Version classiqueVersion mobile

De l’aide à la reconnaissance

 | 
Laurence Ossipow
, 
Alexandre Lambelet
, 
Isabelle Csupor

Partie I. L’Hospice général dans cinq centres d’action sociale et de santé (CASS)

Chapitre 5. Les projets : de la routine au « challenge »

Texte intégral

1Les différents acteurs de l’action sociale et les réseaux décrits au chapitre précédent participent tous à l’insertion des bénéficiaires par leurs activités conjuguées. Pour ce faire, ils se mobilisent ou sont enjoints de se mobiliser autour de la réalisation de projets liés à la nécessité d’une contre-prestation, l’assistance (sauf minimale) n’étant pas un droit en Suisse, ainsi que nous l’avons déjà expliqué en début d’ouvrage.

  • 38 Selon les termes mêmes du projet « Solidarité 700e » (voir Duvanel, Eckmann, Tecklenburg 1995 : 209 (...)

2L’idée de susciter des projets pour éviter l’assistance ou sortir de celle-ci n’est pas nouvelle. Elle se rattache à la logique charitable qui a longtemps dominé dans le traitement social de la pauvreté ou peut être liée à des programmes spécifiques de solidarité, comme ce fut le cas à Genève en 1991 lorsque 1 200 000 francs furent investis pour fêter le 700e anniversaire de la Confédération helvétique dans un programme local de lutte contre la pauvreté (« Solidarité 700e »). Ce programme – généreuse action de solidarité mais aussi test en vue de changements dans l’attribution de l’aide sociale (Duvanel, Eckmann, Tecklenburg 1995 : 6) – soutint des projets « réalisables et réalistes »38, notamment axés sur la formation et le désendettement. Aujourd’hui, et comme nous le verrons en conclusion de ce chapitre, le projet de renouveau de l’aide sociale se confond avec les théories managériales communes qui espèrent « mieux faire » pour « moins cher » tout en tentant de corriger le comportement supposé passif des bénéficiaires désormais contraints de « s’activer ».

3Comme le montrent Boltanski et Chiapello, toute démarche peut être qualifiée de projet, tant le terme est – de nos jours – légitime : « ce qui importe, c’est de développer de l’activité, c’est-à-dire de ne jamais être à court de projet, à court d’idée, d’avoir toujours quelque chose en vue, en préparation (…). Tout peut accéder à la dignité du projet y compris les entreprises hostiles au capitalisme. En décrivant tout accomplissement avec une grammaire nominale qui est la grammaire du projet, on efface les différences entre un projet capitaliste et une réalisation banale. (…) Sous le terme de projet on peut assimiler des choses si différentes : ouvrir une usine, en fermer une, faire un projet de reengineering ou monter une pièce de théâtre ; il s’agit toujours de projets et du même héroïsme » (1999 : 166-167).

4Loin de vouloir refaire l’histoire (ou la déconstruction) de ces paradigmes déjà écrite ailleurs (Boutinet 1990 et 1993 ; Castel 1995 ; Boltanski et Chiapello 1999 ; Morel 2000 ; Castra 2003), nous examinons ici comment les AS définissent les projets ou les actions qu’ils mettent en place pour ou avec leurs consultants. Nous nous penchons aussi sur la diversité des rationalités à l’œuvre, tant de la part des AS que de l’institution qui les emploie : la direction de l’Hospice général, pressée de restreindre au maximum les frais de l’action sociale, vise avant tout l’indépendance au plus vite des bénéficiaires, c’est-à-dire leur sortie de l’aide sociale par la voie privilégiée de l’emploi, tandis que les AS, confrontés à la précarité et aux demandes concrètes des bénéficiaires, travaillent selon leurs propres conceptions du métier, en répondant autant aux besoins des bénéficiaires qu’aux demandes de l’institution.

5La question de l’équité de traitement des bénéficiaires pose alors problème, puisque certains projets sont davantage soutenus que d’autres pour des raisons qui tiennent tant à l’investissement différencié des AS qu’à la structure des ressources propres aux bénéficiaires. Au-delà des projets refusés (car « irréalistes » à bien des égards) ou « déconseillés » (car encourageant un statut d’indépendant considéré comme trop fragile) et de l’invalidation (une démarche admise avec une certaine fatalité), deux types de projets émergent de nos observations : le premier recouvre des objectifs à court terme (que les AS qualifient de projets en même temps qu’ils en nient le caractère innovateur) et le second renvoie aux projets « challenge » (que nous avons nommés ainsi pour leur caractère exceptionnel, pour la part de défi et pour la nécessité de marges de manœuvre qu’ils impliquent).

Des rationalités divergentes

6Le public de l’Hospice général n’est généralement pas pourvu de forts capitaux sociaux, financiers ou culturels, il bénéficie souvent d’un suivi psychologique, et les projets qu’il réalisera pourront alors paraître, à un regard extérieur, des plus limités. Un AS note, par exemple : « Pour une personne qui se plaignait de ne pas sortir de son lit de la journée, le projet a été qu’elle mette son réveil tous les matins à sept heures, qu’elle se lève, aille aux toilettes, à la fenêtre ou boive un verre d’eau. Ensuite, qu’elle se recouche, c’était égal, mais l’objectif était que la personne se lève. Ou bien, à une autre personne, qui ne s’occupait pas de ses factures, je lui avais raconté l’histoire du chien de Pavlov, des stimuli réponses, lui disant qu’avec les factures, plutôt que de faire ‘facture → poubelle’, il devrait faire ‘facture → l’amener à l’AS’. » Pour un autre bénéficiaire, le projet (ou l’objectif) consiste à trouver un logement ou une chambre ; pour un troisième, c’est de venir une fois par mois au rendez-vous et de se soigner ; pour un autre encore, c’est de retrouver un emploi. Pour un homme qui souffre de problèmes psychiques, et à la suite de nombreuses expériences de travail avortées du fait même de ces problèmes, le projet peut se réduire à une demande de rente AI ; pour une femme qui n’a jamais travaillé et qui demande l’assistance financière, ce sera de lui faire comprendre l’obligation de s’inscrire au chômage ; pour une autre personne encore, ce sera de lui apprendre à faire elle-même ses démarches administratives. Cela peut être, enfin, plus simplement, donner du sens pour les bénéficiaires à chacune de leurs actions.

