Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Suisse au rythme latino

 | 
Claudio Bolzman
, 
Myrian Carbajal
, 
Giuditta Mainardi

Partie I. Projets migratoires au quotidien dans la société Suisse

D’une communauté d’exilés à une communauté de résidents : l’exemple de la migration chilienne en Suisse

Claudio Bolzman

Texte intégral

Introduction

1Cet article analyse, à partir du cas des Chiliens en Suisse, comment une migration d’exilés, définie comme provisoire par les principaux acteurs concernés, se transforme progressivement en migration de résidents, installés de manière durable dans la société de destination. Il étudie également les effets de cette transformation sur la vie communautaire.

  • 1 Par opposition aux migrations de type « proactives », où individus, familles et groupes disposent (...)

2L’exil peut être défini comme l’obligation de quitter son Etat de résidence suite à un contexte de violence politique et de chercher refuge dans le cadre d’un autre Etat pour une période d’une durée indéterminée. Cette définition met en évidence les liens entre les dimensions macro et microsociales d’une problématique complexe. Sur le plan macrosocial, elle comprend deux précisions centrales : l’exil est décrit comme une forme spécifique d’émigration engendrée par un contexte de violence politique qui conduit à chercher refuge dans un autre Etat. Sur le plan microsocial, ce processus implique des conséquences directes pour les individus concernés : il imprime à leur émigration un caractère réactif (les événements politiques restreignant fortement les choix individuels possibles1) et aléatoire (la décision concernant la résidence dans un autre Etat et le moment du retour à leur pays échappant aux individus). Dans les situations d’exil, le contexte sociétal exerce donc une influence importante sur les groupes et les individus concernés (Bolzman, 1996 ; 2000) : en particulier, il introduit une incertitude sur la « durée socialement attendue » de la migration (Merton, 1984).

3On peut commencer à parler d’une « migration de résidents », lorsque les causes de violence politique qui ont provoqué l’exil cessent d’exister, d’une part, et lorsqu’une migration qui était conçue comme provisoire au départ se transforme progressivement en une migration d’installation permanente d’autre part (Sayad, 1991). Cette transformation de la migration n’empêche pas la préservation et le développement de nombreux liens entre la population résidente à l’extérieur et son pays d’origine, même si la nature de ces liens n’est pas la même que durant la période d’exil (Bolzman, 2002).

  • 2 Cf. les études du Syndicat interprofessionnel de travailleurs (SIT) à Genève en 2003 et de la Ville (...)

4D’après les statistiques officielles, 3 635 personnes de nationalité chilienne résidaient en Suisse, fin décembre 2003. Ces chiffres ne donnent qu’une idée approximative de l’importance de la communauté chilienne, puisque l’intégralité des Chiliens résidents n’y figure pas. En effet, les naturalisés et les « sans-papiers » ne sont pas pris en compte. En ce qui concerne les premiers, de 1979 à 2003, 1597 Chiliens sont devenus suisses, quant aux « sans-papiers », leur nombre est relativement modeste et peut être estimé à une centaine2. En tout on peut donc évaluer le nombre de Chiliens en Suisse à un peu plus de 5 000. Leurs principaux cantons de résidence sont Genève, Vaud et Zurich.

5Il est difficile de situer la taille de la communauté chilienne par rapport à celle d’autres communautés latino-américaines résidant en Suisse, du fait notamment de la présence d’un nombre important de personnes sans statut de séjour dans certaines communautés. On peut probablement la classer parmi les six communautés les plus nombreuses avec celles des Brésiliens, Dominicains, Colombiens, Equatoriens et Péruviens. La présence d’une communauté chilienne relativement nombreuse en Suisse date des années 1970, tout comme celle des Brésiliens, des Argentins et des Uruguayens, qui sont les communautés les plus anciennement implantées dans ce pays.

6La dimension de la communauté chilienne résidente en Suisse est modeste comparée à celle d’autres communautés chiliennes vivant à l’extérieur. Le gouvernement du Chili estime en effet le nombre de Chiliens résidant à l’étranger à 857 800 (Gobierno, 2005), ce qui représente environ 5 % de la population du pays.

7La diaspora chilienne est répartie autour de quatre grands pôles géographiques : l’Amérique latine, l’Amérique du Nord, l’Australie, l’Europe. Quantitativement, l’Amérique latine représente le pôle principal : seulement en Argentine résideraient 430 000 Chiliens. Le Canada et les Etats-Unis attirent un nombre croissant de Chiliens : 150 000, dont une proportion élevée d’universitaires et hommes d’affaires. Quant à l’Australie, entre 34 000 et 45 000 ressortissant chiliens y résident. En Europe vivent près de 200 000 Chiliens ; ils résident principalement en Suède, Espagne, France, Allemagne, Norvège, mais on trouve des communautés chiliennes moins nombreuses dans presque tous les Etats d’Europe occidentale, y compris en Suisse (Gobierno, 2005).

