Version classiqueVersion mobile

De l’aide à la reconnaissance

 | 
Laurence Ossipow
, 
Alexandre Lambelet
, 
Isabelle Csupor

Partie II. Les lieux de réinsertion

Chapitre 9. Les Fringantes : la boutique de SOS-Femmes

Texte intégral

Un seconde main pas comme les autres où fibre textile et fibre sociale tissent des liens.
(pour les 10 ans des Fringantes)

Historique et présentation

  • 55 Les auteures citent un passage du rapport d’activités, entre 1940 et 1945, du Foyer d’accueil, étab (...)

1Les Fringantes, boutique de seconde main existant depuis dix ans, font partie de l’association SOS-Femmes, association à but non lucratif créée en 1940 sous le nom de Foyer d’accueil dans le but de faciliter la réinsertion des femmes ayant exercé la prostitution. Sa création a été mandatée par le Cartel d’hygiène sociale et morale, association de moralité publique de lutte contre l’alcoolisme et la prostitution, émanation d’une philanthropie patronale classique, s’inscrivant dans le grand courant de réforme hygiéniste des fin de XIXe et début du XXe siècle. Par ailleurs, elle voit le jour dans un contexte politique et social marqué, en Suisse romande, par un discours très répressif des élites bourgeoises à l’égard de la prostitution, et plus particulièrement dans le canton de Vaud qui, la même année, promeut une loi d’internement administratif pour faits de racolage. Son organisation et sa gestion ont été confiées à une assistante sociale, Ruth Cauvin, qui avait mis à disposition des femmes prostituées un appartement où elles puissent se retrouver et discuter, bien que la grande partie du travail s’effectuait directement dans les rues. « L’organisation du Foyer d’accueil est conçue de manière à pouvoir secourir la prostituée en laissant celle-ci dans le cadre de la vie sociale normale. Cette forme lui confère une grande souplesse, lui permettant de s’adapter à chaque cas en particulier. Le Foyer d’accueil a évité d’incarner l’aspect d’un bureau ou d’une ‘œuvre sociale’, empreinte que la prostituée redoute par-dessus tout. Il a simplement désiré constituer un intérieur accueillant dans lequel chaque femme puisse se sentir à l’aise et aime à revenir » (Grossauer-Zürcher, Maxwell-Deshusses, Rodeville 1990 : 6855). En 1951, une nouvelle orientation est prise autour de trois « zones » de travail. La première zone s’adressait à toute femme ayant cessé d’exercer la prostitution et cherchant à construire une nouvelle existence sur d’autres bases. La deuxième s’adressait à celles qui étaient « en marge », mais avec lesquelles l’association avait déjà pu nouer des contacts, tandis que la troisième zone consistait en tournées des cafés pour aller à la rencontre des prostituées les plus jeunes, qui n’avaient encore aucun contact avec l’association. « Nous n’avions pas d’appuis d’organismes officiels, il nous fallait tout inventer. Assurance d’un lit ou d’un couvert dans une maison amie ; aide d’un avocat dans des situations de conflits, de dettes ; compréhension d’un médecin acceptant de soigner ‘gratis’ et d’écouter ; coups de mains de certains régisseurs proposant des postes de concierges ou des appartements pas chers… Patiemment, nous avons créé nos propres réseaux. Nous avons compté d’abord sur les amis, les connaissances, les relations de chacune, puis sur les sympathisants de notre action lorsque nous avons pu nous faire connaître par des soirées de conférences et des soirées d’information, ainsi que des débats au service des impôts » (Grossauer-Zürcher, Maxwell-Deshusses, Rodeville, 1990 : 71). C’est à partir de 1953 que se met en place un dispositif qui prend en compte la nécessité d’une aide matérielle, sociale et médicale ainsi qu’une structure qui instaure un suivi individuel et un travail communautaire de groupe, notamment à travers des sorties annuelles récréatives. En 1974, le Foyer d’accueil change de nom et opte pour celui de SOS-Femmes, un intitulé qui met en exergue le genre, mais aussi et surtout les notions de détresse et d’appel à l’aide.

2En 1984, devenue laïque et reconnue d’utilité publique, l’association élargit son champ d’intervention pour « offrir un accueil et un accompagnement social et pédagogique à des femmes ayant exercé la prostitution et qui souhaitent se recycler, ainsi qu’à des femmes qui vivent une exclusion sur le plan social et professionnel » (SOS-Femmes 2005 : 3). Nous n’entrerons pas dans les détails, mais il est important de souligner que les activités prostitutionnelles se sont fortement diversifiées au cours des dernières années. De fait, diverses études convergent pour souligner que les conditions de travail des métiers du sexe (à la prostitution de rue traditionnelle s’est ajouté le développement des téléphones roses, des salons de massage, des bars à champagne, de l’escorting, etc.) se sont fortement dégradées et que l’argent gagné ne suffit parfois plus à subvenir aux besoins minimaux (Földhàzi et Chimienti 2006, Aspasie 2006). Ce sont alors des femmes épuisées, atteintes dans leur santé physique et psychique, endettées, violentées, qui s’adressent en dernier ressort aux services sociaux.

  • 56 Si l’augmentation des divorces est lisible à Genève depuis 1880 déjà, c’est à partir de 1970 qu’on (...)

3L’association reçoit également des chômeuses en recherche d’emploi ou de formation ainsi que des femmes qui exercent principalement des emplois à temps partiel et touchent des revenus insuffisants. Trop souvent interprété comme la résultante d’un choix professionnel des femmes, le travail à temps partiel tend à minimiser les effets de précarisation qu’il entraîne, en masquant notamment la diminution des postes à plein temps. Les femmes n’ont souvent pas de formation certifiée, pas ou peu de qualifications professionnelles. Certaines sont en instance de séparation ou divorcées56 et vivent seules avec leurs enfants, victimes de violences conjugales ou familiales, de harcèlement moral ou physique, à l’aide sociale, toxicomanes, etc. C’est souvent le cumul de difficultés et la complexité des situations qui dominent. Pour répondre à cette nouvelle donne, SOS-Femmes met sur pied des stages pratiques individualisés dans le domaine de la bureautique, dès 1988. Ces stages, généralement réalisés dans le cadre des occupations temporaires et payés par l’office cantonal de l’emploi avaient pour objectif « d’offrir aux stagiaires un temps d’adaptation et une période de transition permettant de renforcer leurs potentialités, de mobiliser leurs ressources et retrouver confiance et, d’autre part, leur permettre de se confronter avec la réalité d’un emploi de bureau, de réactualiser et acquérir des connaissances professionnelles » (SOS-Femmes 1994 : 11). Au vu de l’accroissement des exigences des emplois de secrétariat, lié notamment aux évolutions technologiques et informatiques, ce secteur est abandonné en 1998. Parallèlement à cette première expérience directe dans le champ de la « réinsertion », l’Astragale, première boutique de vêtements de deuxième main pour femmes et enfants, ouvre ses portes en 1993 et organise des stages dans le domaine de la vente.

4En 1996, la structure déménage et opte pour un changement de nom : les Fringantes. La nouvelle boutique, qui abandonne les articles pour enfants, offre désormais les prestations d’un « atelier de réinsertion et de formation élémentaire (ou préformation) », définie, dans ce cadre-là, comme l’ensemble des actes de formation destinés à des femmes en difficulté, en vue d’une « reprise d’un emploi, d’études ou d’une activité bénévole » (Chaponnière 1996 : 630). Elle n’est pas à confondre avec une des mesures prévues par la nouvelle loi fédérale de la formation professionnelle qui concerne, elle, toute formation professionnelle initiale d’une durée de deux ans dans des filières comme le commerce, la coiffure, la vente, l’hôtellerie et la restauration et donnant lieu à une attestation fédérale.

5A ce jour, les prestations de SOS-Femmes sont divisées en deux secteurs : la consultation et les Fringantes, dont les fonctions sont assurées par une équipe représentant 3.25 postes répartis comme suit : à la consultation, deux AS, l’une à 80 % et l’autre à 60 % et une secrétaire à 50 % ; à la boutique, deux formatrices, l’une, par ailleurs responsable, à 70 % et l’autre à 65 %.

Les consultations à SOS-Femmes

6Les deux assistantes sociales reçoivent les femmes pour des entretiens individuels. L’axe prioritaire de leur travail réside dans l’accompagnement, l’élaboration de projets personnels de réinsertion et de formation. Au cours d’entretiens individuels, elles aident aussi les consultantes à accomplir une série de démarches administratives auprès de divers services (Hospice général, Office cantonal de l’emploi, régies, assurances sociales et privées, impôts, etc.). Elles offrent également un espace d’écoute et de conseil. Elles effectuent encore de nombreuses recherches de fonds pour résoudre des difficultés liées à l’endettement, pour mettre sur pied des projets de formation, se doter en mobilier ou matériel (notamment lors de naissances ou de séparations impliquant un déménagement). Depuis l’introduction des nouveaux barèmes d’aide sociale, SOS-Femmes doit faire face à une augmentation importante de demandes financières auxquelles l’association ne peut répondre ; elle recentre son action autour de son axe prioritaire.

