Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Suisse au rythme latino

 | 
Claudio Bolzman
, 
Myrian Carbajal
, 
Giuditta Mainardi

Partie I. Projets migratoires au quotidien dans la société Suisse

Les Latino-Américains sans-papiers à Lausanne : l’insertion cachée1

Marcelo Valli

Texte intégral

  • 1 Cet article se base principalement sur l’enquête, mandatée par la Ville de Lausanne, que nous avon (...)
  • 2 Il s’agit de la Misión católica en lengua española (Mission catholique de langue espagnole), situé (...)

1Un samedi à Lausanne. Dans le bâtiment de la Misión católica2, un groupe d’enfants latino-américains sort d’une leçon de catéchisme en jouant, courant et criant dans la cour comme tous les enfants de leur âge. Même s’ils sont parfaitement bilingues, là, ils communiquent en espagnol ; ils sont entre eux. Leurs parents les laissent se défouler et en profitent pour bavarder un moment, apprendre les dernières nouvelles de la « communauté », parler de leur situation, organiser un repas ou une réunion entre amis. De l’autre côté de la ville, vers l’ouest, dans un petit appartement modeste, une vingtaine de Latino-Américains, adultes et enfants mélangés, presque tous apparentés, célèbrent un culte évangéliste avec un pasteur, lui aussi originaire d’Amérique du Sud. Le nombre élevé de personnes dans un deux-pièces ne pose pas de problèmes, la plupart d’entre eux vivent dans cet appartement. Au centre-ville, dans la rue de l’Ale, il y a l’agitation marchande d’un samedi. Et, presque à chaque pas, on peut distinguer le parler sud-américain. Ici une famille équatorienne, là un groupe d’adolescents plus ou moins bruyants, plus loin deux jeunes femmes d’origine andine qui regardent les derniers soldes. Devant le café Le National, assis sur le banc sous un petit arbre, des Chiliens discutent et rigolent en regardant les passants. A quelques centaines de mètres, quelques jeunes Colombiens se promènent avec une attitude quelque peu menaçante. La place Chauderon est également très fréquentée par les ressortissants latino-américains. Un passage continu dans les locaux du Telecards Shop pour téléphoner au pays ou acheter des cartes téléphoniques, ou les rencontres entre jeunes au bar Movida et, plus discrètement, une séance de travail dans le local de l’Association des Equatoriens. En descendant vers le quartier du Flon, l’assemblée d’une organisation latino-américaine est en train de se dérouler dans les locaux de Pôle Sud et, en face, le Club chilien accueille une réunion de l’équipe de football.

2Le soir, les jeunes latino-américains se rencontrent pour faire la fête, tout en côtoyant d’autres habitants de la ville, lors d’une soirée de musique latine à la grande salle du Casino de Montbenon, dans la salsothèque de la rue Saint-Martin, à la Movida ou à l’Atelier volant. Et, réalité moins réjouissante des nuits lausannoises, la prostitution de rue sera aussi marquée par la présence de nombreuses prostituées brésiliennes.

3Les migrants en provenance d’Amérique latine sont actuellement une réalité incontournable à Lausanne. Présence bien visible qui révèle une population très active dans la société d’accueil. C’est une communauté de quelques milliers d’individus qui travaille, fait des études, aime la fête et les loisirs, mais qui essaye aussi de s’organiser et de lutter pour ses droits. Un grand nombre des membres de cette communauté vit en Suisse sans posséder une autorisation de séjour. Ce sont des « sans-papiers ».

Travailleurs sans-papiers : le travail est bienvenu, les personnes moins

4La présence d’importants contingents de migrants ne possédant pas d’autorisation de séjour ou de statut défini est une triste réalité dans tous les pays d’Europe occidentale. Sujet de débats politiques passionnés, cette réalité est souvent présentée comme une fatalité qui « tombe » sur les pays occidentaux, indépendamment de leur volonté : ils devraient subir la pression, pour ne pas dire l’invasion, des « miséreux du monde ». La réalité est un peu plus complexe.

5Les migrants « clandestins » ou « sans-papiers » symbolisent l’essence même de la catégorie « immigré » dans la société postmoderne d’un monde globalisé. Ils sont des « immigrants totaux », ils représentent le degré le plus élevé de « l’immigrité » (Delgado, 2003).

6L’immigré est un produit social, il n’est pas toute personne qui arrive de l’étranger, mais seulement certaines d’entre elles. L’immigré doit être étranger dans le sens profond, c’est-à-dire « l’autre ». Il doit être considéré aussi comme un intrus, pauvre, peu qualifié. L’immigré est celui qui occupe les derniers niveaux dans la société d’accueil.

