Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Suisse au rythme latino

 | 
Claudio Bolzman
, 
Myrian Carbajal
, 
Giuditta Mainardi

Partie I. Projets migratoires au quotidien dans la société Suisse

Dominicains en Suisse : vingt-cinq ans de migration et d’engagement transnational

Jennifer Petree et Tahira Vargas
Traduction de Giuditta Mainardi

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nos remerciements vont à tous ceux et celles qui ont collaboré avec nous dans ce travail et qui on (...)

1« Il n’y a pas de futur dans notre pays, il n’y a pas de travail, il n’y a pas d’opportunités, les choses vont toujours en empirant. Les gens disent ‘pourquoi étudier, dans quel but ?’ Parce qu’il n’y a pas de travail. Cela ne compte pas que tu aies une formation, il n’y a aucune manière de progresser. C’est pour cela que tout le monde veut sortir du pays. Tous partent de l’île à la recherche d’une vie meilleure. Je suis venu ici (en Suisse) pour voir si mon futur serait ici… un futur pour moi-même et pour ma famille. Mais ce n’est pas comme il paraît. Le système est complexe ici, mais nous devons aller de l’avant » (Citation tirée d’un entretien collectif avec un groupe d’hommes dominicains à Berne, Suisse, novembre 2004).1

2La migration moderne, stimulée en partie par la globalisation de l’économie de marché et par les conséquences de l’augmentation des inégalités économiques entre les différentes régions du monde, a amené des millions d’Asiatiques, d’Africains et de Latino-Américains vers l’Europe à la recherche d’opportunités économiques et d’une meilleure qualité de vie. La présence toujours plus grande de cette nouvelle diaspora migratoire en Europe a aidé à remplir les écarts du marché du travail et à prendre en considération la diminution des populations nationales. Cela est aussi la source d’intenses débats entre citoyens et chefs politiques. Dans les pays de départ, l’absence créée par l’émigration se fait sentir dans la perte de capital humain et dans la division des familles, mais elle se fait sentir aussi par une amélioration des standards de vie résultant de l’argent que les migrants envoient à leurs foyers depuis l’étranger. Au niveau macro, la migration est en train de réorganiser notre société, en redessinant les contours de la famille, des communautés, de la culture et en changeant les modèles de relations entre nations. Au niveau individuel, l’expérience migratoire signifie une restructuration complète des modèles matrimoniaux, du travail, des statuts sociaux, des rôles de genre, du langage, de l’éducation et des rêves futurs. Une chose est sûre : la migration ne signifie pas l’abandon d’une vie en échange d’une autre. Les migrants d’aujourd’hui ont l’opportunité et le défi de construire leurs vies entre et dans des lieux différents. C’est ce mouvement de déplacement et d’appartenance simultanée à différentes sociétés qui est considéré actuellement comme la « migration transnationale » (Levitt, 2004).

3Il y a une décennie, Nina Glick Schiller a défini le terme ainsi : « Les processus par lesquels les migrants construisent et maintiennent les relations sociales entrelacées qui conditionnent leurs sociétés d’origine et d’établissement » (Sorenson, 2002, Glick et al., 1994). A l’heure actuelle, « le transnationalisme se réfère amplement aux liens multiples et aux interactions qui relient la personne ou les institutions, en traversant les frontières entre les Etats-nations. Ces systèmes de liens, de relations, d’interchangements et de mobilité fonctionnent intensément et le moment présent montre qu’ils sont en train de se répandre dans le monde » (Steve Vertovec, 2004). Cet article utilise l’approche de la migration transnationale comme cadre théorique.

4De plus, comme les règles et les pratiques transnationales sont spécifiques à chaque lieu, en entrelaçant les personnes, les ressources et les opportunités d’un contexte spécifique à un autre, ce texte va traiter d’une population migrante traditionnelle dans un contexte de réception relativement nouveau : les Dominicains en Suisse. Parmi une population estimée à 1,47 millions d’étrangers en Suisse, il existe une population d’approximativement 8 000 Dominicains, un petit groupe, certes, mais tout de même significatif et possédant une histoire de migration unique méritant d’être explorée et analysée.

5Ce chapitre présentera de manière générale les découvertes concernant la phase initiale, l’étude empirique de l’expérience transmigratoire et les pratiques transnationales de cette population. Comme il s’agit de la première étude académique à grande échelle sur les Dominicains transmigrants en Suisse, la recherche se propose d’explorer différents sujets avec une profondeur limitée. La première partie donne un aperçu du profil qualitatif de la population migrante. La deuxième partie propose une analyse ainsi que des explications de base concernant les principales voies transmigratoires qui relient la République Dominicaine à la Suisse. La troisième partie décrit les pratiques transnationales les plus importantes pour cette population. Enfin, la quatrième partie présente une brève analyse ainsi qu’une description des modèles d’incorporation et de transformation de l’identité observées chez les Dominicains dans le contexte suisse.

6Les informations ont été recueillies grâce à diverses techniques (qualitatives et quantitatives) de récolte de données telles que l’entretien en profondeur, les entretiens collectifs et les conversations avec des informateurs privilégiés. Les entretiens en profondeur et les entretiens collectifs incluent 45 Dominicains qui vivent dans cinq villes suisses, et cinq émigrants retournés vivre à Santo Domingo, et ont été menés entre septembre et décembre 2004. Des entretiens additionnels avec des représentants de différentes organisations non gouvernementales, ONG, organisations internationales et diplomatiques, compagnie de transfert de fonds, université et organisations de migrants en Suisse et en République Dominicaine, ainsi que les informations fondées sur la récolte et l’analyse de données quantitatives et théoriques dérivées de nombreuses sources secondaires viennent appuyer l’ensemble de l’analyse.

Antécédents et contexte

7La migration de la République Dominicaine vers la Suisse a commencé dans les années 1980, quand le pays souffrait d’une crise économique caractérisée par une économie faible et volatile. Une période de deux ans de dépression économique sévère a eu comme conséquences une inflation élevée ainsi qu’une dévaluation rapide de la monnaie, une dette extérieure non maîtrisable, des prix pour les consommateurs à la hausse, des coupures d’électricité, des déficits commerciaux et des protestations liées aux biens de première nécessité. C’est dans ces conditions difficiles que l’émigration dominicaine a pris racine.

8En sus d’un grand nombre de Dominicains partis à destination de New York, de nouveaux modèles de migration vers l’Europe ont vu le jour, en particulier pour ceux qui ne pouvaient pas répondre aux conditions d’entrée toujours plus sévères aux Etats-Unis ou pour ceux qui ne comptaient pas de famille aux Etats-Unis qui aurait pu soutenir leur migration. Tout au long des années 1980 et 1990, les Dominicains se sont débrouillés pour arriver en Espagne, en Italie, en Suisse, aux Pays-Bas, en Autriche, en Allemagne, en Belgique et en Grèce où ils ont trouvé du travail et où ils ont établi de nouveaux réseaux transnationaux.

9Un facteur qui a influencé l’augmentation de la migration dominicaine vers l’Europe a été le développement de l’industrie touristique, en particulier le tourisme sexuel en République Dominicaine, qui a amené un grand nombre d’Européens de classe moyenne sur l’île chaque année, dont approximativement 40 000 Suisses (source : ambassadeur dominicain à Berne).

10Ce tourisme transatlantique a eu comme conséquence un grand nombre de mariages entre Dominicains et Européens. A leur tour, ces unions ont favorisé une mise sur pied de réseaux sociaux transnationaux que d’autres Dominicains ont utilisé dans un but migratoire les années suivantes (Lilón et Lantigua, 2004). Parallèlement à la migration matrimoniale, ce tourisme bicontinental a aussi joué un rôle important dans l’histoire de la migration dominicaine à des fins professionnelles vers la Suisse, rendue plus simple par un réseau d’hommes et de femmes qui ont recruté les Dominicaines par milliers, une partie d’entre elles travaillant dans des clubs de nuit.

