Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Suisse au rythme latino

 | 
Claudio Bolzman
, 
Myrian Carbajal
, 
Giuditta Mainardi

Partie I. Projets migratoires au quotidien dans la société Suisse

Femmes brésiliennes en Suisse : motifs de migration et ressources

Giuditta Mainardi

Texte intégral

1Après une brève description de la situation des femmes brésiliennes en Suisse, et une présentation de la population et de la méthode d’enquête, nous allons aborder la question du départ à partir du vécu des femmes rencontrées. Nous allons plus particulièrement nous intéresser aux motifs de la migration en lien avec les ressources qui permettent sa réalisation.

La situation des femmes brésiliennes en Suisse

  • 1 Selon les statistiques fédérales de 2001 (Office fédéral des étrangers), la Suisse compte 1 556 77 (...)
  • 2 Concernant la population brésilienne en Suisse, nous n’avons répertorié que quelques écrits, dont (...)

2Si, par le passé, on a cru que les hommes migraient plus que les femmes, aujourd’hui il est démontré qu’au niveau mondial la proportion de femmes et d’hommes migrants est équivalente (INSTRAW : 1994). Cependant, pour certaines régions, il est possible d’observer des flux privilégiés, c’est-à-dire une nette majorité d’hommes ou de femmes qui migrent. C’est le cas des femmes brésiliennes en Suisse, dont le nombre dépasse largement le nombre des hommes. En 2001, 2 338 Brésiliens et 6 541 Brésiliennes résidaient en Suisse, ce qui équivaut presque aux deux tiers de la population brésilienne totale en Suisse1. Ces chiffres n’incluent pas les femmes d’origine étrangère qui ont obtenu la nationalité suisse, ni les femmes qui résident en Suisse illégalement. Par ailleurs, selon les données de l’Office fédéral de la statistique (OFS, 2002) concernant le nombre de mariages binationaux conclus en 2001, les femmes brésiliennes se trouvent au deuxième rang après les femmes allemandes : 819 mariages avec des femmes allemandes et 616 avec des femmes brésiliennes. En revanche, les mariages de femmes suisses avec des hommes brésiliens en 2001 sont seulement au nombre de 13. Malgré ces données fort intéressantes, la situation des femmes brésiliennes est encore assez méconnue2, c’est entre autres pour cette raison que nous avons choisi d’explorer leur réalité.

Population rencontrée et méthode de recherche

  • 3 Nous avons choisi de ne pas interviewer la population travaillant comme artiste dans les cabarets (...)

3Les résultats exposés dans cette contribution sont issus de notre travail de doctorat (Mainardi, 2005). Notre recherche sur le terrain s’est déroulée entre l’été 1997 et l’automne 2001. Pendant cette période, nous avons côtoyé plusieurs femmes brésiliennes émigrées en Suisse et nous avons séjourné plusieurs fois au Brésil où nous nous sommes entretenues avec des migrantes potentielles. Le choix des personnes interviewées s’est fait dans un souci de différenciation et de diversité des histoires de vie. Nous avons donc pris soin de nous entretenir avec des femmes d’âge, de provenance, de situation sociale et de condition économique différents puisqu’un aspect de la recherche concernait la problématique de la construction identitaire3. Au total nous avons réalisé trente entretiens avec des femmes brésiliennes vivant en Suisse au moment de l’entretien ainsi qu’avec une dizaine de migrantes potentielles au Brésil.

4Concernant les femmes en Suisse, vingt-quatre femmes étaient en situation légale et six en situation illégale. La majorité des femmes (dix-sept) étaient mariées avec des Suisses (la durée du mariage variant entre un an et vingt ans), cinq d’entre elles étaient divorcées ou séparées (depuis un à cinq ans), et huit étaient célibataires (dont toutes les femmes en situation illégale). Les femmes célibataires n’avaient pas d’enfants, alors que les femmes divorcées en avaient toutes au moins un ou deux. Parmi les femmes mariées, quatre n’avaient pas d’enfants, les autres en avaient entre un et trois. L’âge des femmes variait entre 18 et 45 ans. Parmi les femmes rencontrées au Brésil, l’âge variait de 17 à 28 ans. Toutes ces femmes étaient célibataires et sans enfant au moment de l’entretien. Plusieurs travaillaient dans le secteur informel, principalement comme domestiques ou vendeuses dans la rue.