7Cette construction sert à masquer le fait que si l’immigré clandestin arrive dans le pays d’accueil ce n’est pas tant à cause de la misère régnant dans son pays d’origine, mais plutôt à cause des besoins de notre système économique, besoins du marché de disposer d’une armée de réserve de travailleurs appauvris, disposés à travailler à n’importe quel poste et à bas prix. Assujettis, flexibles, corvéables à volonté et… sans droits.

8A ces besoins de main-d’œuvre dans les pays capitalistes avancés, il faut ajouter, pour expliquer le phénomène des nouveaux mouvements migratoires, l’introduction dans les pays d’émigration de modèles consuméristes sans rapport avec le niveau des salaires locaux. Ainsi, nous pouvons affirmer, en suivant Alejandro Portes, que « l’émigration actuelle est le fruit de deux forces liées entre elles qui puisent leur source dans la dynamique de l’expansion capitaliste elle-même : d’abord les besoins des pays riches en main-d’œuvre bon marché et facilement renouvelable, ensuite la pénétration des pays périphériques par les investissements productifs, les modèles consuméristes et la culture populaire des sociétés avancées » (1999, p. 16).

9Dans la littérature classique sur les migrations, l’analyse des flux se base sur deux ensembles d’éléments, considérés comme le « moteur » des mouvements migratoires : les facteurs d’expulsion du pays d’origine et les facteurs d’attraction dans les pays d’immigration. Des études plus récentes analysent les courants de migrants sans permis avec un troisième facteur : l’apparition de réseaux sociaux et de structures qui connectent les deux facteurs précédents, servant de mécanismes de recrutement informel (Schammah Gesser et al., 2000).

10Le cas des immigrés latino-américains en Suisse peut très bien illustrer cette analyse. En Amérique latine, les facteurs d’expulsion ne manquent pas, la situation socio-économique du continent s’étant fortement dégradée dans les années 1990. Alors que les années 1980, considérées comme la « décennie perdue », avaient vu le retour de régimes démocratiques dans plusieurs pays, les années 1990 furent celles de l’installation dans la plupart des pays latino-américains de modèles économiques néolibéraux qui ont fortement polarisé la stratification sociale et abaissé le niveau des revenus de plusieurs secteurs des classes moyennes. La violence économique s’est superposée ainsi à la violence politique, qui avait diminué dans certains pays sans toutefois disparaître, tandis qu’elle restait constante, voire augmentait, dans d’autres pays comme la Colombie.

11De l’autre côté, en Suisse, les changements survenus dans la structure des familles – notamment l’augmentation des familles monoparentales et l’évolution du travail des femmes – ainsi que la crise économique ont imposé de nouveaux besoins. Il s’agit particulièrement de besoins en matière d’aide au foyer : garde d’enfants et travaux ménagers. Une bonne partie des couches moyennes de la société ressent un besoin accru de personnel de maison. Or, l’offre sur le marché autochtone est largement insuffisante et trop coûteuse. Commence ainsi à se développer une demande accrue de personnel de maison et c’est en majeure partie des femmes en provenance d’Amérique du Sud qui vont satisfaire ce besoin. D’autre part, les secteurs économiques qui ont traditionnellement fait appel aux travailleurs saisonniers commencent à rencontrer des difficultés à recruter la main-d’œuvre dont ils ont besoin et engagent de plus en plus de travailleurs clandestins représentant une main-d’œuvre avantageuse sur plusieurs aspects : bon marché, flexible à souhait, très précarisée.

12Mais les flux migratoires se développent également par l’attrait que les personnes ayant émigré représentent pour d’autres personnes de leur entourage restées au pays d’origine. Au fur et à mesure que les nouveaux immigrants s’installent, ils sont rejoints par des proches en créant d’importantes filières d’immigration. Quand une certaine communauté atteint une taille critique, le mouvement migratoire d’un certain groupe national peut s’accélérer jusqu’à arriver à des dimensions très importantes. A Lausanne, cela a été notamment le cas de la communauté équatorienne.

Des Andes aux Alpes : l’arrivée des Latino-Américains à Lausanne

13Les Latino-Américains étaient relativement peu nombreux à Lausanne jusqu’à la deuxième moitié des années 1990. La seule communauté d’une certaine importance était celle des ressortissants chiliens, arrivés en Suisse comme réfugiés politiques, dans les années 1970 et 1980, suite au coup d’Etat du général Pinochet.

  • 3 Par ailleurs, ils arrivent aussi comme exilés en demandant l’asile politique. Le motif de la deman (...)

