). Il arrive que les protagonistes ne se rendent pas compte de leurs ressources explicites et implicites ; il appartient alors aux autres participants et à l’animateur de les faire ressortir et de les traduire en compétences. L’exercice ressemble en apparence à celui des trajectoires de vie, car il est aussi fondé sur une certaine reconstruction de la mémoire et mêle des éléments biographiques à la description plus concrète des expériences. Il aboutit toutefois à un travail très différent de celui qui était demandé dans la narration des trajectoires : celles-ci pointaient davantage les processus de ruptures que l’exercice obligeant à placer chaque expérience sous la loupe. Le détail des expériences personnelles et professionnelles devrait au contraire permettre de mettre en valeur des points forts et des capacités de rebondissement. Ainsi que nous l’avons déjà souligné, le Bilan ne consiste pas en une procédure d’évaluation à proprement parler et repose sur le principe – strictement respecté, comme l’observation du groupe a permis de le constater – de ne pas relever les manques, les défauts, les faiblesses ou les limites d’action ou de compétences.

Deux récits d’expériences professionnelles

Un travail d’éditeur

26C, au bénéfice d’une formation d’urbaniste, décrit l’aide payante fournie à un ami pour éditer une thèse en histoire de l’art. Il explique comment, après avoir planifié les tâches à réaliser, il s’est plongé dans la lecture d’ouvrages comparables, s’est renseigné sur certaines astuces informatiques propres à l’édition de textes et a travaillé jour et nuit pour tenir les délais, se fendant même d’un index, un appendice que seuls – dit-il – les bons éditeurs proposent. Sa parfaite maîtrise de la syntaxe française a permis de rendre le texte plus lisible et l’éditeur improvisé se moque gentiment de l’actuel docteur ès lettres dont il a dû améliorer l’orthographe approximative et soutenir la volonté parfois défaillante jusqu’à la soutenance de thèse. Le narrateur synthétise ensuite les compétences dont il a, à son avis, su faire preuve. Il a réussi, dit-il, à « montrer sa disponibilité », à « s’organiser et à anticiper les difficultés » sans pour autant cesser de « vibrer » (un terme qui lui est suggéré par une participante) avec l’auteur de l’ouvrage. Plus techniquement, il se félicite d’avoir su corriger les défauts du texte, d’avoir réussi à le mettre en page d’une façon à la fois rigoureuse et esthétique, d’avoir pu visualiser le produit fini et imaginer les souhaits du lecteur. Un vrai travail d’éditeur, conclut-il, mais aussi celui d’un guide, puisqu’il a soutenu le thésard tout au long du processus.

Une expérience de décoratrice

27D, formée dans la coiffure, mais aussi vendeuse d’habits de marque et surtout peintre autodidacte, raconte comment, fraîchement mariée aux USA, elle doit s’enquérir rapidement d’un travail, le jeune couple n’ayant plus un sou. Après de vaines recherches, elle obtient enfin un rendez-vous dans une boutique de décoration dont le propriétaire lui propose de fabriquer des coussins de soie aux motifs originaux. Bien que novice dans l’art de la soie, l’artiste n’en souffle mot : « je savais mentir, donner le change » explique-telle. Peu satisfaite du motif à copier sur le coussin, la créatrice propose d’en inventer un autre, justifiant sa proposition non pas en termes esthétiques, mais de droits d’auteur, un argument auquel le propriétaire se montre immédiatement sensible. « Le style de la boutique faisait très Las Vegas, très brillant, très nouveau riche… », analyse l’artiste, qui négocie ses honoraires et promet un projet pour le lendemain sans réaliser immédiatement le peu de temps à disposition : « J’avais une nuit pour faire cela, le stress et l’adrénaline fixés au plus haut point. Il me fallait acheter les ingrédients et trouver une bonne idée en très peu de temps. Et je ne savais pas comment faire pour que la peinture ne déborde pas du trait ni ne s’étale sur le coussin. » Au cours de sa nuit de labeur, elle se souvient alors soudainement d’une visite aux fresques de Pompéi durant laquelle on lui avait expliqué qu’il fallait « donner à boire au dessin ». Elle imagine donc devoir mouiller le tissu au préalable. Elle songe ensuite au motif, hésite entre différents artistes, puis se décide finalement pour des motifs grecs selon une technique de batik et opte pour deux modèles : un modèle masculin figurant Alexandre le Grand entouré de guerriers grecs et un modèle féminin composé d’une femme et sa servante qui tient un vase. Ses choix, pense-t-elle, « flatteront les Américains, qui croiront avoir l’air cultivé… ». Les modèles proposés emportent l’adhésion immédiate du propriétaire et l’artiste réalisera, par la suite, d’autres travaux de décoration pour cette boutique. Commentant l’expérience décrite, la narratrice constate qu’elle ne peut proposer ses services que lorsqu’elle est sous pression : « le stress est mon allié » dira-t-elle en conclusion.

