Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Suisse au rythme latino

 | 
Claudio Bolzman
, 
Myrian Carbajal
, 
Giuditta Mainardi

Partie II. Perspectives d’interventions dans les domaines du social et de la santé

Le rôle de l’Espace-Hommes auprès des migrants d’Amérique latine

Quelles ressources pour quelle population ?

Igor Rothenbühler, Melissa Burkhard et Nicole Rothenbühler

Texte intégral

Introduction

  • 1 Tous les noms et les adjectifs relatifs à des personnes ou à des groupes s’entendent au masculin e (...)

1La vie des personnes d’origine latino-américaine à Lausanne est avant tout connue des groupements (associations, collectifs, paroisses) qui entretiennent avec elles des liens fondés sur la solidarité. Nous en avons donc une connaissance principalement empirique. La question que nous souhaitons traiter dans ce texte est celle du rôle d’un espace social de l’association Appartenances, l’Espace-Hommes, auprès de la population latino-américaine lausannoise. Le problème auquel nous nous trouvons d’emblée confrontés est celui de la généralisation des trajectoires et des problématiques relatives à cette population qu’on ne peut considérer comme un groupe social homogène. Si la langue et les origines socioculturelles dans une certaine mesure sont des traits communs à l’ensemble des Latino-Américains1 vivant en région lausannoise, de nombreuses différences se manifestent quant à leurs conditions matérielles d’existence, leurs histoires de migration ou leurs horizons d’attentes. Au-delà des contraintes inhérentes à la société d’accueil et à ses institutions, ces facteurs jouent un rôle dans les stratégies d’acculturation ainsi que dans les trajectoires sociales et identitaires des Latino-Américains à Lausanne.

2L’intégration est une question en creux dans ce texte fondé sur une approche descriptive et interprétative, qui ne vise nullement à évaluer les processus d’acculturation et d’insertion des personnes concernées. Elle est une première fois en creux par le fait que nous n’abordons pas le sujet par cette entrée-là et une seconde fois par le fait que la population concernée est en grande partie exclue des perspectives d’intégration définies par les politiques d’accueil et d’intégration fédérales et cantonales. La question de l’intégration frappe ainsi par sa double absence au sein de ce texte, alors que les aspirations des personnes dont il est question montrent notamment leur désir d’une plus grande participation à la vie sociale et culturelle.

3Au fil du texte, nous nous proposons de poursuivre une recherche empirique des liens qui existent entre les trajectoires de certains Latino-Américains à Lausanne et l’Espace-Hommes. Il nous importe avant tout de comprendre le rôle que ce dernier joue dans la vie des Latino-Américains. Qu’en attendent-ils, qu’y trouvent-ils ou que n’y trouvent-ils pas, comment leur est-il utile sur le plan social, pédagogique, identitaire ?

Notre démarche

  • 2 La Mozaïk est le nom qui a été donné à la maison de l’Espace-Hommes à la suite de sa mise en confo (...)

4Cette contribution repose sur l’expérience de trois personnes ayant travaillé à l’Espace-Hommes avec des rôles et statuts différenciés. Cette expérience complémentaire de par les regards portés sur la réalité de l’Espace-Hommes et les différents moments de leur présence dans le projet permet d’enrichir la description et les interprétations par une confrontation des expériences et des points de vue. A ces données brutes s’ajoutent quatre entretiens de personnes latino-américaines fréquentant régulièrement la Mozaïk2 ou l’ayant fréquenté.

5Ils fournissent une base d’interprétation phénoménologique du rôle joué par ce lieu auprès des personnes concernées. Un cinquième entretien a été effectué avec une personne relais de Caritas auprès des Latino-Américains clandestins à Lausanne.

6Nous intéresser aux points de vue, aux motivations et aux ressources des Latino-Américains est un choix à la fois éthique et méthodologique. Bien que la plupart des Latino-Américains vivent à Lausanne dans une relative précarité socio-économique et juridique, ce sont des personnes qui sont sans cesse en mouvement, en recherche de pistes et de solutions, bénéficiant de peu d’assistance. Ainsi, nous les envisageons comme des acteurs qui mobilisent des ressources selon une intentionnalité propre et dont les conditions socio-économiques d’existence ne déterminent pas les trajectoires de manière absolue.

La population latino-américaine à Lausanne

  • 3 SCRIS, Données du contrôle des habitants 2004, Population étrangère vivant à Lausanne.

