Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Suisse au rythme latino

 | 
Claudio Bolzman
, 
Myrian Carbajal
, 
Giuditta Mainardi

Partie I. Projets migratoires au quotidien dans la société Suisse

L’émigration équatorienne : ses causes et ses conséquences

Rodrigo Montaluisa Vivas
Traduction de Myrian Carbajal

Texte intégral

« Le dernier qui s’en va éteint la lumière »
Graffiti peint dans la ville de Cuenca

Introduction

1Tous les pays du Sud connaissent, à divers degrés, l’exode et l’émigration de leurs habitants. Les causes sont avant tout économiques et sociales : des modèles économiques étrangers à leurs caractéristiques historiques et culturelles, le poids de la dette extérieure, des processus de développement non viables, la fragilité des institutions économico-financières, l’application de politiques d’ajustement inadaptées à leurs réalités, les pressions de groupes transnationaux dont le poids et le pouvoir au niveau des relations économiques internationales sont indiscutables. De la même manière, on peut signaler que les répercussions sociales ne se sont pas fait attendre : absence de moyens de vie digne, croissance du chômage, augmentation considérable de la pauvreté et de l’extrême pauvreté, systèmes de santé insuffisants et inadaptés, manque de possibilités pour accéder à une éducation de qualité, insécurité, accès insuffisant à un logement adéquat, irrespect permanent des libertés fondamentales. Devant ce panorama désolé, il est nécessaire de souligner que d’autres facteurs comme la dégradation des institutions démocratiques, la perte des valeurs, la corruption généralisée des gouvernements, les conflits et les guerres civiles – souvent causes principales de déplacements internes et externes – ainsi que la dégradation continue du milieu ambiant, constituent, entre autres, les raisons des déplacements massifs de personnes.

2L’émigration des Equatoriens vers l’extérieur se caractérise par son ampleur. Celle-ci a augmenté dramatiquement ces dernières années. On a calculé que le flux migratoire vers l’extérieur, en particulier vers les Etats-Unis et l’Europe, atteint le chiffre de deux millions et demi de personnes. Par rapport à la population totale du pays, cela signifierait qu’approximativement 18 % de la population se trouve à l’extérieur.

3Cette émigration possède diverses caractéristiques qui peuvent être classifiées en deux grands groupes : l’émigration régulière qui obéit à des régulations juridiques et des politiques précises, et l’émigration irrégulière, qui déroge à ces mêmes régulations. Cette dernière – la plus importante ces dernières années – a donné lieu à des situations favorisant des conduites délictueuses de divers types, en relation avec le trafic de personnes.

4Le processus d’admission et d’intégration des émigrants équatoriens dans les pays de réception se heurte à des difficultés d’ordres divers. Dans le contexte suisse en particulier, apparaissent des particularités comme des régimes juridiques restrictifs, l’absence de mécanismes d’insertion de la main-d’œuvre et l’absence notable de garanties sociales et de santé. La nouvelle loi fédérale sur les étrangers (LEtr) établit de sévères restrictions à l’admission de nouveaux travailleurs par rapport à leur pays d’origine, à leurs qualifications professionnelles, ainsi qu’à leur « intégration effective ». En ce sens, la surexploitation de l’émigrant quand il est sans-papiers ou en situation irrégulière devient une norme. Ainsi, le manque de respect de leurs droits humains fondamentaux, à de nombreuses occasions, est total. Toute possibilité d’affirmer son identité culturelle et sociale est en permanence dénigrée. Il n’existe, en général, aucun recours de protection et de défense pour tous ces émigrants en situation d’irrégularité, face aux normes démocratiques des pays d’accueil. Le travail des associations de migrants indique l’intérêt croissant de la société pour pallier aux effets de la migration : pour favoriser l’intégration, la régularisation des migrants, et pour établir des mécanismes durables de gestion, de planification et d’information qui permettent d’assumer de manière équitable des solutions à ces problèmes.

5Le présent travail se place dans une perspective où il s’agira d’énumérer des causes et des conséquences de l’évolution et du développement récent de l’émigration équatorienne. Il essaie donc de montrer de manière directe les conditions internes et externes, ainsi que les fondements qui font que celles-ci constituent dans les circonstances actuelles, le pilier d’un modèle économique et social en construction. Les responsables de celui-ci n’arrivent pas à promouvoir, ni à autoriser à tous les Equatoriens l’accès au bien-être et à la sécurité nécessaires au développement familial et social.

Causes du récent processus migratoire équatorien

Paramètres économico-sociaux

6La société et l’économie équatoriennes sont mises à mal par l’émigration ininterrompue de personnes vers d’autres latitudes. Ce processus qui apparemment constituait un phénomène sporadique est en passe de devenir une question centrale pour la politique internationale et un point fondamental pour l’économie équatorienne.

7Les capacités économico-sociales du pays ont diminué de manière alarmante vers la fin des années 1980 et au commencement du nouveau millénaire. C’est ainsi qu’entre les années 1982 et 1999, le PIB a enregistré la plus grande chute de son histoire. D’environ 19 710 millions de dollars, il est passé à 13 769 millions de dollars (-30,1 %). Le PIB par habitant s’est réduit de quasi 32 % à la fin des années 1990, passant de 1 619 dollars à 1 109 dollars. Selon l’Institut national de statistique et recensement (INEC), entre 1995 et l’année 2000 le nombre de personnes touchées par la pauvreté est passé de 3,9 millions à 9,1 millions, ce qui équivaut en pourcentage de la population à un passage de 34 % à 71 %, tandis que le nombre d’individus concernés par l’extrême pauvreté a doublé : de 2,1 à 4,5 millions, ce qui représente un saut de 12 % à 31 %. Ces chiffres nous indiquent que ceux qui souffrent le plus des conséquences de cette situation sont les familles pauvres, et en particulier les enfants vivant dans la pauvreté dont le taux était de 37 % en 1995, tandis qu’en 2000 il a doublé, atteignant 75 %.

Tableau 1 : Equateur : évolution de la pauvreté de la en pauvreté pourcentage de la population

Tableau 1 : Equateur : évolution de la pauvreté de la en pauvreté pourcentage de la population

8D’autre part, on a assisté à une augmentation croissante de la concentration des richesses, ainsi qu’à une distribution inégale et inéquitable des revenus. Par conséquent, la capacité des Equatoriens à acheter des biens et services a fortement diminué. Tandis qu’en 1990, les 20 % les plus pauvres ont reçu 4,6 % des recettes, pour l’année 2000, ce chiffre est descendu à 2,5 %. Alors qu’en même temps, 20 % de la fraction la plus riche augmentait sa participation de 52 % à plus de 61 %.