5Pour être au plus près des femmes et de leur vécu, la technique de l’entretien compréhensif (Kaufmann, 1996) est apparue comme la plus adaptée. Elle a été complétée par l’observation participante et les notes de terrain (Jorgensen, 1989).

Différentes manières de migrer, un but commun : se réaliser

6En analysant les histoires de vie de ces femmes, nous avons remarqué qu’il est possible de construire des groupes en fonction des ressources et des motifs qu’elles évoquent. Parfois il est difficile de distinguer entre l’un et l’autre : le motif voit le jour parce qu’une ressource est présente ou au contraire, la présence d’une ressource permet la naissance d’une motivation ou d’un désir de partir. Nous sommes parvenues ainsi à mettre en évidence l’existence de cinq groupes de femmes pour les migrantes en Suisse et d’un groupe pour les migrantes potentielles au Brésil.

7Ces groupes sont le fruit de l’analyse du matériel empirique récolté et l’appartenance à un groupe n’a pas été posée comme critère de sélection de la population interviewée. De plus, ces groupes ne se veulent pas exhaustifs ou représentatifs de toute la population féminine brésilienne migrée en Suisse ou des migrantes potentielles.

Les femmes rencontrées au Brésil

8Après avoir passé plusieurs semaines dans le quartier où elles habitent et après plusieurs discussions informelles avec elles et les autres habitants, nous savions que certaines femmes désiraient partir à l’étranger. S’agissant de migrantes potentielles, nous en avons donc profité pour nous entretenir avec elles à propos d’un éventuel départ. Toutes ces femmes connaissent au moins une femme qui est déjà partie en Europe ou aux Etats-Unis et espèrent pouvoir suivre le même parcours. Il faut se demander pourquoi elles désirent aussi émigrer.

9Leurs discours ont un point en commun : toutes nos interlocutrices décrivent la migration comme une opportunité de « se réaliser ». Selon leurs mots, « se réaliser », signifie à la fois : avoir un travail, fonder une famille, avoir un mari et des enfants, aider financièrement sa famille, accéder à la consommation de biens, pouvoir connaître le monde, devenir propriétaire d’une maison, ou encore ne pas dépendre des autres. La migration représente ainsi une quête identitaire et symbolique et pas seulement l’assouvissement d’un besoin économique.

  • 4 Le travail dans le secteur informel représente une partie importante du travail exercé par les fem (...)

10La réalisation de soi et la satisfaction personnelle sont fortement liées à la question de l’accès au travail. Dans les conditions de vie de ces femmes, l’accès au travail est très difficile et lorsqu’un travail est accessible, il s’agit le plus souvent d’un travail dans le secteur informel4 et précaire. Dans ce contexte, la migration représente aux yeux de ces femmes une chance de trouver un travail et ainsi de se réaliser. L’argent gagné par le travail donne alors accès à la réalisation des désirs, constitue une assurance contre la précarité et représente l’indépendance. Pour trouver un travail, pour gagner de l’argent et pouvoir ainsi se réaliser, il faut donc quitter le contexte d’origine et tenter sa chance ailleurs. La nature du travail ne semble pas avoir d’importance. Ce qui compte, c’est d’en avoir un, comme l’indiquent ces extraits d’entretien : « Parce que c’est le travail qui te permet d’être une personne », et « parce que c’est clair, une personne sans travail, elle n’est rien, elle n’est personne ».

11Le principal motif évoqué par ces femmes est donc cette envie de se réaliser avec tout ce que cela implique et pour se réaliser il faut trouver un travail là où l’on pense qu’il est accessible : ailleurs.

12Mais pour migrer il faut des ressources : de quelles ressources disposent ces femmes ? Les femmes que nous avons rencontrées appartiennent à une couche moyenne inférieure de la population, ce qui n’est pas le cas de toutes les femmes rencontrées en Suisse. Pour ces femmes, nous pouvons dire qu’elles disposent de deux ressources principales pour migrer : le mariage et le travail. Une partie d’entre elles pourrait migrer par mariage, après une rencontre avec un étranger dans leur pays, car elles n’ont pas les moyens de se payer une traversée de l’océan. Elles pourraient aussi partir pour travailler. Pour cela deux options principales se présentent : être contactées par des agents et partir travailler dans un dancing ou être contactées par des membres de la famille pour partir travailler comme domestiques.