7Selon les sources officielles, plus de 2 200 Latino-Américains résident en ville de Lausanne. Les Equatoriens, les Brésiliens, les Colombiens et les Chiliens constituent à eux seuls plus de la moitié de ceux-ci3. Ces chiffres prennent en considération les personnes au bénéfice d’une autorisation de séjour quelconque mais occultent d’une part les personnes naturalisées et, surtout, ceux dont l’identité juridique consiste à ne pas en avoir. Démographiquement, cette dernière catégorie pèse lourd de par son nombre et la place qu’elle occupe dans le paysage lausannois. En effet, on estime le nombre de Latino-Américains « sans-papiers » vivant à Lausanne entre 2 000 et 3 000 (Valli, 2003), soit la moitié de la population étrangère en situation irrégulière. Les motivations économiques sont la cause principale de la venue de ces personnes en Suisse, provoquant ainsi un fort contraste avec les exilés politiques des années 1980 notamment.

8On peut identifier à Lausanne un réseau associatif spécifiquement latino-américain. Il est composé de nombreuses organisations et associations. Le bureau lausannois pour les immigrés opère une distinction entre les associations transnationales, continentales et nationales. Les associations transnationales sont centrées sur des actions spécifiques telles que des permanences téléphoniques, des projets de développement local, l’amélioration de la condition féminine, etc. Les associations continentales sont constituées autour d’intérêts communs à toute l’Amérique latine. On entend par associations nationales les structures identifiées à un état d’Amérique latine et adressées en priorité aux ressortissants de cet état. Ces deux dernières catégories regroupent des associations œuvrant pour la promotion de la culture et de l’identité latino-américaine, pour la situation sociale, politique et économique du pays et parfois pour la recherche de soutiens à l’intégration de leurs membres. Il est important d’en relever l’existence et de garder présent à l’esprit que certaines d’entre elles concernent un nombre plus important de Latino-Américains que l’Espace-Hommes.

9Malgré cette offre large et développée, la fréquentation de la Mozaïk par les Latino-Américains est tout de même importante, puisqu’on peut considérer qu’elle dépasse très largement les cent personnes sur une année et atteint près de cinquante personnes hebdomadairement. Que vont donc chercher les Latino-Américains à Espace-Hommes qu’ils ne trouvent pas ailleurs ?

L’Espace-Hommes

  • 4 Dossier de présentation de l’association – 2004
  • 5 Nous employons le terme usager car c’est celui qui est utilisé par les animateurs de l’Espace-Homm (...)

10L’Espace-Hommes définit la Mozaïk comme « un lieu d’échange et de reconstruction identitaire pour des personnes migrantes »4. En tant que promoteur du développement et de l’exercice des ressources individuelles et collectives de ses usagers5, il offre différentes activités allant des cours de français aux groupes de parole, de l’atelier de poterie à l’entretien d’un jardin. De nombreux moments d’ouverture ne sont affectés à aucune activité en particulier. La Mozaïk se veut avant tout un espace où chacun peut concrétiser un projet, aussi petit soit-il, et le partager avec d’autres personnes. En proposant des activités occupationnelles et qualifiantes, l’Espace-Hommes a comme objectif de favoriser l’autonomie des migrants (I. Rothenbühler, 2002) en valorisant leur esprit d’initiative et leurs compétences sociales, culturelles et intellectuelles, compétences souvent compromises au sein du parcours d’acculturation.

11La plupart des personnes qui fréquentent l’Espace-Hommes en tant qu’usagers se trouvent dans des situations précaires du point de vue du séjour ainsi que de leur insertion sociale et professionnelle. Une partie importante des usagers actuels de l’Espace-Hommes y apprennent le français. Les cours regroupent d’ailleurs de nombreux Latino-Américains ainsi que des personnes de diverses nationalités en moins grand nombre. Si une bonne partie d’entre eux ne crée que peu de liens avec les usagers réguliers et l’équipe d’animation, certains se retrouvent par contre pour partager leurs réflexions, rencontrer d’autres personnes ou faire une partie d’échecs.

12Depuis cinq ans, l’animation de l’espace est gérée par une équipe de trois à quatre professionnels salariés entourés de plusieurs personnes aux statuts divers (emplois temporaires subventionnés, civilistes, stagiaires) et de plusieurs bénévoles pour des activités ponctuelles et régulières. Le lien social (Berneker, Conelli, et Schmid Cuchet, 2004) se construit en grande partie autour de cette équipe d’animateurs qui est identifiée comme « groupe ressource » par l’ensemble des usagers. L’Espace-Hommes est un espace perpétuellement repensé et restructuré en fonction des demandes et des problématiques des personnes qu’il accueille, de l’équipe d’animateurs qui y travaille et aussi de facteurs exogènes tels que les exigences d’efficacité que le projet se doit de prendre en compte pour exister. A partir d’un modèle d’autogestion, la maison, ses activités et son organisation se sont fortement structurées au fil des années.

