Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Suisse au rythme latino

 | 
Claudio Bolzman
, 
Myrian Carbajal
, 
Giuditta Mainardi

Partie II. Perspectives d’interventions dans les domaines du social et de la santé

Quand ce n’est pas le moment : les interruptions de grossesse chez les femmes latino-américaines

Myrian Carbajal

Texte intégral

Introduction

  • 2 Cette recherche s’est déroulée entre août 2003 et août 2004. Le public cible concerne l’Afrique Su (...)

1L’analyse des statistiques vaudoises sur l’interruption volontaire de grossesse (IG) met en évidence le fait que les femmes d’origine étrangère recourent davantage à l’IG que les Suissesses. Le taux de recours en 2002 s’élevait ainsi à 16,9 IG pour 1 000 femmes étrangères contre 5,7 IG pour 1 000 femmes suisses (Balthasar, Spencer et al. 2003, p. 646). Dans ce cadre, la fondation PROFA, spécialiste du domaine de la santé sexuelle et reproductive (SSR), a été mandatée par la Commission cantonale de prévention du Service de la santé publique du canton de Vaud pour réaliser un projet pilote dénommé « Amélioration de l’information et de l’accessibilité à la contraception auprès des femmes migrantes ». Cet article se base ainsi sur les principaux résultats de la partie de recherche de ce projet2.

2Pour nombre de femmes en provenance des pays du Sud, l’accès à la santé sexuelle et reproductive est loin de représenter une priorité. Elles se retrouvent en effet, pour la plupart d’entre elles, dans des situations économiques et/ou statutaires précaires, leur vie quotidienne étant ainsi dominée par les soucis du présent (« vivre au jour le jour » – Carbajal, 2004, pp. 176-181). Par ailleurs, les normes et valeurs sociétales liées à la socialisation déterminent des lieux et des comportements propres au genre masculin d’une part (espace public/travail rémunéré, représentation du foyer à l’extérieur, etc. et des caractéristiques telles que l’autorité, la force, la direction, etc.) et au genre féminin, d’autre part (espace privé/la reproduction, l’éducation des enfants, etc. et des caractéristiques comme la compréhension, le sacrifice, la tendresse, etc.). La femme, à qui l’on attribue des caractéristiques comme l’abnégation, privilégie d’ailleurs les besoins des autres au détriment des siens.

  • 3 Pour la région de l’Amérique du Sud et de l’Amérique centrale, le taux de recours à l’IG pour 1 00 (...)
  • 4 Cette femme étant mariée à un Suisse, elle dispose de plus de ressources sur le plan de la stabili (...)
  • 5 Un grand merci à Maria Demierre qui a motivé la participation des femmes à notre étude. En tant qu (...)

3Afin de mieux comprendre la thématique de l’IG au sein de la population latino-américaine (LA)3, il était nécessaire de se pencher sur les données statistiques existantes et de les approfondir par le biais d’une approche qualitative. La présente enquête conserve donc un caractère exploratoire, c’est-à-dire qu’elle cherche à se familiariser avec un phénomène peu traité à partir d’une démarche inductive. Deux focus groups ont ainsi été mis en œuvre, avec une participation moyenne de 8 femmes, avec ou sans enfants, âgées de 19 à 40 ans. Une moitié de ces femmes, qui proviennent d’une couche sociale moyenne/basse, possédait une formation supérieure (traductrice, sage-femme, secrétaire, etc.) et une autre une formation relevant de l’école secondaire. Nous avons également réalisé 6 entretiens individuels de femmes âgées de 21 à 31 ans provenant majoritairement d’une couche sociale défavorisée et avec un niveau d’éducation relevant de l’école secondaire, ayant des enfants en vie et s’étant retrouvées au moins une fois face à une grossesse non désirée (voir annexes). Ces femmes, venues en Suisse avec un projet économique (Carbajal, 2004, pp. 134-136), ne possèdent toutefois pas de permis de séjour (à l’exception de l’une d’entre elles4). Elles ont eu recours à une IG au CHUV (Centre hospitalier universitaire vaudois) dans une période allant d’une semaine à un mois avant la réalisation de l’entretien. D’autres ont décidé de poursuivre leur grossesse. Les entretiens ont été réalisés hors du cadre hospitalier et grâce à une première sensibilisation de Maria Demierre, conseillère en planning familial (PF) à la maternité du CHUV5.

4Par une approche collective, il nous importait d’identifier les représentations sociales de la maternité, des relations hommes-femmes et des méthodes contraceptives (MC). Par l’approche individuelle d’autre part, nous avons voulu saisir le vécu de ces femmes face à l’éventualité et/ou la réalisation d’une IG. Cet article rend ainsi compte des aspects mentionnés ci-dessus.

Rapport à la contraception

  • 6 Le total des femmes ayant eu recours à une IG durant cette même période correspondait à 244. Un ti (...)
  • 7 Les tableaux suivants ont été élaborés sur la base des statistiques fournies par Anne-Lise Tombez, (...)

5Contrairement aux idées reçues, les études réalisées en Suisse démontrent que la plupart des femmes ayant réalisé des IG utilisaient une MC. L’étude de Perrin (2002, p. 258-259) réalisée à partir d’un échantillon de 103 femmes ayant fait une IG par aspiration ou curetage entre 1997 et 2000 à la maternité des Hôpitaux universitaire de Genève (HUG)6, relève ainsi que plus de la moitié de ces femmes utilisaient des méthodes hormonales ou des préservatifs, qu’un tiers ne se protégeait pas du tout et qu’un dixième de ces femmes recouraient à des méthodes aléatoires (abstention périodique, coït interrompu, spermicide). Selon les statistiques du Centre de PF de Renens7 concernant les demandes d’IG des femmes latino-américaines sans-papiers (44 % de l’ensemble des requêtes en 2003, à savoir 24 cas), un tiers de ces femmes ne s’étaient pas protégées, 25 % d’entre elles se basaient sur des méthodes aléatoires (coït interrompu, calcul, allaitement) et 42 % utilisaient le préservatif (dont 16.6 % une combinaison entre préservatif et calcul).

  • 8 Ces statistiques correspondent aux demandes et non aux IG réellement pratiquées. Selon Addor et al (...)

Tableau 1 : Dernière méthode de contraception chez les femmes latino-américaines sans-papiers demandant8 une IG (Centre PF Renens, 2003)

Méthode contraceptive

Nombre

%

Condom

6

25

Condom et calcul

4

16.6

Rien

8

33.3

Coït interrompu, calcul, allaitement

6

25

TOTAL

24

100

6En partant de la situation inverse, le projet pilote du Département de Médecine Communautaire – HUG, réalisé auprès de femmes sans-papiers poursuivant leur grossesse, révèle que parmi les 45 femmes (dont 78 % étaient originaires de l’Amérique latine) reçues en consultation sage-femme entre octobre à décembre 2002, 91 % d’entre elles étaient tombées enceintes de manière accidentelle. Parmi ces dernières, 80 % n’avaient pas du tout utilisé de contraception et 20 % en prenaient de manière inefficace (mauvaise gestion de la pilule 6 % et méthode du calendrier 14 %) (Walder et Wolff, 2003, p. 9). Quelle que soit l’ampleur du phénomène ici postulé, la question de la contraception s’impose. Or, les statistiques mentionnées ci-dessus suggèrent l’absence d’une protection adéquate. Qu’en est-il alors du rapport à la contraception des femmes interviewées dans le cadre de cette étude ?

7« J’ai utilisé le préservatif… le stérilet et comme j’ai une infection assez grave, j’ai changé après avec le rythme et c’est là où je suis tombée enceinte », « J’ai utilisé la pilule, l’injection mensuelle, le stérilet et la pilule. Quand j’ai fini le cycle de la pilule, j’ai décidé de ne plus continuer parce que j’avais fini avec mon mari mais après on a fini par rester ensemble. On se protégeait avec le préservatif mais cela n’a pas marché. », « J’utilisais la pilule mais je n’ai pas l’habitude de la prendre : soit je l’oubliais souvent ou soit je ne la prenais pas à la même heure. C’est pour cela qu’on a arrêté et commencé avec les préservatifs », « Je me suis protégée avec la pilule mais cela n’a pas marché. Les quatre premiers mois tout marchait bien mais le dernier mois j’avais des pertes de sang ou je vomissais. J’ai changé trois fois la pilule et je ne m’habituais pas. Je suis tombée enceinte le jour où j’avais vomi la pilule », « On m’a changé le stérilet quand je suis allée dans mon pays, cela faisait deux ans que je l’avais. On m’a toujours dit que la ‘T’ est 100 % sûre, mais maintenant avec ce qui m’est arrivé… », « Je ne les connais pas… non, je n’ai jamais utilisé une contraception… »

8A partir de l’analyse des entretiens individuels, il ressort que la plupart des femmes connaissaient plus d’une MC, qu’elles les avaient utilisées au moins une fois dans leur vie et que leur grossesse était survenue en raison de mauvaises utilisations des MC. Il découle également de ces entretiens qu’à l’exception d’une seule d’entre elles, c’est un manque de continuité dans l’utilisation de MC et le passage d’une méthode à l’autre qui caractérise le parcours des femmes interviewées.

