Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La Suisse au rythme latino

 | 
Claudio Bolzman
, 
Myrian Carbajal
, 
Giuditta Mainardi

Partie II. Perspectives d’interventions dans les domaines du social et de la santé

Violences faites aux femmes : prévention auprès de la population latino-américaine à Genève

Maria Luiza Vasconcelos und Jacqueline de Puy

Volltext

Introduction

1Les groupes de défense des droits des femmes ont commencé à attirer l’attention sur la question des violences sexistes dès les années 1970. Auparavant, ces formes de violences étaient considérées comme des problèmes individuels sans liens entre eux. A partir de cette époque, le concept de violence faite aux femmes a été développé à l’instigation de ce mouvement social. Ce terme inclut le viol, l’agression sexuelle, les abus sexuels sur les enfants, le harcèlement sexuel, les mutilations sexuelles, la pornographie, l’exploitation sexuelle, le trafic des femmes et la violence domestique. Et surtout, un lien fut établi entre ces agressions, le statut subordonné et la discrimination des femmes sur le plan social. Les écrits féministes ont mis en évidence que de nombreuses sociétés ont des normes et structures qui légitiment ou s’abstiennent de condamner les agressions envers les femmes (Dobash et Dobash, 1984 ; Walker, 1979).

2Depuis une dizaine d’années, une attention croissante a été accordée à cette question en Suisse, tant sur le plan des recherches que des mesures de prévention et d’intervention (voir notamment Gillioz et al., 2003). Une étude récente menée en Suisse sous l’égide des Nations Unies a montré qu’au cours de sa vie, plus d’une femme sur trois (39,4 %) a subi une agression physique ou sexuelle commise par un homme, qui fait souvent partie de son entourage (partenaire, parent, collègue) (Killias, Simonin et De Puy, 2004). Sur le plan international, des évaluations ont montré que des efforts portant sur le long terme et des réponses coordonnées de plusieurs institutions sont les réponses les plus efficaces aux violences. Sur le plan judiciaire, les lois qui garantissent les droits des femmes, protègent les victimes et sanctionnent les violences sont essentielles. De plus, des efforts sur le plan de l’éducation doivent promouvoir l’autonomie des femmes, en s’adressant tant aux hommes qu’aux femmes, afin de changer les croyances et attitudes qui excusent les abus et perpétuent des « normes invisibles » (Heise et al., 1999).

3C’est plus récemment que la nécessité de mettre sur pied des actions préventives ciblées sur les populations migrantes s’est fait jour. En effet, il a été constaté dans des évaluations de campagnes de prévention de l’OFSP (l’Office fédéral de la santé publique), de manière générale, que l’accès des immigré-e-s aux services de santé est moins aisé que pour le reste de la population à cause de barrières linguistiques, de l’absence de permis de travail ou de contraintes économiques. Dans d’autres pays, notamment au Canada, des expériences prometteuses de prévention des violences faites aux femmes auprès des populations migrantes sont déjà menées depuis plusieurs années. Il s’est révélé essentiel d’impliquer des groupes et des personnes-clés de ces communautés dans des actions concertées de prévention. Les fournisseurs de services, pour leur part, doivent être éduqués à remettre en question leurs préjugés et stéréotypes (voir notamment Mc Leod et Shin, 1990).

4En Suisse, c’est principalement dans le domaine du VIH/sida que des actions de prévention dans le domaine de la santé publique ont été menées auprès de populations migrantes depuis les années 1990. Plus tard, des actions de promotion de la santé destinées à des populations immigrées, touchant à d’autres problématiques (grossesse, contraception, alimentation, etc.), ont été développées (Efionayi et al., 2001). Mais c’est tout dernièrement qu’une expérience-pilote menée à Genève a impliqué les populations de langue portugaise, albanaise et espagnole dans la prévention des violences faites aux femmes par le Service de promotion de l’égalité de ce canton. Les actions menées en collaboration avec des femmes et des hommes hispanophones, originaires d’Amérique latine sont relatées dans les lignes qui suivent. Mais auparavant, nous présentons une réflexion globale sur le double piège que peut représenter pour les femmes l’imbrication entre contexte migratoire et violences.

