Version classiqueVersion mobile

De l’aide à la reconnaissance

 | 
Laurence Ossipow
, 
Alexandre Lambelet
, 
Isabelle Csupor

Introduction

Texte intégral

Des discours aux pratiques d’insertion et de reconnaissance

  • 1 La mise en place, par le Fonds national de la recherche scientifique suisse, du Programme national (...)
  • 2 Les termes décrivant les acteurs sociaux sont à lire au masculin comme au féminin dans la suite du (...)

1Les notions d’intégration et d’insertion sont au cœur de nombreux énoncés, discours et débats, qu’ils soient politiques, journalistiques ou scientifiques1. Elus, acteurs du monde associatif, militants et chercheurs2, tous invoquent des visions particulières de l’intégration et aspirent à de nouveaux modes d’action en lien avec des publics ou des situations spécifiques : étrangers, élèves en difficulté, chômeurs, personnes toxicodépendantes, handicapés, personnes âgées, malades, etc. Il existe pourtant, aujourd’hui, de nombreux lieux et dispositifs qui produisent de l’insertion. L’Etat, pour ne prendre que lui, a déjà fait mettre en place des bureaux de délégués à l’intégration des étrangers, il offre aux élèves en difficulté des cours d’appui dans les écoles, il construit des espaces de prise en charge médicale et des lieux d’écoute pour les personnes souffrant d’addiction, il soutient de nouveaux modes d’accompagnement des chômeurs jeunes et âgés, il s’efforce de ne pas exclure les handicapés de la vie publique et contribue à la sociabilité élargie des personnes âgées. Les dispositifs institutionnels, fruits de politiques publiques ou d’initiatives militantes, ont pour objectif exprimé une meilleure insertion sociale des individus. Ils véhiculent des discours sur l’intégration autant qu’ils produisent des processus de sélection et d’étiquetage des publics cibles. Mais comment se traduisent-ils dans des pratiques et s’incarnent-ils dans des acteurs ?

  • 3 Bien que deux tiers des assistants sociaux soient des femmes, nous utiliserons l’abréviation AS po (...)

2A partir d’une ethnographie de l’action sociale à Genève, nous aimerions faire comprendre la manière dont les énoncés et les discours sur l’insertion se concrétisent dans des pratiques, comment les institutions font penser et agir (Goffman 1968 et 1974 ; Douglas 1999 ; Marcellini et Milliani 2005). Nous nous interrogeons d’abord sur les rapports qu’entretiennent les acteurs de l’aide sociale, les assistants sociaux (ou AS) et les bénéficiaires de l’Hospice général3. Nous nous demandons ensuite sur quels processus de catégorisation reposent le suivi et l’orientation de ces bénéficiaires, quelles valeurs guident l’action des travailleurs sociaux et comment s’articule en réseau le travail des différentes institutions. Autrement dit, que se passe-t-il au fil des interactions et quels sont les types de contraintes ou d’échanges qui s’instaurent entre les protagonistes ? Quels sont aussi les dispositifs proposés ? A-t-on affaire à des offres de formation, à des espaces occupationnels ou à des entreprises de production ? Quelle est la place du travail dans ces différents types d’activités ? Le travail constitue-t-il encore le facteur intégrateur essentiel, celui qui détermine tous les autres ? En bref, nous cherchons à savoir si l’intégration et la (re)socialisation des individus recouvrent des notions synonymes et si l’intégration peut se définir sans le recours aux notions de participation ou de reconnaissance.

3Nous intéressant aux pratiques plutôt qu’aux déclarations d’intention, nous cherchons ensuite à savoir comment les travailleurs sociaux passent des règles aux pratiques. Ainsi que le soulignait Friedberg (1992 : 534) dans sa sociologie des organisations, « pour importantes qu’elles soient, la structure et les règles formelles d’une organisation ne constituent jamais qu’une description très approximative de son fonctionnement réel : le travail réel s’écarte du travail prescrit, les lignes hiérarchiques sont court-circuitées et contournées, les processus de décision ne suivent que très partiellement les schémas théoriques ». De même, les énoncés, les discours, les déclarations d’intention sur l’intégration ne suffisent pas pour comprendre sa mise en œuvre concrète et pratique. Comme le rappelle Lagroye (2006 : 16), « une institution n’existe concrètement que par les activités de ceux et celles qui se réclament d’elle, que par le travail des juges ou des enseignants, l’engagement des adhérents ou des militants d’un parti, les actions quotidiennes des animateurs sociaux ou les rassemblements de fidèles pour accomplir des rites. En d’autres termes, ce sont des investissements, collectifs ou individuels, épisodiques ou continus, qui ‘donnent corps’ à une institution et la font exister socialement. » L’ordre légal ou les valeurs qui guident les discours institutionnels n’ont d’effets réels que dans la mesure où ils sont repris et réactivés dans des pratiques. Il faut donc enquêter sur les processus d’insertion et de reconnaissance non pas tels qu’ils se disent et se conçoivent mais tel qu’ils se font et se vivent.

4Notre volonté d’observer les pratiques d’insertion plutôt que les énoncés ou les discours des protagonistes à ce sujet n’est pas à proprement parler nouvelle. Elle caractérise toute l’ethnographie des institutions et des interactions. Elle émerge aussi discrètement des études de politiques publiques. Elle est présente dans certains travaux pionniers, comme celui de Pressman et Wildavsky (1973) étudiant la mise en œuvre d’un programme de lutte contre le chômage à Oakland. Elle apparaît encore dans l’étude, aujourd’hui classique, de Lipsky (1980) sur les street-level bureaucrates, des agents bureaucratiques qui ont un pouvoir discrétionnaire substantiel dans leurs relations avec les citoyens recourant à leurs services. En France, Dubois (1999) procède aussi à une forme d’analyse des institutions après avoir mené enquête dans les caisses d’allocation familiale sur les relations qui s’établissent entre les guichetiers et les allocataires. Il explique comment les professionnels savent se cacher derrière les tâches administratives lorsque la confrontation à la « misère du monde » se révèle par trop envahissante. Il démontre surtout comment les guichetiers incarnent la loi autant qu’ils la tempèrent d’humanisme. Dans un numéro des Actes de la recherche consacré à l’analyse des nouvelles formes d’encadrement, Le Strat (2001), pour sa part, analyse les relations entre usagers et professionnels des services publics chargés d’appliquer au quotidien les politiques d’action sociale. Son enquête monographique, restreinte mais très fouillée, montre en particulier comment l’assistante sociale observée (une AS « à l’ancienne », à l’éthos quasi vocationnel) se voit systématiquement remerciée alors qu’elle n’a pas pu faire grand-chose d’autre qu’écouter et informer. Avenel (2002), quant à lui, se penche sur la façon dont les assistantes sociales interviewées justifient et interprètent leurs décisions d’attribution d’aide financière aux allocataires.