9Nous pouvons ainsi distinguer deux attitudes vis-à-vis de la contraception allant, pour une grande partie de notre échantillon, de l’utilisation d’une MC régulière ou discontinue à une minorité qui ne l’a jamais utilisée. Or, ces deux tendances paraissent correspondre à des moments différents de la vie de ces femmes. Si les récits de femmes interviewées dans le groupe majoritaire retracent un premier moment de leur vie reproductive caractérisé par la non-utilisation d’une MC, ce premier temps est suivi d’un deuxième, caractérisé par l’adhésion à une MC et finalement par des moments marqués par la discontinuité et le changement de méthode.

Contraception : continuité et discontinuité

10« J’ai eu cinq enfants, mais mes projets étaient différents, mes projets étaient d’avoir trois enfants, mais ce sont les circonstances… » Pour toutes les femmes interviewées, le début de leur vie sexuelle ne s’est pas accompagné de l’utilisation d’une MC et l’arrivée du premier enfant tient aux « circonstances ». L’enfant, considéré comme un « don de Dieu », ne relève pas d’une planification du couple dans laquelle l’utilisation ou la non-utilisation de MC définirait son arrivée. « Non, je n’utilisais pas de MC. Je n’avais pas pensé à la possibilité de tomber enceinte, j’étais très jeune ». Lors de réunions de groupe, le concept de parentalité responsable (défini par les participantes comme un état de maturité physique, psychologique et sociale) était confronté à la réalité : « Tout ça est très idéal, si je devais penser à tout cela, cela serait très difficile d’avoir des enfants et c’est pour cela que dans les sociétés comme celles-ci, les personnes n’ont pas d’enfants ». La réalité est donc inverse : l’état de maturité (physique, psychologique et sociale) nécessaire pour devenir père ou mère est acquis seulement après l’arrivée de l’enfant. Autrement dit, c’est en devenant père ou mère que les personnes mûrissent : « La plupart ont des enfants et après elle/il doit apprendre tout cela : la responsabilité, à travailler, à aimer, à vouloir s’en sortir. C’est par le fait d’avoir un enfant qu’on apprend. Si moi j’ai appris tout cela, c’est avec mon fils mais pas parce que j’étais consciente au moment d’être avec mon partenaire, cela était après », « Ce sont les enfants qui font mûrir la femme. Quand l’enfant arrive, c’est là où les ressources se développent ». L’utilisation d’une MC, telle que le témoignage de ces femmes le met en évidence, vient souvent après la naissance du premier (voire du deuxième ou même du troisième) enfant.

11Or, si nous regardons les statistiques suivantes et isolons la variable « enfants » (femmes ayant des enfants versus celles qui n’en ont pas), nous observons que dans le premier groupe, une expérience contraceptive est bien présente (tableau 3), alors qu’elle se révèle inexistante dans la plupart des cas pour le deuxième groupe (tableau 2).

Tableau 2 : Demande d’IG chez les femmes latino-américaines sans-papiers qui n’ont pas d’enfants (Centre de PF Renens, 2003)

Tableau 2 : Demande d’IG chez les femmes latino-américaines sans-papiers qui n’ont pas d’enfants (Centre de PF Renens, 2003)

Tableau 3 : Demande d’IG chez les femmes latino-américaines sans-papiers ayant des enfants (Centre de PF Renens, 2003)

Tableau 3 : Demande d’IG chez les femmes latino-américaines sans-papiers ayant des enfants (Centre de PF Renens, 2003)

C : célibataire
M : mariée
S : séparée
DIU : dispositif intra-utérin
En gras : femmes ayant fait une, deux ou trois IG avant

12Dans les pays du Nord, la séparation entre activité sexuelle procréative et activité sexuelle non procréative commence à se réaliser à partir de la fin des années 1960. Permise par la diffusion massive de méthodes contraceptives, cette distinction s’opère également en raison de la transformation, dans un contexte marqué par l’influence décroissante de la religion, des rapports de genre et des attitudes à l’égard de la sexualité. Dans ces conditions, le propre de la sexualité ordinaire est d’être inféconde. La fécondité est pensée comme un projet personnel accompagné d’une préparation et d’une réflexion : « … le passage à une sexualité à but de procréation est le fruit d’une décision négociée entre partenaires, à l’issue de laquelle la protection contraceptive est temporairement suspendue » (Bozon, 2002, p. 33). Dans de nombreux pays du Sud en revanche, la sexualité est caractérisée par la fécondité. La contraception n’est utilisée qu’après une ou plusieurs naissances, alors que la stérilisation fait office de manière relativement précoce de contraception d’arrêt (Bozon, 2002, pp. 32-35).

13La décision d’utiliser une MC n’est pas simple à prendre et elle ne se pose pas qu’une seule fois (cf. tableau 3, colonnes expérience et dernière contraception). Les choix d’un contraceptif ainsi que les épisodes de discontinuité et/ou de changement de méthode sont en plus entourés de méfiances, de peurs et de méconnaissances : « Je suis méfiante quant aux MC parce que je ne les connais pas, jusqu’à maintenant je n’ai utilisé que la pilule et le stérilet », « Je pense que j’ai entendu parler du rythme, mais je ne sais pas exactement comment cela fonctionne », « Je ne sais pas si mon partenaire sait utiliser le préservatif, avec moi il ne l’a jamais utilisé », « Je ne connais pas beaucoup, on dit qu’il a la forme d’un ‘T’. Certaines disent que même si elles se protégeaient, elles sont tombées enceintes, j’ai entendu aussi que c’est comme un fer qui sort collé à l’enfant quand on ne s’aperçoit pas », « Ah, l’injection je ne sais pas, j’ai très peur de me faire des piqûres ».

  • 9 Voir à cet égard le travail de Fontana, E., Communauté portugaise et interruption de grossesse : u (...)

14Dans la mesure où une MC permet d’avoir des relations sexuelles sans procréation, elle introduit une séparation entre la pratique d’une sexualité à but reproductive et celle d’une sexualité à but non reproductive. Le fait d’interrompre la contraception (discontinuité) peut être le fruit d’une décision entre partenaires (désir d’avoir un enfant) ou, comme nous le verrons par la suite, le résultat de la volonté de la femme face à une relation de couple instable qu’elle envisage d’arrêter. Cette discontinuité peut être aussi liée aux changements induits par la migration (un nouveau fonctionnement du système sanitaire auquel il faut s’adapter, une approche des MC différente de celle du pays d’origine – souvent dans leurs pays, celles-ci sont subventionnées par l’Etat et distribuées en pharmacie, alors qu’en Suisse elles sont plus chères et il est nécessaire de disposer d’ordonnances médicales pour se les procurer9 – et un nouveau statut légal de la personne dans le pays d’immigration : précarité, peur, instabilité des conditions de vie, soucis et préoccupations liés à la survie). Mais la discontinuité peut être également liée aux MC mêmes : échec, expériences négatives, non-adaptation au rythme de vie (vomissement, oublis) ou à l’état de santé de la femme, au manque de connaissances sur le fonctionnement de certaines méthodes, sur la gamme existante, sur l’utilisation correcte et les éventuels effets secondaires : « J’avais le stérilet et c’est vrai que j’avais plus de taches au visage que maintenant », « J’ai utilisé l’injection parce que je voulais gagner du poids, j’ai entendu que quelqu’un avait pris du poids et moi je me l’ai fait mettre mais c’était horrible pour moi, j’avais des coliques très fortes », « Je me méfie par exemple de cette méthode qu’on dit qu’on te met dans le bras, normalement le sang doit sortir et si cela reste… », « Je ne connais pas non plus la pilule d’urgence… alors elle va nettoyer ce qui est resté ? ».

  • 10 Ce qui n’impliquerait pas forcément l’utilisation d’une MC (voir point IV de cet article).