Tableau 2 : Equateur : distribution du revenu national

Tableau 2 : Equateur : distribution du revenu national

Source : INEC

Dette extérieure et investissement social

9Durant les deux dernières décennies, l’Equateur a réalisé des efforts prolongés pour faire face au paiement de la dette extérieure (tableau 3) restreignant de manière significative les frais en investissement social. Le total de la dette extérieure équatorienne se situe autour de 17 450 millions de dollars. Entre 1982 et 2000 seulement, le paiement du capital et des intérêts fut de l’ordre de 75 908,2 millions de dollars, tandis qu’en même temps le pays exportait pour 65 678,8 millions de dollars, ce qui donne comme résultat net un passif de 10 229,4 millions de dollars. La dette extérieure entre 1992 et 2002 est passée de 12 795 millions de dollars à 16 288 millions de dollars. Le montant total de la dette extérieure privée fut de l’ordre de 258 millions de dollars en 1992 pour atteindre 4 899 millions de dollars en 2002.

Tableau 3 : Equateur : dette extérieure

Tableau 3 : Equateur : dette extérieure

Source : Banque Centrale d’Equateur

  • 2 A la fin de l’année 1998, la situation empira dramatiquement. Le prix du pétrole (40 % de l’exporta (...)

10Cela représente, sans aucun doute, une détérioration évidente tant économique que sociale. Tout cela est accompagné d’une crise politique sans précédent qui affecte directement la réalité équatorienne. En mars de l’année 1999 s’est produite une banqueroute nationale qui donna lieu à l’instauration de la dollarisation2, un chômage massif et du sous-emploi, la diminution des investissements sociaux – santé, éducation, emploi, logement – ainsi qu’une insécurité urbaine majeure.

Tableau 4 : Equateur : envoi de fonds des émigrants (série 1), investissement social* (série 2) et service de la dette Equateur (série 3)

Tableau 4 : Equateur : envoi de fonds des émigrants (série 1), investissement social* (série 2) et service de la dette Equateur (série 3)

*inclut : éducation, culture, santé, développement communal, développement agricole

Source : Banque Centrale d’Equateur

11Nous remarquons d’un autre côté la faiblesse du marché national, le manque de stimulation de la part des autorités pour le développement productif en zone rurale, la fragilité et la mobilité de la force de travail, l’absence de politique générant des emplois stables et de qualité, la détérioration des services publics, la désintégration entre les régions, la centralisation et le faible développement dans le domaine financier. Dans l’économie privée, nous observons la disparition des petites entreprises, le manque de capacité d’innovation de ces dernières ainsi que le manque d’investissement productif, augmentant ainsi cette détérioration. Les problèmes d’ordre politique accumulés de la part du gouvernement central, l’augmentation de la bureaucratie, l’instabilité chronique de ses institutions, l’incessant accroissement de la corruption, le népotisme et l’absence d’une politique nationale et internationale souveraine en accord avec la réalité du pays ne permettent pas non plus de régulariser une situation de crise continuellement chaotique. En vingt ans de démocratie, l’Equateur a eu neuf gouvernements différents, deux guerres contre le Pérou, neuf accords signés avec le Fond Monétaire International avec autant d’essais de politique économique d’« ajustement structurel », trois soulèvements d’indigènes d’importance (le dernier datant du 21 janvier 2000, a coûté la démission du président Jamil Mahuad). Le résultat de tout ceci est un pays appauvri, noyé par la dette extérieure, avec de hauts indices de corruption. Un pays dans lequel le gouvernement, en mars 1999, gela les réserves bancaires de sa population, voyant que la monnaie nationale, le sucre, se dévaluait à un rythme effréné. Cela a abouti à la substitution du sucre par le dollar, politique dite de « dollarisation ». Mais avant tout, et par-dessus tout, ce pays a perdu la foi en ses gouvernants. l’Equateur est devenu un pays dans lequel seuls les secteurs militaires et l’Eglise Catholique jouissent d’une certaine crédibilité.

Tableau 5 : Composants de l’indice de bien-être général de la population

12Equatoriens confiants la fait que…

– le gouvernement leur garantit la tranquillité,

7 %

– ils ont la possibilité de trouver du travail,

10 %

– le gouvernement contrôle l’inflation,

8 %

– le gouvernement n’est pas honorable,

67 %

– on peut être confiant dans la diminution de la corruption,

10 %

– ils ont la possibilité d’un futur meilleur par ici,

8 %

– le pays peut aller de l’avant.

7 %

Indice de bien-être général

12 %

Source : CEDATOS, “Equateur en perspective”, 1999

13Cette précarité des conditions d’emploi, la dévalorisation sociale de la force de travail, la perception hautement négative du fonctionnement étatique reflété dans de hauts indices de corruption, la vulnérabilité, l’instabilité et le développement du secteur informel expliquent les raisons de l’actuelle émigration équatorienne.

14Devant ces situations, il apparaît nécessaire de construire de nouvelles forces, de nouvelles situations, avec de nouveaux acteurs dans d’autres réalités, mais davantage en tant qu’individus faisant partie intégrante d’unités familiales déterminées. Ce sont celles-ci, en dernier ressort, qui définiront le processus migratoire, qui détermineront, généreront et reproduiront les conditionnements nécessaires pour ce changement d’attitude.

15En peu d’années, le contexte du pays a cessé d’être un espace d’opportunités, de vie et de reproduction sociale et familiale, pour se transformer en une entreprise nouvelle, inconnue, indéterminée, étrangère à des identités déjà construites. Le pessimisme collectif est devenu individuel et singulier. Il s’est reproduit en des espaces universels, plus amples, plus complexes, mais également contradictoires et imprévisibles.

16Ce mouvement de dissolution-rénovation ou de « transnationalisation familiale » s’est opéré dans un phénomène circulaire et continu de reproduction individuelle et familiale, essayant de répondre à la double fonctionnalité de l’émigration équatorienne, dans un contexte historico-culturel nouveau, à la recherche d’un processus de bien-être économique et social.

17L’émigration est en train de devenir un instrument de survie et de reconnaissance sociale. Ce processus génère des risques connus et des difficultés inattendues : manque de possibilités individuelles et familiales de continuer à vivre dans le pays, début d’une aventure délibérée, recherche de meilleures possibilités hors de l’environnement national. Toute situation humaine est un acte conscient, le reflet d’une réalité déterminée, mais c’est également une perception, des analyses et des décisions qui sont individuelles ou collectives.

18Ces paramètres vont influencer de manière directe et spécifique la prise de décision des individus et des familles. Le cadre conceptuel négatif construit par la perception du pays se trouve être réel, nécessaire, logique, impératif, et détermine son « avant » et son « après », qui se trouvent entre le changement de position et l’élaboration d’une nouvelle stratégie de survie. Les alternatives vont se forger dans des groupes familiaux spécifiques. L’idée selon laquelle « sortir du pays » va améliorer les choses se crée à travers de puissants mécanismes d’affirmation, d’identité et de reconnaissance. D’autres perceptions prennent part au désir d’émigrer comme les croyances religieuses, la volonté de ne pas décevoir ses proches, et, par-dessus tout, l’impérieuse nécessité de triompher coûte que coûte. Ces séries de peurs et de volontés vont configurer un être prêt à tout, afin de créer les conditions élémentaires de sa survie. Les sociétés du Nord apparaissent comme des pôles indiscutables d’attraction et de mise en œuvre de nouveaux modèles de qualité de vie, de travail et de bien-être pour les émigrants du Sud.