5Ces différents travaux, s’ils ont nourri notre réflexion, se focalisent sur les stratégies des acteurs et sur leurs registres de justification, plus qu’ils ne documentent des pratiques de l’intégration. Plus proche de nous (en tout cas géographiquement), les études consacrées aux institutions d’aide sociale ou d’aide aux chômeurs participent tantôt d’une approche évaluative (Tabin, Keller, Hofmann et al. 2004 ; Da Cunha, Stofer, Pellaton et Leresche 2005 ; Keller 2005) tantôt d’une approche plus historique ou anthropologique (Valli, Martin et Hertz 2002 ; Wendling 2004 ; Magnin 2005 ; Tabin, Frauenfelder, Togni et Keller 2006), mettant en avant les rapports dissymétriques et de contrôle qui y sont à l’œuvre. Pour notre part, nous voulons, à l’instar de ce que Maeder et Nadaï (2004) ont proposé dans une perspective goffmanienne pour cinq types de centres sociaux suisses communaux, cantonaux et régionaux (les quatre premiers sont suisses alémaniques tandis que le dernier est romand), nous focaliser sur ce qui se produit dans les interactions et observer le travail d’intégration comme une coproduction des AS et des bénéficiaires : « Wie vollzieht sich Unterstützung als Koproduktion von Sozialarbeitenden und Klientel ? » se demandent les auteurs de Organiesirte Armut (Maeder et Nadaï 2004 : 21). Il s’agit de voir comment se construit concrètement l’insertion, tant dans la réalisation des objectifs officiels que dans ses effets dérivés ou inattendus.

  • 4 Quatre antennes supplémentaires complètent ces CASS qui apportent une aide sociale et/ou financièr (...)

6L’approche ethnographique compense son absence d’ampleur statistique par une analyse « dense » (Geertz 1988) et en profondeur d’espaces concrets ou symboliques historiquement situés et souvent interreliés. Dans cette perspective, nous limitons notre enquête à un cadre institutionnel particulier examiné dans un champ de pouvoir et d’action spécifique. Notre enquête débute donc par une observation minutieuse et rigoureuse du travail d’intégration effectué par l’Hospice général, un établissement de droit public chargé – à Genève – de l’application de la Loi sur l’aide sociale individuelle (LASI) dans cinq des vingt-deux centres d’action sociale et de santé (CASS)4. La recherche se poursuit ensuite dans quatre lieux de réinsertion (Réalise, les Fringantes, le Bilan portfolio de compétences et Arcade 84). Nous avons choisi ces structures, d’une part parce qu’elles étaient souvent mentionnées dans les interactions entre AS et bénéficiaires qui y sont fréquemment envoyés et, de l’autre, parce que, distinctes dans leur organisation et leurs objectifs, elles accueillent des bénéficiaires aux profils différents.

L’arrière-plan théorique

7Si notre approche consiste bien à dégager les significations implicites et explicites qui émergent du terrain, donc à ne pas faire entrer de force nos données dans des définitions préexistantes de l’exclusion ou de l’intégration, il n’en reste pas moins que nos analyses se fondent sur un arrière-plan théorique. Celui-ci se nourrit de recherches en science humaines s’intéressant à la pauvreté et à l’exclusion, auxquelles l’anthropologie des migrations – par décentration – apporte un précieux éclairage. Par ailleurs, les travaux sur la socialisation, peu présents au moment de l’élaboration de nos hypothèses, sont vite apparus comme cruciaux pour comprendre et définir les logiques éducatives observées dans les différents lieux.

8Tout d’abord, il est nécessaire de répéter qu’il « n’existe pas d’exclusion dans l’absolu – exclusion de quoi ? Il existe des dialectiques de l’inclusion/exclusion. Toute organisation sociale, quel que soit son niveau – de la famille à l’entreprise ou à la nation – implique par définition l’inclusion des uns et l’exclusion des autres » (Schnapper 1996 : 23). Ensuite, il convient de se demander pourquoi le langage savant et le langage profane se sont mis à remplacer la notion d’inégalité sociale par celles d’exclusion et d’insertion. En fait, comme le souligne Bec (1998), au sein du libéralisme qui caractérise les sociétés capitalistes, la notion d’égalité ne constitue plus un opérateur analytique. Pour sa part, Maeder (2006) suggère que la rhétorique de l’exclusion et de l’inclusion consiste surtout à redéfinir autrement des rapports sociaux inégalitaires et à masquer, voire à éliminer la question des classes (fractions de classes, dirait Bourdieu) : elle dessine une société coupée à l’horizontale (intérieur/extérieur) en lieu et place d’une division verticale (haut/bas). Au-delà du fait que l’assistance publique a toujours eu pour but de contenir l’explosion sociale plutôt que de corriger les inégalités de revenus et de conditions d’existence (Simmel 1998 [1908]), il s’agit enfin de se demander ce que signifie « être à l’Hospice », « être à l’aide sociale », « être pauvre ». Autes (1990 : 21) va en effet jusqu’à affirmer que « l’octroi d’une identité est sans doute le résultat le plus tangible et efficace des politiques sociales de lutte contre la pauvreté. La mise symbolique est première par rapport à la mise financière. » Et pourtant, même s’il est très difficile de survivre dans une société d’abondance avec un budget qui correspond au minimum vital, certaines personnes admettent avoir très peu de moyens financiers mais ne pas se sentir pauvres (ce sont certes souvent des artistes ou des personnes en charge de famille qui ont l’impression de compenser ce manque d’argent par davantage de temps pour leurs activités créatrices ou pour leur progéniture). Fassin, sur la base de ses enquêtes en Amérique latine (1996 : 263-271), ainsi qu’un récent numéro de la revue Tsantsa (2006), nous encouragent alors à relativiser les définitions de la pauvreté. Lindemann (2006 : 92-105) par exemple, enquêtant dans une société de Nouvelle-Calédonie, intitule son essai d’anthropologie visuelle d’après un énoncé d’un de ses interlocuteurs qui explique : « Je ne suis pas pauvre, je n’ai tout simplement pas d’argent ».

9Concernant la pauvreté, mais plus précisément encore la thématique de (ré)insertion, nous nous sommes en premier lieu inspirés des travaux de Castel (1995, 2003) et de Paugam (1996, 2007). Nous suivons en particulier Castel dans son refus de lier trop fortement l’intégration (et donc l’exclusion) à quelques groupes particuliers : la pauvreté, explique-t-il à juste titre, ne relève pas seulement de certaines formes de marginalité (« l’indigent valide » dont la capacité de travail pourrait être entière) ou de l’« handicapologie » (les indigents invalides infirmes ou incapables de travailler pour des raisons sociales, par exemple la veuve chargée d’enfants). Comme au XIXe siècle, lorsque l’industrialisation conduisit au paupérisme, c’est la « déstabilisation des stables » qui semble caractériser le marché de l’emploi dans nos sociétés occidentales contemporaines et nous faire passer du salariat au précariat (Castel 2007). La question de l’intégration ou de la non-intégration traverse donc la société tout entière et non pas seulement ses marges.

