Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La Suisse au rythme latino

 | 
Claudio Bolzman
, 
Myrian Carbajal
, 
Giuditta Mainardi

Partie II. Perspectives d’interventions dans les domaines du social et de la santé

De l’exotique au familier : couples mixtes latino-suisses

Pierrette Béday-Hauser und Marie-Laure Desbiolles

Volltext

1Conseillères conjugales et thérapeute de famille dans une institution sociale polyvalente (le Centre social protestant de Genève), notre rôle consiste à aider les couples et les familles qui font appel à nos services, à trouver les réponses les plus adaptées à leurs difficultés, à proposer des solutions moins coûteuses d’un point de vue économique et psychologique. Ces difficultés, ces souffrances trouvent leur origine tant à l’intérieur du couple et de la famille qu’à l’extérieur, dans l’environnement du couple.

2La forte représentation d’unions ou de mariages mixtes, biculturels, binationaux dans nos consultations répond, d’une part à la réalité du terrain genevois, mais également au fait que de nombreux couples (ou un des deux conjoints) ont déjà fait appel à nos services pour des raisons souvent liées à des faits de migration, donc dépendants de la politique migratoire de la Suisse et des instances mises en place pour l’appliquer.

3Des premiers réfugiés chiliens, argentins, uruguayens des années 1973 à 1980, victimes des régimes répressifs d’Amérique du Sud, aux réseaux d’immigration clandestine des années 1990-1995, en provenance du Pérou, d’Equateur, de Bolivie, de Colombie, bien des choses ont changé mais ceux-ci comme ceux-là ont trouvé, à travers des institutions comme la nôtre, une défense de leurs droits (même minimes), des informations et des aides indispensables à leur séjour, mais surtout un contact humain qui faisait d’eux des personnes à part entière. Point étonnant alors que nombre d’entre eux se retrouvent, à un moment ou à un autre de leur parcours, parmi nos consultants.

4Parler des couples mixtes latino-suisses rencontrés depuis la naissance de la Consultation Familles comprend d’emblée deux écueils qu’il nous faut à la fois intégrer et écarter.

5Face aux différences historiques, culturelles, nationales, familiales et aux circonstances dans lesquelles se composent, se recomposent et se « décomposent » ces couples, le premier danger est celui d’une multitude de stratégies sans liens présumés ou visibles les unes avec les autres. Cet éclatement pourrait conduire à considérer chaque situation comme unique, donc peu ou pas représentative. Quel sens y aurait-il alors à étudier tant de différences ?

6Le deuxième danger, qui découle peut-être du premier, pousserait lui à une généralisation des traits, des comportements : les Latinos. Cette tendance à la généralisation nous fait alors baigner dans les stéréotypes les plus réducteurs de l’identité, les malentendus et l’ethnocentrisme de chacun.

7Ce que nous apprend l’approche interculturelle de ces situations, c’est que ressemblance et différence s’alimentent constamment l’une l’autre, en formant un couple indissociable. De même que les couples que nous avons étudiés ne peuvent en faire abstraction, nous-mêmes, en tant que professionnelles, devons nous soumettre à ce duo tyrannique.

Couples latino-suisses : de l’exotique au familier

8La première difficulté à laquelle nous nous sommes trouvées confrontées dans l’étude d’une soixantaine de couples latino-suisses est de constater l’absence de littérature et de recherche concernant ces couples, contrairement à des couples plus emblématiques, plus emblématisés (Béday-Hauser, 1997) comme les couples Suisse-Afrique (aussi appelés couples dominos), les couples Suisse-Asie ou encore les couples formés d’un conjoint suisse et d’un conjoint musulman (Bosniaque, Kosovar mais aussi Algérien, Marocain, Tunisien).

Que faut-il déduire de cette absence, de ce manque d’intérêt ?

9Si les réfugiés sud-américains des années 1973-1980 déclenchaient quelque curiosité en termes d’acceptation ou de rejet, force est de constater que d’autres populations ont pris le relais, médiatisées, parfois diabolisées en raison d’événements sur lesquels on a fortement mis l’accent : la condition des femmes, le port du voile, les enlèvements d’enfants, l’immigration clandestine. Ces constants glissements vers d’autres populations plus problématiques ont eu pour résultat de nous rendre les Latinos plus familiers, plus proches et moins exotiques.

10Concernant le couple mixte, l’accent est donc moins porté sur le conjoint exotique ou problématique, ce qui procure certains avantages : moins de visibilité, moins de désignation comme « fauteurs de troubles », moins de racisme déclaré, peut-être.

11Mais cette position entre le familier et l’exotique comporte aussi des désavantages, comme celui de banaliser des différences qui, tôt ou tard, risquent de s’affronter ou de sous-estimer le vécu de ces couples, livrés à eux-mêmes pour résoudre des questions essentielles issues de la biculturalité, de la binationalité. Ces questions se révèlent particulièrement importantes avec l’arrivée des enfants et leur éducation. Un autre danger serait de sous-estimer les facteurs de rejet et de racisme qui sont également à l’œuvre face à ces couples et dont nombre d’entre eux témoignent de la persistance.

D’exotiques, les Latinos nous sont donc devenus plus familiers !

12Ce constat est aussi à mettre en relation avec d’autres facteurs. Nombre de Suisses se sont rendus ou ont vécu en Amérique du Sud, acquérant des connaissances, des expériences, parfois superficielles, mais ils reviennent souvent admiratifs de certaines valeurs ou de certains aspects culturels : la musique, le carnaval, la route, le voyage mais aussi le métissage, le syncrétisme, sans compter l’engagement dans certains projets d’aide, d’échange ou encore l’engouement pour des expériences et des projets politiques : Cuba, le Nicaragua.

13Ce rapprochement de l’exotique au familier a aussi pour fondement les liens incontournables avec l’Espagne, et dans une moindre mesure le Portugal, pays autrefois colonisateurs, mais qui ont conservé, pour beaucoup, un prestige et un attrait indéniables. Ces liens sont d’ailleurs constamment réactivés à travers des réseaux familiaux, villageois ou ethniques qui ont leurs ramifications en Europe et particulièrement en Espagne qui fonctionne comme point de départ, point de chute et base arrière.