15Pour les femmes ayant subi une IG, c’est une remise en question de la MC utilisée précédemment qui prend le dessus, accompagnée de l’acceptation du besoin d’une MC afin d’éviter une grossesse non désirée10 : « Je suis tout à fait d’accord avec les MC, c’est beaucoup mieux que tuer un enfant. Même si j’ai toujours le doute que la méthode va échouer », « Je veux avoir confiance en quelque chose qui aille bien parce que je ne veux pas faire un autre avortement, je veux faire attention », « Je pense que c’est mieux de se protéger que de regretter de faire quelque chose qu’on n’aurait pas voulu faire ».

Notions et conséquences d’une idéologie machiste-patriarcale

Maternité et paternité

16La séparation entre espace public masculin et espace privé féminin (propre à l’idéologie patriarcale dominante en Amérique latine) attribue des caractéristiques propres à chaque genre : la force et la responsabilité pour l’homme, la honte sexuelle pour la femme (Fuller, 1993, pp. 32-35). Deux figures en ressortent, celles du « machisme » et du « marianisme ». Le concept de « machisme » en Amérique latine consiste à obliger la femme – et pas seulement la femme « officielle » – à avoir beaucoup d’enfants. De plus, l’homme abandonne leur charge à la femme. A la différence du patriarcat, le macho n’endosse ainsi pas la responsabilité de son enfant et il peut même ne pas reconnaître ses descendants (Sara-Lafosse, 1998, p. 107).

17Dans le discours des femmes ayant participé aux focus groups, l’homme est souvent absent au moment d’assumer la responsabilité de l’enfant : « Quand la femme tombe enceinte, l’homme laisse toute la responsabilité à la femme ». Ces femmes perçoivent les hommes comme des « machos » qui peuvent aller se saouler, sortir avec des amis, aller danser, etc. Infidèles par nature, autoritaires, ces hommes considèrent la femme comme un objet sexuel : « pour moi ce que l’homme cherche chez une femme c’est qu’elle soit seulement quelque chose pour lui et que personne d’autre puisse la toucher, la voir ou l’exposer ». A l’exception de cas peu nombreux, les hommes sont généralement vus comme de grands égoïstes (« lui, lui et toujours lui, seulement quand il voulait avoir du sexe il s’approchait vers moi ») qui exigent beaucoup, mais qui ne donnent rien : « ils pensent jamais qu’ils doivent donner », « L’homme veut trouver beaucoup de choses chez la femme mais il exige beaucoup et donne très peu ».

18A l’opposé du machisme, nous retrouvons le concept complexe de « marianisme » associé à la Vierge Marie et qui suppose l’existence de certaines caractéristiques de la femme comme par exemple l’idée de sa supériorité morale, l’hyper affirmation de la maternité, le refus de la sexualité et l’esprit de sacrifice (Fuller, 1993, p. 37). D’un côté, la sexualité de l’homme n’est pas « domesticable » et ce dernier doit affirmer sa virilité au travers de multiples et différents rapports sexuels et du contrôle de la sexualité des femmes et de leur capacité reproductive. D’autre part, moralement supérieures aux hommes, les femmes sont souvent considérées comme chastes, d’où l’importance de la virginité (« la virginité est importante en tout cas dans mon pays. Moi, j’ai eu l’illusion de me marier en blanc mais parce que je le mérite et pas pour garder les apparences »). D’ailleurs, les femmes vivant librement leur sexualité sont assimilées au chaos et au danger (la femme vierge, la mère en opposition à la séductrice, la prostituée) (Fuller, 1993, p. 33) : « Les hommes ne sont pas fidèles parce qu’ils aiment les femmes », « Mais les femmes aiment aussi les hommes mais nous, nous avons plus de respect pour nos enfants, pour notre maison, pour notre éducation et nous nous abstenons aux choses mais eux, ils ne s’abstiennent pas. La femme est le centre du foyer. »

19Dans ce cadre, la paternité apparaît comme un élément central de l’identité masculine (Fuller, 1993, p. 32) et la maternité représente le moyen le plus efficace pour que les femmes acquièrent le statut d’adulte et pour qu’elles empruntent le chemin le plus légitime vers une reconnaissance sociale (Fuller, 1993, p. 204-213). La maternité constitue une valeur très importante : « Avoir un enfant est le plus sacré et le plus beau dans la vie », « Je me sens très heureuse et très épanouie d’être mère », « Les enfants sont une partie de soi-même. Le fait d’être mère est l’amour dans sa plus grande expression. » D’ailleurs, la non-maternité est perçue comme étant une limitation à l’épanouissement féminin : « Cela doit être très fort et terrible pour une femme. J’imagine que sentir quelqu’un dedans soi est quelque chose de divin ».

Contraception : opposition et méconnaissance

20Dans ces conditions, il n’est donc pas étonnant de retrouver une opposition de principe à la contraception. Possédant une supériorité morale, les femmes ne sont pas censées dépasser le cadre de la chasteté et ce sont celles qui vivent librement leur sexualité qui auraient recours à une MC. L’utilisation d’une MC se voit ainsi associée à la prostitution : « Il y a le sentiment de honte surtout si on est célibataire. On pense que si une femme célibataire va se protéger c’est parce qu’elle va être avec différents hommes ».

21En outre, dans la mesure où la plupart des MC agissent sur la physiologie féminine (pilule, DIU, stérilisation féminine) et comme la contraception relève du contrôle de la femme, les hommes ne pourraient plus surveiller la sexualité de leur femme. L’utilisation d’une MC est ainsi associée à l’infidélité : « Je prenais les pilules en cachette parce que mon mari ne voulait pas que je les prenne et il les jetait dès qu’il les voyait », « Mon mari n’était jamais d’accord que j’utilise une contraception, il me disait ‘tu veux me tromper ou quoi ?’ ». A cet égard, les enfants peuvent représenter une manière de retenir les femmes à la maison et de prévenir le fait que d’autres hommes les approchent : « Il voulait m’avoir là, dominée, avec les enfants pour que je ne puisse rien faire ».

22La sexualité apparaît comme un tabou entouré de mystères et d’images liés à la honte et au péché : « Dans notre pays, l’éducation sexuelle n’a rien à voir avec la réalité », « c’est vrai qu’on a entendu parler des MC mais ce sont des infos incomplètes… ». Cette lacune dans l’information a pour conséquence la méconnaissance, la méfiance et/ou l’imagination faussée des effets secondaires ainsi que la généralisation des rumeurs et des mauvaises expériences vécues par d’autres. Des images collectives associées à la sexualité ont des influences directes sur les comportements des personnes : celles-ci se verront contraintes à rechercher par elles-mêmes de l’information. Il n’est en effet pas naturel de poser des questions à ce propos, d’aller dans un centre de PF – surtout si la personne est célibataire – ou encore de lire ouvertement un ouvrage sur le sujet. En tant que femme, il ne paraît pas plus normal de parler du et/ou de négocier le port du préservatif : « Dans mon pays, on n’en parle pas de ces sujets, moi-même je peux dire que j’ai appris avec mon expérience et en regardant mon cas, j’ai essayé de m’informer », « Je n’ose pas parler avec mon fils sur le sujet, la seule chose que je lui dis est de faire attention ». Dans ce contexte, la source principale d’information est le réseau des pairs, c’est-à-dire les amies. Ce réseau informel joue ainsi un rôle important dans la manière dont les femmes comprennent le fonctionnement des MC.

Une affaire de femmes

23Le modèle traditionnel de la masculinité débouche sur une distribution inégale de la responsabilité contraceptive. La contraception appartient au monde des femmes (choix de la méthode et gestion au quotidien) : « Ce sont les femmes les plus responsables parce que les hommes ne veulent pas se protéger alors c’est mieux que la femme prenne ces responsabilités », « Ce sont les femmes qui doivent être informées sur les moyens qui existent parce que même en cachette on peut se protéger ». Les hommes « ne s’intéressent pas à cela ».

