Version classiqueVersion mobile

Analyse de l’activité en travail social

 | 
Kim Stroumza
, 
Joëlle Libois

Le travail social aujourd’hui, en quête de sens et d’identité : éclairages par l’analyse de l’activité

Joëlle Libois et Kim Stroumza

Texte intégral

Le travail social

1Travail social : étrange appellation pour désigner une profession qui se doit de posséder un champ d’action spécifique, identifiable et reconnu en termes d’utilité. Etrange choix terminologique que l’utilisation de deux termes génériques, se référant à des champs, certes primordiaux dans l’histoire humaine, mais si étendus et si polysémiques que leur utilisation en vue d’une reconnaissance identitaire peut ressembler aujourd’hui à une quête illusoire. Et pourtant, la réunion osée de ces deux termes, « travail » et « social », est bien apparue comme le point d’ancrage de toute une corporation, dans un processus d’affirmation de savoirs spécifiques et identifiables.

2Adopter la signification fortement symbolique du mot « travail » pour identifier une pratique professionnelle n’est pas banal. Très peu de professions ont fait appel à cette terminologie. Le menuisier ne se dénomme pas un travailleur du bois, l’enseignant ne se désigne pas comme un travailleur de l’éducation ou de la transmission de savoirs, le dentiste ne s’appelle pas un travailleur du soin des dents. Celui qui s’emploie à accompagner les personnes dans leur fragilité et se préoccupe de leur inscription dans ce qui fait société se nomme « travailleur social ».

3Nous repérons évidemment la force d’une histoire du travail social imprégnée de bénévolat, de charité, voire de militantisme. Choisir le mot « travail » fait éminemment penser à un besoin d’instaurer une rupture, d’engendrer une nouvelle représentation de l’activité. Travailler ce n’est pas s’amuser, ni perdre son temps ; c’est surtout se rendre utile pour la communauté dans un cadre donné, prédéterminé, réglé, normé. En d’autres termes, ce n’est pas faire n’importe quoi quand bon cela nous semble en invoquant uniquement la bonne volonté. D’où la nécessité d’une rupture ferme pour asseoir de nouvelles pratiques référencées à un cadre professionnel, appuyant ainsi la nécessité de cadres de formation certifiants, reconnus par les instances étatiques, démontrant que nul ne peut s’improviser « travailleur social ». Audelà des cadres normatifs, reste le besoin de transformer les représentations de tout un chacun autour de l’action sociale. Se dire professionnel de la relation d’aide, c’est affirmer la nécessité de travailler avec des outils acquis dans un cadre de formation certifiant. C’est ouvrir un fossé entre ceux qui s’improvisent « aidant », situation somme toute naturelle dans toute relation humaine, et ceux qui instituent une réflexion et élaborent des pratiques reconnues comme un travail à part entière, avec sa pénibilité, ses horaires et ses cadres normatifs, offrant en contrepartie un salaire bien mérité.

4Si le mot « travail » fait appel à une force solide, inébranlable, le mot « social » renvoie à quelque chose de diffus, de tout et de rien, de la relation sociale à la prestation sociale en passant par l’inscription sociale, sans oublier bien évidemment l’action sociale. Qu’entendre derrière ces quelques exemples de terminologies molles, peu ancrées, sortes de verbiages à l’infini sans délimitations marquées. Pour parer à ce flou ne répondant guère au besoin d’une assise identitaire pour une profession, des catégories ou des types d’actions se sont institués, regroupant historiquement trois grands champs : l’éducation spécialisée, l’assistance sociale et l’animation socioculturelle. Nous n’aborderons pas en profondeur la question de la terminologie employée autour de ces spécialisations, ce n’est pas l’objet de cet ouvrage, mais cela reste à faire. Nous relèverons simplement que chaque nom s’est affublé d’un adjectif le spécifiant dans un espace identifiable. Cette nécessité de s’approprier un qualificatif peut se comprendre au regard des trois substantifs choisis : éducation, assistance et animation. Trois « patronymes » qui, à nouveau, embrassent un champ d’activités allant bien au-delà de la seule relation d’aide, qu’elle soit individuelle ou collective.

