Version classiqueVersion mobile

De l’aide à la reconnaissance

 | 
Laurence Ossipow
, 
Alexandre Lambelet
, 
Isabelle Csupor

Partie I. L’Hospice général dans cinq centres d’action sociale et de santé (CASS)

Chapitre 7. Echanges contractuels et dons à l’assistance publique

Texte intégral

  • 45 Une première version de ce texte a été publiée dans Tsantsa (Lambelet, Csupor et Ossipow 2006), No (...)

1La nature inégalitaire des relations entre les bénéficiaires et les AS est un fait : les premiers sont contraints par la loi sur l’assistance publique de collaborer au travail de réinsertion, sont de plus en plus tenus pour responsables de leur sort et pris dans un processus d’activation en Suisse comme ailleurs en Europe ; les seconds, quoique disposant d’une marge de manœuvre très limitée, se voient offrir de nouveaux moyens de coercition et de sanction45. Peut-on affirmer pour autant que toute relation de réciprocité soit impossible (Droz, Miéville-Ott et Séraphin 2000) ou que les dons des bénéficiaires aux AS ou à d’autres protagonistes chargés de les aider ne soient que des gestes de soumission à l’égard d’autorités omnipotentes dans une relation fondamentalement asymétrique (Demazière 1996) ? De même, les actions des AS ne relèveraient-elles que d’un éthos du métier (Bourdieu 1994b) ?

  • 46 Comme le montre Dire la dette à travers l’argent ou la taire à travers le don. Les allocataires du (...)

2Quoique partageant l’analyse de la relation d’assistance comme structurellement asymétrique46, nous postulons, en référence à une théorie des échanges qui s’ancre plus profondément dans celle de la reconnaissance (Hénaff 2002, Honneth 2000 et Ricoeur 2004), que certaines formes de réciprocité entre AS et bénéficiaires sont possibles. Les dons qui circulent entre AS et bénéficiaires « mettent de l’huile dans les rouages », sont des formes de politesse, des supports de conversation, mais peuvent être aussi compris comme des éléments de reconnaissance et d’empathie permettant de lutter contre certaines formes de mépris, au risque d’ailleurs de masquer les manquements dans la solidarité sociale.

3Plus largement, la relation d’assistance se fonde à la fois sur des échanges contractuels et sur des dons entre AS et bénéficiaires. Les échanges contractuels font l’objet de règles spécifiques et d’exigences incontournables autrefois mises en œuvre de façon informelle, aujourd’hui dûment inscrites dans un contrat. Les dons ne sont pas systématiques et prennent des formes très diverses ; ils alimentent la relation dans la durée. Ce sont des dons au sens où l’entendait Mauss qui, dans l’Essai sur le don (2001 [1924]), définit le don comme une prestation (« totale » ou « agonistique »), librement obligatoire, entre groupes ou personnes, régie par les trois obligations (donner, recevoir et rendre) sur un cycle d’échanges s’établissant dans la durée. Même si un vocabulaire hétéroclite cache des échanges sous la fiction du don, ainsi que s’en insurge Testart (2001 : 739), nous préférons conserver le terme de « don » conceptualisé par Mauss plutôt que d’utiliser celui d’« échange non marchand » proposé par Testart. Pour nous, comme pour Hénaff (2002), Testart semble faire un faux procès à Mauss qui reconnaît déjà la dimension d’échange du don et en signale – c’est là toute l’astuce – son caractère librement contraint.

4Les dons des AS et des bénéficiaires, comme les échanges non marchands décrits par Testart (2001), impliquent un rapport durable et personnalisé et ne sont pas incompatibles avec une relation de dépendance telle que le rapport vassalique (Testart 2001 : 739). Il ne peuvent faire l’objet d’une sanction : ne pas rendre, c’est prendre un risque en terme affectif ; c’est peut-être déchoir, mais ce n’est pas rompre un contrat. A l’opposé, l’échange contractuel (proche de l’échange marchand décrit par Testart) implique, lui, un retour obligatoire. Il est contractuellement exigible et peut faire l’objet d’une sanction. « Ce qui sépare échange et don, c’est toujours une question de droit. A chaque fois qu’il y a un droit à exiger une contrepartie, nous sommes dans le registre de l’échange ; à chaque fois que ce droit fait défaut, nous sommes dans celui du don », résume Testart (2001 : 720). La relation d’assistance se caractérise par des échanges (contractuels) et des dons, liés à des processus de reconnaissance : « Il s’agit de le [l’autre] reconnaître au sens de lui accorder du respect, d’admettre sa valeur, son importance : bref son existence égale à la mienne, ailleurs, autrement » (Hénaff 2002 : 186). Tant pour les bénéficiaires que pour les AS, il s’agit d’être reconnus. Nous tentons de distinguer ce qui relève des échanges contractuels et ce qui appartient davantage aux dons, même si les protagonistes ne donnent pas tous le même sens aux actions engagées (Weber 2000) et même si le don est parfois laissé « dans l’indécidable » (Fustier 1996).

