Version classiqueVersion mobile

Les entreprises sociales d’insertion par l’économie

 | 
Claude de Jonckheere
, 
Sylvie Mezzena
, 
Camille Molnarfi

Introduction

Texte intégral

Des politiques aux individus

1Parmi les structures existantes en Suisse qui visent à lutter contre l’exclusion des personnes dépourvues de travail, existent les entreprises sociales d’insertion par l’économique. Leur originalité tient au fait de relier une mise ou remise en situation de travail de personnes qui éprouvent des difficultés importantes sur le marché de l’emploi à une production de biens et de services disponibles sur un marché. L’objectif d’insertion ou de réinsertion poursuivi par ces entreprises sociales est principalement soutenu par une activité productive, mais aussi par un accompagnement personnalisé des personnes fragilisées, et peut viser une insertion à durée limitée ou indéterminée. On trouve en effet en Suisse, d’une part, des entreprises sociales à finalité d’emploi temporaire qui, en voulant servir de « ponts » vers le marché du travail, accueillent des personnes pour une période de temps limitée et, d’autre part, des entreprises sociales à finalité d’emploi protégé dont le but est davantage d’occuper des personnes dont le retour sur le marché de l’emploi est plus difficilement envisageable, comme les personnes handicapées. Suivant le profil des personnes qu’elles reçoivent, la capacité entrepreneuriale de leurs acteurs et les potentialités économiques de la région, les entreprises sociales d’insertion peuvent développer des activités variées bien que la majorité d’entre elles se concentrent généralement dans les secteurs suivants : rénovation et construction de bâtiments, entretien d’espaces publics et de zones vertes, tri et recyclage, conditionnement et emballage de produits, fabrication de pièces et outils destinés à l’industrie.

2Nous souhaitons questionner si les entreprises sociales visant la formation des personnes « en difficultés » par le maintien ou le développement de leurs « compétences » afin de favoriser leur insertion, notamment sur le marché du travail, déploient effectivement les effets attendus ou si, au contraire, elles ne produisent pas des effets « pervers ». Il importe de savoir en quoi les pratiques des entreprises sociales d’insertion, impliquant notamment pour les bénéficiaires au premier chef la réalisation d’un travail, la réception d’une rémunération, un accompagnement professionnel et social et la fréquentation de collègues de travail, permettent le développement de leurs « compétences » ou, au contraire, ne le permettent pas, voire, contre leur gré, l’entravent. La question du développement des compétences est traitée en passant par le thème de l’identité. En effet, l’identité, c’est-à-dire la manière dont les individus se définissent eux-mêmes et expriment leurs aspirations, est intimement liée, d’une part, aux compétences qu’ils peuvent ou non s’attribuer et, d’autre part, à la manière dont leur environnement social reconnaît ces compétences, les valorise et peut en faire usage.

3Les difficultés d’insertion semblent se développer pour une frange toujours plus large de la population ; l’étude de solutions concrètes, comme celles proposées par les entreprises sociales, permet de comprendre si de telles réalisations peuvent encore se développer et quelles pourraient être les politiques sociales fédérales et cantonales susceptibles de favoriser un tel développement. Les pratiques concrètes d’accompagnement au travail et par le travail mises en œuvre au sein des entreprises sociales nous ont amenés à saisir ce que signifie accompagner une personne en difficulté dans le but d’une intégration sociale et d’une insertion professionnelle.

4Les entreprises sociales d’insertion par l’économique n’étant pas ou que très peu étudiées en Suisse, il a donc été nécessaire d’en dresser des portraits. En effet, selon les statuts des personnes qu’elles accueillent et selon qu’elles se situent près d’un modèle d’entreprise considérant les bénéficiaires en tant que travailleurs ou d’un modèle plus social et humaniste considérant les bénéficiaires sous l’angle de leurs « difficultés » personnelles, nous pouvions nous attendre à des pratiques diverses et à des effets fort différents sur les bénéficiaires, au niveau de leur construction identitaire et du développement de leurs compétences. Cependant, notamment en raison du fait qu’elles s’autodéfinissent, tout regroupement en catégories de ces structures s’avère difficile et nous avons dû nous limiter à distribuer les six entreprises sociales romandes étudiées sur un continuum établi entre deux pôles, soit managérial et humaniste.