7La reprise d’un emploi salarié, si elle reste l’objectif à atteindre conformément aux directives de l’institution, est souvent différée au profit d’autres démarches jugées plus urgentes par les AS confrontés aux exigences concrètes et immédiates du travail avec les bénéficiaires. C’est ce qu’explique une AS : « Le projet d’intégration, c’est la pointe de l’iceberg ; il faut d’abord résoudre tous les problèmes sous-jacents ; trouver un emploi pour quelqu’un qui a des dettes énormes, c’est inutile, tant le remboursement des dettes va décourager la personne dès le départ. Le projet, c’est bien au contraire une stabilisation, un projet de vie, que la personne reprenne prise sur sa vie. On travaille non pour l’immédiat mais pour demain, pour redonner à la personne une assise solide, autrement, dans quelques mois, la personne sera déjà de retour. » Un AS travaille de même avec une bénéficiaire ayant eu de très lourds problèmes familiaux : « Maintenant que vous avez un logement et que la séparation est faite, quand vous serez installée, il faudra mettre la deuxième vitesse pour la recherche d’emploi. »

8Dans certains cas, le travail, représente même davantage un problème qu’une solution. C’est pourquoi, nous avons pu observer une AS décourager une bénéficiaire qu’elle estime trop fragile pour changer d’emploi ; quand sa consultante lui annonce qu’elle compte se présenter aux chemins de fer pour travailler comme chauffeuse de minibar, l’AS lui dira : « Vous savez ce que cela représente comme travail, comme c’est pénible, combien cela fatigue ? S’ils vous prennent, demandez-leur bien de faire un stage d’abord sur trois jours. D’accord ? » Une autre AS parle d’une « absence de projet, dans l’attente que le fils [de sa consultante] commence l’école enfantine et que la mère soit ainsi libérée de cette contrainte de garde ». L’AS justifie cet état de fait par le manque de places disponibles dans les crèches. Lors des entretiens, elle encourage sa consultante à chercher du travail, mais ne l’enjoindra à donner un « gros coup de boom » qu’en septembre, quand son fils aura commencé l’école. L’horizon du travail, s’il n’est jamais oublié, n’est donc pas toujours primordial, d’autres réalités semblant tout aussi importantes (formation, enfants, problèmes de santé, etc.). Le travail des AS consiste alors, selon leurs discours, non pas à replacer les bénéficiaires au plus vite sur le marché de l’emploi, mais à « repartir depuis le départ », pour leur donner une « assise saine ». Il s’agit, pour reprendre les termes utilisés au sein de l’Hospice général, de penser restauration et socialisation avant d’orienter vers la réinsertion socioprofessionnelle.

9Fruits de rationalités diverses et d’adaptation aux souhaits et aux possibilités des bénéficiaires, les projets ou objectifs sont en outre rarement uniques. Le plus souvent, ils s’inscrivent dans le court, moyen et long terme, oscillant entre des microprojets mensuels (voire hebdomadaires ou quotidiens) et un projet « idéal » (à savoir l’autonomie financière) largement différé. Il y a ainsi articulation et simultanéité de projets. Au projet de recherche d’emploi d’un bénéficiaire s’ajoutent un suivi psychologique et des conseils d’une structure d’aide au placement. Pour un homme qui souffre de problèmes d’alcoolisme, le projet à court terme peut se concrétiser en une occupation dans un stage protégé, l’abstinence apparaissant alors comme un objectif de deuxième temps et le retour à l’emploi comme un horizon à deux ou trois ans.

Négociations et projets en filigrane

10La règle voudrait que les projets soient une construction commune de l’AS et du bénéficiaire : « Le projet d’action sociale est la synthèse de la demande de l’usager et de l’offre du travailleur social (…) » (Hospice général, art. 02 040). Pourtant, l’observation des pratiques oblige à établir une distinction entre les projets « verbalisés » par les AS ou les bénéficiaires et ceux qui, bien que présents dans l’esprit de l’AS, ne seront pas ou que tardivement exprimés. Nous les qualifions de projets « en filigrane », parce qu’ils se situent en arrière-plan des interactions, parce que ce sont des hypothèses de travail à tester au fil des rendez-vous, des possibles exploitables à tout moment et parce qu’ils ne sont pas à proprement parler le fruit d’une négociation explicite entre l’AS et le bénéficiaire.

11Comme le montrent les extraits ci-dessous et comme l’on pouvait s’y attendre de la part de professionnels habitués à déceler des demandes ou à anticiper des démarches sur la base d’évaluations de cas ou de dossiers, ce sont souvent les AS qui dessinent les actions à mener. Une AS dit ainsi à propos d’une jeune consultante d’origine étrangère : « D’abord, il y a l’évaluation ; elle est jeune d’accord, mais il y a vraiment un problème de santé chez elle. Elle devrait se faire soigner et opérer. Elle a un discours qui tient la route, mais elle ne persévère jamais longtemps ni dans une activité ni dans une idée. C’est également à regarder en termes interculturels. Il faudra l’amener petit à petit à assurer ses arrières. A priori, il faut lui trouver une source de revenu stable, pas forcément un travail, et pour cela il faut d’abord qu’elle réalise qu’elle a un problème de santé. L’AI serait une des hypothèses. A partir de ces hypothèses, j’ai des pistes possibles et, soit l’une après l’autre, soit toutes en même temps, j’essaie de les faire avancer. Ma stratégie : quand j’ai quelque chose dans les mains, j’essaie de tenir, d’assurer le maximum de choses. Mais en arrière-plan, on a les pistes possibles. »

