Version classiqueVersion mobile

De l’aide à la reconnaissance

 | 
Laurence Ossipow
, 
Alexandre Lambelet
, 
Isabelle Csupor

Partie II. Les lieux de réinsertion

Chapitre 8. Réalise : entreprise de réinsertion

Texte intégral

  • 49 On consultera aussi avec profit l’ouvrage Travailler pour s’insérer de Dunand et Du Pasquier (2006) (...)

1L’entreprise de réinsertion Réalise est une association privée, sans but lucratif, fondée en 1984, sur l’initiative d’un assistant social de l’Hospice général. Son objectif : « aider les personnes en difficulté à retrouver un sens à leur vie et des liens sociaux » (Lewerer, Dunand [directeur actuel], 2001 : 13)49. Plus précisément, « son action se concentre sur l’exclusion professionnelle et ses effets de marginalisation, sur le plan tant individuel que collectif. Réalise s’adresse à des personnes connaissant des difficultés résultant d’une exclusion prolongée du marché de l’emploi ou en voie de marginalisation vis-à-vis de celui-ci. Elle offre à ces personnes des perspectives de formation et des prestations de remise au travail rémunérées, à durée déterminée et avec accompagnement socioprofessionnel, dans le cadre de différentes structures qu’elle veut aussi proches que possible du modèle de l’entreprise traditionnelle. Elle entend utiliser le rapprochement ainsi créé de l’économique et du social comme moyen de prévenir les risques de marginalisation découlant de l’exclusion du monde professionnel, et pour favoriser des trajectoires de réinsertion au sein de celui-ci » (Lewerer, Dunand, 2001 : 13).

2Au moment de notre enquête, les activités se divisent en trois secteurs, à savoir :

  • Ateliers Service (Atelier conditionnement et Atelier informatique) ;

  • Rapid Service (les activités préaux d’école, transports, nettoyage et jardinage) ;

  • Communauté Service (environnement, Atelier femmes et cafétéria).

3Les deux premiers secteurs sont ouverts à des « stagiaires » d’horizons très divers (bénéficiaires de l’aide sociale ou du RMCAS, personnes en attente d’une rente AI, etc.) alors que le troisième est réservé aux chômeurs. En 2003 et en terme d’heures de travail, Ateliers Service représente, avec 25 hommes et 8 femmes, 20 500 heures travaillées ; Rapid Service, avec 43 hommes et 2 femmes, 13 800 heures ; et Communauté Service, avec 70 hommes et 74 femmes, 74 460 heures. Les produits financiers au bilan proviennent pour 1 391 000 francs de l’activité productive et pour 2 133 000 francs de subventions. Une lecture des statistiques fournies par cette structure montre encore que les moyennes d’âge entre les divers secteurs sont très différentes ; la proportion des plus de 44 ans à Communauté Service est de 56 %, alors qu’elle est de 37.5 % à Ateliers Service et 25 % à Rapid Service, ce qui signifie que les usagers les plus jeunes se concentrent dans ce dernier secteur.

4Notre analyse veut comprendre ce qu’une structure comme Réalise produit en termes d’intégration. Elle veut aussi mettre au jour les différents enjeux qui semblent compter pour les divers acteurs, le sens donné par chacun à son activité et à sa présence, à travers l’observation répétée des différentes activités qui y ont cours. Pour ce faire, nous avons privilégié l’observation et la participation : nous avons travaillé avec les stagiaires, effectué les mêmes activités qu’eux et suivi un certain nombre d’entretiens de premier accueil et d’évaluation, des séances de planning et des réunions d’équipe. En terme de jours de présence, cela représente : trois semaines de travail, réparties entre les secteurs Ateliers Service et Rapid Service, et quelques demi-journées à l’Atelier femmes et à la cafétéria de Communauté Service.

Locaux et ateliers

5L’association Réalise occupe des locaux dans une zone commerciale et industrielle de Genève. Proche du centre-ville et accessible en tram, elle est concrètement et symboliquement tournée vers l’industrie et la production plutôt que vers le social. Devant le bâtiment rectangulaire et gris, égayé de grands stores jaune et rouge, quelques places sur lesquelles se parquent, en journée et le soir venu, les différentes fourgonnettes de Réalise. Vertes ou blanches, couvertes du logo de l’entreprise « Réalise association : entreprendre pour la réinsertion », elles sont utilisées dans le cadre des activités de déménagement et de nettoyages divers.

  • 50 En fait, il conviendrait de l’appeler Atelier textiles. Etant dirigé et fréquenté exclusivement par (...)

6L’intérieur du bâtiment est divisé en trois niveaux. L’étage supérieur abrite la réception, les bureaux de direction, les salles de cours, les salles dévolues aux entretiens et la cafétéria. Au sous-sol se trouvent les vestiaires pour les stagiaires et un petit atelier où stocker, réparer et nettoyer les outils. Deux immenses halles permettent aussi de réceptionner et de stocker le matériel informatique qui sera recyclé puis vendu à la clientèle genevoise ou exporté dans les pays du Sud. Entre ces deux étages, c’est-à-dire au rez-de-chaussée, se répartissent les différents ateliers : l’Atelier femmes50 (tri de vêtements et petites réparations ou créations de textiles), l’Atelier conditionnement (mise sous pli de courriers, mise sous film plastique de magazines, envoi) et l’Atelier informatique (nettoyage, petites réparations d’ordinateurs et préparation pour l’exportation). Au rez-de-chaussée encore, l’Atelier nettoyages, qui s’occupe de l’entretien des locaux. Ces différents ateliers prennent place dans un vaste espace ouvert où rien n’est fixé de manière permanente. Même si les espaces sont clairement délimités par des structures de rangement et par l’articulation en « U » du lieu, le passage d’un atelier à un autre se fait sans difficulté, offrant une grande visibilité sur ce qui se déroule ailleurs. Les bureaux occupés par les responsables des différents ateliers sont étroitement reliés aux places de travail des stagiaires : un bureau pour l’Atelier femmes, un double bureau pour les ateliers conditionnement et envoi et informatique, et à chaque fois, les mêmes grandes cloisons vitrées.

7Les différents espaces et étages se ressemblent : les mêmes matériaux, les mêmes couleurs primaires (jaune, rouge et bleu) et la même importance donnée à la transparence renforcent l’impression d’homogénéité. Chronologiquement, ce lieu est le troisième utilisé par l’entreprise de réinsertion Réalise, mais il est le premier aussi vaste et le premier complètement aménagé par elle-même. Aussi bien la disposition des locaux que le choix des matériaux peuvent alors être compris – au-delà des contraintes architecturales bien réelles : on ne met pas des lieux de stockage au troisième étage quand l’accès pour les camions donne sur le sous-sol – comme un discours sur une pratique de réinsertion. La hiérarchisation des lieux semble minimale et la transparence maximale, quoique l’ambiguïté des parois vitrées peut être soulignée : si voir des collègues stagiaires travailler (ou suivre des cours) doit encourager, selon les responsables, les autres à faire de même et doit permettre de créer une dynamique d’apprentissage, cette transparence facilite aussi le contrôle. Plus fondamentalement, l’aménagement intérieur ayant été réalisé par des stagiaires, il s’agit d’abord d’y lire leur capacité de travail, la démonstration ou l’incarnation de leurs compétences. C’est la carte de visite de l’entreprise qui, comme on le sait, doit en permanence chercher à convaincre clients potentiels et subventionneurs réguliers.

  • L’Atelier conditionnement se compose d’un ensemble de tables, de machines et de lieux de stockage. Séparé d’abord de l’Atelier femmes par une grande structure où sont entreposées des réserves de matériel (films plastique, cartons, caisses, enveloppes, papier, etc.), le cœur de l’atelier est constitué par quatre grandes tables regroupées, autour desquelles se passent les principales activités. Un peu à l’écart de cet espace, dans son prolongement, se trouvent un ou deux postes de travail avec ordinateur, où le responsable peut tirer les étiquettes, faire de la mise en page. Lorsque le travail est volumineux, certains stagiaires (une majorité d’entre eux sont des femmes) occupent ces bureaux pour effectuer la mise sous pli.

  • L’Atelier informatique (voir cahier photos) s’organise géographiquement en six sous-espaces attribués selon les différentes tâches à effectuer et le type de matériel à entreposer : palettes d’écrans et ordinateurs à jeter, palettes pour stocker ceux qui doivent être testés, deux tables où les ordinateurs sont contrôlés et – si en état – lavés, un poste où les ordinateurs sont wippés (c’est-à-dire vidés de toutes les informations qu’ils contiennent), un double plan de travail central, au milieu de l’espace, sur lequel les ordinateurs sont ouverts, modifiés et si nécessaire révisés, et enfin un magasin, destiné au public. Ces sous-espaces signalent des activités très différentes. Si les palettes, de même que la table de nettoyage, ne montrent aucun élément électronique (les ordinateurs restent fermés), le wippage, lui, s’effectue dans un lieu mi-ouvert/mi-fermé, grillagé et verrouillé la nuit, dans lequel les stagiaires (tous hommes) ouvrent les ordinateurs pour les brancher sur d’autres programmés pour les vider. Les ordinateurs traités venant de grandes entreprises ou de services de l’Etat qui ne les ont pas systématiquement vidés de leurs contenus, leur wippage ou nettoyage nécessite certaines précautions liées à la protection des données. Ordinateurs au ventre béant, composants mis à nu, écrans, fils électriques, tournevis, occupent le sous-espace de réparation, véritable antre mettant en scène la technicité des activités. Au bout de l’atelier, le petit magasin où sont vendus des ordinateurs récupérés.

  • L’Atelier femmes (ou textiles) occupe une très grande pièce qui laisse place, sans séparation apparente, à l’exception de la buanderie – aux activités de tri, de nettoyage, de couture, de repassage et d’étiquetage des vêtements.

  • Rapid Service n’existe que par ses locaux de stockage des outils et des véhicules, les activités de nettoyage et de jardinage s’effectuant hors des murs de Réalise.

L’Atelier femmes : du tri des vêtements à leur revente

8Cet atelier reçoit des vêtements récoltés dans les dépôts ad hoc disséminés en ville ou envoyés par d’autres institutions. Après avoir été triés une première fois (selon leur catégorie de lavage), les habits semblant à première vue en bon état sont lavés, puis soumis à un deuxième tri : les plus abîmés sont jetés et envoyés ailleurs comme déchets textiles recyclables ; d’autres sont remisés provisoirement pour être par la suite dépiautés en vue de servir d’éléments de décoration ou d’entrer dans la confection de certains déguisements. Pour les évaluer sous leur meilleur jour, les vêtements en bon état sont souvent repassés. Ils subissent ensuite un troisième tri : les stagiaires – dûment contrôlées en fin de tâche par les encadrantes – choisissent ceux qu’elles estiment dignes de partir dans des boutiques de seconde main (dont une « Vintage ») et ceux qui, au contraire, seront vendus au kilo dans des magasins plutôt destinés aux personnes défavorisées économiquement. Les vêtements de cette catégorie doivent cependant être dénués de traces d’usure : « on ne doit pas se moquer des démunis », insiste une encadrante. Le même type de tri peut s’effectuer pour des habits d’enfants (occupant un secteur particulier de l’atelier) ou des chaussures. Avant ce troisième tri – qui ressemble à une sorte de jugement dernier, tant des pièces examinées que des stagiaires qui sont souvent curieuses ou inquiètes de savoir si elles ont effectué le « bon » choix – les vêtements sont disposés sur des étagères. Ils sont classés selon la saison (été ou hiver), en fonction du genre (hommes ou femmes), d’après leur forme (tops, t-shirts, chemises, pull, jupes, etc.) et selon un étiquetage encore provisoire, « boutique » pour les plus beaux et « EV » (les initiales du quartier dans lequel se trouve le vestiaire social) pour les moins beaux. Outre ces tâches de tri, de réparation et de repassage, les stagiaires apprennent à placer les habits sur les bons rayons (à l’intention de celles qui ne maîtrisent pas ou peu le français, la signalisation est doublée de symboles). Les stagiaires ont aussi la possibilité de suivre des cours de couture (utilisation de la machine à coudre, apprentissage de l’ourlet). Chaque demi-journée, les stagiaires se voient désigner un secteur d’activité (par exemple assignation au tri le matin et au repassage l’après-midi, ou l’inverse). Au bout du processus, l’entreprise se charge d’acheminer la première catégorie de vêtements en boutique et la seconde dans le lieu de vente au kilo.

