Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La Suisse au rythme latino

 | 
Claudio Bolzman
, 
Myrian Carbajal
, 
Giuditta Mainardi

Partie I. Projets migratoires au quotidien dans la société Suisse

Découvrir son pays : primomigrants suisses en provenance d’Amérique latine

Une typologie

Claudio Bolzman

Texto completo

1Qu’une personne de nationalité suisse réside en Suisse, cela semble aller de soi. Et pourtant, pour les individus dont traite cet article, cette situation est loin d’être évidente. Nous nous intéressons en effet à des personnes qui possèdent un passeport à croix blanche mais qui ont vécu toute leur vie en Amérique latine. L’émigration vers la Confédération représente pour elles la découverte d’un nouveau pays, qui a la particularité d’être leur pays.

  • 1 Les migrants suisses ont fondé dans ce pays la colonie de Nueva Helvecia (Monnet et Moulin, 1992).

2Cette situation n’est pas exceptionnelle. De nombreux suisses ont quitté leur patrie vers la fin du XIXe siècle et pendant la première moitié du XXe siècle en quête de meilleurs horizons, lorsque la situation socio-économique était particulièrement difficile dans ce pays. L’une des destinations privilégiées a été le continent américain. Ils sont partis non seulement vers les Etats-Unis, mais également vers l’Amérique latine (Arlettaz, 1975, Carron, 1986). De 1869 à 1919, 82 % des émigrants ont comme destination les Etats-Unis, alors que 14,8 % s’embarquent vers l’Amérique latine (Monnet et Moulin, 1992). L’existence de villes comme Nova Friburgo au Brésil ou Colonia Suiza en Uruguay1 témoignent de l’importance historique de cette migration. Mais les migrants helvétiques sont également bien représentés dans d’autres pays, notamment en Argentine et au Chili. De 1857 à 1920, 34 000 Suisses voyagent vers l’Argentine et s’installent dans diverses régions (Carron, 1986). La migration vers le Chili fut plus tardive (surtout entre 1883 et 1886, période pendant laquelle on dénombre 2 600 départs) ; de nombreux Suisses se sont établis dans la région de l’Araucania (Dufey, 1999).

3Actuellement, selon l’Office fédéral de la statistique, près de 50 000 citoyens suisses résident en Amérique latine, ce qui représente environ 10 % des Suisses de l’étranger. La grande majorité sont nés sur ce continent. Ils appartiennent à la deuxième ou à la troisième génération de « migrants ». Grâce à la prédominance du droit du sang pour la transmission de la nationalité, ils ont pu hériter du passeport helvétique de leurs ancêtres, mais ils disposent aussi tous de la nationalité des Etats où ils sont nés, du fait de la prédominance du droit du sol en Amérique.

  • 2 Genève est le seul canton qui possède un Service social spécifique qui vient en aide aux Suisses d (...)
  • 3 Un quart des Suisses de retour avaient séjourné en Amérique latine avant de revenir en Suisse.

4Alors que les migrations des Suisses vers l’Amérique latine ont fait l’objet de nombreuses recherches, ce n’est pas le cas des déplacements des Suisses de l’étranger et de leurs descendants vers la Suisse. Dans l’une des rares études sur le thème que nous avons conduit avec Italo Musillo (portant sur 210 migrants assistés par l’Unité d’aide aux Suisses de retour de l’étranger de l’Hospice général de Genève2) nous avons pu pourtant constater que plus de trois quarts des primomigrants avec un passeport helvétique sont originaires de l’Amérique latine (Bolzman et Musillo, 1996 ; 1997)3. Les descendants des Suisses les plus attirés par un séjour dans le pays de leurs aïeuls proviendraient ainsi principalement de cette région du monde.

  • 4 L’approche compréhensive s’inscrit dans la tradition sociologique weberienne. Il s’agit pour le ch (...)

5A partir d’une approche compréhensive4, cet article s’intéresse aux raisons qui ont conduit ces primomigrants à s’expatrier d’Amérique latine vers la Suisse et à la manière dont ils appréhendent ce pays qui est formellement le leur, dont ils ont entendu parler souvent à travers les récits de leurs parents ou grands-parents, mais dont ils connaissent souvent mal la langue, ainsi que les réalités quotidiennes.

6Ces primomigrants, qui découvrent donc la Suisse pour la première fois de leur existence, sont dans leur grande majorité des jeunes adultes, souvent célibataires ou mariés et ont un niveau d’instruction plutôt élevé (la plupart ont au minimum terminé des études secondaires post-obligatoires) (Bolzman et Musillo, 1996). Ils partagent également le fait qu’un seul de leurs ascendants est de nationalité suisse, l’autre étant souvent d’origine latino-américaine ou d’une autre nationalité européenne. De plus, dans le cas de personnes mariées, le conjoint n’est pas suisse non plus. Malgré ces traits communs, les primomigrants ne constituent pas une population homogène. Ils se distinguent principalement par les raisons qui les ont amenés à émigrer, souvent en lien avec leurs modes d’insertion dans leurs sociétés d’origine ; ils se différencient aussi par leurs connaissances de la société helvétique et leurs attentes par rapport à celle-ci, par la manière dont ils s’insèrent et envisagent leur séjour, par le regard qu’ils portent sur la société suisse et sur leur statut de citoyens suisses.

7Sur la base de ces différents facteurs différenciateurs, cet article propose une typologie de diverses figures de l’émigration vers son pays. Le matériel qui sert de base à l’élaboration de la typologie est constitué de récits récoltés lors des entretiens semi-directifs auprès des primomigrants suisses. La principale source de ces récits est la recherche de Bolzman et Musillo (1996) déjà mentionnée. Quelques autres ont été récoltés dans le cadre d’une recherche sur l’exil chilien (Bolzman, 1996) à laquelle ont participé quelques « Suisses » directement concernés par la problématique. Enfin, l’un des récits récolté dans le cadre d’un travail de diplôme sur les Péruviens à Genève (Valle, 1993), a été également utile pour l’élaboration de la typologie.