Les cinq groupes de femmes en Suisse

13Notre analyse a permis d’identifier cinq groupes de femmes parmi celles rencontrées en Suisse. Tout d’abord, il faut rappeler que la majorité des femmes rencontrées est mariée ou a été mariée. En ce qui concerne ces femmes, le lieu de rencontre des deux partenaires joue un rôle important. En effet, le lieu de rencontre et la modalité de présence dans ce lieu nous apportent indirectement des informations quant aux ressources dont disposent les femmes. Par exemple, pouvoir se permettre un voyage en Europe et rencontrer ainsi son mari signifie souvent être dotée de ressources économiques différentes par rapport aux femmes qui ont rencontré leur mari au Brésil. Parmi les femmes qui ont rencontré leur mari en Europe ou en Suisse, il faut encore distinguer celles qui étaient ici comme touristes de celles qui travaillaient dans les dancings ou les cabarets, leurs ressources étant de nature différente. Il est ainsi possible de distinguer trois groupes de femmes mariées : celles qui ont rencontré leur mari en Europe, celles qui ont rencontré leur mari au Brésil et celles qui sont arrivées en Suisse pour travailler et se sont mariées dans un deuxième temps. Ensuite, concernant les femmes qui ne sont pas mariées, il est possible de distinguer deux groupes. Le premier comprend les femmes qui résident illégalement en Suisse et exercent un travail comme domestique ou fille au pair. L’autre groupe est composé de seulement deux femmes qui ont une formation très élevée et exercent un travail prestigieux.

Motifs et ressources des femmes brésiliennes en Suisse

14Avant d’exposer l’articulation entre motifs et ressources pour les groupes de femmes, nous tenons à présenter un modèle conceptuel fort utile pour une analyse approfondie de la notion de ressource, en particulier en considérant certains aspects liés au genre.

  • 5 La formulation du système DAAA doit être attribuée au Comité créé en 1985 par le Conseil économiqu (...)

15Le rapport aux ressources est souvent thématisé de façon simpliste : disponibilité ou absence de ressources matérielles, symboliques, sociales ou autre. Dans notre travail, nous avons choisi d’aborder l’analyse de la question des ressources à l’aide d’un modèle qui distingue quatre critères : la dotation, l’accessibilité, l’acceptabilité et l’adaptabilité. Ce modèle systémique est aussi connu comme « système DAAA »5 et peut être représenté graphiquement de la manière suivante :

16La dotation nous informe quant aux ressources à disposition de la personne. L’accessibilité nous donne des indications sur les modes d’utilisation des ressources disponibles. Malgré une dotation de ressources, celles-ci pourraient ne pas être accessibles. La disponibilité et l’utilisation sont tributaires de l’acceptabilité dans une situation donnée. Même si les ressources sont disponibles et utilisables, il se peut que leur emploi ne soit pas identifiable. En admettant que ces trois premières conditions soient remplies, il en reste une autre : celle de l’adaptabilité. En effet, les ressources disponibles et acceptées peuvent ne pas être des ressources adaptées à la situation.

17Pour mieux comprendre l’articulation de ce modèle, nous allons brièvement évoquer deux exemples qui seront approfondis par la suite. Selon certaines femmes, l’aspect physique peut être considéré comme une ressource possible à la migration. Pour les femmes qui ont des traits physiques correspondant aux normes de beauté, cette ressource est accessible. Dans la société brésilienne, la ressource beauté est acceptée culturellement, ainsi que le montre le recours à un certain nombre de proverbes et d’expressions lors des entretiens. Dans le cas de la migration par mariage, cette ressource se révèle adaptée pour certaines femmes. Le deuxième exemple concerne la formation professionnelle qui est normalement considérée comme une ressource. Pour les personnes qui ont une formation élevée, par exemple une formation universitaire, elle est normalement considérée comme une dotation. Cependant, même si lors de la migration la formation est une ressource socialement et culturellement valorisée ou acceptée, la non-reconnaissance des titres acquis rend cette ressource inaccessible et donc inutilisable. Nous y reviendrons plus loin.