Les violences faites aux femmes dans un contexte migratoire

5Dans la relation de couple, la violence peut prendre des formes diverses, c’est-à-dire physique, psychologique, économique ou sexuelle. En général, ce sont les femmes qui subissent les formes de violences les plus graves de la part de leurs maris ou partenaires. Beaucoup de femmes victimes de violences de la part de leur conjoint attendent trop longtemps avant de reconnaître de quoi elles souffrent et de sortir de l’engrenage. Souvent, elles essaient d’excuser les actes violents de leurs maris/partenaires par l’alcool ou d’autres raisons, pensant qu’ils changeront. D’autres raisons qui empêchent bien des femmes de rompre le silence et de dénoncer leurs maris/partenaires peuvent être la peur de l’agresseur, le manque de ressources économiques, le manque de soutien dans la famille et l’entourage, le manque d’informations sur les institutions soutenant les victimes, la honte de dénoncer le comportement du conjoint et la peur de perdre les enfants. Ce sont les raisons principales pour lesquelles de nombreuses femmes restent pendant des années dans un cycle de violence.

6Le problème de la violence conjugale a tendance à s’aggraver dans un contexte migratoire. Les femmes sont confrontées à plusieurs facteurs de vulnérabilité, tels que la difficulté de parler la langue du pays d’accueil, la confrontation à un nouveau contexte socioculturel et l’éloignement de leur propre milieu familial et social. De leur côté, les hommes se voient également confrontés à un grand changement socioculturel, souvent dans le sens d’une perte de leur statut antérieur. Ce changement brusque peut provoquer chez les hommes une crise identitaire ou ébranler leur estime d’eux-mêmes ou leur conception de la masculinité, ce qui peut les amener à devenir violents envers leur épouse/partenaire ou leurs enfants quand ils cherchent à montrer leur pouvoir.

7Parmi les femmes victimes de violence, les migrantes ont plus de difficulté à chercher de l’aide, pour des raisons linguistiques ou parce qu’elles ne sont pas informées des ressources existantes dans le pays d’accueil. Des programmes individualisés de counselling peuvent entrer en conflit avec leurs valeurs. Elles peuvent croire que les actions ciblant uniquement les femmes aggravent les tensions et discordes dans la famille et la communauté. Elles ont besoin d’une orientation pratique pour pouvoir s’adresser aux structures d’aide aux victimes de violence conjugale et sexuelle. Mais c’est au niveau des collectivités immigrées qu’il importe également d’adopter des moyens visibles d’appui aux femmes maltraitées. En effet, dans un tel contexte, un agresseur aura l’impression que sa communauté ne tolère pas ses gestes violents, et la femme maltraitée se sentira plus forte de savoir qu’elle peut obtenir de l’aide dans son propre milieu. Les membres de la communauté se sentiront encouragés à adopter de nouvelles attitudes et de nouveaux comportements. Des approches participatives offrent les moyens de remettre en question les dynamiques du pouvoir qui favorisent les violences faites aux femmes, tout en respectant les valeurs de ces groupes sociaux (Mc Leod, 1994).

8Comme le remarque Marcelo Valli (2003, p. 17), la population latino-américaine a commencé à arriver en Suisse en grand nombre à partir de la deuxième moitié des années 1990. En général, ce sont les femmes qui arrivent les premières, sans autorisation de séjour ni de travail. Elles trouvent des emplois essentiellement dans le secteur domestique : travaux ménagers, garde d’enfants et de personnes âgées. Une fois établies, elles font venir les autres membres de la famille. Un bon nombre de ces femmes sont mariées et font venir leur conjoint et/ou leurs enfants. Celles qui sont séparées ou célibataires subviennent aux besoins de leurs familles en envoyant de l’argent à leur pays d’origine. Ces migrant-e-s sont principalement originaires du Pérou, de la Colombie, du Brésil, de l’Equateur et de la Bolivie. L’absence de statut légal augmente la précarité et la vulnérabilité des femmes de cette population lorsqu’elles subissent des violences. Elles craignent que les autorités ne les remarquent.

Historique du projet

9La campagne de prévention des violences faites aux femmes auprès de la population latino-américaine menée à Genève fait partie d’un projet plus large de prévention des violences conjugales et sexuelles faites aux femmes migrantes, qui a ciblé également la population portugaise et celle de culture albanaise résidant à Genève. Ces trois populations ont été choisies à cause de leur importante présence dans le canton.