5Quel que soit leur position sur ce continuum, les pratiques des entreprises sociales sont de deux natures : premièrement, des pratiques de production de biens et de services ; deuxièmement, des pratiques d’accompagnement des bénéficiaires visant leur adaptation aux modes de production et l’élaboration d’un projet d’insertion professionnelle et sociale.

6Cet ouvrage relie les trois plans que sont les politiques sociales, les pratiques des entreprises sociales et les vies des personnes ayant recours à ces entreprises. Ces trois plans sont traversés par la valeur normative du travail et par l’importance accordée aux compétences des individus et à l’injonction qui leur est donnée de se projeter dans le futur et de formuler des projets. La continuité entre ces plans s’organise autour de la tendance actuelle à l’« atomisation » des individus qui les rend, sinon responsables de ce qu’ils sont, tout au moins responsables de ce qu’ils deviennent. La conception de l’homo œconomicus, entrepreneur de lui-même, semble se retrouver tant dans les politiques sociales définissant les mesures à prendre contre le chômage et l’exclusion que dans les pratiques concrètes des entreprises sociales et les discours que les bénéficiaires tiennent sur eux-mêmes et sur ce à quoi ils aspirent. Les histoires de vie des bénéficiaires occupent une place importante. Elles expriment la singularité des vies mais sont aussi des « symptômes » des logiques sociales à l’œuvre dans les lois et les pratiques des institutions. Elles montrent la vulnérabilité des individus pris dans des événements qui les dépassent, mais également la vulnérabilité des entreprises sociales soumises aux « règles » de l’économie, notamment celles de la concurrence et la productivité, et à l’injonction souvent impossible à satisfaire de réinsérer les personnes qu’elles accueillent.

Méthodologie

7Les trois plans étudiés que sont les politiques, les pratiques et les vies singulières des individus requièrent chacun une approche particulière. Pour étudier le plan des politiques, comme aucun texte législatif ne définit ce que sont les entreprises sociales d’insertion par l’économique, ni ne prescrit précisément des tâches ou des résultats à ce type de structures, nous avons pris en compte des textes plus généraux concernant l’exclusion et l’insertion, au niveau fédéral et cantonal. Les politiques cantonales et fédérales sont aussi situées dans une perspective européenne. Concernant le plan des pratiques, elles sont décrites en référence à divers textes produits par les entreprises sociales elles-mêmes et à des informations recueillies au cours d’entretiens avec les directeurs ou responsables de ces entreprises et avec les praticiens que nous appelons les encadrants, chargés de l’organisation et du contrôle du travail et de l’accompagnement psychosocial des bénéficiaires. Nous disposons donc d’informations concernant leurs pratiques, leurs objectifs, l’évaluation de leurs résultats et les contraintes dans lesquelles ils doivent œuvrer.

8L’aspect le plus important de nos données concerne ce que nous disent les bénéficiaires des prestations des entreprises sociales. Pour recueillir ce matériel et lui donner une légitimité dans le cadre de notre recherche, nous nous sommes inspirés de la méthodologie des « récits de vie ». Elle se situe dans la perspective « ethnosociologique » (Bertaux, 1997) ouverte notamment par l’école de Chicago. Nous avons considéré qu’il y a « du récit de vie » lorsqu’une personne raconte un épisode de son existence ou, ce qui revient au même, de son expérience. Ces récits de vie sont centrés sur notre objet : l’exclusion du monde du travail et les possibilités d’insertion ou de réinsertion. De ce fait, ils concernent essentiellement la vie professionnelle de nos interlocuteurs et les liens que cette vie professionnelle peut entretenir avec leur vie en général.