5Historiquement la focalisation était posée sur ces trois métiers consolidés, regroupant une identité certes multiple mais reconnue comme axiologique, les novations restant périphériques et somme toute rattachées à cette centralité. Le système paraissait équilibré par la main invisible de l’Etat providence. Il est nécessaire d’insister sur l’imparfait du verbe paraître, car l’étendue actuelle des sous-métiers du travail social montre à l’évidence l’éclatement du travail social en termes de pratiques, ce qui place à nouveau les professionnels devant des questions identitaires importantes avec leur lot d’angoisses et d’agitations (Murard, 2005).

6Nous assistons au début de ce XXIe siècle, en Europe, à des processus ou stratégies de délimitation professionnelle diversifiés, voire inversés suivant les pays : éclatement des trois métiers traditionnels vers une multiplicité de qualifications ou sous-qualifications dans ce que les Français nomment « les métiers de la ville » ou, à l’inverse, recentration sur une terminologie globalisante, soit celle du « travail social » en Suisse, par exemple. Terminologie adoptée pour la nouvelle certification « Travail social » de niveau Hautes écoles spécialisées (HES) en 2006.

7Au-delà des mises en opposition, de nombreux systèmes s’articulent, se cherchent et se construisent au gré des cultures et des ancrages historiques. Nous voyons que le débat est loin d’être clos. Reste cette quête d’identité, toujours agissante et certes productrice d’inventivité, mais aussi et sûrement source de malaise pour de nombreux professionnels, sans oublier les obstacles que produisent les flous identitaires sur les instances de financement. D’ailleurs, le débat sur l’Etat social reste ouvert, agité, voire antinomique. Se posent alors les questions récurrentes sur l’identité du travail social, sur ses spécificités, et en fin de course revient la question cruciale de son efficience, pour certains même tout simplement de son utilité.

8Au-delà des discours, des milliers de professionnels s’activent sur des terrains, tentant de répondre au mieux aux demandes croissantes de tout un public fragilisé par les nouvelles donnes économiques. « Si le travail social est de plus en plus interrogé, c’est peut-être d’abord tout simplement parce qu’il tend à être de plus en plus visible et que sa présence s’impose un peu partout. Apparu avec l’Etat dit providence, développé sous son appellation actuelle durant les trente glorieuses, le travail social affronte depuis les dernières décennies du XXe siècle les effets d’une société en crise marquée par le chômage, l’écart croissant des inégalités, la fragilisation des statuts sociaux » (Ion, 2005, p. 6). La question de la reconnaissance, ici reconnaissance d’une profession, reste ainsi d’actualité malgré une professionnalisation aujourd’hui fortement ancrée par des systèmes de formation, manœuvrant avec des niveaux de certification de plus en plus étendus, jouant entre formation professionnalisante et formation académique.

9Face aux nombreuses restructurations du champ du travail social confronté à des nouvelles questions sociales (Castel, 1995, Chopart, 2000), les professionnels peinent à trouver sens à leur activité, malgré une profession historiquement fortement appuyée sur des intentions portées par des valeurs. Lorsqu’un professionnel tente d’expliciter ce que recouvre sa pratique, si les mots comme charité, bienfaisance ou philanthropie ne sont plus de mise, les termes d’aide, de secours, d’assistance, d’éducation sont encore force de loi. Bien que ce vocabulaire soit empreint de valeurs de générosité, d’engagement pour l’autre, il y a selon les dires des professionnels une perte de repères, voire même une perte de sens. Nous voici devant un univers professionnel qui s’interroge, qui hésite, qui tente de nouvelles pratiques, qui se subdivise, qui attribue de multiples fonctions et sous-fonctions, allant du « chef de projet » à « l’agent territorial », de « l’assistant socio-éducatif » à « l’éducateur en milieu ouvert »… Dans ce no man’s land, les professionnels produisent des textes, des codes de déontologie, des orientations de l’action, des clarifications de missions… Or, que cela est-il sinon produire de la norme d’action, de l’intention, pour parer à la complexité rencontrée dans les situations réelles ?