Les ressources

Les ressources sont notamment constituées des :
• moyens, talents, habiletés que nous mettons en œuvre pour accomplir une action • connaissances qui nous sont nécessaires à l’accomplissement de cette action • aptitudes et qualités que nous utilisons pour accomplir cette action.
Dans notre travail d’investigation, les ressources peuvent être liées aux verbes suivants :
• je peux • j’ai la faculté de • j’ai le moyen de • je suis • je suis en état de • je suis capable de • je sais.
Voici quelques ressources à titre d’exemple :
• imaginer et dessiner un projet • accepter mes limites • surmonter l’échec, le chagrin, la peur • être discipliné • maintenir une discipline • transmettre un message • établir un budget et le défendre • effectuer un choix • négocier avec des représentants • lire entre les lignes • respecter des délais • être rigoureux • utiliser un traitement de textes • exécuter des instructions • gérer mon temps de travail • me faire plaisir • soigner les cheveux (couper, coiffer…) • m’exprimer, me faire comprendre • concilier ma vie professionnelle et familiale • tenir compte des goûts d’autrui • compter sur moi-même • reconnaître ma valeur
Pour faire émerger les ressources des actions que nous avons étudiées sous la loupe, nous nous sommes constamment demandés : comment nous y prenons-nous pour …
Nous constatons que les ressources sont comme les pelures d’un oignon : il y en a toujours qui sont cachées derrière d’autres.
Nous pourrions en effet reprendre plusieurs ressources citées plus haut, les observer comme « actions sous la loupe » et nous poser la question comment nous y prenons-nous pour :
• imaginer et dessiner un projet • surmonter l’échec, le chagrin, la peur • maintenir une discipline • établir un budget et le défendre.
Il n’est pas nécessaire d’aller trop loin, mais ce type d’investigation peut nous permettre de dégager des ressources « cachées » ou « trop évidentes » pour nous.
Bilan portfolio/initiales de l’animateur/2002

© Bilan portfolio de compétences

28Les deux exemples présentés se centrent essentiellement sur des ressources professionnelles qui, si elles tiennent compte d’expériences précédentes – D avait déjà effectué des mandats de décoration et C avait déjà rédigé des rapports ainsi que différents types de traductions – n’en réfèrent pas moins à une capacité d’apprentissage sur la base d’aptitudes non certifiées, mais exercées avec imagination et persévérance en situation d’adversité. Les récits révèlent aussi l’importance d’un savoir cultivé (une certaine culture générale), notamment artistique et littéraire, acquis plus ou moins implicitement à différentes périodes de la vie : en famille, au cours d’une formation gymnasiale pour C ; entre amis, de façon autodidacte pour D, et durant plusieurs voyages pour les deux narrateurs. Ces références directes ou indirectes à une « culture cultivée » apparaissent dans les récits, dans la maîtrise du processus narratif lui-même (un mode plutôt analytique pour l’éditeur improvisé et le ton d’une conteuse pour la décoratrice) et dans les commentaires qu’échangent les protagonistes. Parfois même, ces références culturelles structurent la narration, font partie de l’intrigue et contribuent au suspense : c’est le cas, par exemple, quand D paraît sauvée par le soudain souvenir d’un voyage à Pompéi ou quand C raconte avoir réussi à entrer dans une soirée scientifique privée grâce au fait qu’il connaissait les travaux d’un botaniste célèbre (voir infra, le récit L’éclipse). Quoique constituant une vraie ressource directement exportable dans certains domaines professionnels ou contribuant au charisme de son possesseur, ces savoirs cultivés ne sont toutefois pas directement recensés comme une compétence par les intéressés. C’est l’animateur qui les désignera parmi d’autres compétences (de type plus organisationnel ou relationnel), elles plus souvent mises en évidence dans les dispositifs de bilan : facilité de communication et d’argumentation, capacités de résistance à la pression et aptitude à l’organisation ou à la planification. Les narrateurs ont tendance à allonger leur récit : à dessein, par plaisir de se raconter en oubliant l’objectif de la narration ou, par défaut, en ne sachant pas comment sélectionner les moments les plus pertinents. Toutefois, le fait qu’ils relèvent spontanément certaines qualités d’organisation montre qu’ils ont intégré que le Bilan a – en tout cas partiellement – une visée de réinsertion professionnelle.

29Par ailleurs, les commentaires effectués sur le récit s’intercalent avec des réactions émotionnelles : des larmes, des rires, de la colère, de l’agressivité, des craintes. Ces émotions qui pourraient à terme gêner la dynamique de groupe, sont partiellement gérées par l’animateur, mais ne sont que rarement explicitées : « nous ne sommes effectivement pas dans une thérapie, les émotions font partie de la dynamique du groupe, je n’interviens que si elles entravent la bonne marche de la rencontre », précise-t-il après relecture de notre analyse du Bilan. Ni le groupe ni l’animateur ne reviendront, par exemple, sur le sentiment de frustration exprimé par l’éditeur improvisé qui se plaint d’avoir été « le nègre » (une expression soufflée par D) d’un candidat au doctorat sans que lui-même n’y gagne aucune certification.

Trois récits d’expériences personnelles

Le harem

30D choisit d’aborder une expérience personnelle. Elle fait alors le récit d’un voyage dans le sud de l’Algérie en 1974, effectué avec son premier mari médecin et un ami camionneur, pour livrer des vivres et apporter une aide médicale. Après une nuit de route, la narratrice se souvient être arrivée dans un oasis abritant un harem, propriété du maire de la région. Du côté des femmes, elle est accueillie, vêtue, nourrie, questionnée. Elle-même observe, imagine, analyse : « on y percevait une beauté nimbée de tristesse. J’ai rencontré les quatre femmes réglementaires du maire : la première avait l’air très triste, probablement parce que son mari ne voulait plus d’elle. Il y avait une impression d’harmonie, de solidarité, mais aussi d’insécurité : on sentait que ces femmes avaient peur d’être évincées, on percevait les luttes intestines. Malgré tout j’étais fière d’être femme… Il faut être hypersensible pour sentir tout cela. Et si je n’avais plus eu mon odorat, je l’aurais regretté… Ils étaient assez pauvres, il n’y avait pas de décor particulier. C’était quand même assez différent des décors de cinéma qu’on voit dans les mille et une nuits… »

31Plus tard, la narratrice racontera aussi avoir peint deux magnifiques toiles évoquant mieux que ce récit ce qu’elle avait vécu au cours de ces deux jours parmi des femmes algériennes.