18De manière générale, en matière de rapport aux ressources, il existe, pour les femmes, d’importants écarts concernant la dotation (les femmes sont inégalement dotées de ces ressources), l’accessibilité (elles n’ont pas accès de la même manière aux ressources), l’acceptabilité (il existe une variation importante de l’acceptabilité selon les contextes), et l’adaptabilité (la présence d’une ressource n’assure pas qu’elle soit adaptée à une situation). Les différences existantes ont un impact sur le départ et peuvent conditionner les pratiques et les parcours migratoires.

19Pour la situation de départ, pour les migrantes ou les migrantes potentielles, il a été possible de différencier quatre ensembles de ressources : la ressource mariage, la ressource formation, la ressource relations sociales et la ressource apparence physique. Ces ressources s’articulent différemment selon les groupes. La ressource mariage et la ressource formation peuvent parfois être désignées comme motifs de départ. Nous allons maintenant explorer ces ressources en lien avec les motifs évoqués pour chaque groupe de femmes rencontré en Suisse.

Le réseau et la nature du travail exercé

20Les femmes en situation illégale ont migré pour venir travailler comme filles au pair ou comme domestiques. Elles sont plus jeunes que les femmes des autres groupes, ne sont pas mariées et n’ont pas d’enfants. Elles exercent leur travail chez d’autres femmes brésiliennes installées en Suisse depuis plusieurs années. Les femmes en situation illégale ont pu migrer grâce à la connaissance d’autres Brésiliennes immigrées. Dans ce cas, il existe donc un réseau (Gregorio-Gil, 1996, pp. 139-153), familial ou autre, qui joue un rôle très important. Ce réseau doit être considéré comme une ressource dont toutes les femmes ne sont pas dotées. Les migrantes potentielles y font souvent référence, mais parmi les femmes rencontrées au Brésil une seule avait un contact qui lui a réellement permis de migrer. Il s’agit donc d’une ressource acceptable et adaptée à la situation, mais disponible et accessible seulement à certaines femmes.

  • 6 L’acceptabilité et l’adaptabilité varient selon la société d’origine et la société d’accueil : le (...)
  • 7 Traduit par l’éditeur
  • 8 Traduit par l’éditeur

21Mais cette ressource seule ne suffit pas. En effet, ces femmes ont pu migrer pour travailler parce qu’elles répondent à une demande. Le travail comme domestique représente pour elles un travail accessible, acceptable et adapté6. Par ailleurs, ce type de travail correspond à des savoir-faire considérés comme typiquement féminins. Les femmes seraient donc, par nature, dotées de cette ressource, car le travail domestique est perçu comme « une extension des rôles domestiques féminins7 » (Morokvasic, 1993). En effet, le travail domestique (Lutz, 2002) est de plus en plus demandé et les femmes migrantes sont surreprésentées dans ce secteur (Phizacklea, 1983), dans certains contextes 90 % des employés domestiques sont des femmes et travaillent clandestinement (Lutz, 2002, p. 91). En ce qui concerne la communauté brésilienne dans la ville de New York, il semble que « plus de 80 % sont employées comme femmes de chambre, domestiques, intendantes, gardes d’enfant et baby-sitters8 » (Margolis, 1990).

  • 9 Traduit par l’éditeur

22Les migrantes de ce groupe rejoignent les femmes rencontrées au Brésil, notamment en ce qui concerne les motifs évoqués. Dans les entretiens, elles évoquent avant tout la possibilité de se réaliser en tant que personne grâce au travail. En particulier, cela signifie qu’elles vont pouvoir disposer de ressources économiques et bénéficier d’une certaine marge de manœuvre pour la suite de leur vie. Cependant, nous tenons à souligner le caractère précaire et abusif de cette situation, car il ne faut pas oublier que « le travail domestique est l’une des formes de travail les plus précaires et est majoritairement pratiqué par des femmes9 » (Lutz, 2002, p. 100).

L’apparence physique

  • 10 Relevons que le travail dans les cabarets étant lié à la réputation de la femme, il est moins acce (...)

23Un autre groupe de femmes est venu en Suisse pour travailler, puis elles se sont mariées seulement dans un deuxième temps. En effet, ces femmes sont toutes venues en Suisse pour travailler comme danseuses dans des boîtes de nuit. Contrairement à la situation précédente, où le travail est exercé dans l’illégalité, les femmes ont ici un contrat et un permis de travail, ce qui rend l’activité acceptable et adaptée du point de vue suisse10.