19De plus, ces conditions élémentaires de survie se verront renforcées par des liens de solidarité, d’information et de développement technologique, et jouiront de l’aide de ceux qui ont déjà connu une première expérience, amis ou familiers, créant ainsi un véritable système migratoire. Les émigrants maintiennent en permanence les liens de communication et les relations avec la famille du pays d’origine à travers internet, l’envoi d’argent ou autres. Ils jouissent également de l’aide et de l’appui des émigrants résidents qui contribuent à la recherche de sources de travail ainsi qu’à appuyer les nouveaux arrivants pour leur assurer un logement, une adaptation et un soutien moral et financier. On désigne ce système par l’appellation réseaux migratoires.

20Dans ce contexte, l’émigration se convertit en un mouvement circulaire et continu, une espèce de relation intrinsèque et permanente entre la famille et l’émigrant, renforçant les liens économiques et, par-dessus tout, la solidarité des uns envers les autres, et inversement. Des mécanismes « d’assimilation positive » se sont établis et aident le migrant face aux risques du travail, aux difficultés de logement, aux problèmes linguistiques et pour arriver à assumer l’interminable processus d’intégration dans le pays de destination. Ces stratégies et ces réseaux consolidés renforcent, donnent forme et expliquent le processus migratoire. Dans le cas équatorien, ce système se caractérise par l’existence de nombreux membres d’une même famille (tissu social fort) qui examinent, discutent, élaborent et prennent des décisions qui se répercuteront tant sur l’émigrant que dans sa famille. Ce pacte familial déterminera la recherche de consensus et la meilleure possibilité de succès pour l’émigrant. Les décisions collectives prévaudront sur des décisions individuelles.

  • 3 Il faut préciser que pour l’émigration en général en Espagne, diverses organisations à caractère so (...)

21La stratégie familiale perdurera dans le cas où le migrant a des difficultés de travail ou d’adaptation. Ceux qui restent se chargeront de la famille, aideront par divers moyens économiques et juridiques le migrant, tandis que ceux qui s’en vont essaieront de garantir les biens financiers indispensables à la reproduction sociale3.

L’internationalisation conditionnant l’émigration équatorienne

22L’émigration des Equatoriens vers l’extérieur se caractérise par son volume et sa magnitude, qui ont augmenté dramatiquement ces dernières années.

Tableau 6 : Equateur : destinée des émigrants en pourcentages

Tableau 6 : Equateur : destinée des émigrants en pourcentages

Source : INEC. EMEDINHO 2000

23Il a été calculé que le flux migratoire équatorien vers l’extérieur atteint le chiffre de deux millions et demi de personnes réparties en divers endroits du monde, plus particulièrement aux Etats-Unis et en Europe. Ce pourcentage représentait 93 % du total des émigrants jusque vers l’année 2000. Ce qui signifie que la récente émigration équatorienne a commencé à se déterminer en fonction de nouvelles destinations migratoires, augmentant le flux vers l’Europe au détriment de celui orienté vers les Etats-Unis.

  • 4 Lorsque nous nous demandons pourquoi les Equatoriens, dans leur immense majorité, choisissent l’Esp (...)

24L’émigration équatorienne en Europe possède des traits caractéristiques et bien déterminés, malgré la politique restrictive de la Communauté Européenne sur les thèmes de la régularisation et de l’intégration. Nous rencontrons les caractéristiques majeures de cette émigration vers l’Espagne, la destination la plus importante des Equatoriens durant ces dernières années, comme nous l’avons l’indiqué dans le tableau 64. Les politiques migratoires, leur gestion (persistance des visas) et les difficultés (problèmes relatifs à la régularisation), ainsi que leur application ont influencé de manière déterminante la configuration de l’émigration. Pour cette raison, une grande partie des Equatoriens trouvent du travail dans des secteurs qui sous-emploient leur capacité de travail, le même phénomène avec quelques exceptions se développant dans d’autres pays.

25Selon une étude des Nations Unies, pour l’année 2002, plus de 200 000 Equatoriens sont sortis du pays à la recherche de meilleures conditions de vie (Acosta et al., 2004).

26A ce sujet, il faut mentionner que l’éducation et la formation des immigrants (qui sont de jeunes adultes dans leur grande majorité), qui exige des investissements de temps et d’argent, ont été payées entièrement par l’Etat de leur pays d’origine (ici l’Equateur). En cela, leurs contributions constituent un bénéfice total pour le pays de destination et une perte absolue pour le pays d’origine.

27Plus encore, le coût pour l’Equateur augmente si l’on prend en compte que la sortie du pays de la main-d’œuvre qualifiée à la recherche de meilleures rémunérations fait perdre la créativité et la productivité qui pourrait être appliquée dans le pays. Nous constatons donc qu’il n’y a pas que des chômeurs qui s’expatrient mais aussi des travailleurs cherchant des opportunités et un meilleur salaire difficiles à trouver en Equateur.

28De plus, il faut prendre en compte que de nombreux émigrants équatoriens effectuent des travaux aux qualifications inférieures à leur niveau de formation ; leur rémunération effective dans le pays de destination sera ainsi inférieure à la rémunération potentielle à hauteur de leurs compétences et à leur niveau de formation. Pour exemple, selon les données de Cáritas Espagne, jusqu’à la moitié de l’année 2000, 20 000 Equatoriens travaillaient en tant que domestiques en Espagne, et parmi eux, 40 % étaient capables d’effectuer des travaux mieux qualifiés. Nous pouvons constater la même situation en Suisse à une échelle évidemment inférieure. Par conséquent, nous pouvons prendre en compte le fait que ces emplois sous-qualifiés génèrent un manque à gagner pour ces Equatoriens, ce manque à gagner se répercutant directement sur les transferts d’argent au pays.

  • 5 La situation européenne peut nous servir d’exemple : l’Europe possède une population avec un fort t (...)

29Cela s’aggrave si l’on tient compte du vieillissement de la population européenne5. Une telle « importation sélective » accélère un problème qui existe déjà dans les pays du Sud depuis quelques décennies : la fuite du capital humain ou la fuite des cerveaux.

