Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Suisse au rythme latino

 | 
Claudio Bolzman
, 
Myrian Carbajal
, 
Giuditta Mainardi

Partie II. Perspectives d’interventions dans les domaines du social et de la santé

Contre le sida : une prévention adaptée aux Latino-Américains en Suisse

Sofi Ospina

Texte intégral

Un grand merci à Sonia Damián, à Katy Ripplinger, et à Mary Haour-Knipe pour avoir lu et commenté cet article.Elles ont été toujours des grandes partenaires dans ce projet

Introduction

  • 1 Le terme médiatrice/teurs regroupe des personnes appartenant à la communauté qui facilitent l’orga (...)
  • 2 Des communautés africaines, tamoules et des requérants d’asile ont aussi été inclus.

1La prévention du VIH (Virus d’immunodéficience humaine)/sida auprès de la population étrangère a commencé en 1991 avec la création du Projet Migrants (PM) au sein de l’Office fédéral de la Santé publique (OFSP). Trois experts d’origine étrangère (six dès 1995) ont été engagés pour la mise en place du projet auprès de la population espagnole, portugaise et turque. L’objectif du PM était de sensibiliser les communautés avec des messages culturellement adaptés, en tenant compte de leur idiosyncrasie, et dans leur propre langue. Il était également question d’impliquer les communautés dans l’élaboration des mesures de prévention, d’utiliser leurs réseaux sociaux pour véhiculer le message et d’identifier des personnes ressources prêtes à s’impliquer dans le travail préventif en tant que médiatrices1. Ce n’est qu’en 1993 que le PM a été étendu à la communauté latino-américaine2.

2Dans cet article, tout d’abord, nous passerons en revue des stratégies conçues par le Projet Migrants dans son travail de prévention du sida auprès de la communauté latino-américaine entre 1993-1998 puis nous en tirerons quelques enseignements. Par la suite nous nous pencherons sur la situation actuelle en tenant compte de la nouvelle stratégie de la Confédération décrite dans la brochure « Migration et Santé. Stratégie de la Confédération pour les années 2002 à 2006 ».

Caractéristiques de la population latino-américaine

  • 3 Période connue par les économistes comme la « décennie perdue ».

3La migration latino-américaine en Suisse est relativement récente, après la première vague composée par des requérants d’asile fuyant les dictatures du cône sud arrivant dans les années soixante-dix, ils furent rejoints au milieu des années 1980 par des émigrants fuyant la crise économique et sociale qui traversait l’Amérique latine3. Les femmes, plutôt jeunes (entre 20 et 40 ans), sont bien représentées dans cette deuxième vague migratoire et viennent notamment de République Dominicaine, du Pérou, de Colombie, du Brésil et plus récemment de Bolivie et d’Equateur ; nombre d’entre elles sont en situation irrégulière en Suisse et elles travaillent pour la plupart comme employées domestiques (ménage, gardes d’enfants et de personnes âgées) et dans la restauration.

4Contrairement à d’autres communautés étrangères bien établies en Suisse, en 1993 la population latino-américaine n’avait que peu d’organisations communautaires. Dès 1996, nous observons l’apparition de nouvelles associations d’immigrés latino-américains ainsi que de petites écoles de langue et culture et des groupes de rencontres pour femmes, surtout en Suisse alémanique.

Facteurs de vulnérabilité face au VIH/sida

  • 4 Symposium « Les populations mobiles et le VIH : vulnérabilité, risques et droits humains » présidé (...)
  • 5 Sofi Ospina, présentation de la table ronde lors de la Première Journée latino-américaine de lutte (...)

5Les liens entre migration et VIH et les facteurs qui rendent les populations mobiles plus vulnérables au VIH/sida ont été bien documentés4. Des facteurs liés à la culture d’origine et à la situation dans le pays d’accueil ont été identifiés comme des risques potentiels pour les migrants latino-américains5.

6La plupart des pays latino-américains reposent sur une idéologie patriarcale basée sur les inégalités de genre où les hommes sont censés jouer un rôle social actif, axé vers l’extérieur et la vie publique, alors que les femmes ont un rôle passif. Ceci reporté au vécu de la sexualité entraîne une acception sociale du comportement sexuel plus « libertin » ou permissif de l’homme alors que la femme devrait être plus restreinte dans l’expression de sa sexualité et assumer un comportement soumis ; elle aura alors plus de difficultés à négocier une relation sexuelle protégée. L’homme, dans sa représentation sociale, considère que sa virilité pourrait être compromise par l’utilisation du préservatif. Les médias renforcent ces inégalités perpétuant les stéréotypes de genre ; la femme y est représentée comme un objet sexuel dépourvu de capacité d’action et incapable de prendre des décisions de son propre chef, y compris celle d’entamer un acte sexuel.