14Ajoutons à ce rapprochement le fait que de nombreux Latinos ont des ascendants italiens, espagnols, suisses et qu’ils retrouvent ici des racines quittées par leurs grands-parents ou arrières grands-parents, réactivant une mémoire liée au fait migratoire de leur propre famille.

15L’absence de littérature concernant les couples latino-suisses est également à mettre sur le compte d’une trop grande diversité de situations et de stratégies qui rendent improbables ou hasardeuses toutes les hypothèses que l’on pourrait avancer. A l’exception de groupes bien précis et de petite taille, comme celui des Dominicaines, il ne peut exister de désignation massive, voire d’amalgame où l’on cible les groupes d’appartenance ou le pays d’origine comme porteurs et responsables des difficultés actuelles. Cette situation, différente d’autres couples plus médiatisés, évite les phénomènes de bouc émissaire. Pour nos couples, elle permet, quand les difficultés s’annoncent ou s’accumulent, de moins désigner pays et culture d’origine comme « fauteurs de troubles » mais d’en renvoyer la responsabilité à l’individu et à sa famille.

Quelques catégories de couples latino-suisses

16Cet essai de classification correspond aux couples rencontrés au cours de ces quinze années écoulées mais ne prétend nullement être le reflet fidèle de l’ensemble des couples latino-suisses.

Les réfugiés

17Les réfugiés des années 1973-1980 provenaient essentiellement du Chili après le coup d’état de septembre 1973, mais également d’Argentine, d’Uruguay, du Brésil. Certains étaient de jeunes étudiants célibataires, d’autres se trouvaient déjà en couple ou en famille, celle-ci ayant souvent été séparée du père (parfois de la mère) pour des raisons d’engagement politique qui nécessitait la clandestinité.

18L’ouvrage de C. Bolzman (1996) est ici utile pour comprendre le développement de cette communauté et ses stratégies variées pour répondre à des besoins d’intégration, tout en restant fidèle à ses origines, à ses valeurs et à ses engagements.

19Nous souscrivons aux thèses de l’auteur pour qui cette communauté n’a pas massivement adhéré à une forme d’acculturation progressive en Suisse, mais a trouvé des scénarios d’entre-deux, entre retour sélectif ou installation en Suisse tout en gardant des liens et des contacts avec le Chili. Cette persistance des liens, malgré l’éloignement, nous avons pu la mesurer quand, plus de vingt ans après, le sort du général Pinochet, entre condamnation et impunité, réactivait des souffrances, des loyautés incontournables et divisait parfois la famille en brouillant les générations.

20Les couples mixtes que nous avons connus et aidés et où un des conjoints était réfugié sont : des hommes ou des femmes ayant divorcé de leur conjoint latino et remariés avec des Suisses ou des immigrés titulaires du permis C, des hommes ou des femmes célibataires au moment de leur arrivée en Suisse et ayant ensuite contracté mariage avec des Suisses, des enfants de réfugiés ayant contracté mariage avec des Suisses. A cela, il faut logiquement y ajouter les réfugiés naturalisés suisses ayant épousé des Latinos.

21De toutes les situations dont nous avons eu à traiter, l’aspect commun marquant est celui d’aller et retour entre pays de résidence et pays d’origine, balancier aux mouvements qui s’impriment, tantôt dans des stratégies patiemment élaborées, tantôt dans des opportunités qui se présentent et qui vont, à leur tour, fonder de nouvelles stratégies.

22L’exemple d’Ernesto, réfugié chilien, illustre assez bien ces mouvements :

Après l’échec d’un premier mariage (là-bas au pays) et d’un divorce où il a perdu ses enfants, Ernesto tente de rétablir sa situation. Alors qu’il pensait faire sa vie ici et qu’il était devenu Suisse, il décide, pour tourner la page, de se rendre en pèlerinage au Chili. Et là, coup de foudre : il rencontre une femme chilienne, plus jeune que lui, séparée, avec deux enfants. Echaudé par sa première expérience il ne désire pas, d’emblée, se remarier, prend peur de l’insistance de sa compagne et rentre en Suisse. Mais cette dernière l’y rejoint et exerce des pressions pour le mariage et l’adoption de ses enfants.

23Ce qui nous intéresse également dans cette situation, c’est que ce couple va reproduire, dans sa communication quotidienne assez volcanique, des éléments culturels et historiques où le passé de réfugié d’Ernesto va le rattraper. Pour lutter contre la misère il s’engage politiquement et doit fuir à la chute d’Allende mais sa culpabilité est restée forte à l’égard de ceux qui sont morts ou restés dans la pauvreté. Vivre avec une femme d’un milieu social beaucoup plus élevé lui rappelle à la fois son désir de s’élever dans l’échelle sociale, de réussir, de devenir quelqu’un et, dans le même temps, une lutte des classes pour laquelle il a payé de sa personne.

24Mais la variété des situations ne s’arrête pas là :

Après plusieurs années où elle a vécu ici comme mère célibataire avec son enfant, Elena épouse, assez tardivement, un Suisse pure souche mais qui connaît son pays d’origine bien mieux qu’elle pour y avoir longuement travaillé. Il désire y retourner pour y vivre avec sa nouvelle famille. Mais après toutes ses années en Suisse et les études de sa fille, Elena hésite.
Quant à Filippo, enfant d’un couple de réfugiés, lui-même naturalisé Suisse, marié à une Equatorienne, il se manifeste à nous à la suite d’un article paru dans la presse sur les mariages mixtes. Il vit actuellement une grave crise conjugale dont il attribue les causes à de trop grandes différences culturelles.

Recherche mari suisse désespérément

25Nous avons volontairement retenu ce genre de situations parce qu’elles nous semblent correspondre à des stratégies plus familiales que matrimoniales, ayant avant tout pour but d’assurer la survie économique d’un groupe familial, formé généralement d’une mère et de ses enfants avec, très souvent, une grand-mère et, parfois, des frères et sœurs de la mère.