14Entre 1990-1998, le nombre de migrants en provenance d’Amérique latine a augmenté de façon constante, mais toutefois limitée. Ainsi, dans la seconde moitié des années 1990, ces flux commencent à s’intensifier. Dans un premier temps, il s’agit pour la plupart de jeunes femmes en provenance du Pérou, du Brésil, de la Bolivie et de l’Equateur3. Elles arrivent dans le but de travailler comme domestiques, au moins pendant la première phase du séjour, mais avec des projets plus ambitieux à moyen ou long terme : soit entreprendre des études, soit se marier et s’établir durablement.

  • 4 En 1998, l’Equateur vit une grave crise économique qui pousse le gouvernement à adopter le dollar (...)

15C’est à partir de 1999, avec des pointes maximales dans les années 2001-2002, que les migrants d’Amérique du Sud affluent massivement en Suisse, et surtout dans l’Arc lémanique. Au cours de cette période, ce sont les migrants en provenance d’Equateur4 qui arrivent de plus en plus nombreux dans la région lausannoise.

16L’importance du flux de Latino-Américains est telle qu’ils constituent actuellement le groupe le plus important parmi les sans-papiers résidant à Lausanne. Il est évidemment impossible de définir avec précision le nombre de personnes concernées mais, selon nos études (Valli, 2003), entre quatre et six mille sans-papiers vivent à Lausanne, et les Equatoriens représentent à eux seuls environ 50 % de ce contingent. Les autres pays d’Amérique latine représentés parmi les migrants en situation irrégulière sont la Colombie, le Brésil, le Pérou, la Bolivie et le Chili. Pour articuler quelques chiffres, nous pouvons dire que le nombre d’Equatoriens vivant à Lausanne est d’au moins 2 000 à 2 500 personnes, tandis que l’ensemble des ressortissants des autres pays mentionnés ne devrait pas dépasser les mille personnes. Il s’agit donc, avec l’exception du Brésil, d’une migration provenant principalement des pays andins.

17En ce qui concerne les Equatoriens, les premiers contingents étaient presque tous originaires de deux villes équatoriennes : Quito, la capitale, et Santo Domingo de los Colorados, située à 75 kilomètres à l’ouest de Quito. L’importance de la communauté équatorienne est telle qu’en 2003 un Consulat de l’Equateur ouvre à Lausanne. Au moment de l’ouverture de ce consulat, la communauté équatorienne de Lausanne officiellement enregistrée au Contrôle des habitants ne dépassait pas les 150 personnes !

  • 5 Pour donner un exemple de cela, nous avons constaté qu’une des premières familles équatoriennes, a (...)
  • 6 Pour certains de ces pays, notamment l’Equateur et la Colombie, l’obligation d’avoir un visa pour (...)
  • 7 Il y a, par contre, des agences de voyages spécialisées dans l’émigration irrégulière qui accorden (...)

18L’arrivée des migrants en provenance d’Amérique latine est organisée, dans la plupart des cas, par ceux déjà installés ici qui « invitent » ou aident leurs familles ou amis à les rejoindre5. Les personnes désireuses ou obligées d’émigrer vendent leurs biens afin de payer le voyage et, si elles n’ont pas de visa6, voyagent via Madrid, Barcelone ou Lyon, où viennent ensuite les chercher des proches, ou même des employeurs ou des amis suisses. S’il n’y a pas, ou très peu, de réseaux de passeurs envers lesquels s’endetter7, il est évident que ce sont très souvent les familles déjà installées en Suisse qui fournissent les moyens financiers pour aider les nouveaux migrants à payer leur voyage ou à subvenir à leurs besoins durant les premiers temps. Ce sont toujours les familles ou les amis qui logent et nourrissent les nouveaux venus. Ces réseaux nationaux sont non seulement une des causes des migrations, mais aussi très souvent le principal moyen qu’aura le migrant sans-papiers pour réussir son installation dans le pays d’accueil.

  • 8 Un indicateur de ce mouvement est le nombre d’enfants sans-papiers scolarisés. Nous avons constaté (...)

19Actuellement, le flux massif de migrants sans-papiers en provenance d’Amérique du Sud s’est arrêté. S’il y a toujours quelques nouveaux arrivants, ils sont très peu nombreux et les départs de ceux qui ne sont pas arrivés à trouver un minimum de stabilité fait que la communauté latino-américaine de sans-papiers n’a pas significativement augmenté depuis 20038.

Mère et migrante : la femme pionnière

20Deux éléments résument les principales caractéristiques de la migration des Latino-Américains en les différenciant des autres groupes de sans-papiers : il s’agit très souvent de familles migrantes avec un pourcentage très élevé de femmes.