30Il convient d’ajouter que le temps de travail des Equatoriens dans les services domestiques en Espagne dépasse les 40 heures par semaine établies par la législation de ce pays (56 % des Equatoriens travaillent plus de 50 heures). C’est également ce qui se passe avec les salaires de ces travailleurs, la différence allant de 5,56 dollars par heure pour les travailleurs natifs, tandis que les étrangers ne touchent que 2,78 dollars. 50 % des Equatoriens perçoivent à peine 2,22 dollars de l’heure. Les salaires mensuels moyens sont de l’ordre de 483 dollars pour les Espagnols, tandis que pour les Equatoriens le salaire se situe autour des 391 dollars. On rencontre aussi des différences importantes dans les prestations de la Sécurité Sociale (Collectivo IOE, Informe n° 2, 2001). C’est l’une des autres pertes majeures pour les migrants des pays pauvres qui ne reçoivent aucun type d’indemnisation, ni de mesure compensatoire du vieux continent.

31Selon les Nations Unies, l’émigration d’individus qualifiés provenant du Sud coûte mille millions de dollars aux pays d’origine, et ceci principalement au bénéfice des pays de destination. En effet, en analysant la structure d’âge de la population européenne nous observons que les contributions des migrants sont vitales.

32Selon une étude de la fin de l’an 2000, en Espagne, 59 % des Equatoriens travaillent dans les services domestiques. Ce chiffre doit être relativisé en raison de diverses formes d’irrégularité. Ce chiffre est descendu à 25 % en raison de la diversification du travail ainsi qu’aux conditions de travail.

33En ce qui concerne l’origine familiale et la structure des générations des émigrants équatoriens qui travaillent dans les services domestiques, ceux-ci proviennent de diverses strates sociales, la majorité d’entre eux travaillaient dans le secteur des services, le reste dans l’agriculture, l’industrie et la construction. Leur grande majorité sont des femmes. Leur niveau d’éducation et de formation dépend de la configuration familiale, mais en règle générale elles proviennent de familles nombreuses (de trois à six enfants).

34La distribution par âge des travailleurs domestiques est largement hétérogène, en majorité de jeunes adultes, leurs âges oscillant entre 25 et 45 ans.

35Pour ce qui est du niveau de formation comparé entre travailleurs équatoriens et espagnols, 40 % des premiers ont effectué des études supérieures, alors que seulement 16 % des Espagnols sont dans le même cas. Pourtant, ce sont les Equatoriens qui travaillent dans les services domestiques ce qui reflète, sans aucun doute, le sous-emploi de la main-d’œuvre émigrante qualifiée. Il convient d’indiquer que les travailleurs équatoriens, dans les services domestiques en Espagne, ont tous suivi au moins une scolarité primaire. D’autre part, ce niveau de formation reflète que ce sont les secteurs moyens et moyens bas qui constituent l’essentiel de l’émigration équatorienne vers l’Espagne.

  • 6 Ainsi par exemple, l’Accord Equateur-Espagne relatif à la Régulation et Ordonnance des Flux Migrato (...)

36Il n’est pas inutile de mentionner les initiatives des gouvernements pour réguler le flux migratoire équatorien dans certains pays européens, créant des conditions de gestion et de planification de la masse de travail étrangère6. En Suisse, la nouvelle Loi sur les étrangers détermine les normes, les mécanismes et les mesures à caractère restrictif pour le flux migratoire de pays tiers, qui englobe tous les pays d’Amérique, d’Afrique, d’Asie, et quelques pays d’Europe de l’Est. Les attentes et les conséquences de ces mécanismes n’ont pas été encore étudiées et analysées en profondeur en particulier en ce qui concerne l’émigration équatorienne.

L’impact et l’importance du flux migratoire équatorien

  • 7 Les envois d’argent peuvent être assimilés aux flux constant du capital, des transferts qui sont le (...)

37Cette offre de main-d’œuvre équatorienne, loin d’être une simple marchandise, est un facteur de production et de richesse hautement significatif, tant pour l’économie du pays d’origine de l’émigrant que pour le pays récepteur. L’accroissement enregistré d’envoi d’argent des émigrants ces deux dernières années a été spectaculaire7. Au point que ces transferts sont devenus plus importants que les recettes perçues pour les exportations de bananes, café, cacao, crevettes et thon, principaux produits d’exportations de l’Equateur.

Tableau 7 : Envois d’argent des émigrants et exportations (en millions de dollars)

Tableau 7 : Envois d’argent des émigrants et exportations (en millions de dollars)

Source : Banque Centrale d’Equateur 2004

  • 8 Selon la Banque Centrale d’Equateur, entre l’année 1994 et le premier trimestre de 2004, les Equato (...)
  • 9 Notons toutefois que ces flux tendraient à diminuer en raison de diverses situations, par l’entrée (...)

38Dans le tableau ci-dessus, nous pouvons constater l’importance croissante du montant total des remises. Pour l’année 1991, ce montant représentait à peine 109 millions de dollars, n’atteignant pas 1,3 % du PIB, tandis que les exportations pétrolières oscillaient autour de 10 % et les bananes 6 %. Dans l’année 2000, le montant des remises s’élève à 1 364 millions de dollars, représentant alors 10 % du PIB (le pétrole représente 18 %, et les bananes 6 %)8. Les remises ont crû de 13 % ces dix dernières années, révélant l’importance du flux de capitaux et la dynamique du processus migratoire équatorien9.

39Un autre aspect important à relever est que, tandis que les montants des envois tendent à augmenter, en corrélation avec l’augmentation du service de la dette, les dépenses sociales tendent à diminuer. Nous pouvons en déduire que les remises constituent un palliatif aux décisions économiques du gouvernement puisque celles-ci compensent ce que l’Etat n’assume pas, c’est-à-dire sa responsabilité à assurer des services sociaux indispensables pour la population équatorienne (tableau 4).

40Le montant des remises est directement proportionnel au flux du courant migratoire ainsi qu’à la mobilité de l’offre de travail. La Banque Centrale d’Equateur comptabilise les remises comme une balance de transferts et cela constitue la rétribution directe pour le travail, pour les services ou pour la rente du capital de la force émigrante équatorienne à l’extérieur. Ce sont donc des revenus nets qui stimulent de manière significative l’accroissement économique équatorien.

Tableau 8 : Quelques variables économiques significatives (En millions de dollars)

Tableau 8 : Quelques variables économiques significatives (En millions de dollars)

* estimation préliminaire
Source : Banque centrale d’Equateur

41Il est évident que ces remises injectent des ressources à l’économie. Dans le tableau ci-dessus nous notons l’attitude qu’assument les autorités équatoriennes quant à leurs priorités dans l’utilisation de la richesse nationale.

  • 10 Tandis que pour l’année 1993, cela représente à peine 1,9 % de la consommation nationale, en 1999 l (...)
  • 11 Selon les données de la Banque Centrale d’Equateur, voici le détail de l’utilisation de ces envois  (...)
  • 12 Difficile de chiffrer le montant réel, par commissions, que représentent ces transferts. Il s’est c (...)