7L’influence judéo-chrétienne imposant comme paradigme le mariage, la monogamie et l’acte sexuel à des fins reproductives fait que l’expression de la sexualité non normative est vécue avec culpabilité et est socialement perçue comme un comportement déviant. Cette sexualité « périphérique » ou non conventionnelle (homosexualité, bisexualité, prostitution, promiscuité sexuelle) est dès lors vécue de manière clandestine et entraîne un risque accru vis-à-vis du sida (transmission hétérosexuelle et mère-enfant). Souvent l’Eglise Catholique s’est opposée à ce que des campagnes massives de prévention du sida, des MST (Maladies sexuellement transmissibles) et de planification familiale soient menées dans des pays d’Amérique latine.

8Dans le pays d’accueil, la méconnaissance de la langue, la marginalité sociale, la situation précaire due à l’absence d’un permis de séjour contribueraient à exposer davantage les migrants aux risques de santé, particulièrement du sida. Les immigrants n’accèdent pas facilement à l’information et souvent ne connaissent pas les services sociaux, juridiques et sanitaires existants, ou ne les utilisent pas, craignant d’être dénoncés et rapatriés. Ils sont exposés à des situations abusives sur leur lieu de travail. Les femmes subissent parfois du harcèlement sexuel dans le service domestique et la restauration.

9Celles qui se marient dans le pays d’accueil sont parfois abusées physiquement et psychologiquement par leur partenaire sexuel européen. D’autres, menacées de dénonciation, tolèrent les abus. La violence peut être exercée également par leur conjoint qui les a accompagnées dans leur parcours migratoire, en raison du changement du rôle social de pourvoyeur traditionnellement attribué et difficile à accomplir dans le pays d’accueil à cause du manque d’opportunités d’emploi pour ceux-ci.

10Pour certaines femmes, l’absence de contrôle social accompagnée d’un manque d’éducation sexuelle peut les exposer à un risque accru concernant le VIH, les MST et les grossesses non désirées.

11En ce qui concerne le VIH/sida, des connaissances erronées sur la transmission et les moyens de protection, une attitude négative vis-à-vis de l’utilisation du préservatif, et une forte stigmatisation des personnes vivant avec étaient constatées en 1992 lors des interventions ponctuelles avec des Latino-Américains en Suisse.

La stratégie de prévention du VIH/sida auprès des Latino-Américains6

  • 6 Cette section se base sur différentes contributions de l’auteure (cf. bibliographie).
  • 7 Elle était aussi chargée des mesures auprès des Africains, des Tamouls et des requérants d’asile. (...)

12La prévention du sida auprès des Latino-Américains commence en janvier 1993 quand une experte du PM d’origine colombienne a été affectée pour travailler (à 40 %) dans des activités spécifiques pour cette population7.

13Une stratégie de prévention devait être conçue en tenant compte des spécificités culturelles et organisatrices de la communauté, ce qui représentait un défi car les associations existantes composées plutôt par des Latino-Américains bien intégrés, voire des intellectuels, n’avaient que peu de contact avec le gros de la population constitué par des migrants économiques. Il était donc nécessaire d’identifier des canaux appropriés pour accéder aux divers groupes de Latino-Américains avec des activités de prévention. Une immersion sur le terrain a donné des pistes pour définir la stratégie.

Aller vers la population, là où elle se trouve (outreach)

14Trois lieux de rencontres furent identifiés dès le début du projet et ont été le fil conducteur des activités de prévention au cours des années : les fêtes et bals, les parcs publics et les terrains de football. Différentes interventions furent désignées pour chacun de ces points de contacts ; elles sont décrites ci-après.

Stands d’information sur le sida dans les fêtes et les bals

15Les fêtes et les bals, surtout avec des orchestres renommés, constituent un espace de rencontres privilégié avec un brassage de personnes de différents pays, d’origines sociales diverses et occupant des positions différenciées dans la société d’accueil. La situation de bal permet de retrouver sa propre culture, de se défouler des conditions de vie difficiles du pays d’accueil, de rencontrer des amis, de nouer des relations amoureuses et/ou de trouver un partenaire sexuel pour une nuit ou plus. Il y avait donc là des occasions idéales pour véhiculer une information sur le sida. Dès 1993, des entrepreneurs et organisateurs de fêtes dans les principales villes suisses, où séjourne un nombre important de Latino-Américains, ont été contactés et sensibilisés sur leur rôle à jouer dans la prévention. Ils/elles ont accepté d’accueillir l’équipe du PM dans leurs locaux avec des stands d’information, dont l’objectif était de faire connaître le PM, distribuer du matériel éducatif et des préservatifs. Pour aborder le thème du sida, sujet encore tabou à l’époque, un matériel éducatif culturellement adapté et dans un format approprié a été créé pour ces lieux. Dans un format carte de crédit et sous le titre « Canciones de amor con Don Juan Latex » (chansons d’amour avec Don Juan Latex, ou plutôt pour rendre justice au jeu de mots : chansons d’amour CONDOM Juan Latex) un préservatif « personnifié » sympathique interprète les paroles de chansons latino-américaines bien connues. Les dix extraits de chansons sélectionnés pour la série font une allusion implicite à l’utilisation du préservatif et permettent une lecture facile texte-image (exemple : Dile a tu nuevo querer que no hay nada que temer « dis à ta nouvelle conquête qu’il n’y a rien à craindre… » ou « devórame otra vez – dévore-moi une autre fois… ». Au verso de la carte, un calendrier accompagne les numéros des permanences téléphoniques pour ceux et celles qui souhaiteraient obtenir des informations plus approfondies. Puis apparut le dépliant « Conozcamos los preservativos con Don Juan Latex y su familia » dans lequel notre personnage présentait les différents types de condoms et décrivait leur utilisation correcte. Ces premiers matériaux créatifs ont été très bien accueillis, les gens en parlaient autour d’eux et les collectionnaient, brisant ainsi le tabou autour du préservatif.