L’analyse de l’activité

Les compétences ne sont pas définies a priori, par des statuts ou des fonctions. Elles peuvent se révéler dans le cours même de l’action… approche qui oblige à aller voir de près le quotidien des pratiques. (…) L’action en train de se dérouler devient elle-même un objet d’étude revalorisé, qui implique d’aller observer dans le détail ce que fait l’action, ce qu’elle produit concrètement, ce qui par exemple se passe et s’induit dans l’échange entre un professionnel et un usager. (Ion, 2005, p. 13).

10A partir de l’ergonomie de langue française, l’« analyse pluridisciplinaire des situations de travail » s’est développée dans les dernières décennies, principalement en France sous l’impulsion de chercheurs de différentes disciplines (psychologues, sociologues, linguistes, philosophes), développement qui n’est sans doute pas sans lien avec l’évolution récente du marché du travail (concurrence mondiale, restructuration des entreprises, précarisation et flexibilité, licenciements et chômage, centralité du travail salarié dans nos sociétés). Ces recherches ont été développées principalement dans l’industrie et dans de grandes entreprises de services (RATP, SNCF, par exemple), mais sont encore très lacunaires dans le champ de l’action sociale, bien que des travaux novateurs soient prometteurs de collaborations internationales stimulantes.

  • 1 Dans cet ouvrage, les termes « analyse du travail » et « analyse de l’activité » sont utilisés, cha (...)

11En analyse de l’activité1, selon les disciplines, l’accent est porté sur des dimensions spécifiques. Le rapport subjectif du travailleur à son activité, la reconnaissance de soi et l’engagement de son identité dans le travail sont construits en référence à la psychologie et la psychanalyse (Clot, 1999, Dejours, 1980). La dimension clinique du travail, la psychodynamique du travail, peut également être référencée par Guy Jobert (2006). L’attention peut par ailleurs être portée sur la dimension collective et interactive de l’accomplissement du travail et les processus de régulation et d’articulation opérationnelle que cette dimension entraîne. Les références proviennent alors des sociologies interactionnistes et constructivistes mises en œuvre par des auteurs tels que Grosjean et Lacoste (Grosjean & Lacoste, 1999). La sociologie inspirée par l’ethnométhodologie référée aux travaux de Schütz, Garfinkel et Quéré permet d’interroger l’agir en situation. De manière plus fondamentale, ce champ de recherche questionne les rapports entre action, activité et langage et exige le regard disciplinaire de la linguistique tel que proposé par Boutet et al. (1995), Borzeix et Fraenckel (2001) ou Filliettaz et Bronckart (2005). Nous pouvons également prétendre que l’analyse des situations de travail interroge les rapports du sujet à son environnement ainsi que le caractère intentionnel et rationnel de son agir. Pour éclairer ce questionnement, les apports proviennent de la philosophie de l’action, héritière de Spinoza et Leibniz, et de la philosophie du langage, dans laquelle on trouve notamment Wittgenstein et Anscombe. Les travaux du sociologue allemand Joas sont ainsi souvent cités, aussi bien pour sa critique du modèle causaliste de l’action que pour sa critique des présupposés au fondement des théories de l’action qui partent d’un agir rationnel.

12L’analyse de l’activité a la particularité de partir des pratiques « microscopiques » pour remonter au contexte et à ses dimensions institutionnelles, sociales, culturelles, politiques, économiques. Elle permet de découvrir et d’étudier la zone énigmatique de l’activité.

13L’analyse de l’activité implique la nécessité d’un renversement : elle passe de l’observation et de l’interprétation par des chercheurs à l’observation et l’interprétation par les professionnels eux-mêmes. La méthodologie réside dans ce renversement, qui permet non seulement un développement des connaissances, mais également la transformation du vécu de et par le sujet.

  • 2 Autoconfrontation : voir articles de J. Libois, K. Ramirez et J. Prada ; S. Mezzena. Instruction au (...)