12Un autre AS explique le cas d’une personne déjà en demande d’une rente AI : « Pour moi, l’aspect financier n’est pas le plus important ; mon consultant a aussi des problèmes de consommation d’alcool, d’hygiène personnelle, de bien-être, autant de problèmes assez fréquents chez les personnes en demande d’AI, qui ne savent plus très bien où elles en sont et doivent se reconstruire une identité. Mais c’est très difficile à travailler parce que ce n’est pas la demande du client. Donc, je dois travailler la relation de confiance pour pouvoir ensuite aborder ces problèmes. Mais je n’en suis pas encore là, c’est en cours. Ce consultant, je le vois une fois par mois pour le chèque et pour différents problèmes administratifs ; cela peut alors prendre six mois, peut-être une année, peut-être deux. C’est une question d’empathie ; je dois sentir si cette personne arrive à se sentir en confiance ; mais je ne le sens pas encore. »

13Ainsi, bien que le projet doive idéalement être une coconstruction et une reformulation commune d’objectifs, les AS travaillent souvent seuls à la hiérarchisation et à leur mise en ordre. Il va sans dire (mais le type d’approche effectué dans cette recherche ne nous permet pas d’y accéder) que les bénéficiaires effectuent sans doute eux-mêmes pareilles hiérarchisations de projets, qu’ils ont eux aussi des intérêts ou des objectifs qu’ils ne révèlent pas à l’AS, qui peut-être renforcent ou au contraire contrarient le « projet d’action sociale » et d’autonomie voulu par l’Hospice général.

Personnalisation et garantie d’équité

14L’élaboration de projets semble devoir cohabiter avec deux éléments constitutifs contradictoires : l’individualisation et la personnalisation des actions d’une part et, de l’autre, les contraintes administratives et les exigences d’équité. Boutinet (1993 : 19) insiste sur la première dimension, expliquant que les caractéristiques majeures du projet sont l’exemplarité (« le projet s’éloigne du banal et du quotidien pour penser un inédit idéalisé, un ailleurs souhaitable à réaliser »), l’opérativité (« nous ne sommes pas dans le rêve ou dans l’utopie, mais dans une réalisation désirée à faire advenir ») et sa pronominalisation (« le projet n’a rien à voir avec l’anonymat ; il est toujours lié à un acteur individuel ou collectif bien identifié qui se décide, se détermine, s’oriente, s’organise »).

15Au sein d’un système dans lequel les impératifs sont définis avant tout par l’institution – qui, répétons-le, se doit d’exiger la remise à l’emploi ou le transfert dans la sphère assurantielle de l’invalidité ou du chômage comme des objectifs supérieurs à toutes autres considérations – et dans lequel le travail se fait en réseau par l’intermédiaire de structures spécialisées, l’exemplarité et l’« univers des possibles » sont largement limités. Penser un projet hors du cadre habituel n’est pas impossible, mais très coûteux en temps et en énergie. Les AS doivent, en effet, s’en justifier et en négocier les dimensions avec leur supérieur hiérarchique au sein même de l’Hospice général, puis, dans la plupart des cas, créer de nouvelles relations avec de nouveaux interlocuteurs, hors du cercle des délégataires habituels. C’est : « un travail psychologique coûteux quand il est difficile de faire tenir pratiquement ensemble des exigences souvent opposées. Comme le dit une AS, ‘c’est du bricolage permanent et ça me met très mal à l’aise’ », rapporte Avenel (2002 : 13) dans un contexte français un peu analogue, celui de la distribution d’allocations. L’auteur souligne aussi que « la créativité cède la place à l’instruction des dossiers d’urgence. Formées aux vertus de la relation d’aide et du travail éducatif, les assistantes sociales ont alors le sentiment de devenir des auxiliaires de terrain au sein d’une bureaucratie qui ‘gère’ un stock d’aides diverses et de dossiers multiples » (Avenel 2002 : 5).

16Au-delà de l’effectivité ou non de la surcharge de travail déplorée par la grande majorité des AS observés, il semble néanmoins évident que lorsqu’un AS reçoit dans la même journée sept bénéficiaires différents pour des entretiens de quarante-cinq minutes, il favorise le recours à des solutions connues et éprouvées. Cette standardisation, cette « routinisation » ou cette homogénéisation des pratiques est donc non seulement signe d’une « adaptation active et raisonnable à un ensemble de contraintes et d’opportunités perçues dans leur contexte d’action » (Friedberg 1993 : 56), mais semble tout autant garante d’équité. Les AS se posent souvent la question de l’équité, ainsi qu’en témoigne l’exemple suivant, dans lequel un AS avoue ne pas avoir de projets pour un jeune homme souffrant de troubles psychiques, suivi depuis un an et qu’il n’arrive pas à « bien cerner ». C’est un « cas en attente », pour lequel il met « peu d’investissement » puisque, en raison de la surcharge de dossiers, il faut bien « en privilégier d’autres, ceux où quelque chose peut se passer dans les trois à quatre mois à venir, où je sens des possibilités de sortie de l’assistance, mais peut-être n’est-ce pas juste ? »

17Par essence antinomique avec l’idée de règle et d’administration, la constitution de projet met l’institution en danger : les risques d’arbitraire et d’inégalité sont bien présents et les AS se sentent potentiellement accusés de s’investir différemment selon les dossiers, d’offrir certaines mesures à certains bénéficiaires et non à d’autres, de favoriser certaines affinités plutôt que d’autres. Le recours à un catalogue autorisé et limité de projets possibles, envisageables et administrativement possibles (connus de tous et proposables à chacun) permet d’éviter tout un débat sur l’équité des pratiques.