11La politique suisse d’immigration envers les Dominicains a aussi été un facteur important d’attraction de la migration. Jusqu’à la moitié des années 1990, les Dominicains n’avaient pas besoin de visa pour entrer en Suisse en tant que touristes et cette politique a facilité l’arrivée d’un grand nombre de personnes venues avec le prétexte de visiter une sœur ou une fille, un cousin ou un ami déjà dans le pays. Certains Dominicains ont utilisé cette voie d’entrée comme stratégie initiale de migration, en restant en Suisse après l’expiration du visa touristique. C’est cette combinaison entre une politique de tourisme ouverte avec des opportunités légales largement soutenues comme le mariage ou la migration professionnelle pour la danse exotique qui ont permis à la migration dominicaine de s’installer en Suisse.

12Dans la dernière partie des années 1990, quand le gouvernement suisse a commencé à demander aux citoyens dominicains de se munir d’un visa pour les visites touristiques, et qu’il a augmenté de manière significative les exigences pour les visas, le tourisme depuis la République Dominicaine a commencé à disparaître. Actuellement, la croissance de la population dominicaine en Suisse est principalement nourrie par le marché transatlantique du mariage et par l’arrivée de jeunes nés dominicains qui retrouvent leurs parents ayant établi leur résidence légale temporaire ou permanente en Suisse. L’émergence de la deuxième génération de Dominicains en Suisse, parmi lesquels un grand nombre de jeunes sont issus de mariages biculturels établis entre les années 1980 et 1990, représente aussi une nouvelle tendance importante et complexe.

Partie I : Un profil des Dominicains en Suisse

13En décembre 2003, un total de 5 249 Dominicains vivant en Suisse était enregistré. Si l’on additionne ce chiffre avec les 1 387 Dominicains qui ont obtenu la nationalité suisse depuis 1990, les Dominicains sans papiers (estimés au maximum à 500 personnes), et un groupe (petit mais en augmentation) de Dominicains de deuxième génération nés des mariages binationaux et qui ont obtenu la nationalité suisse par naissance, on peut estimer la population dominicaine totale en Suisse à environ 8 000 personnes. Cela signifie probablement que la communauté dominicaine en Suisse pourrait être la troisième plus grande en Europe après celle d’Espagne et d’Italie (les Dominicains en Espagne ont été estimés par l’institut national espagnol de la statistique à 45 000 en 2003 ; la population dominicaine en Italie estimée par l’IOM s’élevait à 11 400 individus en 2000).

Croissance de la population dominicaine en Suisse1990-2003 (en excluant ceux qui ont la citoyenneté suisse)

Croissance de la population dominicaine en Suisse1990-2003 (en excluant ceux qui ont la citoyenneté suisse)

Source : Office Fédéral Suisse de l’Immigration, L’intégration et l’émigration, Statistiques sur les étrangers, 2003

14La migration dominicaine vers la Suisse s’est faite en trois vagues. Le premier groupe, les fondateurs, est arrivé entre 1977 (premier cas connu) et 1991. La deuxième vague de migrants est arrivée pendant la période la plus active : de 1992 jusqu’à 1998. La troisième vague a commencé en 1999 et continue à l’heure actuelle. De plus, il existe deux groupes de jeunes dominicains – une génération arrivée comme enfant suite à la migration de leurs mères, et une deuxième génération émergente née en Suisse principalement de parents binationaux. La croissance de cette nouvelle génération est en train de remplacer la diminution de la migration depuis l’étranger.

15La migration dominicaine vers la Suisse a commencé et continue d’être un phénomène principalement féminin. Cela montre les opportunités de migration offertes aux Dominicains dans le contexte suisse. Le mariage avec un citoyen suisse ou un travail de danseuse de cabaret, rôles essentiellement féminins, ont été les stratégies principales de migration des Dominicains depuis le début. Sans obstacles, pendant les prochaines années, le pourcentage des Dominicains hommes arrivant en Suisse va probablement augmenter en tant que pourcentage du chiffre global de migration, dans la mesure où un nombre croissant de femmes dominicaines qui ont émigré en Suisse en 1990 obtiennent la résidence permanente, ce qui les aide à faciliter la migration des membres masculins de la famille.

16En plus de la taille et de l’âge, un autre facteur démographique important émerge de cette étude : il s’agit d’une croissance lente mais continue du contingent de Dominicains en Suisse âgés de moins de 20 ans. Il s’agit d’enfants nés des migrantes qui vivent en Suisse, ainsi que ceux qui sont nés en République Dominicaine et qui ont rejoint leurs parents tardivement.

17Si nous considérons dans le calcul de la quantité totale de jeunes Dominicains le nombre croissant de jeunes Dominico-Suisses, c’est-à-dire ceux qui possèdent la nationalité suisse par naissance ou naturalisation, cette quantité augmente de 2 000 et 2 500, ce qui représente environ 30 % de toute la population migrante.

18En termes d’origines géographiques, les Dominicains interviewés viennent en Suisse d’une variété de lieux, avec des flux plus significatifs depuis les quartiers urbains de Santo Domingo, de Santiago – la deuxième plus grande zone urbaine du pays – de la province industrielle de San Cristóbal, à seulement une heure au sud-ouest de la capitale, de la zone plus rurale de La Vega, et du petit village de Higüey dans le carré sud-est du pays. Il y a une claire tendance migratoire à partir des régions urbaines. Cependant, on trouve des communautés d’autres régions du pays qui envoient de l’argent depuis la Suisse.

19De quels milieux sociaux viennent la majorité des Dominicains migrants ? Plus de 70 % des interviewés sont issus de familles « pauvres » ou « très pauvres » avec des parents ayant un bas niveau d’éducation formelle et des familles très nombreuses.

20Quand les migrants arrivent en Suisse, Zurich est de loin la zone de réception la plus populaire puisqu’elle est le foyer de 30 % de tous les Dominicains vivant en Suisse. Le canton du Tessin représente la deuxième zone de réception, alors que la zone qui inclut les villes de Bâle, Berne, Aarau et Genève constitue la troisième. Les informations recueillies concernant les Dominicains sans-papiers suggèrent que Genève et le Tessin comptent certainement une population plus importante que celle mentionnée dans les chiffres officiels, au vu de la contiguïté des frontières italiennes et françaises qui sont des pays receveurs de sans-papiers.

21De plus, notre recherche met en évidence des liens très étroits entre quelques lieux expéditeurs d’argent et les sites destinataires. Les Dominicains qui proviennent de Higüey vont s’installer à Genève, alors que Zurich et le canton du Tessin reçoivent une grande quantité de personnes originaires de Santiago, La Vega et San Cristóbal.

22Le tableau que nous présentons montre les modèles d’entrée les plus communs. Le plus fréquent consiste à obtenir un visa de tourisme et ensuite une résidence légale et une autorisation de travail avec un permis B (annuel, renouvelable) ou un permis C (résidence permanente), obtenu d’habitude à travers un mariage avec un citoyen suisse ou un résident permanent. Un autre modèle fréquent est l’entrée avec un permis L (permis de travail de courte durée), principalement pour un travail dans un cabaret et ensuite l’acquisition d’un permis B ou C à travers le mariage.