  • 8 Mirta von Bergen (1994-1996) et Amay Villazan (1997-1999) étaient des médiatrices du PM à Zurich.
  • 9 Information de Dorothee Gregori, prévention migrants à l’ASS.

16Entre 1993 et 1998, les stands de prévention ont été tenus régulièrement à Genève, à Lausanne et à Zurich par les réseaux des médiatrices du PM latino – OFSP travaillant en collaboration ou directement avec des antennes cantonales de l’ASS (Aide suisse contre le sida). Des stands ponctuels ont été tenus à Berne, à Neuchâtel, à Bâle et à Coire. En septembre 2004, des stands continuaient à être tenus par le Groupe sida Genève (GSG) et Point Fixe à Lausanne. Le rythme soutenu des interventions à Zurich a été relâché faute de financement8 ; actuellement la Zürcher Aids-Hilfe fait une intervention ponctuelle lors du Caliente Festival à Zurich9.

Projet « Parcs » à Genève

  • 10 Dès 2003 le projet a été élargi aux populations africaines et de l’ex Yougoslavie (Bosnie et Kosov (...)
  • 11 Information de Mme Sonia Damian, une des premières médiatrices du PM OFSP et du GSG qui coordonnai (...)

17Les parcs publics ont été identifiés comme un espace privilégié pour entrer en contact avec des femmes latino-américaines travaillant comme gardes-enfants. En automne 1993, le PM OFSP commence un projet pilote repris dès 1995 par le GSG. L’objectif principal du projet était d’aller à la rencontre des femmes durant l’été et leur offrir une écoute et une information personnelle sur le VIH/sida et la santé. Ce projet a été accueilli avec un grand intérêt par la population ciblée. A la demande des femmes contactées, une brochure spécifiquement adaptée à ce groupe cible a été développée en 1995 : « Claro que si » illustre avec des images sympathiques des prétextes avancés par les Latino-Américains pour ne pas utiliser le préservatif et offre des arguments aux femmes pour les contrecarrer afin de mieux négocier son utilisation face à un partenaire récalcitrant. D’autres matériels ont été créés par la suite, parmi eux : « Compartamos las responsabilidades » et « El librito del amor ». Des adresses utiles, des cartes qui font la promotion de la permanence téléphonique et les rencontres mensuelles ainsi que des préservatifs étaient aussi distribués. Au fil des ans, la population cible a évolué avec l’intégration des hommes latino-américains (dès 1995) et des femmes et hommes lusophones (dès 1998)10. Entre 1993 et 1999, un total de 2 879 Latino-Américains (2 177 femmes, 380 hommes et 322 femmes re-rencontrées) avaient été approchés par les médiatrices11.

18Il est intéressant de noter que ce projet, qui a eu un succès énorme à Genève, n’a pas pu être reproduit dans d’autres villes, soit Lausanne ou Zurich, faute d’avoir trouvé des femmes gardes-enfants dans les lieux publics. Il semblerait que les Latino-Américaines dans ces villes travaillent plutôt à l’intérieur et ne sortiraient que les fins de semaine. Nous pouvons aussi émettre l’hypothèse que les femmes autochtones de ces régions soient plus soucieuses de ne pas laisser leurs enfants sortir dans des lieux publics avec des femmes sans-papiers.

Interventions sur les terrains de football

19Ces endroits se sont révélés comme des espaces appropriés pour toucher la population masculine latino-américaine qui s’y rencontre les week-ends pour jouer au football. Le PM OFSP et le GSG ont participé durant huit années consécutives au tournoi « Copa America » organisé par l’Association Katuyumar Veyrier (Aide aux Indiens de la Colombie) avec des stands d’informations. En moyenne, treize équipes latino-américaines y participent chaque année. La première année, une des équipes a joué avec le maillot « Don Juan-Latex » et un prix spécial « Juan Latex » a été octroyé au meilleur gardien de but, comme métaphore de la protection offerte par le préservatif. Des activités ponctuelles ont été également réalisées dans d’autres villes suisses.