  • 51 Une manifestation produite par les Activités culturelles de l’Université de Genève, en partenariat (...)

9Les stagiaires critiquent le caractère répétitif des tâches exécutées dans cet atelier et disent ne pas toujours voir à quoi riment ces activités de tri. Pourtant, les encadrantes emmènent les stagiaires dans les boutiques qui, en ville, revendent les vêtements dûment remis à neuf. L’ouverture sur la cité, certes limitée, se laisse aussi voir dans certains événements, par exemple ce défilé de mode organisé dans le cadre de la fête Virage Nord.51

Virage Nord ou la mise en scène de l’entreprise

20 h 30, 28 avril 2006. Après avoir acheté nos billets pour le spectacle organisé par Virage Nord, un collectif qui a également mis en scène les événements genevois ponctuant le passage à l’an 2000, nous prenons place dans la file qui s’allonge à l’entrée du stade de la Praille, comme pour un concert qui attirerait la foule. Dans cette queue : des parents avec leurs enfants et d’autres familles amies, des couples, quelques groupes de jeunes gens, un enseignant d’une école de travail social et l’ethnologue accompagnée de sa famille et d’enfants de son quartier. Les organisateurs, fébriles, passent de temps à autre à proximité et se voient interpeller par des connaissances venues découvrir le spectacle.
Après une longue attente, les portes ouvrent sur un grand hall se rétrécissant petit à petit pour nous faire pénétrer dans un long couloir, petite portion de stade tout emballée de plastique noir. Nous nous déplaçons à travers une forêt de bambous, nos pieds foulant du sable blanc. Derrière les tentures de plastique noir, on aperçoit le stade. A l’extrémité du couloir, se trouve un bar, dans lequel les serveurs, habillés de noir et blanc, proposent de la bière et des caïpirinhas. Sur les quelques canapés qui meublent aussi l’espace, quelques personnes, dont une stagiaire de l’Atelier femmes. Peut-être du fait que la fête en est à ses débuts et que le bar est encore bien vide, l’ambiance tient plutôt de la salle d’attente que du lounge bar. A proximité, une ouverture conduit sur une terrasse accueillant une installation réalisée à partir de carcasses de voitures. Plus tard dans la soirée, l’installation sera mise à feu. Sur les bas-côtés du long couloir qui servira de piste de danse et de défilé, des stagiaires de Réalise vendent des gâteaux de leur fabrication et des cocktails sans alcool à base de jus de fruit (dont l’un – le jus d’orange au gingembre – est un des produits emblématiques servi ordinairement à la cafétéria de l’entreprise). Les responsables du bar n’ont pas voulu vendre d’alcool, puisque les stagiaires souffrent parfois de son abus et qu’ils entendent aussi valoriser des boissons à base de fruits ou de légumes, symboles de santé.
A peine avons-nous terminé cette première visite du lieu que déboule une parade de danseurs qui envahit le couloir et nous repousse fermement sur les côtés afin de laisser place à différents corps de ballets. Même si des activités vont se dérouler par la suite dans différentes alcôves construites en marge de cet espace, on comprend très vite que le centre névralgique de la fête se situera dans ce couloir. D’ailleurs à 21 h 00, après que nous ayons goûté aux différents mets et boissons servis dans les bars alentours et que la foule se fut densifiée, arrive le moment du défilé de Réalise, organisé en partenariat avec la Croix-Rouge qui revend dans ses boutiques Vintage les habits triés et remis en état par l’Atelier femmes. Le stylisme du défilé a été conçu par deux encadrantes° de l’atelier, aidées par un coach et par un scénographe. Des jeunes gens engagés dans le cadre d’un SEMO (semestres de motivation, organisés en vue de la réinsertion de jeunes hommes et femmes âgés de 16 à 25 ans) font respecter avec beaucoup de sérieux et de fermeté la limite du tapis vert permettant aux mannequins de monter puis redescendre le long de la scène-couloir. Gladys, l’animatrice de Radio Lac, les seconde efficacement de sa voix tonitruante. Parmi les collègues d’Atelier femmes, qui ne défilent pas mais ont contribué à la bonne tenue des vêtements arborés, la tension est manifeste.
Soudain, la musique fait entrer des mannequins portant, qui une robe à pois, qui une tenue de soie moirée, qui un maillot de bain deux pièces bleu, qui de belles chaussures en cuir rouge et aux talons infiniment pointus. Ces femmes défilent seules, en mouvement, mais presque hiératiques. D’autres ne déambulent pas ; elles sont déplacées dans les chariots qui permettent habituellement de stocker les habits prêts à la revente. Comme si elles étaient des automates, des monteurs les véhiculent, vêtus d’un tablier de cuir qui s’apparente à celui du boucher et du maréchal-ferrant ou habillés d’une blouse blanche qui évoque le secret des laboratoires. D’autres mannequins – des hommes cette fois – défilent à leur tour. L’un d’eux, tout en longueur et en finesse dans son costume de plage qui semble sorti d’une malle des années 1930, rappelle Mort à Venise. Des couples occupent ensuite la scène : ce sont des mariés, en blanc, ou des amis de la noce, en noir. Le directeur adjoint donne le bras à une des femmes, le chef cuisinier chemine avec l’autre. Le cuisinier joue aussi au plongeur tandis que le plongeur stagiaire endosse le rôle du chef cuisinier en portant toque et tablier blanc. L’inversion des rôles, visible pour ceux qui reconnaissent les personnages, le professionnalisme des mannequins et des mannequines en particulier, la beauté des vêtements, la rigueur de la démarche, le rythme du défilé, les cameramen filmant le défilé, effacent toute impression de misérabilisme : c’est un beau défilé avec de faux mannequins plus vrais que nature, se jouant avec aisance, élégance et humour des obstacles rencontrés tout au long de la scène étroite et des spectateurs indisciplinés. Chronophage et coûteux, le défilé et la fête dans son entier servent de vitrine à une entreprise sociale et à une fondation, comme ils permettent aux stagiaires d’être reconnus – ne serait-ce que très ponctuellement – dans une activité artistique. En ce sens, il s’agit bien d’un événement mettant en scène des compétences au sein d’un public de collègues, de proches, mais aussi de spectateurs venant d’autres univers, des étudiants de l’université, des apprentis et des collégiens accourus là pour danser, plus tard, jusqu’au bout de la nuit ou presque. Les mannequins n’exposent pas leurs lacunes ; ce ne sont pas des pauvres valorisés dans un esprit charitable ni des exclus chargés de faire la part belle au recyclage.

« Volantes » et « galères » : les tournées de Rapid Service

10A Réalise, Rapid Service s’occupe, entre autres choses, du nettoyage quotidien d’un certain nombre de préaux d’école de la ville de Genève (voir cahier photos). Le rendez-vous est fixé à 7 h 30 au centre-ville où se trouve le dépôt du matériel. L’encadrante° y distribue les tâches selon le programme décidé lors de la séance de planification, durant laquelle les stagiaires – tous hommes – ont largement leur mot à dire. En fonction des absents et des malades, elle doit toutefois revoir la répartition des tâches et s’efforcer de ne prétériter personne. Les tournées se divisent entre « volantes » et « galères », à savoir « en camionnette » ou « à pied ». Si tout le monde est là, il y a deux tournées de chaque, sans quoi une « volante » est annulée. Le terme de « galère » (qui donne son nom aux tournées « à pied ») provient du nom des brouettes oranges utilisées dans ce travail. Ce sont d’ailleurs les mêmes que celles des employés de la voirie et on les reconnaît à leur logo « Ville de Genève ».

11La tournée des préaux d’école et places de jeu s’effectue selon une liste préétablie. A chaque arrêt, il faut se munir de pinces métalliques et de seaux (pour collecter les déchets), d’une grosse poubelle (pour vider les différentes poubelles situées dans les cours d’école) et d’un balai quand la place est très sale. Les tâches ainsi réparties (entre quatre et cinq personnes pour les « volantes », deux ou trois personnes pour les « galères »), chacun avance de son côté, aidant les autres lorsqu’il a fini. Comme le passage dans la majorité des lieux est quotidien, la quantité de déchets est limitée (même si le lundi, après un week-end ensoleillé, elle peut être importante). Le passage par lieu prend généralement entre dix et quinze minutes. Le planning, sous forme de tableau à double entrée, est tenu par un membre de l’équipe, qui doit non seulement vérifier que le nettoyage des préaux a bien été effectué dans toutes les écoles inscrites sur la liste, mais surtout inscrire les heures d’arrivée et de départ dans chaque lieu. Une pause se prend sur le chemin et, une fois les tournées terminées, tous se retrouvent au lieu du départ, pour ranger les « galères » dans leur local. Cette activité se répète de la même manière quotidiennement, mais Rapid Service organise aussi des déménagements et, suivant les besoins de cette dernière activité, certains stagiaires se verront pour un jour dispensés des préaux. De même, quelques autres petits mandats (nettoyage de déchetteries, de bureaux, entretien d’un quartier de villas, etc.) viennent s’intercaler. Le jeudi après-midi est réservé à la séance de planning décrite plus haut.

12Comme on a pu le lire aussi, les « stagiaires » sont suivis ou encadrés par un « encadrant », terme unique pour désigner différents degrés de responsabilité. La distinction entre encadrant°, encadrant°° et encadrant°°° nous permet de lire ces niveaux hiérarchiques. Les encadrants° sont les responsables directs des stagiaires et des responsables de production, alors que les encadrants°° sont responsables du suivi social pour un secteur. L’encadrant°°° est, quant à lui, responsable du suivi social pour tout Réalise. Le terme d’« encadrant » est intéressant pour ce qu’il tente de révéler ou de cacher ; il renvoie au rôle du contremaître et du surveillant, mais réfère aussi, plus largement, au rôle social d’une telle entreprise : imposer un cadre pour « resocialiser ».