L’éclipse

32Suite au récit de son travail d’éditeur, C nous présente une de ses passions et évoque l’éclipse de soleil du 11 août 1999. Il choisit un mode de narration très pédagogique, commençant par nous expliquer le fonctionnement du phénomène à l’aide d’un journal de vulgarisation scientifique acheté à notre intention et pour se préparer à la prochaine éclipse en 2006. En 1999, C, désireux d’assister au phénomène mais ne possédant pas de véhicule, convainc quelques amis de l’accompagner dans son périple. Le narrateur, qui a tendance à suivre plusieurs pistes et histoires lorsqu’il se lance dans un récit, choisit cette fois-ci un mode de présentation très précis, énumérant pas à pas toutes les actions mises en œuvre et insistant sur le pronom personnel « je » ainsi que le recommandent les directives du Bilan : « Je me renseigne sur la bande de ‘centralité’ ou la localisation précise de l’éclipse (le sud de la Grande-Bretagne et la Turquie) ; je me documente sur la durée du phénomène ; je cherche le lieu où la durée de visibilité est maximale ; je me rends compte que le meilleur endroit serait la Roumanie, mais faute de pouvoir convaincre mes amis de s’y rendre, je négocie un compromis pour aller dans le sud de l’Allemagne (…). Dans un observatoire, j’achète des lunettes de protection »… (« Tu veux défier le soleil comme Montherlant ! ? », interrompt D, la narratrice du harem). Des filtres pour l’appareil de photographie, des films, un récepteur GPS (prêté par un ami) complètent l’équipement. D dit avoir encore glané diverses informations dans les médias. Puis le groupe arrive près d’un château qui accueille une conférence sur le sujet, mais qui se déroule à guichet fermé. Le narrateur pourra finalement entrer dans le château grâce à un botaniste qui le prend sous son aile, fier qu’un inconnu le reconnaisse dans la foule. Le narrateur et ses amis doivent finalement modifier leurs plans à la dernière minute en fonction de certaines contraintes. Ils finissent toutefois par assister à l’événement : « une quête de la beauté et de l’éphémère » qui plaît particulièrement à D, la première à féliciter le narrateur pour le récit de son expérience.

L’accouchement

33A, qui informatisa la présentation de sa trajectoire, père de cinq enfants, choisit d’évoquer la naissance de son premier bébé : « J’assiste à l’accouchement ; il n’en aurait pas été de même si j’étais resté dans mon pays d’origine. Je suis présent aux côtés de mon épouse et je compatis à sa souffrance (‘je demande une péridurale pour ne pas stresser’, interrompt B, en riant). Je prends mon mal en patience et partage sa joie au moment de la délivrance. Je coupe le cordon ombilical et donne le bain au bébé pour ensuite remettre l’enfant à sa mère. J’assiste à sa première tétée (qui n’en est pas vraiment une, précise-t-il à notre intention). Je reste à ses côtés et communique la bonne nouvelle à la belle-mère et aux amis intimes. »

34Le narrateur souligne ensuite les capacités qu’il estime avoir mises en œuvre. Il relève, entre autres, une facilité d’adaptation à une situation particulièrement angoissante puisque la première grossesse du couple n’avait pas abouti et une volonté de distanciation par rapport aux comportements de compatriotes d’origine maghrébine qui n’auraient pas osé – suppose-t-il – assister à l’accouchement de leur épouse.

  • 60 L’utilisation du pronom « je » est plus marquée encore que dans la présentation d’une expérience pr (...)

35Les expériences non professionnelles proposées ci-dessus (et d’autres racontées dont le texte n’a pas été inséré dans cette analyse) évoquent des émotions positives (la joie d’une naissance, le plaisir d’être une femme, la passion pour un phénomène scientifique) et une fine maîtrise de certaines capacités relationnelles (notamment de l’empathie, une façon de se mettre à la place des femmes du harem pour D ou de la parturiente pour A). Comme les expériences professionnelles, les expériences personnelles réfèrent encore à des savoirs implicites utilisés – sans le reconnaître explicitement – dans bien d’autres activités : aptitude à susciter l’adhésion à un projet d’expédition, pouvoir de décrypter une atmosphère, capacité de trouver sa place dans une situation nouvelle. Le sujet choisi et le mode narratif emprunté60 disent, une fois encore, quelque chose de l’identité des narrateurs : la passion pour l’orientalisme de l’auteure du harem et un récit énoncé comme un conte ; le rôle de guide et de pédagogue toujours présent dans les récits de C, ainsi que l’importance de la famille pour A. Ces récits – peut-être plus encore que la description d’expériences professionnelles spécifiques – font aussi circuler des émotions au sein du groupe : l’indignation féministe de C (un homme) lorsque D (une femme) décrit la condition des femmes du harem sans la juger, l’admiration pour le comportement astucieux de D lors de la conférence sur les éclipses, la reconnaissance des capacités d’empathie de B, qui montrera d’ailleurs dans un autre récit comment il transforme la corvée des commissions hebdomadaires en un moment bien organisé, voire agréable.

Vers la professionnalisation des capacités

36A la fin de chaque présentation, les ressources sont énumérées par le narrateur lui-même, puis par les autres participants et l’animateur. Ainsi ces ressources sont-elles « traduites » et partiellement généralisées afin d’être progressivement pensées comme transférables dans d’autres champs d’activité (par exemple dans un CV ou dans une lettre de motivation). La capacité d’observation ou d’empathie évoquée par D dans Le harem peut, par exemple, être pensée comme une aptitude payante tant dans le domaine artistique que dans celui de la vente ou des relations publiques ; l’aptitude à l’anticipation mise en évidence par C dans L’éclipse peut s’assimiler à une compétence d’organisateur utile dans la plupart des emplois ; enfin la capacité d’adaptation soulignée par A dans L’accouchement peut se traduire comme une aptitude à s’accommoder de nouvelles situations professionnelles, mêmes difficiles. Ce n’est néanmoins pas directement après le récit d’une expérience personnelle ou professionnelle que les ressources ou compétences sont formellement synthétisées : ce travail s’effectue progressivement, mais ne sera rédigé et présenté qu’au moment de l’étape consacrée à la synthèse des ressources.