Modèles de changement de statut légal observés

Modèles de changement de statut légal observés

Source : entretiens individuels

23Parmi les Dominicains établis légalement en Suisse, 40 % sont des citoyens suisses qui maintiennent la double nationalité, la majorité étant des femmes, et tout le reste (56 %) profitant du statut légal de résidence. Les informations recueillies avec les migrants et les informateurs privilégiés révèlent la présence d’un nombre significatif de Dominicains sans-papiers en Suisse. Il est probable que le nombre le plus élevé de migrants sans-papiers était dans la première moitié des années 1990, quand la politique d’immigration plus ouverte leur permettait d’entrer en Suisse plus facilement comme touriste pour ensuite rester plus longtemps que la période légale.

Partie II : Processus migratoires des Dominicains en Suisse

24La migration est un mode de vie qui est devenu le rêve d’une partie de la population en République Dominicaine. Comme le montrent certains auteurs, la migration est un phénomène complexe, mais les facteurs qui influencent la migration et les processus que la migration implique sont encore plus complexes. « Les mouvements migratoires surgissent de décisions économiques rationnelles des individus pour sortir de leur situation présente, leur véritable origine se trouve dans l’histoire du contact économique et politique, ainsi que dans les asymétries de pouvoir entre les nations d’émigration et celles d’immigration » (Portes et Börock, 1996). Dans le cas des Dominicains en Suisse, le processus migratoire a été marqué par le départ du pays pour des raisons économiques, mais avec des stratégies fondées sur les relations sociales et primaires, surtout avec un grand poids des réseaux sociaux informels.

25Le graphique ci-dessous présente une vision des voies principales de migration des Dominicains qui sont arrivés en Suisse dans les vingt-cinq dernières années. La première génération qui a émigré en Suisse est partie du pays avec un contrat de danseuse. Cette population s’est insérée dans la société suisse et a fait venir d’autres femmes et ensuite d’autres hommes à travers le réseau social pour agrandir la population. Les contrats de danseuse comme stratégie d’émigration sont cités par 32 % des interviewées. Une autre voie pour venir en Suisse est celle de l’« arrangement matrimonial », 44 % des femmes et 47 % des hommes ont utilisé cette voie. Un troisième groupe est celui qui arrive par le regroupement familial. Celui-ci se retrouve en majorité pour les hommes avec 32 % contre 12 % de femmes. En quantité moindre, nous trouvons les personnes qui arrivent en tant que touristes et s’insèrent ensuite dans le travail : elles représentent 8 % des femmes et 16 % des hommes.

Relation en pourcentages des formes d’entrée en Suisse pour les hommes migrants

Relation en pourcentages des formes d’entrée en Suisse pour les hommes migrants

Relation en pourcentages des formes d’entrée en Suisse pour les femmes migrants

Relation en pourcentages des formes d’entrée en Suisse pour les femmes migrants

Danse exotique

  • 2 www.swissinfo.org/ses/swissinfo.html

26La Suisse est le seul pays qui émet un visa d’artiste spécifique pour danseuse de cabaret, permis L, dans lequel on déclare que « la personne dansera pendant le spectacle musical, en se déshabillant partiellement ou totalement selon sa volonté […] cette autorisation de résidence et travail ne peut aller au-delà de huit mois » (Swissinfo2). En 2003, selon l’Office fédéral de la statistique, les Dominicaines en Suisse ont été le troisième groupe signalé comme ayant un poids quantitatif important dans l’obtention du permis L en Suisse. Ce modèle migratoire a été affecté suite aux changements qui se sont produits dans la demande des cabarets qui, ces cinq dernières années, ont opté pour un flux plus important de migrantes en provenance de l’est européen. Une conséquence de la diminution de cette demande a été l’augmentation des contrats à travers les réseaux sociaux informels issus des relations primaires créées avec les femmes établies en Suisse et leurs connexions et accords avec des impresarios ainsi qu’avec des réseaux de traite de femmes qui, selon nos informateurs, en plusieurs cas escroquent les migrantes et fabriquent de faux documents.

27Les contrats avec des danseuses sont obtenus à travers un réseau d’amies et de familles qui travaillent légalement dans un club de nuit ou un « bar » et qui passent des accords avec les patrons de l’établissement. Il est fréquent que les coûts des papiers et du voyage soient payés par des prêts de la part des femmes qui sont déjà en Suisse. Les femmes qui sont arrivées comme des danseuses exotiques changent d’activité professionnelle avec le temps, et pour prolonger leur situation de résidence légale en Suisse font le plus souvent recours au mariage. D’autres femmes ont ensuite passé une période en situation illégale, à travailler dans les domaines de l’hôtellerie, de la restauration, des soins aux personnes âgées, dans des commerces, et certaines ont même monté leur propre activité : restaurants et salons de beauté, esthétique ou cosmétique. Une des possibilités reportées est aussi que certaines femmes se sont consacrées à la prostitution, dans certains cas sous la couverture d’un service de massage à domicile. La prostitution est sous-jacente dans le cas de certaines femmes qui, officiellement, pratiquent la danse exotique.

Arrangements matrimoniaux

28Pour la majorité des femmes et des hommes interviewés, le mariage représente une sorte de « pont » ou de « voie » d’arrivée en Suisse. 80 % des personnes interviewées étaient mariées, la majorité d’entre elles avec des citoyens suisses ou des personnes ayant une résidence permanente. Pour la majorité des Dominicains en Suisse il s’agit de la seule voie pour obtenir un statut de résidence légale. Les changements dans les dispositions légales relatives au mariage ont influencé l’acquisition de la citoyenneté suisse pour une grande partie des Dominicains. Jusqu’à une certaine époque, ils pouvaient se marier avec un ressortissant suisse et obtenaient immédiatement la nationalité. Actuellement le processus est plus long, il faut un permis de résidence annuel pour un minimum de cinq ans avant d’obtenir un permis de résidence permanente et ainsi la liberté de vivre et travailler en Suisse sans dépendre du partenaire ou d’un autre résident légal.

29Les discussions avec les Dominicains révèlent la présence de deux types de mariage ou arrangements matrimoniaux qui peuvent être implicites ou explicites. Les données des interviews montrent qu’à travers les réseaux familiaux se négocient des accords matrimoniaux pour faciliter l’entrée des Dominicains en Suisse. Les échanges de photographies entre Dominicains et Suissesses ou entre Dominicaines et Suisses sont fréquents. Le membre de la famille qui est citoyen suisse ou qui réside en Suisse établit le contact entre les parties, les photos sont échangées et ainsi commence le processus de mariage. Tout ceci peut aussi transiter par un réseau d’amis ou d’amies. Ceux qui résident déjà en Suisse ont l’habitude de financer, en qualité de prêt, le voyage pour le mariage du candidat ou de la candidate. Dans les cas où le mariage est un arrangement, la partie qui s’occupe de la gestion en Suisse a l’habitude de demander une rétribution pécuniaire pour ses services. Cet aspect de la transaction est normalement caché par les personnes interviewées, mais il a été évoqué dans certaines interviews.

30Vu les caractéristiques de ces mariages comme stratégies d’immigration, différents types de relations apparaissent entre les couples qui résultent de ces unions. Nous avons ainsi des situations dans lesquelles il existe à peine une communication ou une interaction, comme aucune des parties ne maîtrise la langue de l’autre, l’échange se limite au non-verbal. Il est aussi fréquent de rencontrer des couples mariés qui coexistent avec des relations parallèles pour un ou les deux membres de la relation. L’autre personne peut résider en Suisse ou en République Dominicaine. La succession de divorces et mariages est aussi fréquente. Parmi les interviewés il y avait des hommes qui avaient été mariés ou qui avaient eu jusqu’à quatre situations de couple.