Filtrage, évaluation et rationalisations

Les entretiens de candidature

13Les entretiens de candidature s’effectuent à l’étage, dans des locaux totalement vitrés, autour d’une table. Ce n’est pas le bureau de l’encadrant°° qui sert de lieu d’accueil, mais un espace complètement neutre et vide à l’exception d’une table et de quelques chaises. Le postulant entre ainsi moins dans le bureau de l’encadrant°° (comme c’est le cas des bénéficiaires de l’Hospice général lorsqu’ils se rendent dans le bureau de leur AS) que dans un lieu neutre qui donne par transparence sur la salle de cours voisine et sur le couloir qui mène à la cafétéria. Le postulant peut donc croiser le regard de ses éventuels futurs camarades de stage attablés pour un enseignement ; il peut aussi observer d’autres stagiaires ou clients entrant ou sortant de la cafétéria. En fait, Il peut d’emblée se faire une idée de l’atmosphère qui règne dans l’entreprise.

14Nous avons pu suivre quatre entretiens, tous conduits par un même encadrant°°, responsable des premiers accueils et du suivi social des stagiaires pour les différents ateliers. Tous ces entretiens ont commencé de manière analogue : l’encadrant°° se présente et remet sa carte de visite (carte qui sert d’aide-mémoire, mais aussi probablement de symbole d’une entreprise moderne). Il pose ensuite une question ouverte à l’aspirant stagiaire : « On va faire connaissance tranquillement ; voici ma carte ; qu’est-ce qui vous amène ? » Une stagiaire dit vouloir une formation en français, un autre un emploi, un troisième un revenu. Plus généralement, ils semblent aussi aspirer à une autre identité : un monsieur remercie ainsi d’avoir eu cet entretien, dit que ce petit moment-là lui fait déjà du bien, alors qu’un autre veut travailler parce qu’« un homme à la maison, cela ne va pas ».

15L’encadrant°° questionne ensuite l’aspirant stagiaire sur son statut en le résumant à la catégorie ou à l’institution qui lui verse un revenu : « Chômage ? Prestations complémentaires ? Hospice général ? AI ? » Il l’interroge par ailleurs sur la durée de ce statut : « depuis quand et pour combien de temps ? » Ces questions reviennent d’ailleurs dans toutes les autres structures d’insertion observées. Elles sont fondamentales puisque tout stage doit être financé. Comme un aspirant stagiaire se trouve pour 50 % au chômage et pour 50 % en prestations complémentaires, qu’il est par ailleurs « en demande AI » et en procès avec son assurance accident, et de surcroît envoyé non par son conseiller au chômage mais par un AS d’Intégration pour tous (IPT), l’encadrant°° va passer la majorité de l’entretien à tenter de démêler et comprendre la situation administrative. Surtout, comme il le dira, aucune décision ne pourra être prise avant d’avoir quelques réponses aux procès et demandes en suspens. Un rendez-vous ne pourra donc être fixé que quand les questions liées à ce statut seront réglées. Avec d’autres usagers, l’encadrant°° peut aussi, selon la demande (des cours de français, par exemple), encourager à passer plutôt par l’AS de l’Hospice général ou, au contraire, par le conseiller en emploi. Ce fut le cas pour un postulant cumulant deux statuts (celui de bénéficiaire de l’aide sociale et de chômeur) ; ici mieux valait passer par le conseiller en emploi, qui est autorisé à octroyer des stages de durée moins longue mais accompagnés d’heures de cours plus nombreuses.

16Après les éclaircissements administratifs, sont notées les coordonnées complètes : nom, prénom, adresse, téléphone, nationalité, date de naissance, état civil ; nom du médecin, état de santé, formation, parcours et projet professionnels. La situation financière n’est pas oubliée : « Vous avez des dettes ? », interroge l’encadrant°° qui, sentant bien que la conversation s’assimile à un interrogatoire, s’excuse : « Comprenez bien, je ne vous fiche pas, mais c’est aussi pour comprendre vos ressources ». Parfois, l’encadrant°° en profite aussi pour glisser un compliment ou un encouragement : alors qu’une aspirante stagiaire d’origine étrangère dit vouloir suivre des cours de français, l’encadrant°° la complimentera pour sa compréhension du terme « état civil ».

17L’encadrant°° présente ensuite les activités proposées au sein de Réalise, il décrit les différents programmes liés aux différents statuts. Au-delà de l’exposition factuelle des activités, on assiste surtout à la présentation des objectifs de la structure. L’encadrant°° explique ainsi à quelqu’un qui désire un emploi parce que ne rien faire lui semble inacceptable et honteux : « Nous n’offrons pas du travail comme cela, mais des stages de réinsertion pour réapprendre à travailler ; cela ne semble pas être votre demande ». A une autre, qui désire apprendre le français mais qui n’a jamais suivi l’école, il précise que « Réalise n’est pas une structure de formation mais de réinsertion, assimilable à une entreprise de production ». Créant un paradoxe, il insiste sur les objectifs d’autofinancement ; Réalise est une « entreprise », pour moitié autofinancée par sa production, et un « espace de resocialisation » : « Réalise n’est pas un lieu de formation professionnelle, mais on y réapprend des aptitudes professionnelles, comme se lever, s’habituer à un rythme de travail, etc. ; Réalise aide à ‘reprendre l’étrier’, à adopter un rythme, des habitudes, c’est un lieu pour faire un projet ; sur dix-huit mois, il y a le temps d’exercer la ponctualité ou la résistance. En connaissant les limites, il est plus facile d’offrir une meilleure réadaptation. » Ou encore : « L’activité est surtout utile comme prétexte ; pour vérifier la capacité à travailler en groupe, la capacité d’intégration ; ce n’est pas vraiment ‘cette activité me plaît ou ne me plaît pas’. »

18L’encadrant°° conclut sa présentation en précisant que les stagiaires sont soumis à des entretiens réguliers et qu’ils ont accès à des modules de formation extérieurs à l’entreprise grâce à un partenariat avec un centre de formation pour adultes, l’Ecole-club Migros. Il rappelle aussi que Réalise verse une indemnité de 7.50 francs de l’heure à chacun des stagiaires. Elle est déduite des indemnités de chômage et des prestations de l’Hospice général ; elle ne motive donc véritablement que les rares stagiaires pour qui elle représente un complément de revenu, comme ce monsieur qui n’a plus droit aux indemnités de chômage et ne touche pas de prestations d’aide sociale, le salaire de sa femme se situant juste au-dessus du barème légal de l’assistance publique pour un couple.

19Au-delà des aspects informatifs, d’explication et de sélection, ces entretiens peuvent aussi offrir soutien moral. C’est ce que nous observons lorsqu’un aspirant stagiaire explique toute sa difficulté à repartir de zéro, à faire le deuil de son travail et que l’encadrant°° lui suggère de considérer le stage soit comme un « tremplin », soit comme « un temps pour réfléchir, pour investir la suite ». Il n’en reste pas moins que cet entretien sert à vérifier l’adéquation entre les demandes de l’aspirant stagiaire et les offres de Réalise. Comme le dit l’encadrant°°, « mieux on cible avant, plus c’est agréable sur le terrain ». Certains aspirants ont déjà effectué des stages dans d’autres structures, comme IPT, un lieu de réinsertion qualifié par certains stagiaires comme plus exigeant que Réalise, l’un d’entre eux rapportant que « c’était trop difficile, cela allait trop vite ». L’encadrant peut ainsi encourager un aspirant stagiaire à se rendre dans une structure d’évaluation, un autre dans un dispositif de suivi des addictions, un autre encore dans un espace davantage lié aux handicaps.

20Le « filtrage » se renforce lors des seconds entretiens (auxquels nous n’avons malheureusement pas assisté). « Lors du deuxième entretien – dit l’encadrant°° – je vais plus en avant pour voir s’il y a d’autres problématiques, comme par exemple l’alcool. Mais mon but n’est pas non plus de décortiquer. De la même manière, si quelqu’un souffre d’une trop grosse problématique psy ou est trop médicamenté, on dit alors à l’usager que c’est trop tôt. Avec le handicap de l’alcool aussi, on n’entre pas en matière ; en effet, si le problème n’est pas réglé avant et si nous acceptons le stagiaire en l’état, celui-ci ressortira sans avoir ‘avancé’ par son stage. Les stagiaires viennent ici avec une demande de réinsertion et de réadaptation ; si, dans tous leurs précédents stages ou emplois, ils ont été licenciés à cause de leur problème d’alcoolisme, ce ne serait pas cohérent de les accepter sans que ce problème soit réglé. »

  • 52 Une réflexion a néanmoins été menée pour créer des espaces spécifiques réservés aux plus jeunes et (...)

21Le filtrage s’opère donc par rapport aux troubles et pathologies des aspirants stagiaires, on le voit avec l’alcoolisme qui est rédhibitoire. Même s’il est d’un tout autre type, l’âge constitue aussi un handicap ; Réalise renonce en effet à offrir une place de stage à des personnes dont elle sait qu’elles seront refusées sur le marché de l’emploi quels que soient leurs compétences ou leurs nouveaux apprentissages52. Bien que les encadrants expliquent parfois, comme on vient de le voir, leur refus d’entrée en matière par l’inadéquation de l’aspirant au marché de l’emploi, l’analyse du « cas » porte plus souvent sur les « problématiques » et réfèrent donc plus fréquemment à l’adaptabilité supposée de l’aspirant qu’à ses compétences professionnelles formelles. Autrement dit, les difficultés sont moins évaluées en fonction de l’état du marché du travail et de la sélection que ce dernier effectue objectivement qu’à partir des problèmes de désinsertion spécifiques au demandeur. Cette façon de faire confirme une tendance générale dans le champ de l’action sociale à la psychologisation des problèmes plutôt qu’à leur explication en termes économiques et politiques.

22Il est enfin intéressant de noter que de ces entretiens émerge un décalage entre une volonté de la structure, qui promeut un stage tourné vers l’avenir et qui doit permettre la mise en place d’un « projet », et des aspirants stagiaires qui, dans leur propos, semblent vouloir répondre à des préoccupations immédiates. Les aspirants stagiaires paraissent se situer dans le présent tandis que les encadrants les projettent dans le futur. On le repère, par exemple, dans la volonté d’apprendre le français chez l’une, d’avoir un travail chez l’autre ou encore, chez un troisième, de gagner un petit revenu. « Certains resteraient bien aussi ad aeternam dans la structure, alors que notre tâche consiste in fine à les pousser à partir », ajoute un encadrant°°°. Entre stagiaires, mais aussi entre stagiaires et encadrants, les temporalités, les finalités et les rationalisations attachées au stage diffèrent.

Les entretiens d’évaluation

23Trois entretiens seulement ont pu être suivis et concernent malheureusement exclusivement des stagiaires arrivés depuis moins d’un mois. Tous ont été conduits selon des configurations différentes : un par le responsable du suivi social des stagiaires des différents ateliers et des premiers accueils, un autre par ce même encadrant°° mais cette fois accompagné par l’encadrant° direct du stagiaire travaillant dans les ateliers, et le dernier par un autre encadrant°°, responsable de Rapid Service. Ces entretiens d’évaluations se déroulent dans le même local que les entretiens de candidature ; l’ambiance est néanmoins quelque peu différente puisqu’ils se fondent sur un minimum d’interconnaissance qui conduit à utiliser le tutoiement au lieu du vouvoiement réservé aux entretiens de postulation.