9Cette technique d’enquête propre à l’« ethnosociologie » vise à recueillir un matériau permettant de voir comment fonctionne le « monde social », dans notre cas celui de l’entreprise sociale et plus largement du marché du travail et ses phénomènes d’exclusion. Les récits nous permettent de saisir par quels processus les personnes employées dans des entreprises sociales se retrouvent dans la situation sociale qui les qualifie en tant que bénéficiaires de prestations de ce type d’entreprises visant la réinsertion. Ces récits permettent de comprendre comment ils parviennent à gérer cette situation, soit en l’acceptant ou en se déclarant impuissants à la changer, soit en voulant la changer en se dotant de compétences propres à assurer leur réinsertion dans le marché du travail. Ces récits montrent aussi comment des événements sociopolitiques tels que, par exemple, une crise économique infléchissent la trajectoire individuelle, non seulement d’une personne, mais d’un ensemble de personnes insérées dans la même situation sociale, ou encore comment des macro-événements sociaux développent des micro-événements à l’échelle d’une petite communauté, d’une institution, d’une famille ou d’un individu. La méthodologie des récits de vie permet ainsi de remonter à partir d’éléments factuels narrés, qui sont des énoncés qui composent un récit, aux logiques sociales plus larges. Elle permet « de remonter du particulier au général grâce à la mise en rapport de cas particuliers, de ce qu’ils contiennent de données factuelles replacées dans leur ordre diachronique, d’indices descriptifs ou explicatifs proposés par les sujets, grâce à la découverte de récurrences d’un parcours de vie à l’autre et à la mise en concepts et en hypothèses de ces récurrences » (Bertaux, 1997, p. 21). Le matériau constitué par les récits de vie n’a pas pour fonction principale de vérifier des hypothèses, mais, au contraire, de permettre de construire des hypothèses fondées sur des aspects récurrents de notre matériau.

10Nous avons procédé au recueil de trente-quatre « récits de vie » auprès de bénéficiaires de six entreprises sociales romandes sélectionnées et nous avons examiné les discours qu’ils tiennent sur eux-mêmes, leur identité, leurs compétences, leurs valeurs, sur les normes sociales et institutionnelles, sur leurs attentes à l’égard d’autrui, ainsi que sur leurs projets professionnels et personnels. La conception de l’identité que nous développons impose une méthodologie particulière. En effet, les récits obtenus doivent être considérés comme la production du « sujet social » exprimant le monde social et les logiques sociales, mais également comme relatant la créativité d’un sujet vivant résistant aux forces qui tentent de le capturer. Pour répondre à cette exigence, les récits de vie recueillis ont été analysés non seulement quant à leur contenu, mais également en tant que production discursive.

11L’analyse de contenu consiste à repérer dans chaque entretien les thèmes dominants et les mots qui les expriment. Nous obtenons ainsi une série de thèmes qui se retrouvent dans tous ou dans la plupart des entretiens. La mise en regard synoptique de ces thèmes nous indique quels sont ceux qui sont récurrents pour la population concernée, mais aussi quels sont ceux qui marquent des contrastes entre les personnes concernées. Cette première analyse permet de connaître le contenu des discours des personnes interrogées et plus particulièrement les préoccupations qui affectent leur vie, les définitions qu’ils donnent d’eux-mêmes, les perceptions qu’ils ont du monde du travail et plus largement de la société, les diverses manières dont ils évaluent les entreprises sociales qui les emploient et l’aide qu’ils y reçoivent ainsi que leurs projets et aspirations. Elle permet aussi d’enregistrer les descriptions qu’ils font de leurs tâches, des compétences qu’ils estiment requises pour les accomplir, des apprentissages qu’ils pensent effectuer et des relations aux autres employés et aux encadrants qu’ils considèrent établir. Cette première analyse étant catégorielle, elle ne répond que très imparfaitement aux questions que nous nous posons à propos des manières dont les logiques sociales affectent les logiques individuelles et que nous avons articulées autour du concept d’« identité ». Il est donc nécessaire de la compléter par une analyse de discours.