La prostitution : une problématique complexe qui nécessite une prise en charge adaptée

Anne Goehner et Iris Tavelli-Lichtensteiger, assistantes sociales à la consultation de SOS-Femmes
Aborder la prostitution n’est pas une chose aisée pour un/e travailleur/euse social/e qui n’a pas une connaissance spécifique de cette problématique. Ce travail, encore tabou dans notre société, est trop souvent abordé dans les médias sous l’angle de la stigmatisation et comporte des représentations qui oscillent entre moralisation et excitation sexuelle. Ces représentations sont bien éloignées de la réalité vécue par les femmes travaillant dans la prostitution. Afin de mieux coordonner l’accompagnement de ces dernières dans un processus de réinsertion, les associations Aspasie, SOS-Femmes et des travailleurs sociaux de l’Hospice général du Centre d’action sociale et de santé des Pâquis se sont réunis entre 2003 et 2005 pour réfléchir à cette problématique particulière et proposer des pistes d’intervention. Dans le modèle de prise en charge élaboré par ce groupe de réflexion, il apparaît comme fondamental que les travailleurs sociaux - tant les hommes que les femmes – puissent modifier leurs représentations du travail de prostitution par une meilleure connaissance de cette problématique et par une réflexion personnelle sur leur propre rapport à l’argent, à la sexualité, aux rapports hommes-femmes.
Il a été relevé que la complexité de la prostitution réside dans le fait qu’il faut garder en tension deux éléments qui la fondent : d’une part, elle est l’exercice d’un métier reconnu, déclaré et constitutif d’un travail à part entière et d’autre part, elle est aussi une problématique relevant souvent d’histoires de vie difficiles, marquées par des abus sexuels, de la maltraitance subie dans l’enfance. De fait, la prostitution produit des phénomènes de dépendance liés à un milieu qui possède ses propres lois et qui engendre un mode de vie particulier. Il y a lieu de tenir compte d’une concurrence accrue entre les personnes exerçant la prostitution et des violences inhérentes à ce travail qu’il faut savoir repérer et dont il faut apprendre à se protéger. La prostitution a ceci de particulier qu’elle offre conjointement toute une série de repères constitutifs d’une partie de l’identité de la personne. On comprend alors que renoncer à la prostitution n’est pas si facile car on ne renonce pas si aisément à une partie de soi, d’autant plus si la prostitution a permis, à un moment donné de l’existence, une issue et une solution pour échapper à certaines difficultés.
On constate ces dernières années que de plus en plus souvent, les femmes qui désirent quitter la prostitution arrivent à l’association dans un état physique et psychique très dégradé. La concurrence de plus en plus acharnée dans le marché du sexe implique que les revenus y sont moins importants. Les femmes doivent faire beaucoup plus d’heures de présence pour des gains souvent dérisoires. Par ailleurs, le contexte du marché de l’emploi s’est considérablement modifié. Si elles trouvaient encore assez facilement des emplois il y a quelques années, les « trous » dans leur curriculum vitae les prétéritent aujourd’hui d’autant plus si elles ne peuvent faire valoir des formations antérieures.
Pour bon nombre d’entre elles, l’arrêt de la prostitution nécessite une demande d’aide financière à l’Hospice général. Une autre difficulté réside dans le fait que si la pression et les exigences émises pour demander de l’aide sont trop fortes, alors qu’elles sont justement entrées dans la prostitution pour ne pas avoir à en demander, il y a de gros risques pour que les femmes concernées reprennent leurs activités et reviennent, bien plus tard dans un état physique et psychique encore plus dégradé. Ainsi, souvent atteintes dans leur santé, nombreuses sont celles qui, à bout de souffle, finissent par déposer une demande auprès de l’assurance invalidité.
En effet, il existe beaucoup de fantasmes et de préjugés tenaces sur les gains que peuvent générer les activités prostitutionnelles. Qu’elles génèrent des revenus, cela ne fait aucun doute. Toutefois, l’expérience montre que la plupart du temps, les femmes ne possèdent rien qui leur appartient. En fin de compte, il s’agit d’une activité qui génère bien plus d’endettement que d’aisance. La plupart des femmes s’adressant aux associations sont endettées. Un des autres éléments à prendre en compte est la dépendance à l’alcool ou aux médicaments. En effet, pour pouvoir supporter les actes de prostitution, les femmes ne travaillent généralement pas à « jeun ». Ces problématiques de dépendance à l’alcool sont d’autant plus prononcées que dans certains lieux comme les bars à champagne, les femmes sont rémunérées à la consommation et doivent donc boire avec leurs clients. L’association Aspasie a initié toute une série d’actions pour remédier à cela. La prostitution liée à la toxicomanie a, quant à elle, fortement diminué avec les traitements de substitution.
Sortir de la prostitution, se réinsérer socialement et professionnellement requiert une prise en charge en réseau qui comporte une aide sociale et financière, ainsi qu’un accompagnement spécifique et souple. Pour ce faire, SOS-Femmes dispose d’une connaissance assez fine de ce que peut vivre une femme dans la prostitution. Il s’agit d’aider premièrement les femmes à sortir du milieu afin qu’elles puissent réaliser d’autres projets. Outre tout le travail administratif réalisé pour les réhabiliter autant que faire se peut dans leurs droits, il s’agit parallèlement de les aider à gérer les sentiments de honte et de culpabilité, même si l’activité prostitutionnelle a été pleinement assumée. Lorsque cela s’avère possible, il est important également de travailler sur la souffrance qui a mené à l’acte de prostitution. L’expérience montre que bien souvent, les souffrances ressurgissent du passé à ce moment-là. Par ailleurs, il est important également d’aborder tout l’aspect lié au secret. Même si ce dernier est bien souvent un « secret de polichinelle », celui-ci doit être maintenu, car nombre d’employeurs procéderaient à des licenciements s’ils avaient connaissance des activités antérieures de leurs employées.
La réinsertion passe donc par plusieurs étapes ; tout d’abord une reconstruction de la personne et ensuite ou parallèlement l’élaboration de projets de réinsertion sociale et professionnelle. Certaines femmes effectuent un stage de réinsertion aux Fringantes ou dans d’autres structures, d’autres entreprennent des cours de remise à niveau ou une formation. La reprise d’une activité ainsi que la remise dans un processus d’apprentissage est la pierre angulaire de tout processus de réinsertion.
Le travail de réflexion effectué à l’époque avec les travailleurs sociaux de l’Hospice général avait permis la mise en place d’un protocole de prise en charge, qui pour le moment, et pour des raisons contextuelles est véritablement bloqué. La prise en compte de la prostitution comme une forme de dépendance, entraînant des phases de rechute quasi inéluctables, requiert une souplesse dans l’accompagnement. En effet, dans le contexte et le climat politique actuel, prendre en compte cette dépendance s’avère très complexe puisqu’elle va à l’encontre des nouvelles mesures, qu’il s’agisse du contrôle accru des aides sociales voire de la traque des abus possibles. Il existe donc de fortes propensions à assimiler une reprise des activités de prostitution à de l’abus ; en effet le gain obtenu par une passe devrait être déclaré au travailleur social. Ce gain est réduit à être considéré comme un travail au noir et conduit à nier le fait qu’il s’agit d’une activité que l’on ne peut pas forcément arrêter du jour au lendemain. De fait, le travail de sensibilisation et d’explicitation des différents éléments à prendre en considération dans le travail de réinsertion d’une personne ayant exercé la prostitution n’en est qu’à ses balbutiements.
Par ailleurs, aborder la prostitution sous l’angle des clients permet aussi d’accéder à une meilleure compréhension du phénomène. Car si le client est bien souvent normalement intégré dans la société, il n’en va pas de même pour celles qui leur offrent leurs services et qui restent fortement stigmatisées.
Il faudra probablement encore beaucoup d’années avant que l’on considère la prostitution comme à la fois un travail et une problématique de dépendance complexe et spécifique en soi !

  • 57 En 2006, selon le rapport d’activités (SOS-Femme 2007), 120 nouvelles demandes et 110 anciennes sit (...)

7Pour augmenter les offres de formation, SOS-Femmes et cinq autres associations engagées dans le domaine de la réinsertion sociale et professionnelle ont développé un partenariat avec l’Ecole-club Migros, une institution de formation pour adultes, qui ouvre ses cours aux personnes s’adressant à ces associations et réduit pour elles le prix des cours de 75 %. SOS-Femmes oriente également fréquemment les femmes vers d’autres structures : diverses entreprises sociales de réinsertion (l’Orangerie, Réalise, IPT), Voie F qui propose des modules dans la préformation (informatique, atelier de raisonnement logique), Camarada (pour femmes migrantes), l’UOG, Université ouvrière de Genève (ateliers de français ou de préparation aux examens de Certificats fédéraux de capacité), ou encore l’Ifage, fondation pour la formation des adultes à Genève (formations courtes ou cours de perfectionnement). Par ailleurs, le service de consultation gère une permanence téléphonique qui répond à un nombre considérable d’appels de femmes en détresse. « Il semble donc bien que le sigle de SOS-Femmes soit perçu comme un symbole de secours potentiel » (SOS-Femmes 2005 : 5)57. La secrétaire répond aux appels, informe et oriente dans les situations simples, tandis que les situations plus complexes sont prises en charge par des assistantes sociales.

La boutique Les Fringantes

8La boutique de vêtements de deuxième main, propose des stages non rémunérés d’une durée de six mois, sur la base d’un contrat qui peut être renouvelé à deux reprises. Deux formatrices à temps partiel gèrent l’activité commerciale de la boutique et assurent l’encadrement ainsi que le suivi des stagiaires, sans que la boutique ait toujours été clairement reconnue en tant que structure de formation. Par exemple, la mise en place d’un stage a pu poser problème dans le cas de certaines chômeuses, l’activité étant considérée comme du bénévolat par l’OCE. La boutique a cependant souvent travaillé avec des chômeuses, dont les conseillers en emploi assumaient la responsabilité de cette légère entorse à leurs directives. Mais depuis 2006, certains stages font l’objet d’un contrat MMT (Mesures relatives au marché du travail) dans le cadre du chômage ou d’un contrat CASI dans le cadre de l’aide sociale.

9Chaque année, l’association accueille en stage des étudiantes en formation à la Haute école en travail social. Ces dernières sont nommées les « étudiantes », pour les différencier des « stagiaires » de la boutique. En 2006, 22 femmes ont effectué un stage à la boutique.

10Sans entrer dans les détails du bilan financier, nous pouvons noter que le chiffre d’affaires sur la vente des habits de la boutique augmente d’année en année, passant de 98 000 francs en 2001 à 140 660 francs pour 2006. La boutique exerce donc une activité commerciale indispensable au dispositif de mise en situation de travail des stagiaires.

Observer ou dévoiler l’inavouable ?

11Le choix d’étudier les pratiques d’insertion de la boutique Les Fringantes s’avère particulièrement pertinent dans le prolongement du travail réalisé sur l’Hospice général. En effet, environ les trois-quarts des stagiaires vivent des prestations financières de l’aide sociale.

12L’observation s’est déroulée durant quatre semaines, entre mi-décembre 2004 et fin février 2005, soit à la consultation, soit à la boutique. Dans le service de consultation, nous avons – à l’instar de la première partie de notre recherche – observé les interactions entre les assistantes sociales et les consultantes au cours d’entretiens en face-à-face durant neuf demi-journées. Les assistantes sociales, conscientes de l’effet que peut provoquer, dans un entretien la présence d’une personne « étrangère », ont émis des réserves quant à l’observation de certains entretiens. Les consultantes elles-mêmes ont également, à certaines reprises, refusé la présence d’une observatrice. La majorité des refus ont émané de femmes exerçant ou ayant exercé des activités liées à la prostitution. Considérées socialement comme des « femmes de mauvaise vie » et soumises, de par leur situation, à un contrôle social formel de la part d’un certain nombre d’acteurs sociaux (police, médecins, travailleurs sociaux, etc.), elles subissent également de plein fouet un contrôle social informel qui jette un discrédit sur leur personne. Accepter la présence d’un observateur, c’est accepter de dévoiler « l’inavouable ». Les assistantes sociales nous ont toutefois permis d’avoir accès à une partie de ces entretiens par des comptes rendus qui ont été consignés dans le journal de terrain.