26C’est essentiellement parmi les femmes brésiliennes (mais aussi péruviennes, équatoriennes) que nous avons trouvé ce genre de constellations, femmes qui n’appartiennent pas forcément à des classes défavorisées comme nous le verrons pour d’autres nationalités. Il s’agit de femmes qui cumulent des charges familiales importantes où elles se trouvent être le centre névralgique de la famille, ceci signifiant aussi de fortes pressions sur le rôle qu’on leur demande d’assumer et les devoirs qui en découlent.

27Ce sont généralement des femmes qui ont terminé une scolarité accomplie, qui ont (ou avaient) un emploi (serveuse, secrétaire, fonctionnaire, travaillant dans le tourisme), emploi qui ne suffit pas à nourrir le groupe familial. Ce sont souvent des femmes divorcées ou qui n’étaient pas mariées et dont le compagnon a disparu ou n’a pas, ou plus, de travail, quand il ne représente pas une charge supplémentaire (accident, alcoolisme, dans la rue).

28Trouver un mari suisse est, dans ces conditions, une sécurité matérielle et affective pour l’ensemble du groupe familial. Elle comprend à la fois des attentes financières mais également des attentes liées aux enfants et à leur éducation : leur donner un père ou un beau-père, leur offrir des conditions de vie convenables et un avenir meilleur en matière d’éducation, de formation et de santé.

29La situation économique et sociale présumée de ces futurs maris (il y a parfois de graves désillusions à ce sujet) doit aussi permettre des possibilités d’allers et retours entre la Suisse et le Brésil pour des vacances, des séjours prolongés ou la venue en Suisse de membres de la famille de Madame : le plus souvent la grand-mère dont on a pu observer les allées et venues en fonction de critères dépendant du groupe familial ici et là-bas. Tantôt c’est elle qui est aidée parce que malade, âgée, seule, ne supportant plus l’éloignement de sa fille et de ses petits-enfants qu’elle a d’ailleurs souvent élevés pendant que la mère travaillait ; tantôt on lui demande de l’aide pour seconder la mère, surtout si celle-ci doit travailler.

30Dans le cadre de tels couples mixtes nous avons pu observer des tensions ou des crises dues à des fonctionnements et des sens différents attribués à la conjugalité, à la parentalité et aux devoirs et loyautés liés aux familles d’origine des deux conjoints. S’il ne fait aucun doute que c’est d’abord l’amour, et non le seul intérêt, qui guide de telles unions, la pierre d’achoppement va souvent se situer autour de la conception du couple. Les maris suisses se plaignent du manque d’intérêt et d’investissement de leur épouse pour une vie à deux, alors que toutes leurs forces semblent dirigées vers leur groupe familial d’origine, ceci pouvant aussi constituer un frein à la formation d’une nouvelle famille souhaitée par ces maris.

31Pour les femmes que nous avons rencontrées, cette tension entre le conjugal, le parental et le familial est certes identifiable et identifiée. La plupart essayent d’ailleurs des stratégies qui tiennent compte de ces différents niveaux, de ces différents systèmes, ceci dans une recherche d’équilibre censée être garante de leur projet initial : la sécurité et la protection d’un groupe familial à travers le mariage.

32Cette complexité des stratégies a poussé Mélissa à accepter le placement de son fils adolescent en institution pour accéder au désir de son mari d’avoir leur propre enfant. Pour Alayde, les choses se sont passées différemment puisqu’elle s’est sentie obligée de renvoyer sa fille de 17 ans au Brésil, à la fois parce que son père la réclamait mais également parce que la grand-mère en avait besoin.

33Lorsque, en raison de ces différentes crises, le mariage bat de l’aile, les conjoints vont se trouver dans des positions bien différentes. Les maris suisses reprochent à leur épouse un manque de reconnaissance pour tout ce qu’ils ont accompli et les sacrifices consentis, souvent au détriment de leur propre famille d’origine. Certains se sont attachés à leurs beaux-enfants, les adoptant même parfois. En être séparés ou les voir reprendre le chemin du pays est un vrai déchirement.

34Pour les femmes brésiliennes, le sentiment d’insécurité va dominer dans des situations de crise où la rupture est possible. Elles vont alors tenter soit de maintenir envers et contre tout une union qui ne les satisfait plus mais offre encore des garanties de sécurité, soit de se mettre à la recherche d’un nouveau mari éventuel, censé faire mieux que l’actuel, un nouveau « sponsor », en quelque sorte, de leur groupe familial.

Les clandestins, les sans-papiers

35Dans un article intitulé « Clandestinité et famille » (Béday-Hauser, 2000), nous avions relevé une diversité de situations, de destins individuels et familiaux, à la fois assujettis au grand jeu des lois et des frontières, mais dans le même temps capables de les contourner, de les dépasser, voire de les ignorer ou de s’en moquer.

36De quelles clandestinités s’agit-il ici et en quoi nous intéressent-elles par rapport aux mariages mixtes des Latinos ? Nous distinguions trois situations-types en lien avec le couple et la famille.

37La première, vivre clandestinement pour ne pas mettre en danger sa famille, semble peu nous concerner puisque la clandestinité prend forme et vie dans le pays d’origine. Elle nous intéresse cependant dans ses répercussions avec ici, lorsque le vécu de cette clandestinité pèse encore lourdement sur les choix à effectuer, paralyse le présent et hypothèque l’avenir comme nous le voyons à travers la situation de Rosa :

En Bolivie, Rosa s’occupe seule de son enfant et de sa mère malade. Le père de l’enfant vit, lui, dans la rue, de toutes sortes d’expédients. Rosa, qui ne trouve désespérément pas de travail décide de prendre tous les risques en convoyant de la drogue jusqu’en Europe et ceci à plusieurs reprises, malgré des peurs qui la tenaillent au ventre et lui font craindre de ne plus revoir son enfant.
Ces peurs la poussent finalement à tenter de rester en Suisse avec son fils pour, dit-elle, le protéger. Elle vit désormais avec un homme portugais, établi en Suisse depuis vingt ans et titulaire d’un permis C.
Rosa se sent toujours menacée par des appels téléphoniques anonymes où on veut sa peau, où l’on dit qu’on la retrouvera coûte que coûte, ainsi que son fils. Elle est sûre qu’elle va mourir (pour avoir déserté en quelque sorte). Parallèlement à ces appels elle apprend que le père de son enfant a sauvagement été liquidé par un commando. Ce qu’elle appelle son ‘devoir auprès des ancêtres’ (assurer la survie d’une descendance, préserver l’enfant) la pousse à se marier et à faire adopter son enfant. Si elle et son enfant ne portent plus le même nom, on ne pourra pas les retrouver. Ils sortiront enfin de la clandestinité dans laquelle ils avaient été obligés d’entrer.