12L’analyse de discours s’intéresse à ce que Foucault appelle les « événements discursifs » (1969). Dans cette perspective, il importe alors de savoir comment il se fait que tel énoncé soit apparu et nul autre à sa place (p. 39). Sur le plan de l’analyse, « il s’agit de saisir l’énoncé dans l’étroitesse et la singularité de son événement ; de déterminer les conditions de son existence, d’en fixer au plus juste les limites, d’établir ses corrélations aux autres énoncés qui peuvent lui être liés, de montrer quelles autres formes d’énonciation il exclut » (p. 40). Ce type d’analyse impose de distinguer le sujet de l’auteur d’un énoncé. Pour Foucault, l’auteur est celui qui parle, alors que le sujet renvoie à une place occupée dans un espace social. L’auteur n’est pas cause ou origine de l’articulation orale ou écrite d’une phrase. Il est une « place déterminée et vide » (p. 125) qui peut être remplie par des individus différents, pouvant s’y exprimer en tant qu’auteurs. Ainsi, « décrire une formulation en tant qu’énoncé ne consiste pas à analyser les rapports entre l’auteur et ce qu’il dit (ou a voulu dire, ou dit sans le vouloir), mais à déterminer quelle est la position que peut et doit occuper tout individu pour être sujet » (p. 126). De cette manière, il faut chercher, non celui qui profère une phrase, mais celui qui occupe la position du sujet tout en sachant que, sous certaines conditions, cette position peut être occupée indifféremment par des individus différents. Au-delà de cette distinction sujet-auteur, le plus important est de rendre compte de ce qui provoque l’étonnement de Foucault : « Le fait que les gens parlent et que leurs discours indéfiniment prolifèrent » (Foucault, 1971, p. 10).

13L’apport de Foucault attire notre attention non seulement vers la position de celui qui parle, mais aussi vers les champs sémantiques auxquels se rapportent les énoncés, ce qui nous permet de montrer que tant les discours des encadrants que ceux des bénéficiaires oscillent entre le champ « managérial » propre à l’univers de l’entreprise et le champ « humaniste » propre au monde de l’intervention sociale. De plus, les productions discursives de nos interlocuteurs – responsables, encadrants et bénéficiaires – renvoient très souvent au champ de la morale, notamment lorsqu’elles donnent un contenu à ce qu’est une vie digne d’être vécue. De même, ces productions se réfèrent au politique, notamment lorsqu’elles décrivent les normes et les contraintes dans lesquelles les pratiques d’insertion sont insérées. Dès lors, notre analyse considère les récits de pratiques des encadrants et les récits de vie des bénéficiaires en tant qu’énoncés prononcés par des personnes occupant une place, aidant ou exclu du monde du travail, dans l’univers social et renvoyant à des formations discursives comme l’économique, l’humaniste, la morale et le politique. Nous avons ainsi particulièrement analysé :

  • les discours qui fondent ou accompagnent les diverses pratiques de nos interlocuteurs, notamment les responsables et encadrants ;
  • les discours que nos interlocuteurs, notamment les bénéficiaires, tiennent sur eux-mêmes, leurs actes, leur environnement et les autres acteurs sociaux.

14La conception qui oriente et accompagne notre recherche réclame de prendre au sérieux l’expérience des acteurs. Le concept d’« indexicalité » (Garfinkel, 1967) emprunté à l’ethnométhodologie indique que prendre au sérieux l’expérience des acteurs telle qu’ils nous la relatent implique que la signification des expressions qu’ils utilisent renvoie au contexte matériel et humain de leur énonciation. Le concept d’indexicalité exige que les propos de nos interlocuteurs soient situés dans des entretiens unissant les chercheurs aux responsables et encadrants des entreprises sociales et aux bénéficiaires. Il s’agit du « contexte de compte rendu ». Dans ce contexte, nos interlocuteurs nous parlent d’un autre contexte, dans lequel ils travaillent et vivent : il s’agit du « contexte d’accomplissement » constitué par l’entreprise sociale elle-même, ses pratiques et ses discours, mais également par la société suisse, les politiques sociales en matière d’insertion, l’univers économique et les problèmes de chômage et le monde des discours de sens commun accordant une grande valeur au travail et discriminant les personnes sans travail.

15Le contexte de compte rendu est accessible par la réflexion sur les représentations que nous avons en tant que chercheurs, ainsi que les attentes à l’égard de nos interlocuteurs et les attentes de ces derniers à notre égard. Le contexte d’accomplissement est accessible par l’étude des textes de loi et des textes prescriptifs attribuant des missions aux entreprises sociales et autoprescriptifs par lesquels ces dernières se donnent à elles-mêmes des tâches et des objectifs, ainsi que par les descriptions des pratiques produites par nos divers interlocuteurs.