14Tout rapport d’immédiateté avec l’activité – que ce soit au travers des conduites observables ou des discours tenus par les professionnels sur leur activité – est néanmoins réducteur, voire trompeur. Nous connaissons bien le problème du discours adressé, orienté prioritairement sur ce qui est imaginé être attendu comme parole intelligente ou adaptée. Recourir à la parole des praticiens nécessite par conséquent des méthodes de questionnement et de confrontation à l’activité à travers ses traces (comme la vidéo, par exemple) qui permettent d’éviter ces discours qui idéalisent, normalisent, banalisent l’activité, des méthodes qui permettent de dépasser l’opacité de l’activité pour le travailleur lui-même. Plusieurs méthodes offrent le cadre nécessaire au déploiement de l’activité réelle, dont « l’autoconfrontation », simple et croisée, et « l’instruction au sosie ». Les articles de cet ouvrage présentent ces deux méthodes spécifiques2 qui permettent d’aller y voir de très près, d’appréhender des microréalités à partir de traces audiovisuelles et écrites. Opérer ce renversement méthodologique permet au terrain de profiter pleinement des recherches menées. Les professionnels qui participent aux analyses de l’activité sont en effet amenés à jeter un autre regard sur leur activité, à dépasser leur prétendue banalité et ainsi à pouvoir la décrire, et y trouver du sens.

15Les différents auteurs de cet ouvrage font références à deux concepts clés dans l’analyse du travail, soit le « genre » et le « style ». Nous introduisons leurs définitions afin d’aider le lecteur à saisir les spécificités énoncées derrière ces deux termes.

16Le genre peut être compris comme une sorte d’habitus propre à un collectif qui fait que dans une institution, les praticiens pensent et agissent selon des manières qui feraient dire à un observateur externe qu’elles présentent des traits communs ou des airs de famille. Ces agirs dont on comprend la ressemblance sont pour Clot et Faïta (2000) décisifs pour la mobilisation psychologique au travail. « Ils marquent l’appartenance à un groupe et orientent l’action en lui offrant, en dehors d’elle, une forme sociale qui la représente, la précède, la préfigure, et, du coup, la signifie. Ils désignent des faisabilités tramées dans les façons de voir et d’agir sur le monde considérées comme justes dans le groupe de pairs à un moment donné » (p. 14).

17Le style se rapporte au professionnel engagé dans l’action. Il représente les développements possibles de variantes du genre. Le style est attribué au professionnel qui connaît bien le métier et qui est capable de le réinventer en introduisant sa propre créativité. C’est donc une capacité à produire du genre, dans le sens où la touche personnelle est reconnue comme porteuse de sens par les autres membres du collectif de travail. Le style n’est pas une transgression, mais un développement de ce qui est reconnu.

L’analyse de l’activité du point de vue de l’action professionnelle

18L’analyse de l’activité constitue un cadre théorique et méthodologique pour décrire, comprendre et donner du sens à l’action professionnelle.

19La distinction posée par l’ergonomie de langue française entre travail prescrit et travail réel montre comment cette quête de sens et d’identité de la profession affecte l’activité même des travailleurs sociaux ainsi que leur santé au travail. Les ergonomes, suite à de nombreuses observations sur le terrain, ont décelé un écart particulièrement éclairant entre travail prescrit et travail réel. Nous ne discuterons pas ici la valeur sémantique de la terminologie employée, cela nous entraînerait dans un développement trop important pour l’heure, mais nous nous attarderons sur cette dialectique entre ce qui est prescrit, soit les normes, les règles, les consignes, l’ensemble de l’appareillage produisant des savoirs préétablis et ce qui donne vie à cet ensemble, soit l’activité réelle, effectuée, celle qui se passe sur le terrain.

20Dans son article « Ethique et activité dans le travail social », Claude de Jonckheere tente de dépasser, à l’aide de concepts développés par Spinoza et Whitehead ainsi qu’avec l’analyse de l’activité, l’éthique normative qui énonce des règles d’action obligatoires. Cet article ouvre une nouvelle voie de pensée autour de l’éthique qui puisse rendre compte et orienter nos actions sans référence à des actions idéales et à un sujet agissant tout aussi idéal. Une éthique qui permette de prendre en compte et de décrire les valeurs en tant que « forces » qui affectent, non seulement nos manières d’agir, mais également nos manières de sentir.