13A la boutique, nous avons privilégié l’observation participante. Durant onze demi-journées, nous avons pris part aux diverses activités, essentiellement commerciales, expérimentant l’ensemble des tâches à apprendre, effectuer et maîtriser. Nous avons également observé des activités de formation, autour de la maîtrise du français ou de l’utilisation des ordinateurs. Ces observations ont été complétées par de nombreuses discussions informelles, tant avec les stagiaires qu’avec les formatrices, dès que la situation s’y prêtait. Nous avons effectué un entretien avec la formatrice responsable de la boutique. Une réunion avec celle-ci, sa collègue et l’étudiante en stage a permis d’explorer un certain nombre d’hypothèses émanant de l’observation et de compléter un certain nombre d’informations, notamment sur les situations sociales des stagiaires. Nous avons aussi participé à des entretiens d’accueil et à divers événements conviviaux comme une fête de départ ou les 10 ans de la boutique. A cela s’ajoute la présence à deux colloques réunissant l’équipe de la consultation et de la boutique et à une réunion du comité de l’association.

Description des lieux

14La boutique des Fringantes se situe dans une rue devenue récemment piétonne en plein cœur de la ville, proche de la voie du tram, dans un quartier populaire et animé de Genève. De nombreuses boutiques et des grandes surfaces côtoient les vestiaires du Centre social protestant et de Caritas. La boutique est aussi proche d’un poste de police, d’une banque, d’un bureau de poste, non loin de l’université et de la Haute école en travail social. Les vitrines de la boutique, donnant sur la rue, mettent en scène des mannequins et des décorations saisonnières (voir cahier photos). Quelques affiches indiquent les horaires et les fermetures exceptionnelles. Aux heures d’ouverture, un présentoir portant des habits soldés est sorti dans la rue. Les passants le regardent parfois et entrent dans la boutique. Lorsqu’il fait chaud, la porte est laissée ouverte. A première vue, rien ne distingue le magasin des autres commerces environnants, puisqu’il n’est nullement fait mention de SOS-Femmes dans la signalisation de la boutique.

15A l’intérieur, les vêtements sont rangés par genre et par couleurs. On entend toujours une musique de fond. Un large comptoir est utilisé pour plier les vêtements, pour en vérifier la qualité. Un coin près de la caisse enregistreuse est plus particulièrement dévolu à la vente. Quelques marches conduisent à une estrade légèrement surélevée, semi-publique. La clientèle – presque exclusivement féminine – peut avoir accès au dernier présentoir, celui des « grandes marques ». Au-delà, l’estrade est réservée au personnel mais reste visible à la clientèle. Une grande table ronde occupe une partie de cet espace, généralement jonchée de petits tas de vêtements laissés en dépôt par les clientes. C’est là que s’effectue le travail d’étiquetage des vêtements, voire de raccommodage, avant que les habits ne prennent place sur les présentoirs où ils sont mis en vente. Certaines fêtes calendaires s’y déroulent, comme Noël ou l’Escalade.

16Une porte sépare l’estrade de l’arrière-boutique, local réservé au personnel. C’est là, autour d’une autre table ronde, que se donnent les cours de français ou d’informatique et que se recompte, à l’abri des regards, l’argent gagné dans la journée. C’est là aussi que se prennent les pauses et que s’organisent divers moments de convivialité, les anniversaires, les fins de stage, etc. C’est là encore que se tiennent les colloques de l’équipe de la boutique, les éventuels rendez-vous de réseau.

17Dans le fond de la pièce, un bureau exigu constitue le territoire réservé des formatrices qui y convoquent les stagiaires pour des entretiens individualisés et confidentiels. Ce bureau représente le lieu d’écoute de l’intime ou du privé, mais aussi l’espace des évaluations formelles.

Le déroulement d’une journée

18La boutique est ouverte les après-midi, et ce pour deux raisons. D’une part, l’association ne bénéficie pas des moyens salariaux pour couvrir l’ouverture de la journée entière et, d’autre part, l’activité commerciale est plus intense l’après-midi. Les formatrices commencent leur travail à 13 h 30, une demi-heure avant l’arrivée des stagiaires. Elles s’installent dans l’arrière-boutique, échangent des informations au sujet des événements de la veille. Une formatrice raconte, par exemple, les faits suivants : « Mme D est arrivée hier à la boutique dans un état de grande agitation. Elle a fait une crise d’angoisse durant la nuit. Malade, elle devrait se faire soigner, mais refuse de se rendre à l’hôpital. Elle tient à venir travailler, mais n’est visiblement pas en état. Je l’ai prise à part, pour comprendre ce qui se passe et je lui ai finalement demandé de rentrer chez elle et de se soigner, tout en lui garantissant que sa place de stage n’était pas en jeu. » Elles coordonnent la journée, vérifient le livre de compte et la caisse, passent en revue les noms des stagiaires qui seront là, les tâches à leur donner et les moments de cours dont elles pourront disposer s’il n’y a pas trop de clientes.

19A 14h00, les stagiaires arrivent. Elles se changent au vestiaire et se mettent au travail. Celles qui sont là depuis un certain temps vaquent à leurs occupations, les plus nouvelles attendant des consignes. La première demi-heure est consacrée au rangement et au nettoyage de l’arcade, jusqu’à son ouverture à 14 h 30. Une stagiaire est envoyée faire des paiements à la poste. Sur les quatre heures d’ouverture à la clientèle, deux heures sont à disposition pour recevoir les nouveaux dépôts de vêtements. Les clientes peuvent venir déposer à la boutique jusqu’à cinq vêtements à la fois. Ceux-ci sont vérifiés et le prix en est fixé, d’un commun accord entre la cliente et la vendeuse. La stagiaire remplit une fiche pour la cliente qui comprend la description des vêtements et leur prix. Souvent, la boutique est pleine et les clientes font la queue, attendant leur tour. Tous les vêtements sont soigneusement vérifiés avant d’être acceptés. Ils doivent être de saison, à la mode et en bon état. L’exigence en termes de qualité et de nombre de vêtements acceptés limite le fastidieux travail de tri observé dans l’Atelier femmes de Réalise. Là, le tri se fait face à la cliente. Les vêtements acceptés sont disposés sur la table ronde de l’estrade en attendant d’être étiquetés et placés dans les rayonnages. Si le vêtement est vendu, la boutique prélève 50 % du prix d’achat. Au bout de trois semaines d’exposition, les invendus sont retirés des présentoirs et rangés en attendant que leurs propriétaires reviennent les chercher à moins qu’elles ne les donnent à la boutique qui, alors, les solde. Les invendus de longue date sont proposés gratuitement aux stagiaires ou donnés au vestiaire de Caritas.

20Chaque stagiaire dispose de son propre pistolet à étiqueter les vêtements car l’outil pointu pourrait occasionner des blessures ; les formatrices appliquent les mesures de sécurité et de prévention prescrites dans divers lieux publics (de la santé), pour lutter contre la transmission de maladies, notamment l’hépatite C et, dans une moindre mesure, le sida. Les gobelets à thé ou à café jetables utilisés lors de la pause procèdent de cette même logique de prévention.

21A 16h00, c’est la pause. Une personne garde la boutique, tandis que les autres se retirent dans l’arrière-boutique, se préparent une boisson, discutent un peu, avant de reprendre le travail à 16 h 30. Certaines stagiaires sortent dans la rue, le temps de fumer une cigarette.

22Les moments d’effervescence quand la boutique est pleine de clientes alternent avec ceux durant lesquels la boutique est vide, les stagiaires s’adonnant alors à des activités de rangement, de tri, d’étiquetage, etc. Une stagiaire choisit les vêtements, les assortit pour habiller les mannequins de la vitrine ; une autre tient le livre des comptes ; une troisième vérifie la caisse. Les stagiaires et les formatrices conseillent et servent les clientes, une musique de fond tourne, les habits laissés en vrac dans la cabine d’essayage sont remis sur leurs cintres et rangés dans les rayons classés par type de vêtement et par couleur. Dans l’arrière-boutique, une stagiaire cherche des informations sur internet, une autre prend un cours de français individualisé avec une formatrice. Vers la fin de la journée, la caisse est vérifiée, les stagiaires s’en vont et les formatrices ferment boutique.

Profils des stagiaires

23En 2004 (mais les données sont analogues pour 2005), la boutique a accueilli dix-huit stagiaires. Treize d’entre elles bénéficiaient de prestations financières de l’Hospice général, qu’elles dépendent de l’assistance publique ou du RMCAS réservé aux chômeuses et chômeurs en fin de droit, trois disposaient d’un revenu familial, une personne était en emploi temporaire cantonal et une autre vivait d’une rente AI à 50 %. La plus jeune avait 22 ans et la plus âgée 53. Quatre personnes possédaient un diplôme ou un CFC, dix avaient une expérience professionnelle mais sans formation, et quatre n’avaient aucune expérience professionnelle.

24Dans leur évaluation 2003 pour la Communauté d’intérêt pour la formation élémentaire des femmes, les formatrices classent les stagiaires de la boutique à partir de différents profils.

  • Le premier correspond à « des femmes avec une expérience professionnelle, mais sans travail depuis plusieurs années » (2004 : 1).

    • Mme A est au bénéfice du RMCAS. Elle est donc soumise, de par la loi, à l’obligation d’effectuer une contre-prestation, sous peine de perdre ses droits. Elle aimerait commencer une école de coiffure mais doit encore patienter quelques mois avant le début des cours, dont le financement n’est néanmoins pas encore assuré. Elle vient de terminer trois mois de stage dans un atelier d’évaluation et de réinsertion et se retrouve à nouveau inactive. Dès lors, son conseiller en emploi lui demande d’effectuer un stage à la boutique « pour ne pas perdre l’habitude de sortir ».

    • Mme B a travaillé de nombreuses années dans le domaine de la vente. Atteinte dans sa santé psychique, elle a connu une longue période d’hospitalisation ; elle est aujourd’hui au bénéfice d’une rente AI, mais souhaite reprendre une activité, sans viser pour autant une réinsertion professionnelle.