Singularité, généralité

16La question centrale traversant cet ouvrage est celle de l’interpénétration des logiques sociales et individuelles. Plus précisément, il importe de comprendre comment les logiques sociales affectent les pratiques des entreprises sociales, les discours des encadrants et les récits de vie des bénéficiaires et leurs aspirations.

17Les trente-quatre récits recueillis constituent autant de « cas ». Chacun d’eux est singulier et présente un intérêt propre. Pris individuellement, ils peuvent tous nous donner des indications sur les logiques sociales et les manières dont elles affectent les logiques individuelles. Cependant, nous disposons d’une quantité de récits qui doit permettre, non d’établir des statistiques, mais de construire progressivement des caractéristiques relativement stables propres à notre échantillon. On peut s’attendre à ce que des parcours de vie professionnelle qui présentent des airs de famille entre eux puissent être mis en relation avec des manières de concevoir le travail et la réinsertion dans le monde économique classique présentant des ressemblances entre elles. Nous pouvons aussi concevoir que des similitudes dans les manières des personnes de définir leurs échecs professionnels puissent être mises en relation avec des similitudes de définition de leur identité. Chaque individu peut envisager son existence en tant que « réalité » singulière. La comparaison entre plusieurs de ces réalités singulières peut laisser apparaître des régularités qui interrogent les manières dont les conditions de vie affectent les vies particulières ou comment les logiques sociales affectent, sinon déterminent les logiques individuelles. Ces régularités permettront de définir des sous-échantillons regroupant des cas sans que ceux-ci doivent répondre au critère de la quantité. Si un récit de vie a des caractéristiques propres qui ne se retrouvent dans aucun autre, il peut constituer, en tant que tel, un sous-échantillon.

18La recherche de régularités à partir de la mise en évidence d’éléments récurrents dans notre matériel ne doit donc pas réduire la mise en évidence de la « différentialité » (Bertaux, 1997, p. 23) pouvant exister entre les cas. La variation des récits n’est pas le signe d’une quelconque faiblesse méthodologique, mais bien l’expression de sa pertinence. En effet, une approche qui réduirait les variations pourrait être comprise comme trop réductrice, faisant entrer les cas, ainsi que le dit Gould (1991), « comme avec un chausse-pied » dans des catégories préétablies. L’intérêt porté à la variation des cas permet de construire des « modèles » de compréhension qui soient les plus fins possibles et qui permettent des interprétations plausibles, et non des explications « vraies ».

19Nous pouvons « comparer » les cas entre eux, mais également les situations dans lesquelles se trouvent les personnes sollicitées. Par exemple, nous pouvons comparer des éléments contenus dans leurs récits en fonction des entreprises sociales dans lesquelles elles travaillent, en fonction de leur sexe, de leur âge, de leur formation préalable, notamment. On peut alors comprendre si des pratiques sociales et pédagogiques différentes déterminent ou non des manières distinctes de désigner les acquisitions de compétences effectuées dans ces entreprises et de projeter leurs chances de réinsertion dans le monde habituel du travail ; si le sexe, l’âge ou la formation préalable sont des éléments qui influencent la manière dont elles définissent leur identité et leurs aspirations. C’est parce que les bénéficiaires proposent dans leur récit des interprétations diverses et concurrentes de leur situation que nous pourrons formuler des hypothèses différenciées sur le pouvoir des logiques sociales à affecter les logiques individuelles et sur les tensions pouvant exister entre les deux. Comme le dit Bertaux à propos de l’œuvre de Max Weber, la comparaison est « un moyen puissant de consolider une interprétation et d’en augmenter la portée potentielle : il n’y a rien de tel qu’un changement de terrain pour mettre à l’épreuve une interprétation construite initialement à propos d’un terrain spécifique » (1997, p. 27). En fait, dans l’approche ethnosociologique que nous adoptons, la garantie contre les interprétations abusives consiste à énoncer des hypothèses concurrentes et à les laisser cohabiter sans nécessairement décider quelle est la meilleure.

