Version classiqueVersion mobile

De l’aide à la reconnaissance

 | 
Laurence Ossipow
, 
Alexandre Lambelet
, 
Isabelle Csupor

Partie I. L’Hospice général dans cinq centres d’action sociale et de santé (CASS)

Chapitre 3. Le travail en réseau

Texte intégral

Au-delà de la dyade assistant social/bénéficiaire

1Si la relation d’assistance se construit le plus souvent à deux, dans les CASS et dans une succession de rendez-vous réguliers entre l’AS et son consultant, elle déborde en fait ce cadre pour comprendre un nombre d’acteurs beaucoup plus important, qui appartiennent à différents champs d’action. L’analyse de la relation d’assistance nécessite donc de s’arrêter sur ces différents intervenants « extérieurs » et sur les enjeux qu’ils représentent pour les AS et leurs bénéficiaires. Le concept de réseau a été développé de longue date en sciences sociales pour rendre compte de ce type de réalité ; il permet notamment de penser le social par-delà les frontières institutionnelles. Dans le champ de l’action sociale, il renvoie plus précisément à la connexion de différents lieux (services et associations) chargés d’accomplir certaines tâches spécifiques tout en restant en contact avec l’organisme délégateur. C’est pourquoi, les AS – soulignant la connexion plus que la délégation – aiment à se penser comme des « généralistes ».

  • 33 « Wir sind hier schliesslich die lezte der letzten Stationen », disent les personnes interviewées (...)

2Dans le cadre de nos observations, les bénéficiaires et les assistants sociaux sont d’abord amenés à interagir avec d’autres acteurs ou instances de l’Hospice général ; ils sont ensuite confrontés aux différentes administrations communales, cantonales ou fédérales (Office cantonal de la population, Office cantonal de l’emploi, services de l’AI, services du Tuteur général et Service de la protection de la jeunesse). Le travail d’intégration repose surtout sur un suivi médical (émanant de l’Hôpital cantonal, des services médico-pédagogiques, de centres de thérapie brève, de médecins généralistes ou de médecins spécialisés) et sur l’action sociale de structures associatives. Certains dispositifs dépendent des communes, et notamment de la Ville (c’est-à-dire de la ville de Genève, alors que l’aide sociale délivrée par les CASS de l’Hospice général est une prestation cantonale) ; d’autres ressortent d’entreprises sociales à la fois autofinancées et subventionnées (c’est, par exemple, le cas de Réalise ou des Fringantes que nous analysons plus loin en détail), d’autres enfin relèvent d’œuvres d’entraide caritatives rattachées à des Eglises chrétiennes et partiellement subventionnées, comme Caritas ou le Centre social protestant. Ces œuvres ont leurs propres AS et conseillers juridiques, qui interviennent en particulier auprès des sans-papiers qui ne sont pas pris en charge par l’Hospice général. Elles sont également spécialisées dans certains domaines comme le désendettement, non traité dans la relation d’assistance, ou le conseil conjugal. Enfin, les AS peuvent avoir recours à d’autres partenaires pour des financements ponctuels, que ce soient des fonds communaux ou des fonds privés. Si les AS se situent souvent au centre du réseau puisqu’ils disent représenter, en employant un lexique réticulaire, le dernier maillon ou filet33 de protection sociale, cette centralité est difficile à vérifier ; le dernier filet ce sont les organismes caritatifs, mais il semble néanmoins vraisemblable que l’Hospice général s’impose comme un pôle essentiel du travail en réseau, ne serait-ce que parce qu’il distribue l’aide financière et en contrôle la subsidiarité.

Les acteurs du travail en réseau

3Pour comprendre la complexité des champs d’action et de pouvoir dans lesquels s’inscrit le travail de réinsertion mené par l’Hospice général dans les CASS, il est donc nécessaire, au-delà de cette rapide énumération ou de la simple description du réseau, de réfléchir aux effets d’une telle multiplicité d’acteurs sur le travail des AS et, plus largement, sur la relation qui s’instaure entre un AS, son bénéficiaire et les autres intervenants du réseau.

Le réseau comme ressource et comme risque

4Le travail en réseau, s’il est constitutif de l’activité des AS, représente en effet un risque et peut être facteur de tensions ou de conflits puisqu’il vise, comme l’expliquent notamment Fragnière et Girod (2002), à coordonner les pratiques d’acteurs aux représentations, aux ressources, aux contraintes et aux objectifs différents, voire discordants. Les AS peuvent en effet recevoir de la part des intervenants avec lesquels ils sont en contact tant des signes de reconnaissance, de valorisation et de légitimité que des désaveux de leur travail.

