Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Suisse au rythme latino

 | 
Claudio Bolzman
, 
Myrian Carbajal
, 
Giuditta Mainardi

Partie I. Projets migratoires au quotidien dans la société Suisse

Entre normalité et anormalité : que signifie vivre dans un contexte d’imprévisibilité ?

Le cas des femmes latino-américaines sans-papiers1

Myrian Carbajal

Texte intégral

  • 1 Cet article se base sur les résultats de ma thèse intitulée « Actrices de l’ombre. La réappropriat (...)

1Le déplacement de personnes en quête de meilleures conditions de vie existe depuis toujours. L’inégalité croissante entre les niveaux de développement économique des différentes régions du monde est ainsi par exemple à la base de l’émigration vers les pays du Nord de nombreux individus habitant le Sud. Aujourd’hui, l’économie globale nécessite, de manière structurelle, deux types de migration. Le premier type concerne tout d’abord les personnes hautement qualifiées qui, en Suisse comme ailleurs, peuvent migrer légalement, alors que le deuxième a trait aux déplacements de main-d’œuvre bon marché (Massey, 1993, pp. 440-444). Ce deuxième type de migration est souvent le fait des personnes sans-papiers occupant des emplois dans les secteurs de l’agriculture, de la construction, de l’hôtellerie et de la restauration (Piguet et Losa, 2002) ainsi que des services domestiques dans lesquels sont impliquées de nombreuses femmes migrantes.

2En tant que catégorie d’analyse, les femmes ont été longtemps absentes de l’étude de la migration. Depuis une vingtaine d’années toutefois, la migration internationale de femmes indépendantes s’accroît et participe de ce fait à la visibilité des femmes dans ce champ d’analyse. Cette visibilité accrue s’explique par leur importance numérique d’une part – les femmes représentant en effet 50 % de la population migrante dans le monde (Organisation mondiale des migrations, 2003) – et, d’autre part, par l’importance acquise récemment par la perspective de genre. Selon Riley et Gardner (1993, p. 196), cette dernière souligne le caractère différent de l’expérience des femmes migrantes par rapport à celle des hommes. En raison de leur socialisation, les hommes et les femmes assument non seulement des rôles et des travaux distincts, mais ils/elles perçoivent et interagissent avec l’environnement de manière différente. L’option d’émigrer est ainsi perçue différemment selon le genre.

3Prenons par exemple l’émigration des femmes latino-américaines vers l’Europe, en augmentation depuis deux décennies. Nombre d’entre elles migrent de manière indépendante et deviennent ainsi les premiers maillons des chaînes migratoires. Caractérisé d’un côté par le nombre croissant de femmes cheffes de famille – ce qui représente, dans beaucoup de pays latino-américains, un quart voire plus du total des ménages de ces pays – (Carbajal, 2003, pp. 1217-1223), la migration latino-américaine se distingue également par le statut illégal que ces femmes auront dans le pays d’immigration. En Suisse, par exemple, la politique migratoire autorise de préférence le séjour de ressortissants des pays d’Europe de l’Ouest ou de travailleurs qualifiés. Pour les femmes latino-américaines, souvent moins qualifiées que les hommes sur le plan professionnel, il s’avère pratiquement impossible d’obtenir un permis de travail. Elles se retrouvent ainsi en Suisse sans autorisation de séjour et possèdent très peu de chances de régulariser leur situation.

4Légalement inexistantes, ces femmes séjournent toutefois en Suisse seules ou avec leur famille et elles travaillent dans le secteur domestique et la garde d’enfants pendant quatre mois, deux ans, cinq ans, huit ans, voire plus. Elles ont des amis, utilisent l’espace public et forgent des projets de vie que certaines d’entre elles désirent réaliser en Suisse. En somme, elles mènent une existence concrète et quotidienne. Comment dès lors saisir l’existence quotidienne de ces femmes en regard de leur inexistence et invisibilité légales ? En d’autres termes, comment ces femmes se font-elles une place dans une société où justement elles n’en ont pas ? Que peut-on dire de leur agir face à un univers de la clandestinité fait de contraintes et d’imprévisibilité ? Cet article abordera ainsi l’agir de ces femmes dans le champ des possibles limité par la clandestinité et comptera trois parties : la problématique, la méthodologie et les principaux résultats.