42Il est important de souligner que les remises se transforment en un élément dynamisant pour la consommation10. Il faut préciser cependant que ces ressources vont de préférence aux dépenses de consommation journalière de survie des familles (aliments, vêtements, santé, éducation) et à des frais dans les services (construction, biens de consommation importés) ce qui représente, selon la Banque Centrale, 61 % du total des remises11. Selon la même étude, il existe des secteurs liés à l’importation de biens de luxe (17 %), qui profitent également aux entreprises de transferts de ces flux de capitaux12, ce qui nous fait penser qu’une grande partie du montant transféré par les remises ne s’injectera pas directement dans l’appareil productif et que, si cette tendance se poursuit, cela pourrait occasionner des distorsions dans le système économique.

  • 13 Nous notons qu’il existe des points de concentration de main-d’œuvre étrangère en Equateur, qui, pa (...)

43Nous devons considérer dans cette analyse d’autres facteurs potentiellement négatifs. Autrement dit, la dépendance externe de ces transferts. Les autorités équatoriennes dépendent de ces remises pour affronter les coûts du service de la dette et de l’économie « dollarisée ». Les familles dépendent de ces remises pour leur survie, de la même manière que les secteurs économiques en relation avec l’importation de bien de consommation. Ce phénomène de « dépendance » peut mettre à mal (et ce fait apparaît déjà) la cohésion sociale du pays, dans la mesure où il y a certaines provinces qui reçoivent ces capitaux au détriment d’autres, créant ainsi des pressions inflationnistes, des variations des indices de prix des produits et, ce qui est inouï, reconstruisent une nouvelle configuration et une mobilité économique et sociale équatorienne13.

  • 14 Nous devons signaler, d’un autre côté, que les revenus moyens des familles se situent à 253 dollars (...)

44En termes de combat contre la pauvreté, les transferts de fonds constituent un facteur essentiel de par leur caractère diversifié, sachant que leur montant ne se concentre pas dans une seule province, cela tend à créer des conditions différentes suivant les régions14.

  • 15 Pour une analyse plus détaillée de ce nouveau champ d’étude, voir : José Antonio Alonso, « Emigrati (...)

45Cette économie de la migration15 essaie d’expliquer les conditions réelles de la production de la force de travail de ces émigrants et de ses influences sur la société, dans les divers contextes historiques dans lesquels elles se développent. Cela apparaît, camouflé derrière l’irrégularité des émigrants, en fonction de l’absence de régulation juridique et, par conséquent, de normalisation de leurs droits de citoyens dans les pays receveurs. Tandis que, dans les pays d’offre migratoire, il est difficile d’estimer ces remises, le développement d’activités illicites et illégitimes, les prêts sur gage et les réseaux de trafiquants ne permettent pas de valoriser objectivement l’apport réel de la migration, tant dans son aspect financier que dans ses axes sociaux, culturels ou autres. Cette double contradiction préfigure l’instable fonctionnalité de tant d’êtres humains, avec des prérogatives spécifiques, des identités propres et des fonctionnalités inhérentes aux travailleurs migrants équatoriens.

Quelques considérations sur l’émigration équatorienne en Suisse

46De l’analyse antérieure vont surgir un certain nombre de considérations à travers lesquelles nous pourrons expliquer la réalité de l’émigration équatorienne en Suisse. Cette « nouvelle émigration » est relativement nouvelle. Ceci est, à notre sens, dû à trois caractéristiques essentielles.

  • 16 Selon l’Office fédéral de l’immigration, de l’intégration et de l’émigration suisse (IMES), le nomb (...)
  • 17 Divers chiffres ont été avancés par des associations et des entités proches des « personnes sans st (...)

47En premier lieu, quantitativement, elle obéit à un processus apparu récemment : dans les dix dernières années le nombre de personnes d’origine équatorienne résidant en Suisse a augmenté de manière significative. Si pour les années 1990-1995 les citoyens équatoriens étaient approximativement 700 répartis dans divers cantons, pour 2004 on a dénombré près de 2 000 personnes, qui se sont concentrées essentiellement dans les cantons de Suisse romande, principalement à Genève et à Lausanne16, et peut-être en moindre proportion dans les cantons de Suisse alémanique. Les statistiques fédérales ne nous indiquent cependant pas le nombre exact de personnes sans statut légal d’origine équatorienne ; cela est dû entre autres à l’absence de recensement et d’enquêtes qui permettraient de déterminer des chiffres plus proches de la réalité. De notre côté, nous pensons qu’approximativement 15 000 Equatoriens peuvent se trouver en territoire Suisse17.

48En second lieu, au niveau social et juridique, il existe des situations de précarité, de ségrégation et d’absence de tout mécanisme de protection légale et institutionnelle. Situation qui, loin d’être des cas éphémères et isolés, se transforme en une règle générale applicable à l’ensemble des personnes sans statut légal. Ce qui a évidemment des conséquences directes sur la productivité de ces migrants et leurs activités économiques dans les services qui constituent en général leur principal travail.

49En troisième lieu, nous pourrions considérer la perception et la manière de se situer, d’une partie des émigrés équatoriens, qui se trouvent dans une position de vulnérabilité face à des situations socioculturelles, des comportements et des fonctionnalités institutionnelles différents.

50La nouvelle Loi sur les étrangers, établie et adoptée par la Confédération en 2006, détermine l’existence d’une série de restrictions et de limitations pour les nouveaux migrants, leur attribuant des rôles secondaires et cela en raison de critères discriminatoires, en leur imputant certaines différences et critiques qui les rendraient inaptes à travailler et à vivre sur le territoire, et les déclarant ipso facto non intégrables. La loi établit de la même manière certains paramètres de qualification, de formation et « d’intégration effective », aspects qui garantiraient leur droit à une résidence permanente sur le sol helvétique. Il n’est par conséquent pas si important d’assurer l’illusion que l’émigration radicale en Suisse pourrait commencer à se déterminer en fonction de cette nouvelle loi, mais plutôt de chercher par l’action organisationnelle des modalités nouvelles de participation à des thèmes en suspens à l’intérieur même de la société suisse.

51L’émigration équatorienne est quelque part au milieu de ce « schéma bipolaire », ce qui l’oblige évidemment à se positionner quant au niveau de réponse, de l’organisation, et de la mobilité spatiale et sociale, avec la finalité de consolider les espaces d’activités productives, l’accès aux institutions éducatives, la formation professionnelle, la valorisation des compétences, une participation citoyenne et la réaffirmation de son identité sociale et culturelle. Tout ceci en concordance avec les actions des organisations d’aide sociale et juridique.

  • 18 Selon des organisations, les migrants cherchent généralement à créer des conditions pour « mieux vi (...)
  • 19 L’intégration est donc de notre point de vue un processus varié avec des caractéristiques multiples (...)