  • 61 Ce qui aurait aussi pu être interprété du point de vue de l’observateur en termes de fatigue (l’emp (...)

37La présence du groupe permet de reconnaître publiquement et de valider des ressources, surtout lorsque leurs détenteurs ne semblent pas trop y croire… D, alors qu’elle feuillette, en fin de processus, son portfolio, s’exclame par exemple : « Toutes ces compétences, le sens de la réalité, le sens de l’économie, etc. C’est vous [le groupe] qui m’en avez fait prendre conscience et c’est troublant parce que cela contrecarre, comme mot à mot, tous les renvois négatifs de ma mère qui me définissait plutôt en terme de manques et de lacunes, du moins dans ce domaine, parce qu’elle a quand même reconnu que j’étais une vraie artiste… » Le Bilan offre donc un espace de valorisation personnelle de son identité en fonction des dimensions que chaque participant choisit de mettre en avant. Toutefois, cette auto-attribution d’identité se négocie implicitement ou explicitement dans le groupe (et à l’extérieur de celui-ci, bien entendu) : elle est marquée du sceau de l’altérité, elle est modifiée par les représentations des autres participants dans le contexte spécifique de l’atelier et de la dynamique de groupe. A, le narrateur de L’accouchement, s’est par exemple vu qualifier par les autres membres du groupe tantôt de « philosophe » tantôt de « sage », du fait de ses réflexions souvent généralisantes, de ses prises de parole concises, de certaines références à sa foi, de son engagement dans des activités parascolaires caritatives, de son attitude calme (presque en retrait61) et de son maintien un peu réservé.

La synthèse des ressources

38La synthèse des ressources s’effectue par écrit, chaque participant devant rédiger, sur la base des expériences présentées, une liste synthétique des compétences dont il s’estime doté. Le principe du Bilan veut que cette liste soit archivée dans le portfolio puis symbolisée dans une « œuvre » qui, elle, est présentée au groupe. C ayant demandé de tout de même faire part des synthèses écrites, l’animateur organise une séance de présentation. Curieusement l’exercice ne fut pas une grande réussite. Les participants n’ont pas systématiquement repris les expériences présentées oralement, et si la verbalisation n’avait posé problème à personne – nous avons vu que les narrateurs faisaient même preuve d’une grande aisance dans ce domaine –, la rédaction, elle, apparaît comme un obstacle de taille pour la plupart des participants. A l’exception de C, les participants élaborent peu la rédaction de leur synthèse, se contentant de quelques notes. Tous ont quelques réticences à respecter les cadres formels proposés :

  • A note que son sens de l’empathie lui permet une vie conjugale et familiale satisfaisante tandis que sa capacité à s’engager lui a ouvert différentes perspectives dans la vie associative ; enfin, une certaine philosophie de l’existence et sa foi l’aident à accepter la souffrance et les événements tels qu’ils se présentent. C’est peut-être à partir de cette « sagesse » – relevée par les autres membres du groupe, ainsi que nous l’avons vu – qu’il supporte un emploi précaire, relativement monotone et très pénible physiquement.

  • B, recherchant activement un emploi, formate – plus que les autres – sa synthèse en termes professionnels. Il relève sa capacité à suivre un objectif et à s’y tenir, sa ponctualité, sa souplesse, son sens de l’organisation, son esprit rationnel et sa maîtrise de l’anglais.

  • C, ayant démontré ses talents de pédagogue dans différents domaines (l’édition d’une thèse, l’organisation d’une expédition pour découvrir une éclipse, l’accompagnement d’une proche dans une démarche en justice) souligne ses compétences de guide ou d’éducateur, laissant de côté d’autres ressources : « Je crois que je sais mettre la personne dans une situation favorable à son apprentissage. En fait, mes compétences se résument en un point : ma disponibilité, même si je ne souhaite pas rendre quelqu’un dépendant de moi. »

  • D mentionne son aptitude à relever différents défis dans l’adversité, son sens de la réalité, son inventivité et son adaptabilité ainsi que ses capacités d’empathie à l’égard des clients potentiels. Elle souligne encore une fois que le Bilan lui a, en revanche, fait découvrir qu’elle n’arrive au bout de ses objectifs que sous pression et qu’il lui faudrait peut-être trouver un guide (« suis-je forcément dépendante d’un homme ? », s’interroge-t-elle) pour réaliser des projets artistiques dans des contextes moins précaires que ceux qu’elle a évoqués.

39Le principe même de la synthèse pose problème, elle semble réductrice. C souligne sa gêne à présenter sa synthèse des ressources, car il trouve que celles-ci, une fois résumées hors de tous les contextes ou récits qui les situeraient, donnent une impression déformée de leur détenteur : de son point de vue, les participants se mettent à apparaître comme « trop parfaits », voire presque inhumains ou irréels. Pour l’ethnologue observateur, la réduction s’apparente à une homogénéisation : déconnectées des récits, les expériences personnelles ou professionnelles mentionnées semblent un peu toutes identiques et, surtout, perdent de leur épaisseur : elles s’apparentent alors à de banales capacités d’empathie, à de simples compétences organisationnelles ou communicatives, à de maigres aptitudes linguistiques, en bref à des compétences qui semblent dès lors peu transférables sur le marché de l’emploi sans autres ressources certifiées.