8Il convient de préciser que les types sociaux présentés ici sont des types-idéaux (Weber, 1965) ou des « artefacts théoriques », à savoir des constructions synthétiques et simplifiées de la réalité à partir du point de vue du chercheur. Ces types permettent de visualiser et de comprendre une problématique avec plus de clarté. Nous ne visons donc pas à faire une description exhaustive de toutes les formes de déplacement des Suisses d’Amérique latine vers la Suisse. En effet, notre article ne prétend pas être le fidèle reflet de la réalité sociohistorique ; il s’agit plutôt d’ouvrir, à titre exploratoire, des perspectives pour analyser et comprendre la complexité des motivations et des parcours migratoires des Confédérés originaires d’Amérique latine. Nous distinguerons ici quatre types : les exilés, les chercheurs de racines, les aventuriers, les chercheurs d’opportunités.

Les exilés

9Les exilés sont des personnes qui ne se sentaient pas en sécurité en Amérique latine en raison des situations de violence politique. Certains étaient engagés politiquement, d’autres pas, mais tous avaient le sentiment de mettre en danger leur existence s’ils restaient sur place. Le fait d’avoir la nationalité suisse ou de pouvoir la récupérer, les a encouragés à partir, pensant que leur accueil serait moins problématique dans la Confédération que dans un Etat où ils n’avaient pas de droits citoyens.

10La Suisse représentait pour eux une bouée de sécurité, un espace de protection auquel ils pouvaient accéder sans trop de difficultés. Cela était d’autant plus important qu’ils ont dû quitter relativement vite leur pays de résidence. Ils ne savaient pas ce qu’ils feraient dans la Confédération, même s’ils espéraient pouvoir poursuivre leurs études ou l’activité professionnelle qu’ils exerçaient auparavant. Ils n’avaient pas nécessairement non plus une idée claire quant à la durée de leur séjour. Certains escomptaient poursuivre leurs activités politiques et solidaires dans le but de pouvoir retourner dans leur pays, d’autres venaient avec l’intention de commencer une nouvelle vie, loin de la violence :

  • 5 Les citations concernant les exilés sont tirés des entretiens non publiés faits par l’auteur dans (...)

Nous sommes partis d’abord vers l’Angleterre. Quand ma femme est arrivée, elle n’avait pas de documents. Nous nous sommes présentés à l’Ambassade suisse, et du jour au lendemain on lui a donné un passeport provisoire (…) Après nous sommes allés en Espagne. J’ai demandé à être rapatrié en Suisse depuis là-bas : on m’a dit non, on m’a dit oui, lorsque je leur ai raconté mon histoire, ils m’ont cru, ils se sont comportés correctement. Et à l’arrivée à Genève, on m’a donné tout de suite un passeport, sans aucun problème. Au début, j’ai dû vivre du chômage, on m’a fait un peu de problèmes, mais on m’a payé quand même, un prêt, que j’ai dû rembourser plus tard.5

11Ces migrants étaient pour la plupart des étudiants ou des professionnels ayant achevé une formation universitaire. A l’arrivée en Suisse, ils ont connu en général, contrairement à leurs attentes, une déqualification professionnelle qui les a marqués. Un des aspects les plus problématiques vécu par ces personnes concerne en effet le transfert des savoirs et des savoir-faire acquis précédemment dans les domaines scolaires et professionnels vers la Suisse. Ils avaient bien souvent le sentiment que leur formation et leur expérience professionnelles étaient sous-estimées, dévalorisées. Il a été difficile pour eux de faire reconnaître leurs études précédentes sur le marché de l’emploi ou pour poursuivre leur formation. Comme le raconte cet interviewé :

Nous sommes venus en Suisse allemande, parce que j’avais étudié au lycée allemand de Santiago, mais là-bas la vie est très dure on doit travailler dans n’importe quoi et on ne peut pas étudier. J’ai voulu étudier l’allemand à Fribourg, pour bien maîtriser la langue, car j’avais fini le lycée il y a sept ans et comme ce n’était pas ma langue maternelle, je ne maîtrisais pas suffisamment l’allemand. Je voulais étudier pour pouvoir travailler comme journaliste, mon métier au Chili, mais on m’a donné une réponse négative et on m’a mis à travailler dans des emplois que personne ne voulait.

12Même si certain d’entre eux avaient entendu parler de la Suisse à travers les récits de leurs parents ou grands-parents, ils ne connaissaient guère la vie quotidienne dans le pays. Ils ont été surpris, voire choqués par certaines réalités qu’ils ont découvertes à leur arrivée. Ils estiment avoir une mentalité très différente de celle qu’ils aperçoivent dans leurs contacts avec la population locale. Ils estiment plutôt difficile de se faire des amis et ils fréquentent surtout d’autres Latino-Américains. Ils observent que les styles de relations sociales, les sujets de conversation, les objectifs dans la vie sont trop différents par rapport à l’Amérique latine, et rendent les relations plus compliquées. Comme le dit cet interviewé :

Ici mes amis sont des Latino-Américains, en particulier des Chiliens. L’intégration au milieu suisse n’a pas été facile. J’ai essayé de participer, j’ai participé aux syndicats, mais ce n’est pas facile, le langage que nous parlons n’est pas le même, même avec des gens qui ont une vision politique » ; ou encore cet autre : « Je crois qu’ici nous nous sommes adaptés, mais pas intégrés. Nous avons beaucoup de critiques à l’égard des Suisses (…), ils sont égoïstes, ils sont individualistes, ils discutent du chien ou des choses superficielles, je ne sais pas ici ils ont tous les moyens de communication, mais ils ne savent pas ce qui se passe dans le monde.