Les causes de la migration vers la Suisse

8La présence des Chiliens en Europe et en Suisse devient importante à partir du coup d’Etat militaire de 1973. Ainsi, en 1972, 292 Chiliens résidaient en Suisse, ils étaient 771 en 1975 et 1 722 en 1979. Avant le putsch, les Chiliens s’expatriaient rarement et lorsqu’ils le faisaient, il s’agissait surtout d’une émigration transfrontalière, notamment vers l’Argentine. Rares étaient les Chiliens qui s’aventuraient au-delà de l’Amérique latine pour des séjours de longue durée. En ce qui concerne l’émigration provoquée par des causes politiques, c’était un phénomène plutôt rare qui a touché surtout une fraction restreinte des élites, en particulier dans les années 1920 et à la fin des années 1940 (Bolzman, 1993).

9L’émigration qui commence en septembre 1973 prend une tout autre dimension. Il s’agit d’une émigration politique massive. Selon les estimations, en peu de temps, des dizaines, voire des centaines de milliers de personnes quittent le pays de manière précipitée pour échapper à la violence du nouveau régime militaire. A la différence des migrations politiques précédentes, celle-ci n’est plus composée exclusivement d’élites mais touche autant des dirigeants de partis que des militants, voire de simples sympathisants et des personnes engagées dans différents mouvements sociaux. De plus, et pour la première fois, un nombre élevé de Chiliens s’expatrient vers d’autres continents, en particulier vers l’Europe.

10L’ampleur de l’exode va de pair avec l’ampleur de la rupture du système politique chilien et avec l’intensité de la répression à l’égard des opposants au nouveau régime. En effet, le coup d’Etat militaire est un acte exceptionnel qui représente une cassure radicale du système politique chilien tel qu’il s’était constitué depuis les années 1920. En particulier, pour la première fois en 40 ans, les conflits sociaux, les conflits politiques et idéologiques autour d’un modèle de société pour le Chili ne sont plus gérés à l’intérieur de l’ordre constitutionnel existant mais contre lui, par la force des armes (Touraine, 1974). En provoquant la rupture, les militaires se proposent d’effacer toutes traces de la période de réformes et d’élargissement de la participation sociale et d’imposer un nouveau modèle où les principaux acteurs sont les soldats, les hommes d’affaires et les technocrates (Cassassus-Montero, 1984).

  • 3 On commence à connaître aujourd’hui avec plus de précision l’ampleur et la brutalité de ces exacti (...)

11Pour bien marquer leur volonté de rupture avec l’ordre constitutionnel, le premier acte des militaires est le bombardement d’un des symboles de la démocratie, le Palais présidentiel. Par la suite, ils vont s’adonner à une action répressive qui atteint des niveaux de violence inconnus dans l’histoire de la nation. La répression qui se met en place après le putsch est massive et vise tout d’abord à démanteler les partis de gauche, les syndicats, les organisations populaires. Les têtes des dirigeants de ces organisations sont mises à prix, on procède à des perquisitions et à des arrestations à grande échelle, on persécute les étrangers, des milliers de personnes sont parquées dans les stades, on torture, on crée des camps de concentration, des militants sont déportés ou expulsés du pays, d’autres sont fusillés ou « disparaissent ». Dans le secteur public on procède à des purges professionnelles : des personnes soupçonnées de sympathies à gauche sont licenciées. Des quartiers populaires sont littéralement pris d’assaut par l’armée3.

12Dans ce contexte de répression généralisée, une partie importante des militants et des sympathisants de la gauche craignent pour leur sécurité et se sentent menacés dans leur liberté, voire leur existence physique. Pour eux, le départ en exil apparaît comme le seul « choix » possible face aux dangers évidents de la situation. Emigrer devient un comportement socialement acceptable, voire impératif dans ces conditions. Commence alors un exode dont les principales modalités sont tout d’abord l’asile dans les ambassades étrangères à Santiago, la fuite clandestine vers les pays voisins, les départs « légaux » vers des pays plus lointains où l’on demandera l’asile. Plus tard s’ajouteront ceux qui ont été expulsés du pays et les prisonniers politiques qui pourront échanger leur peine contre l’exil ; à ces catégories se joindront encore les interdits d’emploi ainsi que les familles des exilés (Bolzman, 1993).