10Partant d’un cadre historique d’analyse et d’une vision durkheimienne de l’intégration fondée sur une solidarité organique dans laquelle la cohésion sociale est assurée par la complémentarité d’hommes interdépendants, le célèbre sociologue français s’inquiète aussi de certaines formes d’anomie et de l’effritement des « protections rapprochées » offertes par les systèmes d’appartenances familiales, de voisinage et de travail, ainsi que par les cadres collectifs liés à une sociabilité associative. A partir de la notion de « désaffiliation », l’auteur des Métamorphoses de la question sociale (1995 : 13) définit métaphoriquement trois zones de cohésion sociale. La première, la zone d’intégration sociale, associe une place stable dans le monde du travail à la densité des réseaux de sociabilité et de protection sociale. La deuxième, la zone de vulnérabilité sociale, représente une zone intermédiaire instable qui conjugue la précarité de l’emploi et la fragilité des « protections rapprochées ». La troisième, la zone de désaffiliation, se caractérise par l’isolement relationnel et l’absence de participation à toute activité productive. Le modèle des trois zones ne consacre pas une rupture comme la notion d’exclusion tend à le faire, mais retrace un parcours, replace les déficits personnels dans des trajectoires et dépasse l’analyse des lacunes individuelles pour renvoyer à des dynamiques structurelles. Le modèle ne recoupe pas exactement la stratification sociale (il y a des groupes faiblement nantis mais bien intégrés) et n’est ni statique ni évolutionniste, quoiqu’il ait été souvent compris comme entérinant le passage d’une zone à l’autre dans une série de basculements toujours plus dramatiques et sans retour possible.

  • 5 Sur le travail comme fondement de la dignité, lire aussi Lazarsfeld (1981), Schwartz (1990) et Sch (...)

11Référant à Barel (1990), Castel soutient que le travail non précarisé est encore le « grand intégrateur » puisqu’il engendre ou fédère les autres formes d’intégration familiale, amicale, politique, culturelle, etc.5 A suivre Castel, si l’identité par le travail se perd, le capital de relations dont on dispose, notamment du fait de son emploi, risque d’être perdu lui aussi. Castel sait que la période de plein-emploi est révolue, il critique les politiques d’activation qui veulent faire des bénéficiaires des êtres autonomes (on ne peut pas demander plus à ceux qui ont moins que d’autres, dit-il en substance), il relativise ses propos en montrant que l’assistance constitue d’autres formes d’ancrage et que les « sociabilités flottantes » des jeunes n’équivalent pas à une absence de liens (1995 : 416) ; il ne peut toutefois considérer qu’il existe de « vrais » liens sociaux ou des « structures porteuses de sens » en dehors d’une inscription dans la sphère professionnelle. Le travail est bien sûr facteur d’intégration puisqu’il rend, en principe, autonome financièrement, donc indépendant de toutes contraintes liées à l’aide sociale. Par ailleurs, l’emploi stable et protégé constitue le socle sur lequel se sont construites la solidarité et les politiques sociales permettant de se protéger des aléas de l’existence (vieillesse, invalidité, maladie, accident, etc.). Néanmoins, l’emploi ne fait pas l’intégration sociale à lui tout seul.

  • 6 Age de pierre, Age d’abondance (1976), l’ouvrage écrit il y a déjà fort longtemps par Sahlins sur (...)
  • 7 Certaines études comparent, par exemple, l’accès à la formation, la répartition sur le marché de l (...)
  • 8 Integration heisst Partizipation (1988) affirmait le titre d’un document de Caritas-Suisse au suje (...)
  • 9 A titre de définition, notre acception du terme de reconnaissance renvoie aux théories de l’échang (...)

12Le détour par des recherches menées dans des sociétés non occidentales qui attachent ou attachaient d’autres significations au travail6 et n’en font pas nécessairement le point autour duquel tout s’organise permet de relativiser la valeur essentielle que nous lui attribuons. Par ailleurs, ce sont les travaux sur l’immigration – en lien avec la thématique de l’acculturation et de l’assimilation – qui ont permis de déconstruire la notion d’intégration et de porter attention à celle de reconnaissance des non-nationaux. Depuis les travaux pionniers d’Hoffmann-Novotny (1992), les anthropologues et les sociologues établissent une distinction entre intégration structurelle et intégration culturelle, définissant la première comme une intégration aux structures socio-économiques d’une société (comparaisons des droits et des ressources des populations immigrées avec ceux des autochtones ou nationaux ; histoire des flux migratoires7) et la seconde comme l’incorporation de valeurs, symboles, idées et significations propres à la société de résidence. Quoique discutable en raison de son caractère essentialiste, cette seconde définition a permis de poser une série de questionnements sur la nouvelle socialisation que représente l’immigration : être intégré, est-ce avoir un travail (les expatriés sont considérés comme bien nantis mais non intégrés) ? ; Etre intégré, est-ce faire partie d’un réseau principalement constitué d’autochtones ou de personnes elles-mêmes considérées comme intégrées (on a fini par admettre que les associations d’étrangers ne favorisaient pas que l’entre-soi mais constituaient aussi un tremplin vers les institutions de la société d’accueil) ? Etre intégré, ne serait-ce pas aussi participer8 d’une façon qui n’implique pas seulement l’activité rémunératrice, par exemple par l’implication dans un réseau de voisinage, dans une association, dans une commune, voire dans un canton ? Ces questionnements autour de l’intégration ne diminuent pas l’importance d’une intégration structurelle, mais ils donnent de l’importance aux formes d’insertion – concrètes et symboliques – dans les multiples réseaux et institutions qui font une société. C’est grâce à ce détour par les travaux liés à l’immigration que le questionnement général sur l’intégration peut être renouvelé. Il en va de même pour la question de la reconnaissance, par exemple celle qui est liée au droit de vote accordé ou non à des personnes intégrées structurellement. Etre intégré, c’est donc aussi avoir des droits et être publiquement reconnu sans pour autant souffrir d’une visibilité dévalorisante9.

  • 10 La notion d’ethnicité est aujourd’hui comprise comme le résultat d’un processus de catégorisation (...)

13En deçà ou au-delà de l’intégration structurelle liée à l’emploi, l’intégration des nationaux ou celle des non-nationaux peut donc être analysée selon certains ancrages ou absences d’ancrage dans différents réseaux et selon la participation à différents événements ou formes d’implication citoyenne en fonction d’habitus et de statuts différenciés (femmes, hommes, fractions de groupes sociaux, familles bi-ou monoparentales, autochtones, étrangers statutaires…). En fait, grâce au détour par une anthropologie des migrations et par l’approche interactionniste qui a beaucoup profité d’une déconstruction du concept d’ethnicité10, nous pensons porter une grande attention aux processus de catégorisation ou d’étiquetage qui sont, comme nous le verrons, labiles et fluides (les modalités de la relation entre les AS et les bénéficiaires changent surtout dans un accompagnement de longue durée) autant que rigides et contraints (les AS ont beau avoir une perception fine de leurs interlocuteurs assistés, ils n’ont pas à leur disposition un large choix de dispositifs ; les propositions qu’ils font sont donc aussi des impositions et de nouveaux étiquetages ou assignations).