24Dans un de ces entretiens, le stagiaire est prié d’enlever sa casquette « parce que, où qu’il aille, il devra le faire », puis il est questionné sur son intégration dans l’équipe, sur sa relation avec les encadrants : « Cet entretien, c’est pour voir ce qui va bien, ce qui ne va pas, ce que vous avez appris, comment vous vous sentez ; ce n’est pas un examen. Alors, comment s’est passé le début de ce stage ? » Les questions se rapportent ensuite aux observations effectuées par l’encadrant°°°. Elles interrogent le rythme de travail du stagiaire et son attitude nonchalante. Le stagiaire répond à la satisfaction apparente de l’encadrant°°° qui, avant de conclure, annonce qu’il transmettra le contenu de l’interaction au reste de l’équipe concernée.

25Durant un autre entretien, c’est le recadrage qui prédomine : « Nous n’allons pas faire plus long que nécessaire, mais nous avons le sentiment qu’il y a confusion sur l’objectif du stage », s’insurge l’encadrant°°, qui reprend alors les objectifs posés avant le stage, à savoir « avoir un cadre », « reprendre un rythme », « voir si l’informatique pourrait être un projet professionnel », « se repositionner au niveau relationnel », et « refaire du français écrit ». Malgré sa volonté de recadrage, l’encadrant°° n’arrive guère à endiguer les récits que le stagiaire fait de sa vie (de ses réussites, de sa femme, de ses « business »). En conclusion, l’encadrant°° enjoint le stagiaire de l’écouter : « il faut comprendre les règles, les pratiques. L’entreprise n’est pas un lieu où on fait ce qu’on veut, elle a des raisons qu’il te faut essayer de comprendre, à savoir la production », et il pose comme nouvel objectif que les règles, fonctionnement et pratiques de l’atelier soient désormais compris et appliqués.

26Ces entretiens sont simultanément le rappel d’une norme, de règles, et l’occasion d’un échange. Ils doivent permettre aux stagiaires de se livrer et de répondre aux remarques des encadrants. Toutefois, les évaluations peuvent aussi être sanctions, comme le rapporte un encadrant°°° qui dit avoir ainsi plusieurs fois « viré » des stagiaires à cause de leur attitude : « On n’est pas là pour couler les gens, mais il ne faut pas exagérer ! »

27Si les « premiers entretiens » laissent place à la formation et aux différentes expériences professionnelles des aspirants stagiaires, les entretiens d’évaluation semblent, eux, se concentrer essentiellement sur les compétences à l’œuvre dans le cadre de l’« entreprise », et plus encore sur les rapports sociaux entre les stagiaires. En d’autres termes, l’évaluation porte plus sur les compétences relationnelles (ou le savoir-être) que sur des compétences spécifiques (des savoir-faire), sauf celles qui sont stricto sensu liées à la tâche à exécuter.

Un entretien de bilan

28Un seul entretien de bilan de stage a pu être suivi, avec une personne de l’Atelier femmes, placée par le chômage ; son analyse pose donc des hypothèses plus qu’elle ne permet une quelconque généralisation.

29Se livrant à un bilan de son stage, la stagiaire note qu’ayant occupé, avant de venir ici, un poste d’ouvrière spécialisée avec un certain nombre de responsabilités, elle imaginait s’ennuyer à l’Atelier femmes. « En arrivant à l’Atelier, je me suis demandée : ‘mais qu’est-ce que je vais apprendre ici !?’ », se rappelle-t-elle tout en insistant sur le fait qu’elle a apprécié l’atmosphère du stage, les cours et l’apprentissage du repassage. D’après notre observation, cette stagiaire semblait avoir beaucoup de facilité dans son travail et dans l’établissement de différents contacts avec ses collègues. Nous nous demandions alors pour quelle raison elle devait effectuer ce stage. Plus tard, certaines bribes de son récit de vie nous conduisirent à penser que sa trajectoire n’avait pas été toujours facile. Sur le plan personnel, un divorce l’a fait basculer d’une vie relativement aisée à la précarité, tandis que plusieurs périodes de chômage et deux emplois temporaires cantonaux (ETC) l’ont fragilisée professionnellement. Les objectifs du stage, décidés de concert entre elle, son conseiller en emploi et l’encadrant°°, insistaient sur trois points : acquérir les « compétences clefs », suivre une formation en couture et un certain nombre de cours (français, calcul et méthode en recherche d’emploi). Les « compétences clefs » – celles que certains AS ou encadrants nomment des objectifs de « socialisation » – étaient les suivantes : « ponctualité, régularité, respect du planning décidé par les encadrantes° de l’atelier, réflexe d’avertir si l’on est malade ou que l’on doit s’absenter, capacité à collaborer avec les autres stagiaires ».

30Dans cet entretien de clôture, tous les objectifs semblent atteints et l’encadrant°° remet à la stagiaire des attestations de cours. Il commente également l’évaluation faite par les encadrantes° de l’atelier : « La stagiaire s’est intégrée rapidement, est entreprenante, sait chercher des informations, suggère des améliorations, peut transmettre à d’autres des connaissances et des savoir-faire et prend des responsabilités ».

31Au moment de l’auto-évaluation, qui sera résumée et dactylographiée par l’encadrant°°, la stagiaire se concentre sur son plaisir à avoir passé six mois à l’Atelier femmes : « Six mois, c’est trop court, c’est difficile de partir, c’est difficile à quitter. Ici, c’est comme une famille. » La stagiaire relève aussi que « c’était intéressant de prendre des cours avec des amis, il n’y a pas que les habits ici » et lorsque l’encadrant°° relit le résumé de l’auto-évaluation, elle conclut : « Oui, voilà, je me suis intégrée ! » Ces six mois de stage et de cours n’ont pas permis à la stagiaire (qui avait été licenciée de son travail précédent en raison d’une opération) d’ouvrir un nouveau « délai cadre » pour toucher les indemnités de chômage. Elle espère pouvoir bénéficier d’une aide financière par le CASS de son quartier si elle ne décroche pas immédiatement un emploi. Elle a toutefois bon espoir de retrouver du travail chez ses anciens employeurs auprès desquels elle comptait se rendre dans l’après-midi même.

32Nous noterons ici, pour y revenir plus loin, l’écart qui semble exister entre le discours de la stagiaire et celui de l’encadrant°° ; en effet, si ce dernier, largement en phase avec le discours institutionnel, semble ne s’arrêter qu’aux seuls aspects dits « professionnels », ce sont surtout les liens développés dans le cadre du stage qui intéressent au premier chef la stagiaire. Ce décalage vient en quelque sorte corroborer d’autres de nos observations : tous statuts confondus, les responsables de Réalise insistent sur les objectifs de « resocialisation » à l’œuvre durant le stage, oubliant presque les compétences spécifiques qu’ils comptent faire apprendre à leurs stagiaires et dont ils décrivent l’étendue à d’autres moments. Les stagiaires font de même pour ce qui est des compétences spécifiques, mais soulignent d’autres aspects du processus : c’est moins la resocialisation définie par les encadrants (le recadrage et le respect des normes propres à l’entreprise) qui fait sens pour eux que la sociabilité professionnelle, développée dans les relations de stage assimilées à des relations de travail. C’est pourquoi, durant cet entretien de bilan, la stagiaire insiste sur le fait qu’elle se sentait « intégrée » dans l’entreprise et reconnue par ses pairs comme par sa hiérarchie.

Le sens de l’activité

Un système de contraintes

33Les activités proposées dans le cadre de Réalise sont liées à un fort univers de contraintes extérieures qui oblige les entreprises de réinsertion à ne pas faire concurrence aux entreprises privées non subventionnées. Mais elles sont aussi liées, comme le disent les responsables de l’entreprise, à des choix internes, c’est-à-dire qu’« elles ne requièrent aucune compétence préalable » afin de pouvoir être mises en œuvre par n’importe quel stagiaire, quels que soient son parcours et sa formation antérieurs. En outre, « selon un principe de réalité, l’expérience à Réalise ne doit pas être la plus riche et la plus intéressante que les stagiaires puissent avoir de leur vie professionnelle », sachant que les emplois qu’ils pourraient trouver par la suite seraient alors moins qualifiants. Ainsi la direction de Réalise entend-elle favoriser le lien entre l’espace de réinsertion et le marché du travail, notamment au niveau des emplois peu qualifiés.

34Un stage à Réalise se conçoit donc avant tout comme le (ré-)apprentissage du monde du travail et du salariat : travailler cinq jours par semaine, pendant dix-huit mois, dans un univers marqué par les impératifs de la production mais tempéré par des contraintes et des objectifs sociaux. Ce processus de (ré)apprentissage présente des analogies avec les tensions mises en évidence par Loïc Wacquant (2004 : 205) à propos du monde carcéral, dans lequel « il ne saurait être question que les prisonniers jouissent de services auquel l’honnête citoyen de base n’a pas accès dans le ‘monde libre’ ». Les responsables de Réalise (du moins les encadrants°°°) n’acceptent pas sans une certaine gêne ce « principe de réalité » ; ils savent bien qu’il est difficile de promouvoir des activités dont l’exercice ne susciterait aucune adhésion de la part des stagiaires… En fait, leur conception du travail proposé aux stagiaires s’apparente à un compromis construit sur diverses contraintes : apprentissage de compétences minimales, cours de base, bienveillance à l’égard de personnes en réinsertion, exigence de production, clause de nonconcurrence, adaptation au marché du travail.

Tours de main et arrangements

35Tout stage commence par l’acquisition d’un certain nombre de « manières de faire ». A l’Atelier conditionnement, par exemple, à peine un des deux ethnologues s’est-il assis pour son premier jour qu’une de ses voisines le prend « sous son aile » et lui explique la manière de plier les feuilles, non pas une à la fois, mais entre cinq et six ensemble. Elle continue en montrant comment les séparer et en casser l’épaisseur. A Rapid Service, on apprend quelques tours de main pour manier la brouette et le balai sans se casser le dos autant que le vocabulaire, les rôles, les trucs et les ficelles liés aux « galères » et aux « volantes ».

36De même, il apparaît très vite qu’il y a les « bonnes » et les « mauvaises » tâches. Le nettoyage à la brosse à dents des claviers d’ordinateur, par exemple, est détesté surtout par les femmes, pour qui « voilà le pire travail à faire ». A l’Atelier femmes, d’ailleurs, c’est contre la saleté des pièces qu’il faut manipuler lors du premier tri que les femmes s’indignent, alors que le travail de buanderie et de repassage paraît apprécié.

37Des formes d’arrangements ou de spécialisations sont aussi possibles. A l’Atelier informatique, dans lequel les difficultés peuvent être nombreuses et où l’encadrant n’est pas toujours présent, un stagiaire qui a travaillé dans le domaine est dispensé du nettoyage des écrans (il dit l’avoir négocié à son arrivée) et est responsable du magasin. A l’Atelier femmes, une stagiaire s’est transformée en costumière et fabrique des déguisements fort recherchés et bien vendus, tandis qu’une autre s’occupe majoritairement des retouches à apporter aux vêtements qui en valent la peine. A l’inverse, une femme se retrouve systématiquement (mais à sa demande) soit au repassage, soit au poste – isolé – de la découpe des chiffons (elle réduit de grandes pièces de coton en bouts de tissus calibrés à l’aide d’un chablon de carton). Différents statuts peuvent donc être négociés selon les connaissances des stagiaires à leur arrivée à Réalise. La répartition des rôles est d’ailleurs souvent problématique pour les encadrants° eux-mêmes qui, heureux de pouvoir compter sur quelqu’un qui montre une certaine habileté ou qui est du métier, doivent aussi gérer parfois des tensions entre les stagiaires, la dispense de certaines tâches pouvant fâcher ceux qui y restent assignés.