Problématique

5Notre analyse porte sur les femmes qui restent dans l’ombre, c’est-à-dire celles qui adoptent comme principale stratégie « l’homogénéisation » dans les espaces publics afin d’éviter de se faire remarquer, dans le but de prolonger leur séjour en Suisse. Cette stratégie diffère diamétralement de celle de la visibilité sociale incarnée notamment par les mouvements de sans-papiers. Le fait de parler de personnes sans-papiers implique de se référer à une catégorie d’individus portant un secret ou un stigmate. Ceci relève de la définition juridique du statut de sans-papiers, c’est-à-dire des personnes occupant de manière illégale et illégitime une place dans la société. L’attribution de ce nouveau statut constitue un fait nouveau dans la vie et l’identité de ces individus. Dans ce texte, nous avons ainsi donné de l’importance aux concepts de mode de vie et d’identité.

Mode de vie

6Ces femmes doivent créer un nouveau mode de vie dit résistant qui leur permet de prolonger leur séjour sur le territoire helvétique. Pour ce faire, elles reproduisent les conditions de la clandestinité et assurent ainsi la survie et la poursuite de leurs objectifs migratoires. En quête de meilleures conditions de vie, ces femmes ont en effet migré pour des motifs économiques, familiaux, pour suivre des études ou encore en raison d’éléments liés à leur statut de femme (Carbajal, 2004, pp. 133-140). Le fait de se concentrer sur le mode de vie de ces femmes implique d’observer leurs conditions de vie actuelles et d’identifier leur mode d’organisation, leurs routines ainsi que les logiques d’action et les ressources qu’elles arrivent à mobiliser. En conséquence, les questions suivantes ont guidé l’analyse :

  • A l’instar de n’importe quel migrant, ces femmes arrivées en Suisse doivent premièrement apprendre à interagir avec un contexte nouveau fait de normes, règles, usages et codes propres au pays de réception. D’autre part, elles doivent également intégrer la clandestinité à leur mode de vie et apprendre ainsi à élaborer différentes stratégies afin de ne pas se faire remarquer, de maîtriser la peur et d’assurer leur survie. A cet égard, comment intègrent-elles la clandestinité dans leur mode de vie ?
  • Comme évoqué précédemment, ces femmes arrivent en Suisse avec des projets migratoires relevant de la recherche soit d’une certaine sécurité économique et sociale soit de plus de liberté et d’indépendance en tant que femme. Or, la clandestinité s’inscrit en porte-à-faux avec ces objectifs et attentes, car elle est synonyme de précarité, d’insécurité et de restrictions. Dès lors, comment ces projets migratoires sont-ils présents dans le mode de vie actuel de ces femmes ?
  • Finalement, il s'agit de comprendre la manière dont ces femmes interprètent leur expérience migratoire et le sens qu’elles lui attribuent. A cet égard, il s’avère nécessaire de mettre en évidence l’univers de croyances et de comparaisons que les femmes latino-américaines font entre l’« ici » et le « là-bas », c’est-à-dire entre leur pays d’origine et le pays de réception (Bolzman, 1996, pp. 106-108).

Identité

7Tout processus migratoire implique une certaine coupure dans la trajectoire personnelle et sociale de la personne. Dans le nouveau contexte du pays de réception, tout est neuf et inconnu. La nouvelle venue n’a ni racines ni histoire. Au vu de son ancienne appartenance à une famille, à un groupe de travail ou encore à un réseau d’amis, elle a perdu de nombreux rôles qu’elle exerçait dans sa communauté d’origine et pour lesquels elle recevait une reconnaissance sociale.