24L’analyse statistique de l’utilisation de MC utilisées dans leur pays d’origine par des femmes latino-américaines mariées et âgées de 15 à 49 ans (chiffres de 1990-2001) relève que la régulation de la fécondité se réalise principalement au travers de méthodes féminines (la ligature, les MC orales et les dispositifs intra-utérins étant les plus utilisés) : 46 % de MC féminines contre 16 % de méthodes qui impliquent la participation de l’homme (coït interrompu, abstinence périodique, préservatif, vasectomie) (Population Reports, 2003, p. 10). Selon ces mêmes statistiques, si la MC la plus utilisée en Amérique latine est la ligature (40 % des femmes mariées au Brésil, 27 % en Colombie, 23 % en Equateur), l’utilisation du préservatif ne concerne que 3 % des couples mariés en Bolivie, 4 % au Brésil, 6 % en Colombie, 3 % en Equateur et 6 % au Pérou. Pour sa part, la vasectomie concerne 0 % des couples mariés pour la Bolivie et l’Equateur, 1 % pour la Colombie et le Pérou et 3 % au Brésil. D’après l’étude de Givaudan et al. (2000, p. 66), les hommes mexicains opposés à la vasectomie craignent la critique de leurs amis, famille et connaissances et ils croient que cette opération affecte la virilité et diminue le plaisir sexuel. De plus, ils sont en général contre l’idée que les hommes devraient s’impliquer dans la contraception.

L’utilisation du préservatif et les risques liés aux infections sexuellement transmissibles (IST)

25Si nous considérons les chiffres donnés auparavant sur le port du préservatif, les représentations stéréotypées de genre sur l’infidélité masculine et les constatations découlant des récits de vie de femmes interviewées – où trois partenaires hommes sur six avaient des relations hors du couple (voir tableaux 4 et 5) – des risques latents d’IST sont bien présents.

26Par ailleurs, en se basant sur les constatations de Perrin (2002, p. 259), une fois encore des risques d’IST peuvent être importants : « [Suite à une IG] le préservatif est le grand perdant de ces changements et les moyens permettant aux femmes de contrôler elles-mêmes la contraception, les grands gagnants. Si les femmes ne veulent plus se retrouver enceintes, elles semblent avoir oublié la protection contre les MST et le SIDA… »

27Dans la mesure où la sexualité de l’homme n’est pas « domesticable », ses comportements relèvent de l’impulsion du moment, ce qui tient hors de sa portée les mesures de précaution (Pantelides et al., 2000, p. 135) : « ils n’aiment pas le préservatif ». L’utilisation du préservatif rencontre des réticences non seulement du côté des hommes, mais également de celui des femmes : parce que le préservatif est associé à la diminution du plaisir (« les femmes n’aiment pas non plus le préservatif, elles disent que ce n’est pas la même chose, qu’elles ne sentent pas beaucoup »), aux relations occasionnelles (« Je n’ai jamais utilisé le préservatif, je pense qu’aucun homme n’aime l’utiliser sauf dans une relation de passage. Le mieux c’est de le faire naturellement et pas avec le condom ») ou aux IST (« cet homme qui veut mettre le préservatif pense peut-être que j’ai le sida »).

28Dans cette optique, la non-utilisation se présente comme un signe de confiance dans la relation : « Je pense que quand on est sûr de la personne, on n’a pas besoin de l’utiliser. Le préservatif s’utilise dans une relation d’une nuit et si je ne connais pas mon partenaire, je dois l’utiliser mais si je me sens sûre de lui et si lui se sent sûr de moi, pourquoi l’utiliser ? ». Par contre, l’utilisation du préservatif place les couples constitués de partenaires stables devant de possibles tensions (« la femme va penser qu’il la trahit, qu’il a commencé à l’utiliser avec une autre personne et maintenant, il veut l’utiliser avec elle »). Reste à savoir si la confiance offerte par les femmes est respectée par les hommes : « A la fin, il faut être sûre avec quel homme on est. Bof, moi j’étais sûre de mon mari mais seulement après quelques années j’ai su qu’il avait déjà été marié et qu’il avait aussi d’autres enfants », « Moi, je ne savais pas que lui avait une autre femme, il a été avec moi en même temps ». En outre, même si les femmes peuvent être conscientes des risques d’IST, il faut encore qu’elles demandent à leur partenaire d’utiliser un préservatif, ce qui s’avère particulièrement difficile (en sachant que les hommes refusent généralement la contraception, qu’ils se veulent normalement à l’origine de ce type d’initiatives et que cela provoque des tensions au sein du couple – cf. sexualité liée au tabou, à la femme dangereuse). A cet égard, la volonté de l’homme peut se révéler prédominante : « Dans nos pays, la femme doit toujours être disponible quand l’homme a besoin, même si elle reste avec l’idée qu’elle doit s’abstenir pour ne pas avoir plus d’enfants ».

29Une étude sur les comportements à risque parmi des femmes mexicaines d’une zone rurale mariées à des travailleurs migrants aux Etats-Unis (Salgado de Snyder et al., 1996, p. 140) suggère ainsi que celles-ci ont des rapports sexuels non protégés avec leurs maris qui leur rendent visite une fois par année. Or, ces derniers tendent à mener une double vie sur le plan sexuel en fréquentant des prostituées aux Etats-Unis. Même si un tiers des femmes pensent aux risques liés au sida, la plupart d’entre elles n’utilisent pas de préservatifs et ne l’achèteraient pas, malgré le fait qu’elles sont conscientes de la fonction préventive du condom et de la possibilité de s’en procurer en pharmacie. Ces femmes se sentiraient de toute façon incapables de refuser ou de négocier les requêtes sexuelles de leurs maris, car elles considèrent le fait de plaire à leurs maris comme leur principale obligation de femme, surtout s’ils s’absentent pour de longues périodes afin de travailler et de leur envoyer de l’argent.

La décision : interrompre une grossesse

30Dans un contexte où la fertilité et la procréation sont associées au féminin, où la maternité est fortement valorisée et où la religion catholique est hautement présente, l’IG apparaît comme un crime et un péché, car le fœtus est considéré comme une vie humaine. Comme la maternité est vue comme une bénédiction, interrompre une grossesse signifie en plus bafouer cette bénédiction (« je pense que l’avortement ne doit pas exister ») sauf dans des cas exceptionnels : « Par exemple il y a des femmes qui ont été violées. Dans ce cas, elle a été forcée et elle n’est pas responsable de son acte », « Je pense que c’est nécessaire quand il y a des maladies graves », « Par exemple quand il faut choisir entre la vie du bébé ou la vie de la mère et que celle-ci a déjà d’autres enfants, dans ce cas je suis d’accord avec l’avortement parce qu’il est préférable que la mère vive afin de garder ses autres enfants et ne pas laisser plus d’orphelins ».

31Même si le fait d’avoir un enfant sans être mariée constitue un motif de sanction sociale (l’idéal étant de conserver sa virginité jusqu’au mariage), il est quand même préférable de terminer sa grossesse : « il y a des mariages avec cinq ou six enfants où la mère est restée seule et c’est elle qui s’en est sortie avec ses enfants et elle n’a pas besoin d’un homme », « Je pense que le seul fait d’accepter avoir un enfant dans ces conditions est suffisant pour que Dieu prenne en main cette situation. On ne peut pas se sentir abandonnée quand on fait confiance à Dieu ». L’IG est ainsi cataloguée comme un manque de responsabilité de la part de la femme (ce qui va à l’encontre de l’image féminine idéale) par le fait de ne pas avoir bien réfléchi aux conséquences de rapports sexuels et/ou par le fait de commettre l’acte de l’IG : « la femme doit bien réfléchir avant d’avoir la relation sexuelle », « Je pense que dans tous les cas la femme doit être très, très responsable au moment de la relation sexuelle et elle doit considérer une possible grossesse et c’est pour cela que je ne suis pas d’accord avec un avortement parce que celui-ci est un manque de responsabilité ».

32Quoi qu’il en soit, le fait d’interrompre une grossesse signifie aller à l’encontre des valeurs de la maternité, de la vie et de la responsabilité féminine. Par leur décision d’IG, ces femmes brisent ces valeurs, normes et traditions. Bien évidemment, ce type de rupture n’est pas facile à gérer et il s’accompagne souvent de conflits et de sentiments de culpabilité.

Entre les logiques rationnelles et émotionnelles

33Une grossesse non planifiée vient altérer la « normalité » et la routine de la vie quotidienne d’une femme (« alors je m’étais dit ‘qu’est-ce que je vais faire ?’ parce que je n’ai jamais voulu avoir d’enfants à part celui que j’ai déjà »). Il s’agit d’un événement qui, d’une certaine manière, remet en question le cadre et le contexte d’action des personnes. En tant qu’événement inattendu, il se révèle donc déstabilisant. Mais que faire lorsqu’une grossesse non planifiée survient ? Le fait de prendre une décision constitue un moment qui génère également une remise en question sur le plan personnel (qu’en est-il de mes envies, de mes projets futurs, de mes valeurs ?), au niveau du couple (mon partenaire va-t-il prendre ses responsabilités, est-il prêt à s’engager ?), sur le plan familial (que vont dire mes parents, les ai-je déçus ?) et au niveau social (que penseront les autres de moi ?).