21La question des prescriptions, nécessaires à toute construction d’activité, pose la problématique forte de l’absence de cohérence, des juxtapositions, voire des contradictions entre les différents concepteurs du travail. Problématique renforcée encore par l’évolution de la profession. Dès lors comment se débrouille le sujet, comment tient-il son poste de travail, comment joue-t-il entre ces différentes prescriptions ? On ne possède que très peu de réponses à ce type de questions alors que les experts du travail connaissent bien le problème que pose ce manque d’articulation entre les différents points de vue des concepteurs. C’est dans cet écart entre ce qui a été prévu de faire et ce qui sera réellement produit que se construit l’intelligence au travail, source d’investissement et de développement. Dans les situations d’activités réelles, l’homme au travail est « le spécialiste », engageant au sein de sa pratique des compromis dont il ne peut faire l’économie pour que le système fonctionne.

22Dans les métiers de l’humain, où l’on sait que chaque situation est unique puisqu’il s’agit d’interactions entre humains, le champ de la prescription est particulièrement délicat. Devant ce que l’on pourrait nommer prescriptions floues ou suffisamment évasives pour englober un nombre maximum de situations diversifiées envisageables, le professionnel déploie une inventivité particulièrement efficace afin de se préserver de devoir justifier toute activité contraire ou en marge de ce qui avait été envisagé par les textes préconstruits. Même au-delà de la justification, comment pourrait-on expliquer objectivement ce qui s’est passé dans une relation d’aide, alors que ce qui a été mobilisé trouve source dans un monde difficilement traduisible, relevant autant d’intuitions que de savoirs objectivables ?

23L’article de Joëlle Libois « L’activité corporelle et émotionnelle au cœur de la pratique en travail social », montre comment le corps et les émotions font partie intégrante de l’activité de quatre professionnels travaillant dans une institution d’éducation spécialisée dans la prise en charge d’adolescents et également, en seconde partie, dans l’activité de travailleurs sociaux hors murs. A côté d’une conception activiste de notre relation au monde, elle préconise qu’une place soit accordée à d’autres états, comme la passivité, la présence à l’autre ou encore la sérénité. Ces états sont particulièrement agissants dans les métiers des relations humaines et montrent par là même que le corps et les émotions sont un outil essentiel du travailleur social. Parler de ces compétences incorporées contraint à nommer l’investissement subjectif dans l’activité, à nommer ce que l’on offre en termes de qualité de présence. Cette présence agissante est difficilement identifiable.

24Le professionnel au travail est lui-même pris dans cette obscurité de ce qui a été fait. L’expérience du travail reste un phénomène obscur aux yeux même de celui qui travaille. Le sujet fait appel à des ressources qui lui sont propres, qui s’enracinent dans son histoire, dans sa personnalité et la singularité de son rapport au travail. Le sujet est immergé dans l’action, ne mobilisant pas uniquement l’intellect ou le cognitif, mais également le corps et l’émotionnel dans son rapport au monde. Cette opacité de l’activité rend la quête d’identité et de sens difficile.

25L’analyse de l’activité ne pose pas en déni la prescription. C’est bien parce que l’homme au travail est pris entre la contrainte imposée et la résistance au réel que le sujet va s’engager dans cette exploration qui va l’amener à inventer, à créer, à ce qui sera sa part, son expérience subjective renvoyée au regard du collectif. Cet investissement de soi dans l’entreprise permet en retour une rétribution dans le registre de l’identité qui passe par la reconnaissance. Les concepts d’identité et de reconnaissance se situent au cœur de la réflexion sur les pratiques professionnelles. La mobilisation au travail développe le processus de reconnaissance, reconnaissance du savoir-faire comprenant le savoir-être, reconnaissance aussi des difficultés et de la souffrance au travail.

26De façon plus globale, l’évolution des systèmes productifs de biens et de services ainsi que l’évolution du rapport au travail remettent en question les évidences antérieures liées au travail. Ces changements rapides positionnent le professionnel au sein de tensions indissociables de son activité :

  • prescriptions lacunaires ou trop générales de son travail du fait de la diversité, de la variabilité et de la complexité croissante des situations ;

  • généralisation des logiques financières et commerciales entraînant des innovations incessantes, des exigences de qualité et de compétitivité ;

  • imprévisibilité et singularité des situations ;

  • injonctions à la responsabilisation personnelle, à la créativité, à la réflexivité, accroissant lourdement sa charge ;