Attirer la population aux rencontres et événements d’information

20Pour compléter les activités d’outreach, d’autres activités plus régulières ont été établies dans des espaces institutionnels, ainsi que des grands événements spéciaux, où la population était invitée à se rendre pour s’informer.

Groupe de rencontres pour Latino-Américains au GSG

  • 12 La plaquette a été élaborée par le PM OFSP en collaboration avec le Centre santé migrants et le pl (...)
  • 13 Entretien avec Nadia Crivelli, Prévention migrants GSG.

21Les mois d’été 1994 une permanence « portes ouvertes » de deux heures par séance a été ouverte au Centre de Santé Migrants de la Croix-Rouge par le PM OFSP. Elle était motivée par le besoin ressenti par plusieurs personnes contactées lors du projet « Parcs » (éditions 1993, 1994). Dès février 1996, la permanence fut accueillie par le GSG le premier vendredi du mois, de 19 heures à 21 heures. Elle offrait un espace d’accueil, de parole et d’écoute à toute personne désirant s’informer et discuter sur la problématique du VIH/sida et des MST. Les autres sujets évoqués étaient la sexualité, la contraception, la violence et même la tuberculose, parfois avec le concours d’intervenants externes ; la séance était animée par Mme Damian, responsable pour la population latino-américaine au GSG, à l’aide de vidéos, de débats et de conférences. L’échange d’informations sur les services médico-sociaux à Genève a permis l’élaboration d’une plaquette avec une liste des institutions aptes à donner des conseils sur la santé, la contraception et l’accouchement, le sida, la violence domestique, les aspects sociaux et juridiques, les cours de langues12. La séance se terminait par un repas typique. Le public était convoqué par une annonce en espagnol parue sous la rubrique « offres d’emploi » du GHI, hebdomadaire très apprécié des demandeurs d’emploi. De l’été 1994 à septembre 2002, au total, 515 personnes sont venues aux séances, dont 297 femmes et 218 hommes. Ce groupe fut arrêté au début 200313 en raison de la faible fréquentation, qu’on pourrait attribuer à la proximité du rond-point de Rive, un endroit réputé pour être fréquemment contrôlé par la police.

Permanence d’accueil et d’information à Renens (VD)

22Un groupe similaire a été mis sur pied à Renens en août 1997 dans les locaux du Planning familial, en raison du constat du nombre élevé de grossesses non désirées et d’interruptions de grossesse chez les femmes latino-américaines dont une bonne partie n’avait pas d’assurance-maladie. Des informations sur les MST, le VIH/sida, la contraception et la violence domestique étaient partagées et discutées. Une plaquette, avec des adresses utiles à Lausanne a été produite et donnée aux femmes. Le groupe était animé par la médiatrice du PM OFSP avec une conseillère en planning familial. Les femmes étaient convoquées par des papillons distribués lors de fêtes, par le bouche à oreille et par une annonce en espagnol dans « Lausanne Cités ».

Journées latino-américaines d’information sur le sida

23Quatre grandes journées ont été réalisées entre 1994 et 1998 à Genève (3) et à Zurich (1). Elles comportaient diverses interventions : des tables rondes traitant de la prévention du VIH/sida et de la prise en charge des personnes affectées ; des stands d’information en espagnol, en français et en allemand pour affiner les messages et les informations en fonction des inquiétudes personnelles et distribuer le matériel éducatif ; des activités culturelles (théâtre, danses traditionnelles, expositions, repas typiques, musique avec disc-jockeys ou orchestre) animaient ces journées. Des associations, des groupes informels et de nombreuses personnes à titre individuel ont contribué bénévolement à leur organisation. Plus de 4 000 personnes ont participé à ces journées (y compris des familles avec des enfants) démontrant ainsi leur changement d’attitude vis-à-vis du VIH/sida et leur intérêt pour ce sujet.

Permanences téléphoniques

  • 14 Entretien avec Sandra Orozco, médiatrice PM OFSP auprès des Latino-Américains à Point Fixe (de 199 (...)

24Deux permanences en espagnol et une en portugais offrant des conseils personnalisés à raison de deux heures par semaine ont été mises en place par le PM OFSP à Delémont et à Genève (1994) avec le concours du Groupe sida Jura et du GSG pour les hispanophones, et de Point Fixe pour les lusophones. La permanence du GSG a été fermée en 2001 en raison du manque d’appels. En septembre 2004 une permanence lusophone ainsi qu’une autre en espagnol fonctionnaient à Point Fixe14.

Cours de formation pour femmes

25Considérés comme une des priorités du PM OFSP, les thèmes traités sous forme d’ateliers ont porté sur l’estime de soi, la connaissance de son corps, la sexualité, la contraception, la prévention du sida et sur la négociation pour des rapports protégés. Ces cours se déroulaient à Zurich pour la Suisse alémanique et à Genève pour la Suisse romande et incluaient aussi bien des médiatrices hispanophones que lusophones.