8De plus, ces femmes se voient confrontées à l’assignation d’un nouveau statut. En tant que sans-papiers, c’est le sens de l’existence, le passé et la capacité à se projeter dans l’avenir qui sont niés. En outre, elles séjournent en territoire helvétique de manière illégitime et sont confrontées de ce fait au regard dévalorisant du groupe dominant et se voient affublées d’attributs négatifs tels qu’« illégales », « délinquantes », « profiteuses » et « menteuses ». L’état de clandestinité ainsi que le fait d’être légalement inexistante sont ainsi une atteinte directe au sentiment identitaire de ces personnes. La reconstruction implique un passage du statut de personne non existante à celui d’individu existant. Afin de comprendre ce processus, les questions suivantes ont été posées :

  • Comment ces femmes réagissent-elles à cette assignation identitaire de « sans-papiers » ? Pour répondre à cette question, nous partirons du concept de stratégies identitaires qui implique que ces femmes peuvent jouer sur leur définition de soi (Lipiansky et al., 1990, p. 24). Par conséquent, il nous importe d’identifier les stratégies identitaires élaborées par ces femmes afin de ne pas se laisser atteindre par le regard stigmatisant d’autrui et avoir ainsi un sentiment de cohérence et de continuité identitaire.
  • Ces stratégies identitaires s’expriment dans une situation marquée par des rapports inégalitaires entre groupe dominant et groupe dominé. L’assignation du statut de « sans-papiers » homogénéise cette catégorie d’individus en leur attribuant des caractéristiques négatives. Personne ne souhaitant évidemment appartenir à un groupe social dévalorisé, comment s’insèrent dès lors les stratégies identitaires de ces femmes dans le cadre d’un rapport de force inégalitaire ?
  • La notion de système de référence – c’est-à-dire l’ensemble des normes qui valident ou invalident l’identité des sujets – s’avère ici pertinente. Il s’agit ainsi d’identifier le système de référence qui permet aux individus d’atteindre une reconnaissance et une existence sociales. Ce système peut être conforme aux normes et aux valeurs propres du pays d’origine, il peut également s’approprier celles du pays de réception ou reprendre un peu des deux.

Méthodologie

  • 2 Au sens de Weber, c’est-à-dire « un ensemble significatif qui semble constituer aux yeux de l’agen (...)

9Notre principal intérêt se porte sur l’agir des femmes latino-américaines dans un contexte de clandestinité fait de contraintes, d’insécurité et de peurs. Il importe de comprendre les « motifs »2 de l’action des actrices, c’est-à-dire la signification subjective que ces femmes attribuent à l’expérience de clandestinité. Cela signifie entrer de plain-pied dans la complexité des acteurs sociaux, comprendre leurs logiques d’action et saisir leurs intentions, leurs contradictions ainsi que leurs croyances. A cet égard, le recours au paradigme compréhensif nous paraît nécessaire.

10Celui-ci permet de comprendre la réalité sociale à partir du sens que prennent les choses pour les individus (Blumer, 1969, pp. 83-89). Ce paradigme voit en effet l’individu comme un acteur social. Dans cette perspective, c’est en privilégiant la parole des immigrées qu’il s’avère possible de saisir le sens donné par ces femmes à l’expérience sociale de la migration clandestine.

11Par ailleurs, le paradigme compréhensif s’interroge également sur la manière dont les individus, dans des situations concrètes, font exister et perdurer leurs pratiques afin de gérer les problèmes auxquels ils doivent faire face (Garfinkel, 1967, pp. 10-11). Notre recherche s’intéresse au mode de vie de ces femmes, c’est-à-dire à la manière dont ces dernières organisent leurs pratiques sociales afin de répondre aux besoins du quotidien et de reproduire, dans le futur immédiat, leur mode de vie. Cela implique de s’intéresser aux routines, aux pratiques quotidiennes et aux habitudes. A cet égard, le paradigme compréhensif est une fois de plus tout à fait pertinent.

  • 3 our une définition des récits de vie, voir Bertaux, 1997, p. 70.