5Le travail en réseau permet également, pour les AS, de dégager l’évaluation des problèmes du bénéficiaire de la seule dyade AS-bénéficiaire ; par la présence ou le diagnostic d’intervenants extérieurs, ils « objectivent » le constat et lui donnent une légitimité que la relation duale ne semble pas toujours garantir. En somme, le travail en réseau peut confirmer ou infirmer les hypothèses des AS, il représente donc à la fois une ressource et de potentielles remises en cause.

6Pour les bénéficiaires de l’aide sociale, le travail en réseau constitue aussi un avantage et un risque. Il permet, comme le rappelle Dubet (2002 : 345), de prendre pied dans d’autres lieux et institutions pour sortir le travail d’assistance d’une dyade qui pourrait paraître étouffante et générer d’éventuelles iniquités : il laisse les bénéficiaires les plus stratèges profiter des failles du réseau, jouant parfois un intervenant contre un autre. Toutefois, au-delà de ces ouvertures et de ces failles, c’est bien souvent le sentiment d’être ballottés d’une institution à une autre que ressentent les bénéficiaires.

Les acteurs du réseau

A l’Hospice général

7Si les AS travaillent dans un cadre bien défini, à savoir l’Hospice général, tous les membres des CASS ne partagent pas pour autant les mêmes rationalités, ne serait-ce que du fait de leur positionnement hiérarchique et de leurs responsabilités différentes. Les réceptionnistes, premiers interlocuteurs auxquels sont confrontés les bénéficiaires, officient comme intermédiaires entre les AS et leurs consultants. Soumis à la pression des bénéficiaires ou demandeurs d’aide sociale qui espèrent voir leurs demandes relayées auprès du responsable de leur dossier ou être reçus par un AS, ils sont tantôt encouragés par les AS à ne pas trop rapidement relayer ces demandes et tantôt soupçonnés par les bénéficiaires de les filtrer – au contraire – abusivement. Les collègues, pour leur part, sont des interlocuteurs privilégiés dans la discussion de problèmes rencontrés avec des consultants, mais ne représentent pas pour autant un groupe homogène ; les manières différentes d’exercer le métier peuvent parfois engendrer conflits ou incompréhensions entre les AS. A la différence des réceptionnistes en contact frontal avec la clientèle, les assistants administratifs (ASA) officient davantage en back-office, c’est-à-dire en assumant une bonne part des tâches administratives qui incombent à l’activité d’assistance. Les ASA occupent une place importante dans le réseau des AS mais sont parfois critiqués, surtout quand ils se voient confier par l’Hospice général des tâches que les AS aimeraient conserver (notamment les activités liées aux prestations financières et à la signature du chèque, directement remis aux bénéficiaires au moment de notre recherche). En fait, les ASA exercent une fonction de contrôle du travail des AS, notamment sur le plan financier. Le dossier relevant aujourd’hui d’une double responsabilité (ASA et AS), les marges de manœuvre des AS se sont également resserrées. Les chefs de secteur (ou responsables d’unité), collègues et supérieurs hiérarchiques des AS, représentent simultanément la règle et la possibilité de la contourner. Lorsqu’une sanction est appliquée, ils sont présents à l’entretien, aux côtés de l’AS, et expriment alors l’institution dans son ensemble. Ils avalisent aussi certaines marges de manœuvre et accompagnent les novices dans la résolution de problèmes compliqués. Le recours au chef de secteur apparaît le plus souvent comme une ressource et un relais vis-à-vis d’autres instances (notamment hiérarchiques) quoiqu’il puisse aussi être perçu comme un risque (le supérieur peut ne pas avaliser une décision, critiquer, voire sanctionner par un blâme le travail d’un de ses collaborateurs). Les AS font surtout appel à eux lorsqu’ils pensent que leurs chances de réussite de faire passer une demande atypique ou non prévue dans les directives peuvent en être augmentées. Ces différents acteurs de l’Hospice général participent ainsi directement au travail d’assistance, acceptant ou non les marges de manœuvre ou les choix pris par les AS. Ces derniers doivent alors, dès lors qu’ils sortent de pratiques routinières, justifier leur choix et négocier les projets qu’ils désirent mettre en œuvre avec leurs bénéficiaires.