13Ce n’est pas le propos de cet article que d’analyser de manière exhaustive les facteurs qui ont internationalisé la question des réfugiés et permis le départ des exilés vers des destinations plus lointaines et notamment vers la Suisse. Nous l’avons fait ailleurs (Bolzman, 1993). Il nous paraît important de rappeler brièvement les principaux facteurs : le refuge dans les Ambassades, la situation politique et économique en Amérique latine et l’intérêt pour le processus politique chilien en Suisse.

14Tout de suite après le putsch militaire, de nombreux Latino-Américains résidant au Chili et des sympathisants chiliens du gouvernement Allende ont cherché protection dans les Ambassades, ce qui créa un problème diplomatique pour la junte et interpella directement les Etats concernés, exigeant de leur part une position rapide et claire. Par ailleurs, l’impact médiatique au niveau international de la situation dramatique de milliers de personnes entassées dans des Ambassades fut important (Saenz, 1983). Ainsi, Le Conseil fédéral, suite à un appel du HCR (Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés) décida d’accueillir un contingent de 200 réfugiés du Chili, augmenté à 255 suite aux pressions de différents acteurs de la société suisse. Un deuxième facteur n’est pas à négliger : pour des raisons économiques ou politiques, la plupart des Etats d’Amérique latine n’acceptèrent qu’un nombre limité de réfugiés du Chili, malgré les tentatives faites par la majorité d’entre eux de rester sur le continent. La crise économique suite au choc pétrolier d’octobre 1973 incita plusieurs Etats à restreindre sévèrement l’immigration ou à ne la tolérer que de manière provisoire. D’autre part, on assista à l’instauration progressive des régimes militaires de droite, très hostiles aux exilés situés politiquement à gauche, dans la plupart des pays environnants, en particulier ceux qui avaient trouvé asile en Argentine, et qui ont donc dû chercher refuge ailleurs. Le HCR sollicita à nouveau les Etats européens et la Suisse accepta d’accueillir une centaine de prisonniers politiques du Chili et 200 réfugiés d’Argentine (CSP, 1978).

15Enfin, un facteur particulièrement important qui a facilité l’installation des exilés chiliens en Suisse a été l’intérêt pour la situation politique chilienne dans ce pays. Bien que la Suisse fût moins directement concernée que la France ou l’Italie par les enjeux politiques de l’expérience de l’Unité Populaire, celle-ci était suivie avec intérêt par l’ensemble des acteurs politiques. Par ailleurs, nombreux furent les militants, les chercheurs, les journalistes à séjourner au Chili. La presse répercuta largement les événements qui s’y déroulaient. A la différence d’autres processus politiques dans le Tiers-monde, la situation chilienne était interprétable à partir des catégories d’analyse familières. Les acteurs politiques suisses s’identifiaient aux courants qui prônaient des stratégies d’action proches de la leur. Bref, de 1970 à 1973, le Chili prenait valeur d’exemple. Dans ce contexte, le coup d’Etat eut un retentissement immédiat. Les réactions de condamnation du putsch furent nombreuses et des comités de solidarité se mirent en place un peu partout en Suisse. En particulier, des Eglises, des groupements humanitaires et des mouvements de gauche fondèrent l’« Action Places Gratuites » destinée à accueillir un nombre plus élevé de réfugiés du Chili que les 255 du contingent accepté par les autorités. Environ 400 exilés chiliens ont pu entrer en Suisse et y obtenir l’asile grâce au soutien de ce mouvement (Rivoir, 1985). D’autres sont venus par leurs propres moyens et, une fois sur place, ont demandé le statut de réfugié. En tout, près de 1 800 Chiliens ont obtenu l’asile en Suisse, dont une grande majorité dans les années 1970 (Bolzman, 1993).

16La migration chilienne vers la Suisse est ainsi clairement, à ses origines, une migration d’exilés politiques. C’est cette origine politique qui constitue le trait central des communautés chiliennes qui se constituent, dans les années 1970, en Europe et en Suisse. Dans cet article, nous nous proposons d’explorer à la fois les continuités et les changements qui se sont produits dans cette communauté en trente ans de migration en Suisse. En effet, on peut se demander si après la fin de la dictature militaire la physionomie de la communauté reste marquée par l’empreinte des premiers exilés ou si des modifications importantes sont visibles, notamment en raison de l’arrivée d’autres Chiliens qui ont migré en Suisse entre 1990 et 2003, c’est-à-dire après la fin de la dictature militaire.

17Nous nous intéresserons plus particulièrement à la dimension collective de la communauté, en particulier à sa vie associative, à ses publications, à ses actions et revendications, bref, à ses modalités d’expression publique.