13En tant que Suisses de l’étranger, ils estiment ne pas être traités de la même manière que les Suisses ayant vécu toute leur vie dans la Confédération, et ceci en particulier sur le plan des opportunités professionnelles. Ils se sentent victimes d’une certaine discrimination :

Au moment d’entrer à la banque, nous étions deux personnes, un Suisse et moi. Il venait de finir économie à l’Université. Moi, j’avais fait une année d’informatique dans une école privée et avais étudié l’économie au Chili ; de plus j’avais dirigé ici une petite entreprise. Il a été engagé comme analyste-programmeur et moi comme programmeur. Cette différence existe toujours, y compris au niveau du salaire.

14En même temps, ils sont conscients que le fait de disposer de la nationalité suisse leur a donné certains avantages par rapport à d’autres exilés ou migrants : un interviewé a pu travailler dans une entreprise qui engageait uniquement du personnel suisse, un autre a pu créer rapidement sa propre entreprise, sans devoir attendre plusieurs années.

15Du point de vue identitaire ils se sentent surtout latino-américains, comme cet interviewé :

Je suis un Chilien, exilé politique, employé d’une banque suisse, marié, proche de la quarantaine, sans enfants. Un Suisse postiche, élevé dans une famille petite-bourgeoise.

16Ils n’avaient donc pas d’attentes sur le fait d’être reconnus comme Suisses par la population helvétique et se sentaient même fiers d’être considérés avant tout comme latino-américains. Pour eux la nationalité suisse est avant tout une garantie de protection.

17Quant à leur avenir, ils se voient mal rester en Suisse :

Nous pensons retourner (au Chili). Peut-être qu’il y a une possibilité de transfert au niveau de l’entreprise, ce qui rendrait facile le retour, du fait d’avoir un travail… autrement il faut épargner et acheter quelque chose pour y vivre.

18Trois interviewés sur quatre sont en fait retournés dans leur pays. Le retour ne signifie pas toutefois couper tous les ponts avec la Suisse, où résident souvent des membres de la famille ou des amis.

Les chercheurs de racines

19Les chercheurs de racines sont des personnes qui ne se sentaient pas à leur place en Amérique latine. De par leur éducation, leur style de vie, ils se sentaient différents du reste de la population et pensaient qu’ils ne seraient reconnus dans leur identité qu’en Suisse. Ils proviennent de familles où l’on se transmettait de génération en génération des valeurs et des traditions que l’on considérait comme typiquement helvétiques. De plus, ces familles participaient activement à la vie communautaire des Suisses de l’étranger ce qui contribua à renforcer leur sentiment d’appartenance. Les enfants élevés dans ce contexte ont souvent été envoyés dans des écoles suisses, où ils ont pu avoir accès à un enseignement bilingue, mais aussi à une valorisation du côté européen de leur identité. Comme le dit cet interviewé :

  • 6 Les citations concernant les chercheurs de racines sont tirées de Bolzman et Musillo (1996, pp. 10 (...)

Ma culture, ma manière d’être, ma manière d’agir étaient plus suisses qu’argentines. En fait, j’ai eu des problèmes en Argentine justement parce que j’avais une mentalité suisse, un peu carrée. Je le reconnais que je suis carré, mais pour moi dans la vie il y a une ligne : les choses bien faites sont d’un côté, les choses mal faites sont de l’autre côté. Il n’y a pas de zone grise. En Argentine c’est tout gris. J’ai eu beaucoup de problèmes pour ça. Je n’ai pas pu m’adapter vraiment à la manière argentine, je suis mieux ici que là-bas. (…) Malgré que j’aie vécu cinquante ans là-bas, j’ai dû m’adapter, mais j’étais toujours mal à l’aise. Quand je suis arrivé, j’ai dit : ah, c’est la démocratie, ça c’est comme ça qu’on doit vivre, voilà.6

20Cette autre femme qui est venue rejoindre sa sœur installée à Genève, découvrant ainsi les lieux où ont vécu ses aïeuls, raconte :

Je pense que nous avons été toutes les deux très influencées par la famille de ma mère, par exemple nous faisions partie d’une colonie de Suisses très actifs à Buenos Aires, Nous participions très régulièrement aux réunions organisées par l’ambassade à l’occasion de la fête nationale et toutes les fois qu’elle nous envoyait des invitations. On mangeait des raclettes, on écoutait de la musique dans un joli club à côté de l’ambassade, il y avait même une émission radio organisée pour les suisses et un bulletin d’information qui nous était adressé par l’ambassade.

21Pour ces personnes, la Suisse représentait un environnement idéal dans lequel elles souhaitaient évoluer, un lieu où elles pourraient vivre davantage en harmonie avec leurs valeurs, un point de référence qui les attirait de manière irrésistible. De plus, des membres de leur famille ou des amis étaient souvent déjà installés en Suisse, ce qui constituait un facteur supplémentaire d’attrait. Il y avait un côté émotionnel et affectif important dans leur projet de départ :

D’abord j’ai parlé par téléphone depuis l’Argentine avec quelqu’un qui habitait ici ainsi qu’avec un ami qui revenait de la Suisse, un Argentin. Il m’a dit : « Tu es suisse, pars ! T’as tout là-bas, pour moi c’est différent, j’ai vécu deux ans, mais je continue d’être argentin ». C’est lui qui a terminé de me convaincre. Comme un autre ami était à Genève, j’ai fait un premier voyage pour conclure une petite affaire avec le propriétaire d’une société de sous-vêtements. Alors je suis tombé amoureux de Genève, je l’aime bien.

Je suis venue avec le projet de profiter de la présence de ma sœur en Europe pour connaître les lieux d’origine de ma mère et surtout de mon père. Je suis venue avec l’intention également de lui tenir compagnie.