8D’autres acteurs, internes à l’institution, interfèrent également dans le travail des AS. En cas de litige, de plainte, d’incompréhension, de doutes au sujet de l’interprétation des lois en vigueur ou du besoin d’un soutien juridique, les AS peuvent d’abord faire appel aux juristes de l’institution ; ils peuvent ensuite demander une enquête au service des enquêtes lorsqu’ils doutent des allégations de certains consultants ; ils peuvent enfin faire appel au « service ressource » lorsqu’ils cherchent des informations ou des principes d’action sur leur pratique professionnelle ou sur diverses problématiques spécifiques (immigration, addiction, etc.). Ces différents services sont perçus par les AS tantôt comme une ressource, lorsqu’ils les soutiennent dans une démarche difficile (par exemple le dépôt d’une plainte dans une situation de violence), tantôt comme des instances de contrôle qui restreignent considérablement leur marge de manœuvre.

Avec les différentes administrations

9L’inscription au chômage et le suivi régulier des bénéficiaires aptes au placement par des conseillers en emploi sont une obligation légale et une condition de la prise en charge par l’aide sociale. L’Office cantonal de l’emploi est donc un élément important du dispositif de réinsertion, puisqu’il suit et contrôle les bénéficiaires aptes à la recherche d’emploi. Les AS font parfois aussi appel aux prestations des conseillers en formation de l’Office de la formation professionnelle, notamment pour évaluer les compétences et lacunes de leurs bénéficiaires et leur permettre d’élaborer un plan de formation en vue d’obtenir des chèques formation qui permettent de financer tout ou partie des formations. Les AS sont encore en contact avec les gestionnaires des demandes d’AI, pour le dépôt de demandes de « rentes » ou de « reclassement », mais aussi dans le but de faire accélérer le traitement des demandes. De même, si les AS de l’Hospice général assument la gestion des affaires de leurs consultants, dans certains cas trop « lourds », ils tentent de convaincre leurs bénéficiaires de déposer une demande de tutelle ou de curatelle volontaire auprès du Service du Tuteur général, notamment lorsqu’ils savent que la prise en charge va se terminer, par exemple dans le cas d’une rente AI ou de l’octroi de prestations complémentaires par l’Office cantonal des personnes âgées (OCPA), et qu’ils craignent qu’un montant important rétroactivement versé ne soit dilapidé. En cas de problèmes de logement, c’est à l’Office cantonal du logement qu’ils s’adressent.

  • 34 Les conseillers en emploi et les AS ont été décrits comme travaillant avant tout au « feeling » (V (...)

10Les différentes administrations (qu’elles soient fédérales, cantonales ou communales) jouent donc un rôle important dans le travail de réinsertion des bénéficiaires. Pour autant, s’ils participent de la même puissance publique, les logiques, là encore, ne sont pas toujours identiques et les objectifs des différentes administrations peuvent être parfois divergents. Par exemple, le partenariat avec les conseillers en emploi, parfois considérés comme mal formés34 et peu efficaces, est l’objet de tensions et critiques. Quoique les AS disent comprendre les difficultés des conseillers en emploi (ces derniers sont comme eux débordés de travail, subissent d’importantes restrictions budgétaires liées aux changements sur la durée des délais cadre et croulent sous les directives parfois contradictoires), ils les accusent souvent de mal faire leur travail. Ils déplorent notamment le fait qu’ils les mettent, eux-mêmes et leurs consultants, dans une impasse lorsqu’ils déclarent certains chômeurs « inaptes à la recherche d’emploi » sans qu’ils puissent pour autant être considérés comme invalides, c’est-à-dire susceptibles de déposer une demande d’AI. De la même manière, faisant fi – à en croire les AS – des réalités sociales d’autres consultants, ils leur imposent des contraintes impossibles ; une AS dira ainsi avoir « hésité avec la médecin d’une consultante à demander un certificat de complaisance pour éviter à celle-ci d’avoir à subir la bêtise de sa conseillère au chômage qui, alors que cette femme avait un enfant en bas âge, ne lui proposait que des petits postes, le week-end, à l’autre bout de Genève ». Par ailleurs, les différentes administrations sont parfois jugées trop tatillonnes, empêchant le travail social d’avancer ; ainsi à l’OCPA, disent les AS, l’absence d’un unique document peut faire annuler (et recommencer) la demande d’une allocation, quand bien même l’examen d’une demande OCPA demande de nombreux mois. Enfin, si le Service du Tuteur général offre des possibilités de surveiller ou de maintenir d’anciens bénéficiaires dans un certain ordre administratif, les AS de l’Hospice général regrettent que leurs collègues du Tuteur général refusent trop souvent (aussi en raison d’une surcharge) les rares propositions de mise sous tutelle ou curatelle qu’ils formulent, alors même que le consentement du consultant a été parfois durement arraché après de longs mois de négociations. C’est néanmoins le corps médical qui suscite les propos les plus nombreux et les plus ambigus.