Les dons des bénéficiaires

  • 47 34 % de l’échantillon pensent néanmoins que la dette n’aurait pas dû exister : « on devrait recevo (...)

5Les dons des bénéficiaires, défis plutôt que gestes de soumission, doivent d’abord être replacés dans le cadre de la « dette morale » (Paugam et Schultheis 1998) qu’implique toute assistance publique, surtout en Suisse où elle ne constitue pas à proprement parler un droit (pour rappel, seule l’aide minimale est un dû en fonction de l’article 12 de la Constitution fédérale). Une dette tout à fait concrète existait aussi à l’époque de notre enquête (jusqu’au 1er juillet 2004, à l’Hospice général). Les propos recueillis lors de notre recherche et les réponses quantifiables analysées pour le Suivi longitudinal des bénéficiaires de l’aide sociale (Clerc et al. 2006) montrent (même s’il peut s’agir d’énoncés politiquement corrects destinés à des enquêteurs apparentés à l’institution d’aide) que 82 % des bénéficiaires de l’assistance publique adhèrent à la proposition « rembourser sa dette est une affaire d’honneur et de dignité »47 et que 84 % pensent aussi que « rembourser sa dette permet à d’autres d’être aidés ». Comme l’analyse un des auteurs, le remboursement potentiel permet au bénéficiaire de se revaloriser par avance, de conserver honneur et dignité et de faire preuve par anticipation de solidarité sociale. Une ex-bénéficiaire, mère de cinq enfants, touchant actuellement une rente de veuve et entourée d’un nouveau compagnon, explique, quant à elle, qu’elle ressent une dette morale à la fois à l’égard de ses proches et vis-à-vis de l’institution qui l’a aidée durant de nombreuses années : « J’ai quand même une dette envers la société. J’effectue une formation pour pouvoir travailler bénévolement auprès de mourants. Je n’ai pas pu être là à la mort de mon père, ni à celle de mon mari. Ce n’est pas la raison principale de ma formation, mais c’est quand même un peu pour réparer. C’est une petite chaîne, on peut rendre à d’autres ce que l’on a reçu. » Bon nombre de bénéficiaires versent par ailleurs de petites sommes à des associations caritatives. « Il y en a plusieurs qui le font. On le voit très bien dans les carnets de récépissés lorsque l’on contrôle le versement du loyer », s’émeut une AS, tandis qu’un autre n’admet que difficilement que son consultant verse 10 francs au Centre social protestant, une institution d’entraide très réputée : « Ce n’est pas à l’Hospice général de payer pour les institutions charitables et mon consultant doit d’abord s’appliquer à rembourser ses dettes auprès d’autres débiteurs ou offrir un petit cadeau à son enfant ». Maints bénéficiaires offrent également une pièce à ceux qui font la manche en jouant de la musique dans les transports publics ou à ceux qui mendient au coin d’une rue.