    • Mme F, divorcée, vit avec sa fille qui a tout juste 18 ans. Au bénéfice de l’aide sociale, depuis plus d’un an dans un logement d’urgence, elle est confrontée à de nombreux problèmes administratifs, notamment dus à la majorité légale de sa fille.

  • Le deuxième profil recouvre « des femmes vivant en marge de la société en raison de problématiques relevant de la toxicomanie et/ou de la prostitution » (2004 : 1) et qui se trouvent au centre d’un réseau social dense et complexe d’intervenants sociaux et sanitaires, parfois judiciaires ou tutélaires. Si le terme même de « prostituée » est utilisé par les formatrices entre elles, il est souvent remplacé par le terme générique et euphémisant « d’activité » ou par le verbe « exercer » dans les interactions entre formatrices et stagiaires.

    • Mme C, une jeune femme au bénéfice de l’aide sociale, a travaillé pour les « téléphones roses » et dans la prostitution, mais y a mis fin et cherche désespérément une place de travail.

    • Mme D, prostituée d’origine étrangère, maîtrise difficilement le français. Séropositive, elle doit faire face à de nombreux problèmes de santé, sur les plans physique et psychique.

    • Mme T, âgée d’une cinquantaine d’années, a exercé la prostitution pendant de longues années. Aidée financièrement par l’Hospice général, elle a pris des cours d’informatique ; SOS-Femmes lui a financé l’achat d’un ordinateur à Réalise pour qu’elle puisse continuer à travailler chez elle.

  • Le troisième profil correspond à « des femmes de culture étrangère possédant peu de notions de français parlé ou écrit » (2004 : 2).

    • Mme E, âgée d’une cinquantaine d’années a été placée aux Fringantes par la fondation IPT, dont la mission consiste à faciliter la réinsertion professionnelle dans l’économie privée de personnes atteintes dans leur santé physique ou psychique. Au bénéfice d’une demi-rente AI à cause de ses douleurs dorsales, elle fait des ménages et souhaite se recycler dans le domaine de la vente, travail qu’elle considère comme moins épuisant. Espagnole d’origine, elle parle le français mais ne maîtrise pas la pratique écrite.

  • Le quatrième désigne « des femmes de 50 ans ou plus, sans emploi depuis plusieurs années, alors qu’elles avaient travaillé pendant longtemps, ainsi que des jeunes femmes entre 25 et 27 ans, vivant une rupture tant sur le plan familial que sur le plan de la formation, et sans expérience professionnelle » (2004 : 2). Ces catégories d’âge renvoient aux difficultés de réinsertion professionnelle pour les travailleuses vieillissantes, d’une part, et à la problématique de la primo insertion professionnelle des jeunes, d’autre part.

    • Mme G, mère de famille, vit des revenus de son conjoint. Restée au foyer pour s’occuper de ses enfants, elle souhaite reprendre une activité professionnelle.

25Les candidates de ces quatre catégories sont envoyées aux Fringantes par divers réseaux. En 2004 comme en 2005, les demandes de stage proviennent principalement de la consultation de SOS-Femmes, mais aussi de Solidarité-Femmes, de F-Informations, de l’Hospice général (assistance publique, RMCAS ou Maison de l’Ancre, résidence pour personnes souffrant d’alcoolisme) et d’IPT. Il arrive aussi que des candidates viennent spontanément, ayant trouvé l’information sur les présentoirs de la salle d’attente des CASS ou dans l’annuaire, voire sur internet.

26Sur les dix-huit stagiaires ayant effectué un stage aux Fringantes en 2004, cinq sont arrivées au terme et ont obtenu leur certificat de travail : deux d’entre elles ont trouvé un emploi, deux ont prolongé leur stage par un projet de formation ou des cours, et une, compte tenu de ses difficultés de réinsertion et de sa fragilité psychique, s’est résolue à déposer une demande auprès de l’AI. Sept femmes étaient toujours en stage en 2005 et six l’ont interrompu en raison de problèmes de santé, de difficultés familiales ou personnelles. En 2005, cinq personnes (sur dix-sept) ont obtenu un certificat de travail signifiant qu’elles avaient terminé leur stage avec succès. Parmi elles, trois ont retrouvé un emploi et dex poursuivent leurs démarches de réinsertion. Neuf stagiaires continuaient leur stage en 2006 et trois l’ont interrompu.

Le dispositif

L’organisation du stage

27L’organisation du stage se déroule en plusieurs étapes : l’entretien d’accueil, la période d’essai, le bilan et l’élaboration du contrat fixant les modalités du stage, les cours, les pauses, les entretiens individuels, les fêtes de fin de stage, la remise du certificat de travail. Le schéma ci-contre indique les différentes étapes du déroulement du stage. Les zones grisées correspondent aux réunions qui se déroulent sans les stagiaires.

28Les entretiens d’accueil se déroulent dans le petit bureau. Ils ont pour but de présenter la structure, son fonctionnement, les prestations offertes et de dresser un premier bilan de la situation des candidates. Il ne s’agit pas d’un entretien d’embauche et, surtout, selon les formatrices « l’objectif de ce premier entretien, c’est l’instauration d’un lien et une première approche de la problématique ». Cependant, le contexte même de la boutique sous-entend le monde du travail et de l’emploi, et peut prédisposer les candidates à se présenter comme devant un employeur potentiel : Mme A met en avant son expérience de serveuse dans un café-restaurant et à la cafétéria d’une université populaire. Elle mentionne ensuite un stage qu’elle a effectué dans un atelier d’évaluation et de réinsertion ; les termes dévalorisants qu’elle emploie montrent l’importance de l’identité professionnelle en jeu : « Là-bas, vous savez, c’est presque des choses psychiques. Ce n’est pas un travail. En fait, ce n’est pas pour moi. Mais c’est plutôt pour des gens… [elle cherche un peu ses mots] des gens alcooliques, vous comprenez ? »

29Les formatrices cherchent à connaître la situation de leurs interlocutrices, mais surtout leurs attentes face au stage. D’une part, elles s’informent de leur situation financière – le stage, n’étant pas rémunéré, il est important que les stagiaires jouissent d’autres sources de revenus. D’autre part, elles prennent des renseignements sur leur situation familiale, notamment sur la possibilité de faire garder les enfants en bas âge, quand il y a lieu, et sondent ainsi les possibilités à la fois objectives et subjectives de mener de front stage et vie familiale : « On sait que les périodes de vacances sont plus difficiles pour les femmes, parce qu’il faut s’organiser avec la famille, faire garder les enfants… » Enfin, elles s’enquièrent de leurs formations et expériences professionnelles antérieures, si elles n’ont pas abordé ce thème d’elles-mêmes. Lorsqu’une information repose sur une autodévalorisation des candidates, les formatrices reprennent les propos et justifient leurs interrogations dans le souci de dédramatiser, mais aussi de s’excuser lorsqu’elles sentent que leurs questions sont intrusives ou heurtent les candidates. Elles sont d’autant plus attentives à leur mode d’interrogation lorsqu’elles savent par avance avoir affaire à des prostituées ou ex-prostituées. En effet, leur désir de « tirer un trait sur le passé », de « sortir du milieu », de faire « peau neuve », de « tout oublier pour recommencer », pousse les formatrices à la prudence. Néanmoins, ces entretiens montrent une certaine ambiguïté dans le discours des formatrices, qui tentent de valoriser les expériences antérieures tout en décelant et mettant en évidence les lacunes, les manques, les difficultés, pour y remédier.

30Si la candidate désire effectuer le stage, une période d’essai entre deux semaines et un mois, voire plus est fixée. Elle permet de juger de l’adéquation de la demande en regard des possibilités que peut offrir la boutique. Au terme de l’essai, un nouvel entretien a lieu, formalisé par la signature d’un contrat de stage, qui n’engage pas les signataires sur le plan juridique mais fixe le déroulement et les modalités du stage. Les objectifs de stage, négociés entre stagiaires et formatrices, déterminent le fil rouge d’un accompagnement au plus près de la demande de la candidate, toutes proportions gardées au regard du cadre et des exigences commerciales de la boutique. Les formatrices et la stagiaire réfléchissent aussi aux objectifs de formation, aux passerelles vers d’autres structures de formation ou de travail, voire à des ateliers d’activités occupationnelles ou à des projets personnels visant l’amélioration de la santé ou de l’estime de soi. Lorsqu’il s’agit de stagiaires confrontées à diverses formes de harcèlement, voire de violence conjugale ou familiale, apprendre à reconnaître les situations de danger et s’en protéger peut constituer un objectif. Dans d’autres situations encore, le stage concourra à essentiellement à sortir la stagiaire de son isolement.

31Les entretiens individuels qui ponctuent le stage sont tantôt formels (entretiens d’évaluation, bilans intermédiaires et de fin de stage) tantôt informels (si la stagiaire manifeste le désir de parler ou si la formatrice souhaite reprendre un certain nombre de points avec elle). Les entretiens d’évaluation formels s’effectuent à partir de grilles ad hoc référant plus particulièrement au cadre et à l’ordre (le respect du règlement et des horaires, une apparence soignée et propre) et à des critères relationnels (relations avec les formatrices, les collègues et la clientèle, l’intégration dans l’équipe). Certains points de ces grilles s’adressent aux manières de faire (la qualité de l’exécution, le rythme de travail) tandis que d’autres font plutôt référence à des normes de performance (la créativité, l’initiative, la motivation, l’autonomie). En somme, les entretiens individuels oscillent entre une évaluation du travail des stagiaires et une écoute attentive et empathique des événements de vie difficiles, des problèmes rencontrés par les stagiaires. Ils sont tantôt planifiés tantôt réalisés sur le vif pour répondre à une situation urgente et nécessitant un réajustement rapide. Une formatrice raconte : « Madame est arrivée lundi dernier. Elle était à la caisse, elle assurait parfaitement bien et tout à coup, sans que je l’aie vu venir, elle arrive à la pause et dit : ‘Je ne suis pas bien du tout’. (…) On a dû démarrer là-dessus, parce qu’elle était mal. En fait, ce qui est sorti, c’est que son ami l’avait quittée et qu’elle craque complètement. » Si les confidences recueillies donnent matière à construire des objectifs de stage et renforcer d’éventuelles compétences, ces entretiens pourront être multipliés au besoin. En revanche, si les formatrices estiment que les problèmes évoqués dépassent leur champ d’action et prétéritent le bon déroulement du stage, elles délégueront ces entretiens à la consultation de SOS-Femmes. Les entretiens contribuent à une meilleure interconnaissance et à une évaluation des ressources et des difficultés de la stagiaire. Ils permettent de ramener une part de la prise en charge dans une sphère de confidentialité et contribuent à un suivi individualisé.