22Ces migrants étaient soit des cadres, soit des indépendants, en particulier des commerçants ou des petits entrepreneurs dans leur pays d’origine, connaissant parfois des problèmes dans l’exercice de leur métier, mais souhaitant tout de même poursuivre ce type d’activité professionnelle en Suisse. Tout comme les exilés, ils ont rencontré des difficultés pour pouvoir continuer à exercer les mêmes types de métiers qu’auparavant. Ils se sont heurtés à un manque de reconnaissance de leurs diplômes et de leurs expériences précédentes, ainsi qu’aux divers obstacles rencontrés en Suisse pour exercer un métier indépendant :

Le fait qu’on ne reconnaît pas nos diplômes c’est un grand problème pour nous car on ne peut pas travailler. Les trois premières années, il n’y a aucun Suisse de retour qui peut travailler si la chance n’est pas de son côté. Moi, je suis au chômage. A l’arrivée j’ai travaillé un mois et demi à l’Interdiscount, puis six mois comme vendeur dans une entreprise qui a fait faillite et six mois en occupation temporaire. Pour la langue ça a été difficile aussi. On m’a donné peu de cours et j’ai mis deux ans pour parler le français, personne d’entre nous ne connaissait la langue, mon petit-fils parlait français après six mois, nous après deux trois ans. (…) Et même si nous trouvons un travail, nous payons les mêmes impôts que vous qui êtes là depuis vingt ans. (…) Je ne comprends pas pourquoi on n’a pas droit à une dérogation de trois ans pour les impôts et pour rembourser l’assistance !

23Néanmoins, ils reconnaissent que le fait d’être suisse constitue un plus du point de vue matériel, notamment le soutien que constitue l’aide sociale :

Je dois dire que le fait que l’Hospice général se préoccupe des Suisses de retour c’est fantastique. En Argentine si j’y retournais, on me donnerait des coups de pieds ! Moi, j’ai vécu 54 ans en Argentine, je suis arrivé dans ce pays qui ne me connaissait pas, j’ai été reçu par l’Hospice général, par le chômage, par tout le monde et tout le monde m’a aidé – froidement au guichet – mais on m’a donné de l’argent pour vivre. Dans quel pays du monde vous pouvez trouver ça ?

24A la différence des exilés, ces migrants avaient une image construite et plus définie de la Suisse. Cette image s’était forgée au contact de leurs aïeuls et elle demeure largement positive :

La plus belle et la plus importante des choses de la Suisse c’est la démocratie, faire toutes les choses qui ne sont pas interdites, le respect pour la liberté des autres c’est magnifique et les interdictions sont bien faites, pas de bruit le dimanche. (…) Puis, il y a la sécurité, la facilité à se déplacer sans risques sans problème.

25Ces interviewés se considèrent pleinement Suisses et sont déçus de ne pas être reconnus comme tels :

Je suis un émigré dans mon propre pays et pour cela je souffre plus qu’eux (ma femme et mes enfants) parce que contrairement à eux je suis suisse, j’aime la Suisse, je suis fier de l’être. Mais les gens ne me considèrent pas suisse, tout le monde fait la différence, ils disent : « Oh, vous avez une autre culture »(…) même à Madame la maire de Genève, j’ai dû le dire : « Vous-même, vous me traitez comme un suisse de l’étranger alors que je suis suisse, point final ».

26Afin de mieux se faire reconnaître, ils se mobilisent et créent ou participent à des Associations de Suisses de retour de l’étranger.

27Même s’ils se sentent bien en Suisse, des obligations familiales ou professionnelles demandent leur présence en Amérique latine. Ils souhaitent partager leur existence entre les deux continents. C’est le cas de ce monsieur dont la femme souhaite y retourner :

A l’âge de la retraite je rentrerai en Argentine, mais j’aurai un pied ici et un pied là-bas ;

28ou celui de cette dame :

Je vais rentrer… et je reviendrai.

Les aventuriers

29Les aventuriers souhaitent découvrir le monde et le fait de disposer d’un passeport helvétique facilite la possibilité de voyager notamment vers la Suisse. Pour eux, la Suisse constitue une plateforme, qui leur permet d’une part de subsister, d’autre part, de par son placement au cœur de l’Europe, de traverser aisément les frontières et de découvrir de nouveaux horizons. Le moteur qui les anime est le désir de vivre de nouvelles expériences en toute indépendance, ainsi que la curiosité, la possibilité de rencontrer des personnes très différentes de celles de leur milieu, de vivre pleinement le présent. Pour eux, l’individu se forge en testant sa capacité à faire face à des situations nouvelles. Suivons à cet égard le récit de cette interviewée :

Quand j’ai eu 18 ans, j’ai décidé de voyager seule j’ai quitté l’Université et je suis partie à Rio de Janeiro pour étudier la photographie. A Lima j’avais commencé à étudier la photographie et comme j’étais la première de la classe, j’ai obtenu une bourse d’études pour aller à Rio. Je suis arrivée au Brésil avec 300 dollars et une lettre de recommandation pour une dame qui louait des chambres C’était une famille très sympathique et assez modeste. Je suis resté six mois en partageant une chambre avec six autres filles, dont certaines étaient des prostituées. Bon, je dois dire que mon père m’envoyait chaque mois une quantité de dollars suffisante pour vivre. J’ai terminé un cours de base de photo et arts. Un jour j’ai reçu l’appel de mon père dans lequel il m’annonçait qu’il viendrait me chercher pour aller ensemble aux USA, avec la condition de retourner après à Lima. J’ai accepté. (…) De retour à Lima je sentais que j’étouffais après six mois j’ai décidé avec d’autres amies de faire un tour de sept mois en Europe cette fois-ci ce fut ma mère qui a financé mon voyage. Elle voulait depuis toujours que je vienne en Europe. (…) Pour ma famille l’Europe représentait une société plus développée, différente et culturellement avancée. Quand je suis retournée à Lima et je sentais que je ne pouvais plus y rester, j’ai vendu ma voiture et me suis acheté un billet pour la destination la meilleur marché : Israël là-bas j’ai travaillé dans un « moshav », dans l’agriculture on me payait un peu, mais je n’avais pas à charge le loyer et la nourriture après j’ai travaillé comme volontaire dans un programme d’insémination artificielle c’était super ! Ensuite j’ai voyagé en Egypte et en Inde quelques mois après je suis venue en Europe et j’ai rencontré à Berlin un Péruvien-Allemand avec qui je me suis marié. Plus tard nous sommes retournés à Lima et nous sommes restés une année. Quand nous sommes revenus en Europe, nous nous sommes établis en Espagne, les choses n’étaient pas pareilles et nous nous sommes séparés.