38Néanmoins, ces arrangements – au moment de nos observations – ne sont pas très nombreux et le travail à Réalise confronte beaucoup de stagiaires à une activité non choisie (ou choisie dans un éventail restreint), routinière et souvent considérée par eux-mêmes comme sous-adaptée à leurs compétences. Trois nouveaux stagiaires, dans trois ateliers différents, avec lesquels l’ethnologue converse, feront exactement la même remarque : « On ne veut pas passer dix-huit mois à ne faire que cela ». Ils disent en savoir davantage et vouloir en faire davantage, par exemple travailler à la mise en réseau dans le cadre de l’Atelier informatique ou rechercher les adresses incomplètes pour corriger les erreurs des fichiers utilisés dans l’Atelier conditionnement pour l’adressage des documents mis sous pli. D’autres, en revanche, trouvent le travail trop dur physiquement et psychiquement. Nous verrons, par exemple, un stagiaire qui commence à Rapid Service dire, à midi, « être crevé » et ne plus sentir ni ses jambes ni ses épaules à force de balayer, et des jeunes femmes verser quelques larmes discrètement, durant les activités de mise sous pli ; l’une d’elle se plaindra que « le problème de ces activités, c’est qu’elles laissent trop de temps pour penser ».

39Puisque l’un des objectifs de Réalise est une réinsertion par « resocialisation », le travail est surtout prétexte à l’imposition de règles, notamment de politesse et de ponctualité. Un stagiaire qui arrive en retard dans son atelier en disant « bonjour chef » s’entend répondre que « ce n’est pas ‘chef’, c’est ‘huit heures’ » ! Quand un nouvel arrivé s’allume une cigarette en travaillant, l’encadrante° le rappelle à l’ordre et lui explique à nouveau que « l’interdiction de fumer dans les préaux d’école correspond à une volonté de l’entreprise qui tient à donner une bonne image d’elle-même parce que les préaux d’école sont un enjeu politique important, que c’est un des plus gros mandats de l’entreprise », ajoutant d’ailleurs que cette règle est aussi respectée dans les autres ateliers de Réalise. De même, l’encadrant° demandera à un stagiaire s’il a bien ramassé tous les déchets – alors que visiblement il en reste – et, prenant la posture d’un client, lui demandera : « Et si tu étais parent d’élève et que tu voyais cela ? »

40Ces rappels à l’ordre se doublent parfois d’incitations à la rapidité (« on se dépêche »), notamment à Rapid Service où la tournée doit se terminer dans un temps déterminé, ou d’injonctions à la qualité, en particulier à l’Atelier femmes, lorsque les encadrantes° jugent que les vêtements sont mal repassés. A l’Atelier informatique, un stagiaire se voit sermonné parce qu’il a accepté de faire une réparation sur un ordinateur Apple alors que Réalise n’accepte que les PC. L’encadrant explique alors que la réparation prendra beaucoup de temps pour ne rien rapporter : « Tu peux faire la réparation, mais annonce à la cliente que cela lui fera 400 francs de main-d’œuvre, soit cinq heures à 70 francs ; tu verras si elle est d’accord ! Si on peut avoir un peu de souplesse dans le décompte des heures, il faut quand même y être attentif et y donner un prix ! »

Transfert des compétences et sens du travail

41Comme elle doit faire l’inventaire des compétences acquises dans le cadre d’une activité pour une étude européenne, une encadrante° se dit surprise par tout ce qui est mobilisé dans l’activité de nettoyage qu’elle fait réaliser : ponctualité, régularité, travail d’équipe, maîtrise d’un tableau à double entrée pour le décompte des heures d’arrivée et de départ des tournées dans les différents préaux d’école. Même admiration pour les activités exercées à l’Atelier femmes autour des techniques de tri, de buanderie ou de stockage pour la vente de vêtements au kilo. Certes toutes ces activités représentent un apprentissage pour ceux qui ne sont pas familiers de la lecture, de l’écriture ou de la langue française, certes il s’agit d’activités qui exigent quelque aptitude à la concentration, mais peut-on en déduire que ces tâches – quasi domestiques pour ce qui concerne l’Atelier femmes – constituent un avantage lors d’une candidature sur le premier marché de l’emploi ? Même si certains cas sont évoqués (une couturière pourra faire valoir son stage en même temps que ses diplômes d’origine étrangère non reconnus en Suisse, un livreur a réussi à passer son permis de conduire grâce à Réalise et est aujourd’hui magasinier employé de l’Etat de Genève), en fait, à l’époque de notre observation, rares sont les cas d’apprentissage qui permettent une réelle reconversion sur le marché de l’emploi non protégé.

42L’importance donnée par l’institution à la production de « compétences » largement comportementales (c’est-à-dire des aptitudes à se conformer à une structure de production) plutôt qu’à la réalisation d’activités qui fassent sens pour les stagiaires ou à la valorisation de compétences acquises par ailleurs, crée un certain nombre de frustrations. En effet, si l’intérêt de l’acquisition de compétences de base comme le retour à un rythme et à une pratique régulière d’une activité n’est pas nié, celles-ci ne remplissent pas, semble-t-il, toutes les attentes des stagiaires. Les trois nouveaux stagiaires que nous avons rencontrés dans leurs premiers jours disaient ne pas pouvoir se satisfaire de cette seule activité pendant dix-huit mois, et ceux qui ont pu être vus dans le cadre d’entretiens après un mois, se demandaient s’ils étaient à la bonne place, s’ils étaient vraiment susceptibles d’apprendre quelque chose, voire même se demandaient s’ils ne risquaient pas de perdre certaines compétences. Ces extraits du journal de terrain montrent ce questionnement dans le cadre du secteur informatique. Alors qu’un stagiaire de l’Atelier informatique et un encadrant° discutent ensemble, le stagiaire raconte : « A une époque, paraît-il, se faisaient des choses plus compliquées. Là, nous ne faisons que du wipping [nettoyage] ; en une après-midi on a compris. Il faudrait faire des choses plus intéressantes ; une matinée on wippe et l’après-midi on pourrait apprendre d’autres choses. » L’encadrant°° rétorque : « C’est bien ce qu’on disait ; il faut comprendre les règles, les pratiques. L’entreprise n’est pas un lieu où on fait ce qu’on veut, elle a des raisons qu’il te faut essayer de comprendre, à savoir la production. » Le stagiaire, dépité : « Je sais, c’est aussi pour cela que j’ai quitté mon ancien travail ». De même, une stagiaire de l’Atelier conditionnement se plaint-elle, lors d’un entretien d’évaluation : « Maintenant, cela va, parce que j’ai vu qu’il y avait plusieurs activités et pas seulement coller les enveloppes, parce que je me suis dit ‘je vais me bêtifier’ en n’utilisant pas mes compétences. Mais après, j’ai vu qu’il y a différentes machines, cela diversifie et j’y suis à l’aise, facilement. » Un encadrant lui répond : « Cela correspond donc mieux à tes attentes ? » La stagiaire : « J’en ai encore ! » L’autre encadrant : « Il faudra voir si on peut. (…) Les activités, elles sont ce qu’elles sont, ce que tu as vu, c’est ce que tu auras dix-huit mois, à moins que tu fasses quelques tâches sur informatique ; mais maintenant c’est trop tôt, il faut attendre que certaines stagiaires soient parties, cela simplifiera. »

43S’il ne nous appartient pas de juger de la place faite aux compétences des protagonistes, surtout que nous ne connaissons pas avec précision les problèmes psychologiques et sociaux des stagiaires observés, nous pouvons néanmoins remarquer que les réponses données aux demandes de stagiaires d’une meilleure prise en compte de leurs aptitudes ne sont que rarement entendues : la rationalité d’entreprise compte plus que les compétences et les cursus personnels. Il s’agit surtout de conformer les stagiaires aux besoins de l’entreprise (et plus largement au marché de l’emploi non qualifié) en les obligeant à se soumettre à un certain nombre de règles. Les encadrants, dans leur volonté de produire des stagiaires susceptibles de s’adapter au monde du travail non qualifié, semblent alors oublier les compétences que ces personnes ont acquises par ailleurs et n’ont peut-être pas perdues même si elles ont dû survivre à de longs mois de chômage ou à une accumulation de différents problèmes physiques ou psychiques. Nous pensons notamment à une femme qui nous décrivait comment elle s’organisait pour préparer à l’avance des repas « complets » pour ses enfants devant manger seuls à midi, qui nous parlait du travail de son époux, de ses projets d’acquisition du passeport suisse et de son intention de quitter le stage, si elle retrouvait – disait-elle – « ne serait-ce que quatre heures de ménage par jour ».

44A l’exception donc des personnes souffrant de difficultés psychiques importantes (elles sont nombreuses et il ne s’agit pas d’en nier ici l’importance) et des personnes maîtrisant mal le français et qui l’améliorent grâce aux activités de tri, de nettoyage ou de rangement, les tâches proposées se limitent à des activités de « resocialisation » qui risquent peut-être d’aggraver le manque d’estime de soi, le sentiment d’exclusion ou celui de non-reconnaissance, un inconfort ou des sentiments négatifs que certains stagiaires expriment dans cette peur de « se bêtifier » ou lorsqu’ils choisissent de faire défection, c’est-à-dire de ne pas poursuivre leur stage.

45Certains encadrants°/°°, sensibles aux aspects identitaires attachés à l’emploi, valorisent le travail effectué à Réalise en insistant, comme nous l’avons vu, sur le fait que la production de chaque atelier contribue à l’autofinancement de l’entreprise et à sa présence dans la cité. Ainsi les responsables de Rapid Service insistent très souvent sur l’aspect citoyen des tâches de voirie : nettoyer des préaux, c’est beaucoup plus que ramasser des mégots, disent-ils en substance. D’ailleurs, lors des séances de planning, l’encadrant°° passe le nouveau film réalisé par la Ville pour encourager les jeunes à ne pas salir les préaux qu’ils fréquentent comme lieu de réunion en dehors des heures scolaires ; la semaine suivante, les responsables de l’atelier montrent aussi une séquence du téléjournal régional réalisée sur ce même thème. Enfin, les responsables profitent de cette session de planning pour sensibiliser les stagiaires à la question des déchets et à leur propre attitude vis-à-vis de la propreté urbaine ; on entend alors des stagiaires proposer l’achat de balayettes à long manche pour moins s’user le dos, une proposition à laquelle l’encadrante° adhère en ajoutant : « D’ailleurs, il nous faudrait une école du dos généralisée ». On entend aussi tel stagiaire raconter ne plus se rendre aussi fréquemment au McDonald depuis qu’il doit ramasser tous les déchets de ce restaurant. Par la réflexivité ainsi produite et par le lien créé entre une tâche peu gratifiante et peu qualifiante en elle-même mais susceptible de correspondre à une réflexion sociale plus étendue sur un thème aussi écologique (la propreté, la protection de l’environnement) que social (la lutte contre les « incivilités »), les encadrants semblent réussir à produire une certaine adhésion à l’activité de nettoyage. Ce travail prend sens à défaut d’ouvrir sur une réelle requalification.