20Cependant, la narration de récits de vie, en tant que reconstruction langagière a posteriori de l’expérience, a tendance à lisser les trajectoires, à effacer les brisures dans la recherche de la cohérence de l’existence. Il peut se produire alors ce que Bourdieu appelle une « illusion biographique » (1986) qui laisse croire, tant au narrateur qu’au chercheur, que la cohérence de la vie, racontée dans une situation dialogique, est bien réelle. La cohérence n’est pas celle de la vie, mais bien celle de la langue qui produit la narration. Dans le sens wittgensteinien, on peut dire que c’est bien parce que la langue répond à des règles que le récit produit présente une cohérence.

21Les entreprises sociales peuvent également être considérées à la fois en tant que lieux de pratiques singulières et comme répondant à des caractéristiques partagées qui ont pour effet qu’elles peuvent toutes s’appeler « entreprises sociales ». Dans la description des six entreprises sociales sises en Suisse romande, l’accent a systématiquement été mis sur certains éléments comme le contexte d’émergence de l’entreprise sociale, son statut juridique, sa taille (nombre d’encadrants et de bénéficiaires), ses objectifs, ses activités, ses dispositifs d’encadrement et d’évaluation des bénéficiaires, son mode de financement, l’accompagnement proposé, le profil des bénéficiaires et des professionnels, et ceci en vue de pouvoir tirer des comparaisons entre ces dernières. Chaque fois qu’il a été possible, nous avons relevé dans les discours tenus par les directeurs et encadrants et dans les documents relatifs aux entreprises sociales les principes et les valeurs que l’on trouve dans les dispositifs législatifs. Ces divers axes montrent des différences et des similitudes entre les entreprises décrites, lesquelles, comme nous l’avons dit, permettent de tracer des continuums entre, d’un côté le pôle de la « logique sociale et humaniste » et, de l’autre, celui de la « logique managériale et commerciale ».

Une politique du sujet

22La question politique traitée dans cet ouvrage renvoie certes aux dispositifs législatifs et aux institutions, mais elle concerne surtout la vie des individus et les possibilités réelles qu’ils ont de « fabriquer » leurs modes d’existence. Comme le dit Foucault, « le problème à la fois politique, éthique, social et philosophique qui se pose à nous aujourd’hui n’est pas d’essayer de libérer l’individu de l’Etat et de ses institutions mais de nous libérer, nous, de l’Etat et du type d’individualisation qui s’y rattache. Il nous faut promouvoir de nouvelles formes de subjectivité en refusant le type d’individualité qu’on nous a imposé pendant plusieurs siècles » (1994c, p. 232). Le type d’individualisation qui se rattache à l’Etat contemporain, ici conçu comme un type de pouvoir politique, produit des êtres responsables et entrepreneurs d’eux-mêmes et ceux qui ne peuvent se soumettre à cette contrainte sont exclus du marché de l’emploi. Les sujets sont divisés à l’intérieur d’eux-mêmes entre le désir de se conformer à la pression qui tend à les rendre responsables de ce qui leur arrive ou de ce qui ne leur arrive pas et le désir de suivre leur propre voie. Ils sont divisés entre une vie passée professionnelle estimable et une actualité vulnérable. Ils sont divisés entre la valeur qu’ils accordent au travail et à la solidarité et ce que leur expérience d’exclus les oblige à regarder, soit le mode d’existence purement abstrait de ces valeurs en raison de ce que le travail est éloigné d’eux et la solidarité des membres constituant notre société très peu présente. Ils sont aussi divisés des autres dans la rivalité qu’imposent la norme de l’excellence et l’accès à des places de travail qui se raréfient. Nous examinerons dans le détail l’expérience que les personnes travaillant en entreprise sociale expriment de ce qui les divise, et les rapports qu’ils parviennent, malgré tout, à maintenir à l’égard d’eux-mêmes et à l’égard des autres.