Un spectacle type café-théâtre-cabaret

26« Protège-toi mon pote » interprété par des travestis brésiliens visait à sensibiliser les Brésiliens sur le sida. Le fait d’utiliser des travestis pour véhiculer le message de prévention et d’utiliser le concept de protection dans le multipartenarisme sexuel a permis de sensibiliser la population hétérosexuelle et de toucher des groupes difficiles d’accès tels que les homosexuels, les bisexuels, les travestis et leurs clients. Ce spectacle créé par une médiatrice et trois travestis brésiliens a été soutenu par le PM OFSP en partenariat avec le GSG et Dialogai.

Le réseau de médiateurs et médiatrices

  • 15 Les rencontres avec les médiatrices brésiliennes, très actives en Suisse alémanique, avaient lieu (...)

27La stratégie du PM OFSP était de travailler avec des médiateurs/médiatrices recrutés au sein de la communauté lors du travail en réseau ou des interventions menées par la responsable latino-américaine de l’OFSP ou bien parce que ces personnes, souvent des professionnels du secteur social et sanitaire dans leur pays d’origine, contactaient une des antennes cantonales de l’ASS ou directement l’OFSP. Ces personnes ont reçu une formation de base et continue et ont été encadrées tout au long du projet. Dans les premières années du PM OFSP latino, quatorze médiatrices et cinq médiateurs hispanophones se réunissaient tous les trois mois afin de partager leurs expériences de travail, trouver des solutions, réfléchir à de nouvelles stratégies et à de nouveaux matériels éducatifs à développer en fonction des besoins constatés chez la population cible15. Ces rencontres ont permis à des initiatives d’envergure nationale de voir le jour ainsi que d’ajouter au programme sida d’autres problématiques importantes constatées chez les Latino-Américains, à savoir la planification familiale, la prévention de la violence, l’accès aux services sociaux et de santé pour ceux qui n’avaient pas de statut légal et la promotion des cours de français pour faciliter l’insertion sociale.

Bilan et enseignements tirés

28Dans cet aperçu des activités menées dans le cadre du Projet Migrant de l’OFSP auprès des Latino-Américains entre 1993 et 1998 on peut noter la variété d’initiatives prises et l’engagement des médiatrices, souvent bénévoles, dans des villes suisses.

29De cette expérience, nous pouvons tirer cinq enseignements majeurs au sujet de la réussite des programmes de promotion de la santé auprès des populations migrantes :

  • Le recrutement des médiateurs au sein de la communauté et à l’intérieur des groupes spécifiques de celle-ci est essentiel pour gagner la confiance et l’appui des leaders « naturels » et des forces vives de la communauté, ainsi que pour repérer les canaux appropriés et développer des stratégies de communication en accord avec leur réalité.
  • La formation de base, l’actualisation permanente, l’encadrement et la supervision sont des conditions essentielles pour améliorer les compétences des médiateurs et valoriser leur rôle. Un dédommagement financier va les motiver davantage et garantir leur permanence dans le programme.
  • Le matériel éducatif doit être culturellement adapté pour garantir une bonne réception et interprétation du message. En partant des besoins constatés, les messages préventifs et les supports doivent être conçus avec la participation des groupes cibles et l’aide d’un graphiste connaissant les subtilités de la langue et de la culture pour qu’ils soient attirants et surprennent la population. Celle-ci doit s’y reconnaître ; la traduction du matériel générique ne suffit pas.
  • Il faut aller à la rencontre de la population cible là où elle se trouve (outreach) et ne pas attendre qu’elle vienne dans les structures officielles. Il faut être proactif (et non pas réactif) et utiliser des canaux et des supports appropriés à chaque contexte.
  • L’institutionnalisation des projets est une condition sine qua non pour garantir la continuité. La maintenance des bons comportements de santé implique une stratégie de communication continue et à long terme des innovations dans les matériels produits pour ne pas saturer le public cible. Les projets pilotes, normalement de courte vie, doivent être évités en faveur des programmes à long terme.

30Une des faiblesses du PM OFSP pour les Latino-Américains a été l’échec à institutionnaliser le réseau de médiatrices ; ceci est dû au manque de volonté politique des institutions contactées pour la provision des ressources permettant la continuité à long terme des activités, particulièrement en Suisse allemande. On note que dans les cantons où cette institutionnalisation a été réussie, les activités de prévention ciblant les Latino-Américains continuent actuellement (septembre 2004) avec une certaine régularité par le biais des anciennes médiatrices du PM OFSP et le recrutement et la formation de nouvelles (par exemple GSG, Point Fixe).

  • 16 OFSP, Sida et VIH en Suisse 2002, Berne, 2003.