34En Suisse, où l’IG est autorisée, celle-ci doit être pratiquée au cours des douze semaines suivant le début des dernières règles (Code pénal Suisse, 2002). Les femmes se trouvant face au choix de garder ou d’interrompre leur grossesse doivent procéder aux démarches pertinentes dans ce délai cadre. Or, ce processus décisionnel relève d’une démarche rationnelle et de continuelle réflexion dans laquelle des arguments de tout ordre s’opposent. Il s’agit dès lors pour nous d’entrer dans la logique des acteurs sociaux afin de saisir et de comprendre les « bonnes raisons » sous-jacentes à leurs choix.

35La comparaison entre les récits de vie des femmes ayant décidé d’interrompre leur grossesse (4) et de celles ayant décidé de mener leur grossesse à terme (2) nous a permis d’identifier différentes logiques.

Même si l’enfant n’était pas planifié, les sentiments sont prioritaires : logique émotionnelle

36Cette logique correspond aux personnes qui, après avoir analysé la situation et tout en étant conscientes des possibles contraintes, décident de garder leur enfant. Loin de se confronter aux valeurs du groupe social en ce qui concerne la maternité et l’IG, ces personnes s’y adaptent au contraire et les suivent. Les conséquences qu’une IG peut entraîner sont ressenties comme fortement culpabilisantes : « Quelques personnes m’ont dit que c’est possible d’interrompre la grossesse mais pour moi faire cela est très difficile parce que je n’ai pas le courage d’arranger les choses si facilement. Je pense que je n’ai pas l’autorité pour décider qui vit ou qui meurt ».

37Ces personnes qui se trouvent dans des situations précaires (au niveau statutaire – « ici, tu n’es jamais tranquille parce que tu ne sais pas quand tu vas être contrôlée », économique – « la plupart du salaire c’est pour payer les factures, la location et tu ne peux pas épargner beaucoup ; avec deux enfants tu es au juste », de couple – « il dit qu’il va prendre la responsabilité mais je ne crois pas, il a une femme », etc.) et qui, disposant de peu de ressources, vivent dans l’incertitude par rapport à leur futur (« ici, c’est un futur incertain, tu dois vivre au jour le jour », « je ne peux pas imaginer mon futur, pour le moment, je suis ici et après je dois travailler ») décident quand même de poursuivre leur grossesse. Ce sont en fait l’envie d’avoir un enfant et/ou la peur de commettre un acte considéré comme un crime qui prédominent : « La Parole de Dieu dit qu’un jour nous devrions donner des comptes de tout ce qu’on a fait alors je m’étais dit ‘non, je vais pas interrompre la grossesse, si Dieu m’a donné un enfant, je ne peux pas le tuer’ ». Cette logique peut se résumer comme suit : « Malgré tout, je vais avoir l’enfant ».

Même si l’enfant n’était pas planifié, l’IG est planifiée : logique rationnelle

38Cette logique correspond aux personnes qui, après avoir analysé les différents avantages et obstacles décident de faire la demande d’une IG. Ces personnes se confrontent directement aux valeurs du groupe social et en assument, de manière individuelle, les conséquences (souvent) psychologiques – sentiments de culpabilité, trahison : « Pour moi, c’est très difficile, c’est quelque chose que je n’aurais jamais voulu faire », « Il y a seulement le père et moi qui savons ; comme je lui ai dit c’est un secret que nous allons emmener toute la vie », « Quand j’étais à l’hôpital on m’avait fait des examens et j’ai écouté le cœur, et je l’ai vu, c’est un enfant, c’est un enfant que je n’ai pas voulu avoir », « De toute façon c’est une vie, ce n’est pas sa faute ».

39Malgré ces sentiments de culpabilité, elles avancent des arguments mettant en évidence les conséquences négatives de l’arrivée d’un enfant dans leurs conditions de vie actuelles. Cette logique peut se résumer comme suit : « A cause de tout cela c’est mieux de ne pas avoir l’enfant ». Cette décision est chargée d’un sentiment de soulagement : « Peut-être je me sens en péché mais c’est clair que moi au plus profond de moi je me sens soulagée », « Oui, d’une part, j’ai peur mais d’autre part, je me sens plus tranquille », « Je ne sais pas si c’était le mieux mais pour moi, dans l’aspect personnel, je pense que c’était le mieux ».

40Selon les ressources à disposition et la capacité à les mobiliser, ces personnes peuvent se projeter dans le futur à court et à moyen terme. Qu’elles soient dans une étape de stabilisation de leurs conditions de vie (survie) ou qu’elles se trouvent dans un moment où la projection dans l’avenir se révèle possible (projet personnel), l’arrivée d’un enfant remet en question la possibilité d’accomplir le projet migratoire (économique dans une grande partie des cas, mais également projet d’études, de découverte, d’émancipation familiale, etc. – Carbajal, 2004, p. 134-140). A cet égard, deux tendances ont été identifiées :

  • Un nouvel enfant qui remet en question la survie : Pour ce groupe de personnes, ce sont plutôt les contraintes liées à la survie qui servent d’arguments de base pour décider de faire une IG. Ces éléments de l’ordre de la survie matérielle sont souvent en relation avec l’envie d’échapper à une relation de couple jugée étouffante (avoir un enfant crée plus de lien avec le partenaire ou plus d’emprise du partenaire sur la femme) : « … il s’agit de plusieurs aspects, tout d’abord, j’ai déjà trois enfants qui sont dans mon pays et avec la situation économique, il est difficile… et avec mon mari, nous avons des problèmes ».
    Dans ce groupe de personnes, la possibilité d’envisager des projets futurs est faible et ces derniers se limitent au travail et au souhait de rentrer ensuite dans leur pays d’origine. Les ressources restent minimes (suffisantes à la survie) et les énergies se centrent plutôt sur le présent : « Normalement, je ne m’imagine pas le futur. Des fois, quand j’y pense, j’aimerais être seule avec mes enfants mais… j’ai aussi des dettes dans mon pays et je dois les payer », « Mon futur est déjà détruit, j’aimerais avoir un foyer et un homme qui vaut la peine mais mon partenaire est marié, a un permis et me fait des menaces avec ma famille – toutes mes sœurs sont ici aussi de manière illégale, il me frappe et il entre quand il veut et il contrôle tout à la maison, il pense qu’il est mon propriétaire ».
  • Un nouvel enfant qui met en cause le projet personnel11 : Pour ce groupe de femmes, l’arrivée d’un enfant remet en question et bouscule le projet personnel. Elles possèdent des ressources en adéquation avec la réalisation d’un projet futur (épargne, bonnes connaissances du français, amis et/ou connaissances ayant une bonne situation, etc.). Des perspectives d’avenir sont donc présentes. Le projet peut être de trois ordres :
  • Etudes12 : « J’ai maintenant un projet d’études pour sept ans – pour faire le gymnase et l’université. C’est le fait que mes diplômes ne soient pas reconnus et la frustration de ne travailler que physiquement qui m’ont fait décider de reprendre les études. Quand j’ai su que j’étais enceinte et que j’ai reçu la réponse positive de l’école, j’ai décidé de ne pas continuer avec la grossesse mais la décision était très difficile parce que même si ce n’était pas planifié, il s’agissait d’une vie ».
  • Obtention d’un permis de séjour : « J’ai eu le courage de déposer la demande de régularisation parce que je ne veux pas vivre en attendant et ça fait un an que je lutte pour avoir une stabilité. Cette demande est en lien avec le fait d’avoir un seul enfant. Si maintenant j’ai un deuxième enfant, ils vont dire mais ‘cette femme à quoi elle a pensé au moment de tomber enceinte ? si elle sait bien que la situation en tant que mère célibataire est difficile, qu’est-ce qu’elle a eu dans la tête ?’ Si cette demande n’aboutit pas, j’irais en Espagne où il y a le père de mon fils et où il est plus facile d’avoir des papiers ».
  • Formation d’un couple stable : « Si j’avais eu l’enfant, j’aurais perdu toute possibilité de retourner avec le père de mon fils, lui, il n’allait pas m’accepter avec un autre enfant. Lui, il n’a pas encore fait sa vie et moi non plus, peut-être qu’il y a la possibilité de former un foyer », « J’ai déjà deux enfants et avoir un troisième d’un autre père, tu imagines ? ».