46Pour qualifier leurs activités, certains stagiaires de Réalise parlent d’« occupation », de « petit salaire », de « travail à réaliser pour des clients ». D’autres encore disent être là pour se « reconstruire ». Si Da Cunha, Stofer, Pellaton et al. (2005 : 66-67), étudiant d’autres entreprises de réinsertion, dans le cadre du RMCAS, ont observé une même difficulté de la part des usagers à définir leur activité, qu’ils caractérisent tantôt d’« occupation » et tantôt de « travail », ils constatent que « plus les usagers vont exercer longtemps une même mesure, plus la caractérisation de l’activité par l’usager va être celle du ‘travail’ et non de l’‘occupation’ ». De même, « lorsqu’un usager estime que ce qu’il fait est utile, celui-ci va généralement qualifier son activité de ‘travail’. Les autres parleront davantage ‘d’occupation’ ». La question du sens de l’activité proposée n’est donc pas sans importance et mériterait plus d’attention, non pas seulement en terme de transfert des compétences, mais aussi parce qu’elle contribue à la bonne estime des personnes en voie de réinsertion.

47On notera encore qu’une trop forte proximité avec le monde du travail non-protégé ne signifie pas moins de frustration, bien au contraire. Comme il est discuté, à Rapid Service, du port par les stagiaires de nouveaux gilets « Ville de Genève », ce qui doit encore moins les distinguer des employés de la voirie, les stagiaires remarquent alors que plus rien ne les différenciera des salariés communaux, sauf que « ceux de la voirie peuvent fumer en travaillant, boire un coup à la pause et ont un autre salaire à la fin du mois ». Il y aurait ainsi, d’une part Rapid Service, emploi « protégé », indemnisé mais non payé et doublement stigmatisant (ces employés sont non seulement en contact continu avec des déchets, mais sont aussi étiquetés comme « désinsérés » du fait de leur appartenance à une entreprise de « réinsertion ») et, d’autre part, la voirie, travail « non protégé » et bien payé. Dans ces deux contextes, on retrouve l’importance donnée au travail en tant que tel (quantité de déchets, vitesse d’exécution), mais aussi un rapport stigmatisant plus général lié aux déchets et à la propreté (Lambelet 2005). Les stagiaires acceptent donc difficilement d’être maintenus, peut-être artificiellement et volontairement, dans le groupe des « désinsérés » parce que la collectivité publique, préférant déléguer cette tâche à une entreprise de réinsertion, ne prend pas le risque d’une réinsertion durable au sein même des services municipaux. Un même rapport à l’impureté a été observé à l’Atelier femmes lorsque les stagiaires se plaignent de la saleté des vêtements à traiter. Mais ici aussi, au-delà de la saleté relative des vêtements (ils ont presque toujours été lavés avant d’être empaquetés et jetés dans les bennes idoines) c’est peut-être la proximité symbolique entre vêtements mis au rebut et citoyens condamnés au chômage ou à l’aide sociale qui pose problème. Lorsque l’on se trouve soi-même peu ou prou pris dans un processus d’exclusion, ce genre de tri fait violence.

48Le travail effectué par les stagiaires de la cafétéria offre un autre cas de figure. Le sens de l’activité semble y être donné d’emblée : la présence des autres bénéficiaires tous les jours à midi démontre, si besoin est, l’utilité d’une telle activité et les stagiaires, dont certains ont déjà travaillé dans la restauration, sont directement reliés à un univers de travail reconnaissable. Une femme âgée d’une cinquantaine d’années a, par exemple, travaillé durant une vingtaine d’années sur un bateau restaurant et se rappelle du « maintien » (« élégance, rapidité et amabilité », résume-t-elle) que son employeur exigeait des serveuses. Elle raconte notamment comment les verres étaient chauffés à la vapeur pour qu’ils soient étincelants de propreté ou comment elle se livrait, devant le client, au découpage d’une truite. Dans la cuisine de Réalise, elle s’occupe en particulier de la mise en place des tables et du service, tentant de conserver son maintien d’autrefois. La valorisation des uns et des autres passe plus encore par le fait que le chef demande à chacun d’élaborer un menu et de fabriquer un repas. Cette prise en charge, chacun à son tour, offre une reconnaissance immédiate : il n’est en effet pas rare que le prénom du concepteur ou de la conceptrice apparaisse dans le nom du menu alors affiché en différents lieux du bâtiment ; le plat est d’ailleurs souvent emblématique du pays d’origine de son créateur. L’harmonie qui semble régner dans cette cafétéria, le plaisir et le sens que certains semblent trouver à y travailler ne doivent cependant pas faire oublier les difficultés de ceux qui ne s’y sentent pas à leur place (le plongeur qui savait huit langues, le « jeune » que cela semblait profondément ennuyer et une jeune femme très qualifiée culinairement mais guère supportée par ses collègues, notamment du fait de sa tendance à s’imposer comme supérieure hiérarchique). La difficulté à susciter un réel esprit d’équipe fut d’ailleurs démontrée lors d’un essai de laisser la cafétéria fonctionner de façon autogérée durant les courtes vacances de son responsable : les conflits obligèrent très rapidement à fermer le lieu de restauration jusqu’au retour du chef et démontrèrent, si besoin était, la nécessité d’une hiérarchie à la fois autoritaire et encourageante.

  • 53 La structure fait l’objet de nombreuses observations, la nôtre, mais aussi celles de chercheurs spé (...)

49Bien conscients des imperfections de leur structure et toujours préoccupés par le souci de l’améliorer, les cadres de Réalise ont tenu compte des fréquentes critiques qu’ils ont reçues des stagiaires, mais aussi des chercheurs53 venus observer leur espace de réinsertion. Afin d’améliorer le transfert des compétences et le suivi des stagiaires à l’extérieur de la structure, deux changements majeurs ont été mis en œuvre depuis notre période d’observation, soit entre l’automne 2005 et aujourd’hui. Le premier concerne la disparition de l’Atelier femmes et le second tend à assurer le suivi des stagiaires à la fin de leur stage, une volonté qui existait déjà, mais à une échelle réduite faute de temps et de moyens.

La confrontation aux encadrants

50La relation des stagiaires avec Réalise se construit à travers des rapports continus aux encadrants, qui contrôlent leur comportement et leurs capacités à faire face aux différentes tâches.

51Bien qu’un stagiaire ait l’occasion de croiser différents responsables et collègues provenant d’autres secteurs de l’entreprise, c’est surtout avec son chef d’atelier (l’encadrant°) qu’il est en contact régulier et, dans une moindre mesure, avec celui qui est responsable du suivi social ou du suivi du stage (l’encadrant°°). L’encadrant°°°, quant à lui, ne s’occupera du stagiaire que très exceptionnellement, en cas de problèmes particuliers liés à l’activité du stage ou, plus largement, de problème social pouvant compromettre ou favoriser la réinsertion (relation du stagiaire à son AS ou à son médecin, évaluation de son endettement, problèmes de logement…). Il sera néanmoins tenu au courant de l’évolution du stagiaire, grâce aux discussions d’équipe.

Deux changements majeurs

Il n’est pas étonnant que l’Atelier femmes ait disparu, car il s’agissait d’un secteur d’activités controversé de toutes parts : par les stagiaires d’abord, qui en affectionnaient l’atmosphère mais se plaignaient de la saleté, de la répétitivité et du manque de technicité des tâches ; par certains chercheurs ensuite, critiquant à la fois la non-mixité de l’espace et le fait que les femmes y soient réduites à des pratiques domestiques qui leur correspondraient par nature ; par d’autres experts ensuite, trouvant que les activités proposées ressemblent trop à celles d’ateliers protégés et ne débouchent pas sur l’acquisition de compétences variées ; par ses concepteurs enfin, doutant eux aussi du transfert des compétences et des profits qu’ils pourraient dégager à long terme d’une industrie dépendant essentiellement du secteur associatif.
Sachant que la blanchisserie est un domaine rentable car de plus en plus délocalisé et traité en dehors des établissements qui en ont l’utilité, les responsables ont fait le pari d’un système ultramoderne séparant strictement la matière sale du produit propre. Ainsi sont-ils en conformité avec les plus récentes normes européennes dans le domaine. Placé sous la houlette d’un encadrant° bénéficiant d’une riche expérience dans le domaine hôtelier, cet atelier permettra aux stagiaires (désormais hommes et femmes) de développer des compétences transférables dans d’autres entreprises similaires (il est d’ailleurs à noter que les femmes rencontrées lors de notre enquête à Réalise disaient souvent chercher un emploi dans ce secteur).
Le second changement majeur, celui d’un coaching généralisé des stagiaires, n’est guère étonnant non plus dans la mesure où, d’une part, les stagiaires tendaient déjà à être suivis professionnellement et socialement du fait de leur fréquentation quotidienne et durable de la structure de réinsertion et, de l’autre, parce que la pression de réinsertion se fait de plus en plus forte, même au risque d’une employabilité très précaire. Il n’en reste pas moins que nous étions étonnés – lors du seul entretien de clôture que nous ayons observé – que la stagiaire soit en quelque sorte abandonnée à elle-même, après dix-huit mois de stage, et chargée de se débrouiller seule pour assurer sa subsistance et retrouver un emploi. Désormais pareille situation ne devrait plus se reproduire puisque chaque stagiaire se voit promettre d’être très concrètement accompagné pendant et après le stage pour se rendre dans des entreprises qui pourraient peut-être l’engager à plus ou moins long terme. Les responsables de Réalise tentent ainsi de mettre à profit les contacts noués avec d’autres entreprises de la place installées sur le « premier » marché de l’emploi, c’est-à-dire sur le marché conventionnel, non subventionné et non « protégé ». Ce coaching – cette volonté réaffirmée de « replacer ses stagiaires », ce suivi individualisé hors des murs de la structure de réinsertion – se profile (mais cela devra être documenté) comme un dispositif tentant d’une part à éviter la fragmentation de l’aide sociale parfois à l’œuvre à l’Hospice général et, d’autre part, de laisser tourner en cercle quasi fermé au gré des stages et des structures des personnes faiblement qualifiées mais ne souffrant pas d’un handicap les conduisant dans le système assurantiel de l’invalidation.