14Les études sur la socialisation, enfin, ont vite pris une acuité particulière, les pratiques observées ainsi que les énoncés collectés faisant en effet constamment, de manière directe ou indirecte, référence à la socialisation. Tout se passe comme si l’intégration correspondait avant tout à une (re)socialisation, conçue tantôt comme une (ré)éducation ou une normalisation et tantôt comme l’incitation à reconstruire des liens sociaux (les bénéficiaires de l’aide sociale sont en effet vus comme très isolés). Sur le terrain des CASS et des lieux de réinsertion, est revenue sans cesse l’idée, formulée de diverses façons, qu’il faut re-mettre les bénéficiaires sur la bonne voie. C’est également ce que constatent Maeder et Nadaï qui – empruntant le terme à Goffman – décrivent cette volonté de recadrage (reframing) animant les travailleurs sociaux soucieux de normaliser et de rééduquer les bénéficiaires : « Solche Sachverhalte sind im vorliegenden Kontext z.B. der Arbeitszwang, die prinzipielle Rückzahlungspflicht von Sozialhilfe, aber auch weniger juridifizierte soziale Erwartungen wie Freundlichkeit, Erhlichkeit, Pünktlichkeit, Sauberkeit und Rücksichtnahme auf Mietshausregeln (…). In der Sprache des Feldes taucht diese Arbeit als ‘Jemandem klar machen’, ‘etwas ausprobieren’, eine ‘Auslegeordnung herstellen’, ‘eine Struktur geben’ und in der härteren Variante als ‘konfrontieren’ und ‘Druck machen’auf. (…) Die Integrationsarbeit lässt sich in zwei Subkategorien differenzieren : Normalisierungsarbeit und Reframingbemühungen » (Maeder und Nadaï 2005 : 96).

  • 11 Une seconde socialisation s’ajoute à la première et permet d’intérioriser une réalité partielle mo (...)

15Pour comprendre à notre tour cette volonté de transformation et de rééducation, nous nous sommes alors appuyés sur les travaux de Bourdieu (1979) et sur ceux de Berger et Luckmann (1989 [1966]). Ne pouvant ici entrer dans la complexité des analyses bourdieusiennes par ailleurs bien connues, nous nous limiterons à rappeler que, d’après l’auteur de La Distinction (1979 : 189-248 ; notamment), les schèmes de perception, de représentation et d’action sont formatés par les conditions d’existence et les positionnements dans l’espace social ; ils sont profondément incorporés dans les premières socialisations familiales et institutionnelles (entre autres scolaires). Les changements d’habitus sont rares à l’échelle individuelle, à moins d’une prise de conscience extrême des matrices qui travaillent nos représentations et nos comportements. Ce n’est pas tout à fait l’avis de Berger et Luckmann (1989 [1966] : 263) qui proposent une conception plus labile et élastique (mais moins située socialement que Bourdieu) de la socialisation. Ils s’appuient sur le concept d’alternation et expliquent que les modes de perception comme les pratiques incorporés durant la socialisation primaire, puis pendant la socialisation secondaire11 peuvent être quelque peu modifiés par des expériences « totalisantes » et chargées d’affectivité (1989 [1966] : 214-222). En quelque sorte, c’est l’individu tout entier qui doit être comme reformaté. C’est pourquoi les deux chercheurs parlent de resocialisation – apparentée mais non confondue avec la socialisation primaire – et prennent comme modèle d’alternation la conversion religieuse (ainsi que, dans une moindre mesure, la psychothérapie ou encore des modes temporaires d’alternation comme le service militaire ou une hospitalisation à court terme (1989 [1966] : 217)).

  • 12 « L’individu alternant se désaffilie de son monde antérieur et de la structure de plausibilité qui (...)

16Comme Goffman (1968 [1961]) avant eux et Pinto (1989) après eux, les auteurs de La construction sociale de la réalité insistent aussi sur l’importance d’une nouvelle « structure de plausibilité »12 qui sépare de l’ancien monde et enferme dans des espaces de transformation habités par des individus significatifs et structurants, comme les parents ont pu l’être lors de la socialisation primaire. « Dans la plupart des institutions totales, on retrouve la recherche d’une ‘conversion’ : au ‘vieil homme’, il s’agit de substituer ‘l’homme nouveau’ en recourant moins à la persuasion explicite qu’à un ensemble de procédures qui tiennent à une forme de gymnastique » (Pinto 1989 : 15). Ces revirements et ces expériences – fortes et de longue durée, soutenues par une « communauté » ou un réseau de maîtres, gourous, enseignants ou thérapeutes – amènent à réinterpréter son parcours biographique comme menant nécessairement au changement qui est en train d’être perçu.

17Les notions et concepts proposés par les sociologues américains, même s’ils n’évitent pas le piège de la psychologisation des problèmes sociaux, permettent de lire les savoirs profanes et savants mobilisés dans le travail de réinsertion sociale, un travail qui vise bien à une resocialisation hors des murs d’une institution « totalitaire » (les « assistés », même très contraints, ne sont pas les reclus étudiés par Goffman). Ils nous invitent à saisir comment les travailleurs sociaux conçoivent l’intégration et à mieux comprendre les termes et les expressions qui décrivent cette (re)socialisation : une AS parle par exemple de plusieurs de ses « situations » difficiles qui, à long terme, se sont bien « retournées ». Les travaux autour de la notion de (re)socialisation incitent à observer ce que les AS font concrètement pour favoriser les « retournements ». Ils incitent en particulier à analyser les modalités de persuasion et d’encouragement au changement : contraintes, menaces, écoute empathique, partage émotionnel, explications rationnelles, formes de reconnaissance réciproque. En somme, conjuguées à d’autres concepts transversaux (comme ceux d’échange et de dons que nous présentons plus loin), l’anthropologie et la sociologie des institutions, de la pauvreté, des migrations et de la socialisation permettent de s’interroger sur les conceptions qui guident les pratiques. Cet arrière-plan théorique s’articule aussi avec une réflexion sur la posture méthodologique adoptée dans cette recherche fondamentale et appliquée : construction du partenariat avec les acteurs de l’action sociale, statut de l’observation participante, procédés de restitution, pari et légitimité de l’interprétation.

Dispositif méthodologique

18Voulant observer l’intégration en train de se faire, notre approche se fonde d’abord sur l’observation participante de pratiques (des actions, des gestes, des façons d’être et de se présenter, des lieux, des objets, etc.) et sur le recueil d’énoncés non formalisés directement à notre intention (énoncés échangés entre les AS et les bénéficiaires, entre les AS eux-mêmes, entre les travailleurs sociaux d’un CASS, entre les « encadrants » et les stagiaires sur les lieux de réinsertion). L’observation du travail d’intégration mené conjointement par les AS et les bénéficiaires nous laisse en effet accéder non pas à un discours (et à des rationalisations ex post et hors contexte), mais à des pratiques et à des commentaires pris « sur le vif ».