24Les compétences requises sont différentes : dans la situation précédente, il s’agit de compétences naturellement féminines (le travail domestique), alors que, dans cette situation, il s’agit de caractéristiques personnelles liées à l’apparence physique de la personne. Les femmes de ce groupe décrivent leur corps, leur apparence, leur côté exotique, leur sensualité, leur manière de bouger comme la ressource principale leur permettant d’exercer ce travail et, en amont, de migrer.

25Ensuite, le mariage leur a permis de rester dans le pays. Ceci ne signifie pas qu’elles contractent des mariages blancs ou opportunistes, mais qu’elles sont soumises aux lois de l’immigration qui ne leur offrent pas d’autres possibilités. Certaines sont ainsi contraintes de se marier plus rapidement que d’autres pour ne pas être soumises au risque de renvoi. Cependant, il peut exister un certain nombre de différences concernant les normes et valeurs qui définissent cette ressource. En effet, selon certains auteurs, les femmes latino-américaines établissent leur rapport au monde à partir d’un « modèle de femme féminine, coquette et séductrice » (Vasquez & Araujo, 1988, p. 147). Ce modèle n’est pas totalement accepté, et surtout pas interprété de la même façon en Suisse et dans d’autres pays de l’hémisphère nord. Au contraire, ce type de féminité, considéré et valorisé dans le pays d’origine, peut passer pour de la frivolité ou de la vulgarité et devenir ainsi une caractéristique stigmatisante dans le pays d’accueil. Avec la migration, la femme doit apprendre à connaître et à comprendre d’autres règles, d’autres normes et d’autres valeurs ; elle doit apprendre à interpréter les actes d’autrui et à s’adapter en conséquence. Avant d’avoir appris cela, « l’incapacité d’interpréter correctement les éléments prémonitoires » (Hall, 1971) peut donner lieu à des malentendus. L’apparence peut donc être considérée comme une ressource disponible, accessible et adaptée pour certaines femmes qui correspondent aux critères de beauté exigés par le travail. Cependant, cette dotation varie en fonction des contextes. En effet, une fois que la femme n’exerce plus sa profession et se marie, l’apparence physique peut se révéler une ressource inadaptée à la nouvelle situation car, en termes de réputation, elle renvoie encore à l’ancien statut de « danseuse » de cabaret.

26Les autres groupes de femmes font parfois aussi référence à l’apparence physique, mais elles ne l’évoquent pas comme ressource pour la migration. Elles articulent la question de l’apparence en lien avec les rapports de genre, en particulier pour ce qui est de la relation à l’homme et, éventuellement, comme ressource pour rester en Suisse, car elle peut donner accès au mariage.

27Une analyse plus approfondie de cette ressource en termes de genre nous paraît intéressante. Selon les théories de genre (Amadieu, 2002), le rapport à l’apparence n’est pas le même pour les hommes et les femmes. Ces dernières y sont beaucoup plus soumises. Depuis les premières phases de la socialisation, la beauté est une caractéristique surtout rattachée à la féminité. Notre but n’est pas de définir ce qui est beau mais de mettre en évidence l’influence de l’apparence physique en tant que ressource particulièrement accessible, acceptable et adaptée pour la femme. Selon de Singly, « la beauté est un attribut féminin » et « la beauté est un capital ». Donc, « les modèles culturels s’exercent avant tout sur les femmes », et « la beauté permet aux femmes une certaine mobilité sociale et son absence, un relatif déclassement » (Singly de, 2002). Cela est vrai à la fois sur le marché du travail et dans ce qu’il appelle le « marché amoureux ».

28Pour ce groupe, le réseau constitue l’autre ressource qui a permis la migration. Le plus souvent, ces femmes ont été contactées au Brésil, soit par des intermédiaires, soit directement par des tenanciers de boîtes de nuit. Dans quelques cas, ce sont d’autres femmes, sœurs ou amies, qui leur ont proposé de venir travailler en Suisse. Comme pour le travail domestique, le réseau semble aussi jouer un rôle important, bien que les femmes le considèrent comme secondaire.

La formation, toujours une ressource ?