Le partenaire

41La décision d’une contraception post-IG ou à la naissance de l’enfant est influencée par différents facteurs liés à l’état de santé de la femme, à son âge, aux coûts, aux désirs/envies, aux expériences passées, aux recommandations du médecin gynécologue, de la conseillère, etc. Sans nier l’importance des facteurs qui gravitent autour du choix d’une MC post-IG, notre hypothèse est que la relation de couple, et plus précisément la manière dont ces femmes la perçoivent, joue un rôle essentiel dans le choix de la contraception. Si la relation est conçue par exemple comme provisoire, l’importance de la contraception est relativisée. Or, dans notre échantillon (femmes interviewées et tableau 4 – en gris), une grande partie des femmes se retrouvent dans des relations instables voire « provisoires ». Paradoxalement, ces femmes qui poursuivent de telles relations utilisent des méthodes aléatoires relevant en partie de la volonté de l’homme (coït interrompu, calcul, allaitement ou préservatif) ou se trouveront dépourvues d’une contraception efficace. Le caractère provisoire de la relation de couple et la méconnaissance de l’existence de la pilule d’urgence peuvent ainsi entraîner des IG à répétition. D’ailleurs, le nombre d’IG répétées au sein de ce groupe de femmes LA (sans distinction du permis de séjour) ayant demandé une IG représentait, en 2002, 23.6 % (Balthasar, Jeannin et al. 2003, p. 20) (voir également le tableau 4, caractères en noir qui indiquent les IG à répétition).

Tableau 4 : Dernière contraception et raison principale invoquée par les femmes LA sans-papiers ayant fait une demande d’IG – Centre de PF Renens, 2003

Tableau 4 : Dernière contraception et raison principale invoquée par les femmes LA sans-papiers ayant fait une demande d’IG – Centre de PF Renens, 2003
  • 13 Le type idéal est une construction abstraite nous permettant de mieux comprendre la réalité social (...)
  • 14 Notre objectif n’était pas d’établir de liens entre le type de couple et l’IG. Nous pensons plutôt (...)

42A partir des entretiens approfondis, quatre types13 de couples ont été identifiés en mettant en interaction trois critères : le lien dominant au sein de la relation, les caractéristiques actuelles et la perception par rapport à la projection du couple14 :

Tableau 5 : Type de couples

Type de Relation

Lien prédominant

Caractéristiques actuelles

Perception/Projection du couple

Amour-stabilité

Amour

- Dialogue
- Confiance
- Fidélité
- Engagement

Stabilité

Amitié-provisoire

Solitude, amitié, refuge

- Dialogue
- Confiance
- Fidélité conditionnée
- Non-engagement

Provisoire

Dépendance-provisoire

Dépendance
- matérielle et/ou
- statutaire et / ou
- par le mariage

- Incompréhension
- Méfiance
- Infidélité de la part du partenaire
- Désir du côté de la femme d’échapper ou de mettre fin à la relation et du côté de l’homme de continuer
- Menaces de la part du partenaire (concernant la police, enfants, etc.)

Provisoire

Flou-incertain

Flou, non clair

- Incompréhension
- Méfiance
- Infidélité
- Engagement médiocre : présent et absent

Incertain

Amour-stabilité

43Ce type de relation correspond au cas d’une personne interrogée. A la différence des autres personnes interviewées, celle-ci possédait des papiers et était mariée à un Suisse. Cette relation se caractérise par une certaine stabilité et c’est justement dans la mesure où cette relation est perçue comme stable que la femme assume une contraception à long terme (implant). Cela ne veut pas dire pour autant qu’un couple stable utiliserait toujours une MC à long terme : « J’ai connu mon mari dans mon pays d’origine et nous nous sommes mariés là-bas, c’est seulement après deux ans que nous sommes venus en Suisse. C’est vrai que lui est encore en formation et moi j’ai un travail très précaire mais on sait qu’on peut compter sur sa famille », « Dans mon cas, je pense que c’est l’amour qui nous unit et le fait d’avoir surmonté beaucoup de difficultés ensemble nous a unis plus. »

Amitié-provisoire

44Pour les femmes qui s’engagent dans ce type de relation, qui part d’un sentiment d’amitié à la base, c’est le sentiment de solitude et la quête d’un refuge qui motivent la formation du couple : « J’étais seule ici... le fait d’être seule et pour si longtemps ; je n’ai jamais pensé avoir une relation mais une femme a besoin d’affection et de l’amour de quelqu’un. »

45Il s’agit en quelque sorte de se « tenir compagnie » dans le présent tout en restant chacun libre de mettre un terme à la relation au cas où l’un des deux trouverait un partenaire. Dans cette optique, il n’y a pas d’engagement à long terme. Cette relation est marquée du sceau du provisoire, ce qui peut bien avoir des conséquences sur le choix de la contraception (injection, pilule) : « La conseillère m’a proposé le stérilet mais peut-être qu’après trois mois la relation finit et je ne veux donc pas me protéger pour cinq ans ; cette relation est d’aujourd’hui et moi quand je finirai avec cette relation je ne vais pas non plus aller avec quelqu’un d’autre… Comme lui, il habite chez moi, nous avons décidé que je continuerai à me protéger ».

46Toutefois, le fait d’avoir un enfant crée plus de liens et peut altérer le provisoire (cf. cas d’une des femmes qui décide de terminer sa grossesse). Il est également possible que la femme cherche à tester la nature de la relation à travers une grossesse. Il faut aussi considérer qu’au fond le sentiment de solitude (qui motive la formation du couple) n’est pas tout à fait déconnecté de l’espoir de former une relation stable : « Je m’étais dit je vais me donner une opportunité, mon fils s’est beaucoup habitué à lui... peut-être qu’une relation sérieuse pourrait se produire avec le temps… »

Dépendance-provisoire

47Ce type de relation se caractérise par une situation de dépendance. Elle peut être d’ordre matériel (dans le cas où c’est plutôt l’homme qui endosse la responsabilité matérielle, situation qui se complexifie encore lorsqu’il y a des enfants : « Je suis seule pour mes trois enfants et avec un autre enfant, c’est encore plus difficile »), statutaire (dans le cas où le partenaire possède des papiers et la femme non) ou de l’ordre d’une dépendance liée au fait d’être mariée (et que le mari exerce une pression : « Si on se sépare, il dit que pour de bon il m’aiderait avec les enfants mais qu’il ne le fera pas si on le force »).

  • 15 A noter que dans les mœurs de beaucoup de femmes latino-américaines, c’est le mariage qui détermin (...)

48La relation est perçue comme étant insupportable. C’est la violence physique ou la découverte de l’infidélité qui déclenche l’envie de la femme de s’échapper de cette relation. Toutefois, le partenaire lui fait ressentir cette situation de dépendance au travers de menaces (« Je veux rester tranquille, c’est pour cela que j’ai décidé de retourner dans mon pays mais lui, il ne le permet pas, il me fait des menaces »), de chantages et éventuellement de violences physiques (comme dans le cas de l’une de nos interviewées). C’est le sentiment de méfiance qui règne (« Il est marié et habite avec sa famille ; ça fait déjà cinq ans que j’attends qu’il se sépare », « Il a une autre femme, il le nie toujours et il dit que cela est déjà fini mais je ne le crois pas »). Cette situation met les femmes dans une situation d’incertitude par rapport à la manière de mettre fin à cette relation. Dans tous les cas cependant, la relation est perçue comme provisoire, même si elles ne savent pas encore clairement comment s’en sortir (« J’aimerais me séparer définitivement parce que je ne supporte plus cette situation », « Je veux vraiment me séparer mais il finit par me convaincre ; je lui ai dit de partir avec cette autre femme mais il ne veut pas, il me dit que je suis sa femme, la mère de ses enfants, que c’est moi qu’il aime »). Même si la femme décide de se séparer et qu’elle pense ne plus avoir besoin de contraception, la relation n’est pas entièrement finie et des risques de grossesses non désirées restent présents : « J’avais décidé de me séparer totalement de mon mari et j’avais juste fini le cycle de la pilule. Je me disais ‘maintenant je ne vais pas avoir de partenaire et je n’ai donc pas besoin de prendre la pilule’ mais il me suivait. On a continué à être ensemble mais on se protégeait avec le préservatif mais cela n’a pas fonctionné ». Elles choisissent « provisoirement » la pilule (méthode qu’elles peuvent arrêter quand elles le désirent) : « Pour l’instant je n’aimerais pas connaître une autre méthode parce je n’ai pas une relation qu’on peut nommer stable, je ne suis pas mariée. »15