19L’approche par observation participante a été contestée comme le rappelle Olivier de Sardan (1995 : 75-80) qui la décompose en deux situations : celle durant laquelle l’ethnologue n’est qu’observateur, c’est-à-dire témoin d’un certain nombre d’actions, et celle durant laquelle il est coacteur, c’est-à-dire participant aux interactions qu’il observe. Sa présence modifie peu ou prou la situation observée (quoique l’on s’habitue souvent rapidement à lui, comme le font remarquer de nombreux chercheurs). Par ailleurs, comme n’importe quel individu, l’ethnologue construit la réalité sociale qui se présente à lui, il part de sa subjectivité et de celle de ses interlocuteurs pour comprendre les situations observées. Aucun ethnologue n’est donc assez naïf pour croire qu’il observe des personnes et des faits comme s’il pouvait les enfermer dans un laboratoire ou les regarder à travers une vitre sans tain. Les données rassemblées ne sont pas « ‘des morceaux de réel’ cueillis et conservés tels quels par le chercheur (illusion positiviste), pas plus qu’elles ne sont de pures constructions de son esprit ou de sa sensibilité (illusion subjectiviste) » (Olivier de Sardan 1995 : 76). Nombre de nos observations sont structurées par une grille de thèmes servant de balise, mais pas de protocole : ainsi peut-on aussi recenser tous les faits qui n’auraient pas été anticipés. Les observations sont consignées dans un carnet sur le terrain : sur place, pendant les interactions observées, entre deux rendez-vous, pendant les moments de pause ou très vite après coup. Le contenu du carnet est ensuite dactylographié et lu – au fur et à mesure – par les autres chercheurs. D’autres observations ne sont pas notées mais s’accumulent – sans en avoir l’air – nous familiarisant progressivement avec l’univers des CASS ou des lieux spécifiques de réinsertion. Ainsi que le signale aussi Althabe (1990, 1991), qui a largement contribué à théoriser le travail de terrain at home (dans la société du chercheur), notamment dans le domaine des entreprises et des espaces urbains défavorisés, l’ethnologue a l’avantage de se couler dans des situations banales qui nécessitent implication, imprégnation mais aussi négociation de sa position et construction d’une distance, surtout quand le rôle de l’ethnologue risque de se confondre avec celui du travailleur social.

  • 13 L’idée que les terrains d’enquête doivent être reliés avec ce qui les prolonge dans l’espace local (...)

20L’approche ethnologique, puisqu’elle n’est pas que subjectivité, vise aussi à certaines formes d’objectivation des données par auto-analyse et réflexivité (Althabe 1990 ; Bourdieu 1993 ; Weber et Lambelet 2006) et par multiplication des points de vue sur des situations analogues. Enfin, les « procédés de recension » (Olivier de Sardan 1995) permettent de produire des données intensives en nombre fini : comptages, inventaires, plans, listes. Nous avons par exemple effectué des relevés des tableaux d’affichage exposés dans les CASS, dans les bureaux des AS et dans les lieux d’insertion ; nous avons noté la disposition des meubles de chaque bureau et la décoration des espaces pensant qu’ils nous diraient peut-être – au-delà des contraintes spatiales et de la standardisation administrative – quelque chose sur le mode de travail propre à chaque AS. Ainsi, les données recueillies par observation se conjuguent-elles à celles obtenues par les procédés de recension et par entretiens. Contrairement à une monographie classique, notre terrain demeure toutefois limité (nous n’avons pas documenté intégralement les lieux observés, mais seulement certains pans de leurs activités). En revanche, il est multisitué13 puisqu’il s’agit de plusieurs CASS et de plusieurs lieux de réinsertion, entre lesquels nous avons pu tisser des liens et esquisser des comparaisons.

21Le déroulement de l’observation, s’il ne peut s’assimiler au suivi de consignes strictes en elles-mêmes garantes d’objectivité, obéit néanmoins à certaines règles implicites de négociation avec les interlocuteurs et partenaires de terrain. Dans le nôtre, chaque chercheur a dû faire accepter sa présence sans cacher ses intentions d’observation, savoir être présent sans pour autant trop interférer sur le processus : bref, trouver une place qui ne soit ni celle de l’AS, de l’encadrant ou de l’animateur, ni celle du consultant, du stagiaire ou du participant, ni – bien sûr – celle d’un impardonnable voyeur. Dans les CASS, l’accès au terrain n’a pas posé de problème particulier, notamment parce que deux d’entre nous ont été partiellement assimilées à des collaboratrices de l’Hospice général en raison d’un emploi parallèle au service d’études et statistiques. Nous avions par ailleurs effectué, sous forme de stage, une pré-enquête dans un CASS. Notre recherche a aussi été accueillie avec intérêt par la direction, qui a donné son accord, tandis que nous nous sommes assurés de l’adhésion des AS à notre projet en présentant nos intentions de recherche dans l’ensemble des CASS pressentis, à l’occasion de colloques d’équipe. L’accueil positif de « la base » mérite d’être signalé car les AS sont généralement surchargés de travail et auraient pu ne pas voir d’un très bon œil notre présence, celle-ci pouvant être de surcroît considérée – du fait même de l’inscription de deux d’entre nous dans l’institution – comme une tentative d’espionnage ou de contrôle. Certains AS disent au contraire avoir apprécié notre présence car les entretiens de coconstruction des interrogations et des données leur offraient des espaces de parole et de réflexivité sur leurs propres activités. Bien sûr, les bénéficiaires et les AS qui ne voulaient pas de notre présence pouvaient le signaler avant le début de l’entretien et nous nous esquivions. Les bénéficiaires de l’aide (tant des CASS que des « lieux de réinsertion ») n’ont pas toujours compris notre rôle, nous assimilant souvent à un collègue de l’AS ou à un étudiant stagiaire. A Réalise et aux Fringantes, nous avons mis la main à la pâte en travaillant comme les stagiaires observés. A Arcade 84, nous nous sommes mêlés aux diverses activités. Au Bilan portfolio de compétences, nous avons été perçus tantôt comme chercheurs, tantôt comme participants ordinaires, mais jamais – à notre connaissance – comme animateurs. La relative aisance du terrain s’explique notamment par le fait que nous avons travaillé davantage avec les AS ou les encadrants qu’avec les bénéficiaires eux-mêmes.

22La situation d’observation des interactions entre AS et bénéficiaires – même renégociée de cas en cas – n’est pas exempte de toute « violence symbolique ». C’est le cas de beaucoup de terrains certes, mais peut-être plus particulièrement de ceux qui confrontent à la pauvreté. Cette violence est due aux rapports de force institutionnels – et sociaux en général –, à la différence des ressources et des capitaux possédés (revenu, capital de formation, capital de relations, etc.), à la dissymétrie des positions dans le dispositif d’observation (les bénéficiaires peuvent évidemment refuser notre présence, mais aussi s’y contraindre par peur d’éventuelles mesures de rétorsion) et aux systèmes de classements qui s’exercent dans ces institutions. Certains bénéficiaires ont utilisé notre présence pour nous prendre à partie sur l’injustice de leur situation, comme messagers potentiels vis-à-vis de la direction et pour bénéficier d’une oreille empathique qui forçait l’AS à réécouter certaines plaintes.