29Un autre groupe de femmes est venu en Suisse essentiellement pour travailler, celui des femmes ayant un niveau de formation très élevé. Dans notre corpus, seules deux femmes appartiennent à ce groupe. Elles ont une formation très élevée dans le domaine scientifique, c’est-à-dire une formation doctorale, post-universitaire ou une spécialisation dans un domaine.

30La ressource formation présente une accessibilité limitée. En effet, toutes les femmes rencontrées ayant terminé la scolarité obligatoire, leur situation varie en ce qui concerne la formation post-obligatoire. Plusieurs femmes ont appris un métier, mais un certain nombre d’entre elles seulement a pu accéder à une formation supérieure. Il est donc possible de différencier des degrés de dotation et d’accessibilité. Nous avons aussi pu observer que, pour migrer et après la migration, même lorsqu’il y a dotation et accessibilité, l’acceptabilité et l’adaptabilité de cette ressource dépendent de son niveau. En effet, dans les pays d’accueil, cette ressource ne se révèle encore acceptable et adaptée que si le niveau de formation est très élevé. Par contre, lorsque la formation est seulement élevée ou moyenne, les diplômes sont rarement reconnus officiellement, ce qui rend cette ressource inadaptée à la situation.

31Comparées aux autres femmes de notre corpus, ces deux femmes ont eu un accès privilégié à la formation, cette ressource leur a permis d’être dotées et d’avoir un accès facile à la migration ou à toutes autres ressources socio-économiques telles que les relations sociales et un salaire élevé. Les ressources dont elles disposent sont acceptées et adaptées à leurs contextes de vie et ont une influence importante sur leur parcours migratoire et leur permettent de profiter de marges de manœuvre importantes dans différents domaines et donc de mener à bien leurs buts. Il n’est donc pas étonnant que le motif qui les a poussées à migrer est prioritairement lié à l’exercice de leur profession.

Le mariage et le désir de fonder un foyer

32Deux groupes de femmes évoquent l’amour et le désir de partager leur vie avec l’homme qu’elles aiment comme motif de départ. Le mariage devient ainsi une ressource qui permet à la fois de migrer et de ne pas se séparer du compagnon. Il s’agit d’une ressource accessible, acceptable et adaptée, parce que le mariage est considéré comme normal pour une femme qui doit suivre son mari, notamment lors d’une crise économique. En effet, le mariage est considéré comme un acte naturel pour toute femme et correspond à une naturalisation des rôles et des rapports sociaux de genre parce que, socialement, cela est accepté. Toute femme dispose donc de cette ressource.

33Se marier peut aussi être considéré comme une ressource disponible, accessible, et culturellement acceptable voire souhaitable pour toutes les femmes, notamment en tant que moyen acceptable pour améliorer leur condition sociale et cette ressource est adaptée à toute situation, donc aussi à la situation migratoire. De plus cette ressource est acceptée légalement et adaptée aux politiques d’immigration. En effet, il est plus facile de rester en Suisse en se mariant qu’en recevant un permis de travail. Ces politiques véhiculent donc implicitement une image de la femme migrante qui s’appuie sur la naturalisation des rôles. La femme est perçue et présentée comme dépendante et subordonnée au choix migratoire de l’homme.

Le mariage et l’envie de continuer une activité professionnelle

34Ces considérations sont également valables pour les femmes du dernier groupe, celles qui ont rencontré leur mari en Europe. Or, nous avons vu qu’au niveau des ressources, il y a une distinction à faire par rapport aux femmes qui ont rencontré leur mari au Brésil.

35Pour ce qui est des ressources, ce groupe peut être considéré comme plus doté en ressources matérielles que d’autres groupes, car profitant d’un niveau socio-économique plus élevé. Il s’agit en effet de femmes qui proviennent de milieux aisés, avec une bonne formation et une connaissance de plusieurs langues, parmi lesquelles l’anglais. Souvent, elles exerçaient avant la migration une profession qui les comblait et qui leur donnait droit à un salaire important par rapport à la moyenne brésilienne. Contrairement aux femmes du groupe précédent qui dépendaient de la ressource mariage, les femmes de ce groupe disposent également de ressources personnelles qui leur ont en quelque sorte permis de goûter à la migration, lors de déplacements antérieurs. Le mariage est néanmoins la ressource qui a permis de stabiliser la migration et de la rendre définitive.