Avec le corps médical

11L’état de santé des bénéficiaires, nettement plus mauvais que celui des autres résidents genevois, fait du corps médical un partenaire privilégié du réseau, surtout qu’il y a obligation pour tous les bénéficiaires de se soigner et pour les bénéficiaires en incapacité momentanée ou durable de travail de présenter à leur AS un certificat médical mensuel, sous peine de sanction. Ces soins médicaux, donnés en structures hospitalières ou cabinets privés, par des médecins généralistes, des spécialistes, ou encore des dentistes, sont entièrement pris en charge par les assurances maladie et l’Hospice général. Plus largement, les AS peuvent encore solliciter des psychologues ou des psychiatres pour un travail « d’écouteur professionnel » que les AS ne veulent ni ne peuvent assumer.

12L’avis du corps médical (surtout d’un psychologue ou d’un psychiatre) peut servir à valider une hypothèse de travail social et signaler une forme de médicalisation du travail d’intégration, mais il convient aussi de rappeler qu’il garantit l’accès à certains droits ou à certaines structures. Le travail des AS consiste alors souvent à encourager leurs consultants à se rendre chez le médecin ou dans une structure de réinsertion dont la mission consiste principalement à évaluer les capacités de travail des bénéficiaires. C’est le cas de l’Atelier de réinsertion dans la vie active (ARVA) utilisé par une AS dans le cadre d’une démarche d’invalidation : « On a parlé déjà d’aller vers un travail protégé ; je vous rappelle que ce stage à ARVA doit servir à voir quel type de travail vous convient. » La consultante revient sur le fait qu’elle ne veut pas voir le psychologue, qu’elle n’a rien à lui dire. L’AS : « Comme nous en avons parlé la dernière fois, ce n’est pas facile pour vous de travailler dans le monde du travail [ordinaire]. Vous voulez un gentil patron, des gentils collègues et ne pas être toujours pressée. Il vous faut donc un emploi protégé. Le pas, pour cela, c’est d’aller discuter avec le psychologue. » La consultante : « Je n’y vais pas, c’est tout simplement exclu. On ne va pas m’y tirer de force ? » L’AS : « Non. Je sais que cela vous fait très peur. (…) Il ne vous faut pas me regarder avec ces yeux tristes. » Sur un ton humoristique, l’AS conclut : « On ne va pas vous lâcher, parce que nous sommes terribles ! On ne peut pas continuer comme cela, avec l’Hospice général, jusqu’à 65 ans ! »

13Ici, le passage par ARVA est un prérequis nécessaire à l’inscription dans un emploi protégé, mais l’on peut lire que la bénéficiaire voit dans cette proposition l’imposition d’une identité de « malade » ou de « folle ». Il en va de même dans l’extrait suivant : un bénéficiaire venant de conclure un mariage arrangé qui ne fonctionne pas très bien raconte à l’AS qu’il « a des mots » avec sa femme. L’AS le questionne pour en savoir davantage : « Vous sentez une violence qui monte par moments ? Vous savez ce qu’il faut faire ? » Le bénéficiaire : « Non, je sors. » L’AS lui demande alors s’il a un médecin, ce à quoi le bénéficiaire lui répond qu’il n’est pas malade. L’AS lui fournira finalement l’adresse d’un centre de psychothérapie ambulatoire en insistant sur le fait qu’il faut être partie prenante de la démarche et qu’il s’agit de « médecins comme les autres ».