18En somme, les projets mis sur pied à l’assistance doivent réussir à exister entre deux fortes contraintes : être simultanément administrativement viables (équitables vis-à-vis des autres dossiers et soustrayant les AS à toutes revendications de la part de leurs consultants) et innovants, donc uniques. La routine comporte ainsi, en elle-même, une composante éthique sous-entendant l’équité et représente donc un gage de sécurité. Autrement dit, et comme le souligne avec finesse Weller, « la routine fonctionne comme un palliatif conjurant la violence. Elle ritualise les comportements et permet ainsi d’éviter des disputes pouvant dégénérer non plus en litiges mais en différends (…). La routine traduit effectivement l’immobilisation d’une relation entre des personnes et des choses. Tout autant que source de dysfonctionnement et de ressassement mortifère, la routine est aussi une ressource essentielle dans la conduite des agents au sein d’une organisation bureaucratique ; elle permet, à travers la reproductibilité des comportements, l’économie d’une justification et la prévisibilité maximale » (1990 : 88).

Des projets déconseillés

  • 39 Certains indépendants revendiquent leur liberté de travail et disent assumer la faiblesse des reven (...)

19Si la réinsertion socioprofessionnelle est l’objectif auquel chacun doit tendre, le retour à un travail en tant qu’indépendant, comme artisan39 ou comme gestionnaire d’une petite entreprise (par exemple un kiosque à journaux, un petit commerce de vêtements ou de produits alimentaires, un café, un restaurant), est souvent fortement déconseillé par les AS : non seulement parce que la charge de travail administrative incombant à un petit indépendant est souvent lourde, mais surtout parce que ce statut peut prétériter un éventuel retour à l’aide sociale en cas d’échec.

20Un bénéficiaire qui a toujours refusé de s’inscrire au chômage annonce à son AS qu’il va reprendre une activité en tant qu’indépendant dans les produits de luxe, que leur rencontre est la dernière et qu’il ne demandera plus d’aide par la suite. L’AS fait semblant de s’en réjouir. En l’absence de son consultant, l’AS racontera que cette personne, indépendante, a été suivie pendant trois mois, il y a plus d’un an, étant alors en faillite et n’ayant plus payé ni ses assurances ni son loyer. L’Hospice général avait dû intervenir in extremis pour éviter une évacuation du logement. L’AS réagit donc, cette fois-ci, avec encore davantage de crainte : « Cela ne sera pas possible de l’aider une seconde fois, notamment en ce qui concerne le loyer. Il doit encore payer des arriérés à l’Hospice. J’aurais préféré qu’il se mette dans le créneau du salariat afin qu’il puisse bénéficier, le cas échéant, de tout le dispositif du chômage, mais il s’y est toujours opposé, n’a jamais voulu. Nous avons eu de nombreuses discussions à ce sujet. »

21Les projets d’indépendants révèlent donc des rationalités contradictoires entre les AS et les bénéficiaires. Pour ces derniers, mieux vaut « se lancer » et gagner, ne serait-ce que peu d’argent, que dépendre de l’aide sociale. Pour les AS, prônant une sécurité à plus ou moins long terme, les projets d’indépendance présentent un risque trop élevé de précarité ; la perspective d’une sortie de courte durée de l’assistance publique ne devrait pas l’emporter sur la sécurité d’une aide même minimale.

L’invalidation comme fatalité ou projet

22La même recherche de sécurité peut expliquer que l’invalidation (c’est-à-dire le passage du bénéficiaire à l’AI) puisse constituer une voie de sortie de l’Hospice général. Cette sortie permet aux bénéficiaires de toucher une aide parfois bien supérieure à celle de l’assistance publique, s’ils ont cotisé suffisamment longtemps, tandis qu’elle facilite la gestion des dossiers de personnes désormais clairement reconnues comme inaptes au travail.

Les demandeurs AI à l’Hospice général

Si un certain nombre de bénéficiaires poussent la porte de l’Hospice général en ayant déjà déposé une demande à l’AI, pour d’autres, celle-ci sera introduite alors qu’ils sont déjà pris en charge par l’aide sociale. Pour l’ensemble du canton de Genève, les demandes AI sont en constante augmentation depuis le début des années 1990 ; le nombre total de rentes AI octroyées passe en effet de 9337 pour 1990 à 18573 pour l’an 2000. En 2003, 23339 rentes sont versées et en 2006, leur nombre s’élève à 26411. Jusqu’en 1993, les avances étaient consenties par l’Hospice général. Elles furent ensuite directement transférées à l’OCPA (qui s’occupe aussi des rentes AI), sous le motif invoqué que les personnes en attente d’une décision AI n’ont pas besoin d’un suivi social compte tenu du fait que leur problématique relève essentiellement du domaine médical. En 1997 cependant, devant l’hétérogénéité des demandes de soutien et d’aide formulées par les demandeurs AI et l’incapacité des gestionnaires de l’OCPA à répondre à ces demandes particulières, ces dossiers ont été réintégrés à l’Hospice général, chargé dès lors de l’accueil, de l’information et de l’accompagnement des personnes en attente d’une rente AI.
En ce qui concerne les avances AI octroyées par l’Hospice général, le dépôt d’une demande AI ne signifie en aucun cas que le droit sera reconnu et la prestation accordée. Celle-ci ressort d’une décision notifiée par l’office cantonal AI. Nous pouvons relever que si, en 1990, 20 % des dossiers d’aide financière sont des avances AI, ce pourcentage atteint son point culminant en 2001 où 32 % des dossiers d’aide financière sont constitués de personnes en demande AI. Cette proportion retombe à 19 % en 2006. Comme le signalent Clerc et al., « Les avances AI (…) continuent à baisser pour la cinquième année consécutive sous l’influence de l’accélération du traitement des dossiers de la part de l’AI. Cependant, il convient de signaler que cette accélération s’accompagne également d’une hausse des refus de prestations » (2007 : 27). Rappelons que les rentes d’invalidité sont échelonnées en fonction du degré d’invalidité et que l’assuré à droit à une prestation s’il est déclaré invalide à 40 % au moins.