52L’autonomie des stagiaires vis-à-vis des encadrants varie selon le secteur de l’entreprise dans lequel ils effectuent leur stage. Elle est plus ou moins grande, allant, comme à Rapid Service, d’une autonomie quasi complète pour les « galères » – les stagiaires nettoient les préaux d’école en tandem et ne croisent l’encadrante° qu’au début et à la fin de l’activité, lors des deux rendez-vous de la matinée – à une présence omniprésente pour la « tournante » (mais on pourrait dire la même chose de la cafétéria) qui réunit l’encadrante° et les stagiaires dans le même véhicule et les associe étroitement sur le terrain. Le fait que l’encadrante° exécute exactement le même travail que les stagiaires (elle manie le balai et la pince pour collecter les déchets de la même manière que les autres et prend sa pause à leur table) est tantôt apprécié, tantôt refusé par les stagiaires, à l’instar de certains qui choisissent toujours la « galère » parce que là, « il n’y a pas besoin de demander pour aller faire pipi ! »

53A Rapid Service, la question de la proximité entre encadrants° et stagiaires est largement contrainte par le fait même que peu de stagiaires ont le permis de conduire. La présence de l’encadrante° est donc quasiment obligatoire. Mais il semble que cette présence soit moins le fait d’une nécessité que d’une posture d’encadrement, d’un choix de relation aux stagiaires et au travail. Ainsi, dans l’Atelier femmes, l’Atelier conditionnement et l’Atelier informatique, la coupure entre stagiaires et encadrants° est bien plus marquée, notamment lorsque les responsables desdits ateliers travaillent à proximité des stagiaires, dans des bureaux néanmoins cloisonnés et présentant tous les symboles des chefs de service (espace de travail personnel, restreint mais quelque peu personnalisé ; ordinateur, téléphone, etc.). Là, les encadrants° passent régulièrement à l’atelier, moins pour travailler que pour observer son fonctionnement ou pour organiser le travail à venir. Contrairement à Rapid Service dont l’organisation est très transparente, dans d’autres ateliers le rôle qu’endossent les encadrants° et leurs diverses occupations durant le temps de travail n’apparaissent pas toujours clairement aux stagiaires. La volonté de travailler avec les stagiaires, ou de rester davantage à l’écart, apparaît alors presque comme un signe de la façon dont les encadrants° se perçoivent : proches de certains parcours suivis par les stagiaires ou, au contraire, soucieux de s’en différencier clairement. Notre observation ne permet pas d’interpréter l’impact de ces positionnements sur le travail et les processus de réinsertion, mais il demeure néanmoins intéressant de se demander ce qu’ils produisent en termes d’image du métier et de l’engagement au travail ainsi qu’en termes de représentations de la hiérarchie.

54Les relations avec les différents encadrants sont aussi très différentes du fait même que les responsables n’ont pas tous le même rôle, ni une formation professionnelle identique. Les chefs d’atelier (les encadrants°) sont en grande majorité des professionnels de l’activité qui y est proposée. Avec eux, les stagiaires sont confrontés à une rationalité d’entreprise (qualité du travail, rapidité, respect de la logique de production). Cette confrontation première à la production fait partie des intentions qui fondent l’existence même de Réalise : « faire de la gestion de ressources humaines plutôt que du travail social, travailler sur les potentialités plutôt que sur les problèmes, développer des compétences et du capital et non pas de faire de l’occupationnel thérapeutique ». Ces propos du directeur et du responsable du suivi social (encadrant°°°) ont été recueillis lors d’une présentation de la structure au début de notre recherche. Ils ont été prolongés par un autre entretien, mené avant la publication de la recherche à partir d’une lecture critique d’une des dernières versions du présent texte. « Quand la personne est apte à occuper un emploi, il s’agit de procéder à une réinsertion par le travail le plus vite possible. La réinsertion professionnelle ne devrait pas venir en fin de processus, après la ‘restauration de la personne’ et après la ‘resocialisation’, comme le pensent les AS », explique l’encadrant°°° en référant à la conception pyramidale de la réinsertion qui guide les AS (voir supra, chapitre 1). « C’est le travail, la dignité et les protections attachées à celui-ci qui permettent de se réinsérer », soulignent encore le directeur et l’encadrant, appuyant leurs propos sur leur lecture de Robert Castel. Le travail est ainsi conçu comme premier par rapport au suivi social, même si l’observation des pratiques de Réalise montre que la dimension sociale occupe, elle aussi, une place importante dans le quotidien du stage.

La confrontation aux collègues

55Intégrés dans une équipe de travail, les stagiaires se positionnent différemment, parfois en retrait, souvent à l’affût d’échanges avec leurs pairs : ils se donnent des tuyaux pour leurs recherches d’emploi, se racontent les micro-événements de leur vie quotidienne, une jeune femme précise même être tombée amoureuse d’une personne rencontrée à Réalise. Les collègues d’ateliers vont à la cafétéria prendre leur pause ensemble ; d’autres se rencontrent aux « pauses cigarettes » sur le parking, et les stagiaires de Rapid Service se retrouvent le matin au café, avant même le rendez-vous de 7 h 30.

56Ces équipes de travail sont très diverses, tant par le nombre d’individus qu’elles rassemblent que par leur statut, leur motivation, ou leur sexe. L’Atelier femme compte une vingtaine de femmes encadrées par des femmes ; Rapid Service regroupe une vingtaine d’hommes dirigés par des hommes, à l’exception d’une femme ; l’Atelier informatique rassemble huit stagiaires hommes encadrés par un homme ; l’Atelier conditionnement et la cafétéria, sont les seuls mixtes. Ces différences de genre ou d’activité (nous ne savons pas quel est le facteur déterminant) engendrent des dynamiques de sociabilité différentes : les propos échangés dans les activités masculines sont ainsi – de manière un peu caricaturale – très largement tournés vers l’activité même, sur la quantité de déchets et le nombre de préaux encore à nettoyer, dans l’un, et sur la manière de reconstruire un ordinateur performant, dans l’autre, alors que dans l’atelier féminin, la conversation porte plus sur des thèmes extérieurs au travail et à l’atelier (échanges autour d’expériences professionnelles antérieures, tuyaux sur des postes à repourvoir parus dans la presse et narration d’événements familiaux, notamment liés aux enfants).

57Le stage effectué à Réalise amène à travailler quotidiennement dans la durée avec des collègues. C’est, pour beaucoup de stagiaires, le retour à des relations sociales forcées, d’autant plus difficiles pour certains qu’ils pouvaient ne plus en avoir fait l’expérience depuis de nombreuses années.

58Etre en stage à Réalise apprend donc avant tout à vivre ensemble, dans un système de contraintes. Une grande part de l’apprentissage des stagiaires dans le cadre de Réalise semble, au-delà du suivi de règles, s’exercer autour de la gestion de la relation aux collègues. Les entretiens d’évaluation comme l’entretien final auxquels nous avons assisté en parlent abondamment et soulignent parfois la tristesse qu’ils ont à « quitter une bonne équipe ». Le stage à Réalise représente donc une forme de sociabilité qui laisse place aux rencontres, aux conflits, à l’humour, aux rires, aux pleurs ; en bref, à des échanges propices à la reconstruction ou au renforcement de l’estime de soi (un stagiaire semble, par exemple, fier de se retrouver en situation de pouvoir offrir des cafés à des collègues). Plus largement, Réalise est aussi un espace accueillant offrant un cadre protecteur (dans lequel les stagiaires certes travaillent, mais sont aussi quittes de rechercher un autre emploi pendant dix-huit mois), où chacun est connu et reconnu : les encadrants°°°, les chefs d’ateliers, le chef de cuisine aussi bien que les stagiaires du secrétariat saluent tous ceux qui passent et les interpellent souvent par leur prénom. C’est un lieu « humain » permettant, voire suscitant l’expression des émotions. L’organisation du travail semble d’ailleurs être conçue pour encourager cette sociabilité : le stage à Rapid Service compte, par exemple, chaque semaine une séance de planning suivie d’un congé et les employés de l’Atelier informatique ont le droit à quelques heures de libre dévolues à un projet personnel.

59Ces temps « libres » servent aussi à susciter l’implication des stagiaires, leur adhésion aux projets menés par l’entreprise. Ainsi, le temps de projet personnel proposé par l’Atelier informatique laisse observer des occasions de débats et de prises de décision analogues : le jour où nous y assistons, un stagiaire, qui s’indigne du fait que des gens déposent n’importe quoi devant les extincteurs, occupera sa matinée à réaliser des pancartes « attention – extincteur – ne rien déposer devant », un autre ira acheter du matériel, afin de mieux ranger les câbles du poste de travail, tandis que les collègues restants s’occupent à monter, pour eux-mêmes, des ordinateurs à partir de machines récupérées.

60La question de la relation aux collègues occupe aussi une place importante dans la dynamique d’acquisition de compétences ou leur mise en valeur. Le directeur de Réalise, faisant avec nous la visite de ses locaux, insistait sur l’intérêt de la transparence généralisée des lieux pour l’incitation au travail. Circulant dans les espaces communs durant leurs moments de travail ou se rendant pour leur pause à la cafétéria, les stagiaires peuvent en effet observer certains de leurs collègues de travail attablés dans la salle de cours suivant avec attention et, semble-t-il, plaisir l’enseignement dispensé. Cette vision fugitive s’associant aux commentaires que les élèves échangent avec leurs collègues sur les enseignants ou la discipline suivie peut stimuler l’envie de suivre un cours, d’acquérir de nouveaux savoirs ou, pour certains, très peu scolarisés, diminuer la crainte de se retrouver dans une salle de classe. Plus encore, les collègues peuvent être à la base de l’acquisition de compétences de manière bien plus directe ; c’est le cas à l’Atelier informatique, par exemple, où le stagiaire, qui a travaillé dans la branche, est souvent sollicité par ses collègues et a même donné, dans le cadre du temps dévolu aux projets personnels, un petit exposé d’introduction sur la mise en réseau d’ordinateurs. C’est aussi le cas d’un « échange de savoirs » d’une durée de quatre heures, fractionnées, donné par un autre stagiaire à un collègue qui voudrait devenir magasinier mais ne sait pas utiliser l’ordinateur, ni le programme Excel. « Le résultat attendu – dit l’encadrant°° – est la transmission d’un savoir, le renforcement des compétences de celui qui dispense la leçon (il se rend compte de la valeur de ce qu’il sait) et la création, à court ou à long terme, de liens entre deux collègues. » Ces moments partagés entre collègues directs semblent rares, notamment parce qu’ils mordent sur le temps de la production et mettraient en péril – si les « échanges de savoirs » ou l’enseignement par les pairs se développaient plus couramment – l’idéal d’autofinancement : « Ce n’est pas nouveau, mais c’est très sporadique ; du fait aussi que cela prend du temps et de l’énergie et que cela prive un atelier ou une activité de deux stagiaires le temps de demi-journées. Le travail doit être fait. Mais cela suit son cours et cela augmente la qualité du stage », conclut l’encadrant°°.

61Source d’apprentissages et d’échanges, comme on vient de le voir, les différences de compétences et de savoirs peuvent aussi être sujets de tensions ; c’est ce qu’explique l’encadrant° de l’Atelier conditionnement à une stagiaire : « Si quelqu’un a un problème avec la photocopieuse, plutôt que de faire les choses à sa place, tu peux lui expliquer. Cela diminuera le stress. Mais ce n’est pas à toi de répartir les tâches ; tes collègues n’aiment pas ça, ou il faut le faire d’une autre manière. » Comme nous l’avons déjà laissé entendre dans l’analyse des activités liées à la cafétéria, le stagiaire, même compétent, ne doit pas s’aviser de jouer au petit chef, car il risque bien d’être remis en place par ses pairs costagiaires autant que par l’encadrant° lui-même. A l’Atelier informatique, un stagiaire a pu être nommé responsable du magasin du fait de ses capacités techniques et, surtout, du fait que l’encadrant° de cet atelier cherchait quelqu’un pour l’aider à faire tourner l’affaire. Le stagiaire, fort de son statut d’expert, a alors pu exiger de se limiter à la gestion de la boutique, laissant à ses pairs la tâche – bien plus ingrate de l’avis général – du nettoyage des claviers et des écrans. Un autre s’est aussi vu dispensé des tâches de nettoyage, non pas cette fois-ci en raison de ses compétences, mais du fait d’une allergie au savon. Quoique compréhensibles, ces dispenses limitent largement les tournus entre les différentes activités et portent atteinte à une bonne dynamique de groupe au sein d’un atelier, c’est pourquoi les encadrants° – soucieux de maintenir ou d’améliorer les relations de travail entre usagers – les limitent la plupart du temps.