Les Latino-Américains et l’Espace-Hommes

  • 6 Les chiffres concernant l’Espace-Hommes sont tirés d’évaluations statistiques internes à l’associa (...)

13Une majorité des usagers latino-américains de l’Espace-Hommes ne sont présents qu’à des moments très circonscrits et essentiellement lors des cours de français. Ils sont de loin les plus représentés puisqu’on compte, parmi les étudiants de français entre 75 % et 85 %6 de personnes originaires d’Amérique latine. De nombreuses femmes fréquentent également la Mozaïk pour assister principalement aux cours de français.

14Les hommes sont, par contre, nettement plus nombreux que les femmes en dehors des activités structurées et circonscrites. Tout au long de l’histoire de l’Espace-Hommes, un nombre plus restreint d’usagers latino-américains participait à différentes activités. Un groupe d’usagers bénéficiant de statuts juridiques plus stables et d’une plus grande insertion socioprofessionnelle était impliqué dans la gestion de l’espace il y a cinq ans, au moment de la professionnalisation du projet.

15Le lieu devait leur permettre de réaliser des projets culturels dans le quartier du Flon, d’obtenir une plus grande visibilité et de rendre la scène socioculturelle de ce quartier plus accessible à un grand nombre de collègues d’Amérique latine. L’évolution d’Espace-Hommes n’ayant pas permis ces développements, ils se sont progressivement retirés et ne comptaient, il y a deux ans, plus que parmi les sympathisants occasionnellement présents lors des repas communautaires. L’Espace-Hommes a également longtemps compté parmi ses membres une équipe de football constituée majoritairement de Latino-Américains.

16L’Espace-Hommes représentait pour eux le moyen de disputer un championnat officiel sans pour autant participer à d’autres activités proposées. Lors de la suppression de l’équipe, la majorité des joueurs a perdu son lien à l’Espace-Hommes. Quelques personnes se sont également retrouvées dans cette situation lorsque le repas communautaire du mercredi a été supprimé, les privant d’un souper gratuit qui constituait pour eux avant tout une ressource alimentaire. L’équipe de football et les repas du mercredi posaient certaines difficultés d’organisation et de gestion de la participation. Ils ont été supprimés, entraînant aussi la disparition des personnes exclusivement intéressées par ceux-ci. En moyenne, quatre personnes sur cinq ont entendu parler de l’Espace-Hommes par un ami ou un parent. Une petite minorité seulement a été orientée par une association lausannoise (Français en Jeu, Association Bolivienne, les autres secteurs d’Appartenances, etc.). La majeure partie est en situation irrégulière quant au permis de séjour.

17Par la suite, des personnes plus précarisées ont créé des liens étroits avec l’Espace-Hommes, par un investissement personnel et singulier dans diverses activités d’entretien ou d’animation notamment. Ces initiatives sont souvent rendues possibles grâce à une relation privilégiée avec un ou plusieurs animateurs. Ces personnes sont plus investies personnellement et nourrissent la vie quotidienne de la Mozaïk de par la pluralité de liens qu’elle tisse en son sein. Nous souhaitons brièvement rendre compte des regards que ces personnes portent sur l’Espace-Hommes.

Regards portés sur l’Espace-Hommes

  • 7 Certains entretiens ont été faits en espagnol, c’est une traduction libre de certains extraits de (...)

18Reconstruire ces regards a posteriori est un exercice difficile qui fait violence à l’exhaustivité et à la véracité des propos recueillis7. Nous ne proposons que des bribes de ces regards qui dans leur réalité sont certainement plus complexes et nuancés. Ce qui ressort avant tout des témoignages des usagers « impliqués » est une perception de l’Espace-Hommes comme lieu de sociabilité où chacun peut parler librement, un lieu « juste », un endroit « égalitaire ». « Ici, on ne se sent pas étranger, c’est très important, surtout avec les comportements racistes que j’ai subis à l’extérieur » nous confie Gabriela. « Il n’y a pas de discrimination », selon Vincento. Lorsque l’on se penche sur les raisons qui fondamentalement motivent la première venue à l’Espace-Hommes, il s’avère que c’est le besoin de rencontrer du monde qui ressort le plus souvent. Ce que Gabriela attendait de cette maison, « c’est d’abord de rencontrer une amie parce que j’ai été très seule tu sais… et puis les cours de français… mais surtout des rencontres ».