38La deuxième situation, vivre clandestinement pour entretenir sa famille, correspond à celles de nombreuses femmes surtout, mais également d’hommes en provenance de Colombie, de Bolivie, de l’Equateur et du Pérou. Les raisons qui poussent à partir et à affronter le risque de la clandestinité sont assez semblables : survivre et améliorer la situation familiale. Mais il y a de grandes différences entre les hommes et les femmes.

39Parmi les hommes, nous avons souvent rencontré des artistes, des musiciens et des jeunes venus tenter leur chance ici, attirés non seulement par les sirènes du mieux-vivre, mais également par les possibilités de déplacement en Europe (surtout avec l’Espagne et la France) et des opportunités familiales où des membres de leur famille, déjà présents ici (clandestins ou établis), ont déjà vécu ce genre d’expérience et sont parfois mariés à des Suissesses. L’importance des réseaux plus ou moins formels, là-bas et ici, entretient ce genre de migrations, y donne son blanc-seing et contribue au développement de valeurs et de comportements nouveaux mais aussi de nouvelles contraintes à travers une chaîne d’obligations (la dîme, voire le racket).

40Les femmes clandestines latinos sont à la fois plus protégées et plus exposées. Ayant plus de raisons de demander de l’aide pour la famille (ou étant, par devoir, plus habituées à le faire), elles rencontrent, plus souvent que les hommes, des professionnels qui peuvent les guider et leur venir en aide. Mais elles sont, dans un même temps, exposées à toutes sortes d’exploitations : le racket de compatriotes, l’esclavage chez l’employeur, le piège de certains mariages et souvent les exigences démesurées de leur propre famille qui ne mesure pas le poids des sacrifices ici.

41Ces femmes, contrairement aux Brésiliennes dont nous avons évoqué la situation particulière, viennent en Suisse dans le but premier d’y travailler (parfois d’ailleurs chez des membres de la famille déjà ici), de trouver un emploi et non dans le but premier de se marier. La plupart des emplois clandestins qu’obtiennent ces femmes se situent dans la sphère domestico-familiale, ce qui veut dire qu’elles s’occupent ici de la famille des autres, alors qu’elles ont laissé au pays leur propre famille et souvent leurs propres enfants.

42Lorsqu’existe la possibilité d’un mariage ici, nous entrons dans la troisième situation : se marier ou fonder une famille pour ne pas rester clandestin. Le mariage est souvent contracté avec un immigré espagnol ou portugais porteur d’un permis C (souvent acquis d’ailleurs par un précédent mariage avec une Suissesse) ou bien sûr avec un Suisse (parfois fraîchement naturalisé). Ceci s’explique par le fait que de nombreux clandestins et clandestines évoluent dans certaines sphères liées au monde du travail précarisé, au monde associatif et à certains réseaux d’entraide, lieux où toutes sortes de migrants se rencontrent.

43Mais fonder un couple, de surcroît biculturel, appartient dans certaines circonstances à une quasi-obligation plus qu’à une opportunité. Ces circonstances dépendent autant de ce qui se passe dans le pays d’origine qu’ici : des besoins accrus du groupe familial là-bas, ici des inconnues parce qu’on a perdu son emploi, qu’on craint d’être découvert. Le mariage peut alors représenter la sécurité pour rester en Suisse, pour continuer à y travailler, pour faire venir les enfants restés au pays, constituer, parfois, une tête de pont pour l’émigration de tout un groupe familial.

44Projet à élaborer ou programme déjà établi, cette manière de poser le mariage peut, à tout moment, être vécue par le conjoint comme terriblement asymétrique, inégalitaire, à moins qu’il n’y trouve lui-même des compensations qu’il n’espérait pas trouver dans un mariage non mixte. Les situations les plus délicates auxquelles nous avons eu affaire sont celles où le conjoint suisse se plaint du forcing exercé par sa compagne pour le mariage, forcing qui prend souvent la forme d’une grossesse qu’il n’a pas souhaitée.

Etudiants, travailleurs humanitaires, artistes

45Nous les avons regroupés de cette manière, malgré d’énormes différences, parce que, toutes situations confondues, ils offraient un point, un espace commun en ce qui concerne la connaissance de la culture et du pays de l’autre.

46Qu’il s’agisse de rencontres sur les bancs de l’université, ici ou là-bas, d’humanitaires immergés dans des projets de développement en lien avec les populations locales, d’artistes échangeant leurs savoirs et leurs pratiques, de stagiaires ou de bénévoles d’ONG, de voyageurs en quête d’identité ou en attente de projets réalisables, la palette est large. Mais pour tous, la possibilité ou la réalisation d’un mariage mixte va être un projet qui va s’ajouter, s’additionner, se confronter, voire mettre en péril ou modifier le projet initial : études, voyage au long cours, engagement, travail.