  • 7 Les citations concernant les aventuriers sont tirées de Valle, 1993, pp. 14-17. Elles ont été trad (...)

Quand j’ai pris de la distance par rapport à mon mari, je suis venue à Genève avec l’intention de visiter ma sœur cadette, qui avait suivi presque le même itinéraire jusqu’à ce qu’elle s’établisse dans cette ville. Moi, j’avais l’intention d’aller à Zurich, parce que je parlais déjà un peu l’allemand, mais ma sœur m’a convaincue en me disant que le français était super-facile ; de plus, elle m’encourageait en me disant que j’apprenais très vite et que personne ne pourrait apprendre le français plus facilement que moi (rires) et bien, elle m’a convaincue et je suis restée.7

30Ces personnes étaient des étudiants dans leur pays, issus de familles des classes moyennes ou aisées. Si, du point de vue de leurs trajectoires sociales et éducatives, les aventuriers peuvent avoir des points communs avec les chercheurs de racines (fréquentation d’un milieu suisse, éducation bilingue, etc.), ils n’envisagent pas en revanche le voyage en Suisse comme un retour aux sources. Ils n’ont pas de projets professionnels ou de formation précis, mais sont ouverts aux possibilités qui pourraient se présenter. Ils sont en général reconnaissants de toutes les ouvertures et des soutiens rencontrés. Reprenons l’entretien précédent :

Je ne me plains pas, ça va super-bien, je reçois l’aide de l’Hospice général, on me donne un salaire minimal et en outre on m’a donné de l’argent pour m’acheter des habits, un autre montant pour m’acheter des meubles, l’abonnement du bus j’ai un assistant social que je peux appeler si j’ai un problème avec le français ça va bien, et j’ai décidé de rester ici, de vivre ici... quand j’aurai terminé avec le chômage (dans un mois), j’aimerais étudier, peut-être la botanique ou la géographie.

31Ils n’avaient en effet pas d’images particulières ni d’attentes spécifiques par rapport à la Suisse, prenant les choses comme elles viennent. Par contre, c’est plutôt l’Amérique latine, une autre Amérique latine que celle qu’ils connaissaient dans leur pays d’origine qu’ils découvrent en Suisse. En effet, en Europe certaines barrières de classe s’estompent et ils peuvent avoir accès à d’autres formes de vie :

Je travaille quelques heures comme modèle… dans mes heures libres je ne fais pas grand-chose je fais des démarches, un peu de sport, je vais à la disco ou à des fêtes latino ou péruviennes. La dernière fois je suis allée à un concert d’un noir péruvien, assez connu même si je n’avais jamais écouté il était excellent, même si je dois reconnaître que je ne connais rien à la musique criolla. Chez moi on écoutait uniquement la musique classique et moi je n’écoutais que le rock, rien à voir avec le folklore ni avec les valses ni avec la salsa. (…) Ici, je connais plusieurs Péruviens que je rencontre régulièrement, mais je n’ai aucune idée de combien nous sommes. Même si nous sommes beaucoup, je peux les reconnaître. (…) Nous parlons avec le même accent, nous vivons à Genève, nous avons des situations semblables et je crois que nous devons avoir la nostalgie des mêmes choses la nourriture, le piment, le soleil, les gens, aussi les autobus, les ordures, tout, le désordre je m’identifie avec un Péruvien, même si j’en ai pas l’apparence certains pensent que je suis brésilienne, mais jamais péruvienne, mais je comprends tous ces Péruviens qui travaillent ici au noir je n’ai pas, à vrai dire, beaucoup en commun avec eux, mais je les comprends, parce que j’ai aussi travaillé au noir dans différents endroits.

32Les aventuriers se sentent plutôt cosmopolites ; ils se considèrent Suisses un peu par accident, et en même temps perçoivent ce fait comme une chance qui leur permet de faire des expériences qui autrement leur seraient fermées. Ils sont donc conscients de l’importance de disposer d’un passeport de la bonne couleur :

Quand nous étions petits nous allions aux fêtes suisses dans le Club suisse. Ma mère nous disait, si l’on vous demande d’où vous venez en Suisse, vous devez dire du Ticino. (…) Je n’ai jamais accordé beaucoup d’importance au fait que mes grands-parents étaient étrangers, puisque dans mon milieu, cela était normal tous avaient un grand-père anglais, italien ou d’un autre pays. Mais maintenant que je vis à Genève, je pense que le meilleur héritage que j’ai reçu de mon grand-père a été le passeport suisse.

Les chercheurs d’opportunités

33Les chercheurs d’opportunités sont des personnes qui perçoivent la Suisse comme un espace où ils peuvent progresser du point de vue de leur formation ou de celle de leurs enfants, ou encore d’un point de vue économique. Certains ont connu des difficultés ou des blocages dans leur pays de résidence et envisagent le séjour dans la Confédération comme une chance pour se ressaisir, pour rebondir dans la vie. Pour quelques-unes, il s’agissait de problèmes économiques, pour d’autres de problèmes familiaux ; pour d’autres encore des deux à la fois. La majorité des interviewés s’inscrit dans ce dernier type.