12L’adoption de cette perspective implique l’utilisation de méthodes qualitatives. Au vu des objectifs de cette recherche, il est en effet fondamental de saisir la diversité des représentations, des comportements et des conduites des femmes concernées. Ceci n’est accessible que par le langage, c’est-à-dire par les récits de vie de ces femmes3. L’enquête a privilégié cette méthode et c’est à travers la narration de l’histoire de l’immigrée elle-même que le phénomène de la migration sera donc appréhendé.

  • 4 Le concept de saturation a été développé par Barney Glasser et Anselm Strauss et il fait référence (...)

13La récolte de données a été faite en trois étapes. Cette méthode a permis une interaction constante entre la théorie et le travail de terrain (construction progressive des catégories d’analyse). L’analyse par étapes successives a permis de faire émerger peu à peu une logique commune (modèle théorique). Ce modèle a atteint sa saturation4 une fois que les nouvelles informations du terrain n’ont plus apporté de changements significatifs (Strauss, 1992). Au total, nous avons interviewé 24 femmes latino-américaines, de diverses nationalités (Pérou, Equateur, Colombie et Bolivie). Au fur et à mesure que la recherche avançait, nous avons équilibré le nombre d’entretiens en « hétérogénéisant » l’échantillon selon le temps de séjour en Suisse, l’âge, l’état civil et le niveau d’éducation.

14Comme ces femmes sans-papiers sont légalement inexistantes, elles ne sont repérables ni dans l’annuaire téléphonique ni par des petites annonces. La prise de contact s’est ainsi réalisée de trois manières différentes : au travers d’intermédiaires (c’est-à-dire des tierces personnes en contact avec des sans-papiers), par le contact direct (favorisé par la nationalité de la chercheuse et la connaissance du réseau) et finalement par le bouche à oreille. A cet égard, il est important de signaler deux éléments ayant facilité les interactions. La langue d’une part, car les entretiens ont été réalisés en espagnol – la langue maternelle des interviewées et de l’enquêteuse. Ceci a permis à chacune des interviewées de s’exprimer dans sa langue, de se sentir à l’aise et de créer une ambiance de complicité. D’autre part, le fait de provenir du même continent, de partager des éléments culturels communs, d’avoir une expérience commune de la migration ainsi que le fait d’être femmes ont permis de créer un climat de confiance.

Principaux résultats

15Les résultats de cette recherche peuvent se résumer ainsi : les femmes latino-américaines sans-papiers construisent leurs expériences sociales dans un processus de passage d’une vie « anormale » à une existence « normale ». Autrement dit, ces femmes, afin de prolonger leur séjour en Suisse en tant que sans-papiers, doivent créer les conditions pour passer du stade où elles disent que « ce n’est pas une vie » à un autre stade où elles peuvent affirmer « j’ai une vie normale ». Les expériences sociales de ces femmes oscillent ainsi entre deux pôles : l’illégalité et la normalité. La présentation des résultats va se concentrer sur l’explication de ce processus (voir schéma 1).

Schéma 1 : Principaux résultats d’une vie « anormale » à une existence « normale »

Schéma 1 : Principaux résultats d’une vie « anormale » à une existence « normale »

16Les femmes latino-américaines sans-papiers doivent créer les conditions favorables pour que le passage d’une vie « anormale » (celle de sans-papiers) à une vie « normale » – qui reste malgré tout et dans la plupart des cas une existence de clandestine – se réalise. Le fait de parler d’un passage ne sert qu’à expliquer une réalité sociale. Il ne s’agit toutefois pas d’un passage grâce auquel une étape a été franchie ou pour lequel il n’y a pas de retour en arrière. Ces femmes demeurent des « sans-papiers » et n’ont pas transformé leur statut. Il leur suffit ainsi d’être confrontées à n’importe quel événement en lien avec la clandestinité (par exemple prendre connaissance d’une histoire de renvoi ou d’éviter de justesse un contrôle policier, etc.) pour que la peur revienne et que les éléments relatifs à l’illégalité remontent à la surface.