32La fin du stage est marquée par un entretien de clôture, la remise du certificat de travail et un moment de convivialité (petite fête, pause améliorée, etc.)

L’activité commerciale comme cadre

33L’activité commerciale structure la formation, détermine les tâches à exécuter, et représente autant d’occasions d’apprentissages de compétences diverses et variées. Elle implique des horaires qu’il s’agit de respecter, des tâches qu’il est impérieux d’exécuter pour la bonne marche de la boutique, une attitude et une présentation de soi conformes aux attentes sociales dans la relation à la clientèle, un souci de l’exactitude dans les aspects comptables et de l’honnêteté dans le rapport à l’argent. Il est, en outre, important de préciser que les formatrices, seules, ne pourraient assumer la partie commerciale sans l’aide des stagiaires. Il ne s’agit donc pas d’un travail fictif. Le travail réalisé par les stagiaires a une utilité fonctionnelle incontestable et répond à une exigence commerciale réelle.

34La structure accueille chaque après-midi quatre stagiaires, une ou deux formatrices et une étudiante de la Haute école en travail social. Si les stagiaires ne sont pas toutes là – il y a souvent de l’absentéisme – l’affaire tourne quand même en raison d’une certaine polyvalence dans l’équipe. Chaque stagiaire doit pouvoir, en fin de stage, maîtriser l’ensemble des tâches et passer d’une activité à l’autre, selon les priorités du moment.

35La boutique est ouverte le samedi, jour où le chiffre d’affaires est le plus important. Des vendeuses auxiliaires, étudiantes de la Haute école en travail social, en assurent le fonctionnement, puisque les formatrices ont congé ce jour-là, tout comme les stagiaires. Un projet en cours viserait à engager ce jour-là des ex-stagiaires comme vendeuses auxiliaires salariées. Ce projet s’inscrit dans la volonté de prolonger le travail de formation entrepris durant le stage par une insertion professionnelle, si minime soit-elle.

36Une sociographie des clientes révélerait sans doute qu’elles proviennent de milieux sociaux différents, qui vont de la classe moyenne aisée à des classes défavorisées, et utilisent la boutique à des fins diverses. Par exemple, une femme âgée d’origine étrangère et ne maîtrisant pas très bien la langue française passait régulièrement avec un caddie plein de vieux habits. Comme on ne peut déposer plus de cinq vêtements à la fois, elle se faisait accompagner par des membres de sa famille ou de son entourage. Sa stratégie lui permettait de récolter deux ou trois sous, quoique les vêtements – provenant probablement d’une récupération antérieure – étaient souvent abîmés ou passés de mode et, à ce titre, refusés.

L’accompagnement didactique

37« La souplesse est inhérente à notre raison d’être. En effet, la boutique est un lieu protégé, avec un souci d’accueil, d’acceptation et de prise en charge de chaque stagiaire. (…) Fragilité et défaillances sont prises en compte, discutées et les exigences réadaptées en fonction des réactions qu’elles suscitent » (SOS-Femmes 2004 : 13). Si le cadre est fixé et qu’il est impératif, l’accompagnement de chaque stagiaire est, quant à lui, individualisé.

38L’action de formation se décompose en une multitude de microtâches, interdépendantes les unes des autres, caractérisant le métier de vendeuse aux Fringantes. Les unes consistent dans le maintien de l’ordre et de la propreté du lieu, d’autres se centrent sur le textile, sur le vêtement à proprement parler. Chaque jour, les invendus destinés à être rendus à leurs propriétaires sont recherchés à partir de leur fiche descriptive et mis de côté dans l’arrière-boutique. Cette activité prend généralement une bonne partie de l’après-midi. Lors des dépôts de vêtements, ces derniers sont soigneusement vérifiés : l’état des coutures ou des ourlets, les attaches des boutons et leurs boutonnières, la fraîcheur du col, l’usure de l’entrejambe des pantalons et celle des coudes des pulls, etc. Parfois un peu de couture s’impose. On retrouve ici des activités quasi identiques à celles de l’Atelier femmes de Réalise, mais sans l’aspect répétitif du tri. D’ailleurs, les formatrices accordent une même importance à l’exactitude, la propreté et l’hygiène. Ces dernières exigences participent de la « resocialisation » définie par les travailleurs sociaux, dans quasi toutes les structures observées, comme passage obligé d’une réinsertion sociale ou professionnelle.

39Une série d’activités fait appel aux connaissances linguistiques, comme le montre la description minutieuse des vêtements sur des fiches remises aux clientes et l’étiquetage de chaque pièce vestimentaire. Les stagiaires trouvent encore d’autres occasions d’exercer des compétences linguistiques minimales lorsqu’elles essaient de comprendre les consignes et conversent avec des collègues et des clientes.

40La confrontation à la clientèle doit aussi permettre de travailler sur les compétences relationnelles. Etre en contact avec la cliente, c’est se mettre à sa disposition, engager et s’engager dans la conversation, la conseiller, répondre à ses éventuelles questions, échanger les politesses d’usage, mais aussi savoir dire non ! Les stagiaires doivent savoir refuser de prendre un vêtement en dépôt quand il est abîmé ou hors saison et faire face aux éventuelles insistances pour l’imposer quand même. Elles informent les nouvelles clientes sur le fonctionnement de la boutique. Le service à la clientèle engage également dans un échange monétaire qui suppose rigueur et honnêteté de la part des stagiaires. Elles doivent ne pas perdre la face lorsqu’elles commettent une erreur à la caisse et accepter parfois des remarques désobligeantes. Par ailleurs, lorsque les clientes savent qu’il s’agit d’une structure de réinsertion, il arrive parfois que l’une d’entre elles fasse preuve d’une certaine condescendance à l’égard des stagiaires, les identifiant comme des « exclues » plutôt que comme des vendeuses. Les formatrices veillent de près aux échanges entre clientes et stagiaires, surtout pour les anciennes prostituées n’ayant eu affaire qu’à une clientèle masculine.

41L’encadrement, sous forme de duo dans un premier temps, se relâche au fur et à mesure de l’apprentissage des compétences relationnelles. Le comportement attendu comporte un savoir-faire, un savoir-être, mais surtout un savoir-vivre, entendu comme l’acquisition de bonnes manières. La politesse et la courtoisie, associées à une bonne présentation de soi en sont les principaux signes.

42Lorsque les stagiaires savent s’acquitter des tâches circonscrites, les formatrices leur apprennent à avoir une vue d’ensemble de la boutique, à fixer des priorités, à assumer plusieurs activités à la fois, sans se perdre ni se tromper. Savoir hiérarchiser les priorités, c’est aussi acquérir une compétence d’agencement des ressources. Il s’agit de les combiner pour faire face à une situation professionnelle complexe permettant – à terme – d’être dans une « vraie » situation professionnelle, qui ouvrirait aussi sur un travail en équipe avec des collègues susceptibles d’engendrer des tensions et moins disposées à tolérer les écarts et les erreurs. Toutefois, il n’est pas sûr que les compétences acquises soient exportables dans un secteur non protégé de la vente. Ainsi, à quelques exceptions près de stages ayant débouché sur un emploi dans le domaine de la vente, les capacités développées aux Fringantes sont avant tout de l’ordre de la réinsertion sociale, repoussant l’insertion professionnelle à des horizons plus lointains.

Des cours à géométrie variable

43Si l’apprentissage des tâches liées à la gestion de la boutique et à la technique de vente relève d’un plan de formation commun à toutes les stagiaires, mais adapté à chacune, un programme de cours individualisés permet de prendre en compte les projets de chacune et les lacunes décelées au cours de la période d’essai.

44Nous avons principalement observé des cours de français et d’informatique (utilisation de logiciels de bureautique et recherche sur internet), ainsi qu’un programme de recherche d’emploi. Les femmes d’origine étrangère ainsi que les Suissesses ayant connu des parcours scolaires difficiles et ne maîtrisant pas l’écrit demandent donc souvent un appui individualisé en français de base. Les formatrices font souvent faire des « dictées de fiches clientes » qui décrivent les vêtements laissés en dépôt selon leur type, leur couleur, texture ou matériau. Cet apprentissage vise la maîtrise du vocabulaire propre au domaine du vêtement et directement utilisable à la boutique. Rendant les stagiaires attentives aux représentations négatives que peut susciter une « fiche cliente » maculée de fautes d’orthographe, les formatrices entendent leur éviter les sentiments de gêne ou de honte qui peuvent être associés à l’illettrisme, voire à l’analphabétisme.

45Les propositions d’appuis individualisés peuvent prendre des formes très diverses, comme le suggère l’exemple suivant :

46Une formatrice propose à Mme D, pour améliorer son français – qu’elle maîtrise à peine – d’élaborer un petit guide des grands couturiers à l’usage de la boutique. Un rayonnage « grandes marques » a été installé dans la boutique depuis peu, mais les formatrices s’interrogent sur cet étiquetage.

47Leur méconnaissance dans le domaine de la haute couture les a amenées à s’appuyer sur le savoir et l’intérêt – la passion, en fait – de Mme D. La rédaction de ce guide est un exemple de l’adaptation des objectifs d’apprentissage aux compétences spécifiques de la stagiaire. Mme D rédige une fiche par couturier, avec son nom, ses principales lignes de force et une photo, tirée d’un magazine, illustrant une des créations du designer. A partir d’un texte d’une ou deux lignes écrit moitié en français et moitié en anglais, la formatrice lui apprend quelques notions de la langue française. « Alors, ‘montrer son look bien’, qu’est-ce que ça veut dire ? Il est important que vous utilisiez des mots que vous comprenez. Et puis là, c’est au singulier ou au pluriel ? » La correction prend du temps, notamment parce que la formatrice insiste sur le fait qu’elle cherche à corriger le texte sans en modifier le contenu. La stagiaire feuillette un magazine Vogue, montre des photos de créateurs, mais la formatrice la ramène constamment à sa tâche : « Attendez, nous finissons d’abord de corriger votre texte ». La stagiaire se montre réticente à ce recadrage scolaire axé sur le français, s’emballe en ramenant chaque fois la discussion sur les couturiers. Les deux protagonistes passeront également un moment sur internet, sur les sites des grands couturiers. Mais tandis que la formatrice lui indique les marches à suivre pour maîtriser l’outil informatique, la stagiaire, à nouveau, est plus intéressée par les sites en eux-mêmes que par la méthode pour y accéder. L’appui individualisé dure quarante-cinq minutes et semble avoir épuisé la formatrice, fatiguée de ses efforts constants pour ramener systématiquement le cours à son objectif principal, l’amélioration du français.