23Dans certains cas, l’invalidation apparaît comme la seule et unique solution : « Avec ce bénéficiaire, je ne fais rien de social, C:\User_Michel\5004\CQWord\Lot5\ies-5573\sources qu’il ait moins de dettes. Son psychiatre dit qu’il ne peut plus se trouver sur le marché de l’emploi, alors c’est un invalide. Je fais toute la gestion des frais pour lui. Je lui donne l’argent, je lui prépare toutes ses factures. Il sort de mon bureau pour aller les payer et il me ramène les quittances le même jour. Je lui donne ensuite une somme pour manger. C’est un maintien quotidien pour empêcher qu’il ne se mette lui ou qu’il mette autrui en danger. Par rapport à le faire sortir de l’Hospice, il n’y a rien à faire : soit c’est l’Hospice, soit c’est l’AI. Il a usé l’Hospice et maintenant il y a ce projet d’AI en cours. »

24Si la demande d’invalidation peut être perçue comme un non-choix ou comme la dernière étape inéluctable d’un parcours de bénéficiaire souffrant d’un grave problème physique ou psychique, elle apparaît aussi parfois comme un véritable projet de sortie de l’assistance. La rente AI offre en effet une sécurité et une stabilité que seule une prise en charge assurantielle semble à même de proposer. Ce type de démarche n’est pas marginal et s’offre comme une solution pour les personnes dont les premières tentatives de sortie de l’assistance ont échoué ou pour celles qui, aux yeux de leur AS, ne pourront manifestement pas retrouver une autonomie financière dans le cadre d’une activité salariale conventionnelle. Les projets s’énoncent alors parfois de la manière suivante : « Le projet, c’est faire aboutir la demande AI ; attendre la réponse et, si l’AI entre en matière, ce sera un peu la fin de notre prise en charge ». Cette chronique d’une fin annoncée n’empêche pas que les AS continuent à maintenir, en parallèle, des objectifs de restauration. « Entre-temps, le projet, c’est qu’il se soigne », disent les uns, tandis que d’autres soulignent que « ce qui est surtout important dans cette situation, c’est la stabilisation de l’état de santé ». L’attente est ainsi médiatisée par une routine portant, notamment, sur la gestion des frais médicaux, signe des mesures concrètes de soins et de restauration. L’annonce de l’obtention d’une rente AI devient alors un moment à la fois dramatique (il signifie la fin d’une relation AS-bénéficiaire souvent établie de longue date, mais aussi, pour certains, l’endossement d’une identité qui consacre ce qu’ils considèrent comme leur inutilité sociale) et libérateur, ouvrant sur de nouveaux possibles et permettant de légitimer l’absence de travail par une référence médicale déculpabilisante et réparatrice. Une AS dit, par exemple, à un bénéficiaire qui vient d’obtenir sa rente AI : « C’est bien, vous allez pouvoir solder vos dettes ». A un bénéficiaire atteint d’une maladie incurable qui devrait l’emporter dans un laps de temps assez bref, presque déçu d’avoir reçu une rente, l’AS répond : « Enfin, vous serez tranquille. (…) Mais on doit encore faire le complément OCPA [un revenu complémentaire à l’AI], donc on va se revoir encore en tout cas pendant six mois ! Et les prestations de l’AI sont meilleures que les nôtres ! » Pour d’autres encore, la rente AI permet d’accéder à de nouveaux segments du réseau social genevois, comme celui des emplois protégés ou celui des mesures de reclassement, qui, paradoxalement, peuvent laisser entrevoir de nouvelles possibilités de réinsertion socioprofessionnelle. Pour certains bénéficiaires, enfin, l’invalidation permet un retour dans le pays d’émigration, parce que la rente AI, contrairement à l’aide sociale financière, peut être versée à l’étranger.

25Certains AS s’inquiètent toutefois de l’après-AI et cherchent alors à valoriser d’autres compétences chez leurs consultants. Ainsi cette AS qui note : « Si c’est une femme avec un enfant adolescent, on va la revaloriser dans son rôle de mère. C’est chez les personnes jeunes ou seules, que j’aurais tendance à m’inquiéter de l’après-AI. Il faut trouver un centre d’intérêt qui leur permette de se positionner socialement, de maintenir leur rythme de vie, leur vie quotidienne habituelle, leurs activités… mais on y va sur la pointe des pieds. »

Les projets « challenge »

26Les projets « challenge » ou extraordinaires sont souvent des projets qui ne s’inscrivent pas dans le créneau habituel du salariat ; ils présentent donc des risques, ainsi que nous l’avons déjà signalé à propos des indépendants, et des aspects enthousiasmants du fait même qu’ils sortent de l’ordinaire et impliquent des formes supérieures d’investissement de part et d’autre (de l’AS et du bénéficiaire). Tous les projets ne sont néanmoins pas acceptés ni acceptables, comme le montre l’exemple qui suit. L’ethnologue assiste à la rencontre d’une AS et d’un bénéficiaire souffrant, d’après l’AS, de problèmes psychologiques. C’est peut-être pour cette raison que l’AS considère avec une certaine bienveillance le projet dont la personne est porteuse : la production d’un disque qui coûterait « 2000 francs suisses pour le tout, de l’enregistrement à la vente », comme l’explique le bénéficiaire, à qui l’AS répond : « C’est dans quel but ? » « De vendre », répond le bénéficiaire. L’AS dit alors : « C’est cher 2000 francs, je ne pense pas que l’Hospice puisse vous aider ; mais on a un petit fond, il faut voir ». Le bénéficiaire, plein d’énergie (agacé ?) : « Si on ne fait rien, si on ne commence pas, on ne sait pas le résultat ! » Après le départ de son consultant, l’AS commente : « Ce monsieur suit des cours de chant ; c’est la seule chose, à ma connaissance, qu’il fasse pour s’occuper ; normalement, pour un tel projet, je n’entrerais pas en matière, mais même s’il n’aboutit pas, cela lui fait un projet, cela lui occupe l’esprit. » Dans son journal de bord, elle note les affaires d’impôts, qui constituent une partie importante des difficultés de ce dossier, mais elle ne consigne pas l’idée du CD, considérant que « l’idée de CD est importante pour le psychique de l’usager, pas pour le dossier ».