17Le stade qu’elles nomment « ce n’est pas une vie » se caractérise par une très forte présence d’éléments propres au « monde » de la clandestinité (peur, dépression, insécurité, impuissance, dépendance, sentiment d’illégitimité, perte de statut, abus, etc.). En somme, il s’agit de tout ce qui représente l’anormalité du vécu face auquel elles se sentent démunies et sans ressources. Dans ces conditions, les projets migratoires se révèlent irréalisables et les rêves de ces femmes sont refoulés pour laisser la place aux soucis, aux préoccupations et aux réponses à apporter au quotidien. C’est l’ici et le maintenant qui prennent le dessus, c’est-à-dire l’obligation d’assurer la survie et de prolonger leur séjour en tant que sans-papiers. Paradoxalement, c’est également à ce monde de la clandestinité qu’elles doivent être initiées voire s’intégrer, faute de quoi l’apprentissage de l’art de vivre dans la clandestinité ne serait pas possible. En y entrant, elles découvrent son fonctionnement et apprennent comment s’y débrouiller (comportements à adopter, endroits à éviter, réponses à donner, aspects à négocier lors d’un entretien d’embauche, façons de se débrouiller pour avoir un logement, pour se faire soigner ou pour gagner la confiance de ses patronnes – avec lesquelles elles sont plus souvent en relation).

18C’est dans ce monde également que leur dignité est souvent bafouée lorsqu’elles font l’expérience du mépris, de l’exploitation, de l’injustice, de la discrimination ou encore de l’indifférence totale. Cette impuissance permet la naissance d’un sentiment latent de révolte qui se nourrit tout au long de l’expérience migratoire. Etant donné que cette révolte ne peut s’exprimer « publiquement », les femmes latino-américaines se tournent vers elles-mêmes de manière réflexive. Le processus de réflexivité implique un retour sur soi (Bajoit, 1997, p. 117-118) qui permet à ces femmes de prendre de la distance par rapport à leur vécu actuel, de se « rappeler » les raisons qui les ont poussées à partir, les rêves qu’elles avaient ainsi que leur identité passée. Cette « mémoire » endormie se réveille et leur permet de problématiser le vécu par la prise de conscience de l’inadéquation entre leurs conditions d’existence actuelles et le mode de vie imaginé. Leurs conditions de vie actuelles marquées du sceau de la clandestinité s’avèrent en effet problématiques, car venues en Suisse en quête de meilleures conditions de vie, elles s’y retrouvent dans un présent marqué par l’insécurité, la peur et la méfiance.

19La mémoire se révèle ainsi comme un élément important afin de resituer l’identité dans une continuité marquée par un passé, une histoire, des racines, des rêves et des perspectives futures. Au sujet de leur passé, les femmes latino-américaines sans-papiers se reconnaissent comme des femmes courageuses ayant déjà vécu l’épreuve du départ de leur pays en y ayant laissé leurs enfants, leurs parents ainsi que leur culture. Cette identification et cette rencontre avec elles-mêmes leur fait également redécouvrir des forces, des moyens et des ressources.

20Par ce biais, ces femmes peuvent se détacher du présent, elles parviennent à se rappeler leurs rêves et sont ainsi capables d’imaginer la possibilité d’un nouveau mode de vie (« avoir une vie normale »). Ces femmes ne peuvent pas changer leur situation, mais elles sont néanmoins en mesure de modifier la lecture qu’elles en font et donner ainsi une autre interprétation à leur impuissance. C’est de cette façon qu’elles créent en cours de route et/ou actualisent leurs projets migratoires selon les ressources à disposition ou en cours d’élaboration.

21La notion de normalité apparaît comme centrale dans cette transition. Ces femmes cherchent à se rapprocher de ce qui représente la « normalité », c’est-à-dire de ce qui est socialement reconnu comme légitime. Cela implique de mettre en avant le fait qu’elles sont comme les autres. Elles mènent un rythme de vie normal, elles travaillent décemment, elles se révèlent utiles à la société, elles pensent à leurs enfants, elles souhaitent un futur plus radieux, elles ont des amis et des loisirs, etc. Il s’agit ainsi de se prouver et de prouver aux autres qu’elles ont la même valeur et une identité normale.