52Dans ce sens, le travail associatif18 se trouve être déterminant car, à travers celui-ci, les migrants cherchent les points de contact, par la communication et l’information, réaffirment leur identité culturelle par l’abolition des différences entre les diverses communautés, et pour finir, tendent à l’établissement des conditions d’une plus grande et meilleure intégration19.

Conclusion

53La récente émigration équatorienne doit être analysée comme la conséquence d’une crise complexe, qui est en partie due à l’échec du modèle néolibéral et ses dérives, et au poids de la dette extérieure. D’autre part, l’émigration soutient directement l’économie nationale par le biais des remises des émigrants. Les flux de capitaux qu’envoient les Equatoriens depuis l’extérieur représentent un pilier fondamental pour faire face à la dollarisation. Finalement, cela signifie un revenu important pour pallier au déséquilibre croissant et au déficit chronique de la balance des services, provoqué par la charge de la dette extérieure.

  • 20 Nous n’oublions pas que, ces dix dernières années, divers présidents, ministres, banquiers et perso (...)

54Mais bien qu’il soit certain que l’émigration équatorienne est la conséquence d’une dégradation généralisée de la situation économico-sociale, celle-ci reste en toile de fond et n’est que trop peu prise en considération par les chercheurs en sciences sociales. De plus, les conditions de dégradation de la situation équatorienne qui ont donné naissance à cette émigration massive sont aussi politiques. Parallèlement à ce qui se produisait dans la sphère économique et sociale, les institutions juridiques et politiques de l’Equateur se sont dégradées, les violations des droits humains se sont répandues, ainsi que le rôle des partis politiques qui ont peu à peu cessé de représenter l’ensemble de la population, en étant totalement absents du débat politique et donnant des réponses inefficaces au drame équatorien20.

55Finalement, quand on signale l’importance de l’émigration, l’Equateur, en tant que projet de nation, pourrait assumer d’une meilleure manière le défi de la construction d’une société équitable et ouverte. Et quand le monde comprendra l’importance de la migration, surpassant la protection du capital et l’absence de protection des personnes, les deux visages de la globalisation du capitalisme, on pourra atteindre la construction d’une société globale soutenue par la solidarité, la liberté et l’équité.

56En accord avec les impératifs des Nations Unies, en relation à la protection des travailleurs migrants et prenant en considération l’apport substantiel du développement social de ces pays, le gouvernement équatorien a décidé d’établir une série de lois et de mécanismes avec la finalité d’établir des actions simultanées à la fois sur le plan national et international, dans le but de promouvoir des bases, des actions et des principes de régulation qui garantissent le respect intégral des droits humains et des libertés fondamentales des migrants. Un « Plan national de protection du migrant » a été établi, en corrélation avec des actions d’autres institutions nationales ou étrangères. Son principe de base est : « Rendre propice la sécurité, l’intégrité et le développement humain en soutenant les migrants et leurs familles, avec la participation décidée de tous les organismes et entités engagés ».

  • 21 Ainsi comme s’est appliqué le Plan National de la Protection du Migrant depuis l’accession au pouvo (...)

57De cette manière se profile la création de conditions propices pour que les migrants puissent exercer leurs activités de manière régulière et en fonction de normes légales des pays de destination, avec de l’assistance et une protection juridique. Dans la perspective d’injecter ces capitaux dans des secteurs nationaux productifs déterminés, il faut un appui légal et financier correspondant aux montants des remises, il faut un développement interinstitutionnel pour que les ressortissants aient plus de facilités à l’étranger. Il faut le respect de leurs droits constitutionnels et la promotion de la culture et l’identité nationale, ainsi que le désir de promouvoir la coopération internationale, sa gestion et planification en tenant compte du principe de responsabilité partagée, protégé par une série de traités internationaux de protection des travailleurs migrants21.

Bibliographie

Références

Acosta Alberto, Breve historia económica del Ecuador, Quito-Ecuador: Corporación Editora Nacional, 2001.

Acosta Alberto, López Susana, y Villamar David, «Oportunidades y amenazas económicas de la emigración» (V), in Diálogos, La Insignia, 31 août 2004.

Colectivo IOE, «Las remesas de inmigrantes ecuatorianos», Funcionamiento y características de las agencias de envío de dinero en España, in Informe n° 1, Proyecto Migración, Comunicación y Desarrollo (Cáritas-España, Conferencia Episcopal Ecuatoriana, ALER, FEPP, ILDIS-FES), Madrid, 2001, (document non publié).

Colectivo IOE, «Los residentes ecuatorianos en España», in Informe n° 2, Proyecto Migración, Comunicación y Desarrollo (Cáritas-España, Conferencia Episcopal Ecuatoriana, ALER, FEPP, ILDIS-FES), Madrid, 2001, (document non publié).

Colectivo IOE, «Una aproximación descriptiva a la situación de la inmigración ecuatoriana en España : los trabajadores del servicio doméstico», in Informe n° 4, Proyecto Migración, Comunicación y Desarrollo (Cáritas-España, Conferencia Episcopal Ecuatoriana, ALER, FEPP, ILDIS-FES), Madrid, 2001, (document non publié).

Colectivo IOE, «Los residentes ecuatorianos en la región de Murcia», in Informe n° 5, Proyecto Migración, Comunicación y Desarrollo (Cáritas-España, Conferencia Episcopal Ecuatoriana, ALER, FEPP, ILDIS-FES), Madrid, 2001 (document non publié).

Centro de Investigaciones CIUDAD e Intermón-OXFAM, «El proceso migratorio de ecuatorianos a España», Proyecto Migración, comunicación y desarrollo (Cáritas-España, Conferencia Episcopal Ecuatoriana, ALER, FEPP, ILDIS-FES), Quito, Septembre 2001, (document non publié).

Hernandez David, «Más que un puñado de dólares – Las remesas de residentes en EEUU : un fenómeno económico y sociocultural», in Revista Desarrollo y Cooperación, Bonn, Février 2002.

Larrea Carlos y Sanchez Jeannette, «Desarrollo humano y políticas sociales en el Ecuador: Una propuesta alternativa», Quito, 2001 (document non publié).

Marconi, Salvador, «Deuda externa – Construyendo soluciones justas, La impagable deuda externa ecuatoriana», Varios autores, CDES, Quito, 2001.

Salgado Wilma, «Riesgos para la recuperación económica en dolarización», in Revista Ecuador Debate, n° 55, CAAP, Quito, Avril 2002.

Sistema Integrado de Indicadores Sociales del Ecuador, Ministerio de Bienestar Social, Quito, 2000.

Silva Erika, Los Mitos de la Ecuatorianidad, Abya Yala, Quito, 1995 (2e édition).