47Si cette confrontation semble dans un premier temps s’estomper pour permettre la réalisation de la vie à deux et la création d’une famille, il est fréquent que réapparaissent ensuite des conflits liés à des projets qui ont été stoppés par le mariage :

Alberto et Mireille en font les frais quatre ans après leur mariage. Confrontés à la naissance de leur deuxième enfant, ils voient s’évanouir ou s’éloigner toute possibilité ; pour lui de reprendre ses études (c’est pour cette raison qu’il est venu en Suisse) et pour elle de les terminer, ce qui lui vaudrait une promotion professionnelle bienvenue.
Quant à Philippe et Maria, ce n’est que quinze ans après leur mariage et deux enfants préadolescents qu’ils affrontent l’épreuve. Alors que tout semblait les unir (études communes, statut social et professionnel, voyages à travers le monde, valeurs liées au mariage et à la famille) Maria demande la séparation, ceci après une série de démarches qui ont toutes eu pour but de séparer des domaines autrefois confondus ou gérés par son mari, surtout en ce qui concerne l’argent.

48Ce qui, dans un couple non mixte s’analyserait comme une revendication d’autonomie de Madame ou comme un moyen de redistribuer les cartes en négociant un nouveau contrat, prend ici des allures de recherche identitaire par l’écriture et le théâtre. Maria s’y lance à corps perdu, tentant de retrouver des racines enfouies de son enfance et de son appartenance à une communauté indienne, appartenance qui avait été « gommée » pendant ses études universitaires. Ce qui fait cyniquement dire à Philippe qu’elle « sera peut-être un futur Nobel dans son pays mais qu’elle est incapable d’aider sa fille dans ses devoirs scolaires ». Sarcasme mis à part, il exprime aussi son souci que la quête identitaire de sa femme se fasse au détriment des besoins actuels du couple et de ses enfants.

49Nous sommes parties de l’hypothèse que les couples mixtes de cette catégorie disposaient, en général, d’un avantage par rapport à la connaissance de la culture de leur conjoint ; donc qu’ils seraient plus habiles que d’autres à établir entre eux une communication interculturelle indispensable au respect de chacun. Cet avantage a souvent compté lorsque des crises classiques de couple éclataient. Alors que d’autres couples auraient tendance à faire une lecture très différente de la crise, les inscrivant chacun dans un camp idéologique tranché ou retranché, les couples de cette catégorie disposent de plus d’atouts en termes d’ouverture et de stratégies. Ils semblent plus conscients des enjeux dans lesquels ils se débattent parce qu’ils possèdent un capital culturel commun (souvent fortement métissé) qui va les aider à se situer. Ils font plus volontiers appel à des professionnels pour les aider :

Antonio, Bolivien, et Elisabeth, Suissesse, tous deux artistes, représentent bien cette ouverture, cette tolérance. Ils fréquentent de nombreux cercles d’artistes. Ils concourent mutuellement au développement de la carrière de l’autre. Côté famille, ils respectent scrupuleusement les droits de visite de leurs enfants respectifs et la place des ex-conjoints (Antonio a été marié une fois et Elisabeth deux fois). Ils définissent bien leurs sphères respectives en continuant à avoir des domiciles séparés et en ne désirant pas se remarier.
La crise qui les amène en consultation est d’un tout autre ordre.
Elisabeth se plaint des pressions excessives d’Antonio pour qu’ils se rencontrent plus souvent : il est devenu jaloux, exclusif, macho : « je me sens envahie » alors qu’Antonio se plaint qu’Elisabeth ne le présente jamais à ses amis : « Elle est égoïste, elle ne me fait pas confiance, elle a honte de moi, elle me fait comprendre que je n’ai pas le même statut. »

50Alors que tout semblait les mettre sur un pied d’égalité, d’anciens conflits, bien antérieurs à leur relation, resurgissent dans le creuset de leur couple actuel. Elisabeth, qui a toujours eu besoin d’affirmer son autonomie, se sent limitée, bridée, menacée par les pressions d’Antonio : elle fait de cette situation un rapport de force homme-femme où Antonio ne peut qu’être un « affreux macho latino ». Quant à Antonio, il ne peut reconnaître les besoins d’autonomie de sa compagne parce qu’il soupçonne immédiatement une menace de rejet, de rupture. Les sentiments de honte, de trahison, de déloyauté prennent alors le dessus et rejoignent des sentiments déjà éprouvés dans son pays d’origine et lors de son arrivée en Suisse.

Les motifs de consultation des couples latino-suisses

51Parmi les vingt motifs de consultation répertoriés pour l’ensemble des couples que nous recevons, on peut s’étonner que les motifs relatifs aux « difficultés interculturelles » ou « migration/intégration » soient si peu évoqués par les couples latino-suisses. Bien que nous n’ayons aucune statistique à livrer au sujet d’autres couples mixtes, il nous semble que ces deux items sont plus représentés lors de mariages avec des Africains, des Asiatiques et des personnes de culture et de religion musulmanes.

52Ceci rejoindrait nos observations du début mettant en lumière ce cheminement de l’exotique vers le familier, confirmant aussi le fait qu’après tant d’années passées en Suisse (du moins pour beaucoup), on assiste à un certain mimétisme, jusque et y compris dans certaines pathologies : le stress, le mobbing, les violences, les comportements addictifs, surtout en ce qui concerne l’alcoolisme, les dépressions et leur cortège de symptômes.

53Point étonnant alors que, parmi ces vingt motifs, le hit-parade ne nous offre pas de surprise particulière et qu’il se range, année après année, dans la même boîte : violences conjugales, questions autour de la séparation, problèmes d’argent, de travail, de santé, rapports aux familles d’origine et aux enfants.

Mais le même est-il différent et en quoi ?

54Comme pour d’autres couples mixtes dont nous avons étudié les motifs de consultation (Béday-Hauser, 2002), il s’agit plutôt ici de « marquer des endroits où se vivent des différences que l’on peut imputer, à un titre ou à un autre, au statut de mixité du couple. » Outre les questions juridiques et administratives qui ne mettent pas les conjoints et leurs familles sur un pied d’égalité et qui font naître toutes sortes de méfiances et de suspicions à l’égard du conjoint étranger (Béday-Hauser et Grünberg, 1993), nous avons pu regrouper les difficultés évoquées par nos consultants et leurs plaintes, en quatre thèmes majeurs qui rejoignent le hit-parade dont nous venons de parler, mais dans un ordre un peu différent. Nous nous étendrons plus longuement sur le premier d’entre eux.