Regroupement familial

31Le « regroupement familial » est un concept légal utilisé par les autorités suisses pour l’obtention de visa pour les enfants de Dominicains ou Dominicaines qui résident en Suisse. Plusieurs jeunes interviewés, filles et garçons, soulignent qu’ils sont arrivés en Suisse parce que leurs mères (tous sont arrivés grâce à leur mère) vivaient depuis plusieurs années dans le pays et leur ont demandé de venir vivre en Suisse. Le regroupement familial a été la stratégie d’entrée d’enfants et d’adolescents (mais toujours avant 18 ans). Dans le cas des enfants, l’adaptation à la culture du pays d’accueil et l’intégration professionnelle a été beaucoup plus facile que pour ceux qui sont arrivés après l’âge de 15 ans. Un des facteurs qui facilite ce processus est l’apprentissage de la langue et l’intégration à l’école. Il faut souligner que le regroupement familial a été une stratégie plus utilisée par les immigrants de sexe masculin qui ont sollicité leurs mères, sœurs ou cousines.

Insertion professionnelle des personnes migrantes

32Dans le processus migratoire, après l’établissement légal, le deuxième pas est l’insertion professionnelle. Les activités professionnelles les plus fréquemment rencontrées sont les services dans le nettoyage, dans les restaurants, les soins aux personnes âgées et, pour les femmes, le travail de danseuse de cabaret. Comme d’autres groupes de migrants, les Dominicains qui avaient des activités professionnelles dans leur pays d’origine ont été confrontés à des difficultés ou à l’impossibilité de continuer à exercer les mêmes activités en Suisse, parce que leur qualification n’a pas été reconnue et que l’insertion professionnelle a donc été difficile à accomplir.

33Les entretiens révèlent des modèles de travail progressifs selon le processus d’apprentissage et de maîtrise de la langue. Nous observons aussi la présence d’une forme de travail appelé « au noir », travail informel, peu rétribué et peu valorisé, développé surtout pour les personnes sans papiers, et qui est une situation prédominante dans la population masculine. Presque tous les hommes interviewés, sauf ceux qui sont arrivés en Suisse en tant qu’enfants ou adolescents, sont passés par le “travail au noir” dans des emplois de nettoyage, de distribution alimentaire et d’agriculture. Dans le cas des femmes, le travail informel se concentre surtout dans le travail domestique et/ou dans la prostitution. Selon les registres du SIT, le syndicat du travail qui promeut les droits des travailleurs sans papiers à Genève, cette ville montre des modèles similaires. Ses registres confirment le fait qu’un nombre significativement bas de Dominicains sans papiers vivent et travaillent en Suisse (estimé à 500 personnes). Cette situation est un cas peu commun dans les modèles migratoires des autres groupes de Latino-Américains en Suisse ou de migrants dominicains dans d’autres pays en Europe comme en Espagne (Lilón et Lantigua, 2004).

Partie III : Pratiques transnationales

34Les pratiques transnationales couvrent toutes les sphères de l’action sociale. Celles-ci peuvent être séparées en trois champs distincts d’action sociale afin de les analyser : le cadre économique, politique et socioculturel (Itzigsohn, 2002).

35Dans les paragraphes suivants nous discuterons d‘une pratique économique transnationale très commune parmi les Dominicains en Suisse – l’envoi d’argent – suivi d’un échantillon des dimensions socioculturelles de leur compromis transnational. « Le transnationalisme socioculturel se réfère aux liens transnationaux qui entourent la recréation du sentiment de communauté qui prend en compte les migrants et les gens du lieu d’origine. Le transnationalisme socioculturel fait émerger des pratiques de sociabilité, d’aide mutuelle et des cérémonies publiques enracinées dans l’univers culturel qui concerne le sentiment d’appartenance et d’obligations sociales des immigrants » (Itzigsohn, 2002).

Envois d’argent et investissements

36De toutes les pratiques transnationales qui relient les émigrants vivant à l’étranger avec leurs familles et leur communauté d’origine, l’envoi de fonds est la pratique la plus répandue et elle est devenue une évidence très visible du mécanisme engageant les migrants avec leurs sociétés d’origine (Guarnizo, 2003). Ces sommes envoyées vers leurs pays d’origine servent normalement à subvenir aux besoins de base des membres de la famille.

37En seulement deux décennies, ces flux de capitaux ont rapidement augmenté pour devenir une des sources majeures de revenu pour beaucoup de pays, notamment la République Dominicaine. En 2003, les envois vers la République Dominicaine ont atteint 2,3 billions de dollars, ce pays devenant ainsi le quatrième pays destinataire de l’Amérique latine avec les Caraïbes, après le Mexique, le Brésil et la Colombie (IADB, 2004). Selon la Banque Centrale Dominicaine, 13 % de ces sommes viennent d’Europe. Approximativement 25 millions de dollars arrivent en République Dominicaine depuis la Suisse, plaçant la Confédération comme le troisième pays européen expéditeur d’argent après l’Espagne et l’Italie.

Distribution du flux financier vers la République Dominicaine selon le pays d’origine – 2003

Pays d’envoi

% de l’apport total à la R.D.

Total Estimé ($ 2,3 billions)

Etats Unis d’Amérique

78.7 %

$ 1.81 billions

Puerto Rico

6.7 %

$ 154 millions

Espagne

6.1 %

$ 140 millions

Italie

3.1 %

$ 71 millions

Suisse

1.1 %

$ 25 millions

Autres

4.5 %

$ 104 millions

Source : Banque Centrale de la République Dominicaine, avril 2003

38En 2004, selon le rapport de la Banque Interaméricaine du Développement (IADB) les envois vers la République Dominicaine auraient atteint 2,7 billions de dollars ce qui reflète un accroissement significatif du flux provenant d’Europe (IADB, 2004). Plus spécifiquement, le rapport montre qu’en 2004, 30 % des sommes qui ont atteint la République Dominicaine proviennent d’Europe, soit un total de 815 millions de dollars.

39Faisons une analyse historique du cas spécifique de cet accroissement des fonds venant de Suisse. L’envoi d’argent depuis la Suisse a commencé avec la première vague d’émigrants dominicains vers les années 1980, mais l’établissement formel de ces échanges entre la Suisse et la République Dominicaine ne sera établi que vers les années 1990, quand un homme dominicain appelé De La Vega organisa la première campagne d’envois à Zurich. En 2001, Western Union, conjointement avec la compagnie postale et ferroviaire de Suisse, a commencé à proposer des services d’expédition très développés. Dans cette même année, une petite compagnie locale de services téléphoniques entre sur le marché Suisse à Zurich, en offrant des taxes de communication fixes vers la République Dominicaine. Cette combinaison d’accessibilité et de services à domicile devint rapidement très populaire pour les personnes envoyant de l’argent depuis la Suisse.

40Les données récoltées auprès de 45 Dominicains en Suisse ainsi que celles des employés des compagnies d’expédition de fonds de Zurich et de Santo Domingo aideront à construire un profil initial des flux financiers de la Suisse vers la République Dominicaine. 69 % des interviewés ont dit envoyer de l’argent aux membres de leur famille. Ces sommes sont envoyées mensuellement et/ou pour les urgences, les occasions spéciales ou le commencement d’une nouvelle année scolaire. Parmi toutes les personnes qui envoient de l’argent, la majorité (70 %) sont des femmes, reflétant la balance actuelle de genre de la population dominicaine en Suisse.