62Il est enfin assez difficile de pouvoir se faire une idée des réseaux sociaux développés dans le cadre d’un stage à Réalise. Si à l’Hospice général, les rencontres semblent rares du fait d’un travail social individuel réalisé par entretiens dans l’espace clos d’un bureau, d’autres lieux, comme Arcade 84 (voir plus loin), au contraire, se présentent avant tout comme un espace agréable de rencontre dans lequel on a pu entendre s’échanger des propositions d’aller à la piscine, d’aller faire du badminton, ou des préoccupations sur l’absence d’un collègue. Réalise apparaît un peu comme une figure intermédiaire, caractérisée par des rapports continus entre les différents stagiaires, qui toutefois ne favorisent pas le développement de relations « extraprofessionnelles ».

Resocialisation et sociabilité versus formation et réinsertion professionnelles

63Réalise apparaît d’abord comme une somme de discours et de pratiques souvent (ou inévitablement) contradictoires. La rationalité sur laquelle s’est construite Réalise ne peut s’apparenter totalement à celle d’une entreprise. Tout y ressemble (une direction, une hiérarchie, des employés, des bureaux, des prestations, des produits), mais l’attention à l’ambiance de travail, les préoccupations sociales et le souci de la « reconstruction identitaire » des stagiaires sont bien là aussi. Même si le directeur et son adjoint estiment que Réalise « c’est 20 % de travail social et 80 % de travail tout court », ce qui les différencie, disent-ils, d’autres entreprises sociales dans lesquelles les proportions s’inversent, nos observations et d’autres énoncés montrent que les deux orientations s’entremêlent. Il y a d’abord le souci, en tout cas au début du stage, de favoriser la « resocialisation » des stagiaires. Il y a ensuite le discours de la direction, orienté vers l’importance d’une acquisition de compétences : « Aujourd’hui, nous parlons de stagiaires ; avant on les appelait travailleurs, mais stagiaires signifie l’idée d’une durée limitée, en vue de l’acquisition de compétences, et non pas une durée indéterminée, sur un deuxième marché du travail », dit un encadrant°° qui souligne encore : « le cadre, ce qui structure, c’est l’acquisition de compétences ». Il y a, enfin, le discours des encadrants° du terrain qui, tout en étant orientés vers les impératifs de la production, ne peuvent oublier les aspects sociaux de leur tâche. L’un deux raisonne ainsi : « Entre un jeune qui ne vient pas deux jours consécutifs (parce qu’il fait la fête) et qui est viré et un autre qui ne vient pas dix fois (pour cause de problèmes psychologiques) et qui est gardé, ce n’est pas la même chose. D’ailleurs, si on va jusqu’au bout du raisonnement et qu’on se sépare de quelqu’un ou qu’on le suspend, on s’enlève des forces de travail… Et c’est un problème, parce que l’encadrant se dit, ‘mais, je ne veux pas devoir faire le travail tout seul’. » Quant aux stagiaires, ils ne savent pas toujours si leur activité est de l’ordre du travail ou de l’occupationnel. Ils déplorent souvent de ne pas voir toutes leurs compétences utilisées (les apprentissages pratiques sont trop limités, se plaignent-ils fréquemment), mais reconnaissent aussi pouvoir profiter d’un dispositif à la fois formateur (les cours de base) et convivial (la proximité d’avec les encadrants et la convivialité avec les collègues). Ce que Réalise veut faire acquérir (ou retrouver) aux stagiaires pour permettre un retour dans le monde du travail relève de la (re)socialisation plus que de la réinsertion professionnelle, au sens où cette dernière comprendrait l’apprentissage de compétences réellement transférables sur le marché de l’emploi non protégé. Au moment de notre enquête, l’acquisition de compétences n’était pas très développée techniquement : à l’exception de certains stagiaires bénéficiant d’« arrangements » ponctuels ou à long terme, les compétences spécifiques des individus ne peuvent pas être mises en évidence. Aussi le stage s’évalue-t-il bien plus en termes de respect d’horaire, de discipline, de capacité à accepter de travailler dans la routine sur de longues durées, le tout pour un salaire modique. Il s’agit avant tout d’accepter d’être encadré et d’apprendre à « être ensemble » dans un système de contraintes à respecter dans la durée : un stagiaire se voit ainsi proposer (imposer ?) pour objectif « qu’il n’y ait plus de clash avec son encadrant° et qu’il accepte de se soigner ; on ne peut pas avoir beaucoup plus d’ambitions pour lui » ; pour un autre, c’est l’hygiène qui est mise en avant ; pour un autre encore, l’essentiel du projet consiste à obtenir qu’il se soumette aux règles de l’atelier ; pour un dernier, enfin, « au pire, partir vers une rente AI qui permet alors une activité sans souci du gain ».

64Les objectifs concrets s’inscrivent dans un projet de « reconstruction élémentaire » ou de « restauration », des objectifs identiques à ceux qui sont imposés à l’Hospice général. Des cours de formation existent, mais ils sont avant tout destinés aux stagiaires de Communauté Service (Atelier femmes, cafétéria et environnement) dont la prise en charge est assurée par le chômage. En outre, ces cours concernent essentiellement des connaissances scolaires de base : calcul, français et logique. Les suivre est le plus souvent utile : ils permettent par exemple aux personnes non francophones d’acquérir de bonnes bases de la langue, écrites et orales ; ils offrent une remise à niveau en maths pour ceux qui ont été faiblement scolarisés, ils permettent de s’exercer aux entretiens d’embauche, mais ils ne sont pas assez certifiants pour tous ceux qui ont pu acquérir un niveau scolaire plus élevé. Les cours dits techniques (couture, cuisine, informatique) restent encore largement « domestiques » ou « élémentaires » : ils ne semblent pas à même de fournir des savoirs véritablement qualifiants (ou « significatifs » lorsqu’ils apparaissent sur un curriculum vitae). Nos observations et les frustrations exprimées par les bénéficiaires rendent compte d’une « mise entre parenthèses » des capacités réelles ou potentielles des stagiaires. La conformité avec les exigences ou les besoins de la structure passent avant les offres de cours (d’ailleurs difficiles à financer) et les adaptations individuelles. D’ailleurs, les encadrants° – même s’ils permettent, selon les ateliers, un certain nombre d’arrangements – rappellent que la production se limite aux quelques tâches mises en œuvre. Réalise travaille donc moins sur les potentialités professionnelles des usagers que sur les compétences comportementales nécessaires dans toute activité professionnelle et susceptibles de faciliter le retour à l’emploi non qualifié.

  • 54 Un sac de vêtements ayant laissé – presque miraculeusement – apparaître une vingtaine de paires de (...)

65A l’exception peut-être de la cafétéria, on peut émettre l’hypothèse que les activités encadrées par Réalise sont perçues et valorisées par les stagiaires davantage pour la sociabilité qu’elles offrent que pour l’acquisition de savoir-faire. L’ensemble des règles pensées par les responsables de l’institution comme un support à la réinsertion par la resocialisation au sens d’un recadrage sert aussi, du point de vue des stagiaires et des ethnologues observateurs, à développer une sociabilité définie par sa convivialité. A Réalise, il s’agit de faire cohabiter (et si possible collaborer) des individus que seule une même « catégorie de situation » rassemble, sans qu’ils partagent un même monde de pratiques et valeurs (Bertaux 1997 : 15). Cette sociabilité ne se fonde pas sur des rencontres volontaires au sein d’espaces conçus à ce seul effet, mais sur les contraintes du travail, de la production et de la quasi-obligation de suivre un stage. Aussi paradoxale et inavouable que cela puisse paraître (miser sur la sociabilité ne permettrait pas d’obtenir des subventions pour ce type de structure), c’est pourtant bien un des effets (ou bénéfices secondaires) de la réinsertion à Réalise. Ainsi, à l’Atelier femmes, les stagiaires ont le temps de converser un peu : quand elles trient ensemble les habits et s’interrogent en commun, moitié sérieusement, moitié plaisantant, sur l’histoire et le parcours de certains stocks vestimentaires54 ; quand elles se livrent à certains travaux de couture assises les unes à côté des autres ; quand elles partagent un gâteau fait à la maison la veille ou qu’elles fêtent l’anniversaire de l’une d’entre elle. En fait, les stagiaires disent avoir du plaisir à fréquenter le lieu et se laissent parfois aller à imaginer qu’il s’agit d’un « vrai » travail. Elles semblent parfois faire groupe. C’est le cas de trois habituées qui partageaient la même langue, le lingala, et qui ont évoqué – durant un après-midi – que « sorties de leur stage », elles pourraient, ensemble, créer un atelier de couture : « on pourrait faire un Réalise n° 2 ». En somme, et malgré les plaintes réitérées sur l’absence d’apprentissages qualifiants et sur la saleté ou la répétitivité des tâches, l’atelier favorise un sentiment d’identité professionnelle, même fictive, et une forme de sociabilité (« c’est une famille ici », disait la jeune femme dont nous avons assisté à l’entretien de clôture), plus que la seule « réadaptation » à des normes dont bien des stagiaires ne semblent d’ailleurs pas s’écarter.

66Plus qu’un « tremplin » vers l’avenir ou qu’un lieu de formation certifiant, Réalise est un lieu de resocialisation. Les encadrants « resocialisent » des individus qu’ils pensent être mis à l’écart, dé-insérés ou isolés. Pourtant, à l’exception de ceux qui souffrent d’alcoolisme, de toxicomanie ou de troubles psychiques, les stagiaires ne sont pas dé-insérés, ils sont juste non qualifiés et de ce fait ne trouvent pas d’emploi sur un marché de plus en plus technicisé, ou déqualifiés en raison d’un parcours migratoire, d’un cursus non reconnu en Suisse ou d’une trajectoire n’ayant pas permis à certains moments de pouvoir conserver son emploi.

Notes

49 On consultera aussi avec profit l’ouvrage Travailler pour s’insérer de Dunand et Du Pasquier (2006), paru après notre enquête.

50 En fait, il conviendrait de l’appeler Atelier textiles. Etant dirigé et fréquenté exclusivement par des femmes, il est cependant couramment nommé de cette façon très « genrée ». Pour une discussion du caractère genré de ces activités, voir p. 204-205.

51 Une manifestation produite par les Activités culturelles de l’Université de Genève, en partenariat avec l’association Réalise et la Croix-Rouge genevoise.

52 Une réflexion a néanmoins été menée pour créer des espaces spécifiques réservés aux plus jeunes et aux plus âgés.

53 La structure fait l’objet de nombreuses observations, la nôtre, mais aussi celles de chercheurs spécialisés en sciences de l’éducation ou en sciences politiques ; ce qui fait parfois dire aux encadrants : « Nous ne sommes pourtant pas un zoo ».

54 Un sac de vêtements ayant laissé – presque miraculeusement – apparaître une vingtaine de paires de chaussures « très chics », très peu usagées et curieusement répartissables en deux tailles différentes, les trieuses – les essayant tour à tour – plaisantent autour du récit qu’elles inventent : « cela devait être un homme qui s’est fait plaquer par son amie, et qui, de rage, a tout mis à la poubelle, mais comment se fait-il que les souliers ont des tailles différentes ? » racontent-elles en substance.

© Éditions ies, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search