14Les médecins peuvent donc être des ressources, des bras droits, et ce d’autant plus qu’il est parfois possible de profiter explicitement de leur autorité. Ainsi, à une bénéficiaire qui se plaint de l’AS s’occupant de son fils au Service du Tuteur général, une AS proposera de demander à son médecin traitant de lui écrire une lettre : « Il a plus de prestige, souligne l’AS, et cela évitera des susceptibilités entre collègues ». Cependant, d’alliés, les médecins peuvent aussi devenir adversaires, éléments perturbateurs ou autorité naïve. Nous avons ainsi entendu une AS se plaindre, par exemple, d’une structure médicale et sociale pour toxicodépendants : « On est la cinquième roue du char et pour que cela marche, il faut la jouer de manière personnelle : soit on arrive à s’imposer, soit le médical décide sans nous ». Une autre AS critique deux partenaires du réseau construit autour d’un bénéficiaire en recherche d’emploi : « Le réseau casse mon travail ». Alors que le médecin a pris une décision seul, sans consulter l’AS, et un troisième interlocuteur (un AS d’une autre structure) ne la rappelle pas comme il le devrait pourtant, l’AS se dit « dans l’attente » et constate que son action est « paralysée, parce que tout le monde n’est pas toujours sur la même longueur d’onde ». L’AS souligne : « Le médical a de la peine à travailler avec nous ; les médecins font des certificats et on ne sait pas toujours pourquoi ». Elle s’étonne du fait qu’il appartienne aux seuls médecins de diagnostiquer la (non-) capacité de travail, alors qu’ils n’ont, à son avis, pas de grandes connaissances dans le domaine du social.

15L’une des difficultés du travail en réseau avec le corps médical provient du difficile partage des informations concernant les bénéficiaires. Pris entre une logique d’efficacité et une logique de l’éthique professionnelle, les AS s’insurgent parfois sur l’inégal ou non réciproque partage des informations. Le contrôle des savoirs partiels que chaque membre du réseau détient sur les bénéficiaires garantit le respect des secrets en vigueur (professionnel et/ou de fonction), mais constitue également une entrave à une prise en charge globale et coordonnée. Une AS raconte à propos d’une consultante : « Je pensais qu’elle avait une capacité de travail. Il n’y avait pas d’éléments qui me faisaient penser qu’il y avait autre chose. Mais quand on décidait quelque chose, elle ne faisait pas les démarches. Elle a commencé à amener un certificat médical puisque son médecin arguait d’une incapacité passagère de travail. Puis j’ai proposé qu’elle fasse un stage dans une structure d’insertion. Mais elle a déposé une demande AI et est revenue avec un nouveau certificat médical. Faire des projets, c’était compliqué. Sur ce, arrive une décision négative de l’AI contre laquelle la bénéficiaire fait recours. Mais son recours était très peu motivé au niveau médical. Elle a alors rechangé de médecin. J’ai pris contact avec lui pour savoir comment il se représentait la situation : est-ce qu’il y avait véritablement des éléments pour un recours ? Est-ce qu’elle était véritablement en incapacité de travail ? Il a refait un certificat médical. Ma consultante continue donc à dire qu’elle ne peut travailler, sans pour autant obtenir une rente AI… J’ai des contacts avec des médecins, mais parfois, je suis un peu surprise de la manière dont ils délivrent leurs certificats médicaux. »

16Les bénéficiaires peuvent ainsi utiliser les failles du système et brouiller les pistes.

Avec les organes caritatifs et les dispositifs de réinsertion professionnelle

17Les organisations caritatives, telles que le Centre social protestant (CSP) ou Caritas, interviennent en particulier pour les publics qui n’ont pas droit aux aides de l’Hospice général (comme les sans-papiers) ; elles sont également spécialisées dans certains domaines comme le désendettement ou l’aide juridique. Les AS de l’Hospice général y envoient donc leurs consultants lorsque ceux-ci nécessitent de telles aides. Ces organisations sont néanmoins critiquées quand elles soutiennent « inconditionnellement » (disent les AS) les bénéficiaires de l’Hospice général, en particulier ceux qui sont sanctionnés et tentent de recourir contre une décision d’arrêt d’aide.

18Les structures de réinsertion (plus particulièrement décrites dans la deuxième partie de cet ouvrage) prennent en charge le travail d’» insertion professionnelle ». Elles occupent, à ce titre, une place première dans le travail en réseau, les différents « projets » proposés aux bénéficiaires par les AS se réalisant très souvent en leur sein. Diverses structures offrent des cours de base dans différents domaines (français, informatique, etc.), d’autres se spécialisent sur des publics particuliers (femmes, immigrés, etc.). Ce sont aussi des lieux de sociabilité. Par ailleurs, au-delà de ce travail d’insertion, ces structures offrent aussi aux AS des possibilités d’évaluation des compétences propres à certains bénéficiaires, orientant ou réorientant à terme le travail d’insertion.