31Même si une évaluation d’impact type CAP (connaissance, attitude et pratiques) du Projet Migrant auprès de Latino-Américains dans les principales villes suisses n’a pas eu lieu, nous avons toutefois constaté que les attitudes des différents groupes cibles vis-à-vis du sida et de l’utilisation du préservatif ont évolué. Nous n’avons pas de chiffres prouvant l’efficacité des activités du PM OFSP auprès des Latino-Américains, cependant nous observons que la contribution des Latino-Américains aux nouvelles infections VIH en Suisse entre les périodes 1993 (début du projet)-1997 et 1998-2002 a diminué de 2,8 % à 1,6 %16. Cette diminution a eu lieu pendant une période où le nombre de Latino-Américains en Suisse a augmenté ainsi que la présence du VIH/sida dans la plupart des pays d’origine.

La situation actuelle : peu d’interventions de santé pour les Latino-Américains

  • 17 Parmi les points faibles identifiés, il faut relever : le choix rigide et pas assez étayé des grou (...)

32Le mandat du Projet Migrants Santé au sein du Service Migration de l’OFSP est arrivé à terme fin février 2002 après onze ans de travail en tant que projet « pilote ». Les évaluateurs du PM du Forum Suisse pour l’étude des migrations ont conclu « que l’orientation et la manière de travailler du ‘Projet Migration et Santé’ ne répondent plus aux attentes internes et externes actuelles » (OFSP, 2002, p. 21)17. Ainsi, la décision de ne pas continuer le PM a été prise.

  • 18 OFSP, Migration et santé. Stratégie de la Confédération pour les années 2002 à 2006, Version conde (...)

33La nouvelle stratégie de la Confédération « Migration et Santé 2002-2006 » dont les fonds nécessaires sont estimés à 25,852 millions de francs cherche à adapter le système de santé aux besoins hétérogènes des différents groupes sociaux vivant en Suisse et à améliorer l’accès par le biais des cinq champs d’intervention suivants : i) la formation de médiateurs/trices et d’interprètes interculturels dans le domaine médical et social ainsi que la formation continue des professionnels de la santé pour une prise en charge mieux adaptée des migrants ; ii) l’information, la prévention et la promotion de la santé auprès des migrants pour mobiliser leurs ressources communautaires ; iii) les soins de santé accessibles dans les localités comptant une proportion importante de personnes migrantes vulnérables ; iv) les prestations thérapeutiques pour requérants d’asile et réfugiés traumatisés ; v) la recherche fondamentale, l’évaluation et le monitoring afin d’ajuster les programmes en fonction des nouveaux besoins détectés. Cette stratégie est censée être mise sur pied par les offices fédéraux, les cantons, les œuvres d’entraide, la Fondation Promotion Santé suisse ainsi que des associations de migrants. La coordination des projets et des ressources ainsi que la mise sur pied des plates-formes seront assurées par un groupe fédéral composé d’institutions travaillant dans le domaine santé-migration et des représentants des communautés étrangères.18

  • 19 La Section sida de l’OFSP travaille à présent avec un groupe d’experts dans la formulation d’un co (...)
  • 20 Information de Dorothee Gregori, prévention migrants à l’ASS ; et de Brigit Zuppinger, Section sid (...)

34Des contacts entrepris pour écrire cet article avec des organisations faîtières chargées de la santé des migrants et de la prévention du sida en Suisse, notamment le Service Migration et Section sida de l’OFSP ainsi que l’ASS, il ressort qu’il n’y pas de nouveaux projets s’adressant spécifiquement à la communauté latino-américaine dans son ensemble19. Il semblerait que la majorité des projets de prévention du sida auprès de migrants en cours (par exemple ApiS, Multicolore, MediatHIV) s’adressent spécifiquement aux prostituées migrantes (y compris originaires d’Amérique latine), aux ressortissants des pays à forte prévalence VIH/sida (surtout de l’Afrique subsaharienne) et des requérants d’asile20 ; en somme à des groupes qu’on appelait au début de l’épidémie « des groupes à risques ». Même si des médiatrices/teurs mènent des activités auprès de ces groupes dans leurs lieux de vie, le matériel éducatif utilisé pour ces interventions serait du matériel générique traduit dans les différentes langues.

  • 21 Elle offre des ressources organisées par thèmes et facilite l’échange du savoir-faire et des expér (...)
  • 22 Information de Maya Kuenzler, IMANEH, critères pour le soutien de projets sur la migration et la s (...)
  • 23 www.radix.ch/f/html/migrationsante+27.html, consulté le 27 septembre 2004.

35En ce qui concerne la stratégie de la Confédération pour Migration et Santé 2002-2006, différents instruments ont été mis sur pied, entre autres : une plate-forme d’information et de communication électronique (www.miges.ch)21 ; un fonds auprès du Centre suisse de coordination migration et médecine reproductive pour le soutien de demandes de projets (maximum 50 000 francs) dans le domaine de la migration et la santé sexuelle et reproductive22 ; le projet SUPPORT géré par Radix soutient financièrement (jusqu’à 10 000 francs) des projets de promotion de la santé élaborés par les migrants pour les migrants23.