  • 5 Nous nous inspirons des résultats des études de Marc-Henry Soulet : « (…) ce processus suppose bie (...)

22Au moment où elles se redéfinissent sur le plan identitaire, ces femmes vont ainsi réaliser un rééquilibrage des lignes biographiques5 (voir schéma 2). Le passage de « ce n’est pas une vie » à l’affirmation d’une « vie normale » implique que l’ancienne place prépondérante prise par la ligne de la clandestinité s’érode et, sans pour autant s’effacer complètement, occupe une place moins importante voire même marginale. En parallèle à cette marginalisation de la ligne de la clandestinité, d’autres lignes vont gagner de l’importance et sortir au grand jour afin de permettre le rétablissement d’une identité en continuité avec le passé. Les femmes latino-américaines vont ainsi donner de l’importance à d’autres lignes biographiques au niveau de leur identité (mère de famille/mère célibataire, fille aînée de la famille, femme travailleuse et femme mûre et indépendante). Par conséquent, la clandestinité se voit minimisée face à l’importance de se percevoir et d’être perçue comme de « bonnes mères » ou comme de « bonnes filles ». De même, le travail, auparavant source de malaise en raison de son caractère dévalorisant et humiliant, gagne de l’importance. La clandestinité enfin, synonyme de restriction personnelle et de dépendance, va se voir réinterprétée comme une expérience de liberté et d’indépendance.

23A cet égard, le fait de vivre en tant que femme sans-papiers acquiert des connotations « normales ». Des lignes biographiques socialement reconnues et valorisées sont ainsi mises en évidence. Qui pourrait en effet se méfier d’une femme qui travaille, qui se sacrifie pour le futur de son enfant et qui se soucie du sort de ses parents ? Qui pourrait nier la légitimité des actes d’une femme qui ne cherche qu’à mûrir, à être indépendante économiquement et/ou socialement ? Qui pourrait contester le bien-fondé des actions d’une femme qui cherche à se libérer des préjugés et des tabous liés à son genre ? Enfin, qui pourrait douter de quelqu’un travaillant honnêtement et fournissant d’ailleurs un travail nécessaire à la société suisse ? De cette manière, ces femmes attribuent ainsi un sens de normalité à leurs expériences en faisant appel aux valeurs acceptées et reconnues socialement dans le pays de réception et ce même si le fait de séjourner en Suisse sans en avoir le droit reste illégal, puni par la loi et donc criminel.

24Le passage d’une vie « anormale » à une existence « normale » est ainsi possible grâce à la mobilisation d’un système de référence majeur, celui des êtres humains. En se référant aux groupes des êtres humains, ces femmes recherchent des similitudes avec les groupes majoritaires sans pour autant renoncer à leurs différences. Elles insistent sur le fait qu’elles appartiennent à la communauté des êtres humains et se placent ainsi sur un pied d’égalité afin de minimiser les différences stigmatisantes. C’est au travers de cette affirmation « nous sommes tous des êtres humains, nous avons tous des droits » que ces femmes acquièrent une place sociale, ne serait-ce que sur le plan symbolique.

Schéma 2 : Système de référence « Nous sommes tous des êtres humains »

Schéma 2 : Système de référence « Nous sommes tous des êtres humains »

Conclusion

25L’agir dans un cadre d’imprévisibilité recouvre bien d’autres problématiques que celle des sans-papiers. Notre modèle d’analyse peut, dans ce sens, être étendu à l’étude et à la compréhension d’autres phénomènes. Que ce soit en situation de clandestinité et/ou dans un autre contexte de précarité statutaire (requérant d’asile par exemple), que cela concerne le fait de mener une double vie en tant que femme prostituée et/ou pour toute autre personne porteuse d’un stigmate quelconque, que cela ait trait enfin au fait d’être sans domicile fixe, d’être un mendiant et/ou de vivre dans la rue, l’imprévisibilité, loin d’être l’événement majeur, cohabite et devient une caractéristique de la quotidienneté.