La place et le rôle des familles d’origine

55Pour nos couples latino-suisses, cette place et ce rôle diffèrent, bien sûr en fonction non seulement de l’éloignement ou du rapprochement géographique (trop loin, trop près), mais également des stratégies qui ont dicté le fait migratoire et le mariage mixte.

56Si le mariage mixte est en partie souhaité, voire dicté par la famille d’origine du conjoint latino, qu’il fait partie d’un plan plus vaste ouvrant la porte de l’émigration à d’autres membres de la famille, il est évident que le/la conjoint(e) suisse va réagir, tôt ou tard. Il va réagir contre un plan qu’il a sans doute accepté dans ses débuts amoureux, mais dont il se sent prisonnier et où on lui assigne un rôle de vache à lait, contre une famille devenue envahissante et exigeante, contre son conjoint qui privilégie sa famille d’origine au détriment de son couple, de ses enfants.

57Dans ces situations, représentées surtout chez les femmes brésiliennes et les clandestines, les conjointes se plaignent de la froideur des relations avec leur belle-famille, de leur égoïsme et parfois de leur racisme à peine déguisé.

58Mais, pour la plupart des couples latino-suisses, ce sont des conceptions différentes des engagements moraux et matériels à l’égard des parents et de la famille élargie qui constituent le nœud du problème. Le « trop individualiste » s’affronte alors au « trop communautaire », la filiation à l’affiliation, le masculin au féminin, le Nord au Sud.

59D’une manière générale, et quels que soient les arrangements trouvés par nos couples dans leurs relations aux familles d’origine, le scénario sur lequel ils restent bloqués est presque toujours le même.

60Celui qui s’est éloigné de sa famille et de son pays trouve tout naturel d’obtenir des compensations pour les sacrifices consentis, on pourrait presque dire : pour les dommages subis. Ces compensations, exigées, revendiquées à différents moments de la vie familiale, sont le plus souvent d’ordre financier à l’égard de la famille restée au pays et plutôt d’ordre symbolique à l’égard du conjoint (reconnaissance, gratitude, autorisations), ce qui n’exclut pas des compensations financières : payer des études, une formation, ouvrir une boutique, payer des arriérés d’impôts, etc.

61Celui qui a sa famille plus proche doit constamment ajuster, réajuster sa relation à sa famille, dans un souci d’équilibre où l’on tente de rapprocher le lointain et d’éloigner le trop proche. Plusieurs conjoints(tes) suisses nous ont ainsi fait part de cette difficile gymnastique qui comporte aussi des sacrifices, des renoncements que le conjoint(te) latino ne voit pas ou dont il ne tient pas compte. Ceci est assez bien résumé par Pierre qui reproche à Gabriella de ne voir que ses propres sacrifices et jamais les siens. « Je vois moins souvent mes parents qu’auparavant. J’ai renoncé à certaines activités (le ski). Je me suis ‘brouillé’ avec des amis qui ne comprenaient pas mon mariage. »

Le rapport au travail et à l’argent

62Dans la mesure où le mariage est en partie dicté par des impératifs économiques, il n’est pas étonnant de constater que toute modification concernant ces domaines va poser non seulement des questions matérielles, mais aussi questionner les engagements initiaux des conjoints. Difficultés d’intégration au travail, périodes de chômage répétées, manque d’ambition professionnelle, changements fréquents, témoignent alors de réels problèmes conjoncturels mais également de problèmes liés à l’intégration du conjoint étranger du fait de son statut particulier, de ses compétences et de ses motivations.

63Les femmes suisses, qui ont souvent beaucoup aidé leurs maris à trouver du travail par le biais de leur réseau familial et social, se trouvent décontenancées, déçues mais surtout désécurisées lorsqu’apparaissent de telles difficultés. Elles se trouvent alors souvent en position de chef de famille, ce qui accentue encore les inégalités :

Pour combattre ces inégalités et jouer son rôle d’homme, mais aussi sous les pressions de sa femme Sophie, Antonio semble trouver une solution miracle en s’associant à l’entreprise de son frère. Mais là où Antonio voit une solution pour résoudre leur situation, Sophie ne voit que des problèmes supplémentaires : « il travaille beaucoup plus, il se fait exploiter », elle ne sait pas vraiment ce qu’il gagne et il n’a aucun avenir dans ces combines familiales.

64Relevons en passant que ces « combines familiales » correspondent, pour beaucoup de Latinos, à un double besoin économique et familial en maintenant des liens avec la famille d’origine et en tentant de combler les trous financiers de la famille actuelle.

65Lorsque les conjoints suisses rencontrent des difficultés dans leur travail, leurs conjointes latinos sont, elles aussi, décontenancées, déçues, désécurisées. Elles reprochent alors à leurs maris de les avoir trompées sur leur situation réelle : il n’est pas ingénieur mais contremaître, a des dettes importantes, touche une rente AI. Il est évidemment plus facile de tricher, de bluffer, à l’étranger que chez soi. Ces déceptions sont d’autant plus grandes que le « mythe d’un mari suisse », honnête, régulier, assumant ses responsabilités s’oppose à la réalité qu’ont rencontrée ces femmes en vivant avec des hommes qui les ont souvent laissé tomber, elles et leur progéniture.

66Dans la mesure où le conjoint suisse participe à l’entretien et à l’amélioration des conditions de vie de la famille de son épouse, il est évident que ces accidents de parcours auront une incidence directe sur l’aide fournie, aide qui sera aussi menacée par les besoins du couple et de la famille ici et les feront entrer en concurrence.

Les problèmes liés à la santé, à la maladie

67Ces problèmes ne diffèrent pas de ceux observés pour l’ensemble des couples mixtes. Les conjoints peuvent certes avoir des conceptions culturelles différentes (nous l’avons observé surtout en ce qui concerne les soins) mais ce sont, le plus souvent, des réactions nostalgiques à la perte des repères familiers qui aboutissent à des dépressions et à des rejets du mariage, de l’autre, et parfois de son pays, de sa culture.