34Pour ce couple interviewé, ce qui comptait le plus étaient les chances de formation des enfants :

  • 8 Les citations concernant les chercheurs d’opportunités sont tirées de Bolzman et Musillo (1996, pp (...)

Chez nous les enfants n’ont aucun avenir. Nos enfants n’auraient jamais pu étudier au Guatemala parce que la première ville où ils auraient trouvé des écoles supérieures était à 400 km de notre maison. Nous ne pouvions pas soutenir l’effort financier conséquent à ce déplacement. »8 Pour cet autre, la Suisse permettait de s’en sortir et d’envisager avec plus de sérénité l’avenir, après avoir tenté leur chance en Espagne : « Au Brésil, mon patron qui était aussi un ami, autant à moi qu’à ma femme, après avoir fait un voyage en Europe avec sa femme, avait été surpris en bien par la situation des pays qu’il avait visités. Alors il nous a proposé de travailler tous les quatre ensemble en faisant du commerce de bijoux en Europe. (…) Nous nous sommes dits : on est jeune, on n’a pas de fils, on peut essayer si ça marche. Quelque temps après, l’entreprise de notre ami a fait faillite, le projet à quatre ne pouvait plus se réaliser. Nous sommes partis quand même vers l’Espagne, mais une fois sur place on s’est rendu compte qu’on ne pouvait rien acheter parce que nous n’étions pas en règle avec le permis de séjour, on n’avait pas les papiers. (…) C’est là que nous avons pris la décision de venir en Suisse, vu que ma femme est suisse, on s’est dit, peut-être que c’est plus facile de trouver du travail. » Pour cette femme qui venait de divorcer, la Suisse représentait la possibilité d’un meilleur avenir économique et de permettre à sa fille de faire des études : « Lorsqu’après mon divorce, je me débattais entre, d’une part, mes problèmes financiers et, d’autre part, mes études et le mauvais climat scolaire dans lequel ma fille devait évoluer, un professeur que j’avais connu pendant mes études m’a dit que si j’étais suissesse, j’aurais pu tenter de travailler à Genève auprès d’une organisation internationale. Je n’ai pas eu beaucoup de difficultés à imaginer connaître l’Europe et tenter d’y faire un bout de vie.

35Certains interviewés avaient déjà de la famille sur place, d’autres juste un contact ou une connaissance et ils venaient avec un peu plus d’appréhension. Pour tous, la possibilité de bénéficier de soutiens ou d’aides pour trouver du travail était centrale, vu qu’en général leur situation financière était loin d’être satisfaisante. L’existence du service de l’Hospice général pour les Suisses de retour de l’étranger a été assez appréciée, même si certains n’avaient aucune idée de son existence et ne l’ont découvert qu’après quelque temps.

36Le milieu social auxquelles appartenaient ces personnes dans leur pays d’origine n’était pas homogène. Presque tous ont exercé en Suisse des travaux précaires et/ou peu qualifiés, même si du fait de leur passeport suisse, certains ont été embauchés par l’Etat. L’aide sociale est donc souvent intervenue, soit pour compléter leur salaire, soit pour fournir un revenu lors des périodes d’absence de travail. Les interviewés de ce type se plaignent, tout comme les exilés, de la non-reconnaissance des diplômes :

J’ai même eu un job avec la police, je devais travailler dans un service qui amenait à l’aéroport les réfugiés qui n’étaient pas autorisés à rester en Suisse. (…) Pour moi c’était vraiment difficile de refouler ces gens, je ne pouvais pas faire ce travail plus longtemps alors j’ai cherché autre chose, j’ai fait beaucoup de petits boulots, maintenant j’ai un travail à temps partiel la nuit, malheureusement il ne suffit pas pour vivre et il n’a rien à faire avec ma profession, j’aimerais faire quelque chose qui soit en lien avec ma profession d’ingénieur même si je dois reprendre mes études pour faire reconnaître mon diplôme. » Cette femme aussi n’a fait que du travail temporaire : « Ici aussi c’est difficile, si vous avez appris des choses dans un autre pays, ici ce n’est pas valable. En Suisse, pour le patron, l’expérience de la personne ne sert pas. Si vous avez un diplôme du Brésil, du Pérou, de Colombie, il ne compte pas. (…) Je voulais améliorer ma vie, mais si la Suisse ne me donne pas la possibilité de monter, d’améliorer, je n’y arriverai pas.

37Malgré ces difficultés, ils sont conscients que le fait d’avoir la nationalité suisse leur apporte des avantages par rapport à d’autres migrants. Cet interviewé, qui est entré en Suisse comme latino-américain, en a fait directement l’expérience :

Quand nous sommes arrivés à Genève, nous n’avions que deux mille dollars, nous avons donc cherché un hôtel pas trop cher, nous étions contents. Après quelques jours, en découvrant la ville, les gens, les prix, l’organisation du travail, nous avons compris qu’il fallait trouver rapidement une solution parce que notre argent disparaissait très rapidement. (…) Nous avons cherché du travail, dans la plupart des cas au noir, qui nous rapportait très peu, parfois 150 francs à deux pour toute une semaine de travail, c’était difficile. Un jour, un ami, un étudiant en droit d’origine latino-américaine, nous a parlé de l’Hospice général qui aidait les étrangers, mais qu’il fallait d’abord passer à l’office de la police des étrangers. Quand je me suis rendu à la police, un officier m’a dit que je n’étais pas un réfugié et que si je n’avais pas les moyens de vivre j’allais être expulsé. C’est là que j’ai dit que j’avais un passeport suisse. Alors les choses ont très vite changé, ma femme a eu un permis B, elle avait le droit également de travailler et on nous a donné également l’adresse du service de l’Hospice général qui aidait les Suisses de retour de l’étranger.