19Certains lieux n’ont pas pour objectif d’insérer ou de réinsérer, mais d’offrir des accès « à seuil bas » aux « personnes en grandes difficultés ». Il s’agit le plus souvent de « lieux de jour » et d’offres de repas gratuits financés par des fonds communaux ou caritatifs. En raison de cette absence de contrôles administratifs, ces lieux sont plus spécifiquement utilisés par des personnes qui ne peuvent pas bénéficier de l’aide sociale n’ayant pas le statut de résident ou qui refusent d’entrer à l’assistance publique. Ces différents lieux sont des intervenants importants de l’aide sociale à Genève ; leur offre en matière de sociabilité est reconnue. Surtout, leur existence semble permettre aux AS d’imposer certaines contraintes ou sanctions sans trop se culpabiliser : « Un bénéficiaire récalcitrant ne mourra pas de faim, puisqu’il peut être accueilli dans ces structures », disait un peu cyniquement un AS.

20Enfin, des fonds communaux ou des fonds privés permettent aux AS de trouver des sources extérieures de financement afin de couvrir tout ou partie de certains frais non pris en charge par l’Hospice général (dettes, cours de formation, ameublement, camps de vacances pour les enfants). Ces démarches sont généralement chronophages et donc peu fréquentes.

Sélection et aiguillage

21Les différents segments du vaste réseau genevois de l’aide sociale impliquent des processus de contrôle, de sélection, d’aiguillage et de spécialisation. La plupart des bénéficiaires qui arrivent à l’Hospice général sont confrontés à plusieurs difficultés, tant familiales, professionnelles que sanitaires, et dans les cas les plus difficiles, les AS estiment nécessaire de s’interroger sur les lacunes ou les « déficits » de leurs consultants. Le réseau permet donc d’abord une meilleure évaluation des bénéficiaires puis des processus de contrôle et de soutien diversifiés tant dans le cadre de la réinsertion professionnelle que dans la sphère de l’invalidation.

22Ainsi que nous l’avons souligné et que nous le montrerons encore, le corps médical occupe une place centrale dans ce réseau et est ressenti comme une ressource ou un frein (donc un risque) par rapport au travail de réinsertion effectué à l’Hospice général. La médicalisation des pratiques d’aide sociale pèse d’un poids considérable et conduit à des orientations auxquelles les bénéficiaires réagissent fortement tout en étant contraints de les accepter.

23Les structures de réinsertion – et c’est ce que nous verrons dans la seconde partie de cet ouvrage – occupent elles aussi une place centrale dans ce travail en réseau, les AS y envoyant parfois pour de longues périodes leurs consultants, afin qu’ils y réacquièrent certaines compétences ou qu’ils y suivent différents cours. Variant tant par leurs objectifs que par les activités qu’elles proposent, ces structures offrent des apprentissages et des valorisations des plus diverses.

24Mobilisation de ressources incontournable, le travail en réseau implique ainsi des catégorisations aboutissant elles-mêmes à de propositions (souvent des impositions) identitaires. Si, comme l’a montré Mac Cracken (1987), offrir un micro-ordinateur ou une canne à un futur retraité n’est pas neutre (ces cadeaux n’étant pas choisis au hasard, ils suggèrent une façon d’occuper son temps et signifient un statut), l’activation de certains réseaux plutôt que d’autres participe du même processus d’imposition de sens. Les AS, par leurs choix de mobiliser tel ou tel intervenant extérieur, orientent la reconstruction identitaire des bénéficiaires, soit en validant les identités nouvelles qu’ils ont eux-mêmes adoptées, soit en les leur refusant. Les AS renvoient ainsi une certaine image d’eux-mêmes aux bénéficiaires et l’acceptation ou le refus de celle-ci doit être lu non pas seulement en termes de « bonne » ou « mauvaise » volonté, mais sous l’angle d’un véritable enjeu identitaire.

Notes

33 « Wir sind hier schliesslich die lezte der letzten Stationen », disent les personnes interviewées par Maeder et Nadaï (Maeder et Nadaï (2004 : 96).

34 Les conseillers en emploi et les AS ont été décrits comme travaillant avant tout au « feeling » (Valli, Martin et Hertz 2001), une description qui si elle contient une part de vérité (qui ne travaillerait pas avec son intuition dans un métier lié aux relations humaines ?) a été très mal reçue de la part des AS, estimant qu’ils sont bien davantage formés que les conseillers en emploi.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/607/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k

© Éditions ies, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search