68Les moments sensibles chez les conjointes latinos sont souvent ceux de la grossesse, de l’accouchement et du périnatal. Tandis que le moment sensible chez les conjoints latinos serait le manque de travail ou la perte d’un emploi ainsi que la perte d’autorité lors de l’adolescence de leurs enfants.

69L’état de dépression, surtout évoqué par les femmes latinos à différents moments de leur vie de couple et de famille n’est pas toujours très précis et généralement constitué de bien des facteurs : perte des repères familiers, nouvelle situation familiale, décès d’un parent laissé au pays, mobbing au travail, racisme ambiant, vieillissement, préoccupations matérielles, mésentente dans le couple :

Pour Orlando, c’est une révélation inattendue qui va le précipiter dans une vraie dépression. Alors que depuis des années il vivotait entre un travail jugé insatisfaisant (par rapport à ses ambitions de départ et ses études de droit) et une famille où ses grands enfants avaient quitté le nid et avaient espacé leurs relations, voilà qu’il apprend, lors d’un banal contrôle médical, un diagnostic de diabète sévère qui va le contraindre à changer radicalement son mode de vie. Ce qui nous intéresse ici c’est qu’Orlando établit un lien direct avec ce qu’il va perdre de capital social en devant se soumettre à un régime strict. « Je ne pourrai plus boire des verres et faire la fête avec mes copains » (des compatriotes). Ce territoire, revendiqué par lui et plus ou moins accepté par son épouse devient brusquement, brutalement interdit, inaccessible. C’est la mort sociale de relations qui le rattachaient encore au Chili quitté vingt-cinq ans plus tôt qui va le précipiter dans une dépression dont toute sa famille va pâtir.

Séparation, divorce

70Concernant les couples latino-suisses, nous n’avons pas trouvé de matériel spécifique à leur biculturalité, à leur binationalité. Par contre, les thèses avancées dans l’article de Psychoscope (Béday-Hauser, 2002) et applicables à l’ensemble des couples mixtes nous fournissent une idée des nombreuses raisons pour lesquelles ces couples peuvent être amenés à se séparer, à divorcer.

71Femmes suisses et latinos se retrouvent pour dénoncer des situations de violence dans le couple et des situations d’insécurité. Les hommes suisses invoquent plutôt des raisons telles que l’incapacité de leur épouse : elle ne sait pas tenir un ménage, dépense trop d’argent (souvent pour sa famille), ne s’adapte pas, n’entretient pas de bonnes relations avec leur famille. Quant aux hommes latinos, ils se plaignent souvent de leur conjointe suisse qui ne les comprend pas, ne respecte pas leur culture et, quelquefois, les rabaisse par son statut social plus élevé : études, profession, accès aux codes culturels.

72Concernant le divorce et ses retombées sur les enfants nous n’avons pas observé de situations aussi dramatiques que pour d’autres couples mixtes. D’une part les systèmes conjugaux et parentaux semblent moins se confondre que pour d’autres couples mixtes et, d’autre part, les droits nationaux, même s’ils ne sont pas harmonisés, nous semblent moins antagonistes. Ceci expliquerait que nous ayons rarement eu affaire à des actes (ou des fantasmes) d’enlèvement d’enfants par un parent. Par contre, nous avons plusieurs fois enregistré des craintes de retour au pays pour des enfants « semi-clandestins ».

Les mythes fondateurs chez les couples latino-suisses

73Par mythe fondateur nous entendons ce qui préside à la destinée du couple mais reste souvent inconscient, enfoui, ne se révélant qu’à certaines occasions. Pour P. Caillé (1991), il s’agit d’un troisième acteur, d’un tiers agissant plus ou moins dans l’ombre. Pour R. Neuburger (2000), c’est « une histoire qu’un couple s’invente pour se faire exister » ou encore d’un territoire commun, intime où « se choisir un élément commun dans l’histoire de leur rencontre est une façon efficace de fonder un couple ».

74Tous les couples ont des mythes fondateurs de leur rencontre. Au long de leur existence il leur appartient de les transformer, de les enrichir, mais surtout de les confronter à la réalité et à un environnement qui change et donc, parfois, de les abandonner pour en trouver de nouveaux.

75Dans les couples biculturels nous avons souvent identifié un super-mythe qui serait que « l’autre n’est pas un autre comme les autres », c’est-à-dire qu’il ne serait pas comme tous les autres siens, qu’il s’agisse ici de l’ethnie, de la nationalité, de la religion. En d’autres termes il serait mieux ou au-dessus (Béday-Hauser, 1995).

76Concernant nos couples latino-suisses, ce super-mythe existerait plus chez des couples qui ont bâti leur union en ayant conscience de leurs différences culturelles et qui vont tenter de développer un projet de couple et de famille biculturel, multiculturel. L’articulation ressemblance-différence est ici intéressante, bien que paradoxale : il ou elle est différent(te) des siens donc il (elle) me ressemble. Ceci rejoindrait le besoin d’aller chercher au loin ce qui est le plus près.

77Chez ces couples nous retrouvons des mythes qui ont trait surtout au destin, à la prédestination (on devait se rencontrer) et à l’élection : en épousant cette personne j’épouse aussi une cause, une idéologie, un projet, une population :

Tout, dans la vie de Marco le pousse, le prédestine à se rapprocher de l’Amérique latine : ses études en art et archéologie, ses voyages, sa compagne colombienne rencontrée en Suisse lors d’une fête latino, mais surtout l’assassinat non élucidé d’un membre de sa famille au Nicaragua pendant l’expérience sandiniste. Ici, l’autre fait donc l’objet d’une élection (même si elle est Colombienne et non Nicaraguayenne), élection qui peut aussi permettre une mission : retrouver des pans de l’histoire familiale, des racines, peut-être des secrets.