38Sur le plan des valeurs et de la réalité qu’ils découvrent, certains aspects leur paraissent assez positifs, comme l’ordre, la tranquillité, d’autres les surprennent et font l’objet de critiques, comme l’absence de solidarité familiale ou le manque de temps pour soi et les autres. Leur point de repère pour observer la Suisse est la réalité latino-américaine, avec laquelle ils la comparent. En témoigne ce récit :

Nous avons constaté l’efficacité des services publics, celui des Transport publics en particulier, précis, chronométré, efficace. Nous avons constaté la bonne qualité de l’enseignement. D’un autre côté, nous avons senti très vite le manque de chaleur dans les rapports humains, ceci à l’extérieur comme à l’intérieur des familles, ce qui nous a beaucoup surpris. (…) J’ai fait ce constat avec ma mère lorsque, l’ayant appelé à neuf heures du soir, elle m’a mal reçu et m’a fait comprendre qu’on n’appelait pas les gens à cette heure-là. Nous étions arrivés depuis peu et pour des personnes qui avaient l’habitude d’ouvrir la porte à tout moment aux amis, parents et voisins, la remarque de ma mère était invraisemblable, mais malheureusement conforme à la réalité. Nous avons également été surpris par rapport à la notion que les gens ont ici du facteur temps : les gens n’ont jamais le temps, ils ne disposent pas de leur temps. » Cette femme partage largement ce point de vue : « Ce que j’aime beaucoup ici, c’est qu’on peut vivre et faire des projets sans que les autres, la politique vous empêchent de les réaliser. C’est tranquille, c’est stable... ici j’ai connu la sécurité. (…) Il y a des choses que je ne m’attendais pas à voir, par exemple je ne comprends pas pourquoi il y a autant de femmes seules dans les rues et dans les maisons, dans les bistrots avec leur thé et leur petit chien. Je vois des expressions tristes, de solitude, parfois je vois même ces expressions sur le visage des jeunes (J’ai encore de la peine à comprendre pourquoi il faut prendre rendez-vous, même avec des amis, une semaine à l’avance pour boire un café ensemble. J’ai été éduquée par une famille qui tenait beaucoup aux valeurs suisses mais avec une simplicité que je ne retrouve pas ici.

39Malgré certaines difficultés d’insertion et certaines critiques au mode de vie dominant, la plupart des interviewés ne se voient pas rentrer dans leur pays d’origine, même si certains sont tiraillés par le fait que leur conjoint non-Suisse souhaiterait plutôt y retourner. La Suisse représente une certaine sécurité pour eux et plus de chances pour leurs enfants. Ainsi :

Je ne voudrais pas rentrer parce que toute ma famille est ici et puis notre fille cadette est trop petite, je ne sais pas qui peut s’occuper d’elle si nous partons, car il ne faut pas qu’elle ou les autres enfants quittent la Suisse, ici ils ont plus de choix. » Ou encore : « Je ne peux pas dire que je ne reverrai jamais le Brésil parce que je ne sais pas si demain je vais penser différemment, mais pour le moment je pense rester ici. Si j’ai un enfant, je préfère qu’il reste ici parce qu’au Brésil c’est dangereux pour les enfants. Le danger c’est la pauvreté.

Conclusions

40La typologie présentée permet de rendre compte de la diversité des primomigrants suisses originaires d’Amérique latine. Certains parmi eux ont quitté leur pays pour fuir la violence, d’autres dans le but de découvrir la mère patrie, quelques-unes par goût du voyage et de l’aventure, la majorité pour laisser derrière eux un environnement économique et/ou familial difficile. Les exilés cherchaient un refuge provisoire, les chercheurs de racines rêvaient de vivre dans un pays plus en harmonie avec leur identité, les aventuriers ont saisi la chance d’avoir un passeport suisse, les chercheurs d’opportunités avaient le projet d’améliorer leur situation socio-économique et les perspectives d’avenir de leurs enfants. Ce sont les chercheurs de racines qui avaient l’image la plus construite et la plus positive de la Suisse ; chez les autres catégories, cette image était variable et souvent peu précise. Suite au contact avec la réalité helvétique, ce sont les chercheurs de racines et les aventuriers qui ont l’image la plus positive du pays qu’ils découvrent, les chercheurs d’opportunités et les exilés sont plus ambivalents, mettant en évidence aussi certaines critiques, en particulier en ce qui concerne la qualité des relations humaines. Pour ce qui est de leur identité, les exilés se perçoivent avant tout comme latino-américains, les aventuriers se sentent plutôt cosmopolites, les chercheurs de racines se définissent comme profondément suisses et sont déçus de ne pas être pleinement considérés comme tels par leurs compatriotes ; enfin, les chercheurs d’opportunités se sentent à la fois un peu latino-américains et un peu suisses, mais sont également critiques du manque de reconnaissance de leur « suissitude ». Concernant l’avenir, les exilés sont les plus décidés à retourner en Amérique latine, alors que les chercheurs d’opportunités souhaitent s’établir à long terme en Suisse ; quant aux chercheurs de racines, ils aimeraient pouvoir partager leur vie entre les deux pays, alors que les aventuriers laissent l’avenir ouvert.

41Ces différents types de migrants ne se distinguent pas radicalement d’autres migrants latino-américains ayant quitté leur sous-continent vers l’Europe. Les exilés et les chercheurs d’opportunités, en particulier, quittent leurs pays d’origine dans des contextes sociohistoriques politiquement ou économiquement très difficiles, qui affectent les vies de millions de Latino-Américains, poussés ainsi à s’expatrier. Par ailleurs, depuis longtemps, une partie des Latino-Américains ayant des origines européennes se sentent plus proches du « vieux continent » que de leur pays de résidence (Bolzman, 2004).