6Dette morale, volonté de rester inclus dans un système plus large d’obligations et d’échanges, les dons des bénéficiaires aux AS peuvent être considérés comme des défis de reconnaissance : « j’ai tout de même les moyens de remercier quelqu’un », semblent dire certains bénéficiaires à leur AS en offrant qui des fleurs, qui des denrées alimentaires, qui des objets. Les plantes vertes ont l’avantage de durer et de nécessiter des soins de la part de leurs récipiendaires. Ce sont des cadeaux qui obligent à un suivi (les AS parlent aussi du suivi des bénéficiaires) que certains AS prennent plaisir à assurer tandis que d’autres le négligent un peu. Une AS expliquait s’attacher particulièrement à la disposition des plantes. Son intérêt pour ces dernières n’a d’ailleurs pas échappé à une bénéficiaire qui lui a acheté un grand livre sur le sujet. Une AS, en revanche, les négligeait ; un bénéficiaire décida alors de s’en occuper : lors de chaque rendez-vous, il soignait la plante qu’il avait lui-même offerte tout en mettant aussi son talent de jardinier amateur au service des plantes apportées par d’autres bénéficiaires. Les fleurs coupées sont plus rares, peut-être parce qu’elles pourraient s’apparenter à un signe de séduction ou qu’elles ne restent pas assez longtemps dans les bureaux. Dans les quelques cas observés, ces fleurs étaient offertes par des femmes à des AS de sexe féminin. Le chocolat semble également être un cadeau de choix, tant pour les hommes que pour les femmes. Les bénéficiaires savent qu’il est souvent partagé et ne peut ainsi s’assimiler à un geste de galanterie. Il provient tantôt de confiseries renommées, tantôt de grandes surfaces. Le vin (ou le porto, ce dernier étant presque exclusivement rapporté par des Portugais de leurs vacances au pays) est plus fréquemment remis par des hommes aux AS femmes.

7Les bénéficiaires viennent aussi avec des objets qu’ils ont fabriqués euxmêmes. Ainsi signalent-ils des compétences artistiques dans le domaine textile, culinaire, pictural, photographique ou musical. Les femmes offrent des napperons crochetés, des coussins brodés, des bricolages utilitaires (cadre à photos, bougeoir, cendrier). Elles apportent également des spécialités culinaires (biscuits, gâteaux, entremets salés), des dessins ou des peintures… Toutefois, ces derniers cadeaux semblent plus fréquemment masculins. Pour l’offrir à son AS, une femme, un bénéficiaire a encadré une immense photographie par lui réalisée. Un autre a offert un calendrier composé de ses peintures, avec l’espoir que la récipiendaire s’arrangerait pour proposer à des connaissances d’acheter quelques-unes de ses réalisations.

8Enfin, certains parents utilisent leurs enfants comme médiateurs du don. Ce sont eux qui prennent en charge le cadeau de leurs parents ou apportent des bricolages de leur cru. Deux enfants ont donné – apparemment de leur propre gré – de menus jouets tirés de leur boîte à trésor, notait avec beaucoup d’attendrissement une AS. Parfois, les cadeaux signalent une amélioration de l’humeur d’un bénéficiaire : on offre des objets fabriqués si on a été en état de les créer…

9Les dons renvoient aussi à la société d’origine des bénéficiaires issus de la migration et qui sont devenus suisses ou ont un permis d’établissement ou de résidence. Outre le porto déjà mentionné, il s’agit de babioles ou d’artisanats rapportés de différents déplacements (une pyramide en verre, des tapisseries d’origine latino-américaine, une djellaba, un petit bouddha, une écharpe en laine). Ces objets permettent quelques références à des lieux d’émigration ou à des parcours migratoires et sont pensés comme des signes d’identité vis-à-vis d’AS qui – pour diverses raisons, notamment la volonté de ne pas prêter le flanc à une critique xénophile ou xénophobe – ne mentionnent que rarement la nationalité de leurs consultants.

10Les cartes postales, bien qu’elles ne soient pas considérées à proprement parler comme des cadeaux, sont reçues avec plaisir. Certains AS les affichent, d’autres n’osent pas les montrer (puisque les bénéficiaires n’ont pas droit à des vacances sans déduction du montant d’assistance). Les AS glissent les cartes postales dans le dossier de leurs consultants, ne les mettant en évidence que lorsqu’ils ouvrent le document devant eux. L’envoi de cartes postales peut être compris à la fois comme un remerciement à l’AS et comme un défi à l’institution lorsque AS et bénéficiaire ont conscience de transgresser une règle. Il s’agit peut-être aussi d’une façon de faire signe comme n’importe qui, de montrer que l’on a droit à des vacances comme les non-assistés. Les bénéficiaires envoient aussi des cartes de vœux qui, elles, ne posent pas de problème et sont très appréciées.

11Des cadeaux sont offerts à divers moments : lors des fêtes (Noël, fin d’année et Pâques), à l’occasion de l’anniversaire de l’AS, mais aussi au moment de la clôture de la relation (quoique la clôture soit peu marquée, comme si l’on craignait de part et d’autre qu’elle ne soit pas définitive). Le prétexte calendaire semble annuler le soupçon de corruption.