27Le projet qui vient d’être décrit n’aboutira probablement pas, mais l’AS estime que le seul fait d’en parler suffit à promouvoir une forme de reconnaissance bénéfique au consultant… D’autres projets extraordinaires se présentent, en revanche, comme des tremplins vers une sortie – en tout cas provisoire – de l’aide sociale ou comme un accompagnement de certaines formes d’invalidation. Ci-dessous, deux d’entre eux qui sont liés à l’AI et un troisième qui concerne de plus près une démarche de formation. Cette dernière est ici particulière en ce que d’ordinaire ce sont des circuits plus conventionnels d’enseignement qui sont autorisés (apprentissage, stages dans des dispositifs de remise à niveau spécifiquement réservés aux jeunes, soutiens à une première formation dans le secondaire supérieur).

Le pêcheur

28Ce bénéficiaire, après avoir longtemps travaillé comme gérant immobilier et vendeur de voitures, décide de faire valoir sa passion de pêcheur et monte un centre de pêche en France. Toutefois son affaire capote et il devient chauffeur de camion. Victime d’une embolie, il se retrouve au chômage puis à l’Hospice général. Il décide alors de reprendre son projet de pêche, mais d’une façon différente : il ne s’agira plus d’un centre aux buts directement lucratifs, mais d’une association-école destinée aux enfants et aux adolescents « non favorisés ». Il constitue une association avec un ancien collègue de travail à la retraite et leurs épouses respectives. L’ancien bateau est vendu pour permettre l’achat d’un autre, plus grand. Le projet démarre alors avec des cours de pêche donnés pendant environ huit mois par année, le bénéficiaire devant se reposer le reste du temps en raison de ses gros problèmes de santé. Pour obtenir différentes formes de sponsoring (publicité, prêts, dons ou réparations de matériel), il a su mobiliser son réseau personnel (anciens collègues, amis, commerçants de son quartier, spécialistes de la pêche). Son AS commente le projet ainsi : « C’est quelqu’un qui est plein de compétences et de ressources, il est complètement autonome ; il critique positivement le système, on arrive à en parler. Il veut offrir des cours de pêche à des tarifs bas, par exemple aux enfants de l’Hospice. Je lui ai indiqué des gens à contacter : le chef de la PDJ (Protection de la jeunesse), le chef du DIP (Département de l’instruction publique) et le Service des loisirs de la Ville de Genève. Je soutiens son projet à 200 %. Pour présenter le projet au chef de secteur, je lui ai demandé de le mettre par écrit. Cet homme, il a plus vécu que moi, je n’ai rien à lui apprendre. Il ne serait pas à l’assistance si l’AI fonctionnait correctement. C’est un projet réalisable et c’est intéressant qu’il pense aux enfants défavorisés. C’est intéressant aussi s’il peut revendre une partie de sa pêche. C’est bien qu’il pense en avant, à l’avenir et pas seulement au présent, qu’il y ait quelque chose après sa retraite. C’est un bol d’oxygène pour nous. » Un autre AS de renchérir : « Ce type m’inspire socialement. Mon grand-père était pêcheur, donc ce projet me touche. »

Le charpentier

29Ce bénéficiaire est charpentier, mais victime d’un très grave accident de chantier, il a déposé une demande de réadaptation auprès de l’AI, il y a neuf ans, sachant qu’il ne pourrait reprendre sa profession initiale. Malgré la pression de son avocat et de l’Hospice général qui le soutiennent, il n’a pas encore reçu de réponse à son projet personnel de réadaptation qui consiste à ouvrir un bureau spécialisé en géobiologie des bâtiments. L’AI tergiverse, car la formation s’effectue à l’étranger, par modules. Le bénéficiaire a décidé de commencer cette formation sans attendre la décision, aidé par l’assistance publique pour subvenir à ses besoins minimaux et par des amis pour le paiement de ses cours. L’Hospice général a accepté d’entrer en matière et le soutient depuis deux ans.