23A travers les récits de vie des bénéficiaires des prestations des entreprises sociales, nous examinerons les formes de pouvoir qui s’exercent sur leur vie quotidienne, qui les classent en catégories comme, par exemple, compétents ou incompétents, qui les attachent à une identité comme celle d’exclus et qui les détachent d’une autre identité comme, par exemple, celle de travailleurs ou qui les amènent à se juger eux-mêmes en usant de termes lourds d’effets stigmatisants que d’autres ont utilisés pour les disqualifier comme, par exemple, le qualificatif « inemployable ». Les formes de pouvoir que nous analyserons sont constituées des forces qui s’activent, dans les textes législatifs, dans les institutions, dans les pratiques, mais surtout à l’intérieur même des individus et qui les amènent à se penser comme devant être honteux de leur situation et à ne pas se penser comme étant dignes. Nous nous attacherons à montrer que ces forces parfois contradictoires, prennent la forme d’injonctions paradoxales pouvant stériliser tant la pensée que l’agir. Pourtant, s’activent aussi des forces qui amènent les bénéficiaires, sinon à se révolter, tout au moins à retrouver une conscience d’eux et une confiance en eux. Les stratégies qu’ils utilisent pour développer des rapports positifs à eux-mêmes peuvent être reçues comme des formes de résistance ou de contre-capture qui s’activent en réaction aux forces de normalisation et d’exclusion portées notamment par les administrations en charge de l’emploi. Les entreprises sociales seront aussi comprises, non seulement comme des lieux de normalisation, mais aussi comme des espaces permettant à la conscience et à la confiance d’émerger et de se retrouver.

24La politique du sujet, à laquelle cet ouvrage tente de contribuer, consiste à prendre au sérieux la langue « mineure » des bénéficiaires qui s’efface souvent sous le foisonnement de la langue « majeure » des experts. L’effort porte sur la possibilité qu’ont ces discours anonymes et invisibles de ne pas retourner au bruit, mais d’accéder à l’entendement. Précisons encore que la même attention porte sur les discours des responsables et encadrants des entreprises sociales qui, dans le grand bruit des réformes économiques et politiques, restent bien trop souvent à l’état de murmures ne pouvant percer le fracas.

Orientations

25Cet ouvrage s’intéresse aux politiques, aux pratiques institutionnelles et à la vie des individus exclus du marché traditionnel de l’emploi en référence à la philosophie. Deux courants se combinent pour construire notre objet, qui concerne avant tout l’interpénétration des logiques sociales et des logiques individuelles : la philosophie de l’expérience et la philosophie politique. Les auteurs choisis comme, notamment, Michel Foucault, Gilles Deleuze, Alfred North Whitehead, Axel Honneth et Gabriel Tarde, qui est généralement plus considéré comme un sociologue que comme un philosophe, présentent l’avantage de mettre en question cette interpénétration de la dimension sociale et de la dimension individuelle. La critique de l’usage des compétences se doit principalement à l’économiste Amartya Sen.

26Face au matériau à notre disposition et particulièrement aux récits de vie, trois obstacles se présentent : la réduction, la traduction et la paraphrase. La réduction consiste à faire entrer le matériau dans des catégories préétablies. Cela nécessite un découpage de ces divers types de textes en des composants aussi petits que possible, phrases ou mots. Ce procédé de réduction entraîne la perte de la signification globale du discours. La traduction consiste à transposer les textes à disposition dans la langue « majeure » de la science sociologique, psychologique, économique ou philosophique. La traduction des textes en un métalangage scientifique procède par changement de référent, donc de signification des énoncés. Dans ce cas, la traduction propose un nouveau texte tout en laissant entendre qu’il s’agit du texte original. La paraphrase consiste à redire dans des termes à peu près semblables ce que nos interlocuteurs, et particulièrement les bénéficiaires, ont dit. Un tel procédé de redite n’apprend rien à nos interlocuteurs à propos de ce qu’ils nous ont dit puisque, ce qu’ils nous ont dit, ils le savent. Il n’apprend rien non plus aux chercheurs et aux lecteurs à propos du monde dans lequel nous vivons. « S’il est souhaitable que le style de la recherche soit compatible avec l’objet de la recherche, il est non moins désirable qu’entre nous-mêmes et ce que nous aspirons à mieux connaître, entre notre « discours » et notre objet, l’écart et la différence soient marqués avec le plus grand soin. Il n’y a de rencontre qu’à la condition d’une distance antécédente ; il n’y a d’adhésion par la connaissance qu’au prix d’une dualité premièrement éprouvée, puis surmontée » (Starobinski, in Baudouin & Friedrich, 2001, p. 279).

© Éditions ies, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search