  • souhait de mettre du sens à son travail, de s’investir, d’être acteur dans les décisions qui le concernent ;

  • les processus qualité…

27L’ampleur des changements qui affectent le monde du travail place ainsi le sujet au centre de contradictions souvent difficilement gérables. La question est alors de savoir comment les professionnels font réellement pour gérer efficacement la multitude des composantes des situations de travail et quelles sont les conditions mobilisatrices d’une intelligence au travail permettant de « tenir » dans ces contextes très contrariés. L’article de Brahim Hemma, « Travailler avec les familles : entre désirs et concrétisation », analyse comment l’activité de collaboration de l’éducateur avec la famille est prise dans de multiples tensions : luttes de territoire, contraintes émanant de l’organisation institutionnelle, autoprescriptions, rivalités entre professionnels et familles… Il montre ainsi comment il est difficile pour l’éducateur de faire passer cette activité de collaboration du désir à sa concrétisation. Lorsque l’activité réelle ne permet plus cette créativité de l’agir, alors la souffrance au travail envahit le sujet. Au-delà du désir de collaboration et des incitations à la coopération, se pose la question de la réalisation concrète d’un tel mode de travail.

28Sortir de ces débats d’intentions demande d’aller y voir de près, de saisir comment les professionnels se débrouillent, jour après jour, sur une scène polyvalente, peuplée de nombreux acteurs qui ne jouent pas forcément la même pièce ou qui ne se donnent plus la réplique. Cet ouvrage tente d’appréhender cette complexité tout en démontrant que l’action professionnelle, si elle reste mouvante et diversifiée, peut malgré tout s’adosser à un socle identifiable. Cette velléité d’asseoir un socle transversal de pratiques ne s’inscrit pas dans une défense acharnée idéologique et identitaire, mais à l’inverse, dans un processus de reconnaissance à partir d’un agir professionnel analysé dans sa quotidienneté. Il paraît opportun, voire urgent de ne plus laisser définir l’action sociale comme un métier impossible ou encore comme une pratique insaisissable, voire indéfinissable. Rendre compte de la complexité par ses contours incertains, flirtant avec la vie sociale qui est l’affaire de tous à tout instant, est certes une réalité. Parler d’une pratique énigmatique paraît plus judicieux, renforçant la reconnaissance de la professionnalisation possible de l’action sociale et ouvrant un champ de recherche sur cette professionnalité existante et agissante. L’article de Julie Prada et Kim Ramirez, « La créativité dans le travail social », porte sur l’analyse de l’activité de quatre éducateurs dans deux séquences du quotidien de la vie du foyer, le réveil et la confection des repas. Elles montrent comment la méthode de l’autoconfrontation croisée ainsi que la conception créative de l’agir selon Joas permettent à ces éducateurs d’avoir un autre regard sur leur activité, et notamment de mettre leur travail en discussion, de voir qu’il y a plusieurs manières de faire et que, chacun à sa manière ainsi que collectivement, ils « colorent » le prescrit, avec créativité.

29L’analyse de l’activité permet ainsi au professionnel du travail social d’avoir des outils pour sa quête de sens et d’identité, de comprendre dans quelles tensions et contradictions il est placé. Ces outils sont, de plus, utiles à son activité même, puisque le travailleur social est sans cesse en position de devoir décrire et justifier de son activité, que ce soit vis-à-vis de l’extérieur : familles, juges, politiques… ou en interne, au sein de l’équipe de travail.

30Comme le travail social se pratique quotidiennement en équipe ou en réseau, comme il est constitué par l’adresse d’humains à d’autres humains, la question de la « coordination de l’activité », notamment par le langage, est essentielle. L’analyse de l’activité pose une différentiation forte entre collaboration et coopération. Si l’on sait que le travail se produit en équipe, que la collaboration est nécessaire à la réalisation de la tâche, la coopération s’entend comme ce qui se noue entre les professionnels, sur le désir de travailler ensemble, sur le soutien du travail en commun dans l’activité quotidienne. La coopération ne peut être prescrite puisqu’elle sert justement à agencer ce qui est au-delà de la prescription.