21Les premières arrivées étaient en effet surtout des jeunes femmes seules ; par la suite le mouvement s’est diversifié et des familles ont commencé à émigrer ou à effectuer un regroupement familial en Suisse. Mais les femmes restent toutefois majoritaires parmi ces migrants et surtout, elles sont très souvent les premières à émigrer. La relative facilité à trouver un emploi dans les services ménagers (tâches domestiques, garde d’enfants, etc.) conditionne en effet le projet migratoire. Les femmes quittent leur pays d’origine en y laissant leurs enfants ou le reste de leur famille. Une fois qu’elles ont réussi à stabiliser leur situation dans le pays d’accueil, c’est-à-dire dès qu’elles ont obtenu un emploi et trouvé un logement, le reste de la famille peut les rejoindre. D’autre part, bon nombre de ces migrantes sont des mères divorcées ou célibataires assumant seules la charge des enfants. Ces femmes doivent subvenir aux besoins de leurs familles restées au pays et éventuellement garantir les conditions matérielles pour effectuer le regroupement familial dans le pays d’accueil.

22Par ailleurs, pour certaines femmes, l’émigration signifie également la possibilité d’échapper au rôle social qu’elles avaient dans le pays d’origine. Certains changements dans la structure traditionnelle des familles (mères célibataires, séparations, etc.) impliquent une lourde charge pour les femmes. Le fait d’émigrer les libère des pressions que peut exercer leur entourage, tout en leur offrant d’autres possibilités de mobilité sociale. Pour beaucoup de jeunes femmes seules, avec ou sans enfants, le projet migratoire va de pair avec un certain espoir de trouver un compagnon dans le pays d’accueil qui puisse leur permettre un changement de statut social. Ces espoirs se transforment parfois en mariages de convenance ayant pour seul but une régularisation de leurs conditions de séjour dans le pays d’immigration.

23Toutefois, ces processus ne modifient pas substantiellement l’importance de la famille pour les Latino-Américains. En effet, quel que soit le projet migratoire, la très large majorité de ces femmes arrive à envoyer régulièrement de l’argent à la famille restée sur place, soit pour assurer l’entretien et l’éducation de leurs enfants, soit pour aider leurs parents.

24Les femmes latino-américaines sans-papiers sont en première ligne dans la lutte pour l’accès aux droits civils et sociaux. Elles sont souvent très actives dans le réseau associatif et sont, en quelque sorte, un moteur dans l’insertion sociale de leur communauté. Pour revenir à l’exemple de la communauté équatorienne qui est sans doute la mieux organisée, le Frente femenino (front féminin) de l’Association des Equatoriens et amis de l’Equateur à Lausanne, a organisé un embryon d’école latino-américaine pour les enfants des migrants ainsi que toute une série d’initiatives pour favoriser l’intégration de ces femmes à la réalité lausannoise.

  • 9 Nous établissons donc une différence avec une activité occasionnelle ou ponctuelle dans la prostit (...)

25Une réalité à part est celle des femmes liées aux réseaux de la prostitution professionnelle9. A Lausanne ce sont notamment des Brésiliennes, largement présentes dans la prostitution de rue. Or, certaines caractéristiques de ces migrantes les différencient nettement des femmes sans-papiers dont nous traitons ici. Dans ce milieu, en général, les femmes sont rattachées à des réseaux plus ou moins mafieux, qui les font circuler entre les différentes villes et pays d’Europe. Leur séjour est donc habituellement d’une durée relativement courte.

Les problèmes capitaux : travailler, se loger

26La vie d’un sans-papiers est un combat quotidien. Il y a d’abord un ensemble de règles à connaître pour circuler dans la ville tout en réduisant au minimum les risques d’un contrôle policier. Il faut ensuite établir un réseau afin de savoir où s’adresser en cas de problème ou d’urgence. En outre, il y a la perpétuelle recherche d’un travail – meilleur ou complémentaire – et d’un logement, soit parce que le sans-papiers est obligé de déménager, soit pour avoir des conditions un tant soit peu plus confortables.

27La plupart des Latino-Américains en situation irrégulière ont un travail. Le travail est en effet la condition première de leur séjour, ils n’ont que cette ressource pour vivre. Dès leur arrivée, ils doivent se procurer une activité pour assurer leur survie, commencer à rembourser les dettes du voyage et aider le reste de la famille restée au pays.