Recevoir…

12Les AS soulignent d’emblée qu’ils préféreraient se voir offrir plus de considération de la part de leur hiérarchie que de recevoir des cadeaux de leurs consultants. Une AS se plaint en disant, par exemple : « Le moins intéressant, c’est le manque de reconnaissance de notre travail social par l’institution ; c’est le plus difficile à vivre. On ne me demande jamais ce que je fais comme accompagnement psychosocial, on ne me demande jamais le travail effectué pour faire sortir quelqu’un de l’assistance. Nous sommes contrôlés sur l’argent, mais il y a un déni du travail social. Pourtant, si l’on fait un bon accompagnement, on va économiser à moyen et long terme beaucoup d’argent. »

13Les AS précisent aussi qu’ils sont payés pour faire leur travail et que les bénéficiaires n’ont qu’à faire le leur : « Je leur dis souvent : ‘le meilleur cadeau que vous pouvez me faire, c’est d’amener vos récépissés en ordre’ ». Ils n’acceptent aucun don en argent : cela s’apparenterait clairement à de la corruption. Bien qu’aucun AS ne nous l’ait mentionné, l’article 27 du statut du personnel de l’Hospice général stipule d’ailleurs qu’« il est interdit aux membres du personnel de solliciter ou d’accepter pour eux-mêmes ou pour autrui, des dons ou d’autres avantages en raison de leur situation officielle ». Un AS précise : « J’ai aussi reçu des pourboires. C’est fréquent quand on se rend à domicile [chez des personnes âgées] et ils peuvent atteindre cinquante francs, mais là je refuse. Le fric, je refuse. Je ne refuse jamais un cadeau, mais le fric je refuse. » Une autre explique : « Je n’accepterais pas certaines choses si le montant en est trop élevé, par exemple une chaîne hi-fi. Je dirais ‘merci, mais c’est trop, je suis contente que vous soyez satisfait de mon suivi, mais c’est trop. Si vous voulez vraiment me remercier, une boîte de chocolat fera l’affaire’. »

14Bien qu’ils considèrent les dons comme gênants et qu’ils aient parfois le sentiment de se faire acheter, la plupart des AS estiment toutefois qu’ils sont le signe d’échanges acceptables, si les limites sont bien posées. « Oui, j’ai reçu des cadeaux. Au départ, ce n’était pas évident, parce que je considère que ce que je fais est tout à fait normal ; c’est mon travail », explique une AS, tandis qu’une autre passe en revue les objets exposés dans son bureau : « La bouteille de porto vient d’un consultant à qui j’ai eu le malheur de dire que c’était mon anniversaire, le jour où il est venu, et du coup il m’a rapporté du porto de ses vacances. J’ai aussi un calendrier d’un vieux monsieur. Toutes les plantes sont des cadeaux. Et ce bateau en bois peint aussi. En fait, les psychologues [sa formation précédente] n’acceptent pas les cadeaux, mais je ne peux pas refuser. En revanche, je n’en fais pas en retour. On a déjà discuté avec les autres collègues des cadeaux que l’on reçoit. Je sais que j’ai le portefeuille [de dossiers d’assistance] qui en rapporte le plus. Une collègue, elle, n’a reçu que deux cadeaux jusqu’à présent. Je ne sais pas si je suis la plus aimable ! ? » Dans certains bureaux, les cadeaux sont si soigneusement exposés qu’ils deviennent presque de petits musées de la reconnaissance (voir cahier de photos). D’autres AS prennent chez eux, mais le plus souvent relèguent dans quelque armoire du CASS ce qu’ils ne veulent pas conserver dans leur espace de travail.

15En fait, les AS comprennent la valeur identitaire des cadeaux : « Les cadeaux me gênent, puisqu’ils [les consultants] n’ont pas grand-chose, mais je ne les refuse jamais, puisque cela serait les refuser eux-mêmes », explique une AS. Une autre fait remarquer : « Quand je vois le plaisir de certains consultants à amener des cadeaux à leur AS… Ils y mettent tout leur cœur parce qu’ils ont senti que l’AS s’était ‘bougé’ pour eux et qu’ils avaient eu droit à du respect. Certains cadeaux s’échangent en fin de travail, c’est une manière de redonner quelque chose, de ne pas se sentir redevable, c’est ce qui met un terme à la relation de travail établie pendant un certain temps. Je trouve important d’accepter. »