19Un des aspects attrayants de l’Espace-Hommes, selon les usagers, est son caractère interculturel. Alexandro : « Je préfère les lieux où toutes les nationalités se rencontrent plutôt que les associations pour latinos, mais je les connais aussi. […] J’ai appris beaucoup sur moi et sur les gens, je me suis enrichi par les contacts et par les échanges interculturels. »

20Pour Vincento, la possibilité d’échanger avec des personnes issues d’autres horizons géographiques, culturels et sociaux est considérée comme une richesse : « On apprend d’autres choses et différentes façons de penser. Gabriela insiste aussi sur ce point : C’est bien pour les gens, pour apprendre à vivre dans une culture qui n’est pas la leur. Ici, il y a de la diversité, j’aime ça. »

21D’après Gabriela, le respect et la non-discrimination sont favorables à une participation active et à l’expression des potentialités de chacun. Elle pense que les activités créatrices aident à développer l’intellect et permettent aux gens de devenir autodidactes et plus autonomes. Vincento : « D’aider un peu, c’est une façon de collaborer. Moi, d’avoir fait la peinture, ça m’a permis de dire merci et de laisser une trace. » Ce contre-don est primordial pour leur permettre de reprendre confiance en eux, de se sentir reconnus, d’avoir la possibilité de trouver un sens à leur propre présence dans une société parfois hostile qui ne les reconnaît pas officiellement. Vincento : « Ici, je me sens intégré. J’ai trouvé ma place. » Les usagers valorisent le fait qu’à l’Espace-Hommes, « l’accent ne soit pas mis sur l’offre de prestations simplement, mais plutôt sur l’échange ». La notion de réciprocité ainsi que le principe selon lequel tout un chacun peut participer d’égal à égal à la vie de la maison sont fortement valorisés. Cela leur permet de sortir d’une routine tout en proposant un ancrage rassurant et structurant.

22La métaphore de la famille et celle de la maison reviennent souvent pour exprimer l’attachement au lieu. « La Mozaïk, c’est comme la maison d’un ami, comme une nouvelle famille », nous dit Vincento. Gabriela : « Avec mon ami, quand on parle de nos projets du jour, on se dit parfois ‘ah, je vais à ma deuxième maison !’ et on vient à la Mozaïk. » Le fait de participer à l’une ou l’autre des activités proposées par la maison est souvent vécu comme un objectif motivant, que la visée soit formatrice, occupationnelle ou relationnelle. Gabriela : « Maintenant je me dis, il y a le cours de français, maintenant je dois y aller, c’est comme une motivation. »

23Pour Alexandro, rencontrer des personnes dans des situations similaires permet d’échanger des informations et constitue une communauté de destins : « La Mozaïk t’offre pas de permis ni de travail, c’est le plus important pourtant pour être intégré, mais elle peut permettre d’autres choses très importantes aussi pour les étrangers, comme l’échange entre les gens qui ont les mêmes problèmes. […] Et on rencontre des gens qui connaissent des combines… »

24Il est frappant que les usagers latino-américains ne fassent souvent aucun lien entre l’Espace-Hommes et l’Association Appartenances. Soit ils ne connaissent pas l’existence d’Appartenances, soit ils n’en ont qu’une vision floue et parcellaire. Beaucoup ne pensent pas qu’il s’agit de la même structure associative. En 2004, seulement 2 % des participants aux cours de français venant d’Amérique latine avaient été orientés par un autre secteur d’Appartenances.

Motivations et ressources

25Sur la base de la partie descriptive qui précède, nous nous proposons de présenter quelques pistes d’interprétation des motivations sous-jacentes à la participation des Latino-Américains aux activités de l’Espace-Hommes, et d’identifier quelques ressources qu’ils mobilisent. Selon la théorie de l’agir communicationnel à laquelle nous nous référons (Habermas, Ferry, et Schlegel, 1987), les logiques motivationnelles des acteurs ne reposent pas que sur des logiques objectives mais également normatives du fait des contraintes sociales et subjectives dans le sens où se joue toujours également l’image donnée de soi-même.

  • 8 Sa structure, son organisation, ainsi que les activités proposées ont en effet été pensées en vue (...)