41Le fait le plus significatif et important en ce qui concerne les envois depuis la Suisse est leur dimension. Les données des entretiens montrent que les Dominicains envoient individuellement en moyenne 500 francs suisses (approximativement 400 $ US) vers leur pays chaque mois. Un propriétaire suisse d’une compagnie d’expédition de fonds place cette moyenne encore plus haute, à 700 francs suisses (approximativement 550 $ US). Dans l’un ou l’autre des cas, ces chiffres indiquent que cette moyenne des envois mensuels des Dominicains en Suisse est supérieure à celle des Dominicains vivant dans n’importe quelle autre partie du monde. Les raisons de ces chiffres si hauts pourraient être les hauts salaires, la stabilité de l’emploi et/ou la force croissante du franc suisse. La force de ce flux est aussi reflétée par le fait que la Suisse est le cinquième pays envoyant des fonds dans le monde derrière les Etats-Unis, l’Arabie saoudite, l’Allemagne et la Belgique (Prudential, 2004).

42Les sommes envoyées arrivent très souvent aux villes les plus importantes que sont San Cristóbal, Santiago et La Vega, régions d’où proviennent la majorité des migrants habitant la Suisse. Les receveurs sont le plus souvent les mères d’émigrants, toutefois les frères et sœurs et leurs enfants sont aussi des récepteurs fréquents. 60 % des interviewés affirment que les receveurs vivent exclusivement de ces envois, la majorité des cas de dépendance étant les mères ou les enfants laissés en République Dominicaine.

43Semblables à la majorité des modèles d’expédition de fonds, les envois depuis la Suisse sont utilisés le plus fréquemment pour acheter de la nourriture pour la famille. Les médicaments et les coûts de la santé sont aussi couramment mentionnés, suivis par une variété de frais domestiques comme l’eau, l’électricité ou le loyer, ainsi que le gaz et les fournitures scolaires des enfants. Comme cet argent sert presque toujours aux besoins fondamentaux, seulement 17 % d’interviewés utilisent leurs capitaux comme une source d’épargne pour leurs parents.

44Quand on leur demande ce qu’ils feraient avec cet argent s’ils ne devaient pas l’envoyer à leur famille, l’immense majorité des émigrants affirme qu’ils épargneraient pour l’investir dans une maison, une terre ou un commerce en République Dominicaine. De ce fait, 30 % d’entre eux ont déjà effectué quelques investissements et la majorité des autres avaient des projets d’investissement : soit dans l’immobilier ou un commerce, soit pour éventuellement retourner pour les vacances, pour la retraite ou encore pour permettre à leurs enfants de passer du temps en République Dominicaine et retrouver ainsi leurs racines.

45Comme le décrit José Itzigsohn, « le rêve de retour est très important pour guider le comportement social de l’immigrant dans son pays de réception. Indépendamment de s’ils retournent en République Dominicaine ou non, beaucoup d’immigrants ajustent leurs stratégies d’épargne et d’investissement en correspondance avec ce rêve » (Itzigsohn, 2004, p. 84).

Philanthropie transnationale et organisations de migrants dominicains

46En plus d’assumer les nécessités économiques de la vie quotidienne en Suisse et d’aider à subvenir aux besoins de base de leurs familles restées sur l’île, un nombre significatif de Dominicains sont aussi engagés dans diverses formes de philanthropie transnationale. Dans les entretiens avec les émigrants, plus de la moitié disent qu’ils apportent leur contribution à des projets communaux dans leur pays d’origine. Les écoles, les églises, les maisons de retraite et les hôpitaux ont reçu de l’équipement, du matériel et de l’argent pour les réparations requises. Les familles vivant dans des conditions d’extrême pauvreté ont reçu des habits, de la nourriture, des médicaments et des uniformes scolaires. Des contributions financières ont aussi été faites à des organisations locales sans but lucratif qui aident des enfants atteints du SIDA ou pour aider les efforts d’urgence suite aux ouragans, inondations et autres désastres naturels. D’autre part, presque tous les interviewés (88 %) expriment leur intérêt à contribuer à de plus vastes initiatives de soutien au développement basées dans les communautés de leur pays d’origine, quelques fois référées comme « transferts de fonds collectifs ».

47Un composant crucial du succès du travail transnational de développement est la présence et la qualité des institutions locales, tant dans les pays receveurs que dans les pays d’envoi, qui peuvent faciliter ce travail. Les associations de migrants supplantent ce rôle dans les pays récepteurs, promouvant l’interchangement social et donnant un appui au développement par petits degrés, envoyant des dons collectifs comme une forme d’aide économique à leur terre d’origine (Orozco, 2000). Dans la majorité des cas, ces associations travaillent avec des agences d’administration locales et des organisations communales en République Dominicaine pour financer, planifier et implanter des projets locaux de développement.

48En Suisse, il y a diverses associations dominicaines qui peuvent être des agents futurs de développement transnational. L’Association des Dominicains en Suisse (ADES) et l’Union des Dominicains en Suisse (UDES) comptent plus de 1 000 membres. L’ADES, qui est la première association dominicaine en Suisse, a été créée il y a dix ans à Genève. Quelques années plus tard, l’organisation s’est développée pour inclure une seconde antenne à Berne. En 2001, un troisième groupe fut formé à Zurich. Les disputes internes entre les leaders des groupes régionaux conduiront à un fractionnement de l’association en 2003 et à la formation de l’Union des Dominicains en Suisse à Zurich, qui est devenue la plus grande et la plus active des trois associations. Chaque association opère indépendamment, chacune sous la direction d’un chef charismatique indépendant et les trois groupes aspirent à mener plus ou moins à bien le même travail au bénéfice de la population dominicaine. Les activités socioculturelles sont prédominantes et rapprochent les membres les jours de fête. Ces réunions sociales occasionnelles sont l’unique moment où la communauté se réunit en nombre pour jouir d’un peu de nourriture dominicaine, de boisson et de musique.

49Les associations s’occupent aussi d’organiser des activités pour aider à conserver la culture et l’identité dominicaines, spécialement à l’intention des plus jeunes. Ces initiatives ont pour but d’aider les Dominicains dans l’orientation et le processus d’intégration en Suisse, de générer une couverture positive de la presse sur la communauté ainsi que de mettre en avant les nécessités des migrants afin qu’elles soient prises en compte dans la formation et l’évolution de la politique suisse. Les groupes fournissent aussi de l’aide dans des moments de crise, comme l’organisation de funérailles et le rapatriement des corps en cas de décès, ou l’assistance pour les Dominicains qui ont été arrêtés ou emprisonnés. Les buts philanthropiques transnationaux se sont aussi convertis en une tradition entre les groupes. A travers les fonds collectés dans des événements spéciaux et au moyen de petites cotisations des membres, les groupes soutiennent une variété de projets d’aide d’urgence et d’assistance communautaire en République Dominicaine.

Trafic de femmes pour la prostitution

50Le trafic d’hommes et de femmes dominicains pour la prostitution en Suisse est un exemple important de pratique internationale dans lequel on peut noter la présence de réseaux sociaux et leur influence sur les modèles transnationaux, la conduite des migrants et l’établissement des institutions pour faire des affaires avec cette activité.

51Nous rencontrons à travers les personnes interviewées tant en Suisse qu’à Saint-Domingue (femmes qui y sont retournées) la présence de réseaux de trafic de femmes vers la Suisse qui fonctionnent des deux côtés. Une de ces femmes interviewées soulignait qu’elle aidait les femmes à venir en Suisse et était rémunérée pour cet appui. Elle soulignait qu’il y avait plusieurs formes d’aide pour les personnes qui vont en Suisse : (1) obtenir des hommes suisses qu’ils se marient avec des femmes dominicaines en leur envoyant des invitations pour obtenir leur visa, (2) établir des relations avec des propriétaires de bars pour faire des contrats de danseuses, (3) offrir sa maison comme logement durant une période déterminée.