Les dons des assistants sociaux

16Comme nous venons de le voir, les AS savent recevoir les dons des bénéficiaires, mais ils n’inaugurent que rarement un cycle de dons. Nous n’avons recensé qu’un seul cas de cadeau offert par l’AS à sa consultante : il s’agissait d’un éventail que l’AS avait acheté dans son pays d’origine et offert à une consultante qui s’était, elle, procuré un petit chaudron en fonte provenant du Tessin. En fait, les AS donnent autrement : souvent sous forme d’une extension de leur travail habituel. L’offre d’un petit supplément financier pour Noël (à l’époque de notre enquête quand cela était encore possible) relève du choix et de la responsabilité des AS, même s’ils ne donnent pas la somme en leur nom (quoique le pronom « je » soit souvent utilisé) et en signalent le caractère exceptionnel : « J’ai une bonne nouvelle. Pour Noël, je vous donnerai un peu plus. Il existe pour chaque dossier une enveloppe pour des frais complémentaires, à la liberté des AS. Ce n’est pas énorme, mais comme vous n’en avez pas eu besoin pour autre chose, cela fera 250 francs de plus. » Durant la période de Noël toujours, les AS emballaient à tour de bras des jouets reçus de la part des grands magasins du canton et destinés aux enfants des bénéficiaires. Les AS n’offraient certes pas ces cadeaux en leur nom, mais avaient dû se livrer à un long et fastidieux travail pour faire correspondre à chaque enfant (jusqu’à 15 ans) le cadeau adapté à son âge et son sexe. Il a fallu aussi prendre le temps d’un échange concerté pour corriger les inévitables erreurs d’aiguillage.

  • 48 La mention directe de la nationalité est rare, comme nous l’avons déjà souligné.

17D’autres dons sont plus personnels, même s’ils empruntent un médium administratif : ce sont des cadeaux que nous pourrions qualifier de « pédagogiques » en lien immédiat avec une démarche de réhabilitation ou de réinsertion. Ainsi cet AS qui dit avoir offert un classeur avec son jeu d’intercalaires à un bénéficiaire désordonné : « D’ordinaire, je n’offre rien ; mais pour un Colombien48, c’est vrai, j’avais un classeur en trop et je lui ai dit [un peu ironiquement] à Noël : ‘Eh bien pour vos étrennes, je vais vous offrir ce classeur avec des intercalaires’. En fait, cela permettait de mettre de l’ordre dans tout son bazar et on a tout rangé ensemble. C’est important parce qu’il va retravailler et que l’on ne va plus l’aider à gérer ses factures. » Ou encore cette AS qui achetait, à ses frais, des carnets de récépissés postaux pour les donner à ses consultants.

18Comme nous l’avons vu dans le chapitre concernant l’accompagnement des projets de réinsertion construits par les bénéficiaires, rédiger des demandes de fonds pour obtenir le financement de certains objectifs non pris en charge par l’Hospice général (par exemple des cours) est également constitutif du travail social, mais demande beaucoup d’énergie : cet investissement n’est donc pas systématique et peut s’assimiler à une forme de don offert à certains consultants avec lesquels les AS se sentent des affinités.

19Ainsi que le suggérait déjà Fustier (1993 et 1996), les exemples évoqués laissent les dons dans une sphère indécise, entre prestations liées au travail d’AS et dons, et surtout sans que les bénéficiaires puissent les lire comme des cadeaux appelant une réponse ou du favoritisme. Les AS disent à l’ethnologue « en faire un peu plus » pour certains bénéficiaires ou « se donner » lorsque ces derniers ont du « répondant ». Il s’agit de démarches moins routinières, plus chronophages et dont l’aspect exceptionnel peut présenter une part de risque. Les AS racontent des anecdotes sur les bénéficiaires dont ils se sont particulièrement occupés. Une AS explique, par exemple, avoir recommandé un de ses consultants à des amis personnels pour un éventuel engagement dans leur entreprise ; elle précise qu’il s’agit d’une démarche très exceptionnelle puisque, comme la plupart de ses collègues, elle se garde de mêler vie privée et vie professionnelle. Une autre AS cherche dans tout le quartier un enfant qui n’est pas rentré à l’heure à la maison ; une dernière, enfin, quitte le Centre un peu plus tôt un soir : « Je dois aller chercher l’enfant d’une consultante à la sortie du bus, parce qu’elle est en stage et n’a pas pu s’organiser ; je n’ose pas le dire, car ce n’est pas cela qu’attend de nous l’institution ». Une autre encore, en congé maladie partiel, a réduit tous les rendez-vous mensuels à trente minutes par personne ; un bénéficiaire – qui en a été averti par le secrétariat – lui demande pourquoi elle le reçoit depuis bientôt quarante-cinq minutes. L’AS justifie alors le temps supplémentaire en plaisantant sur le plaisir qu’elle a à le rencontrer. Le « vrai » rapport de don ou de contre-don est conçu comme le partage avec leurs consultants de choses et de moments qui sont hors contrat et qui sortent – à strictement parler – de leurs tâches d’assistance ; c’est du temps offert en sus. Cette façon de s’engager est d’ailleurs perçue par les bénéficiaires qui y réfèrent lorsqu’ils établissent des comparaisons entre les différents AS auxquels ils ont eu affaire.