31En ce qui concerne cette dimension nécessairement collective dans laquelle est prise l’activité du travailleur social, l’analyse de l’activité peut permettre de décrire cette activité même de collaboration, elle peut aussi offrir au travailleur social dans sa communication avec ses collègues des outils de description de sa propre activité, et finalement elle permet de comprendre dans quoi les travailleurs de l’équipe sont pris : dans quels champs de forces, avec quelles contraintes, quelles ressources et quelles conséquences, en termes aussi bien physiques que psychiques, leur activité se développe… et ainsi de mettre des mots à la fois sur cette activité en quête d’identité et sur la souffrance, la quête de sens.

L’analyse de l’activité du point de vue de la formation

32L’analyse de l’activité constitue un cadre de référence pour former et pour apprendre le métier. La deuxième partie de l’ouvrage est ainsi centrée sur la formation en travail social, explorant avec les étudiants et les professionnels comment se construit l’activité en travail social. Le principe même de l’alternance, sur lequel s’appuient en Europe la plupart des formations professionnelles supérieures, permet un appui fort de la formation sur les milieux de travail et ainsi sur l’expérience que se constitue tout apprenant ayant effectué un stage. Si l’on reprend la distinction entre travail prescrit et travail réel, on peut comprendre ce principe comme une tentative de prendre en considération au sein même de la formation l’activité réelle. En effet, s’il est du ressort d’un dispositif de formation professionnalisant que de transmettre les prescriptions existantes concernant l’activité objet d’apprentissage, l’analyse du travail réel permet d’éviter de concevoir la formation comme étant exclusivement une adaptation des formés aux exigences du travail, et donc de ne pas asservir la formation aux logiques économiques et financières. D’autre part, une formation par l’analyse du travail réel permet également de ne pas faire abstraction des contingences et environnements d’action (Durand, 2006).

33Cet appui de la formation sur une analyse du travail réel permet aux dispositifs de formation d’être davantage en phase avec l’évolution de la profession. Il permet même de prendre part à cette évolution, dans la mesure où, d’une part, les professionnels mêmes dont l’activité est objet d’analyse sont potentiellement transformés par ces analyses et, d’autre part, où cette analyse permet d’enrichir les connaissances disponibles sur le travail réel et par là contribue à transformer les prescriptions et les représentations. L’utilisation de l’analyse du travail permet alors de construire des contenus de formation correspondant à la situation professionnelle de référence, par exemple en identifiant ce que le courant de la didactique professionnelle nomme les compétences critiques d’une activité et ses invariants opératoires, et elle permet également d’utiliser les situations de travail comme des supports pour la formation des compétences.

34Pour le formé, une formation à l’analyse de l’activité et/ou par l’analyse de l’activité présente plusieurs spécificités, étudiées dans les articles de la deuxième partie de l’ouvrage. Ainsi, l’article de Sylvie Mezzena, « Accéder au réel de l’activité dans un contexte de formation en alternance », montre comment le dispositif de formation OASIS (Offre d’approfondissement et de spécialisation intersite) à travers sa thématique « L’intelligence pratique dans le travail social » permet à l’étudiant de découvrir les écarts entre travail prescrit et travail réel, et par là de découvrir et d’étudier la zone énigmatique de l’activité. En mettant l’étudiant en position d’utiliser certaines méthodes d’analyse du travail, celui-ci vit de l’intérieur ce que cela signifie pour un professionnel de dire son travail, et par là découvre le caractère incorporé de toute activité. Elle montre également comment cette approche permet à l’étudiant de poursuivre la construction de son identité professionnelle. Dans son article intitulé « Expérience d’une activité à la fois empêchée et imposée lors d’un stage en travail social : quelques réflexions sur la position d’observation et d’extériorité préconisée pour les stagiaires », Kim Stroumza revient sur une expérience de stage d’un étudiant et montre comment une formation par l’analyse de l’activité s’écarte d’une conception de l’entrée dans le métier comme étant progressive et plaçant l’étudiant en position d’observateur. La présentation d’une conception non rationaliste de l’action, développée notamment par Joas, permet alors d’offrir à l’étudiant une lecture non psychologisante de son activité, au sens où celle-ci ne s’explique pas principalement à partir des propriétés psychologiques de l’étudiant, et dans laquelle la relation à son corps n’est ni de l’ordre de la maîtrise ni de l’ordre de l’instrument.