26Comment est-il possible dès lors d’« apprivoiser » l’imprévisibilité ? Si le contexte est par définition instable, l’agir quotidien ne peut se permettre de l’être continuellement, sans quoi le chaos, l’arbitraire et l’échec prévaudraient. La construction d’un cadre stabilisateur à travers l’agir devient ainsi une nécessité. Même si la situation de vie dans un premier temps s’accompagne de l’impossibilité de maîtriser des situations inconnues, externes et problématiques, il importe par la suite – afin de survivre – d’introduire de la prévisibilité, c’est-à-dire de construire un cadre stable. C’est au travers des routines et par la force de la répétition des pratiques que la vie au quotidien s’organise. Si ces routines introduisent une certaine stabilité, elles ne changent pas pour autant le caractère imprévisible du contexte. L’agir dans l’imprévisibilité ne se réduit ainsi pas à la mise en œuvre mécanique de routines.

27La mise en place de pratiques et de routines – qui permettent de réduire la sphère de l’inconnu et qui sécurisent par leur répétition – implique un travail de jugement en permanence, c’est-à-dire un travail d’observation et d’interprétation face à l’évolution du contexte. Afin de préserver la survie, il s’agit en effet de savoir anticiper, de rester attentif aux éventuels dangers par une attitude de réflexion et d’être prêt à mettre en place des tactiques différentes. Ainsi, les routines et la réflexivité ne sont pas opposées, mais plutôt complémentaires. Afin d’être efficaces et de donner des résultats, ces tactiques doivent être anticipées par la réflexion (comme par exemple réussir à trouver un logis pour la nuit dans le cas d’une personne sans domicile fixe, mendier et réussir à convaincre des publics différents, esquiver la police lors d’une confrontation directe, etc.).

28Au fur et à mesure qu’une situation préalablement inconnue devient familière, elle suscite moins la peur, elle est moins paralysante et devient de ce fait plus maîtrisable (Carbajal, 2004, pp. 224-227). L’agir dans l’imprévisibilité (clandestinité, monde de la prostitution, vie en tant que SDF, etc.) implique la construction de routines en faisant appel à différents types de ressources et de débrouillardises. De plus, cet agir suppose également la bonne connaissance du mode de fonctionnement de chacun de ces mondes et le fait d’en avoir une certaine maîtrise en regard des règles, codes, habitudes et limites.

29Mais cet aménagement au niveau de l’existence pratique (réussir à assurer sa survie, prolonger le séjour en tant que sans-papiers, trouver un toit en tant que SDF, intégrer des aspects cachés et contrôler l’information en tant que personne porteuse d’un stigmate, etc.), s’il ne s’accompagne d’un travail symbolique, reste déficitaire. L’attribution d’une lecture différente au vécu se révèle nécessaire afin de mieux vivre au jour le jour. Le niveau symbolique regroupe ainsi l’ensemble du travail mené par l’acteur social afin de donner de la cohérence au vécu, de lui attribuer du sens, d’organiser et d’harmoniser les contraintes et l’insécurité et, finalement, de se convaincre continuellement du bien fondé de l’expérience. En d’autres termes, il faut se convaincre que cela vaut la peine de « faire face » et de vivre. Par conséquent, il s’agit de faire du présent un présent qui « tienne la route » et ce grâce à de « bonnes raisons » comme par exemple l’expectative d’un avenir meilleur ou l’acceptation du caractère provisoire de l’expérience actuelle.

Bibliographie

Références

Bajoit, Guy, « Qu’est-ce que le sujet ? », in Bajoit, Guy & Belin, Emmanuel (s/s la dir. de), Contributions à une Sociologie du sujet, Paris : Editions L’Harmattan, 1997, pp. 113-130.

Bertaux, Daniel, Les Récits de vie, Paris : Editions Nathan, 1997.

Blumer, Herbert, « La société comme système d’interactions symboliques », in Symbolic Interactionism, New Jersey : Prentice-Hall, Englewoods Cliffs, 1969, pp. 83-89.

Bolzman, Claudio, Sociologie de l’exil : Une approche dynamique. L’exemple des réfugiés chiliens en Suisse, Zurich : Editions Seismo, 1996.