36La présence de ressources personnelles importantes pourrait laisser supposer une facilité quant à l’intégration de ces femmes, mais nos observations montrent que cela n’est pas toujours le cas. Ces ressources, disponibles, accessibles et acceptables avant la migration, vont se révéler inadaptées après la migration. Cela est particulièrement vrai pour la ressource formation et profession : aucune de ces femmes n’a en effet pu exercer une profession équivalente à sa formation et à son expérience. Selon Castles et Miller, « l’immigration a des effets très différents selon les différentes strates de la société. Certains groupes bénéficient des politiques facilitant les migrations de travail à grande échelle, alors que d’autres groupes y perdent » (Castles & Miller, 1998). Dans ce cas, la formation élevée n’est donc pas attractive pour le marché du travail, il n’y a donc pas de reconnaissance facilitée pour les diplômes. Le fait d’être doté d’une ressource ne suffit pas, en tant que tel, à permettre l’utilisation de celle-ci, il faut qu’elle soit reconnue, donc acceptée et adaptée.

37En conclusion, nous tenons encore une fois à souligner à quel point il est important de considérer les motifs et les ressources non comme un ensemble homogène, mais comme une série d’éléments différents propres à chaque femme. Cela signifie qu’il est fondamental avant tout de considérer la variabilité des motifs, en particulier en essayant de comprendre le point de vue des personnes directement intéressées, les femmes migrantes. Il est aussi important d’éviter une simplification autour de motifs essentiellement économiques qui fait que la migration féminine brésilienne ou d’ailleurs serait seulement la conséquence de situations de pauvreté.

38D’autre part, les ressources doivent être appréhendées non seulement dans leur disponibilité mais aussi dans leurs articulations au sens large. Avoir accès à une ressource ne signifie pas forcément qu’on peut effectivement l’utiliser. En effet, elle pourrait ne pas s’avérer adaptée à la nouvelle situation et ne pas être acceptable dans un nouveau contexte.

39Pour terminer, nous avons envie de souligner que, si une partie des professionnels du secteur est consciente et prend en compte la complexité et la singularité du processus migratoire, une autre partie, notamment ceux qui sont en charge de la mise en place des politiques migratoires et, plus haut, les décideurs, en fait parfois abstraction. Nous ne voulons pas porter de jugement sur cette attitude, qui est souvent la conséquence de contraintes structurelles ou politiques. Nous tenons néanmoins à souligner que, pour des politiques d’immigration et surtout d’intégration efficaces, une réflexion plus ample et fondée sur une vision systémique, interactionnelle et non réductrice de la réalité pourrait nous aider à rompre avec un certain nombre de préjugés et à construire une société plus accueillante pour toutes et tous.

Bibliographie

Références

Amadieu, J.-F., Le poids des apparences : beauté, glamour et gloire, Paris : Odile Jacob, 2002.

Amaro, D., Clandestinité et prévisibilité : approche ethnographique de l’immigration brésilienne à Genève, Genève : Université de Genève, Faculté des sciences économiques et sociales, Mémoire de Licence non publié, 2001.

Bartal, I. et Hafner D. Liebe aus Übersee – Interkulturelle Eheschliessung zwischen Schweizern und Frauen aus Brasilien und den Philippinen, Universität Zürich : Mémoire de Licence non publié, 1993.

Castles, S. et Miller M.J., The age of migration. International Population Movements in the Modern World, Hong Kong: Macmillan, 1998.

Gregorio-Gil, C., «La consolidacion de grupos domesticos transnacionales: un analisis de la emigration de mujeres dominicanas a la comunidad de Madrid desde la antropologia del genero», in Genero y Sociedad, (n° 4), 1, mayo-agosto 1996, pp. 61-62.

Hall, E. T., La dimension cachée, Paris : Seuil, 1971.

International Research and Training Institute for the Advancement of Women (INSTRAW), The migration of women. Methodological issues in the measurement and analysis of internal and international migration, Santo Domingo: United Nations, 1994.

Jorgensen, D.L., Participant observation. A methodology for human studies, London : Sage, Applied social research methods series, vol. 15, 1989.

Kaufmann, J.-C., L’entretien compréhensif, Paris : Nathan, 1996.

Lee, S.M., « Issues in research on women, international migration and labour ». in : Asian and pacific migrant journal, (n° 5), 1, 1996, pp. 139-153.