23Pour l’ensemble de la recherche (CASS et « lieux de réinsertion ») nous avons procédé à cinquante semaines d’observation et autant d’informatisation de nos notes. Deux des journaux de terrain ont été envoyés aux AS partenaires d’observation et d’entretien. Ils ont reçu l’extrait de journal les concernant, accompagné d’une explication qui précisait le statut des notes engrangées. Les AS ont généralement apprécié la lecture de ces extraits, même si certains se sont montrés choqués de leur forme trop réductrice : les observations n’ayant été ni filmées ni enregistrées n’ont donc pas été reproduites in extenso. Sur les lieux de réinsertion, à une exception près, les journaux de terrain n’ont pas été transmis, car ils concernaient un grand Introduction nombre d’acteurs. En revanche, une présentation des résultats a été organisée en présence des encadrants et, dans un cas, avec des participants.

  • 14 Dans ces conversations, l’intervieweur pose les questions utiles à son enquête, mais se focalise a (...)

24L’observation permet de comprendre les pratiques, mais nous voulions aussi accéder aux représentations des AS. C’est pourquoi nous avons organisé des entretiens de co-interprétation (ou coconstruction des données) qui correspondent à un dispositif particulier considérant « l’informateur » (l’observé, l’interviewé) comme un interlocuteur à part entière ayant sa propre façon d’empoigner la problématique. Ces entretiens de co-interprétation, s’ils s’assimilent davantage à des « conversations »14 (Bourdieu 1993 et Olivier de Sardan 1995) qu’à de stricts entretiens semi-directifs, doivent être l’occasion d’un « retour réflexif » des AS et des encadrants sur leur pratique, à partir des observations apportées par nous, ethnologues, mais aussi d’un retour réflexif des « observateurs » (les ethnologues) sur leurs modes d’observation. Fondés sur une relecture commune, soit des extraits des journaux de terrain envoyés à chaque interlocuteur, soit des textes rassemblant les premières analyses (non encore cristallisées ou véritablement rédigées), ces entretiens de coconstruction des données offrent d’abord l’occasion d’une meilleure prise en compte du contexte des observations : nous avons par exemple suscité des récits sur certains projets de réinsertion menés avec des bénéficiaires afin d’appréhender les logiques à l’œuvre dans les impulsions que les AS donnent à ces parcours ou pour connaître les étapes antérieures à nos observations. Les entretiens de coconstruction des données signalent ensuite des problématiques ou des enjeux qui auraient pu nous échapper autant qu’ils permettent à nos interlocuteurs d’expliciter des cadres, des valeurs ou des logiques qui sous-tendent leur action. Durant ces conversations, les AS ont eu l’occasion de s’exprimer plus longuement sur leurs conceptions du métier ou sur leur rapport à l’argent dans le travail d’assistance tandis que les encadrants des lieux de réinsertion ont, pour leur part, débattu avec nous du travail comme valeur discutable ou incontournable. Les entretiens mettent enfin au jour les pratiques conscientes des AS ou des encadrants qui s’en expliquent à nouveau comme ils laissent apparaître des pratiques ou des attitudes « ignorées » que nos observations révèlent et questionnent. Il s’agit donc d’un travail de réflexion et d’explicitation, réalisé de part et d’autre sur la base des cas concrets expérimentés à la fois par les interlocuteurs et les observateurs (ce qui distingue cette coconstruction de données du simple entretien semi-directif). Plus récemment, des entretiens menés avec d’autres acteurs institutionnels (enquêteurs ou juristes) ont permis d’être attentifs à l’évolution du contexte, aux nouvelles directives et procédures en cours.

25L’enquête s’est aussi intéressée aux divers corpus de documents rédigés sur l’aide sociale, sur chaque lieu de réinsertion et à l’intention des AS, des bénéficiaires ou des stagiaires : lois, règlements, directives, normes (les barèmes d’assistance, par exemple), rapports de commissions, statistiques, supports de cours, modèles de contrats, formulaires, prospectus, etc. Le lexique institutionnel et le vocabulaire employé par les acteurs observés ont fait l’objet d’une attention particulière comme il est d’usage dans toute étude ethnographique. Fidèles à la distinction établie par Geertz (1998 : 96) entre les concepts « proches de l’expérience » utilisés par les « enquêtés » (nos interlocuteurs) et les concepts « éloignés de l’expérience » (relatifs aux discours savants ou scientifiques), nous nous sommes efforcés d’aboutir, dans un premier temps du moins, à une conceptualisation éclairant la complexité des expériences observées sur le terrain : un terme qui rend justice à la fois au travail social (les AS parlent de leur travail sur le terrain par comparaison à la direction qui, elle, reste à l’arrière-plan et n’a que très peu de contacts directs avec les récipiendaires de l’aide) et à la méthode d’approche des anthropologues habitués à désigner du même terme leur(s) lieu(x) d’enquête.

  • 15 La question de la réécriture a fait l’objet de nombreuses discussions notamment au sujet des récit (...)

26Faute de temps de retranscription et pour ne pas trop faire intrusion, nous n’avons pas – répétons-le – utilisé de caméra vidéo ou d’enregistreur, les énoncés reproduits le sont donc en substance au plus proche du vocabulaire utilisé. Ils ont été néanmoins légèrement retravaillés par rapport aux notes de terrain afin de faciliter le passage de l’oral à l’écrit, de renforcer la compréhension et d’alléger la lecture. Nous assumons l’aspect fictionnel de ce genre de réécriture, sûrs qu’elle est éthiquement et esthétiquement plus défendable qu’une réécriture qui laisse à dessein les expressions les plus populaires, les jurons ou les hésitations (ben… j’pense que… par exemple) afin de faire « plus vrai » que nature15. Les récits présentés dans l’analyse du Bilan portfolio de compétences, un des dispositifs de réinsertion observés, ont été entièrement réécrits, pour mieux rendre leur pouvoir narratif et protéger l’intimité de leurs narrateurs. Ces derniers les ont relus et en ont accepté la forme.

27Dès le début de la recherche sur le terrain, nous nous sommes rencontrés régulièrement pour échanger sur nos premières observations et tenir compte de ce qui avait pu échapper à la perspicacité de l’un ou de l’autre d’entre nous. Nous nous sommes ensuite livrés à une lecture croisée de nos journaux de terrain et à des séries d’analyses provisoires thématisant progressivement ce qui émergeait de nos observations. Notre analyse procède en effet, comme toute recherche ethnologique, d’une méthode itérative, fonctionnant par des allers et retours entre problématique, résultats provisoires, analyses et reformulations de questions de recherche. Ne travaillant que sur du matériel de type qualitatif, notre analyse laisse place à des interprétations qui ne sont pas corroborées par une distribution statistique, sauf quand nous avons pu profiter de certains résultats tirés des données statistiques émanant du Suivi longitudinal des bénéficiaires de l’aide social, recherche menée en parallèle à notre enquête (mais dont l’analyse n’est pas terminée à l’heure où nous rédigeons ces lignes).