Reconnaissance et iniquité

20Dans le cadre de l’assistance publique, les échanges entre AS et bénéficiaires prennent deux formes : l’une est clairement contractuelle (et l’introduction du CASI en renforce encore l’aspect contraignant), l’autre émane d’une sphère plus floue dans laquelle AS et bénéficiaires échangent des « plus » – des moments ou des objets – symboles de leurs compétences ou de leurs affinités. Les dons permettent aux bénéficiaires d’être perçus autrement que dans leurs lacunes et aux AS d’exercer leur métier « d’aide » et « d’écoute » sans le limiter à la tenue d’un dossier dont chaque pièce a été dûment contrôlée.

21L’échange contractuel relève du donnant-donnant, c’est un échange marchand hors marché. Le don, lui, n’est pas contractualisé, ce qui ne signifie pas qu’il est nécessairement libre et gratuit. Sauf lorsque le cadeau s’assimile à de la corruption ou à un paiement, les AS sont presque contraints de recevoir les dons, et ce d’autant plus qu’ils en reconnaissent la valeur identitaire. Les dons faits par les AS ne sont que peu définis : ils correspondent à un supplément, à l’impression d’en faire plus (ou trop), à un investissement spécifique, à un sentiment d’affinité. Les bénéficiaires, lorsqu’ils sont donateurs, parlent de « cadeaux », d’un « petit quelque chose » ou d’une « petite attention ». Récipiendaires, ils décrivent – comme les AS – par périphrases ce qu’ils ont reçu « en plus ». Dans leurs énoncés à ce sujet, ils s’appuient en particulier sur une comparaison entre AS, puisqu’ils ont l’occasion d’expérimenter différentes façons de faire selon la durée de l’aide ou le tournus des employés. La frontière entre ce qui relève de l’échange contractuel, de l’éthos du métier et du don est floue ; il est notamment parfois difficile de savoir si ce qui est donné « en plus » n’appartient pas à une conception généreuse du métier d’AS ou si les cadeaux des bénéficiaires ne sont pas de simples politesses : de notre point de vue, une seule règle permet de trancher, c’est celle qui est donnée par Mauss puis par Testart (2001) : l’absence de don en retour n’est pas susceptible de sanction directe. Les protagonistes d’un cycle d’échanges peuvent se mésestimer, être déconsidérés se fâcher… mais ils ne peuvent sanctionner le « mauvais joueur » comme ils pourraient sanctionner le « mauvais payeur », celui qui ne respecterait pas les clauses d’un contrat. Dans le cadre de l’aide sociale, les AS peuvent agir sur l’échange contractuel et punir les bénéficiaires qui ne respecteraient pas les objectifs d’intégration par une diminution du montant d’aide, mais ils ne peuvent bien entendu pas intervenir auprès des bénéficiaires qui ne leur témoigneraient pas de gratitude. De même, les bénéficiaires ne peuvent réclamer davantage d’attention et d’investissement de leur AS ; ils doivent se contenter de ce qui est réglementairement offert. Seuls les AS pourraient peut-être être blâmés d’en avoir trop fait pour l’un ou l’autre de ses consultants, notamment en raison du principe d’équité de traitement entre bénéficiaires. En somme, le don est à bien plaire, librement obligatoire, parce que donateurs et récipiendaires tiennent à maintenir une relation spécifique pourvoyeuse de sens et de reconnaissance. Les dons sont – de notre point de vue – plus que de simples liants sociaux attachés à la relation d’aide (politesse, respect, conversations) : ils permettent « d’être reconnu » et de se considérer, peu ou prou, comme doué de compétences et d’une identité multiforme qui n’est pas limitée au seul statut d’AS ou de bénéficiaire. Ils disent quelque chose de la vie hors de l’assistance, de certaines compétences ou d’intérêts diversifiés, de hobbies exercés malgré les restrictions de revenu.