De l’exil à l’émergence progressive d’une communauté de résidents

18Les exilés chiliens qui ont trouvé asile en Suisse font partie de ce que Kunz (1973) définit comme les « majority identified refugees » dans sa typologie : ils se considèrent comme partie intégrante de leur pays d’origine tout en s’opposant au régime en place ; ils pensent que leurs compatriotes partagent en majorité leurs opinions et s’opposent comme eux aux événements qui ont produit leur départ. Forts du soutien de certains secteurs de la population du pays d’accueil, ils vont très vite se regrouper et s’organiser en fonction de leurs affinités idéologiques. Ils vont tenter de reconstituer les partis politiques à l’extérieur et créer des organisations de solidarité plus larges avec leur pays. Il s’agit de soutenir les opposants à la junte et d’aider les victimes de la répression. Les différents groupements développent des activités d’information et dénoncent la situation politique et les violations des droits de l’homme au Chili, organisent des campagnes afin d’obtenir la libération des prisonniers politiques et d’empêcher l’exécution des condamnés à mort, ils récoltent également de l’argent destiné aux organismes de défense des droits de l’homme et aux organisations de résistance. Pour mener à bien ces objectifs, ils organisent des conférences, des manifestations, des meetings de soutien, des actes de solidarité. Ces activités permettent également de présenter au public local diverses formes d’expression de la culture chilienne et latino-américaine (musique, expositions, spécialités culinaires, etc.), mais celles-ci sont toujours subordonnées à un but politique et solidaire.

19Les premières années d’exil sont d’un grand activisme. Les exilés veulent aider, dans la mesure de leurs moyens, à rendre la situation au pays d’origine réversible au plus vite. La majorité pense que le régime militaire ne va pas durer et que leur séjour à l’étranger ne constituera qu’une brève parenthèse dans leur vie. Rares sont ceux qui imaginent rester plus de cinq ans à l’extérieur. Dans cette perspective, ils font du provisoire un véritable mode de vie. Selon l’expression consacrée, ils « vivent avec les valises prêtes ». En ce sens, ils évitent de prendre des décisions à long terme ou des engagements qui les lieraient à la nouvelle société. Un peu comme la diaspora juive, ils s’imaginent que « l’an prochain ils seront à Santiago ».

20Or, au fur et à mesure que le temps passe, les exilés constatent qu’ils doivent « défaire les valises » et s’installer pour une durée plus longue que prévue dans la société suisse. En effet, contrairement à la dislocation ou à l’effondrement rapide du régime militaire que l’on prévoyait ou espérait, ce dernier semble s’installer, vers la fin des années 1970, dans le long terme. Ainsi, la perspective du retour au Chili se fait plus lointaine. Même si la grande majorité des exilés refuse encore d’envisager un séjour définitif dans la nouvelle société, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit de se faire à l’idée d’une installation de plusieurs années. Confrontés à cette nouvelle perspective, les exilés cessent de vivre exclusivement en fonction de leur pays d’origine et commencent à s’interroger sur leur place et celle de leurs enfants dans la société de résidence. S’ouvre alors une période de reclassement social, chacun cherche à trouver un statut socioprofessionnel et plus largement une position sociale plus proche de celle qu’il avait connue au Chili (Bolzman, 1994 ; 2000).

21Dans ces circonstances, la communauté en tant que structure organisée sur une base exclusivement militante répond de manière imparfaite aux nouveaux besoins auxquels sont confrontés une partie importante de ses membres. Dans un contexte de division des partis en exil, d’absence d’espoir d’un changement rapide, de diminution du soutien des milieux solidaires des divers pays d’accueil, s’ouvre une période de réflexion et de diminution de l’activisme et de déplacement du sens donné à l’engagement politique. On tente de redéfinir l’action collective de manière à la rapprocher des préoccupations quotidiennes des exilés. Ainsi, les exilés vont créer, à côté des partis, des associations communautaires « antepolitiques » qui ne se fondent pas uniquement sur un projet idéologique partagé mais qui considèrent aussi les « appartenances concrètes », les expériences partagées ; il s’agit des espaces qui ouvrent « des possibilités de communication et d’échange qui n’interdisent pas l’accès au politique, mais qui rendent acceptable de l’assumer par des attitudes éventuellement opposées » (Oriol, 1985 : 14). On crée ainsi par exemple des ateliers pour enfants pour leur transmettre la culture du pays, des centres de rencontres, des associations sportives. Ainsi, le Taller infantil chileno est créé à Zurich en 1977 ; à Genève on crée le « Centro latinoamericano de rencuentro » en 1978, alors qu’à Zurich une « Casa latinoamericana » voit le jour. Ces groupes s’intéressent donc aux problèmes des exilés chiliens eux-mêmes et cherchent également à s’ouvrir à des exilés latino-américains d’autres nationalités. Dans ces groupes on retrouve souvent une tension, plus ou moins bien négociée, entre la logique politique et la logique « antepolitique ». Dans le premier cas, la cohésion du groupe résulte d’une idéologie partagée, dans le deuxième, d’une expérience commune qui sert de support à des liens concrets et au développement des objectifs spécifiques liés à des questions pratiques.