Notes

2 A la fin de l’année 1998, la situation empira dramatiquement. Le prix du pétrole (40 % de l’exportation du pays) chuta. Le phénomène climatique El Niño déchaîna des pluies torrentielles et détruisit près de 350 000 hectares de terres cultivables. La production agricole souffrit de pertes énormes. La monnaie se dévalua de 20 % et le prix des principaux produits de consommation comme l’électricité, les combustibles et les transports augmentèrent d’environ 45 %. Dans son budget d’aide nationale, le gouvernement consacra 45 % du PIB au service de la dette extérieure. Celui-ci supprima les subventions au gaz à usage domestique, au diesel et à l’électricité. Quasi 60 % de la population n’a pas de travail ou est chômeur et vit en situation d’extrême pauvreté. Des milliers d’employés ne sont pas payés et près de 45 % de la population doit vivre avec 45 dollars par mois. En mars 1999, la TVA augmenta de 10 % à 15 % et les combustibles de 200 %. La monnaie se dévalua et l’on assista à la fermeture de toutes les institutions financières ainsi qu’au blocage des comptes courants et des comptes d’épargne.

3 Il faut préciser que pour l’émigration en général en Espagne, diverses organisations à caractère social aident les Equatoriens : Caritas, l’Eglise et diverses ONG. En Suisse, la situation est similaire. Les organisations d’aide aux émigrants se sont diversifiées, arrivant y compris à déclencher des actions à caractère juridique – la régularisation des émigrants sans statut légal – ainsi que pour la défense et le respect des libertés fondamentales des émigrants. Tout cela inclut évidemment les diverses associations favorisant les activités culturelles, sociales et sportives, qui facilitent le processus migratoire.

4 Lorsque nous nous demandons pourquoi les Equatoriens, dans leur immense majorité, choisissent l’Espagne comme destination migratoire, nous ne pouvons pas oublier le cadre légal et juridique qui régule la situation dans ce pays. Selon le chercheur Gomez Ciriano, « Il existe trois éléments fondamentaux qui définissent ce cadre : en premier lieu, la convention de double nationalité hispano-équatorienne du 22 décembre 1964. En second, l’accord du 30 octobre 1963 supprimant les visa de séjour entre l’Equateur et l’Espagne et pour finir les articles 17 à 18 du Code Civil espagnol. En vertu de ce dernier, le ressortissant équatorien n’avait pas de limite de durée de séjour jusqu’au 16 août 2000 pour l’accès au marché du travail en Espagne. Autrement dit, un Equatorien pouvait concourir à une offre de travail aux mêmes conditions qu’un Espagnol, un résident légal en Espagne ou un citoyen de la communauté européenne, sans risque qu’on lui demande a posteriori de fournir un visa pour travailler. » Cette situation a changé comme nous l’avons déjà signalé à partir du 16 août 2000. Emilio Gomez Ciriano, Inmigrantes ecuatorianos en Madrid, Plan Migration-Communication et Développement (Equateur-Espagne), Caritas Espagne, Madrid, mai 2002.

5 La situation européenne peut nous servir d’exemple : l’Europe possède une population avec un fort taux de personnes âgées et d’adultes, une proportion un peu plus faible de jeunes et de jeunes adultes, et une fraction plus petite d’enfants et d’adolescents. De ce phénomène démographique qu’on connaît comme le vieillissement de la population, va impliquer que, tôt ou tard, l’Europe aura une majorité d’inactifs face à une minorité d’actifs. Cela est partiellement dû à la prolongation de l’espérance de vie de la population, le développement de la médecine et à la basse croissance démographique. En conséquence, les coûts de la sécurité sociale augmenteront considérablement. Et cela affectera le niveau de revenu des citoyens, générant une possible crise dans le système de la sécurité sociale européenne. Par conséquent le « vieux continent » se verra dans la nécessité d’« importer » sélectivement de la main-d’œuvre qui permettra de couvrir les futures demandes du système de sécurité sociale et des pensions.

6 Ainsi par exemple, l’Accord Equateur-Espagne relatif à la Régulation et Ordonnance des Flux Migratoires, Madrid, mai 2001. Et dernièrement, le Projet de Réglementation sur les Droits et Libertés des Etrangers en Espagne et son Intégration Sociale, octobre 2004.

7 Les envois d’argent peuvent être assimilés aux flux constant du capital, des transferts qui sont le produit du travail des émigrants équatoriens. Ces envois ne peuvent pas être considérés comme des apports ou des investissements directs, surtout pour le cas équatorien, ceux-ci ne s’orientant pas vers un développement productif, mais bien pour couvrir les nécessités de base des familles. La mesure de ces remises d’argent est complexe, de par sa diversité de forme (transferts bancaires, par l’intermédiaire d’agences spécialisées ou par l’envoi direct ou clandestin), et parce que nous ne savons pas de source sûre le montant correspondant aux remises irrégulières. Les données en ce sens ne sont que des estimations.

8 Selon la Banque Centrale d’Equateur, entre l’année 1994 et le premier trimestre de 2004, les Equatoriens ont envoyé 9 890 millions de dollars. En 2003 seulement, les envois d’argents furent de l’ordre de 1 539,5 millions de dollars. Source : Banque Centrale, 2004. Journal du Commerce, Quito, 4 octobre 2004.

9 Notons toutefois que ces flux tendraient à diminuer en raison de diverses situations, par l’entrée de nouveaux migrants, processus de régularisation que détenaient les capitales dans leurs pays de réception, ainsi que les conditions proprement liées aux émigrants (paiement de la dette contractée, regroupement familial, absorption par la Sécurité sociale de ces émigrants, etc.).

10 Tandis que pour l’année 1993, cela représente à peine 1,9 % de la consommation nationale, en 1999 le pourcentage augmente à 9,8 %, et dans l'année 2000, il est de 12,9 %. La réactivation de la consommation s’oriente vers des biens d’importation et donc ne stimule pas précisément la production nationale. Notons aussi que l’orientation des envois à l’intérieur du pays est focalisée sur certaines provinces uniquement. Voir : Banco Interamericano de Développement (BID), Evaluation du programme de l’Equateur 1990-2002, Washington, EEUU, juillet 2004.

11 Selon les données de la Banque Centrale d’Equateur, voici le détail de l’utilisation de ces envois : 61 % en frais journaliers, 17 % en produits de luxe, 8 % en investissement en affaires, 8 % d’épargne, 4 % d’achat de biens immobiliers, 2 % dans l’éducation. Voir : Journal du Commerce, Quito, 4 octobre 2004.

12 Difficile de chiffrer le montant réel, par commissions, que représentent ces transferts. Il s’est calculé que ces remises depuis l’Espagne fluctuent entre 3,7 % et 14,4 %, tandis que depuis les USA, ces commissions se situeraient entre 10 % et 30 %. (Ibid, 2004)

13 Nous notons qu’il existe des points de concentration de main-d’œuvre étrangère en Equateur, qui, par l’absence de ressortissants locaux va occuper l’espace de production, attirée par les salaires « dollarisés ». Nous notons également de la reproduction sociale, empêchant une variation des types de problèmes, particulièrement en relation avec la migration colombienne et péruvienne en ce qui concerne les permis de résidence, les autorisations de travail, la cohabitation sociale et le respect des droits et des libertés fondamentales. Selon la Banque Centrale d’Equateur, si la remise des Equatoriens représente en 2003 1 700 millions de dollars, le montant des immigrants latino-américains sera de 250 millions de dollars.