La symbolisation des ressources

40Le Bilan comprend une session consacrée à la « synthèse symbolique des ressources », ainsi que la nomme l’animateur. Trois personnes s’y sont livrées en présence du chercheur. Ces synthèses peuvent s’assimiler à des performances : A et C ont préparé, l’un un petit discours qui présente un artefact lié à son travail, l’autre un texte, lu en même temps qu’il offre un objet à chacun. C’est une mise en scène qui permet de redire avec d’autres moyens ce que l’on fut et ce que l’on est devenu. Parfois, il s’agit aussi de resserrer les liens entre les participants (voir ce propos, Polyvalence et couteau suisse).

L’affichette de tri et les petits chaos de l’existence

41A apporte une affichette du centre de tri dans lequel il travaille : « Ces affichettes sont jetées après chaque tri et transport : je trouve que c’est du gaspillage ». Le fait de l’avoir récupérée est symbolique de son goût du recyclage, précise-t-il. Les affichettes ramassées viennent grossir sa collection de papiers brouillons sur lesquels il consigne tout : des idées, des projets, Le Bilan portfolio de compétences des dessins. Ainsi garde-t-il une trace de projets idéaux qui, s’ils ne sont pas réalisables, l’aident à supporter les frustrations quotidiennes. Poursuivant sa présentation, il note : « Ces affichettes sont très suisses, mais sous l’apparence de l’ordre et de la rationalisation, il y a de multiples petits chaos, tout n’est finalement pas trié dans les règles de l’art. D’ailleurs nous avons tous une forme de chaos à remettre en ordre. Cette feuille-là ne concrétise donc pas mes qualités, mais mes préoccupations. » Faisant immédiatement écho à la présentation, C dit son regret que A ne soit pas à un poste qui mettrait vraiment en valeur ses compétences, mais admet qu’il faut aussi tenir compte d’un principe de réalité. D, un peu taquine, demande si ces papiers brouillons servent parfois à faire des confettis…

Polyvalence et couteau suisse

42Pour symboliser son identité et « faire plaisir » – une aspiration qui le définit aussi, insiste-t-il – C offre un couteau suisse gravé au nom de chaque participant : « Le couteau suisse est à l’image de ce que je crois être : il représente la polyvalence. C’est la Suisse capitaliste, mais aussi celle de Henry Dunant (le fondateur de la Croix-Rouge) et celle de la chaise sur la place des Nations (une sculpture qui dénonce le scandale des mines antipersonnelles). Autrement dit, la Suisse que je n’aime pas, mais aussi la Suisse que j’apprécie. Le couteau, c’est la Suisse, mais également la polyvalence, en opposition aux rouleaux compresseurs et aux idéologies fermées. Ce couteau militaire lance aussi un pied de nez à l’armée, puisqu’il est transparent, donc un peu sexy. Quant aux petits ciseaux, ils représentent mon côté féminin, la recherche d’harmonie, l’importance des émotions. Si j’en avais eu les moyens, je vous aurais offert à chacun un Ipod, une bonne invention puisqu’elle permet de garder sa liberté et de ne choisir qu’un seul titre dans la musique qu’on apprécie. » La musique représente en effet un élément important de l’identité du narrateur, qui fut aussi, rappelons-le, enseignant dans le cadre d’une activité artistique. Pour conclure la performance, nous sommes donc invités à écouter un célèbre groupe de musique latino sur l’appareil que le performer s’est donné la peine d’apporter de chez lui, un geste qui, dit-il, signifie un changement important dans son existence quotidienne : « Depuis le départ de l’enfant qui habitait avec nous, j’étais si triste que je n’écoutais plus de musique. Toutefois, grâce au Bilan, j’ai été rechercher la chaîne stéréo et mes disques à la cave… » La performance aurait encore pu être complétée, imagine-t-il, par le partage d’un aliment, une crème Budwig (un met diffusé par une spécialiste suisse de l’alimentation dite saine), symbole de son intérêt pour la santé, ou par la présentation d’un petit bambou « car c’est une plante pour laquelle on n’a pas besoin de compétences et qui pousse même si l’on n’a pas la main verte ».

Le bidon de lait

43Un bidon de lait, c’est l’objet qui doit symboliser mon sens du défi. « Ce souvenir d’enfance, c’est moi », s’exclame D, qui raconte le jour où, rentrant chez elle après avoir été cherché du lait avec son bidon, elle rencontra un ami qui lui proposa de faire tourner le récipient au-dessus de leur tête. Le camarade (dont le bidon n’était à dessein pas très rempli) réussit le tour sans problème. Elle, sans hésiter une seconde, fit de même, mais prit en retour une douche de lait… « C’est tout moi cela, je pense que je suis capable de tout ; on me lance un défi et je décide de l’accepter sans réfléchir… » L’anecdote lui rappelle sa mère qui la traitait de chèvre de M. Seguin : « donc moi, c’est le mouvement contre l’être fixe » conclut-elle.

Projets réalistes et idéaux

44A la fin du Bilan, chaque personne doit travailler deux sortes de projets : un projet idéal (mais pas nécessairement idéaliste ou irréalisable) et un projet réaliste pour lequel différentes actions peuvent être immédiatement entreprises. Peut-être parce qu’ils se sont souvent indirectement exprimés sur leurs rêves et sur leurs aspirations, ou conscients d’arriver au bout d’un long processus dont ils doivent émerger avec quelques démarches concrètes à entreprendre, les quatre participants semblent s’être concentrés sur leurs projets réalistes.

La réinsertion professionnelle avant tout !