22Dans les années 1980, la prédominance du pôle militant ou du pôle « antepolitique » dans la vie communautaire sera fortement tributaire de l’évolution de la situation politique au Chili. Chaque fois que l’opposition gagne du terrain face à la dictature militaire, les Chiliens de Suisse deviennent plus actifs et relancent les activités solidaires. D’une manière générale, les exilés expriment dans leur vie collective, à leur façon et dans leurs conditions concrètes, les changements qui ont lieu dans leur pays. Ainsi, la renaissance au Chili de diverses formes d’organisation collective et des initiatives « à la base » donnent une légitimité à leurs propres démarches ; ils peuvent aussi trouver, au Chili même, de nouveaux acteurs sociaux comme interlocuteurs privilégiés : c’est le cas des groupes de femmes, de jeunes, de personnes issues d’une même région du Chili ou qui se sentent proches des peuples indigènes. Leurs activités s’accentuent lors des « protestas » des années 1983-1985 ou de la campagne pour le référendum de 1988 qui a abouti à la défaite électorale de Pinochet. Lorsque l’espoir de changement devient plus ténu, l’activité militante en exil diminue ou disparaît, mais des activités plus centrées sur la sociabilité persistent.

  • 4 Restaurants populaires destinés aux enfants et aux plus démunis, pris en charge par les propres ha (...)

23La solidarité de ces groupes ne vise pas uniquement le soutien à l’opposition politique, la dénonciation des violations des droits de l’homme par la dictature et le soutien aux victimes de celle-ci : la plupart des nouveaux groupes développent des pratiques conviviales (fêtes, repas typiques) qui permettent de réunir l’argent nécessaire pour soutenir financièrement des projets autonomes à caractère social – « comedores populares » ou « ollas comunes »4, dispensaires, écoles, familles de prisonniers politiques, groupes culturels, etc. – dans les quartiers populaires ou les villages ou, plus rarement, des projets économiques de type coopératif. Certains groupes se rapprochent même du modèle de bienfaisance traditionnel et se consacrent à la récolte et à l’envoi d’habits usagés, de médicaments, etc.

24En général, la question du lien à construire entre les convictions idéologiques et les appartenances concrètes traverse la période d’exil. Des articulations fonctionnelles ou problématiques entre ces deux dimensions voient le jour selon les contextes.

La fin de l’exil et le retour en question

  • 5 Ainsi par exemple, en 1985, 3’821 interdictions d’entrée sur le territoire chilien sont prononcées (...)

25Pendant les longues années d’exil, la question du retour a occupé une place centrale dans la vie des exilés. Ils avaient créé au cours des années 1980, dans la plupart des pays européens et aussi en Suisse, des « Comités Pro Retour » afin d’exiger du gouvernement militaire la fin des interdictions de l’entrée au Chili et le droit pour chaque Chilien à retourner dans son pays5. Ils ont également créé une Coordination européenne des comités Pro Retour qui a fait un travail de lobby afin de dénoncer cette situation anormale auprès des organisations internationales et des gouvernements européens (Montupil et al., 1993).

26Après la victoire de Patricio Alwyn, candidat de l’opposition lors des élections de décembre 1989 et son accession à la présidence de la République en mars 1990, le Chili commence une nouvelle période de « transition vers la démocratie ». Cette nouvelle situation entraîne, du point de vue de la problématique qui nous intéresse, la disparition de la violence politique et de la répression systématique à l’origine du départ des exilés. En ce sens, on peut dire que l’on entre dans une nouvelle phase qui marque la fin de l’exil : la grande majorité des Chiliens ne sont plus obligés de vivre à l’extérieur de leur pays pour des raisons politiques. Les exilés sont ainsi confrontés à une situation nouvelle qui les rapproche des autres types de migrants : ils ont la possibilité de retourner dans leur pays, ou du moins de reprendre physiquement contact avec celui-ci. Ils peuvent aussi demeurer dans la société de résidence, mais sur la base d’une autre légitimité que la légitimité politique. Leur situation ne peut plus être définie comme une situation d’exil, bien qu’elle en soit issue.

  • 6 Cet office a été créé par la loi N° 18.994 publiée dans le Journal Officiel du 20.8.1990. Le budge (...)
  • 7 Ces chiffres n’incluent pas les naturalisés. La grande majorité des Chiliens retournés avaient un (...)