14 Nous devons signaler, d’un autre côté, que les revenus moyens des familles se situent à 253 dollars pour l’année 2003, tandis que les coûts du ménage familial sont de l’ordre de 378 dollars. De cela, nous pouvons déduire qu’une bonne part de la population n’arrive pas à satisfaire ses nécessités de base et, dans ce sens, la dynamique de la pauvreté – l’indigence – continuera à se développer. Nous indiquons que le montant des remises, pour l’année 2000, (1 317 millions de dollars), était supérieur à « l’aide au développement » que reçoit l’Equateur dont le montant s’élève à 721 millions de dollars. Ibid. Banque Interamericano de Développement (BID), Evaluation du Programme de l’Equateur 1990-2002, Washington, Etats-Unis, juillet 2004.

15 Pour une analyse plus détaillée de ce nouveau champ d’étude, voir : José Antonio Alonso, « Emigration et développement : implications économiques », in Dialogues La Insigna, Espagne, octobre 2004.

16 Selon l’Office fédéral de l’immigration, de l’intégration et de l’émigration suisse (IMES), le nombre d’étrangers provenant d’Amérique du sud se situerait autour de 25 323 (1,7 %) pour l’année 2003, de celui-ci 1 383 personnes sont originaires d’Equateur, sans compter évidemment les personnes sans statut légal. À notre avis, ces chiffres devraient être relativisés. Voir : Statistiques des étrangers 2003, Vol. 1, IMES, Berne 2004.

17 Divers chiffres ont été avancés par des associations et des entités proches des « personnes sans statut légal », les chiffres varient entre 100 000 et 250 000 de toutes les nationalités confondues. Ce qui déterminerait évidemment à moyen terme de singuliers problèmes d’ordre socio-économique et juridique. Dans ce contexte, diverses actions ont été développées par ces collectifs et ces associations dans la perspective d’un processus de régularisation collectif de ces personnes.

18 Selon des organisations, les migrants cherchent généralement à créer des conditions pour « mieux vivre » à l’intérieur des diverses communautés, en passant par l’information, la sensibilisation et la promotion à travers les activités sociales, culturelles, sportives ou autres, mais par-dessus tout avec l’intention de générer des mécanismes de concertation avec les institutions nationales avec pour finalité de se consolider comme partie intégrante, à conditions égales, de la société suisse.

19 L’intégration est donc de notre point de vue un processus varié avec des caractéristiques multiples : éducatif – par l’apprentissage de la langue du pays d’origine, culturel – par l’apprentissage des principes de vie collective et le respect des différences, juridique – par le respect du système, de ses normes et lois – mais aussi la défense de l’ordre établi, de la communauté démocratique qui protège le migrant, ainsi que l’économique et le social – accès au travail à des conditions égales, aux services sociaux, à la formation professionnelle, et en termes généraux le respect de la personne, indépendamment de son lieu de provenance et de son origine. Ce concept ne peut pas être synonyme d’assimilation ou d’acculturation.

20 Nous n’oublions pas que, ces dix dernières années, divers présidents, ministres, banquiers et personnalités de l’Etat ont demandé l’asile politique, ou ont simplement abandonné le pays par crainte d’être jugés pour corruption, mauvaise gestion des fonds publics, et violations diverses de l’intégrité de l’Etat, ainsi que des personnes. Le système démocratique dans le pays souffre de diverses déficiences qui à notre sens ne seront pas résolues immédiatement. Ces « faillites de la démocratie » accompagneront l’exode des émigrants équatoriens.

21 Ainsi comme s’est appliqué le Plan National de la Protection du Migrant depuis l’accession au pouvoir du Président Lucio Gutiérrez, par le Décret Exécutif No. 256. RO/56 du 7 avril du 2001, à travers la Corporation Nationale de Protection du Migrant qui deviendra ensuite, le Sous-secrétariat aux affaires Migratoires et Consulaires. Le Congrès équatorien opta également pour la création d’une Loi de Protection des Migrants Equatoriens et de leurs familles, en concordance avec la Convention Internationale sur la Protection des Droits de Travailleurs Migrants et de ses Familles de l’ONU (18 décembre 1990). Voir : Ministère des Relations Extérieures, Premier Document Officiel du Travail du Plan National des Equatoriens à l’Extérieur, Quito, décembre 2001.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Equateur : évolution de la pauvreté de la en pauvreté pourcentage de la population
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 2 : Equateur : distribution du revenu national
Légende Source : INEC
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/519/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 3 : Equateur : dette extérieure
Légende Source : Banque Centrale d’Equateur
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/519/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 4 : Equateur : envoi de fonds des émigrants (série 1), investissement social* (série 2) et service de la dette Equateur (série 3)
Légende *inclut : éducation, culture, santé, développement communal, développement agricole
Crédits Source : Banque Centrale d’Equateur
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/519/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/519/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 6 : Equateur : destinée des émigrants en pourcentages
Légende Source : INEC. EMEDINHO 2000
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/519/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 7 : Envois d’argent des émigrants et exportations (en millions de dollars)
Légende Source : Banque Centrale d’Equateur 2004
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/519/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau 8 : Quelques variables économiques significatives (En millions de dollars)
Légende * estimation préliminaireSource : Banque centrale d’Equateur
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/519/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 123k

Auteur

Chercheur en Sociologie des Migrations Internationales, et membre du Comité Directeur du Forum pour l’Intégration des Etrangers en Suisse (FIMM.
De nationalité équatorienne. Etudes en sociologie, sciences politiques et relations internationales. Chercheur en sociologie des migrations internationales, il est invité dans plusieurs universités en tant que professeur et conférencier en Amérique latine. Il est l’un des membres de la Commission fédérale d’étrangers (CFE) en Suisse. Il est actuellement directeur de projets auprès du Forum pour l’intégration des migrantes et des migrants (FIMM) à Berne

Myrian Carbajal (Traducteur)

Dr phil. en travail social, elle travaille actuellement à la Haute école de travail social de Genève (hets) dans le cadre d’une recherche portant sur la mixité, la non-mixité et la formation auprès des femmes faiblement qualifiées. Elle est également cheffe du projet « Migration et intimité » (Fondation Profa Vaud) qui promeut la santé sexuelle auprès des populations migrantes. Dams ée cadre de sa thèse de doctorat, elle a traité de la thématique des femmes latino-américaines sans-papiers en Suisse

© Éditions ies, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540