78Quant aux couples qui semblent moins conscients de leurs différences culturelles, qui leur accordent une importance mineure ou qui les banalisent, ils développent, plus que d’autres, des mythes puissants autour de l’adoption, du sauvetage et de la réparation. Ces mythes sont particulièrement à l’œuvre lorsque l’écart socio-économique entre les conjoints (et leurs familles) est grand. « Il ou elle doit alors être sauvé, adopté pour ne pas être ou rester comme les autres ». Il s’agit souvent ici d’une vision paternaliste, néocoloniale où l’on aide, on éduque et on soigne, où les sentiments de culpabilité-réparation sont à l’œuvre et constamment réactivés dans des jeux de pouvoir subtils.

79Ces différents mythes nous sont extrêmement utiles pour comprendre quand apparaissent les difficultés, la déception, la frustration et, parfois, le point de non-retour. Les difficultés évoquées sont alors analysables et analysées en fonction de la place et du rôle du mythe. Soit il n’est plus à l’œuvre depuis longtemps et n’a pas été remplacé ; soit il ne convient plus à un des deux conjoints qui s’en distancie, s’en échappe ou le rejette.

80Cette situation, nous l’avons souvent rencontrée avec des couples formés d’un conjoint suisse et d’une conjointe latino (généralement beaucoup plus jeune) qui, une fois « émancipée » (études, travail, relations), bénéficiant de sécurités et d’appuis dont elle ne disposait pas auparavant (y compris dans sa belle-famille), prend le large.

81Ici les mythes ont la vie courte car au contact du quotidien, ils révèlent de trop grandes disparités, inégalités, asymétries qui ne trouvent plus de sens commun et où les rôles de chacun, plutôt que se compléter, vont s’affronter.

82Mais les mythes ont aussi la vie dure. Ils peuvent être soit de dangereux accompagnateurs du couple, les empêchant en cela de se différencier, de se séparer, ou de précieux accompagnateurs qui vont non seulement leur rappeler les origines de leur projet mais aussi les dynamiser, les guider dans des projets d’avenir. Pour certains, cela prend la forme d’engagements sociaux, humanitaires ici ou là-bas ; pour d’autres cela peut passer par les enfants qui établissent leurs propres liens avec le pays d’origine de leur père ou de leur mère : voyages, études, projets d’installation, mariages.

Conclusion

83La variété des situations et des stratégies évoquées ne se prête pas à des conclusions nettes, tranchées, pas plus qu’à des constats bien délimités.

84De plus, notre position de conseillère conjugale et de thérapeute de famille, dans une institution à caractère social, nous place constamment à des endroits où se rejoignent, se mélangent et se confondent les aspects conjugaux, parentaux, familiaux, mais également ceux liés à l’environnement direct du couple (le professionnel, le social) ainsi qu’à leur histoire individuelle dont la migration fait partie.

85Nous avons toujours considéré important d’intégrer à notre travail les aspects cités plus haut, parce qu’ils nous fournissent de précieuses indications sur la place réservée à ces couples, sur leur rôle dans une société devenue multiculturelle, sur les changements qu’ils sont amenés à opérer au fil de tout processus d’adaptation.

86Si les couples latino-suisses, d’exotiques qu’ils étaient il y a une vingtaine d’années, nous sont devenus plus familiers, c’est aussi parce qu’ils semblent, tout naturellement, s’inscrire dans un contexte de société devenue multiculturelle et être le reflet des nombreux brassages de populations et des différents types de migrations en présence.

87Par leurs allées et venues entre pays de résidence et pays d’origine, ces couples nous semblent aussi ouvrir de nouvelles voies, poser de nouvelles questions en termes d’appartenance, de biculturalité, de binationalité, de citoyenneté et, bien sûr, de conjugalité.

88Sauront-ils profiter de ces nouveaux espaces ? Saurons-nous, en tant que professionnelles, les utiliser pour aider ces couples à rendre créatives les questions qu’ils se posent, les questions qu’ils nous posent ?

Literaturverzeichnis

Références

Béday-Hauser, P., Quand l’autre n’est pas un autre comme les autres ou pourquoi le couple mixte consulte-t-il ? Lausanne : Actes du colloque d’ARFIS, 1995.

Béday-Hauser, P., Clandestinité et famille. Un ménage indispensable mais combien difficile !, Dossiers clandestins de la CPRSI, 2000.

Béday-Hauser, P., « Couples biculturels : porteurs d’espoir et fauteurs de troubles », Psychoscope, Journal de l’Association Suisse des psychologues, 2002.

Béday-Hauser, P., « L’entre-deux du couple mixte : possibles ou impossibles métissages. Où passe la frontière ? » in Béday-Hauser P. & Bolzman C. (sous la dir.), On est né quelque part mais on peut vivre ailleurs. Familles, migrations, cultures et travail social, Genève, Editions IES, 1997.

Béday-Hauser, P. & Grünberg, K., Couples mixtes : quand l’amour a des frontières. Europe : montrez patte blanche. Les nouvelles frontières du laboratoire Schengen, Genève CETIM, 1993.

Bolzman, C., Sociologie de l’exil : une approche dynamique. L’exemple des réfugiés chiliens en Suisse, Zurich, Editions Seismo, 1996.

Caillé, P., Un et un font trois. Le couple révélé à lui-même, Paris, Editions ESF, 1991.

Neuburger, R., Les territoires de l’intime. L’individu, le couple, la famille, Paris, Editions Odile Jacob, 2000.

Autoren

Thérapeute de famille et conseillère conjugale. Elle a été responsable de la Consultation familles du Centre social protestant de Genève de 1989 à 2002. Diplômée de l’Institut universitaire d’études du développement (IUED), elle s’est ensuite spécialisée dans l’étude des familles migrantes et des couples biculturels, thématiques qui ont fait l’objet de plusieurs publications, enseignements et supervisions

Enseignante, conseillère conjugale et accompagnante pour personnes endeuillées. Son travail avec des couples biculturels l’a amenée à s’intéresser à des deuils spécifiques comme l’exil, la perte de nationalité, la disparition de personnes. Elle a travaillé à la Consultation familles du Centre social protestant de Genève de 1997 à 2005

© Éditions ies, 2007

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540