Version classiqueVersion mobile

Diptyque

 | 
Michel Peroni

Deuxième partie. La Nonanita

Note de l’auteur

Note 1: Le texte de La Nonanita a vu le jour entre l’été 2011 et le printemps 2012. Comme c’était le cas dans la partie précédente, le texte qui vient est la reprise sans ajout, soustraction ni reformulation du texte d’origine. A signaler cependant que certaines contraintes éditoriales ont conduit à devoir retirer de la publication quelques-unes des photographies du corpus. Lorsque cela était possible, parce que la photo supprimée ne se distinguait que très légèrement d’une autre, le commentaire qui venait en vis-à-vis a été ajouté au commentaire de cette dernière; il est alors précédé du signe * indiquant l’ajout.
Parce que La Nonanita n’aurait pas pu voir le jour sans elles, merci à Julien Morel, qui en est l’auteur, d’avoir permis que quelques-unes de ses œuvres figurent dans Diptyque.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image 10000000000002A5000003C02D38F21C590104DD.jpg

© Michel Peroni & Editions ies

Il y a près de deux ans, Julien, ami d’un ami et artiste fort prometteur à en croire cet ami, m’avait confié une œuvre qu’il venait d’achever – une grande feuille blanche, bien froissée et toute maculée d’encre noire – pour que j’écrive dessus, enfin, à propos de ce qu’il y avait dessus.

Ecrire dessus, je venais de le faire spontanément déjà, après avoir vu quelques dessins qu’il avait eu l’occasion d’exposer dans un des halls de l’université: diverses bâtisses industrielles à l’abandon. Son ami, le nôtre, lui avait obtenu de pouvoir exposer, le temps d’un midi, dans un des halls de l’université où devait être dressé un buffet pour les participants d’une journée d’étude consacrée justement aux métamorphoses de la ville industrielle; j’y étais moi-même une pièce rapportée. Un dessin m’avait particulièrement plu. Pourquoi celui-là? Je ne saurais le dire: il présentait deux cheminées d’usine côte à côte. Je l’avais, en tout cas, lui, tout particulièrement b...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search