27Le nouveau gouvernement crée un Office national du retour (ONR)6 afin de rendre plus facile l’aspiration au retour des exilés. Au niveau suisse, une Coordination nationale des comités Pro Retour voit le jour en août 1990. Celle-ci demande aux autorités helvétiques un soutien plus important aux Chiliens qui souhaitent revenir dans leur pays. Cependant, il faut attendre juin 1993 pour que le gouvernement suisse débloque un million de francs pour financer un programme d’aide au retour d’entente avec l’ONR chilienne. Celui-ci bénéficie aux personnes qui ont renoncé au statut de réfugiés et qui retournent définitivement dans leur pays à partir de 1992 et jusqu’au 31 mai 1995. Selon l’Organisation internationale des migrations (OIM), 129 familles, soit un total de 364 personnes ont bénéficié de ce programme. Et selon une évaluation de l’OIM, la majorité de ces personnes n’étaient pas satisfaites de leur situation au Chili, en particulier sur le plan professionnel, puisque 39,3 % n’avaient pas trouvé de travail et 36,4 % seulement à temps partiel. Elles estimaient qu’en général leur réintégration était difficile : seulement un quart des personnes concernées étaient contentes d’être revenues au pays (IOM, 1996). En tout, 1 763 Chiliens ont quitté la Suisse entre 1990 et 1995, alors qu’ils étaient 4 659 à résider en Suisse en 19907. On peut donc estimer que, tout au plus, environ un tiers de la communauté chilienne est retourné au Chili dans les années de post-dictature et que seule une minorité a bénéficié des programmes d’aide au retour. En fait, une majorité découvre au moment où le retour devient possible que sa mise en œuvre est loin d’être facile après plus d’une décennie de résidence à l’étranger. Les obstacles au retour sont en effet nombreux. Nous avons mis en évidence ailleurs les problèmes socio-économiques (travail, logement, revenu, accès à la santé et à l’éducation), juridiques (nationalité, assurances sociales, diplômes), culturels (difficultés pour la deuxième génération, les femmes, les conjoints étrangers, etc.), psychosociaux (nouveau départ, nouvelles adaptations, rejet des exilés, réouverture des traumas, etc.) qui rendent difficile cette option (Bolzman, 1996). En fait, la majorité des exilés restent dans les pays de résidence et s’interrogent sur leur place, à la fois face à la société dans laquelle ils vivent et par rapport à leur pays d’origine. Pour la première fois ils se découvrent « résidents » avec des problèmes spécifiques, au même titre que d’autres communautés étrangères.

28Ainsi par exemple, à Genève, la création d’une nouvelle « Association des Chiliens résidents » en 1990 a pratiquement coïncidé avec les changements politiques survenus au Chili. Elle s’est faite à travers une démarche démocratique minutieuse et un souci permanent de transparence. La nouvelle association attire en son sein de nombreux Chiliens qui avaient, au cours des dernières années d’exil, délaissé toute activité communautaire organisée. Elle se considère comme représentative d’une communauté issue de l’exil, mais s’apprêtant à vivre une situation de post-exil. Tout en faisant son possible pour faciliter le retour de ses membres au pays dans les meilleures conditions, l’association a été créée pour durer et vise aussi à résoudre les problèmes des résidents. En effet, elle part du constat qu’il y aura désormais une présence permanente des Chiliens en Suisse et que ceux-ci doivent disposer d’un organisme qui les représente aussi bien vis-à-vis de la société suisse que de la société chilienne. Elle continue à encourager aussi les activités de solidarité avec le Chili.

29Le rétablissement d’un gouvernement démocratiquement élu implique aussi que désormais les Chiliens de l’extérieur peuvent avoir un contact direct avec les autorités de leur pays à travers les missions diplomatiques. C’est un phénomène nouveau qui était impensable durant la période d’exil où les communautés se sont constituées de manière complètement indépendante de l’Etat d’origine. Comme d’autres émigrés, les Chiliens découvrent l’existence des institutions représentatives de leur pays d’origine avec lesquelles la communication est possible et nécessaire. Auparavant, l’identité communautaire se construisait sur la base presque exclusive des expériences de la diaspora et de son imaginaire collectif. Pendant cette nouvelle période, l’identité se construit aussi dans l’échange avec les représentants de l’Etat chilien. Par exemple, dans différents cantons, les Chiliens célèbrent le jour de la fête nationale en coopération avec des représentants de l’Ambassade chilienne en Suisse. La question qui se pose dans cette phase est celle de la « bonne distance » entre cette ambassade et les communautés.