28La presque totalité des femmes travaille dans le service domestique, la garde d’enfants ou les nettoyages. Très souvent, elles ont un travail, procuré par une personne de leur réseau, dès leur arrivée. Les jeunes filles sont parfois engagées comme filles au pair, elles ont le logement et la nourriture garantis, mais les salaires sont très bas et elles sont souvent surexploitées – ce qui a fait parler d’un esclavage moderne. Par contre, les femmes qui travaillent à l’heure dans plusieurs ménages doivent continuellement jongler entre les différents horaires et leurs éventuelles charges de famille. En outre, elles sont toujours à la recherche de nouveaux employeurs, soit pour compléter leur revenu, soit pour remplacer un travail qui s’arrête.

29Pour les hommes, la recherche de travail est un peu plus difficile. Là aussi, l’aide offerte par le réseau est fondamentale. Une bonne partie d’entre eux travaillent dans les hôtels, les bars et les restaurants. Un autre domaine d’activité est celui des petits services : distribution, nettoyage, etc. Leur travail est un peu plus stable que celui des femmes et il est un peu mieux rémunéré.

30Mais les groupes développent aussi des stratégies d’entraide et de survie. Dans la communauté équatorienne, où les réseaux solidaires sont assez étendus, les nouveaux arrivés ou ceux qui se trouvent momentanément sans travail s’occupent de petites tâches pour d’autres membres de la communauté comme, par exemple, garder les enfants ou s’occuper de la lessive de ceux qui travaillent.

31Le logement représente un autre grand souci des sans-papiers. Les Latino-Américains habitent presque tous dans de petits appartements obtenus en sous-location. Les conditions du marché du logement et leur statut les oblige à partager à plusieurs la même chambre et souvent le même lit. La mobilisation des réseaux familiaux et des connaissances est également fondamentale. Comme nous l’avons dit, ce sont généralement des familles déjà installées qui vont partager leur logement avec les nouveaux venus mais les connaissances parmi la population locale sont souvent mobilisées pour obtenir un nouveau logement et surtout pour fonctionner comme prête-nom pour la signature du bail à loyer.

Education et formation : peu qualifiés ou peu payés ?

32Les Latino- Latino-Américains étaient question un des grands mythes liés aux migrations : le bas niveau d’instruction des migrants. Notre enquête, ainsi que la plupart des études sur le sujet, montre que le niveau de formation scolaire de ces migrants est plutôt bon. Il est impossible de le chiffrer exactement mais il n’est pas rare de trouver des migrants avec une formation universitaire complète ou partielle. Nous avons pu ainsi rencontrer des diplômés universitaires travaillant à Lausanne dans le service domestique ou comme garçon de bistrot.

  • 10 Selon les statistiques du Service de l’emploi du canton de Vaud, à la fin 2004, il y avait 3 056 d (...)

33Cet élément nous semble particulièrement important pour comprendre les nouveaux mouvements migratoires. D’une part, il montre clairement que les personnes qui décident d’émigrer ne sont pas les plus pauvres dans leur pays, mais sont plutôt issues des secteurs des classes moyennes appauvries. D’autre part, il permet aussi de comprendre les mécanismes économiques liés au marché du travail. Les besoins de main-d’œuvre de certains secteurs économiques sont davantage liés à la précarité des conditions de travail, à la surexploitation et aux bas salaires qu’au simple besoin d’une main-d’œuvre « peu qualifiée ». Dans le canton de Vaud en effet, le domaine de l’hôtellerie/restauration est sûrement, après le travail domestique, le secteur qui fait le plus recours à la main-d’œuvre des migrants clandestins. Or, c’est dans ce secteur économique que le taux de chômeurs est le plus élevé au niveau cantonal10. Il est donc évident que le recours aux travailleurs clandestins n’est pas motivé par une pénurie de main-d’œuvre locale.

34Pour en revenir aux questions liées à l’éducation, il faut souligner l’importance que les migrants latino-américains accordent à la formation de leurs enfants. En surpassant la peur de se faire contrôler, les parents inscrivent leurs enfants à l’école obligatoire dès le début de leur séjour en Suisse. Ce qui n’était pas le cas auparavant, avec les enfants des saisonniers qui résidaient clandestinement en Suisse. De ce fait, le nombre d’enfants « sans-papiers » scolarisés est un indice de la progression des migrants latino-américains à Lausanne. Pour donner l’exemple emblématique de la communauté équatorienne, dans les classes d’accueil lausannoises, les enfants équatoriens sans-papiers représentaient 69 % de l’ensemble des enfants sans statut scolarisés, pour l’année scolaire 2001-2002. Ce pourcentage avait plus que doublé en comparaison avec l’année 1997-1998 (Valli, 2003, p. 20).