45A aspire – soulignant que « c’est vraiment un rêve » – à mettre sur pied quelques projets caritatifs d’encadrement socioculturel dans son pays d’origine ou à se lancer, pour lui, dans la création de films documentaires. Toutefois, il souhaite surtout pouvoir conserver son emploi et se voir proposer un contrat d’au moins une année ; cela prime sur toute projection dans un futur incertain. Le souci d’insertion professionnelle l’emporte sur n’importe quelle autre aspiration. Le travail de tri auquel il se livre dans des conditions difficiles correspond pour lui à une vraie réinsertion sociale : il ne se sent plus marginalisé et a l’impression d’être intégré pleinement dans sa patrie d’adoption. Pour lui – et probablement vis-à-vis de ses enfants, comme il l’a laissé entendre de temps à autre tout au long du Bilan – le travail représente le facteur d’intégration qui détermine tous les autres. Et qu’importe si le salaire le propulse juste au-dessus du barème de l’aide sociale et le fait vivre en conséquence avec moins d’argent que lorsqu’il ne travaillait pas, notamment parce que ses primes d’assurance maladie risquent de ne plus être prises en charge. Sa réinsertion, dit-il, se mesure aussi au fait qu’il a réussi à tenir les deux défis qu’il s’était imposés : « tenir le coup, coûte que coûte, dans ma nouvelle occupation professionnelle » et « aller jusqu’au bout du Bilan ». Ce participant ne tire pas du Bilan un bénéfice mesurable à la réalisation d’une action concrète et à la mise en œuvre de démarches avec l’aide d’autres réseaux de soutien. En effet, ni les participants, ni même l’animateur ne vont contribuer directement à l’obtention d’un emploi fixe. Cependant, le sentiment d’avoir pu terminer une démarche et l’écoute bienveillante dont il a bénéficié dans le groupe semblent avoir suffi à le « rétribuer » des efforts consentis : « j’ai pu prendre quelque distance par rapport à mon engagement professionnel », dit-il par exemple.

46B, encore sous certificat médical au moment de terminer le Bilan, considère aussi le travail salarié comme un tremplin de réinsertion et une façon de se distancer radicalement d’un parcours marqué pendant quelques années par des problèmes d’addiction. Un contact a été pris entre un membre de son entourage et l’animateur pour un travail dans le domaine de la vente.

Une certaine liberté des plus de 55 ans

47C, proche de la retraite, envisage, quant à lui, une activité qui n’est pas directement rémunératrice mais met clairement en œuvre les ressources qui ont émergé comme centrales durant le Bilan. En effet, ayant souligné à plusieurs reprises ses compétences de guide ou de pédagogue, C se propose, dans un premier temps, de devenir l’assistant de l’animateur dans les prochaines sessions du Bilan qui s’organiseront. L’animateur lui explique que la proposition, quoiqu’intéressante, n’est pas réalisable dans l’immédiat puisqu’est exigée une double formation pour un tel poste : une formation de travailleur social et un apprentissage spécifique des techniques de bilan. En conséquence, C est incité à modifier son projet. Il devrait, par exemple, lui conseille l’animateur, utiliser ses compétences de guide (après apprentis- sage des techniques adéquates) dans un autre espace que celui de l’Hospice général. Ce projet « réaliste » est relié à un projet plus idéal qui consisterait à apprendre d’autres techniques de coaching et de management en entreprise.

  • 62 C n’a, par exemple, jamais cessé de marteler à l’intéressée qu’elle était avant tout une artiste et (...)

48Pour présenter son projet, D déroule une bande de papier d’environ un mètre de long et cinquante centimètres de large qui représente quatre femmes tenant un bébé dans leurs bras, sur un fond de fleurs stylisées : quatre représentations de la mère, quatre représentations de la Vierge à l’enfant, quatre représentations de la féminité, un projet dont la réalisation à l’étranger pour un ami responsable d’une grande firme de cosmétiques avait été abandonnée en raison du divorce et du retour en Suisse. L’artiste explique comment elle compte proposer à différentes personnes – des « personnes en difficulté », des « personnes âgées » ou « tout autre adulte intéressé par l’art » – de réaliser ensemble ce dessin sous forme de fresque murale : « Je proposerais le motif central tandis que les personnes intéressées s’occuperaient du fond. Comme pour les icônes, le fond est aussi important que le dessin lui-même et j’aimerais inviter les gens à entrer dans mes tableaux. Plus tard, dans d’autres tableaux que nous pourrions concevoir ensemble, tout le monde serait appelé à réfléchir au motif : les participants à l’activité que j’organiserais se renseigneraient dans les bibliothèques, se laisseraient inspirer par leurs expériences passées, ouvriraient des livres d’art… » D explique que sa situation a grandement évolué durant le Bilan. Sur le plan personnel d’abord : elle raconte avoir pu reprendre ses activités artistiques, elle qui, dit-elle, n’arrivait « même plus à peindre un papillon ». Son suivi à l’Hospice a également changé, puisque son assistante sociale a pris conscience qu’il était probablement erroné d’essayer de lui faire retrouver, à presque 60 ans, du travail dans la vente. Elle a ainsi été transférée dans un secteur de l’aide sociale qui s’occupe spécifiquement des artistes au chômage. De son côté, l’animateur du Bilan aide aussi D à mettre en place son projet, promettant d’organiser avec ses collègues une réunion qui permettrait d’établir dans quelle mesure l’artiste pourrait fournir, en guise de contre-prestation à l’aide sociale et financière reçue, un travail caritatif d’animatrice-peintre dans différentes associations. Ce tournant objectif dans son parcours, le soutien de différents réseaux d’amis (qui l’ont, par exemple, invitée à passer plusieurs jours hors du canton pour peindre), la présentation des expériences attachées à son métier tout au long des séances du Bilan, le renforcement identitaire que ces séances ont généré62 et l’aide personnalisée que lui fournit l’animateur : voilà quelques dimensions qui lui ont permis de repenser son insertion professionnelle, en dehors de la stricte question financière et dans la sphère d’une réciprocité généralisée (c’est-à-dire dans un processus qui permet de rendre à d’autres ce qui a été reçu).