35L’article d’Isabelle Duchâble et Virginie Crettenand permet, quant à lui, de montrer ce que peut signifier pour des étudiants le fait de réaliser leur mémoire de fin d’étude en analyse de l’activité : la définition avec les professionnels mêmes des situations à observer, l’émergence progressive de la problématique, la dépendance dans laquelle se situe leur projet par rapport à la relation qu’elles instaurent avec les professionnels… tous ces aspects ont rendu leur démarche par moments difficile. En même temps cette démarche leur a permis une relation dynamique avec les terrains, et leur a permis de se confronter entre elles à leur propre activité de recherche. Cette relation dynamique, favorisée par le renversement opéré au niveau de la méthodologie, permet d’intervenir auprès des terrains dans un champ très demandé par les institutions, étant directement lié aux problématiques qui les concernent : l’activité réelle et son développement.

36Que ce soit dans la première ou la deuxième partie de cet ouvrage, nous avons donné la parole à des étudiants en formation initiale en travail social qui ont inscrit leur mémoire de fin d’études dans l’approche de l’analyse de l’activité. La présentation de leurs travaux au sein de cet ouvrage, bien qu’entraînant une certaine hétérogénéité énonciative, nous paraît éclairante du type d’apport de cette démarche, non seulement pour les professionnels mais également pour les étudiants.

Bibliographie

BORZEIX, A., FRAENCKEL, B. (coord.), Langage et Travail. Communication, cognition, action, Paris : CNRS Editions, 2001.

BOUTET, J., & al, Paroles au travail, Paris : L’Harmattan, 1995.

CASTEL, R., Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris : Fayard, 1995.

CHOPART, J.-N., Les mutations du travail social. Dynamique d’un champ professionnel, Paris : Dunod, 2000.

CLOT, Y., La fonction psychologique du travail, Paris : PUF, 1999.

CLOT, Y. & FAITA, D., « Genres et styles en analyse du travail. Concepts et méthodes », in Travailler. Revue internationale de psychopathologie et de psychodynamique du travail, N° 4, pp. 7-42.

DEJOURS, CH., Travail, usure mentale, Paris : Le Centurion, 1980.

DURAND, M., Activité(s) et formation, Carnets de la Section des sciences de l’éducation. Genève, 2006.

FILLIETTAZ, L., BRONCKART, J.-P., L’analyse des actions et des discours en situation de travail, Louvain : Peeters, 2005.

GROSJEAN, M., LACOSTE, M., Communication et intelligence collective. Le travail à l’hôpital, Paris : PUF, 1999.

ION, J., « Introduction », in ION, J. (dir.), Travail social en débat(s), Paris : La Découverte, 2005.

ION, J., « Une fonction sociale généralisée », in Esprit, 3-4, 1998.

JOAS, H., La créativité de l’agir, Paris : Les Editions du Cerf, 1999.

JOBERT, G., « Entre savoirs et surprise, une analyse clinique du travail », in CIFALI, M. & GIUST-DESPRAIRIES, F. (dir.), De la clinique. Un engagement pour la formation et la recherche, Bruxelles : De Boeck & Larcier, 2006.

MURARD, N., « Epilogue : l’amicale de la§ philanthropie salariée », in ION, J. (dir.), Travail social en débat(s), Paris : La Découverte, 2005.

Notes

1 Dans cet ouvrage, les termes « analyse du travail » et « analyse de l’activité » sont utilisés, chaque auteur utilisant l’une ou l’autre de ces expressions. Deux types de différenciation les distinguent : « activité » peut être entendu avec une acception plus large que « travail », de façon anthropologique, en désignant toute activité humaine (au travail et en dehors du travail) ; ce terme peut également être entendu de façon plus restrictive comme décrivant le déroulement d’une activité en cours de réalisation dans une situation de travail.

2 Autoconfrontation : voir articles de J. Libois, K. Ramirez et J. Prada ; S. Mezzena. Instruction au sosie : voir articles de K. Stroumza ; B. Hemma.

© Éditions ies, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search