48Les appuis individualisés ne constituent ainsi pas des cours au programme ambitieux : ils semblent surtout permettre aux stagiaires de renouer avec le plaisir d’apprendre et sont conçus comme un préalable parfois indispensable à une réinscription dans un processus de formation plus formalisé. En effet, les Fringantes n’assurent pas à elles seules la formation ou préformation des stagiaires ; une partie de ce travail peut se faire par délégation à d’autres structures. Les formatrices de la boutique, par leur appui individualisé mais non certificatif, remobilisent les stagiaires dans un processus d’apprentissage et les incitent à s’inscrire à des cours ou des formations professionnelles dispensés ailleurs. Si certaines de ses structures s’adressent elles aussi principalement à des femmes démunies et en réinsertion (par exemple Camarada ou Voie-F), d’autres, comme l’Ecole-club Migros ou l’Ifage, sont fréquentées par l’ensemble de la population locale.

Le travail de réinsertion

Un travail de renforcement

49Au-delà des tâches que nous venons de décrire par le menu, un « travail de renforcement » s’avère indispensable, ainsi qu’en témoignent les propos des formatrices qui évoquent des stagiaires souvent « au bout du rouleau » ou bien « dans un état de délabrement physique et psychique ». Ce travail de renforcement s’effectue tant en arrière-fond (dans les consultations de SOS-Femmes ou avec les AS des CASS) que dans les activités de la boutique.

50Il s’agit d’agir sur l’« absence d’énergie » de ces femmes et sur leur « état de grande fatigue », ou encore sur l’usure de leur corps. C’est un vocabulaire que l’ethnologue a fréquemment entendu de la part des travailleurs sociaux lorsqu’il s’agissait de prostituées. En somme, il s’agit d’insuffler une nouvelle énergie à des femmes qui ont beaucoup « payé de leur corps », comme le soulignait une AS d’une CASS. Dans un premier temps, il s’agit d’octroyer aux femmes un temps de récupération de leur épuisement, que celui-ci émane de leurs activités de prostitution, de leurs problèmes de dépendance, des stress intenses provoqués par la violence domestique ou des situations administratives kafkaïennes.

51Autour des femmes ayant exercé la prostitution se tisse un dispositif dense comprenant généralement l’Hospice général pour l’aide financière, la consultation de SOS-Femmes pour un travail d’accompagnement, des médecins et Aspasie, une association qui défend les droits des personnes exerçant les métiers du sexe. Considérées comme des indépendantes, les prostituées sont tenues de se faire « décarter » auprès de la brigade des mœurs et de ne plus exercer leurs activités, si elles veulent bénéficier de l’aide financière de l’Hospice général au-delà des trois mois dévolus aux indépendants. SOS-Femmes peut leur assurer un accompagnement qui comprend un important travail de réhabilitation à travers une (re)mise en règle avec les instances administratives, l’établissement des prestations auxquelles elles ont droit, mais aussi un travail d’écoute et de conseil qui permet de travailler sur « leur prise de distance par rapport au milieu dont elles se distancient, les sentiments de honte, de culpabilité et souvent de dégoût qui les submergent, leurs rapports avec autrui et particulièrement avec les hommes, l’éducation de leurs enfants, autant que possible l’élaboration du lien entre leur histoire familiale, leur parcours personnel et la prostitution, et enfin la gestion de ce qui a souvent été une double vie marquée par le secret » (2004 : 10). Mais le manque de perspectives, la crainte de ne pas retrouver de travail en amènent plus d’une à envisager un retour à la rue.

52Les formatrices cherchent aussi souvent à mettre en avant les qualités et les compétences des stagiaires. C’est ce que nous avons vu avec Mme D : « Elle a l’œil ! Quand c’est elle qui habille les mannequins, les vêtements sont vendus dans la semaine. Elle sait assembler textures et couleurs, est sensible à la mode et sait ce qui plaît. » Cette reconnaissance de compétences particulières, souvent attestées par les autres stagiaires, permet – au moins dans le cadre des Fringantes – d’être valorisée comme possédant un savoir spécifique, qui concourt à une amélioration de « l’estime de soi ».

53Les formatrices cherchent également à évaluer l’autonomie réelle des stagiaires et restent attentives aux diverses formes de désarroi, comme le montre l’exemple suivant. Mme C maîtrise parfaitement le travail de la boutique. Toutefois, elle se trouve dans un état de fragilité émotionnelle important, en partie lié aux messages paradoxaux que lui adressent les différents travailleurs sociaux qui s’occupent d’elle. Bénéficiaire de l’aide sociale, elle est prise dans un conflit de loyauté entre son assistante sociale du CASS, qui lui demande de mettre un terme à son stage aux Fringantes et de chercher activement du travail, et la formatrice de la boutique, qui souhaite renforcer encore un peu le travail de reprise de confiance en soi. Suivie à la consultation de SOS-Femmes, Mme C a dévoilé des informations liées à son travail aux téléphones roses et dans les bars à champagne et révélé des abus durant son enfance. Ne la sentant pas prête, la formatrice tente donc de la dissuader de chercher à tout prix un emploi, l’encourageant plutôt à profiter du cadre souple de la boutique et de l’écoute dont elle peut bénéficier à la consultation pour, d’une part, retrouver un équilibre psychologique et, d’autre part, régler un certain nombre de démarches administratives, car elle est fortement endettée, sans logement et sans assurance maladie.

54Le renforcement de la personne consiste également à rassurer les stagiaires qui craignent d’être considérées par leur AS comme des « profiteuses ». Ainsi Mme F, suivie également par l’Hospice général, prépare les entretiens mensuels au CASS avec l’assistante sociale de la consultation. Elles s’assurent ensemble de n’oublier aucun papier, de classer tous les documents nécessaires à l’obtention du chèque d’assistance. Ces entretiens la rassurent considérablement. SOS-Femmes l’aide aussi dans le dépôt de diverses demandes (Service cantonal d’avances et de recouvrement des pensions alimentaires – SCARPA, régies, impôts, classement, etc.). On peut s’étonner de ce redoublement du travail de réhabilitation généralement dévolu à l’Hospice général, mais dans cette situation, SOS-Femmes remplit une fonction complémentaire à l’institution publique. Dans nos observations, l’Hospice général apparaît plutôt, aux yeux des consultantes, comme l’institution qui contrôle, intimide et sanctionne parfois, tandis que SOS-Femmes apparaît comme soutenante et aidante. Plus qu’une question de personnes ou d’affinités électives, cette différence est essentiellement liée à la spécificité des mandats de chacun de ces organismes.

Le respect du cadre

55Les formatrices veillent à ce que les stagiaires respectent un certain nombre de règles et qu’elles « adoptent vis-à-vis du public qui fréquente le magasin une tenue, des attitudes, un langage adéquats et, vis-à-vis de leurs collègues, un contrôle personnel approprié, ce qui peut pour certaines et selon les circonstances se révéler contraignant » (SOS-Femmes 2005 : 13). Le vouvoiement et l’utilisation du prénom sont, par exemple, de rigueur entre les stagiaires et les formatrices. A l’intérieur de chaque groupe, il y a négociation autour des formes d’adresses. Si les formatrices se tutoient entre elles, une plus grande diversité a été observée entre les stagiaires. Certaines se tutoient, d’autres se vouvoient. Ce vouvoiement semble d’ailleurs être surtout utilisé provisoirement entre les anciennes et une nouvelle arrivante, jusqu’au moment où le tutoiement s’instaure de lui-même.

56Il existe une grande tolérance, non pas tant à l’égard des horaires – la ponctualité – mais à l’égard de la régularité. En effet, l’absentéisme est fréquent et parfois sur des durées assez longues. Si, dans certains cas, les stagiaires informent de leur absence par téléphone (maladie, fatigue, maladie d’un proche, problème de garde d’un enfant, rendez-vous chez le médecin ou chez l’assistante sociale, etc.), d’autres absences semblent moins avouables et ne sont généralement pas annoncées (reprise de consommation d’alcool ou d’autres stupéfiants, reprise de la prostitution, crises d’angoisse nécessitant une hospitalisation, etc.). Au bout de quelques jours, les formatrices cherchent à prendre contact avec les stagiaires. Les absences, même injustifiées, ne conduisent généralement pas à une interruption de stage notifiée par les formatrices. En revanche, les problèmes de santé graves peuvent conduire à une suspension du stage ou à une réorientation vers d’autres processus de réinsertion.

57Certaines interactions ont montré que les stagiaires craignent un renvoi, un « licenciement » possible. Toutefois ces craintes, plus fantasmées que réelles, s’appuient sur les règles généralement en vigueur dans le monde du travail. Une stagiaire – que l’ethnologue n’a jamais vue – dont il a beaucoup été question dans diverses discussions ou lors de colloques entre les formatrices et les assistantes sociales de la consultation, semble craindre un renvoi car elle a beaucoup manqué sans s’excuser. Comme le soulignera une formatrice : « Malgré que ce soit un lieu très soutenant, elle a de la peine à revenir, elle a peur de se faire renvoyer ».

58Le « respect du cadre » implique évidemment une forme d’obéissance. La tâche assignée doit être réalisée jusqu’au bout et non laissée en plan. Commentant son travail avec Mme D, la formatrice, dira : « [respecter le cadre], c’est la grande difficulté avec elle. Et pas seulement dans les moments de français, mais aussi dans la boutique, sur les horaires, etc. Elle n’attend pas qu’un disque de musique soit terminé pour le changer, laissera sa place de travail en plan pour se lancer dans une nouvelle tâche. » Les formatrices la reprennent inlassablement : « Il faut terminer ce que vous avez commencé » ou : « Vous avez oublié de ranger votre place de travail ».

59L’apparence et l’habillement des stagiaires sont relativement contrôlés et doivent correspondre à ce qui est généralement attendu dans les milieux de la vente. Les négligences vestimentaires sont généralement discutées confidentiellement en entretien avec les stagiaires. Cet encadrement de la présentation de soi s’apparente à ce que nous avons relevé dans d’autres structures d’insertion et à l’Hospice général : une socialisation qui prend la forme d’une éducation à des règles jamais apprises ou dont il faudrait reprendre le pli. Il s’agit vraisemblablement aussi d’une normalisation des attitudes au prétexte qu’elles adapteraient au monde professionnel.