36Une petite analyse des vingt-cinq projets soutenus par SUPPORT (état août 2004), révèle que trois seulement concernent des Latino-Américains, tous soumis par des associations brésiliennes en Suisse alémanique. Sept projets s’adressent aux migrants toutes nationalités confondues (Tessin (2), Vaud (2), Berne, Valais, Fribourg (3) ; on ne connaît pas la proportion de Latino-Américains bénéficiant de ces sept projets.

Conclusions

37Jusqu’en 1998, le PM de l’OFSP a créé les conditions nécessaires pour le développement des interventions VIH/sida culturellement adaptées auprès de la population latino-américaine en Suisse. Une analyse de la situation actuelle met en relief que la teneur de ces activités spécifiques a été considérablement réduite au cours des années à l’exception de Genève et Lausanne. A présent les activités de prévention VIH/sida auprès de migrants visent plutôt les groupes les plus vulnérables, et ne couvrent pas tout le pays. Sans vouloir nier l’importance de ce choix de politique de santé, les efforts de prévention auprès de la population générale ne devraient pas être négligés.

38L’analyse des initiatives soutenues par le projet SUPPORT, un des outils de la nouvelle stratégie « Santé et migration 2002-2006 », montre que les projets financés jusqu’à maintenant ne visent pas forcément le sida mais couvrent un contenu plus vaste et vague incluant la danse et le théâtre comme moyens de promotion de la santé, ainsi que des groupes de rencontres traitant d’un sujet spécifique choisi par les participants. Il semblerait qu’il y ait un manque de directives claires sur les priorités de santé publique à traiter et que n’importe quel projet, thème ou moyen d’intervention pourrait être soutenu. Il semblerait également que l’information sur la disponibilité de financement de projets de promotion de la santé n’ait pas encore été diffusée parmi les associations d’immigrés en Suisse romande, y compris les associations latino-américaines.

39Les forces vives de la population latino-américaine à Genève et Zurich ont remarqué le démantèlement des projets de promotion de la santé ; les coupures de budget ont réduit considérablement les événements indispensables à la prévention générant un sentiment d’abandon, d’isolation et de manque d’information parmi les migrants latino-américains. Ce sentiment pourrait rendre plus difficiles d’autres efforts de mobilisation communautaire. Or, des organisations de base sont prêtes à s’engager davantage dans la prévention du VIH/sida ainsi que dans d’autres priorités de santé. Elles auront besoin de ressources financières, ne serait-ce que pour le développement et l’impression du matériel éducatif. Le temps jugera si, avec les moyens disponibles, les Latino-Américains arriveront à maintenir leurs connaissances à jour pour continuer à mieux se protéger.

Bibliographie

Références

Burgi, D., Cristobal M., Demirkan, H., Ospina S., Projet Migrants : Rapport final 1991/1992, Berne, Office Fédéral de la Santé Publique, 1994.

Burgi, D., Carvalho, E., Cristobal M., Demirkan, H., Ospina, S., Carron, R., Projet Migrants : Rapport d’activités 1993/1995, Prévention du sida auprès des communautés espagnoles, portugaises, turques et latino-américaines en Suisse, Berne, Office Fédéral de la Santé Publique, 1996.

Burgi, D., Carvalho, E., Carron, R., Castra, U., Cristobal, M., Demirkan, H., Galan, J., Kurtani, A., Ospina, S., Projet Migrants : Rapport d’activités 1995/1997, Prévention du sida et des drogues légales et illégales auprès des communautés espagnole, portugaise, italienne, turque, de l’ex-Yougoslavie et latino-américaine en Suisse, Berne, Office Fédéral de la Santé Publique, 1998.

Migrants contre le sida, Suisse : « Les aventures de Don Juan Latex chez les Helvètes », 1er décembre 1995, Sidanet, www.survivreausida.net, 1995.

Office fédéral de la santé publique, Migration et santé, Stratégie de la Confédération pour les années 2002 à 2006, Version condensée, Berne, OFSP, 2002.

Office fédéral de la santé publique, Projet Migration et Santé, Rapport final 2000-2002, Berne, OFSP, 2002.

Office fédéral de la santé publique, Sida et VIH en Suisse 2002, Berne, OFSP, 2003.

Ospina, S., Cristobal, M., Demirkan, H., Burgi, D., «AIDS prevention: Reaching the immigrant population in Switzerland», in Migrants, ethnic minorities and AIDS: First European meeting for the Exchange of Information, Deutsch Hilfe, Blossin, Mai 1993, p. 50-53, 1993.

Ospina, S., « Rôle de l’anthropologie dans la planification et mise en place du programme de prévention pour les migrants », présentation lors du colloque Prévention du sida : apports de l’anthropologie médicale, Lausanne, 16 octobre 1993.

