Desktop versionMobile Version

De l’aide à la reconnaissance

 | 
Laurence Ossipow
, 
Alexandre Lambelet
, 
Isabelle Csupor

Partie II. Les lieux de réinsertion

Introduction

Volltext

1L’Hospice général n’est pas une institution isolée, elle travaille conjointement avec d’autres intervenants institutionnels et d’autres acteurs de l’action sociale. Quels types d’intégration ces derniers produisent-ils ? A quelles formes de relations incitent-ils ? Comment les rapports entre bénéficiaires et intervenants s’établissent-ils ? Quelles formes de dynamique collective observe-t-on par comparaison à la dyade AS/bénéficiaire étudiée dans les CASS ? Par ces questionnements, notre objectif n’est pas d’évaluer ce qui manquerait à l’une ou à l’autre des structures, mais de prolonger le regard porté sur le travail d’intégration effectué dans les CASS.

2Cette mise en perspective ne doit pas déboucher sur des propos normatifs concernant ces différentes structures. Au contraire, l’éclairage fourni par ces points de comparaison doit permettre de mettre au jour, sous un nouvel angle, le travail d’intégration produit par l’Hospice général, mais aussi de questionner les continuités et les discontinuités dans ce travail, étant entendu (comme nous l’avons montré au chapitre 3) que les assistants sociaux dans les CASS n’agissent jamais seuls, mais le plus souvent par l’intermédiaire des structures d’insertion dans lesquelles ils envoient leurs bénéficiaires.

3Pour choisir les structures observées, nous nous sommes livrés à un premier repérage des lieux d’insertion lors d’une pré-enquête (une semaine de stage dans un CASS pour deux d’entre nous et la présentation des différentes structures lors d’un cours destiné aux nouveaux collaborateurs de l’Hospice général). Nous avons ensuite défini trois critères de sélection : la récurrence de certains lieux dans les propositions de stages faites par les AS de l’Hospice général à leurs consultants, la variété supposée des approches offertes, leur proximité ou distance d’avec l’institution d’aide sociale. Nous avons finalement arrêté notre choix sur Réalise et les Fringantes (un lieu exclusivement destiné aux femmes), qui travaillent principalement autour de la question du retour à l’emploi et à la formation, et sur Arcade 84, qui s’intéresse à la réinsertion sociale d’usagers souffrant de troubles psychiques, donc en lien avec la thématique de la médicalisation et de l’invalidation. Enfin, nous avons choisi le Bilan portfolio de compétences, espace de narration et d’élaboration de projets.

4Répondant à des objectifs et rassemblant des publics considérés comme « différents » (Réalise remet au travail ou dans un rythme des bénéficiaires qui ont souvent quitté toute activité professionnelle depuis de nombreuses années quand le Bilan portfolio permet à des bénéficiaires d’évaluer leurs compétences ; Arcade 84 regroupe des bénéficiaires de rentes AI ou en demande de telles rentes, alors que les Fringantes sont exclusivement féminines), ces structures sont prises dans des contraintes très diverses vis-à-vis des autorités, des bailleurs de fonds. Par exemple Arcade 84, du fait du statut de rentiers AI ou de demandeurs AI de ses bénéficiaires, ne connaît pas la pression que peuvent avoir d’autres structures de voir leurs bénéficiaires regagner au plus vite le marché du travail. Nous insisterons à plusieurs reprises sur cette dimension, la diversité du « travail d’intégration » observé en étant le produit, pour une part. La différence ou la diversité de ces publics est largement construite ; elle est le produit des processus de catégorisation que nous avons étudiés plus haut (voir chapitre 4), tant par les administrations que par les AS dans leur travail quotidien. Si le sens commun veut que nous suivions ces catégories (parce que « naturalisées » ou « objectivées » dans des catégories administratives ou par l’existence de ces différentes structures), il est possible, à l’inverse, de les déconstruire, pour voir alors, dans ce public, une forte homogénéité : les bénéficiaires de ces quatre structures ont besoin d’un système assurantiel ou de l’assistance publique pour subvenir à leurs besoins (tous ont bénéficié ou bénéficient encore de l’aide sociale), ils sont exclus du marché du travail et ont, pour la plupart, des problèmes de santé. Les bénéficiaires voyageant souvent d’une de ces structures à une autre, il nous semble que la mise en parallèle de ces structures reste riche de sens, pour ce qu’elle nous dit de l’intégration, mais plus encore des effets premiers de ces structures, par-delà leurs objectifs affichés.

5Les quatre structures de réinsertion retenues sont toutes d’apparition récente, ayant été fondées dans les années 1980. Leur création correspond à des besoins particuliers liés à la formation, à la recherche d’emploi et à la souffrance psychique. Fondées en vue de répondre à différents besoins spécifiques, elles proposent dès lors d’autres lectures de l’exclusion et de nouvelles manières d’envisager la réinsertion. Nous nous sommes attachés, par-delà les objectifs explicites que ces structures disent poursuivre, à étudier de manière précise leur fonctionnement, le type d’activité qu’elles déploient, le mode de relations observables entre les encadrants et les bénéficiaires, la place accordée aux initiatives individuelles ou encore la sociabilité qui s’y développent, tant entre bénéficiaires qu’avec des personnes extérieures à l’institution. A la différence d’une approche en termes de politiques sociales, nous proposons donc un angle de vue interactionniste, qui insiste sur la saillance de relations fortement contextualisées et sur la mise en scène de certains enjeux identitaires. Nous voulons ainsi rendre compte non seulement des représentations que ces structures produisent de l’intégration (corpus de textes, énoncés, interviews), mais aussi des pratiques qu’elles mettent concrètement en œuvre.

6Les quatre premiers chapitres de cette partie offrent donc des ouvertures sur ces différents lieux, par la restitution minutieuse des pratiques et des interactions. Quasi monographiques, ils constituent le matériau de base à une synthèse que nous proposons au chapitre 12. Le lecteur pressé d’accéder aux résultats pourra sans doute faire l’économie de leur lecture, quand le lecteur curieux profitera de ces détours pour toucher à la diversité des pratiques observées et aux logiques spécifiques à l’œuvre dans ces différentes institutions.

© Éditions ies, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search