Un lieu de sociabilité professionnelle

60Selon les formatrices, la boutique peut aussi être considérée comme un lieu d’apprentissage de la sociabilité professionnelle. L’esprit de collaboration est requis. « C’est un travail d’équipe. Il faut aussi accepter les remarques de l’équipe. Parfois c’est important de reprendre assez vite, quand il y a eu des erreurs, sinon, parfois, cela peut être gênant pour la boutique. Ce n’est pas pour mettre le doigt sur les fautes, mais pour corriger les connaissances. Il faut pouvoir collaborer. Il faut un esprit de collaboration. Il faut s’insérer dans une équipe. » Tels sont les propos d’une formatrice lors d’un premier entretien avec Mme A.

61Les stagiaires ne commencent pas leur stage selon un système de volées où toutes commenceraient le même jour, avec les mêmes horaires. Chacune commence au gré des disponibilités, mais aussi de la fréquence à laquelle elle souhaite travailler et au moment où elle se sent prête, où elle a résolu divers problèmes organisationnels pour concilier le stage et la vie familiale, entre autres. Si certaines ne viennent qu’une fois par semaine, d’autres effectuent presque un mi-temps.

62Sur la scène de la boutique, les relations sont publiques. Mais celles-ci se développent aussi dans la sphère « privée » du personnel dans l’arrière-boutique, notamment durant les moments de pause. Là s’instaurent des moments de sociabilité, de convivialité, de discussions et de partage, qui engagent des relations moins codifiées. La convivialité est fortement encouragée et pratiquée. Les formatrices utilisent de nombreuses occasions pour les rendre quelque peu festives, comme les fêtes autour des départs, des fêtes calendaires. Toutefois, les moments de pause ne sont pas forcément les moments de détente auxquels l’on pourrait s’attendre, car ils s’inscrivent dans un rapport asymétrique. En somme, ils semblent faire partie de l’outil pédagogique, mais de façon plus dissimulée et moins formalisée, voire impensée en tant que tel. Les formatrices endossent – probablement bien malgré elles – le rôle d’animatrices en exposant un sujet de conversation si le silence règne. Dans ces moments d’échanges, elles veillent tout particulièrement à tenir compte des particularités des unes et des autres et à ce que soit respecté un principe de non-jugement entre les stagiaires. Comme le rapportait une formatrice : « il faut qu’elles se respectent et, parfois, ce n’est pas facile parce qu’elles se jugent ». Ces dernières semblent avoir bien intériorisé le fait que la pause est en quelque sorte une pseudo-pause, un prétexte à un travail d’un autre ordre. Nombreuses sont celles qui y résistent et qui profitent de ce moment pour fumer une cigarette à l’extérieur. La rue piétonne leur permet d’être hors du regard des formatrices, dans une zone où l’attention et le contrôle qui s’exercent sur elles se relâchent. Cette échappée vers des « zones franches » (Goffman 1968) constitue la seule sortie autorisée durant les horaires de travail, avec les déplacements à la banque, à la poste ou dans un commerce environnant afin d’y acheter des produits pour le compte de la boutique.

63L’observation des interactions confirme l’hypothèse d’une pseudo-pause. Envoyée en courses, Mme D revient avec un plat exotique, arguant qu’elle n’a pas eu le temps de manger et qu’elle a faim. La formatrice la reprend avec une certaine fermeté, rétorquant qu’elle ne peut quitter la boutique pour chercher à manger. Mme D essaie de se défendre : « C’est la pause », répond-elle sèchement tout en continuant à manger. A nouveau, c’est le respect du cadre qui est évoqué par la formatrice : « Ici, on essaie de la cadrer dans les rapports de travail ». Si Mme D considère la pause comme un moment dont elle peut disposer comme bon lui semble, la formatrice l’inscrit dans le dispositif du stage : « La pause n’est pas prévue pour sortir, faire des courses pour vous, des choses comme ça. Comme il y a des fumeuses, on peut sortir pour fumer, mais pas plus. Ces pauses, c’est parfois décousu, ça dépend de ce qui se passe dans le magasin. S’il y a beaucoup de monde, la pause est moins longue ou on se partage le temps. » Les formes de sociabilité professionnelle passent par la confrontation des stagiaires entre elles (entre les nouvelles et les anciennes, entre deux stagiaires qui se connaissent à travers leur ancienne activité prostitutionnelle, par exemple) et par la confrontation aux formatrices dans un rapport asymétrique.

64Les relations entre les stagiaires oscillent entre la coopération et la rivalité. A de nombreuses reprises, nous avons pu observer des anciennes stagiaires voler au secours des nouvelles, mais les formatrices font remarquer qu’elles observent aussi des rapports de rivalité, dans lesquels certaines stagiaires tentent d’exercer un contrôle sur leurs collègues. En fait, les formatrices rêvent d’un esprit d’équipe qui permettrait de transcender les différences et les conflits.

65La relation asymétrique entre les stagiaires et les formatrices montre bien l’ambivalence et la tension qui existent entre une logique « commerciale » (le « vrai » travail) et une logique « sociale » (l’écoute, l’encadrement, l’évaluation, etc.). En privé, les stagiaires émettent de nombreuses appréciations sur les formatrices. Dans l’ensemble, il s’agit généralement de commentaires positifs, plutôt énoncés sur une variante émotionnelle : « elles sont sympas », « elles sont très gentilles », « c’est des gens qui m’aident beaucoup », « elles écoutent bien ». Mais sur une variante sociale, les stagiaires les considèrent également comme des « gérantes », des « patronnes ». Les formes de collaboration requises n’effacent pas les rapports asymétriques de la relation, car elles s’inscrivent dans un processus d’évaluation constant.

L’ambiguïté des formes de participation

66L’ambivalence des relations à l’interne se retrouve à l’externe. La boutique met en effet régulièrement en place des manifestations calendaires festives ouvertes sur la cité. Ces fêtes s’organisent généralement autour d’activités culinaires (les crêpes de la Chandeleur, la soupe aux légumes de l’Escalade, une dégustation automnale de soupe à la courge ou le thé de Noël). Outre leur caractère chaleureux et convivial, ces fêtes permettent aussi de mobiliser le pouvoir politique puisque, parfois, des personnalités politiques assistent à ces manifestations. La présence de Pierre-François Unger, conseiller d’Etat à l’ancien Département des affaires sociales et de santé, et du chef adjoint du protocole, Dominique Louis, au thé de Noël, ou encore l’allocution de François Longchamp, conseiller d’Etat à l’actuel Département de la solidarité et de l’emploi, à l’occasion des 10 ans de la boutique montrent les liens existant entre l’association et l’Etat, un de ses principaux subventionneurs.

67La fête des 10 ans a mobilisé une grande énergie et demandé un long temps de préparation. Outre les discours officiels tenus sous une tente montée à cet effet, les formatrices ont organisé un défilé de mode avec les vêtements de la boutique, et plus particulièrement les robes de soirée. Membres du comité, étudiantes en stage et connaissances ont défilé, bras dessus, bras dessous. L’apéritif a été servi en partie par des stagiaires et la soirée s’est terminée autour d’un repas à l’intérieur de la boutique. Les présentoirs de vêtements avaient été, pour l’occasion, recouverts de plastiques sur lesquels avaient été affichés divers articles de presse présentant les Fringantes. Il est parfois difficile de mobiliser les stagiaires pour ces festivités, car les manifestations publiques signalent l’association SOS-Femmes et, de fait, renvoient paradoxalement les stagiaires à leur identité sociale de « femmes en détresse » ou de « femmes exerçant ou ayant exercé la prostitution ». Certaines préfèrent donc se retirer.

68Les sorties culturelles (Cirque Knie, Musée d’Art et d’Histoire, Musée d’ethnographie) et une participation active à la fête des voisins sont, de ce point de vue plus discrètes et ne rendent pas l’association visible. Les sorties se font en groupe, rencontrent généralement un grand succès et contribuent à renforcer les relations entre les stagiaires. Cependant, les formatrices rapportent qu’il est rare que les stagiaires se rencontrent en dehors de la boutique et encore plus rare qu’elles gardent des liens après leur passage à la boutique.

Réinsertion ou reconversion professionnelle

69Les formatrices considèrent le stage à la boutique comme une formation sous-tendue par un « accompagnement socioprofessionnel ». Pour les stagiaires, et ce sont des observations récurrentes, le passage par la boutique est assimilé à un « travail », même un « vrai travail ». Les phrases du type « je travaille à la boutique » ou « j’ai un travail, je suis vendeuse dans un magasin » tendent à conférer aux stagiaires une identité professionnelle qui les valorise et les replace dans la « normalité sociale ». Le stage peut s’apparenter à la « reprise de travail » pour des femmes au chômage ou au RMCAS et éloignées du monde du travail depuis plusieurs années. Pour les stagiaires ayant exercé des activités liées à la prostitution, les formatrices parleraient plutôt de « reconversion professionnelle » et pour les personnes bénéficiant d’une rente AI, elles évoqueraient une « réinsertion sociale ».

70Mme F, rencontrée à la boutique et à la consultation de SOS-Femmes, évoque et explique comment elle vit son stage : « Parfois, je craque, je sens que je suis à plat. Mais d’aller à la boutique, ça me relaxe. Je me retrouve un petit peu dans mon monde. J’ai travaillé dans des magasins avant. Et puis quand je fais quelque chose, je me détends quand je rentre chez moi. Je vois du monde. Vraiment, cela m’aide et me fait beaucoup de bien. J’aime bien, beaucoup. Le peu que j’y vais, ça me fait déjà un bien fou. » Elle évoque aussi le travail en tant que tel : « ça me fait beaucoup de bien de revoir du monde, de reprendre confiance en moi. Et puis, je fais un peu de tout. Maintenant, je commence à estimer le prix des articles, avant je ne le faisais pas. Ou bien parfois, on m’envoie à la banque. Ils sont vraiment tous très gentils. » De plus, la signature du « contrat » a été un moment symbolique d’importance pour elle : « On m’a expliqué que je peux demander de renouveler deux fois le contrat. Mais ce n’est pas un travail à durée indéterminé. J’ai un contrat signé pour six mois. C’est déjà ça. Cela faisait longtemps que je n’avais pas signé un contrat. C’est bien. Le stage me fait beaucoup de bien. » L’assistante sociale lui rappellera dans quel but le stage a été fixé pour elle : « Mais il faut que ce soit clair. Si demain vous trouvez un emploi, vous quittez la boutique. Le but du stage, pour vous, c’est de reprendre confiance en vous et de recommencer à sortir. »

71Mme B raconte qu’elle n’a que peu de relations sociales en dehors de sa mère, âgée, dont elle s’occupe. Elle cherche avant tout à sortir de son isolement, à avoir des activités sur l’extérieur et nouer des contacts. Elle a travaillé durant de nombreuses années dans la vente : « Moi qui ai toujours été dans le commerce ! » Elle se rend également hebdomadairement chez Katimavik, une structure pour personnes ayant des difficultés psychologiques et psychiatriques, offrant diverses activités de loisirs et ateliers d’expression durant la journée.