10Ce projet a été mené par le Service pour la promotion de l’égalité (SPPE) en collaboration avec l’Unité de médecine des voyages et des migrations des hôpitaux universitaires de Genève. Il a été financé par le Fonds de prévention de la violence du canton de Genève et s’est déroulé d’octobre 2002 à mai 2004. Après la phase de préparation, la première campagne a démarré par la population portugaise (la plus nombreuse à Genève) qui a eu lieu d’octobre à décembre 2003. Les deux autres campagnes ont été réalisées simultanément de mi-janvier à mi-avril 2004.

11Une des grandes préoccupations de ce projet était de ne pas stigmatiser les populations étrangères comme étant spécifiquement violentes, car la violence faite aux femmes n’a pas de frontières. L’OMS constate dans son rapport mondial sur la violence et la santé que « la violence exercée par le partenaire intime existe dans tous les groupes sociaux, économiques, religieux et culturels. Il arrive que les femmes soient violentes dans leurs relations avec les hommes, et les relations homosexuelles ne sont pas exemptes de violence, mais dans l’immense majorité des cas, ce sont des femmes qui sont victimes de violence de la part de leur partenaire masculin » (OMS, 2002, p. 99).

12Prenant en considération l’asymétrie qui existe dans les relations hommes-femmes, la priorité a été donnée à une approche de cette problématique du point de vue de la femme, tout en cherchant à intégrer les hommes aux activités des campagnes de prévention.

13Un grand travail de sensibilisation a été fait auprès des autorités politiques genevoises, des autorités diplomatiques des pays concernés par le projet présenté à Genève ainsi que des Eglises et de leurs propres réseaux associatifs. Les professionnel-le-s des services et associations qui s’occupent de la violence et de la migration dans le canton ont été consulté-e-s, et leurs remarques et suggestions ont été prises en considération pour élaborer le concept des campagnes.

14Il est important de remarquer qu’il y a eu, en 1997, une campagne au niveau national intitulé « Halte à la violence contre les femmes dans le couple ». En effet, selon les observations faites par des institutions qui s’occupent de l’information et de l’accueil des femmes victimes de violences, les femmes d’origine étrangère ont été peu touchées par cette campagne. C’est cette constatation qui a justifié une campagne axée spécifiquement sur les populations migrantes, prenant en compte la langue et les conditions socioculturelles des trois populations choisies. A notre connaissance, cette campagne de prévention des violences faites aux femmes migrantes à Genève est la première en Suisse.

15Les objectifs les plus importants ont été :

  1. informer les membres des communautés étrangères les plus importantes en nombre, dans leur propre langue, sur les violences à l’égard des femmes ;
  2. transmettre le message que la violence à l’égard des femmes est inacceptable ;
  3. encourager les victimes à sortir du silence et à chercher de l’aide ;
  4. sensibiliser les agresseurs à la nécessité de stopper la violence et les informer qu’il y a des lieux de traitement pour les hommes violents et des sanctions pour les auteurs de ces violences ;
  5. intégrer les associations et centres culturels des migrant-e-s dans cette campagne.

16Nous avons décidé de nous focaliser ici sur la campagne menée auprès de la communauté latino-américaine.

A l’écoute des femmes et des hommes de la communauté latino-américaine

17Afin d’adapter la campagne aux besoins de cette population, c’est-à-dire connaître ses réalités, ses points de vue et ses expériences en termes de violences faites aux femmes, la méthode focus group ainsi que des entretiens individuels ont été utilisés. Deux focus groups de dix personnes ont été réalisés, un pour les hommes, l’autre pour les femmes. Il est ressorti dans les deux groupes que la violence faite aux femmes était très présente dans leur entourage, non seulement parmi des connaissances ayant un conjoint de même nationalité, mais également parmi celles qui se sont mises en ménage à Genève. Les principaux obstacles à la dénonciation des violences subies étaient la peur d’être renvoyé-e-s du pays et le manque de connaissance du réseau d’aide aux victimes de violence existant dans le canton. Plusieurs cas graves d’abus ont été mis en évidence lors de ces réunions et dans les entretiens individuels, ce qui a confirmé le bien-fondé de la campagne.

Les principaux outils pour la prévention : deux brochures

18A partir du contenu des focus groups, deux brochures ont été rédigées en espagnol dans un langage clair. L’une traitait de la violence conjugale et expliquait diverses situations de violences relatives à la violence physique, psychologique, sexuelle et économique. L’autre traitait des violences sexuelles et expliquait le harcèlement sexuel au travail, le viol, les abus sexuels. Dans les deux brochures, des arguments encourageaient les victimes à briser le silence et à chercher de l’aide. Il y figurait une liste des adresses des principaux services, associations, syndicats, etc. qui pouvaient fournir un appui aux victimes de violence dans le canton.