  • 16 Un cinquième lieu d’insertion avait été prévu. Les observations y ont été menées, mais à la restit (...)

28Le partenariat de recherche, s’il a été, à une exception près16, facile du point de vue de l’enquête, s’est révélé plus tendu au moment des premières cristallisations des résultats dont certains déplurent ou furent mal interprétés. Vues les tensions dont les institutions de ce genre sont généralement la proie (notamment une tension entre les intentions politiques et leurs applications en termes de management institutionnel), il aurait peut-être été utile de prendre davantage de temps pour expliquer ces résultats. Il est aussi possible que les directions tendent à confondre notre recherche avec un audit (comme cela a pu être observé dans d’autres contextes : voir Lambelet 2003 ; Flament 2005) ou n’admettent qu’avec peine la publicité des résultats d’enquête.

29Le procédé de compte rendu ou de restitution, outre qu’il permet d’accumuler de nouvelles informations et de corriger des erreurs factuelles, ne se conçoit toutefois pas comme une synthèse qui doit susciter l’assentiment de tous les interlocuteurs concernés. Certains AS ne seront pas d’accord avec nos interprétations, ne serait-ce que parce qu’ils ne portent pas tous un même regard sur leur travail ou sur la situation de restrictions budgétaires qu’ils traversent. Par ailleurs, bien qu’acteurs capables de réflexivité et de discernement des logiques qui sous-tendent leur travail, les AS et les encadrants ne perçoivent pas ou plus guère certaines actions restant dans la sphère de l’implicite. C’est donc aux observateurs extérieurs bénéficiant par ailleurs d’un certain espace de comparaison de proposer d’autres éléments d’analyse, de faire se multiplier les points de vue. A partir d’une lecture de la littérature sur le sujet aussi complète que possible, nous pensons, comme le suggérait notamment Lahire (1996), qu’il faut risquer l’interprétation et ne pas se contenter seulement d’explicitations. La « description dense » (Geertz 1998) que nous nous sommes efforcés de produire, la tribune libre offerte aux responsables des dispositifs ou aux AS qui ont relu tout ou partie du présent ouvrage (voir encadrés sur fond grisé), la place laissée à la reproduction de documents « bruts » tirés de notre corpus offrent cette diversité des points de vue à défaut de supprimer toute interrogation sur la légitimité d’interprétation. Qui fait autorité pour décrire l’action sociale ? Les AS et les encadrants ? Les bénéficiaires ? La direction des institutions ? Les chercheurs en politique sociale ? Les ethnologues ? Chacun à sa façon, mais nul doute que des voix discordantes surgiront.

Plan de l’ouvrage

30De l’aide à la reconnaissance reprend, pour une part, la structure même de notre recherche, tant chronologiquement qu’en termes de questionnement. Partant de l’Hospice général et des pratiques à l’œuvre dans cinq CASS, nous rendons ensuite compte des manières de faire et des dispositifs rencontrés dans les différents lieux de réinsertion. Moins que de comparer, il s’agit d’éclairer par d’autres lieux l’analyse des pratiques déjà observées et, surtout, de montrer les logiques différentes auxquelles sont soumis institutions et bénéficiaires.

31Après la présentation du contexte institutionnel, du cadre légal en vigueur – et des nombreuses modifications que ce dernier a connues entre le début de notre enquête et aujourd’hui –, de quelques données chiffrées sur le public actuel de l’Hospice général et du bagage théorique délivré par l’institution aux personnes chargées de l’intégration (chapitre 1), nous décrivons les pratiques des AS constituant les dossiers (chapitre 2) dans lesquels la question du contrôle des bénéficiaires et la recherche de preuves de la subsidiarité de l’aide sont incontournables ; les journaux des AS, ressemblant davantage à des mains courantes qu’à des supports de réflexion et d’action, sont aussi examinés. Si nous observons le travail d’intégration effectué à l’Hospice général, ce travail se fait surtout en collaboration avec d’autres structures, dans un vaste réseau dont les maillages étendus constituent à la fois une nécessité et un risque (chapitre 3).

32La fabrication des dossiers d’assistance conduit à s’interroger sur les registres de catégorisation mobilisés en contexte d’interaction (chapitre 4). Ces catégorisations se fondent sur une appréhension du monde qui varie bien sûr entre les AS et entre ceux-ci et les bénéficiaires. Toutefois, même si les catégorisations ou les étiquetages se font et se défont au fil des relations et se modifient selon le contexte de négociation, les caractéristiques socioéconomiques, l’expérience, le genre et l’âge des protagonistes, l’institution impose ses vues aux bénéficiaires et formate les personnes qu’elle emploie (cours obligatoires de formation complémentaire, modes de classements, directives, procédures, manières de faire).

33Si le but ultime de l’aide sociale est bien « l’autonomie » des personnes aidées (c’est-à-dire in fine leur sortie définitive de l’assistance par le retour sur le marché de l’emploi ou l’invalidation), objectifs et projets constituent le cœur du travail d’intégration. Mais que veut dire parler projet ? Susciter et suivre des projets routiniers ou accepter des démarches sortant de l’ordinaire (les projets « challenge »), ces deux modes d’action sont examinés au chapitre 5.

34Contrôleurs contrôlés, les AS tentent – pour maintenir la relation d’aide – de donner chair aux directives tout en s’autorisant quelques marges de manœuvre, signe de l’écart entre les règles et la pratique, autant que microrébellion ou volonté de conserver une façon personnalisée d’exercer son métier (chapitre 6). Devant les dénonciations récurrentes d’abus et la volonté de contrôle et de sanction qui vont se renforçant, on pourrait se demander si les bénéficiaires n’entretiennent qu’un rapport de contrainte avec les AS qui s’occupent de leur cas. Une observation fine des échanges et des espaces de négociation montre, au contraire, que sur la base d’une relation fondamentalement asymétrique et contractualisée (ce qui est déjà un paradoxe) des rapports de réciprocité s’établissent et des dons circulent (chapitre 7).

35Au-delà de la dyade AS-bénéficiaire et du travail en réseau, les processus de réinsertion passent le plus souvent possible par l’envoi dans des structures de réinsertion aux objectifs variés. Dans la seconde partie de l’ouvrage, nous en présentons quatre. Les trois premières, Réalise (chapitre 8), les Fringantes (chapitre 9) et le Bilan portfolio de compétences (chapitre 10), quoique fort différentes les unes des autres, s’adressent à des personnes estimées « aptes au placement » par les offices du chômage et qui devraient donc, à terme, se retrouver sur le marché de l’emploi. La dernière, Arcade 84 (chapitre 11), concerne des personnes déjà sécurisées par un processus d’invalidation et pour lesquelles les projets de réinsertion sont moins contraignants ; l’invalidation n’en demeure pas moins un processus d’insertion qu’il convient d’examiner et ce d’autant plus que la médicalisation des pratiques et la psychologisation des discours sont bien présentes dans le champ de l’action sociale. Une synthèse de ces quatre dispositifs, auxquels nous ajoutons l’Hospice général précédemment examiné (Conclusion), permet d’avoir une vue d’ensemble de structures aux logiques à la fois différentes et semblables.