Ospina, S., Burgi, D., «An AIDS prevention strategy for a recently arrived and unstructured migrant population, Latin Americans in Switzerland», in Friedrich D., Heckermann W., AIDS in Europe: The Behavioral Aspect, Vol. 3, Berlin, Edition Sigma, 1995, pp. 135-138.

Ospina, S., « La prévention du sida auprès des Latino-Américains en Suisse », in InterDialogues, Santé et Migration, numéro 2, novembre 1998.

Notes

1 Le terme médiatrice/teurs regroupe des personnes appartenant à la communauté qui facilitent l’organisation d’une activité ou servent de « porte d’entrée », ainsi que des multiplicatrices chargées de conduire l’activité préventive.

2 Des communautés africaines, tamoules et des requérants d’asile ont aussi été inclus.

3 Période connue par les économistes comme la « décennie perdue ».

4 Symposium « Les populations mobiles et le VIH : vulnérabilité, risques et droits humains » présidé par Mary Haour-Knipe et Alix Adrien, 12e Congrès Mondial du sida, Genève, juillet 1998.

5 Sofi Ospina, présentation de la table ronde lors de la Première Journée latino-américaine de lutte contre le sida, Genève, 12 février 1994, Cité Bleue.

6 Cette section se base sur différentes contributions de l’auteure (cf. bibliographie).

7 Elle était aussi chargée des mesures auprès des Africains, des Tamouls et des requérants d’asile. Son mandat arrive à terme à la mi-juin 1998 et son poste à 60 % n’a pas été repourvu.

8 Mirta von Bergen (1994-1996) et Amay Villazan (1997-1999) étaient des médiatrices du PM à Zurich.

9 Information de Dorothee Gregori, prévention migrants à l’ASS.

10 Dès 2003 le projet a été élargi aux populations africaines et de l’ex Yougoslavie (Bosnie et Kosovo). Entretien avec Nadia Crivelli, chargée de prévention migrants au GSG, 2 septembre 2004.

11 Information de Mme Sonia Damian, une des premières médiatrices du PM OFSP et du GSG qui coordonnait les activités de prévention à Genève. entre 1997 et 2001 elle était responsable au GSG de la prévention du sida auprès des hispanophones et lusophones.

12 La plaquette a été élaborée par le PM OFSP en collaboration avec le Centre santé migrants et le planning familial (CIFERN).

13 Entretien avec Nadia Crivelli, Prévention migrants GSG.

14 Entretien avec Sandra Orozco, médiatrice PM OFSP auprès des Latino-Américains à Point Fixe (de 1996 jusqu’à présent).

15 Les rencontres avec les médiatrices brésiliennes, très actives en Suisse alémanique, avaient lieu tous les quatre mois à Zurich ou Bâle conjointement avec la responsable du PM OFSP pour les Portugais. En raison du partage de langue, les ateliers d’éducation continue réunissaient des médiatrices brésiliennes et portugaises ; idem pour les médiatrices latino-américaines et espagnoles à Zurich.

16 OFSP, Sida et VIH en Suisse 2002, Berne, 2003.

17 Parmi les points faibles identifiés, il faut relever : le choix rigide et pas assez étayé des groupes cibles, l’absence de priorités thématiques et la forte concentration sur le sida, les lacunes au niveau organisationnel et stratégique et le manque d’institutionnalisation des projets pilotes. OFSP, Projet Migration et Santé, Rapport final 2000-2002, Berne, 2002.

18 OFSP, Migration et santé. Stratégie de la Confédération pour les années 2002 à 2006, Version condensée, 2002.

19 La Section sida de l’OFSP travaille à présent avec un groupe d’experts dans la formulation d’un concept et d’un plan de travail avec les migrants.

20 Information de Dorothee Gregori, prévention migrants à l’ASS ; et de Brigit Zuppinger, Section sida OFSP chargée du VIH/sida-migration, www.aids.ch/d/ahs/apis.php, consulté le 6 octobre 2004.

21 Elle offre des ressources organisées par thèmes et facilite l’échange du savoir-faire et des expériences dans le domaine migration-santé.

22 Information de Maya Kuenzler, IMANEH, critères pour le soutien de projets sur la migration et la santé reproductive (www.miges.ch/311.html).

23 www.radix.ch/f/html/migrationsante+27.html, consulté le 27 septembre 2004.

Auteur

Anthropologue d’origine colombienne avec des études approfondies en sciences sociales et en développent à la Sorbonne et à l’l’Institut universitaire d’études du développement (IUED) à Genève. Durant dix ans elle a travaillé dans le domaine santé et migration en Suisse, aussi bien dans la recherche que dans la mise sur pied de programmes avec des institutions suisses. Par la suite, elle a travaillé comme consultante avec des organisations internationales dans les domaines de la santé, la gouvernance, l’égalité de genre et dans des programmes de reconstruction du tissu institutionnel dans des pays affectés par des conflits en Asie du Sud-Est et le Pacifique. Actuellement elle habite et travaille en Australie

© Éditions ies, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540