Flou-incertain

49Ce type de relation correspond au cas d’une des personnes interrogées. Cette relation se caractérise par une présence fluctuante du partenaire (« il dit toujours qu’il va être là mais même s’il le dit, ce n’est pas comme ça, il y a des moments où il est là et il y a en d’autres où il n’est pas là »). Le partenaire, par ses actes (infidélité), fait de la relation une relation au caractère incertain. En effet, le partenaire mène une relation en parallèle : « lui, il était marié mais il était séparé pendant quelques années – non divorcé, lui, il a été avec une autre femme en même temps qu’avec moi et je ne savais pas. Avec cette autre femme, il a eu des rapports sexuels et elle est tombée enceinte mais elle a avorté. En ce qui concerne mon enfant, au début il a dit qu’il ne le voulait pas, mais maintenant il l’a accepté et il dit qu’il va le garder, mais je ne sais pas »). Le sentiment de méfiance règne ainsi dans cette relation : « Des fois, on pense que cela va être différemment mais après il montre un autre comportement. Ce qui me déçoit le plus c’est qu’il ne dit pas la vérité et qu’il invente des histoires, il y a toujours un peu de méfiance ». Aussi longtemps que la relation reste peu claire (« Il disait qu’il était confus, qu’il ne sait pas s’il veut rester avec moi ou avec elle »), la femme n’est pas prête à assumer une MC : « Après avoir eu ton enfant, est-ce que tu vas utiliser une MC ? Cela dépend de comment ma situation va se résoudre, si je vais être seule, je pense que je n’aurai pas besoin, mais si je forme un foyer, je pense que je dois me protéger ».

Conclusion

50Le fait de migrer implique non seulement des changements visibles au niveau des rôles attribués traditionnellement aux hommes (la production) et aux femmes (reproduction) : « Là-bas une femme est toujours dépendante, derrière un homme, ce qui n’est pas le cas ici où une femme est plus indépendante et elle se défend seule. On valorise plus la femme ici parce qu’elle travaille plus qu’un homme ». Des changements au niveau des conceptions et des perceptions sont en plus également repérables. La confrontation avec d’autres styles de vie permet une prise de distance, un regard critique et une relecture des modèles et normes appris : « Avant il était normal que l’homme ne fasse rien à la maison », « Ici, il se rend compte de la responsabilité des enfants, de la nourriture, du nettoyage, je pense qu’ils donnent plus d’importance à la planification familiale », « En Amérique latine, l’homme est le roi et la femme le permet car elle veut éviter que l’homme la quitte parce que c’est lui qui contribue financièrement ».

51Les propos des femmes laissent ainsi entrevoir un sentiment d’injustice quant aux relations homme-femme. Même si certaines d’entre elles adhèrent généralement à une vision de la femme où la valeur de la maternité est davantage valorisée, d’autres, tout en donnant de l’importance à la maternité, l’interprètent en revanche différemment et ce sont souvent celles qui ont décidé de faire une IG : « … et ce n’est pas pour moi… c’est pour l’enfant, quel avenir peut avoir un enfant si la mère n’a pas les moyens ni financiers ni affectifs pour lui donner un entourage approprié… cet enfant ne viendrait que pour souffrir ». Cette nouvelle lecture passe par un réaménagement du rôle de la religion. Celle-ci, tout en restant présente, acquiert pour ces femmes des connotations moins centrales : « Je pense qu’il y a deux ou trois ans, mes croyances religieuses auraient joué un rôle. Mais déjà par le fait d’avoir choisi de prendre la pilule, j’ai eu le sentiment d’avoir cassé ce cordon qui m’unissait avec les idéaux de ma famille. Quand je suis tombée enceinte et que je pouvais avoir l’enfant, cela était, d’une certaine manière, quelque chose contre mes principes religieux mais cela aurait été encore plus difficile et conflictuel avant », « déjà le fait d’être avec une personne avant de se marier est un péché mais on est humain. Je pense que mes principes sont présents mais c’est différent parce que maintenant je vois la vie différemment. »

52Certaines études (Bolzman, 1997 ; Carbajal, 2004) mettent en évidence l’évolution, dans la négociation des rôles familiaux, des couples migrants. Ces derniers, par la force des choses et/ou par une évolution des mœurs, doivent réaménager leurs rapports. Ce processus, plus ou moins rapide selon les caractéristiques et les ressources du couple, entraîne des conflits qui peuvent déboucher sur des séparations et/ou des divorces. Or, le fait de contester « l’ordre établi » entre les sexes n’est pas automatique : « La femme doit aussi accepter le nouvel équilibre des rôles parce que dans l’éducation de beaucoup d’entre elles, il n’est concevable qu’un homme se responsabilise des choses de la maison ». Dans le cadre de notre enquête, l’analyse du couple met en relief l’inégalité existante au sein du couple (infidélité masculine, menaces, violence, non-responsabilisation). Or, cette difficulté à négocier des relations plus équilibrées et égalitaires a des conséquences, au détriment des femmes, sur le plan de la SSR (santé sexuelle et reproductive : grossesses non désirées, risques d’IST).

53Le thème de la SSR soulève en conséquence d’importantes questions concernant non seulement les relations entre les sexes, mais également les images de la sexualité et les perceptions par rapport à la contraception. En outre, d’importantes questions concernant des inégalités sur le plan de l’accès aux services de SSR sont soulevées par les sans-papiers. Ceux-ci/celles-ci constituent un groupe particulièrement vulnérable et fragilisé au niveau de leurs conditions de vie (une vie marquée par le sceau de l’instabilité et de la peur), de l’accès aux différents services (où il faut faire preuve de débrouillardise), de priorités centrées sur le présent (et où l’anticipation n’est pas toujours évidente). Or, le caractère provisoire de leur séjour entraîne des relations de couple provisoires et celles-ci ne sont pas toujours accompagnées d’une protection adéquate.

54Comme indiqué dans l’introduction, cette étude fait partie d’un projet de recherche-intervention qui a pour but de prévenir les grossesses non désirées et les risques d’IST. Dès janvier 2005, plusieurs actions seront mises en œuvre. Citons les deux premières : la réalisation d’ateliers de sensibilisation et d’information en SSR (animés par une conseillère et une animatrice en éducation sexuelle) auprès de femmes et d’hommes migrant-e-s et la conception et la création d’un matériel d’information éducation et communication en SSR adapté aux caractéristiques, aux besoins et au contexte propre des migrant-e-s.

Bibliographie

Références

Addor, Véronique, Narring, Françoise et al., «Abortion trends 1990-1999 in a Swiss region and determinants of abortion recurrence», in Swiss Med weekly, 133, 2003, pp. 219-226.

Balthasar, Huges, Spencer, Brenda et al., « Les interruptions volontaires de grossesse dans le Canton de Vaud en 2002 », in Revue médicale de la Suisse romande, 124, 2004, pp. 645-648.

Balthasar, Huges, Jeannin, André et al., Demande d’Interruption volontaire de grossesse dans le Canton de Vaud – Analyse données 2002, Lausanne : IUMSP, décembre 2003.

Bolzman, Claudio, « Aux frontières du public et du privé : la négociation des rôles familiaux en situation d’exil. L’exemple des familles chiliennes », in Béday-Hauser, P. et Bolzman, C., On est né quelque part mais on peut vivre ailleurs. Familles, migrations et travail social, Genève : les Editions IES, pp. 79-98.

Bozon, Michel, Sociologie de la Sexualité, Paris : Editions Nathan, 2002.

Carbajal, Myrian, « Peru », in Ponzetti, James (s/s la dir. de), International Encyclopedia of Marriage and Family, New York : Macmillan Reference USA Thomson Gale, 2e édition, volume 3, 2003, pp. 1217-1223.

Carbajal, Myrian, Actrices de l’ombre. La réappropriation identitaire des femmes latino-américaines sans-papiers, Fribourg : Université de Fribourg, 2004.

Chimienti, Milena, Cattacin, Sandro et al., « Migration et santé » : priorités d’une stratégie d’intervention. Rapport de recherche. Etude mandatée par l’Office fédéral de la santé publique, Neuchâtel : Forum Suisse pour l’étude des migrations, 2001.