19Les services et associations genevoises spécialisés dans la prévention de la violence ou destinés aux migrant-e-s ainsi que les syndicats travaillant sur le harcèlement sexuel ont été informés de la campagne et ont reçu des brochures.

Travail de proximité des médiatrices culturelles

  • 1 A cet égard Denise Efionayi et al. (2001 : 6) explique les différences possibles dans le terme gén (...)

20Cette campagne reposait également sur le travail des « promotrices de prévention »1. Le rôle principal des deux promotrices latino-américaines engagées dans la campagne était de faire le lien entre leur communauté et les services d’aide de Genève. Elles étaient des personnes de référence et constituaient une ressource auprès des hispanophones, et le contact avec les femmes de leur propre communauté était privilégié. La principale tâche des promotrices était de faire passer le message de la campagne à l’aide des deux brochures intitulées : « La violence est inacceptable. Violence conjugale : que faire ? » et « La violence est inacceptable. Violences sexuelles : que faire ? ». Une autre de leurs tâches consistait à montrer qu’il existe des alternatives à la violence. Il est important de souligner que les promotrices n’étaient pas supposées prendre en charge les personnes qui avaient besoin d’aide. Elles pouvaient toutefois offrir une première écoute et les informer, les encourager à avoir recours à des professionnel-le-s spécialisé-e-s. Le travail de proximité des promotrices s’est avéré être la grande force de cette campagne. Elles n’ont ménagé ni leur temps ni leurs efforts pour diffuser les brochures, pour expliquer les objectifs du projet et sensibiliser l’ensemble de leur communauté aux problèmes des violences faites aux femmes. Les brochures ont été très efficaces en tant que support pour des discussions dans leur travail de proximité avec les personnes de leur communauté et en tant qu’outil d’information et de prévention.

Activités réalisées dans le cadre de la campagne

21Les associations et les Eglises ont été des partenaires très actives dans cette campagne. Celle-ci a été lancée le 17 janvier 2004 au Palladium, lieu privilégié pour les fêtes latino-américaines. Cet événement a vu la participation d’un représentant de la ville de Genève, d’un prêtre, d’une pasteure et de quatre représentantes des communautés latino-américaines, qui ont affirmé publiquement leur engagement contre la violence à l’égard des femmes. Plusieurs groupes folkloriques ont contribué à cette soirée par un apport culturel fort bien accueilli par les personnes présentes, dont le nombre dépassait largement cinq cents.

22Les promotrices de prévention ont été présentes dans une grande diversité de lieux et d’organisations fréquentés par des Latino-Américain-e-s. Elles se sont également investies dans des lieux plus informels : épiceries de produits latino-américains ; centres de vente de cartes téléphoniques et d’envoi d’argent en Amérique latine ; fêtes latino-américaines. A ce propos, signalons que certains DJs ont joué le jeu en passant un morceau intitulé Ahora puedes hablar mujer (Maintenant tu peux parler, femme) composé spécialement pour la campagne par le groupe Katunga y firma show. C’est un des exemples de la participation des hommes latino-américains à la campagne.

23Le documentaire Clandestines réalisé par Temps Présent (TSR) a été projeté, suivi d’un débat avec une juriste et un psychologue latino-américain-e-s spécialisé-e-s sur le thème de la campagne. Le film Mes enfants auront ce que je n’ai pas eu, en espagnol, a également été projeté et a aussi été suivi d’un débat. Deux interviews des promotrices ont été diffusées par Radio-Cité dans le cadre du programme latino-américain Arco Iris. Enfin, deux ateliers de théâtre dirigés par une comédienne péruvienne ont été organisés à l’intention de femmes latino-américaines, afin de travailler l’estime de soi, de les sensibiliser aux violences faites aux femmes et de les amener à découvrir leurs propres ressources pour faire face à des situations difficiles. Cette dernière action a rencontré un vif succès.

