Version classiqueVersion mobile

Diptyque

 | 
Michel Peroni

Au lecteur

Note de l’auteur

Cette adresse liminaire «au lecteur» pourra en évoquer une autre, fameuse, qui, sous la plume de Pierre Bourdieu, ouvre La misère du monde (1993a). Non que je veuille par là me placer sous ce conséquent patronage ou simplement signifier que ce qui va suivre serait à lire comme une auto-socioanalyse, au sens donné à l’expression par cet auteur, qui entendait bien marquer ainsi la scientificité du dispositif désigné. Ce qui impose cette adresse, c’est, peut-on penser, son utilité, puisque, ici comme là, il s’agit pratiquement d’avertir le lecteur quant au caractère peu commun du montage textuel qu’il aborde; en réalité, c’est bien plus fondamentalement le clin d’œil qu’elle constitue, puisqu’au moment où j’écris, le lecteur en question est, dans mon cas, fort hypothétique justement, les deux textes qui suivent étant jusqu’alors restés en souffrance; l’un du fait de ma propre abstention, l’autre du fait des fins de non-recevoir m’ayant été régulièrement retournées par les éditeurs sollicités.

Pour Véronique Blanc

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

A la vérité, le dispositif de communication peu commun que voici, associant deux textes de facture et d’époque fort différentes – mais, finalement, traitant du même sujet dont ils constituent comme deux versants2 – ne doit qu’aux vicissitudes et échecs répétés qui ont marqué mes tentatives pour faire paraître l’un d’eux, La Nonanita.

De ce texte étrange qu’est La Nonanita, suffisamment étrange en tout cas pour avoir été si long déjà à voir le jour et pour avoir nourri ensuite sinon un projet clair et net, du moins la volonté confuse et le désir d’une publication séparée, sous le signe, disons, de la littérature et plus largement, de l’esthétique, je ne puis que reprendre les termes bien pesés de la présentation que j’en avais rédigée à l’attention des éditeurs sollicités et qui accompagnait à chaque fois le manuscrit leur étant adressé; des bouteilles à la mer. Voici, leur disais‑je:

«Un projet éditorial que je crois être assez peu commun: il s’agit d’une centaine de photographies cou...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search