52Une des femmes rencontrées et interviewées à Saint-Domingue est incluse dans ces réseaux et souligne que ses sœurs travaillent dans un Night Club en Suisse dont le patron était un ami de sa sœur et qu’il lui a fait un contrat pour amener les filles de la communauté dominicaine. Cette femme relate que près de quinze de ses cousines, nièces et parents sont parties en Suisse pour travailler comme danseuses avec ces contrats. Beaucoup d’entre elles retournent au pays quand leur contrat se termine et attendent d’être recontactées.

53En plus de ce trafic avec ce genre de contrats et par des arrangements matrimoniaux, nous rencontrons aussi un trafic de femmes avec des documents falsifiés et avec des faux contrats. Beaucoup de femmes que nous interviewons en République Dominicaine sont revenues de Suisse en ayant été expulsées. L’escroquerie dont elles étaient victimes ne leur permettait pas de s’établir là-bas. Nous avons aussi rencontré des cas de femmes qui sont allées en Suisse grâce à ces réseaux de trafic et qui se sont consacrées à l’exercice de la prostitution en Suisse. Par la suite, elles sont retournées en République Dominicaine et continuent de s’y prostituer.

54Le poids important du trafic de femmes et de la prostitution entre la République Dominicaine et la Suisse a généré des processus d’assistance des ONG dans les deux pays. Cette pratique transnationale a suscité une série de critiques des médias suisses et a affecté directement et indirectement l’image de la communauté dominicaine dans ce pays.

Partie IV : Incorporation progressive et transformation de l’identité

55Parallèlement à toutes ces pratiques transnationales il faut noter l’incorporation progressive des migrants dominicains dans la société suisse. Prenant le terme d’intégration pour signifier « la participation individuelle à la structure sociale et économique de la société » (Bolzman, 1997), nous pouvons mesurer l’intégration progressive des Dominicains dans la société suisse en utilisant des indicateurs comme la langue, le travail, le statut légal, les amitiés, les réseaux sociaux et les plans futurs. Utilisant ces facteurs, les données reprises à travers les entretiens avec les migrants dominicains révèlent des modèles d’incorporation et la relation entre les insertions progressives et la transformation de l’identité.

56L’expérience de l’incorporation de la première génération d’émigrants dominicains dans la société suisse peut être divisée en trois phases : fragile, fonctionnelle et intégrée. La majeure partie des émigrants commencent leur processus d’intégration dans la première catégorie dite « fragile ». Dans cette phase, les émigrants se confient exclusivement aux réseaux sociaux dominicains pour l’assistance dans la socialisation et dans l’emploi, utilisant la large diffusion de la langue espagnole et la communication non verbale pour naviguer dans leur milieu. L’interaction avec les personnes suisses et la société en général est minimale, en grande partie à cause de la barrière linguistique et du manque de compréhension des pratiques de la société dominante. La majorité des migrants dans cette phase se maintiennent fermement dans leurs projets de retour en République Dominicaine aussi rapidement que possible et expriment un sentiment d’identité exclusivement dominicain.

57Le mariage et les possibilités légales de réunification de la famille se retrouvent chez les migrants de la seconde catégorie, « fonctionnelle », avec l’acquisition du statut légal d’établissement, et l’accès à un emploi formel et plus stable. Cependant quelques émigrants dans cette phase combinent travail informel avec emploi formel, la majorité arrivant à un niveau modeste de stabilité financière. Maintenir deux emplois n’est pas inhabituel. L’insertion économique dans la société suisse est inversement proportionnelle au niveau d’insertion sociale, aboutissant à une certaine marginalisation sociale. Les longues heures de travail laissent un temps très limité pour se socialiser ou participer à des structures ou des institutions plus formelles, et par conséquent les migrants dans cette phase ont très peu d’amitiés proches.

58La participation dans des associations dominicaines aide à contrebalancer cet isolement social ainsi que le contact régulier avec la famille et les amitiés en République Dominicaine. Avec le temps qui passe, l’acquisition d’une stabilité légale et économique change les projets des individus et la majorité des migrants exprime une confusion sur la question du retour et de son éventuelle planification. Ils expriment aussi un sentiment confus d’identité, affirmant communément qu’ils se sentent comme des personnes étrangères tant dans le contexte suisse que dominicain.

59Ces observations corroborent les théories des sociologues suisses Claudio Bolzman et Rosita Fibbi en ce qui concerne la politique suisse de la migration. Cette politique favorise un modèle d’incorporation des immigrants de première génération dans la société de réception en marge de la citoyenneté, ce qui se caractérise par la reconnaissance du rôle économique que les migrants jouent dans la société suisse, alors que par ailleurs, peu d’efforts sont faits pour faciliter leur insertion dans des dimensions sociales, politiques ou culturelles, laissant aux migrants le soin de trouver leur voie. En même temps, la « nouvelle loi des étrangers » (Letr) qui sera introduite en Suisse en janvier 2008, essaie de réguler de manière plus stricte l’activité de l’immigration illégale et légale en Europe, déclarant l’amélioration de l’intégration comme un but central du gouvernement suisse. Ce sont aussi les intentions exprimées par l’Office fédéral suisse pour l’immigration, l’intégration et l’émigration.

60Cependant, jusqu’à maintenant, l’intégration des émigrants dominicains dans la société suisse a été la conséquence d’efforts individuels. Pour le petit nombre de Dominicains qui ont réussi à se déplacer vers la troisième catégorie, « l’intégration », les données montrent des différences évidentes dans leurs vies sociales. A ce niveau, les migrants sont devenus citoyens suisses ou possèdent une résidence permanente. Leurs emplois et leurs revenus se sont améliorés, et beaucoup assument des positions de direction, exercent une profession qualifiée ou gèrent leur propre commerce. La maîtrise de la langue locale contribue à la création d’un grand réseau d’amis d’origines diverses, incluant des amitiés suisses. De plus, comme la majorité des Dominicains dans cette phase habitent depuis une période de temps assez longue en Suisse, ils comprennent les normes sociales, les valeurs et les pratiques de la société dominante et ont l’expérience des institutions et des systèmes locaux. En conséquence, ils sont insérés dans une variété d’activités organisées de manière formelle et jouissent de vies sociales actives. En même temps, la participation aux associations dominicaines reste haute, ce qui leur offre un contact culturel avec le reste de la population dominicaine précieux dans le contexte suisse.

61Une fois qu’ils atteignent ce niveau d’insertion, la majorité des Dominicains expriment des intentions claires de rester en Suisse, considérant le retour seulement pour la retraite ou après la fin des études de leurs enfants. Avoir un époux suisse et/ou des enfants avec la nationalité suisse, particulièrement si ces enfants sont nés en Suisse, réduit de plus en plus la probabilité d’un éventuel retour. D’autre part, des membres de ce groupe sont des investisseurs actifs dans leurs pays d’origine – achetant une maison de vacances, faisant des affaires, ou achetant un appartement pour les utiliser comme propriété à louer – ce qui est une conséquence de cette situation financière meilleure et peut être une compensation à la non-réalisation du retour définitif. Cette meilleure situation sociale et économique est aussi exprimée par un sentiment clair et confiant de double appartenance, d’une identité toujours plus riche, beaucoup d’individus articulant un sentiment d’être « chez eux » autant en Suisse qu’en République Dominicaine.