  • 63 Cette situation correspond aussi à celle que nous décrivions au chapitre 5, avec Duvanel, Eckmann e (...)
  • 64 D souffre certes d’une difficulté à retrouver toutes ses marques depuis son retour en Suisse et il (...)

49C et D ont longtemps été indépendants et ne conçoivent pas leur réinsertion professionnelle sur le mode habituel du salariat (d’ailleurs fort peu expérimenté, pour l’un des deux en tout cas). Il est même probable qu’ils ne se sont pas sentis marginalisés de la même façon que les deux autres participants. D’une part, comme on l’a déjà souligné, ils avaient l’habitude depuis longtemps d’une forme d’insécurité et de précarité, revendiquée comme une forme de liberté (en tout cas pour C)63. De l’autre, ils ne sont pas contraints, ni par leur situation familiale (l’un peut être aidé par une proche, l’autre ne doit plus contribuer à l’entretien de son enfant volant depuis longtemps de ses propres ailes) ni par les AS, de retrouver impérativement n’importe quel emploi salarié. En bref, en leur octroyant une prestation financière et en payant leur affiliation à une caisse maladie, l’aide sociale couvre leurs besoins minimaux, mais n’a pas à les « réinsérer » ou à les « réadapter » à un tissu social dont ils ne furent jamais vraiment séparés64.

Le travail comme grand intégrateur ?

50Les quatre études de cas proposées au travers des récits et des bribes de biographies pourraient paraître n’être que des approches particulières. Même si elles laissent en effet de côté l’importante frange des personnes gravement atteintes dans leur santé et susceptibles de n’être réinsérées que par le passage dans une sphère assurantielle (celle de la rente AI) et écartent la non moins épineuse question des « jeunes » et des personnes en formation, ces quatre études représentent bien les deux autres tendances que nous avons observées dans notre recherche et lues dans différents travaux actuels sur la question de la réinsertion. D’abord celle de définir le travail comme « le grand intégrateur » (Barel 1990) parce qu’il libère (du moins de l’aide sociale…) et qu’il permet d’ajouter à ses réseaux de connaissances (on a vu que les participants n’en étaient pas dépourvus) de nouveaux ancrages et connexions. Ensuite la position – certes minoritaire – de ceux pour qui le travail salarié n’était pas déterminant dans leur ancrage sociétal parce que ce type d’emploi ne fut jamais leur mode principal de définition de soi et d’autrui.

51S’il ne fait aucun doute que l’aspiration à une réinsertion professionnelle salariée est bien l’objectif premier de la plupart des participants, l’analyse du Bilan – du moins de la session suivie – montre aussi que d’autres types de réinsertion sont concevables : ils correspondent aux souhaits des personnes dont l’identité et les réseaux sociaux ne sont pas déterminés par un travail salarié. Les plus de 55 ans ne sont pas perçus comme facilement « réemployables » et peu d’espaces d’insertion existent pour cette catégorie de personnes. C’est un vide que le Bilan comble à sa manière, bien qu’il ne soit pas en premier lieu spécialisé dans ce type de soutien. La spécialisation n’est d’ailleurs peut-être pas souhaitable, dans la mesure où la question d’une reconnaissance de compétences en dehors d’un travail salarié va devoir être amorcée plus largement, le marché de l’emploi actuel n’étant plus en état de proposer un poste à chaque individu capable d’être embauché.

Introspection, sociabilité et insertion

  • 65 Dans la longue durée toutefois, le récit apparaît tout de même au cours de différents dialogues ave (...)

52Comme les CASS, qui distribuent en sus un chèque salvateur, le Bilan est un « lieu d’écoute » (Fassin 2004). Il prolonge le travail d’assistance, même si la plupart des AS insistent sur le fait qu’ils travaillent dans le hic et nunc et que, par souci de discrétion notamment, ils ne pressent pas les bénéficiaires de raconter leur trajectoire65. Le Bilan a surtout pour caractéristique de prôner une narration à la fois individuelle, collective, structurée et constructive : on y partage un univers plus ou moins commun de références et, comme le disait C, une « certaine destinée ». On peut y dire sa souffrance et ses difficultés existentielles, mais il convient en premier lieu de profiter de cet espace de parole pour rechercher des forces et des ressources éventuellement transférables dans d’autres champs, notamment celui de l’emploi ou du bénévolat.

  • 66 En fait, imaginer des projets de solidarité ou d’échanges de savoirs entre bénéficiaires n’est pas (...)

53Le Bilan développe l’introspection ; ce faisant il incite à l’activation ou la réactivation de liens sociaux. Même si ses participants sont loin d’être les personnes esseulées et dépourvues de relations souvent décrites dans les énoncés sur l’aide sociale, il est patent que les participants du Bilan accordent de l’importance à ce qui les réunit et aux liens qui se créent : C a aidé D à préparer plusieurs séquences du Bilan ; B et C ont eu un objectif commun qui a finalement capoté et les a fâchés ; B et D se revoient pour parler de l’évolution de leurs propres projets. Comme Réalise, le Bilan semble aussi être un espace collectif de projets – un peu utopiques – qui dépasseraient le temps et les limites de l’atelier. C’est ce que les participants du Bilan proposèrent, non sans humour, avec l’idée d’un « club d’échang(ist)es à l’Hospice (…) où on pourrait organiser des trocs de services, chacun échangeant une compétence contre une autre66 ». C’est ce que les participants de Réalise disent aussi, sans toutefois se leurrer sur la portée de leur proposition : « on pourrait faire un Réalise n ° 2 », proposaient certaines personnes de l’Atelier femmes, surtout satisfaites d’y travailler ensemble, presque en famille.