Les Chiliens résidents en Suisse aujourd’hui : actions et revendications

  • 8 Entre 1991 et 2003, 3’136 Chiliens sont entrés en Suisse. Certains sont venus pour des séjours de (...)

30Il est difficile de connaître avec précision la proportion, parmi les quelque 5 000 Chiliens résidant en Suisse, de ceux qui font partie de la migration des années 1970-1980 liée à la situation politique du Chili, et de ceux venus dans les années 1990-2000. Mérier (2004) estime que sur les 4 793 Chiliens résidant en Suisse en 1990, 3 572 seraient restés, à savoir près de 75 % d’entre eux. Ce qui veut dire tout de même qu’environ 1500 Chiliens résident de manière permanente en Suisse depuis les années 19908. Ainsi, les Chiliens continuent à s’expatrier pour des raisons économiques, professionnelles, de formatives ou familiales, élargissant ainsi l’éventail sociologique des Chiliens en Suisse du point de vue des raisons qui ont motivé l’émigration.

31La communauté chilienne se caractérise aussi par l’hétérogénéité sociale de ses membres : on trouve des personnes issues de tous les milieux sociaux, avec des niveaux de formation très divers. A la différence de certaines autres communautés résidentes en Suisse, fortement concentrées dans certaines branches, les Chiliens n’occupent pas des niches économiques. Tout au plus on peut constater leur surreprésentation dans des métiers relationnels (travail social, santé, coopération au développement, etc.), expression de l’intérêt accordé à la dimension sociale et humaine de l’existence (Bolzman, 1996). Quant au niveau de formation atteint par les jeunes de la « deuxième génération », il est tributaire du niveau de formation de leurs parents (Bolzman, 1996, ch. 10).

  • 9 On peut même estimer que leur pouvoir d’achat et leur capacité d’épargne sont supérieurs à ceux de (...)
  • 10 Il existe de nombreux exemples de Suisses qui ont découvert le Chili en compagnie d’amis, de collè (...)

32Il n’y a guère d’études sur l’apport économique des Chiliens de Suisse à leur pays d’origine ; pourtant, on peut faire l’hypothèse qu’ils contribuent de manière significative aux flux financiers en faveur de leur pays. Une enquête menée en 2001 auprès de 3 050 Chiliens résidant à l’extérieur, à l’initiative du site internet www. CasaChile. cl avec le soutien du gouvernement chilien, met en évidence que 33 % des répondants pensaient envoyer de l’argent au Chili, 27 % y acheter une maison et 78 % y voyager. Si l’on considère que les Chiliens de Suisse ont un comportement semblable aux Chiliens résidant ailleurs9, on peut estimer que 1 650 d’entre eux comptent envoyer de l’argent dans leurs pays, notamment à leur famille ; que 1 350 projettent d’y acheter une maison (ou l’ont déjà achetée) et que 3 900 pensent y voyager. Lors de notre recherche sur l’exil (Bolzman, 1996), nous avons pu constater l’importance des remises d’argent pour la famille restée au pays. Aujourd’hui encore, nombreux sont les Chiliens de Suisse qui contribuent au soutien de leurs proches. Si l’on estime de manière prudente qu’en moyenne chacun envoie 1 500 francs par année, nous arrivons au chiffre de 2 475 000 francs, auxquels il faudrait ajouter les contributions sous forme de cadeaux et de consommation sur place lors des voyages au pays. Par ailleurs, les Chiliens de Suisse sont également des consommateurs de produits chiliens, et plus largement latino-américains, et contribuent à la diffusion de ces produits auprès de la population helvétique. On peut citer les exemples du tourisme10, du vin, des fruits, de la littérature, de la musique.

33Aux apports économiques individuels, il faudrait ajouter les divers projets de coopération financés par la communauté chilienne organisée. Les Chiliens résidents en Suisse, comme dans d’autres pays d’ailleurs, sont porteurs d’une culture associative et, comme nous l’avons vu, tout au long de leur migration ont créé diverses associations. Outre les associations qui tentent de regrouper l’ensemble des Chiliens résidents, on trouve des associations politiques, sportives, culturelles, éducatives, régionales, religieuses, professionnelles, humanitaires, des droits de l’Homme, etc. La majorité de celles-ci apportent un soutien financier à différentes instances : aux régions périphériques, aux communautés indigènes, aux écoles publiques, aux hôpitaux, aux personnes âgées, aux petits producteurs et aux coopératives, aux acteurs culturels, aux défenseurs de droits de l’Homme, etc.

  • 11 Le Dicoex a été créé par le Ministère des affaires étrangères du Chili pour garder des liens avec (...)