Conclusions

24Au terme de cette expérience, plusieurs remarques générales peuvent être faites. Tout d’abord, cette campagne a été réalisée avec des moyens financiers très modestes. Néanmoins, les actions menées ont eu une bonne répercussion auprès de la communauté latino-américaine, justement parce qu’elles s’appuyaient sur une approche participative, impliquant les personnes concernées dans la conception des messages et leur mode de transmission, valorisant les ressources et la motivation des migrant-e-s. En ce sens, la campagne s’inscrit pleinement dans une approche de promotion de la santé au sens de la Charte d’Ottawa.

25De bonnes perspectives s’ouvrent quant à la durabilité des actions entamées. Même si les promotrices n’étaient plus rémunérées à la fin du projet, elles sont restées actives dans la prévention des violences faite aux femmes, l’une en tant que bénévole et l’autre en intégrant ses connaissances en matière de violence en tant qu’animatrice des permanences volantes d’aide aux femmes latino-américaines mises sur pied par l’entraide protestante suisse (EPER), et en tant que médiatrice culturelle pour la prévention du sida au sein de sa communauté, dans le cadre du projet « Parcs » du Groupe Sida Genève. Les brochures qui ont servi de support pour la campagne pourront continuer à être utilisées par les services et associations d’aide aux victimes des violences ou aux migrant-e-s. Le concept de ce projet pourra être adapté dans d’autres cantons suisses, par le biais des bureaux de l’égalité ou des services et associations qui travaillent avec des migrant-e-s. Il sera toutefois essentiel, à Genève et ailleurs, que des services, institutions et associations bien implantés inscrivent la prévention des violences faites aux femmes dans leurs programmes d’action, faute de quoi les collaborations bénévoles risqueront de s’épuiser.

26Les conceptrices de la campagne ont été attentives à ce qu’une vision stéréotypée des migrant-e-s soit évitée. En effet, si l’on veut tenir compte des diversités et des appartenances multiples au sein de chaque nationalité, il faut considérer les communautés migrantes comme hétérogènes. Par exemple, le fait de trop se centrer sur des spécificités culturelles peut mener à des préjugés et des discriminations (Sancar-Flückiger, 1997). En matière de violences faites aux femmes en particulier, il convient d’insister sur le caractère universel de ce phénomène, même si les violences peuvent prendre des formes particulières dans différents milieux socioculturels (voir De Puy, 1997).

27Enfin, il existe une certaine tension entre des approches intégratives (destinées à l’ensemble de la population) et spécifiques (ciblées sur les migrant-e-s). Dans leur rapport d’évaluation du Programme migration, Efionayi et ses collègues (2001) préconisent une complémentarité entre ces deux approches. Une autre étude précise cependant qu’une action communautaire devrait avoir un caractère transitoire, visant l’intégration de l’ensemble de la population dans les structures (Chimienti et al., 1991, p. 78). Par ailleurs, le risque de renforcer l’exclusion des migrant-e-s a été relevé. A cet égard, la coordination d’une telle campagne avec les structures existantes en matière de prévention des violences et de promotion de la santé ou des droits humains apparaît comme essentielle (Phinney et de Hovre, 2003).

  • 2 Cette expression est empruntée à l’article de Mc Leod et Shin (1990).

28C’est dans cet esprit que, dès le début du projet, un groupe de pilotage représentant divers services et institutions œuvrant auprès des populations migrantes a été mis en place. Non seulement les conseils et orientations prodigués par ses membres ont été fort utiles au projet, mais il se pourrait bien que le projet ait à son tour été bénéfique à ces différents partenaires, en les amenant à concevoir des réponses coordonnées aux situations de violences relatées par les femmes migrantes. Car il est important qu’elles ne se sentent plus « isolées, apeurées et oubliées »2.

Literaturverzeichnis

Références

Amnesty International, Mettre fin à la violence contre les femmes. Un combat pour aujourd’hui, Paris : Amnesty International, 2004.

Chimienti, M., Cattacin, S., en collaboration avec Efionayi, D. Niederberger, M. et Losa S., Migration et santé : priorité d’une stratégie d’intervention, Neuchâtel : Forum suisse pour l’étude des migrations, 2001.

De Puy, J., « Violences conjugales : un problème d’interculturalité ? » In : Béday-Hauser, P. et Bolzman, C., (direction), On est né quelque part mais on peut vivre ailleurs. Familles, migrations, cultures et travail social, Genève, les Editions IES, 1997, p. 185-198.

Dobash, R. E., et Dobash, R. P., «The nature and antecedent of violent events», in British Journal of Criminology, 24, 1984, p. 269-288.