Le tatoueur

30Il s’agit un jeune homme d’un peu plus de 20 ans, qui vit dans les milieux alternatifs genevois. Musicien, il travaille pour la sonorisation de divers concerts, souvent gratuitement. A l’aide sociale depuis un certain temps déjà, il vient avec une demande précise. Il a besoin de 4000 francs pour l’achat d’un matériel correct de tatoueur et veut se former comme tel auprès d’un patron susceptible de l’engager pendant six mois pour lui apprendre les rudiments du métier. Ce jeune homme se trouvait auparavant dans un autre CASS où la relation entre lui et son AS était très conflictuelle. Devant cette demande peu banale, son AS actuel mène une véritable enquête et pose des questions très précises sur la profession de tatoueur, sur la formation du consultant (il a terminé l’école d’arts décoratifs), sur sa possibilité d’exercer, sur le matériel nécessaire. Le jeune homme semble bien connaître le domaine du tatouage, rentre dans des détails explicatifs, décrit le milieu concerné. De sa propre initiative, il a trouvé un tatoueur qui serait d’accord de l’engager pour le former ; une formation non homologuée pour laquelle les protagonistes ont élaboré une sorte de contrat de formation, avec une liste des tâches à effectuer, etc. Pour rester dans le respect des directives de l’aide sociale, l’AS exige de lui qu’il s’inscrive au chômage, réalise des recherches d’emploi, s’appuie sur les compétences de son conseiller en emploi. Déjà au bénéfice d’une primo formation, le bénéficiaire n’a pas droit à un second cursus. L’AS doit donc négocier ce projet avec sa hiérarchie. L’AS : « Quelqu’un qui vient avec des questions bien précises, des idées par rapport à une réinsertion future, je crois que les travailleurs sociaux doivent le soutenir dans ses projets, quels qu’ils soient, tout en ne se méprenant pas sur les difficultés ou les facilités liées à la démarche. Il faut l’accompagner dans son projet. Je fais surtout confiance aux jeunes qui viennent avec un projet précis et j’essaie de trouver à l’intérieur de l’institution des moyens pour leur permettre de le réaliser. J’aimerais leur offrir tout ce qui est offrable. »

31Dans le cas du tatoueur, l’AS dit s’appuyer sur le fait que l’on voit fleurir des boutiques de tatouage un peu partout et qu’il est probable que ce jeune pourra effectivement gagner sa vie avec cette activité. C’est un domaine en marge, mais qui prend de l’ampleur, qui correspond à une activité en plein essor. Le projet semble donc réalisable et l’AS va le défendre : « C’est vraiment quelque chose que je dois négocier avec mon chef. Si, à la fin des six mois de formation, son patron peut lui faire un contrat qui stipule qu’il serait employé après son stage réussi comme aide-tatoueur à 1500 francs par mois, je pense que l’institution doit prendre le risque et je pense que ce serait négociable avec mon chef. Autrement, je demanderai des fonds à l’extérieur de l’institution pour financer ces six mois de formation, si l’assistance ne les couvre pas [ce qui sera effectivement le cas, le chef refusant d’adhérer à ce projet]. »

32La mise en application du projet se négocie comme un échange donnantdonnant. L’AS permet le projet, mais le jeune homme s’engage à respecter les directives et à activer ses recherches d’emploi. L’AS le rappelle au bénéficiaire : « Mais il faut vraiment que les recherches d’emploi continuent ! C’est une des conditions ! Et ça n’empêche pas le tatouage ».

33Par la suite, le bénéficiaire va avancer un second projet, à savoir l’idée de s’investir davantage dans ses activités musicales. Il a également trouvé un autre maître pour lui enseigner le tatouage et veut donc changer. L’AS s’inquiète de l’inconstance dont fait preuve ce jeune homme et son enthousiasme s’amenuise. Ce projet échouera et l’AS fera alors une demande de stage dans une entreprise de réinsertion genevoise, projet cette fois-ci largement classique et routinier.

  • 40 Il a fini par obtenir sa rente invalidité.

34Ces trois projets sont intéressants de par la diversité des statuts des bénéficiaires et des contraintes administratives auxquelles ils sont liés. Ils sont aussi le fait de trois assistants sociaux différents. Comme on a pu le lire, chaque projet bénéficie, au début en tout cas, d’un fort engagement en énergie et en enthousiasme. Le projet du « pêcheur » recueille l’approbation inconditionnelle des AS pour ses qualités intrinsèques, sa philosophie, et parce que, tout en sortant de la norme, il ne place pas les AS en porte-à-faux avec l’institution : le bénéficiaire étant « en attente AI »40, les titulaires du dossier se sentent en effet libres d’accompagner leur interlocuteur dans ses différentes démarches. Il n’y a pas de réels enjeux pour l’institution : si le projet échoue, le bénéficiaire dépend de l’AI et ne constitue pas une charge pour l’assistance publique. Au-delà des marges de manœuvre que les AS peuvent prendre avec un consultant qui bénéficie du statut de demandeur AI, c’est la chaleur des propos des AS qui est frappante. On a clairement affaire ici à une dimension de reconnaissance réciproque, au sens où les AS « se reconnaissent » dans le projet du pêcheur, tandis que celui-ci se voit soutenu (donc reconnu) à la fois dans le cadre de l’assistance et hors de celle-ci par d’anciens collègues ou de proches amis.

35Le deuxième projet satisfait les AS car il prolonge une formation antérieure (réorientation dans le métier d’origine) et émane d’un bénéficiaire sûr de lui (il débute son projet avant même de savoir s’il sera financé) et bien entouré (des amis paient les cours de formation).

36Le troisième projet, d’abord refusé par une autre AS, signale que la démarche repose sur les affinités et la confiance qui peuvent s’établir au sein d’une relation d’aide. Il a fallu que le nouvel AS y croie. Le bénéficiaire émargeant à l’aide sociale sans le soutien potentiel de l’AI, la marge de manœuvre de son AS est beaucoup plus faible et ses exigences beaucoup plus fortes. C’est pourquoi il ponctue son soutien de délais et d’injonctions à s’engager à faire telles ou telles démarches. La différence de traitement des projets du « pêcheur » et du « tatoueur » est sans doute aussi liée à l’âge des protagonistes, le premier ayant près de 60 ans alors que le second en a tout juste 23.