54Dans un processus d’assistance qui souligne les lacunes, les manques et les déficits, le Bilan offre un espace-temps, certes chronophage, mais valorisant les compétences de chacun et essayant – tant que faire se peut – de traduire ces compétences en ressources transférables dans d’autres champs, notamment l’emploi salarié et le bénévolat. Ce futur en train de se construire grâce à l’évocation réinterprétée et débattue du passé en lien avec un public, des auditeurs ou des lecteurs, c’est en un sens ce que les spécialistes de la narration (entre autres Ricoeur et Pharo, déjà cités) mais aussi les chercheurs travaillant dans le champ des rites, des rituels et des performances mettent au jour : dire son expérience collectivement, chercher à éclairer ce qui a pu ou peut faire problème en suivant des règles précises, au fil d’étapes progressives, permet de la reconfigurer et d’en sortir renforcé (acteur éclairé plutôt que récepteur passif) mais pas toujours d’agir sur les causes ou sur un contexte fragilisant.

Se reconnaître une valeur

Thierry Mantel, assistant social et animateur du Bilan portfolio de compétences, juin 2007
Deux ans se sont écoulés depuis la fin de l’atelier observé.
Cette démarche ne cesse d’évoluer dans sa forme, de s’étoffer quant au fond. Ces deux aspects sont alimentés par tous ces participants dont l’unicité représente la première richesse de ce type d’atelier.
S’il est vrai qu’une de ses finalités concrètement utilisable par le réseau direct – les assistants sociaux de l’institution – est l’identification d’un projet, son rôle de (re)socialisation, de partage, d’échange et d’expression me semble prendre, au fil du temps, davantage d’importance pour les participants.
Communiquer est vital, communiquer entre pairs est essentiel.
Ce lieu d’échanges est unique au sein du secteur d’action sociale de l’Hospice général dont le mode de fonctionnement met, en principe, en relation deux acteurs : l’assistant social et le bénéficiaire de l’aide sociale.
Dans ce vaste domaine de la réinsertion – sociale et professionnelle – la valeur principale qui m’accompagne est que chacun de nous, avant d’être un travailleur, est un être humain, un individu à part entière.
C’est de ce potentiel – si l’on pense emploi – que le travailleur tire sa force, potentiel trop souvent négligé par ceux qui recherchent une activité.
Croire en soi, en ses capacités, pouvoir les mettre à l’œuvre et les vérifier dans le cadre d’un groupe, SE reconnaître une valeur, même – et surtout ! – en étant en marge du monde du travail, voilà certainement quelques préalables essentiels au retour à l’emploi.
L’emploi !
Un mot qui fait rêver : « liberté, pouvoir, argent, position sociale, réaliser, contribuer, résolution de tous mes problèmes »
Un mot qui effraie : « emprisonnement, stress, compétitivité, working poors, en suis-je capable ? »
Le Bilan portfolio de compétences tel qu’il est proposé à l’Hospice général, sans être, pour certains de ses participants, une révolution intrinsèque, est une étape, parfois essentielle, sur le chemin d’un mieux-être et d’une activité sociale, professionnelle, rémunérée ou non.
Je remercie particulièrement les participants de l’atelier observé pour leur engagement dans cette démarche de recherche et tous ceux qui ont partagé cette expérience enrichissante qu’est le Bilan portfolio de compétences.

Notes

58 Le terme sera systématiquement lu aussi au féminin, sauf lorsque le genre est précisé. Dans la mesure du possible nous remplaçons ce terme par celui de « personne », une expression épicène.

59 L’importance de ce réseau n’échappera d’ailleurs pas à l’œil perspicace d’un autre participant qui dira avoir envisagé monter un projet avec la bénéficiaire de ce capital, non seulement parce qu’il en admirait le travail artistique, mais aussi parce qu’il pensait que son aisance dans différents réseaux rendrait l’affaire plus facile.

60 L’utilisation du pronom « je » est plus marquée encore que dans la présentation d’une expérience professionnelle puisqu’il s’agit d’événements plus intimes, mais aussi parce que l’animateur a précédemment rappelé qu’il ne faut pas présenter son récit de façon impersonnelle, qu’il est important de se valoriser en énonçant clairement être l’auteur des activités décrites.

61 Ce qui aurait aussi pu être interprété du point de vue de l’observateur en termes de fatigue (l’emploi de cette personne la soumettant à des horaires épuisants et irréguliers).

62 C n’a, par exemple, jamais cessé de marteler à l’intéressée qu’elle était avant tout une artiste et ses activités de décoratrice constituaient un frein à sa véritable vocation.

63 Cette situation correspond aussi à celle que nous décrivions au chapitre 5, avec Duvanel, Eckmann et Tecklenburg (1995 : 171) concernant les petits indépendants assumant, presque avec fierté, leur précarité.

64 D souffre certes d’une difficulté à retrouver toutes ses marques depuis son retour en Suisse et il en fut de même pour C lorsqu’il rentra également d’un séjour de quelques années à l’étranger.

65 Dans la longue durée toutefois, le récit apparaît tout de même au cours de différents dialogues avec l’AS.

66 En fait, imaginer des projets de solidarité ou d’échanges de savoirs entre bénéficiaires n’est pas nouveau, puisque l’association Marges fut créée au RMCAS en 2001 et représentait jusqu’en mars 2006 le seul mouvement d’engagement collectif d’usagers de l’Hospice.

© Éditions ies, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search