Lutz, H., «At your service Madame! The globalization of domestic service», in Feminist Review, (n° 70), 2002, pp. 89-104.

Mainardi, G., « Femmes brésiliennes immigrées en Suisse : un essai de compréhension du phénomène », in Sabatier, C. et al. (dir.), Savoirs et enjeux de l’interculturel. Nouvelles approches, nouvelles perspectives, Paris : l’Harmattan, 2001, pp. 11-26.

Mainardi, G., Miroirs migratoires. Entre le Brésil et la Suisse : vécus de femmes brésiliennes, Bern : Peter Lang, 2005.

Margolis, M. L., «From Mistress to Servant: Downward Mobility Among Brazilian Immigrants» in New York City, in Urban anthropology, 19, 3, 1990, pp. 215-231.

Margolis, M. L., «Little Brazil: An Ethnography of Brazilian Immigrants» in New York City, Princetown, New Jersey: Princetown University Press, 1994.

Morokvasic, M. «In and out of the labour market: immigrant and minority women in Europe», in: New community, (n° 19), 3, April 1993, pp. 459-483.

OFS, La population étrangère en Suisse, Bern : OFS, 2002.

Paiva Keller, B., Immigrantes brasileiros na Suiça: histoirias de vida e estratégias de açao, Genève, Institut universitaire d’études en développement : Mémoire de licence non publié, 1997.

Phizacklea, A. (éd), One way ticket. Migration and female labour, London: Routledge, 1983.

Singly, F. de, Fortune et infortune de la femme mariée, Paris : PUF, 2002.

Vasquez, A. et Araujo A.-M., Exils latino-américains : la malédiction d’Ulysse, Paris : L’Harmattan, 1988.

Wiskermann-Reis, M., Fremde in Paradies: eine Auseinandersetzung mit der Problematik des Emigration und der Sozio-Kulturellen Integration von Brasilianerinnen in der Schweiz, Universität Zürich: Mémoire de Licence non publié, 1993.

Notes

1 Selon les statistiques fédérales de 2001 (Office fédéral des étrangers), la Suisse compte 1 556 772 personnes de nationalité étrangère dont la majorité, 838 103 personnes, sont des hommes. Cette tendance est cependant inversée en ce qui concerne les populations en provenance des pays d’Amérique latine : sur un total de 34 046 migrants, on compte 21 873 femmes.

2 Concernant la population brésilienne en Suisse, nous n’avons répertorié que quelques écrits, dont trois travaux de mémoire non publiés (Amaro, 2001), (Keller, 1997) et (Wiskermann-Reis, 1993).

3 Nous avons choisi de ne pas interviewer la population travaillant comme artiste dans les cabarets ou dans le milieu de la prostitution, non pas par manque d’intérêt, mais à cause de la diversité des problématiques touchant cette population, par exemple le remboursement d’une dette de départ ou la relation à la sexualité.

4 Le travail dans le secteur informel représente une partie importante du travail exercé par les femmes dans le contexte des pays d’origine.

5 La formulation du système DAAA doit être attribuée au Comité créé en 1985 par le Conseil économique et social des Nations Unies chargé de contrôler l’application par les Etats membres du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, p. 105.

6 L’acceptabilité et l’adaptabilité varient selon la société d’origine et la société d’accueil : le travail domestique est acceptable et adapté au Brésil, mais il est exercé dans l’illégalité en Suisse.

7 Traduit par l’éditeur

8 Traduit par l’éditeur

9 Traduit par l’éditeur

10 Relevons que le travail dans les cabarets étant lié à la réputation de la femme, il est moins acceptable et adapté au Brésil.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

Auteur

Après une licence en psychologie clinique, elle se tourne vers la sociologie des migrations avec une thèse de doctorat concernant la migration des femmes brésiliennes en Suisse. Elle travaille ensuite comme formatrice pour une ONG travaillant avec les enfants en situation de rue dans différents pays d’Amérique latine et au Moyen Orient. Actuellement elle travaille à la Haute école de travail social de Fribourg comme chargée de cours en méthodologie de la recherche et directrice de mémoires de fin d’étude. Elle donne aussi des cours à l’Institut de pédagogie curative de l’Université de Fribourg et dans le cadre de l’enseignement interdisciplinaire sur les études genre

© Éditions ies, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540