42En dépit de la diversité de leurs motivations à émigrer et de leurs attentes par rapport à la Suisse, de leurs trajectoires, de leurs représentations et identités, ainsi que de leurs projets d’avenir, les Helvètes en provenance d’Amérique latine partagent certaines expériences communes en Suisse. D’un point de vue professionnel, ils éprouvent des difficultés pour s’insérer de manière stable sur le marché du travail et la plupart d’entre eux connaissent une déqualification professionnelle. Ils se plaignent pour la plupart du manque de reconnaissance de leurs diplômes non helvétiques et d’une certaine discrimination par rapport à leurs concitoyens « locaux ». D’autre part, malgré ces difficultés, le fait d’avoir la nationalité suisse leur garantit la possibilité de vivre dans la Confédération et de bénéficier de protections sociales dont ne bénéficient pas les autres migrants en provenance d’Amérique latine. En effet, la loi fédérale du 21 mars 1973 sur l’assistance des Suisses de l’étranger (RS 852.1) leur garantit une aide sociale au moins pendant trois mois. De plus, ils peuvent obtenir des aides pour leur rapatriement. Ils peuvent également avoir accès à certains emplois publics fermés aux étrangers.

43Ainsi, la situation des Latino-Américains d’origine suisse est ambivalente. D’une part, ils ne sont guère différents des autres migrants, qui expérimentent souvent des difficultés semblables d’insertion et d’adaptation à une nouvelle réalité. Ils se distinguent cependant des autres migrants, originaires pourtant parfois des mêmes pays et des mêmes milieux sociaux, par le fait qu’ils jouissent des droits citoyens, ce qui rend leur séjour en Suisse légitime et sûr.

44Comme le rappellent des auteurs comme Lochak (1985) et Arendt (1982), dans certaines circonstances, la nationalité peu constituer un bien au moins aussi précieux que le capital économique, car elle garantit la possibilité de vivre de plein droit quelque part. Dans les mots lucides de cette interviewée :

Le meilleur héritage que j’ai reçu de mon grand-père a été le passeport suisse.

Bibliografía

Références

Arendt, H., L’impérialisme, Paris, Fayard, 1982.

Arlettaz, G., « L’émigration suisse outre-mer de 1815 à 1920 », in Etudes et sources, N° 1, 1975.

Bolzman, C., Sociologie de l’exil. Une approche dynamique. L’exemple des réfugiés chiliens en Suisse, Zurich, Seismo, 1996.

Bolzman, C., « Un enfoque sociohistórico de las migraciones internacionales : el ejemplo de las migraciones latinoamericanas hacia Europa » in Andres Suarez, I. (Ed.), Migración y literatura en el mundo hispánico, Editorial Verbum, Madrid, 2004, pp. 211-232.

Bolzman, C. et Musillo, M. (sous la dir.), Suisses Migrateurs. Mythes, contes et réalités de la migration de retour, Genève, Cahier de l’Hospice général, N° 2, 142 p., 1996.

Bolzman, C. et Musillo, M., « La migration suisse de retour », in La Vie économique, 11, 1997, pp. 42-45.

Carron, A., Nous cousins d’Amérique, Sierre, Ed. Monographic, Tomes I et II, 1986.

Dufey, A., La emigración Suiza en la Araucanía (Chile), Ginebra, Editions du Lion, 1999.

Lochak, D., Etrangers. De quel droit ?, Paris, PUF, 1985.

Monnet, N. et Moulin, A., L’émigration suisse en Amérique latine dans la seconde moitié du XIXesiècle : approche globale, Travail de séminaire d’histoire, Université de Genève, 1992.

Valle, L., Fragments de vie de quatre Péruviens à Genève, Genève, IUED, Travail de mémoire, 1993.

Weber, M., Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1965.

Notas

1 Les migrants suisses ont fondé dans ce pays la colonie de Nueva Helvecia (Monnet et Moulin, 1992).

2 Genève est le seul canton qui possède un Service social spécifique qui vient en aide aux Suisses de retour de l’étranger. Les autres cantons offrent un soutien dans le cadre de leurs services sociaux destinés à l’ensemble de la population.

3 Un quart des Suisses de retour avaient séjourné en Amérique latine avant de revenir en Suisse.

4 L’approche compréhensive s’inscrit dans la tradition sociologique weberienne. Il s’agit pour le chercheur de tenter de se mettre à la place des acteurs sociaux, de reconstituer les logiques sociales qui gouvernent leur action, le sens qu’ils donnent à leurs actes, tout en tenant compte des circonstances qui les entourent.

5 Les citations concernant les exilés sont tirés des entretiens non publiés faits par l’auteur dans le cadre de sa recherche sur l’exil chilien.

6 Les citations concernant les chercheurs de racines sont tirées de Bolzman et Musillo (1996, pp. 101-102, 111-112).

7 Les citations concernant les aventuriers sont tirées de Valle, 1993, pp. 14-17. Elles ont été traduites de l’espagnol par l’auteur de cet article.

8 Les citations concernant les chercheurs d’opportunités sont tirées de Bolzman et Musillo (1996, pp. 49, 92-94, 96, 109, 116, 118-119.)

Autor

Sociologue et professeur à la Haute école de travail social (hets) de Genève, il est responsable du Centre d’études de la diversité culturelle et de la citoyenneté dans les domaines de la santé et du social (CEDIC), réseau de compétences de la HES-SO. Il est chargé de cours au Département de sociologie de l’Université de Genève où il enseigne la « Sociologie des migrations et des relations interculturelles ». Claudio Bolzman s’intéresse depuis près de trente ans aux migrations latino-américaines. Sa thèse de doctorat porte sur l’exil chilien en Suisse et il est l’auteur de diverses recherches et publications relatives aux migrations latino-américaines

© Éditions ies, 2007

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540