36Conçu comme une réadaptation progressive au marché de l’emploi ou comme l’attente d’une invalidation, le travail de réinsertion est avant tout qualifié de resocialisation par les AS qui s’y emploient. Que signifie ce terme ? Quels sont ses rapports avec les processus de sociabilité, de participation, de reconnaissance ? Fil rouge de tout l’ouvrage, la notion est rediscutée en conclusion à la lumière des négociations qu’elle permet et des identités qu’elle impose.

Notes

1 La mise en place, par le Fonds national de la recherche scientifique suisse, du Programme national de recherche 51 « Intégration/exclusion » par lequel cette présente recherche a été financée n’en est qu’un signe supplémentaire.

2 Les termes décrivant les acteurs sociaux sont à lire au masculin comme au féminin dans la suite du texte sauf lorsque la précision du genre apporte une indication importante.

3 Bien que deux tiers des assistants sociaux soient des femmes, nous utiliserons l’abréviation AS pour évoquer les femmes et hommes qui exercent ce métier. L’abréviation correspond en outre à un terme utilisé sur le terrain d’enquête. Les AS sont en effet souvent désignés tels quels par leur pairs ou par leurs consultants, que nous nommerons les bénéficiaires de l’aide sociale, car c’est le terme qu’ils ont choisi pour se qualifier lors d’une manifestation à Genève en mars 2006.

4 Quatre antennes supplémentaires complètent ces CASS qui apportent une aide sociale et/ou financière dans les communes et les quartiers genevois.

5 Sur le travail comme fondement de la dignité, lire aussi Lazarsfeld (1981), Schwartz (1990) et Schnapper (1996 : 29).

6 Age de pierre, Age d’abondance (1976), l’ouvrage écrit il y a déjà fort longtemps par Sahlins sur les Bushmen, chasseurs-cueilleurs-collecteurs du Kalahari, montre comment une société, d’abord analysée comme une économie de misère ou de survie, peut, au contraire, être pensée comme une économie d’abondance laissant ses bénéficiaires fonctionner largement en dessous de leurs possibilités objectives d’exploitation de l’environnement. Les Bushmen disposaient alors de temps « libre » ou de temps utilisé pour d’autres activités que celles qui permettent stricto sensu l’acquisition de subsistances.

7 Certaines études comparent, par exemple, l’accès à la formation, la répartition sur le marché de l’emploi, les revenus, le logement des autochtones à ceux des immigrés (notamment Bolzman, Fibbi et Vial 2003), d’autres se centrent plus largement sur le sentiment d’appartenance et les processus d’intégration réciproques (entre autres Centlivres et al. 1991 ; Bolzman 1996 ; Ossipow 1996 ; Ossipow et Waldis 2002) ; sur la question des immigrés à l’aide sociale (Bolzman, Poncionni-Derigo, Rodari et Tabin 2002).

8 Integration heisst Partizipation (1988) affirmait le titre d’un document de Caritas-Suisse au sujet de l’intégration des immigrants.

9 A titre de définition, notre acception du terme de reconnaissance renvoie aux théories de l’échange et du don ; suivant en cela des auteurs tels que Mauss, Testart ou Hénaff (voir chapitre 7), nous considérons que les échanges non marchands ou les dons, par-delà la circulation d’objets, signifient avant tout la reconnaissance de l’autre comme pair ; donner, c’est « reconnaître [l’autre] au sens de lui accorder du respect, d’admettre sa valeur, son importance : bref, son existence égale à la mienne, ailleurs, autrement » (Hénaff 2002 : 186). Du fait de cette focale micro-sociologique ou ethnographique, nous n’entrons pas de plein pied dans les débats « philosophiques » actuels sur la question – pensons ici aux travaux de Honneth (2000, 2006), Ricoeur (2004), Voirol (2004) ou Fraser (2005) – concernant la place ou le rôle de la reconnaissance, de son opposition, différenciation ou superposition d’avec d’autres logiques (économiques ou juridiques par exemple). Nous utilisons le terme de reconnaissance pour désigner, dans les processus d’identification et de catégorisation et plus largement dans le travail d’intégration, les tentatives des agents sociaux pour concilier identité pour soi et identité pour autrui, c’est-à-dire de valoriser chez soi et chez autrui d’autres dimensions identitaires que les seules reconnues dans le travail d’action sociale.

10 La notion d’ethnicité est aujourd’hui comprise comme le résultat d’un processus de catégorisation (assignation et imposition d’identité ; auto-identification et auto-attribution) historiquement situé dans un rapport de force et de pouvoir. Pour une approche synthétique des débats américains et la traduction du texte pionner de Barth (1969), voir Poutignat et Streiff-Fenart (1995).

11 Une seconde socialisation s’ajoute à la première et permet d’intérioriser une réalité partielle moins chargée sur le plan émotionnel. La seconde socialisation repose sur l’identification mutuelle de l’individu et de ses pairs dans le cadre d’autruis perçus davantage comme des acteurs institutionnels (le professeur par exemple, facilement interchangeable avec un autre d’après les auteurs) que comme des personnes auxquelles sont attachées maintes significations et émotions essentielles. L’opposition entre autrui généralisé (référant à la collectivité ou la communauté) et autrui significatif (les proches ou les personnes qui comptent au moment d’une socialisation secondaire) a été développée par G.-H. Mead.

12 « L’individu alternant se désaffilie de son monde antérieur et de la structure de plausibilité qui l’a soutenu, si possible physiquement, sinon mentalement » (Berger et Luckmann 1989 [1966] : 217).

13 L’idée que les terrains d’enquête doivent être reliés avec ce qui les prolonge dans l’espace local ou international est une caractéristique de l’anthropologie contemporaine (Marcus 1995). Nadaï et Maeder (2002) mettent aussi en valeur le fait que leurs terrains sont multisitués.

14 Dans ces conversations, l’intervieweur pose les questions utiles à son enquête, mais se focalise aussi sur les intérêts de son interlocuteur dans une atmosphère qui s’assimile le moins possible à un interrogatoire. C’est évidemment l’interviewé qui a la parole, mais l’intervieweur ne se retranche pas derrière sa grille de thème, il est empathique et livre aussi quelque chose de lui-même, soit spontanément, soit en réponse aux questions de son interlocuteur.

15 La question de la réécriture a fait l’objet de nombreuses discussions notamment au sujet des récits ou histoires de vie. Voir le texte de Gonseth et Maillard (1985) dans un ouvrage déjà ancien mais qui n’a rien perdu de sa pertinence.

16 Un cinquième lieu d’insertion avait été prévu. Les observations y ont été menées, mais à la restitution du journal de terrain, l’équipe d’encadrants n’a pas accepté l’analyse, remettant même en cause les données les moins « compromettantes ». Suite au conflit qui en a émergé et qui menaçait d’autres études menées sur le même lieu, nous avons renoncé à l’inclure dans notre recherche.

© Éditions ies, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search