Fontana, Emanuela, Communauté portugaise et interruption de grossesse : une démarche de recherche-action, Lausanne : Université de Lausanne, 1994 (mémoire de licence en sciences sociales).

Fuller, Norma, Dilemas de la femineidad. Mujeres de clase media en el Perú, Lima: Editorial Ponticia Universidad Católica del Perú, 1993.

Givaudan, Martha, Pick, Susan et al., «Los hombres mexicanos frente a la vasectomía», in Pantelides, Edith, Bott, Sarah (s/s la dir. de), Reproducción, salud y sexualidad en América Latina, Genève: OMS – Buenos Aires, Editorial Biblos, 2000, pp. 59-71.

Office fédéral de la santé publique, Migration et santé. Stratégie de la Confédération pour les années 2002 à 2006, Berne : OFSP, 2002.

Pantelides, Edith, Gogna, Mónica et al., «Concepciones legales de salud y enfermedad: el sida según pobladores de un barrio pobre del Gran Buenos Aires», in Pantelides, Edith, Bott, Sarah (s/s la dir. de), Reproducción, salud y sexualidad en América Latina, Genève: OMS – Buenos Aires, Editorial Biblos, 2000, pp. 117-135.

Perrin, Eliane, Bianchi-Demicheli, Francesco, « Vie sexuelle, devenir du couple et contraception après IG. Etude prospective réalisée à Genève (Suisse) auprès de 103 femmes » in Revue médicale de Suisse romande, 122, 2002, pp. 257-260.

Population Reports, volume : XXXI, number 2, spring 2003, p. 10.

Salgado De Snyder, Nelly, Diaz Perez, Maria de Jesús et al., «Aids : Risk Behaviours among Rural Mexican Women married to Migrant Workers in the United States», in AIDS Education and Prevention, 8 (2), 1996, pp. 134-142.

Sara-Lafosse, Violeta, «Machismo in Latin America and the Caribbean», in Women in the Third World: an encyclopedia of contemporary issues, New York, London : N.P. Stromquist Garland, 1998.

Walder, Angela, Wolff, Hans, Projet pilote Femmes sans-papiers et grossesse. Evaluation & Perspectives. Cifern et Umsco. Département de Médecine Communautaire, 2003, polycopié.

Site internet

Weber, Max, Essais sur la théories de la science, Paris : Plon.

www.femco.org/avortement/f_gesetze.htm

Annexes

Annexes

Participantes aux focus groups

Participantes aux focus groups

Entretiens individuels : fiche des caractéristiques personnelles et contraceptives

Entretiens individuels : fiche des caractéristiques personnelles et contraceptives

Légende : C : célibataire ; M : mariée ; S : séparée ; EC : école secondaire ; A : apprentissage

Notes

2 Cette recherche s’est déroulée entre août 2003 et août 2004. Le public cible concerne l’Afrique Subsaharienne, les Balkans et l’Amérique latine. Cet article se limite à la population latino-américaine et il aborde les résultats de l’analyse des focus groups et des entretiens individuels menés par l’auteur. Je tiens à adresser mes chaleureux remerciements à Nadia Pasquier, cheffe du service planning familial et grossesse de PROFA, qui m’a accompagnée tout au long de ce projet et avec qui j’ai eu la chance de pouvoir échanger constamment sur ces thématiques.

3 Pour la région de l’Amérique du Sud et de l’Amérique centrale, le taux de recours à l’IG pour 1 000 résidentes vaudoises d’origine étrangère et âgées de 14 à 49 ans est de 49.5 % pour la période 1999-2002 (Balthasar, Spencer et al. 2003, p. 646). A noter que ce taux est très probablement surestimé en raison de la présence importante de sans-papiers latino-américains dans le canton de Vaud (présence estimée à 2-3 milliers de personnes pour la ville de Lausanne seulement – Valli, 2002). Les sans-papiers ne figurent en effet pas dans les données de population. Or, les femmes clandestines ont accès et recourent aux IG.

4 Cette femme étant mariée à un Suisse, elle dispose de plus de ressources sur le plan de la stabilité que celles qui ne possèdent pas de permis de séjour. Nonobstant ce dernier, c’est le recours à l’IG qui leur fait vivre une même problématique.

5 Un grand merci à Maria Demierre qui a motivé la participation des femmes à notre étude. En tant que conseillère en PF au CHUV, elle reçoit ces femmes en consultation un jour avant l’intervention. Merci également à Evelyne Dubois, conseillère au service de grossesse à PROFA, qui a facilité l’accès aux femmes ayant décidé de poursuivre leur grossesse.

6 Le total des femmes ayant eu recours à une IG durant cette même période correspondait à 244. Un tiers d’entre elles était de nationalité suisse et les 2 tiers restants de nationalité étrangère. En revanche, l’échantillon de 103 femmes interviewées dans le cadre de l’étude mentionnée ci-dessus était composé pour moitié de Suissesses et pour l’autre d’étrangères (Perrin, p. 258)

7 Les tableaux suivants ont été élaborés sur la base des statistiques fournies par Anne-Lise Tombez, conseillère du Centre de PF de Renens. Sur l’ensemble des nouvelles patientes ayant consulté ce centre en 2003 (497), 44 % ne disposaient pas d’un statut légal.

8 Ces statistiques correspondent aux demandes et non aux IG réellement pratiquées. Selon Addor et al. (2003, p. 220), la proportion de femmes poursuivant leur grossesse à la suite d’une demande d’IG varierait entre 3 et 10 %.

9 Voir à cet égard le travail de Fontana, E., Communauté portugaise et interruption de grossesse : une démarche de recherche-action, Lausanne : Université de Lausanne, 1994 (mémoire de licence en sciences sociales)

10 Ce qui n’impliquerait pas forcément l’utilisation d’une MC (voir point IV de cet article).

11 Nous pourrions également parler de projet de couple. Mais, au vu de notre échantillon il nous paraît impossible de le faire, dans la mesure où une grande partie des femmes se retrouvent seules ou dans des situations de couples instables. A propos de femmes cheffes de famille, voir Carbajal (2003).

12 Cela concerne la femme possédant un permis de séjour.

13 Le type idéal est une construction abstraite nous permettant de mieux comprendre la réalité sociale. Il n’est donc pas la reproduction fidèle d’une réalité sociale, mais permet d’éclairer certaines caractéristiques du réel, de les lier entre elles et d’en donner une interprétation fondée. Pour approfondir voir Weber, Max, Essais sur la théories de la science, Paris : Plon.

14 Notre objectif n’était pas d’établir de liens entre le type de couple et l’IG. Nous pensons plutôt que quel que soit le type de couple, ce qui compte finalement dans le fait de poursuivre une grossesse relève de l’envie (voir point III de cet article)

15 A noter que dans les mœurs de beaucoup de femmes latino-américaines, c’est le mariage qui détermine un engagement stable de la part de l’homme. Même si, dans les faits et selon l’idéologie machiste, l’homme peut se permettre de former des relations de couple secondaires (voir point II de cet article).

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : Demande d’IG chez les femmes latino-américaines sans-papiers qui n’ont pas d’enfants (Centre de PF Renens, 2003)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/536/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Tableau 3 : Demande d’IG chez les femmes latino-américaines sans-papiers ayant des enfants (Centre de PF Renens, 2003)
Légende C : célibataireM : mariéeS : séparéeDIU : dispositif intra-utérinEn gras : femmes ayant fait une, deux ou trois IG avant
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/536/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 561k
Titre Tableau 4 : Dernière contraception et raison principale invoquée par les femmes LA sans-papiers ayant fait une demande d’IG – Centre de PF Renens, 2003
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/536/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Participantes aux focus groups
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/536/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Entretiens individuels : fiche des caractéristiques personnelles et contraceptives
Légende Légende : C : célibataire ; M : mariée ; S : séparée ; EC : école secondaire ; A : apprentissage
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/536/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 381k

Auteur

Cheffe de projet « Amélioration de l’information et de l’accessibilité à la contraception auprès des femmes migrantes ».
Dr phil. en travail social, elle travaille actuellement à la Haute école de travail social de Genève (hets) dans le cadre d’une recherche portant sur la mixité, la non-mixité et la formation auprès des femmes faiblement qualifiées. Elle est également cheffe du projet « Migration et intimité » (Fondation Profa Vaud) qui promeut la santé sexuelle auprès des populations migrantes. Dams ée cadre de sa thèse de doctorat, elle a traité de la thématique des femmes latino-américaines sans-papiers en Suisse

© Éditions ies, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540