26Nous intéresser aux ressources des Latino-Américains à l’Espace-Hommes, c’est d’une part les reconnaître comme des acteurs et d’autre part investiguer le rôle de l’Espace-Hommes dans une terminologie qui lui est propre8. Nous nous référons à la notion de ressources psychosociales (Cesari Lusso, 2000) articulant des dispositions internes et externes de manière contextuelle. C’est l’exigence des situations rencontrées et des défis à relever qui en sollicite l’émergence.

27L’Espace-Hommes peut constituer une ressource pour les usagers selon leurs horizons d’attentes (Jauss, 1987). Nous considérons ainsi L’Espace-Hommes, sans jugement aucun, comme utile pour certains Latino-Américains et inutile pour d’autres, sur la base des différentes attentes investies.

28D’après nos observations et les témoignages des Latino-Américains, nous proposons de distinguer schématiquement trois types de motivations correspondant empiriquement à trois formes d’horizons d’attentes en rapport avec le degré de participation à la vie de l’espace.

29Le premier type de motivations observé auprès des usagers est caractérisé par le désir de participer à la gestion du projet, des activités et d’accéder aux ressources matérielles et logistiques de l’Espace-Hommes. Il s’inscrit dans la continuité historique d’un espace autogéré dans lequel certains Latino-Américains avaient un rôle à jouer. Ces attentes propres au public le moins précarisé de l’Espace-Hommes sont structurées par des finalités socio-objectives (Filliettaz, 2002), bien que la part subjective propre à la mise en scène des personnes impliquées (Goffman, 1979) joue également de manière plus singulière. En conséquence aux changements institutionnels évoqués, ces attentes déçues ont cessé d’être manifestées parmi les usagers latino-américains présents. Ils se trouvent alors, vis-à-vis de l’Espace-Hommes, dans un horizon d’attentes nul. De façon plus extensive, il caractérise les Latino-Américains qui ne fréquentent pas ou plus la Mozaïk. Nombre d’entre eux manifestent, par leurs propos, un sentiment d’insatisfaction à l’égard de l’Espace-Hommes. Ils expriment des déceptions liées à la manière d’apprendre le français, la préférence accordée à d’autres groupes socioculturels, le manque d’orientation et d’informations concrètes. On observe souvent une surévaluation de l’offre mise à disposition. Ces personnes se tournent vers des associations répondant de manière plus ciblée à leurs problématiques spécifiques, telles que les œuvres d’entraide, certains collectifs ou associations pour les sans-papiers. C’est par exemple le cas d’Eduardo qui est membre actif du collectif des sans-papiers. Il y trouve une aide active en vue de régulariser sa situation et « un espace pour aider les autres personnes confrontées aux mêmes problèmes (que lui) ». Il désire apporter des réponses à la situation de personnes irrégulières en leur donnant une visibilité publique et un engagement politique. L’Espace-Hommes n’offre pas de réponses concrètes à ce genre de demandes et, pour un grand nombre de personnes dans le cas d’Eduardo, ne constitue nullement une ressource.

30Le second type de motivations est caractérisé par la recherche d’une activité ciblée comme le sont les cours de français et l’étaient les repas communautaires du mercredi soir ou le championnat de football. Indépendamment des formes de leur participation, ces usagers mettent à profit l’Espace-Hommes et ses diverses ressources en vue d’un processus d’autonomisation dans un champ d’activité bien circonscrit et fortement valorisé par eux.

31Il ne reste guère à l’Espace-Hommes que les participants aux cours de français qui correspondent à cet horizon d’attentes singulier, les autres groupes évoqués dans le texte n’ayant plus trouvé d’écho à leurs aspirations.

32Le cours de français a été renforcé ces dernières années, permettant à un nombre plus grand de participants d’y trouver leur compte. C’est l’intention d’apprendre le français dans des conditions appropriées qui détermine leur fréquentation. Les finalités sont ici aussi de nature avant tout socio-objective. Le rapport à l’activité des usagers y est nettement plus passif que pour les deux autres types de motivations, dans le sens où les ressources vont essentiellement de l’Espace-Hommes vers les destinataires. La majorité des participants latino-américains au cours de français ne s’investit d’ailleurs pas dans les autres activités du projet. Leur relation à l’équipe d’animation reste relativement distante.

  • 9 En règle générale, toute personne qui souhaite apprendre le français et qui se présente pour la pr (...)