37Si, au-delà de ces trois exemples, nos données ne nous permettent pas d’établir avec précision le lien qu’il peut y avoir entre les projets « challenge », les caractéristiques socioprofessionnelles des bénéficiaires et des AS, et leur âge respectif, il convient néanmoins de se demander ce qui fait qu’un tel projet peut ou non exister. Y a-t-il corrélation entre ces différents éléments ? Peut-on établir des correspondances entre les parcours des bénéficiaires et ceux des AS ? Quid de l’empathie entre les protagonistes ? Comme nous le montrerons encore dans les chapitres 6 et 7, les affinités entre AS et consultants ne reposent pas seulement sur la contrainte et la docilité, ainsi que le laissent entendre Valli, Martin et Hertz (2002 : 225) expliquant que le « bon » chômeur doit, selon les conseillers en emploi sujets de leur recherche, « endosser une responsabilité personnelle dans sa situation tout en montrant sa volonté de s’en sortir ». Dans nos propres observations, la non-docilité ou un certain sens de la contestation semblent aussi contribuer à créer une bonne entente et, par là, inciter l’AS à accepter un projet original ou non routinier, pour autant qu’il soit « réaliste et réalisable ».

38Il nous semble, et sur ce point nos résultats correspondent à ceux de Vincent Dubois (1999), que cette ouverture aux projets « challenge » est liée à une certaine proximité sociale entre l’AS et le bénéficiaire. Dubois (1999 : 84 et 120) remarque ainsi que les employés des caisses d’allocations familiales (sujets de sa recherche) ont de la compassion (paternaliste ou non) envers les plus démunis, du désinvestissement pour cause d’infériorité statutaire envers des membres des classes supérieures, de l’identification prescriptive en cas de proximité, de la rigueur administrative envers les déviants. Nos données montrent que les AS, à l’Hospice général, ne construisent ou n’acceptent de projets « challenge » ni avec des personnes souffrant de troubles psychiques ni avec des toxicomanes, mais uniquement avec des personnes pour lesquelles ils se sentent des affinités, une proximité (par exemple un projet de pêche, soutenu par un AS dont le grand-père était pêcheur).

39Ce qui frappe encore chez les bénéficiaires qui s’engagent dans des projets « challenge », c’est, de manière générale, une forte habilité à verbaliser leurs objectifs, une importante autonomie et une bonne capacité à activer des ressources sociales variées, une formation suffisante ou une volonté de se former. Pour proposer un projet « challenge », le bénéficiaire doit en effet démontrer des compétences cognitives (il faut l’élaborer, l’organiser), des compétences linguistiques (il faut le décrire, parfois l’écrire, et surtout le défendre et l’argumenter) mais aussi une nécessaire confiance en soi ou une « capacité d’initiative » (Martuccelli, 2001). C’est que pour se pro-jeter, il faut être, sinon tout à fait sécurisé, du moins suffisamment assuré pour en prendre le risque. On notera d’ailleurs – et c’est le signe de l’autonomie de leurs initiateurs – que tous les projets « challenge » recensés dans le cadre de notre étude avaient été pensés ou même entrepris par les bénéficiaires avant même la rencontre avec leur AS, celui-ci acceptant alors ou non de le « prendre en vol ». La mise en place de projets « challenge » semble dès lors reposer sur le bagage du bénéficiaire avant son entrée à l’Hospice général et sur ses ressources en dehors de celui-ci (un réseau social essentiellement constitué de personnes non précarisées). En somme, tout se passe un peu comme si on ne prêtait qu’aux riches, aux personnes « possédant » déjà un bon capital de relations personnelles qui puissent les soutenir et relayer leurs demandes (de fonds, de formation, de publicité…) à l’extérieur du réseau d’action social conventionnel.

40Coconstruction, le projet doit être le fruit d’un accord entre le consultant et l’AS. Un projet « challenge » dépend alors non seulement du bénéficiaire, mais tout autant de la capacité de l’AS à l’entendre. Ce dernier doit ne pas douter des capacités du bénéficiaire (mais avoir, par exemple, la conviction que celui-ci ne souffre pas de troubles psychiques). Si ces conditions minimales ne sont pas remplies, l’AS privilégiera des projets de routine, et en premier lieu un suivi médical.

41Si le terme de « projet » est le plus souvent une coquille vide, encore faut-il savoir ce qu’elle renferme, comment les acteurs l’habitent, comment ils répondent à son injonction. Nos observations, même si elles sont limitées, montrent les processus de légitimation à l’œuvre dans les différents choix de projets. Elles soulignent les aspects qui peuvent permettre à tel ou tel projet d’advenir d’être encouragé ou, au contraire, d’être refusé. La pratique dominante est à la routine, mais des projets « challenge » peuvent aussi émerger en certaines occasions. Il demeure néanmoins difficile de repérer véritablement le « projet d’action sociale » au milieu des innombrables microprojets, objectifs ou difficultés à résoudre de manière prioritaire. La légitimation des projets dépend d’une logique d’aide sociale (le projet doit être simultanément personnalisé, non chronophage et garant d’équité entre les citoyens) et des dispositions des bénéficiaires (qui ne permettent pas toutes les mêmes marges de manœuvre). Elle dépend aussi spécifiquement de la relation d’aide qui s’instaure entre l’AS et le bénéficiaire, une relation qui n’était pas au, moment de notre enquête, formellement inscrite dans un contrat, même si elle se fondait à la fois sur des échanges de type contractuel et sur des dons.

Notes

38 Selon les termes mêmes du projet « Solidarité 700e » (voir Duvanel, Eckmann, Tecklenburg 1995 : 209). On notera que cette formulation est reprise dans la définition des projets élaborés au sein du Bilan portfolio de compétences, un dispositif de réinsertion que nous décrivons au chapitre 10.

39 Certains indépendants revendiquent leur liberté de travail et disent assumer la faiblesse des revenus qui l’accompagne, ce que Duvanel, Eckmann, Tecklenburg constatent aussi : « la précarité assumée, c’est la règle du jeu » (1995 : 171). D’autres semblent moins conscients des enjeux et c’est bien ce qui inquiète les AS.

40 Il a fini par obtenir sa rente invalidité.

© Éditions ies, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search