22Jusqu’à la mise en place des CASI, nous semble-t-il, une part du travail d’assistance (notamment celle qui relève des projets, voir chapitre 5) pouvait être lue par ses différents protagonistes comme un échange « non-marchand », c’est-à-dire, ainsi que le précise Testart (2001), comme un échange conditionné par un autre rapport social qui le dépasse (la relation d’aide dans toute sa complexité). L’extrême formalisation de la relation dans les nouveaux processus de contrôle et de sanction ainsi que le CASI lui-même vont accentuer la part d’échange marchand, dans lequel « c’est le rapport aux choses qui commande le rapport entre les personnes » ; « la chose n’est qu’un moyen (…) d’obtenir autre chose qu’elle-même (…) ; [elle] ne vaut que comme valeur d’échange, (…) la réalisation de l’échange ne dépend en conséquence que des termes de l’échange » ; « le rapport entre les acteurs peut se résumer à n’être que cela : ‘combien’ » (Testart, 2001 : 725). La relation d’assistance, sans la formalisation du contrat, ne signifiait ainsi pas tant l’absence d’une contrepartie (la mauvaise volonté ayant toujours amené à des possibilités de sanctions), mais empêchait de réduire le rapport AS/bénéficiaire au seul rapport marchand.

23Le potentiel de reconnaissance observable dans les dons échangés entre AS et bénéficiaires ne devrait pas masquer de formidables injustices. Comme l’explique Fraser (2005 : 32-35), les théories de la reconnaissance peuvent occulter les questions propres à la redistribution des biens matériels. Il y a dilemme entre les processus de justice redistributive venant corriger les inégalités sociales et économiques, et les processus de reconnaissance qui, eux, visent à rétablir dans des droits et dans la dignité des groupes spécifiquement discriminés. Les manques et les lacunes constatés dans une sphère ne devraient pas être compensés dans une autre ; la reconnaissance du travail des AS et des spécificités de chaque bénéficiaire ne peuvent corriger les manquements de la solidarité sociale. A l’heure où l’aide sociale et les assurances sociales (comme l’AI) sont de plus en plus soumises à contrôles, expertises et, surtout, sanctions en cas de « non-collaboration » ou « non-activation », il nous semble que cette tendance à l’activation des bénéficiaires s’articule avec une vision toujours plus limitée de l’intégration (seul le travail rémunéré est considéré comme vecteur d’autonomie et de liberté) et une restriction des processus de reconnaissance. Cela alors même que les bénéficiaires cherchent à mobiliser d’autres registres identitaires et à être reconnus autrement que comme « sans-emploi » et « assistés ».

Notes

45 Une première version de ce texte a été publiée dans Tsantsa (Lambelet, Csupor et Ossipow 2006), Nous remercions les éditrices de la revue de nous laisser reproduire ici une version remaniée de cet article.

46 Comme le montre Dire la dette à travers l’argent ou la taire à travers le don. Les allocataires du RMI et l’aide monétaire (Ribert 2005), cette asymétrie se retrouve également dans la sphère familiale.

47 34 % de l’échantillon pensent néanmoins que la dette n’aurait pas dû exister : « on devrait recevoir de l’aide sans avoir à la rembourser », insiste une mère de famille, une Suissesse qui est née et a vécu à l’étranger avant d’immigrer en Suisse avec son ex-mari, et qui élève seule ses quatre enfants, tout en recommençant une formation dans le domaine social et en se livrant aussi, par ailleurs, à un certain nombre d’activités bénévoles dans son quartier : « Cela devrait être un droit. Comme je dis souvent à mes enfants : ‘si je ne vous élève pas, la note sera plus salée’. Oui, cela devrait être un droit : ‘moi, je vous élève et vous, vous irez travailler et vous paierez des impôts’ ».

48 La mention directe de la nationalité est rare, comme nous l’avons déjà souligné.

© Éditions ies, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search