62« Tant aux USA qu’en Europe, l’insertion progressive des communautés des immigrants dans les sociétés de réception n’a pas conduit à la disparition de la communauté mais bien à leur transformation » (Bolzman, 1997). Cela est certainement le cas des Dominicains en Suisse. Les conversations avec des douzaines de migrants révèlent des modèles clairs d’insertion progressive et de transformation identitaire qui traversent la vaste conjonction d’expériences individuelles dans la société hôte. Pour les Dominicains en Suisse, l’insertion sociale et économique ne conduit pas forcément à une perte d’identité culturelle, mais bien à l’apparition d’une identité plurielle qui s’accommode de l’accroissement de sa fluidité culturelle dans la société suisse et permet le maintien de leur identité dominicaine, constamment rajeunie par le vaste ensemble de pratiques transnationales.

Conclusion

63Vingt-cinq ans de migration dominicaine en Suisse ont permis l’établissement d’une population de 8 000 femmes et hommes, le troisième groupe en importance de la diaspora dominicaine en Europe. Des familles, des réseaux sociaux et des trafics relient ces deux pays. Les voies d’arrivée de la population migrante en Suisse pour travailler ont été la danse exotique et les mariages avec des citoyens suisses grâce à la famille déjà établie dans le pays. Une fois en Suisse, ce groupe a démontré son dynamisme et sa générosité par ses envois d’argent, contribuant ainsi énormément à l’ensemble des transferts financiers des migrants en Europe pendant ces dernières années. Les liens transnationaux ont facilité les nombreuses activités philanthropiques personnelles et collectives de soutien à leur terre d’origine, mais aussi à renforcer le réseau de trafic pour la prostitution. La présence, la lutte et l’arrivée de ces migrants ont demandé la mise en place de nouvelles institutions et politiques publiques qui ont ainsi contrôlé les conduites illégales qui se sont manifestées. L’intégration des Dominicains comme groupe social et le transfert de fonds dans leur pays d’origine a facilité la naissance de plusieurs associations de migrants dominicains.

64Si ces tendances continuent, la migration dominicaine en Suisse dans le futur se limitera à des cas de réunification familiale et va continuer à renforcer le marché matrimonial. La diminution de la demande de danse exotique à Zurich, la pression sur les trafiquants et les mesures toujours plus restrictives contre les possibilités d’entrée illégale, ainsi que les importantes exigences pour obtenir un visa touristique vont contribuer à la diminution continuelle de cette migration. Ce qui va rester, c’est une petite communauté de migrants ainsi qu’une deuxième génération en augmentation. Il est nécessaire de mettre en place une nouvelle politique d’aide sociale pour aider ce groupe à accéder à un marché du travail plus large, à développer des compétences plus fluides dans le langage et à s’intégrer à la vie sociale et culturelle du pays d’accueil. Pour atteindre ces objectifs il faut l’engagement et l’appui des institutions suisses.

65Pour en revenir aux conséquences pour le pays d’origine, la République Dominicaine, on peut relever que cette petite mais significative diaspora a un impact croissant sur l’économie nationale. La stabilité et la capacité financière toujours plus importante des Dominicains en Suisse stimulent les efforts que le gouvernement fédéral peut développer pour créer de nouvelles opportunités pour les migrants afin de contribuer à une inversion positive du développement local et national dans différents domaines. Cela offre aux migrants la possibilité de convertir leur nouvelle condition économique en bénéfice pour tout le pays.

66Les efforts pour favoriser le retour des migrants et leur famille dans l’île en tant que touristes, pour créer de nouveaux commerces ou acheter des propriétés immobilières peuvent favoriser l’impact économique de la diaspora. De ce fait, quelques points paraissent être à portée de main. Le récent discours du premier Consul dominicain programmé à Zurich en 2005, dont la future direction a engendré un débat hautement médiatisé tant dans la presse suisse que la presse dominicaine, et la première visite d’un candidat à la présidence dominicaine en Suisse en 2004 durant sa campagne électorale, sont des signaux clairs de l’importance croissante de la disapora dominico-suisse pour les élus politiques à Saint-Domingue. Ces derniers prennent davantage en compte l’appui des Dominicains de l’étranger et reconnaissent l’impact positif et critique de cette diaspora dans le pays.

Bibliographie

Références

Bolzman Claudio, Fibbi Rosita & Vial Marie, «Modos de Inserción Socioprofesional, Prácticas socioculturales y pertenencias identitarias, El ejemplo de los jóvenes adultos de origen español e italiano en Suiza», in Migraciones, (n° 6), 1999.

Bolzman Claudio, «Collective Identity, Association Dynamics and Social Participation in Migrant Communities in Switzerland – The Search for a Local Citizenship», in Revista Migraciones, (n° 2), 1997.

Branger Katja, Switzerland: A Multicultural Society, 1998 Monitoring Multicultural Society – A Siena Group Report, J. Bühlmann, P. Röthlisberger, B. Schmid (Editors), Swiss Federal Statistical Office, Berne, 1998, pp. 291-325.

Castor Suzy, Migración y Relaciones Internacionales, Editora Universitaria, Santo Domingo, 1987.

Comisión Argentina para los Refugiados, Migración, Prostitución y Trata de Mujeres Dominicanas en Argentina, Organización Internacional para las Migraciones (OIM), Santo Domingo, República Dominicana, 2003.

Economist Magazine, «The Longest Journey – A Survey of Migration», November 2, 2002.

Efionayi Denise, Niederberger Josef Martin and Wanner Phillippe, Switzerland faces Common European Challenges, Migration Information Source, February 2005.

Ehrenbreich Barbara and Hoschschild Arlie Russell, Global Women: Nannies, Maids and Sex Workers in the New Economy, Metropolitan Books, New York, 2003.

Federal Office of Immigration, Integration and Emigration, 2003 Foreigner Statistics – volume I: Effects and Movements, 2004.

Ferreira Francisca, Gómez Carmen Julia & Moreno Luís, «Trata de personas y Migración Internacional Femenina. Un Estudio Cualitativo en dos comunidades de República Dominicana.» Organización Internacional de la Migración (OIM)/Secretaría de Estado de la Mujer, Santo Domingo, República Dominicana, 2002.

Gallardo Rivas Gina, «Tráfico de Mujeres desde la República Dominicana con fines de explotación sexual», Organización Internacional de la Migración (OIM)/Secretaría de Estado de la Mujer, Santo Domingo, República Dominicana, 2001.

Goldring Luin, «Family and Collective Remittances in Mexico: A Multi-dimensional Typology», in Development and Change 35 (4), pp. 799-840, 2004.

Guarnizo Luis Eduardo and Michael Peter Smith, «The Locations of Transnationalism», Transnationalism from Below, Comparative Urban and Community Research, (volume VI), 1998.

Guarnizo Luis Eduardo, «The Economics of Transnational Living», in International Migration Review, vol. 37 (3), Fall 2003.

Hannerz Ulf, «Conexiones Transnacionales. Cultura, gente, lugares», in Frónesis, Cátedra. Universidad de Valencia, 1996.

Hernández Ramona & Rodríguez, María Elizabeth, «Building Strategic Partnerships for Development: Dominican Republic – New York State» Fundación Global Democracia y Desarrollo/Cuny Dominican Studies Institute, 2004.

InterAmerican Development Bank, «Sending Money Home: Remittance Recipients in the Dominican Republic and Remittance Senders from the US», 2004.

Itzigsohn José, «Dominicans in Providence: The Formation of a Transnational Community in a Secondary City», in Dominican Migration – Transnational Perspectives, University Press of Florida, 2004.

Itzigsohn José & Silvia Giorguli Saucedo, Immigrant Incorporation and Sociocultural Transnationalism, Center for Migration Studies of New York, 2002.