Carbajal, Myrian, « Peru », in Ponzetti, James (s/s la dir. de), International Encyclopedia of Marriage and Family, New York : Macmillan Reference USA Thomson Gale, 2e édition, volume 3, 2003, pp. 1217-1223.

Carbajal, Myrian, Actrices de l’ombre. La réappropriation identitaire des femmes latino-américaines sans-papiers, Fribourg : Université de Fribourg, 2004.

Commission d’experts en migration, Une nouvelle conception de la politique en matière de migration. Rapport de la commission d’experts en migration, par ordre du Conseil Fédéral, Berne, août 1997.

Garfinkel, Harold, Studies in Ethnomethodology, New Jersey: Prentice-Hall, Englewoods Cliffs, 1967.

Lipiansky, Edmond, Taboada-Leonetti, Isabel et Vasquez, Ana, « Introduction à la problématique de l’identité », in Camilleri, Carmel et al., Stratégies identitaires, Paris : Editions PUF, 1990, pp. 7-26.

Massey, Douglas, Arango, Joaquin et al., «Theories of International Migration: A Review and Appraisal», in Population and Development Review 19, (nº 3), september 1993.

Organisation mondiale des migrations, site web : http://www.iom.int/documents/publication/en/gic_Factsheetscreen.pdf

Piguet Etienne, Losa Stefano, Travailleurs de l’ombre ? Demande de main-d’œuvre du domaine de l’asile et ampleur de l’emploi d’étrangers non déclarés en Suisse, Zurich : Editions Seismo, 2002.

Riley, Nancy, Gardner, Robert, «Migration decisions: the role of gender», in International Migration of Women in Developping Countries, New York : Editions United Nations, 1993, pp. 195-206.

Soulet, Marc-Henry, « Faire face et s’en sortir. Vers une théorie de l’agir faible », in Châtel Viviane, Soulet, Marc-Henry (s/s la dir. de), Agir en situation de vulnérabilité, Québec : Les Presses de l’Université Laval, 2003, pp. 167-214.

Strauss, Anselm, La trame de la négociation, Paris : Editions L’Harmattan, 1992.

Weber, Max, Economie et société, Paris : trad. Plon, 1969.

Notes

1 Cet article se base sur les résultats de ma thèse intitulée « Actrices de l’ombre. La réappropriation identitaire des femmes latino-américaines sans-papiers », approuvée en mars 2004 par la Faculté des Lettres de l’Université de Fribourg.

2 Au sens de Weber, c’est-à-dire « un ensemble significatif qui semble constituer aux yeux de l’agent ou de l’observateur la « raison » significative d’un comportement ». (Weber, 1969, p. 8).

3 our une définition des récits de vie, voir Bertaux, 1997, p. 70.

4 Le concept de saturation a été développé par Barney Glasser et Anselm Strauss et il fait référence à la résistance des catégories d’analyses lors de la confrontation avec les données du terrain (cf. Strauss, 1992).

5 Nous nous inspirons des résultats des études de Marc-Henry Soulet : « (…) ce processus suppose bien évidemment la diminution, symboliquement et pratiquement, de l’importance de la ligne biographique qui s’est révélée fragilisante dans la situation de vulnérabilité au regard d’autres existantes ou naissantes » (Soulet, 2003, p. 189).

Table des illustrations

Titre Schéma 1 : Principaux résultats d’une vie « anormale » à une existence « normale »
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/526/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre Schéma 2 : Système de référence « Nous sommes tous des êtres humains »
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/526/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

Auteur

Dr phil. en travail social, elle travaille actuellement à la Haute école de travail social de Genève (hets) dans le cadre d’une recherche portant sur la mixité, la non-mixité et la formation auprès des femmes faiblement qualifiées. Elle est également cheffe du projet « Migration et intimité » (Fondation Profa Vaud) qui promeut la santé sexuelle auprès des populations migrantes. Dams ée cadre de sa thèse de doctorat, elle a traité de la thématique des femmes latino-américaines sans-papiers en Suisse

© Éditions ies, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540