72Pour les formatrices, la réinsertion professionnelle relève du futur, la boutique n’est qu’une passerelle, qui doit d’abord favoriser la « réinsertion sociale ». Pour les stagiaires, en revanche, le stage est en lui-même apparenté au travail. Elles signent un contrat, travaillent, sortent de chez elles, « sont » vendeuses dans un magasin ! La déception est souvent liée à la durée déterminée du stage. Certaines souhaiteraient pouvoir rester indéfiniment. Comme nous l’avons déjà relevé pour Réalise, les perceptions et les attentes sont rationalisées très différemment, non seulement entre stagiaires et formatrices, mais aussi entre les stagiaires elles-mêmes. Par ailleurs, le travail réalisé à la boutique n’est pas un pseudo-travail. L’activité commerciale est réelle, tout autant que les enjeux financiers, puisque la boutique tourne grâce à son chiffre d’affaires. S’il existe un pacte fictionnel, ce n’est donc pas tant sur le travail réalisé qu’il se joue, mais bien plus autour de la nécessité d’une réinsertion, rarement questionnée mais dont la réalisation est constamment repoussée aux calendes grecques.

Les fins de stage : séparation versus défection

73Au moment de notre enquête, chaque stagiaire terminant son stage recevait un certificat de travail qu’elle pouvait faire valoir comme expérience professionnelle et mentionner dans son curriculum vitae. Ce certificat ne spécifiait pas qu’il s’agit d’un stage ; il indiquait les dates de début et de fin du contrat, ainsi que les appréciations usuelles. Actuellement, la pratique a un peu changé : « Le certificat de travail n’est plus donné systématiquement. Nous délivrons soit une attestation de stage, soit un certificat de travail si l’employabilité de la personne est jugée satisfaisante. » Nous ne connaissons toutefois pas l’impact de ce certificat de travail sur le marché de l’emploi. Il sert avant tout à combler les vides d’un curriculum vitae et à rendre compte d’une expérience professionnelle. Tout comme la clientèle de la boutique, certains employeurs connaissent le rattachement associatif des Fringantes et décodent alors qu’il s’agit d’un stage de réinsertion.

74Tant pour les stagiaires que pour les étudiantes, la fin du stage et le départ sont marqués par une petite fête. Une étudiante propose une pause avec dégustation de crêpes. Elle profite de cette occasion pour apprendre à une stagiaire comment faire la pâte à crêpes. Ces événements concourent également à un apprentissage du vivre-ensemble : de marquer le départ, de parler de l’absence et de la séparation, d’exprimer ce que l’on ressent dans ces moments.

75Mme E termine son stage dans quelques jours. Une boutique de vêtements à qui elle avait téléphoné pour une offre d’emploi, lui a fixé un entretien d’embauche. Inscrite dans un processus de recyclage professionnel, elle espère ardemment décrocher un emploi à temps partiel. Selon les formatrices, le stage lui a permis de « gagner de l’assurance », « d’identifier ce qu’elle souhaite faire et ce qu’elle aime », « d’améliorer l’expression orale et écrite du français ». Le stage a aussi été l’occasion pour elle de réaliser qu’elle pouvait s’affirmer devant son mari et ses enfants, prendre des décisions au sein de son ménage et s’engager très subrepticement dans un processus d’émancipation féminine.

76D’autres stagiaires mettent un terme à leur stage avant sa fin officielle. Elles abandonnent en cours de route ou s’absentent durant quelques semaines et peinent à reprendre le contact. Une stagiaire interrompt son stage pour aller travailler dans un restaurant de la périphérie genevoise. Elle y travaille sept jours sur sept, au noir, avec des horaires particulièrement fatigants, s’y épuise dans l’espoir de décrocher un contrat de travail, qui ne viendra pas. Après deux mois, elle cessera cette activité, mais ne reviendra pas à la boutique. Suivie par l’Hospice général, elle est obligée de s’inscrire à l’OCE, à faire des recherches d’emploi qui, pour elle, n’ont pas beaucoup de sens. Elle perd courage, comme elle le commentera à l’ethnologue : « Je pense retourner dans la rue. Il n’y a pas de travail pour moi. Je ne trouve pas ». L’AS qui la suit à l’Hospice général lui demande aussi, par ailleurs, d’être « autonome ». L’ex-stagiaire s’est insurgée contre ce propos, estimant que toute sa vie, elle avait été autonome, mais au prix d’une activité qu’elle souhaitait ardemment cesser ! « Si elle veut que je sois autonome, je n’ai qu’à retourner dans la rue ! »

77En somme, le stage ne constitue pas une fin en soi. Il est un élément parmi d’autres dans un processus de réinsertion, non linéaire et pouvant comporter des rechutes (le retour à la rue pour des prostituées, une reprise de consommation de stupéfiants ou d’alcool pour des personnes dépendantes, un retour au foyer conjugal pour des femmes violentées, etc.). C’est la raison pour laquelle les défections ne signifient pas, aux yeux des formatrices, la fin définitive du stage, mais plutôt une parenthèse, en attendant que la stagiaire soit à nouveau apte à reprendre son stage. La boutique, au-delà des exigences commerciales et des apprentissages liés au métier, cherche à se constituer comme un lieu sécurisant et aidant.

Un lieu de préformation non mixte

78Force est de constater que les études sur la réinsertion ont souvent fait l’impasse d’une réflexion sur le genre. Pourtant, Maruani (2007) montre que l’on ne peut Repenser la solidarité… sans faire l’économie du genre. Qu’il s’agisse du régime des retraites, de la pauvreté laborieuse ou encore du chômage, les femmes sont moins bien loties que les hommes.

79SOS-Femmes s’adresse, comme on l’a vu, exclusivement à un public féminin, une non-mixité qu’il convient de documenter plus longuement (Rodari et Anderfuhren 2007 [à paraître]). Aux Fringantes (comme à l’Atelier femmes de Réalise), les activités tournent autour du recyclage du textile et du vêtement, des tâches encore essentiellement féminines souvent confinées à la sphère domestique, mais transférables dans la sphère publique (vente en boutique). Même si ces activités peuvent conduire à des emplois ou des formations (notamment les nouveaux cursus de gestionnaires en économie familiale, d’aides-soignantes, d’aide-ménagères, d’auxiliaires de vie, d’auxiliaires familiales), elles continuent de maintenir les femmes dans des emplois faiblement qualifiés et peu rémunérés. Professionnalisées, les compétences domestiques offrent certes une requalification, mais suffit-elle, à long terme, pour sortir des emplois précaires ?

80Si les activités des Fringantes s’appuient encore sur cette sphère domestique discutée – voire discutable – et qu’elles repoussent souvent au lendemain une réinsertion sociale et professionnelle pleine et entière, elles ne s’y limitent pas. Au-delà du recadrage déjà décrit dans Réalise (ponctualité, apparence et hygiène), au-delà de l’actuelle tyrannie du projet (ici récurrente comme dans d’autres structures de réinsertion) et au-delà encore d’un reformatage professionnel (par exemple le travail sur l’hexis corporelle), le stage offre des formes de reconstruction identitaire et de renforcement de la personne. Par ailleurs, les formatrices savent mettre en valeur, dans leurs pratiques, l’importance de la convivialité, de la commensalité et du plaisir d’être ensemble. En témoignent les nombreuses fêtes (pauses améliorées à l’occasion des fins de stage, fêtes calendaires, sorties culturelles, manifestations associatives). Enfin, le stage permet peut-être aux femmes d’êtres plus centrées sur ellesmêmes, donc de contrecarrer leur inclination à l’altruisme.

81Les formatrices prennent particulièrement en compte le fait que les stagiaires tendent à peu se soucier d’elles-mêmes, mais des autres. Cet altruisme se retrouve d’ailleurs dans une analyse des états émotionnels vécus par les bénéficiaires de l’aide sociale à Genève (Csupor 2007). Les ressentis des femmes et des hommes ne sont en effet pas homogènes. Les femmes se distinguent par un sentiment de détresse essentiellement associé à leurs préoccupations d’autrui (conjoint, enfant, parent, voire famille élargie) alors que les hommes sont plus centrés sur eux-mêmes. Ces constatations renvoient probablement à un travail souvent invisible et largement naturalisé dans sa féminité, parfois analysé sous le terme de care. Dépassant le souci d’autrui, le care suppose aussi une responsabilité qui n’est pas qu’affective, mais aussi organisationnelle, financière et éducative que les femmes assument souvent sans discuter.

82Aux Fringantes, l’encadrement personnalisé peut conduire les stagiaires à un travail réflexif tendant à limiter l’obligation altruiste par des microchangements dans la vie quotidienne. Une stagiaire, par exemple, apprend à faire valoir ses droits et ses souhaits en faisant admettre à son mari qu’elle travaillera le samedi, un peu au détriment de sa famille, si elle décroche un poste pour lequel elle vient de passer un entretien d’embauche.

83Les femmes doivent donc négocier leurs identités sur trois plans : leur identité personnelle, familiale et sociale au regard des normes et des injonctions qui pèsent sur elles. La prise en considération de la dimension genrée permet de s’adapter aux difficultés particulières que rencontrent les femmes. Reste ouverte l’épineuse question d’une formation dans un secteur – la vente – aboutissant souvent à des emplois précaires et faiblement rémunérateurs.

Notes

55 Les auteures citent un passage du rapport d’activités, entre 1940 et 1945, du Foyer d’accueil, établi par Ruth Cauvin.

56 Si l’augmentation des divorces est lisible à Genève depuis 1880 déjà, c’est à partir de 1970 qu’on observe un décrochage très net. Cette évolution a un effet de précarisation important, surtout pour les femmes élevant seules leurs enfants..

57 En 2006, selon le rapport d’activités (SOS-Femme 2007), 120 nouvelles demandes et 110 anciennes situations ont été suivies à la consultation. Des recherches de fonds ont été menées pour un montant global de 150 942 francs.

© Éditions ies, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search