33Nous distinguons trois types de ressources mobilisées à l’Espace-Hommes par ces usagers : sécurité et facilité d’accès, espace d’apprentissage et de formation, consolidation de l’identité. Situées hors de tout réseau officiel de prise en charge, ces personnes, dont un grand nombre sont d’origine latino-américaine, sont mises en marge de nombreuses structures destinées à l’apprentissage du français. La Mozaïk est perçue comme un lieu plus rassurant que bon nombre d’organisations para-étatiques ou étatiques, puisque les obstacles administratifs et le sentiment d’insécurité qu’elles génèrent rendent l’accès plus difficile aux personnes sans autorisation de séjour. Cela peut expliquer en partie leur attrait pour les cours de français de l’Espace-Hommes. Le fait qu’il n’y ait pas de délais d’attente avant de commencer un cours9 semble convenir particulièrement à une population assez « volatile » qui, de par sa situation précarisée, a moins de moyens pour se projeter dans l’avenir. A cela s’ajoutent la gratuité et l’anonymat des cours.

34En dehors d’une amélioration de la pratique orale et écrite du français, de meilleures capacités de communication permettent d’envisager une formation et le développement de compétences socioprofessionnelles. Ce point de fuite comme composante d’une perspective plus qu’incertaine joue tout de même parfois un rôle stabilisant à l’égard du projet migratoire, renforçant aussi le sentiment de dignité (Rothenbühler I., 2002).

35Il faut enfin considérer que la participation aux seules activités liées à l’apprentissage du français représente, en raison de la proportion très importante de personnes d’Amérique latine, la constitution d’une sorte de petite « communauté latino » qui, le temps d’un cours, permet l’émergence d’au moins trois appartenances communes : appartenance à une même identité géolinguistique, similitude des situations vécues (sans-papiers, précarité économique), et étudiants du cours de français (exclusivement ou presque). Comme beaucoup d’entre eux composent leur cercle de connaissances au travers de divers relais associatifs, communautaires ou familiaux, les cours de français sont un lieu d’affirmation et de renforcement des ces liens communautaires.

36Le troisième type de motivations, en opposition aux deux premiers, met d’abord en jeu la dimension sociosubjective de l’agir des Latino-Américains dans le cadre de l’Espace-Hommes. La constitution d’appartenances plurielles (Métraux, 2000), l’inscription dans une communauté interculturelle et une relation avec l’Espace-Hommes basée sur l’échange en sont les principaux ingrédients. En dehors des moments destinés aux cours de français, l’hétérogénéité linguistique et culturelle de la Mozaïk est nettement plus forte et exige des participants de se laisser saisir par l’altérité des autres participants présents, dans des interactions impliquant un nombre réduit de personnes.

37La configuration des activités qui les sous-tendent rend visible deux faits qui ressortent de manière saillante : les participants animés par le premier type de motivations ne trouvent pas l’espace pour exercer le pouvoir d’initiative correspondant aux ressources linguistiques, sociales et techniques dont ils disposent, recherchant des formes d’investissement caractérisées par le leadership et la visibilité sociale. Les participants animés par le second type de motivations cultivent une appartenance plus exclusive à des groupes centrés sur l’identité linguistique voire nationale et se retrouvent en petits groupes ou dans des associations latino-américaines.

38Il est tentant d’imaginer que les lieux remplissant des fonctions socioaffectives et identitaires pour les Latino-Américains sont nécessairement les associations nationales et continentales de Lausanne. Les entretiens ont révélé que leur réseau de sociabilité parfois très lacunaire est l’une des motivations à fréquenter l’Espace-Hommes. La ségrégation nationale vécue par certains dans l’une de leurs associations a été une motivation originelle à prendre part plus activement à la vie de l’Espace-Hommes.

39Ils contribuent à en régénérer le lien social en investissant la Mozaïk et ses activités avec des initiatives personnelles et une ouverture aux autres dans une perspective de réciprocité. Ces usagers sont caractérisés par un horizon d’attentes pluriel et différencié.

40Il est difficile d’évaluer précisément dans quelle mesure l’Espace-Hommes tend à développer les ressources de ces usagers « impliqués ». Il joue pour eux le rôle de communauté transitionnelle (Elghezouani, Conne et Vuilleumier, 2000 ; I. Rothenbühler, 2002) permettant le passage d’un monde hispanophone à un monde à la fois francophone et plurilingue, d’un espace privé connu à un espace public potentiellement anxiogène, d’un univers de valeurs et de significations familier à de nouvelles formes de socialisation secondaire (Dubar, 1999). Cette communauté est le lieu de la construction des ressources que ces personnes mobilisent afin de relever les multiples défis qui parsèment leur processus d’autonomisation. La reconnaissance sociale en est une et non des moindres, comme la capacité de s’adresser à des membres de la société d’accueil pour divers motifs et dans des langues secondes. Il ressort aussi des discours de ces personnes que la rencontre des usagers impliqués à l’Espace-Hommes est une préparation à la rencontre de personnes autochtones dans d’autres espaces moins sécurisants. Enfin, les liens basés sur la solidarité et la réciprocité (Rothenbühler N., 2004) permettent de trouver des réponses et des solutions à divers problèmes quotidiens au détour d’une conversation.