35Un autre signe de la volonté d’intégration des migrants latino-américains est que l’apprentissage du français devient une priorité pour la plupart d’entre eux. En effet, toutes les possibilités offertes sont exploitées : les cours gratuits dispensés dans le cadre des programmes de formation élémentaire des adultes, ceux de la Mission catholique, et même ceux que certaines associations organisent elles-mêmes pour leurs membres.

La vie sociale et communautaire : sortir de l’ombre

36Pour les Latino-Américains en général, la vie sociale et familiale est une valeur fondamentale. Une bonne partie de la vie sociale des sans-papiers se passe dans le cercle de la famille élargie. Certaines familles sont composées de nombreux groupes familiaux, puisque les familles déjà installées ont aidé leur parenté à rejoindre la Suisse.

37Par ailleurs, les personnes se trouvant en situation irrégulière doivent restreindre leur vie sociale à cause du danger d’arrestation. Toutefois, depuis 2002, une certaine sortie de l’ombre s’est effectuée. Cette année-là, en effet, la réalité des sans-papiers a pris une autre dimension grâce notamment à une certaine diffusion médiatique et à une importante mobilisation des milieux sympathisant avec leur cause. Les sans-papiers ont commencé à oser se montrer. Plusieurs manifestations ont réuni un nombre important de migrants sans autorisation de séjour qui ont défilé en surmontant la peur d’être interpellés ou détenus. Des assemblées publiques ont réuni jusqu’à deux cents sans-papiers sud-américains qui discutaient de leur sort et de leur avenir.

38A partir de 2002, bon nombre de migrants en situation irrégulière ont donc eu moins peur de se montrer en public ou de vivre une vie « presque » normale. Evidemment, les situations sont différentes et tous les sans-papiers n’ont pas réagi de la même façon. D’autre part, certains codes de comportement sont toujours valables mais il y a certainement eu une ouverture. Celle-ci a favorisé une augmentation de la vie sociale de ces migrants. Aujourd’hui, dans les manifestations ou soirées latinos, il y a une importante affluence de sans-papiers.

39Par ailleurs, le monde associatif est assez riche dans la communauté latino-américaine et tous les principaux groupes nationaux ont au moins une, voire plusieurs associations qui les regroupent. Il existe également des associations supranationales les réunissant. Certaines de ces associations sont très actives et organisent différentes manifestations durant l’année. Citons comme exemple le Festival de danses folkloriques créé par l’association des Equatoriens, qui rencontre un certain succès depuis deux ans.

40Même des manifestations plus officielles, comme le Carnaval de Lausanne, sont des occasions où la communauté latino-américaine se mobilise en nombre, présentant des groupes folkloriques avec beaucoup de participants non documentés. Le concours a été, ces dernières années, presque systématiquement gagné par des groupes d’Amérique latine.

41Enfin, au moins pour une partie d’entre eux, les assemblées du Collectif vaudois de soutien aux sans-papiers continuent à être un rendez-vous hebdomadaire. Ils savent que là, il y a une partie de leur avenir en jeu.

Leur seul capital : les réseaux sociaux

42Parmi les stratégies de survie déployées par les sans-papiers, la plus courante est l’utilisation intensive de leur « capital social » : la famille, la communauté, la population locale solidaire. La famille est la première ressource qui sera mobilisée pour atteindre les différents objectifs. Nous l’avons déjà mentionné en ce qui concerne, à leur arrivée, l’accès à un logement ou à un travail mais, plus généralement, la famille élargie intervient à tous les moments et devant toutes les difficultés. C’est la famille qui introduit les nouveaux arrivés et les initie aux us et coutumes du pays d’accueil, qui donne les renseignements pratiques sur les possibilités offertes et les dangers encourus, qui met le migrant en contact avec le réseau communautaire. Selon les besoins, elle fait un prêt d’argent, accompagne le nouveau venu dans ses démarches, etc. D’autre part, une bonne partie de la vie sociale des sans-papiers, sinon la seule, s’effectue à l’intérieur de la famille.

43L’importance des réseaux communautaires pour les migrants en général est connue. Or, ces réseaux jouent un rôle encore plus important dans les conditions de vie des migrants en situation irrégulière. Les difficultés et l’incertitude généralisée quant à leur destin fait naître des liens solidaires forts parmi ces migrants, difficilement retrouvables ailleurs. D’une certaine façon, la communauté nationale intervient à l’instar d’une famille élargie qui doit préserver la survie de ses membres. Le groupe mettra en commun ses ressources pour faire avancer un idéal commun : une installation réussie dans le pays d’immigration et une amélioration croissante du niveau de vie et de la position sociale de la communauté dans la société d’accueil.

  • 11 La communauté équatorienne n’est évidemment pas la seule à fonctionner de façon très solidaire. Ma (...)