Efionayi, D., Chimienti, M., Losa, S. et Cattacin, S., Evaluation du programme global « migration et santé » de l’Office fédéral de la santé publique. Etude mandatée par l’Office fédéral de la santé publique, Neuchâtel, Forum suisse pour l’étude des migrations, 2001.

Gillioz, L., Gramoni, R., Margairaz, Ch. & Fry, C., « Voir et agir. Responsabilités des professionnel-le-s de la santé en matière de violence à l’égard des femmes », Genève, Cahiers Médico-Sociaux/Editions Médecine et Hygiène, 2003.

Heise, L., Ellsberg, M. et Gottemoeller, M., Ending Violence Against Women. Population Reports, Baltimore, John Hopkins University School of Public Health (Series L, N° 11), 1999.

Killias, M., Simonin, M. et De Puy, J., «Violence experienced by women in Switzerland over their lifespan.» Results of the International Violence Against Women Survey (IVAWS), Berne, Ed. Stämpfli et Cie, 2004.

Mc Leod, L., Progrès réalisés dans la prévention de la violence envers les femmes : profil d’aujourd’hui et esquisse de demain, Ottawa, Ministre des approvisionnements et services, 1994.

Mc Leod, L. et Shin, M., Isolées, apeurées et oubliées : les services aux immigrantes et aux réfugiées qui sont battues : besoins et réalités, Ottawa, Centre national d’information sur la violence dans la famille. Division de la prévention de la violence familiale, Santé et Bien-être social, Canada, 1990.

OMS, Rapport mondial sur la violence et la santé, Genève, Organisation mondiale de la santé, 2002.

Walker, L. E., The battered woman. New York, Harper & Row, 1979.

Phinney, A. et de Hovre, S., «Integrating human rights and public relation to prevent interpersonal violence» in Health and human rights 6 (2), Boston, Harvard school of public health, 2003, p. 65-87.

Sancar-Flückiger, A., « La famille turque : un exemple des risques et enjeux de la « culturalisation » des familles immigrées », in Béday-Hauser, P. et Bolzman, C., On est né quelque part mais on peut vivre ailleurs. Familles, migrations, cultures et travail social, Genève, les Editions IES, 1997, p. 395-416.

UNIFEM, Las mujeres contra la violencia. Rompiendo el silencio. Reflexiones sobre la experiencia en América Latina y el Caribe, New Cork, El Fondo de desarrollo de las Naciones Unidas para la mujer, 1997.

Valli, M., Les migrants sans permis de séjour à Lausanne. Rapport rédigé à la demande de la Municipalité de Lausanne, Lausanne, 2003. (Polycopié)

Anmerkungen

1 A cet égard Denise Efionayi et al. (2001 : 6) explique les différences possibles dans le terme générique de médiateur-trice-s culturel-le-s : « Promoteurs de santé : nous appelons ainsi les personnes sans qualification requise dans le domaine du social, de la santé ou de la formation. […] Les promoteurs de santé sont généralement issus des communautés mêmes dans lesquelles les informations sont induites, selon le principe de l’effet boule-de-neige. En principe, ce sont des bénévoles, susceptibles d’engagements ponctuels rémunérés. Multiplicateurs : cette appellation couvre les personnes possédant des qualifications dans le domaine du social, de la santé ou de la formation. […] Cette catégorie de personnes ne provient pas forcément de la communauté dans laquelle elle travaille, mais la connaît très bien. Facilitateurs : Il s’agit de personnes qui ont une position clef dans la communauté et qui facilitent le contact avec (le projet) ou qui, dans certains cas, accomplissent seules des actions préventives (ex. : consul, journaliste). Elles sont en général issues de la communauté même ».

2 Cette expression est empruntée à l’article de Mc Leod et Shin (1990).

Autoren

Sociologue, DEA en sociologie à l’Université de Genève. Chargée de projet au Service pour la promotion de l’égalité entre homme et femme du canton de Genève, elle s’est spécialisée dans les domaines de la violence faite aux femmes et de la migration

Sociologue. Elle est co-auteure de plusieurs études portant sur les violences faites aux femmes en Suisse, ainsi que d’un programme de prévention des violences destiné aux adolescent-e-s intitulé « Sortir ensemble est se respecter ». Elle est actuellement responsable de projets de recherche et développement à Institut suisse de pédagogie pour la formation professionnelle (ISPFP) à Lausanne

© Éditions ies, 2007

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540