Conclusion

41Une question demeure, à laquelle nous n’avons que des hypothèses en guise de réponse : quels sont les facteurs qui mènent certains participants à valoriser la construction de liens en dehors des communautés d’origine et l’appartenance à une maison basée sur des appartenances plurielles (Métraux, 2000) ? L’ouverture à des personnes partageant des soucis et situations identiques et l’attrait pour la rencontre d’autres horizons culturels sont des aspects nécessaires mais nous pensons aussi qu’ils sont autant contextuels qu’intrinsèquement liés aux personnes. Nous sommes partagés entre deux pistes : on peut faire l’hypothèse que ces personnes ont été stimulées par l’expérience de migration à rechercher des liens avant tout avec des personnes hors de leur communauté linguistique et culturelle. Cette hypothèse contredirait la plupart des études sur les dynamiques identitaires des migrants montrant que cette ouverture survient en général après une première phase de stabilisation passant par une inscription dans la collectivité d’origine en exil. Ce serait rechercher la difficulté au détriment de la continuité et de la sécurité.

42Face à des personnes d’horizons culturels variés, avec lesquelles la communication n’est possible qu’en français, face aux animateurs, les usagers s’exposent à une menace identitaire extrême avec tout ce qu’elle peut impliquer de jugements, de sanctions, de pertes symboliques ou d’incompréhension. La piste privilégiée que nous proposons en guise d’hypothèse conclusive est d’un ordre inverse. Les personnes investies dans la construction de liens privilégiés avec l’Espace-Hommes sont souvent éloignées des associations latino-américaines, parfois situées en marge ou ayant peu de liens avec leur communauté.

43Certaines de ces personnes sont fortement désaffiliées et ne peuvent compter que sur un nombre très restreint de personnes. Elles disent aussi souvent ne pas se sentir à l’aise dans les associations latino-américaines, ne pas y être les bienvenues. L’Espace-Hommes offre peut-être à ces individus un espace de reconstruction sociale, psychique et identitaire et l’appartenance à une communauté qu’ils ne trouvent pas ailleurs. Ainsi, la constitution des identités plurielles ressortant fortement dans les discours sur les motivations à prendre part à la vie de l’Espace-Hommes s’opère peut-être en cours de route et parfois malgré la volonté des personnes, au fil du processus de socialisation vécu comme une succession de défis au sein de ce lieu a priori déconcertant.

44Les discours qu’elles tiennent sur l’ouverture, l’échange, l’interculturalité ne seraient alors pas nécessairement liés à des convictions mises en œuvre dans des choix rationnels mais plutôt le fruit d’une confrontation imprévisible au réel qui a sollicité le développement de nouvelles ressources. En émerge une capacité à vivre en situation d’étrangeté, par l’implication de soi dans des relations de don et de réciprocité. C’est sans doute dans ce registre que la spécificité de l’Espace-Hommes doit résider quant à l’accueil des migrants latino-américains à Lausanne.

45Cette tentative de rendre compte de façon systématique des motivations et des ressources à l’œuvre dans la participation des Latino-Américains à la vie d’un espace social interculturel est d’autant plus parcellaire qu’elle ne repose pas sur un dispositif de recherche empirique. Les catégories provisoires auxquelles nous aboutissons ne sont qu’une première ébauche qui reste à approfondir. Nous les proposons comme une amorce à la discussion sur le rôle des espaces socioculturels dans l’accueil des migrants latino-américains. De manière plus prosaïque, nous espérons également, par cet exercice, stimuler la réflexivité des praticiens confrontés à l’animation interculturelle et à l’accueil des migrants dans les divers services concernés. Enfin, nous souhaitons rendre hommage aux quelques personnes d’Amérique latine que nous connaissons et aux milliers que nous n’avons pas rencontrées, dont, pour certaines d’entre elles, le combat pour l’autonomie et la dignité est un labeur quotidien.

Bibliographie

Références

Berneker S., Conelli G. P. & Schmid Cuchet, S., « Les Espaces sociaux de l’association Appartenances-Vaud : un pont entre les personnes migrantes et la société d’accueil », in InterDialogos (1), 2004, p. 17-20.