44Dans la situation lausannoise, l’exemple de la communauté équatorienne est très représentatif de ce phénomène11. Cette communauté s’est donné une organisation importante qui lui permet de négocier certaines prérogatives pour le groupe. Elle a pu ainsi obtenir certains avantages de l’administration communale, mais elle développe également des cours de formation et des réseaux d’échange solidaire parmi ses membres.

45L’importance de ces réseaux sociaux est fondamentale pour l’installation du migrant et la réussite de son projet migratoire. Les sans-papiers arrivant sans avoir un réseau familial ou communautaire sur place auront très peu de possibilités de s’implanter. Pour citer un exemple, nous avons rencontré, pendant notre enquête, un migrant irrégulier arrivé seul et qui, pour des motifs personnels, n’avait pas voulu se mettre en contact avec sa communauté nationale. Après six mois de vie à Lausanne, il n’avait jamais réussi à trouver ni un logement ni le moindre travail. Sa situation était désespérée et il arrivait à peine à survivre grâce à l’aide en nature de quelques services sociaux privés.

46Enfin, le rôle du groupe communautaire est aussi très important pour l’élargissement ultérieur du réseau social de l’immigré. En effet, à travers le réseau communautaire, le migrant peut plus facilement accéder au tissu associatif, aux réseaux solidaires et à une quantité importante de personnes placées à différents niveaux dans la société d’accueil, qui peuvent lui venir en aide ou le conseiller devant les nombreux problèmes qui se présentent. Ce « troisième cercle » de solidarité, plus que dans la première phase d’installation, est vital pour la réussite ultérieure du projet migratoire. En utilisant la formule de Bourdieu, pour le migrant en situation irrégulière, les possibilités de séjour et de survie dépendent dans une large mesure de l’existence d’un certain « capital social » et du développement de celui-ci.

L’insertion : une réalité de fait

47Il est indéniable que le « problème » des clandestins est devenu, ces dernières années, un des grands débats de notre société. Ce phénomène a aussi acquis une visibilité auparavant inexistante. Personne ne peut, aujourd’hui, nier la présence en Suisse d’un nombre important de travailleurs étrangers sans permis de séjour. Nous les côtoyons chaque jour dans nos lieux de travail, dans les cafés, dans la rue.

48La plupart des Latino-Américains sans-papiers que nous avons rencontrés et côtoyés vivent dans une lutte quotidienne pour garantir leur survie matérielle et celle de leur famille restée au pays, pour éviter d’être arrêtés ou expulsés, pour s’adapter et s’intégrer à la société d’accueil. Toujours avec l’espoir d’arriver un jour à régulariser leur situation, afin de pouvoir vivre comme des citoyens à part entière.

49Malgré une certaine tendance politique qui vise à criminaliser les nouveaux mouvements migratoires (Palidda, 1999 ; Wacquant, 1999), la réalité est faite de contingents de travailleurs obligés de parcourir le monde en vendant leur force de travail, souvent sans pouvoir retrouver une existence digne.

50L’aspect le plus hypocrite et cynique de la situation actuelle est que, de fait, la présence de ces migrants irréguliers est tolérée et leur force de travail utilisée sans qu’on leur reconnaisse le minimum de droits ni qu’on leur accorde un minimum de dignité. Et la tolérance à leur égard n’est pas due à des motifs humanitaires ou moraux, mais simplement parce que trop d’intérêts économiques sont en jeu. Parce que, malgré certains discours « légalistes », la réalité est que personne n’imagine ni ne souhaite pouvoir renvoyer de Suisse toutes ces personnes. Leur présence est structurelle et des secteurs entiers de notre économie dépendent de cette main-d’œuvre. S’il existait une véritable volonté politique d’expulser ces personnes, il y aurait chaque jour des dizaines d’arrestations et d’expulsions, car les autorités savent où ils sont et où ils travaillent. Les interventions limitées à quelques expulsions ici ou là servent fondamentalement à maintenir la pression et la peur sur l’ensemble des sans-papiers.

51Cependant les sans-papiers équatoriens, colombiens, péruviens, chiliens, boliviens, font désormais partie des habitants de cette ville. Malgré leur absence de statut, ils sont déjà bien insérés dans la société lausannoise. Leur civisme et leur dynamisme s’expriment dans les associations, dans les clubs sportifs, dans la création de groupes pour diffuser leur culture, leur langue, leur musique, leurs danses. Dans un contexte difficile et parfois tragique, les migrants latino-américains sans-papiers continuent à travailler et à lutter pour leurs droits. Paradoxalement, c’est dans le combat pour la reconnaissance de leur statut et de leur travail qu’une partie des sans-papiers latino-américains commence à trouver un nouveau sens à leur vie.