Itzigsohn José, Carlos Dore Cabral, Esther Hernandez Medina and Obed Vazquez, «Mapping Dominican Transnationalism: Narrow and Broad Transnational Practices», in Ethnic and Racial Studies, Volume 22 (2), March 1999.

Kymlicka Will, Ciudadanía multicultural, Ediciones Paidòs, Barcelona, 1996.

Lapoine Michelle, «Diasporas in Caribbean Development», in Report of the Inter-American Dialogue and the World Bank, 2004.

Levitt Peggy, Migration Fundamentals: Transnational Migrants: When ‘home’ means more than one country, Migration Policy Institute, October 2004.

Lilón Domingo & Juleyka J. Lantigua, «Dominican Transmigrants in Spain», in Dominican Migration – Transnational Perspectives, University Press of Florida, 2004.

Orozco Manuel, «Latino Hometown Associations as Agents of Development in Latin America», Department of Government, University of Ohio, 2000.

«Remittances to Latin America and its Effect on Development» Inter-American Dialogue, Presentation to the Rural Prosperity Conference organized by US-AID/LAC, Feb. 2002.

«Globalization and Migration: The Impact of Family Remittances in Latin America» Inter-American Dialogue, October 2001.

«Worker remittances: the human face of globalization» Inter-American Dialogue, October 2002.

«New Development Opportunities? The Work of Home Town Associations and their Present and Future Partnerships» Inter-American Dialogue, Report to the U.S. Agency for International Development, July 2003.

Pellegrino Adela, «Migration from Latin America to Europe : Trends and Policy Challenges», in International Organization of Migration Research Series, No. 16, May 2004.

Portes Alejandro, «Conclusion: Theoretical Convergencies and Empirical Evidence in the Study of Immigrant Transnationalism», in International Migration Review, vol 37 (3), Fall 2003.

Prudential Equity Group, «Does the Money Transfer Industry Have Legs? », in Industry Update, June 2004.

Sagás Ernesto & Sintia E. Molina, Dominican Migration: Transnational Perspectives, University Press of Florida, 2004.

Soldevila Maria Isabel, «El Pais Que Vive de Las Mujeres», in Rumbo 365, January 29, 2001.

Sorensen Ninna Nyberg, «Nueva York es tan solo otra capital dominicana – Madrid es otro mundo. Prácticas espaciales y culturales de desplazamiento entre migrantes dominicanos en Nueva York y Madrid», in Revista Género y Sociedad, Santo Domingo, 1996.

«New Landscapes of Migration ? Transnational Migration between Latin America, the U: S. and Europe, Beyond Home and Exile: Making Sense of Lives on the Move» Roskilde University, 2002.

«The development dimension of Migrant Transfers » Danish Institute for Development Studies, Copenhagen, Denmark, 2004.

Valli Marcello, Les migrants sans permis de séjour à Lausanne, Direction de la sécurité sociale et de l’environnement, Ville de Lausanne, 2003.

Vertovec Steve, «Transnational Communities Program – University of Oxford», website description, 2005.

Züttel Patricia Islas, «Permiso Para el Striptease, Menos Latinoamericanas Trabajan en Cabarets, Puerta al Sector Sexual Helvetico, Lo de Menos es Bailar, Beber y Hacer Beber por Unos Francos Mas», A Series Report Published by SwissInfo, October 15-17, 2003.

Notes

1 Nos remerciements vont à tous ceux et celles qui ont collaboré avec nous dans ce travail et qui ont rendu possible l’élaboration de ce chapitre. Premièrement un remerciement sincère à tous les Dominicains résidant en Suisse et à Santo Domingo qui nous ont accordé un moment de leur vie agitée pour s’asseoir et discuter de manière ouverte et honnête de leurs expériences de migration. Ce travail leur est dédié. Nos remerciements vont aussi à Lucy Martínez, Inés Gerardo et Cornelio Pérez pour toutes les connaissances amenées et pour nous avoir mis en contact avec beaucoup d’autres personnes de la communauté dominicaine en Suisse. Merci à Víctor Saladin et à sa compagnie d’envoi On Time à Zurich, ainsi qu’à à Fanny Tonos à l’ambassade dominicaine à Berne. En République Dominicaine, nous remercions : Gina Gallardo, Francisca Ferreira de COIN, MODEMU, OIM et Luisa Vicioso au secrétariat des Relations Extérieures. Nous voulons aussi remercier tous les autres représentants d’ONG, institutions gouvernementales, organisations académiques et internationales en Suisse et en République Dominicaine qui nous ont fourni des données et des informations supplémentaires d’une grande utilité. Merci à nos collègues de l’EPFL qui nous ont fourni un espace pour travailler, et pour notre équipe de consultants : Nina Nyberg Sorenson, Manuel Orozco, Claudio Bolzman et Jean-Claude Bolay qui ont dédié du temps pour apporter des idées et leur appui tout leau long du processus. Pour terminer, nous voulons exprimer notre reconnaissance, pour son généreux soutien, à la Fondation pour la migration, population et environnement à Stafa, Suisse, qui nous ont a offert l’opportunité et les moyens financiers pour rendre possible ce projet de recherche.

2 www.swissinfo.org/ses/swissinfo.html

Table des illustrations

Titre Croissance de la population dominicaine en Suisse1990-2003 (en excluant ceux qui ont la citoyenneté suisse)
Légende Source : Office Fédéral Suisse de l’Immigration, L’intégration et l’émigration, Statistiques sur les étrangers, 2003
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/515/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Modèles de changement de statut légal observés
Légende Source : entretiens individuels
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/515/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Relation en pourcentages des formes d’entrée en Suisse pour les hommes migrants
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/515/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Relation en pourcentages des formes d’entrée en Suisse pour les femmes migrants
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/515/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

Auteurs

Elle travaille au siège de l’Organisation internationale des migrations (OIM) à Genève, où elle est responsable pour le développement et l’implémentation des initiatives concernant les envois d’argent des migrants, en collaboration avec les offices de l’OIM à travers le monde. Auparavant elle a été chercheuse invitée à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausaunne (EPFL), Laboratoire de sociologie urbaine, où elle a mené une recherche sur les modèles migratoires, les remises d’argent et les opportunités de développement reliant la Suisse et la République Dominicaine. Jennifer Petree est titulaire d’un Bachelor en sciences politiques et relations internationales de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) et d’un Master en administration publique, centré sur le développement international, de l’Université de Washington

Anthropologue sociale à Santo Domingo, République Dominicaine. Depuis 1990, elle mène des recherches sociales ainsi que des évaluations de projets et des programmes en lien avec les secteurs sociaux vulnérables, la pauvreté, la marginalité sociale et le genre. Elle s’est spécialisée dans l’approche qualitative. Elle est auteure ou co-auteure de douze ouvrages. Ses principaux thèmes d’intérêt sont les suivants : éducation, culture urbaine, mouvements sociaux, pauvreté et marginalité, réseaux sociaux, santé, jeunesse, modèles de sexualité et de genre

Giuditta Mainardi (Traducteur)

Après une licence en psychologie clinique, elle se tourne vers la sociologie des migrations avec une thèse de doctorat concernant la migration des femmes brésiliennes en Suisse. Elle travaille ensuite comme formatrice pour une ONG travaillant avec les enfants en situation de rue dans différents pays d’Amérique latine et au Moyen Orient. Actuellement elle travaille à la Haute école de travail social de Fribourg comme chargée de cours en méthodologie de la recherche et directrice de mémoires de fin d’étude. Elle donne aussi des cours à l’Institut de pédagogie curative de l’Université de Fribourg et dans le cadre de l’enseignement interdisciplinaire sur les études genre

© Éditions ies, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540