Cesari Lusso, V., « Défis et ressources psychosociales dans les parcours de vie de jeunes migrants bien intégrés », in P. Centlivres & I. Girod (Eds.), Les défis migratoires : actes du colloque CLUSE Les défis migratoires à l’aube du troisième millénaire, Neuchâtel : Seismo, Ascagne, 2000, pp. 410-421.

Dubar, C., La socialisation : construction des identités sociales et professionnelles, Paris : Armand Colin, 1999.

Elghezouani, A., Conne, P., & Vuilleumier, L. « L’Espace-Hommes : une expérience d’intégration de migrants de la violence politique dans le tissu socio-urbain », in P. Centlivres & I. Girod (Eds.), Les défis migratoires : actes du colloque CLUSE Les défis migratoires à l’aube du troisième millénaire, Neuchâtel : Seismo, 2000, pp. 279-287.

Filliettaz, L., La parole en action : éléments de pragmatique psychosociale, Québec : Ed. Nota bene, 2002.

Goffman, E., La mise en scène de la vie quotidienne, Paris : Ed. de Minuit, 1979.

Habermas, J., Ferry, J.-M., & Schlegel, J.-L., Théorie de l’agir communicationnel, Paris : Fayard, 1987.

Jauss, H. R., Pour une esthétique de la réception (C. Maillard, Trans.), Paris : Gallimard, 1987.

Métraux, J.-C., « Le don au secours des appartenances plurielles », in P. Centlivres & I. Girod (Eds.), Les défis migratoires : actes du colloque CLUSE Les défis migratoires à l’aube du troisième millénaire, Neuchâtel : Seismo. 2000, pp. 457-464.

Rothenbühler, I., « Espace-Hommes. Une pédagogie du passage, du don et de la réciprocité », in E. Abdel-Sayed (Ed.), Regards croisés sur l’interculturalité. La pédagogie interculturelle en question, Chaumont : Initiales, 2002, pp. 79-92.

Rothenbühler, N., « La réciprocité comme mode relationnel au sein des espaces de rencontres », in InterDialogos, janvier 2004. pp. 3-6.

Valli, M., « Les migrants sans permis de séjour à Lausanne », Rapport non publié, Lausanne, 2003.

Notes

1 Tous les noms et les adjectifs relatifs à des personnes ou à des groupes s’entendent au masculin et au féminin.

2 La Mozaïk est le nom qui a été donné à la maison de l’Espace-Hommes à la suite de sa mise en conformité, le 18 octobre 2001.

3 SCRIS, Données du contrôle des habitants 2004, Population étrangère vivant à Lausanne.

4 Dossier de présentation de l’association – 2004

5 Nous employons le terme usager car c’est celui qui est utilisé par les animateurs de l’Espace-Hommes,

6 Les chiffres concernant l’Espace-Hommes sont tirés d’évaluations statistiques internes à l’association pour l’année 2004 principalement.

7 Certains entretiens ont été faits en espagnol, c’est une traduction libre de certains extraits de témoignages qui est donnée ici. Pour préserver l’anonymat des personnes, les prénoms ont été transformés. Il s’agit de participants réguliers résidant en Suisse depuis 1 à 7 ans.

8 Sa structure, son organisation, ainsi que les activités proposées ont en effet été pensées en vue de reconnaître, promouvoir et développer les ressources des migrants.

9 En règle générale, toute personne qui souhaite apprendre le français et qui se présente pour la première fois a la possibilité de suivre les cours le jour même.

Auteurs

Anthropologue. Il s’est spécialisé dans les domaines de la communication, de la violence, du racisme et de la médiation interculturelle. De 2003 à 2005, il a collaboré à deux projets de recherche dans le cadre du Forum suisse pour l’étude des migrations et de la population, portant l’un sur la médiation interculturelle dans les services publics et l’autre sur l’interaction et les compétences transculturelles en milieu hospitalier. Il intervient également, depuis 2003, comme formateur et thérapeute sociale

Titulaire d’une licence en sciences sociales. Elle est coordinatrice de l’insertion professionnelle au Repuis à Yverdon. Elle a contribué à la partie empirique de l’article sur La Mozaïk - Espace Hommes en menant des entretiens avec des personnes latino-américaines fréquentant ce lieu

Titulaire d’une licence en sciences sociales. Elle est socio-pédagogue au Repuis à Grandson. Elle s’intéresse à la pragmatique interculturelle dans les espaces d’accueil pour migrants

© Éditions ies, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540