Bibliographie

Références

Bourdieu, P., « Le capital social. Notes provisoires », in Actes de la recherche en sciences sociales, (n° 31), 1980, pp. 2-3.

Delgado, M., « Quién puede ser « inmigrante » en la ciudad », in: Delgado, M. et al., Exclusión social y diversidad cultural, Donostia – San Sebastián, Tercera Prensa, 2002, p. 9-23.

Palidda, S., « La criminalisation des migrants », in Actes de la recherche en sciences sociales, (n° 129), 1999, p. 39-49.

Portes, A., « La mondialisation par le bas. L’émergence des communautés transnationales », in Actes de la recherche en sciences sociales, (n° 129), 1999, p. 15-25.

Schammah Gesser, S., Raijman, R., Kemp, A., Reznik, J., « “Making it” in Israel ? Latino Undocumented Migrant Workers in the Holy Land », in E.I.A.L. (Estudios interdisciplinarios de America Latina y el Caribe), (vol. 11, nº 2), 2000.

Valli, M., Les migrants sans permis de séjour à Lausanne, Lausanne, Ville de Lausanne, 2003.

Wacquant, L., « Des ‘ennemis commodes’. Etrangers et immigrés dans les prisons d’Europe », in Actes de la recherche en sciences sociales, (n° 129), 1999, p. 63-67.

Notes

1 Cet article se base principalement sur l’enquête, mandatée par la Ville de Lausanne, que nous avons menée entre 2002 et 2003 (Valli, 2003).

2 Il s’agit de la Misión católica en lengua española (Mission catholique de langue espagnole), située près d’Ouchy à Lausanne.

3 Par ailleurs, ils arrivent aussi comme exilés en demandant l’asile politique. Le motif de la demande n’est pas cette fois l’instauration d’une dictature, comme ce fut le cas pour le Chili, mais plutôt le climat de violence politique dominant dans les pays d’origine. Il s’agit notamment de ressortissants colombiens mais aussi, dans une proportion très limitée, d’Equatoriens, de Boliviens et de Péruviens. Toutefois, sauf en ce qui concerne les Colombiens, leur nombre reste assez limité.

4 En 1998, l’Equateur vit une grave crise économique qui pousse le gouvernement à adopter le dollar américain comme monnaie officielle en 2000. Cette décision sera le déclencheur d’un mouvement migratoire sans précédent pour la population équatorienne. Des dizaines de milliers d’Equatoriens quittent leur pays pour s’installer dans un pays occidental.

5 Pour donner un exemple de cela, nous avons constaté qu’une des premières familles équatoriennes, arrivée en 1996, a été rejointe entre 1997 et 2001 par au moins huit autres groupes familiaux collatéraux.

6 Pour certains de ces pays, notamment l’Equateur et la Colombie, l’obligation d’avoir un visa pour entrer en Suisse date de 1999. Les Brésiliens, par contre, n’ont toujours pas besoin de visa.

7 Il y a, par contre, des agences de voyages spécialisées dans l’émigration irrégulière qui accordent des crédits aux migrants.

8 Un indicateur de ce mouvement est le nombre d’enfants sans-papiers scolarisés. Nous avons constaté qu’après une très forte augmentation durant la période 1998-2002, leur nombre n’a pas augmenté par la suite.

9 Nous établissons donc une différence avec une activité occasionnelle ou ponctuelle dans la prostitution.

10 Selon les statistiques du Service de l’emploi du canton de Vaud, à la fin 2004, il y avait 3 056 demandeurs d’emploi dans ce secteur, parmi lesquels 2 333 chômeurs, avec un accroissement annuel de 13 % par rapport à l’année précédente.

11 La communauté équatorienne n’est évidemment pas la seule à fonctionner de façon très solidaire. Mais pour différents motifs, elle est exemplaire. Nous pouvons mentionner deux éléments décisifs : d’une part, la quantité de ses membres qui lui assure un bon nombre de leaders et de représentants à différents niveaux ; d’autre part, le fait que plus de 90 % de ses membres partagent la même situation de migrants sans autorisation de séjour.

Auteur

Après des études en philosophie et anthropologie effectuées en Italie, Marcelo Valli a obtenu la maîtrise ès sciences sociales de l’Université de Lausanne. Il a mené plusieurs recherches dans le domaine des migrations et il a conduit, pour la Ville de Lausanne, la première enquête de terrain en Suisse sur la situation des sans-papiers. Outre ses travaux de recherche, il est impliqué depuis de nombreuses années dans l’action sociale de terrain

© Éditions ies, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540