34Par exemple, l’Association des Chiliens résidents à Genève dispose d’une « unité de projets ». Celle-ci examine différentes demandes qui lui parviennent et utilise l’argent récolté par l’association lors des activités comme la fête de la musique, ou la fête nationale chilienne pour soutenir des projets, en particulier dans le domaine de l’éducation et la culture. Ainsi, elle a contribué à doter d’un équipement informatique un lycée technique situé dans un quartier populaire d’une ville du sud du Chili ; elle a fourni les moyens pour la construction d’une bibliothèque dans une école rurale bilingue fréquentée par une majorité d’élèves Mapuches ; elle a soutenu la construction d’une salle de travaux manuels dans une école primaire d’une petite ville ; elle a soutenu une école de jazz pour des jeunes dans un quartier populaire de Santiago, etc. Ces divers apports sont d’autant plus intéressants que le Chili est considéré comme un pays émergent et il n’est pas prioritaire pour recevoir une aide internationale pour des projets de développement. La communauté chilienne, en Suisse et ailleurs, contribue par sa solidarité à l’amélioration de certaines situations que l’Etat chilien n’arrive pas à assumer dans le court terme. Consciente de cet apport complémentaire, la Direction pour les communautés chiliennes de l’extérieur (Dicoex)11 a lancé, lors du tremblement de terre qui a eu lieu au nord du Chili en juin 2005, un appel solennel à la solidarité des « Chiliens de la XIVe région » (le Chili en a XIII), c’est-à-dire aux Chiliens de la diaspora, pour demander leur soutien.

  • 12 En juillet 2005, la possibilité de garder ces locaux a été mise en question. Mais l’affaire a fait (...)

35Pour des raisons historiques liées à son exil, la communauté chilienne, même si sa taille est relativement modeste, jouit également d’une certaine capacité de lobbying sur le plan politique et social. En effet, au cours des années, ses membres ont tissé des liens avec des représentants des partis proches sur le plan idéologique, avec des syndicats, des organisations humanitaires, des Eglises, des personnalités, etc. Par ailleurs, certains membres de la communauté se sont intégrés activement à la vie politique helvétique et sont devenus des élus dans les conseils communaux ou, plus rarement, dans les parlements cantonaux. Ces contacts ont rendu possible certains acquis. Ainsi, les associations chiliennes ont réussi à avoir des locaux à disposition pour leurs activités régulières dans les Maisons de quartiers, centres de loisirs, Maison des Associations, etc. ou ont leurs propres locaux, comme le Centre culturel Los Andes à Lausanne12. Nous avons évoqué l’élaboration d’un programme d’aide au retour des réfugiés statutaires par les autorités suisses après l’élection d’un gouvernement démocratique au Chili ; ce programme fut un des premiers de ce type mis en œuvre par la Confédération et la mobilisation des Comités Pro Retour de l’époque n’y fut pas pour rien. Ces contacts ont permis également la signature d’un Accord bilatéral de sécurité sociale entre la Suisse et le Chili ; cet accord bilatéral est le seul qui existe entre ce pays et un pays du « Tiers-monde » : la participation officieuse aux négociations des experts représentant la communauté chilienne a permis d’obtenir un accord qui tenait compte des acquis d’autres communautés immigrées en Suisse et des besoins spécifiques des ressortissants chiliens.

36D’une manière générale, l’intégration de la communauté chilienne en Suisse s’est faite à travers l’action politique et la solidarité avec le Chili. C’est par ce biais que les Chiliens ont fait la connaissance de nombreux Suisses et immigrés d’autres nationalités. Paradoxalement, ils ne se sont guère mobilisés pour leur propre intégration dans la Confédération et pourtant celle-ci a eu lieu progressivement. Nous avons vu que le nombre de naturalisations est élevé, et il en va de même pour le nombre de mariages binationaux (Bolzman, 1996), pour ne citer que deux indicateurs habituels de l’intégration sociale. Ce n’est que récemment qu’ils commencent à se mobiliser sur des votations en Suisse, telles que celles sur les lois rendant la naturalisation plus facile pour la deuxième génération et automatique pour la troisième sur le plan fédéral, ou encore le droit de vote au niveau communal à Genève. Mais les thématiques qui les mobilisent le plus en tant que communauté sont liées au pays d’origine.

Exister en tant que Chiliens de l’extérieur

37Depuis le début des années 1990, les organisations chiliennes de Suisse, ainsi que des autres pays européens, se rendent compte que bon nombre de compatriotes demeureront définitivement à l’étranger. En conséquence, elles demandent à l’Etat chilien d’élaborer une véritable politique qui tient compte de leur situation spécifique. Parmi leurs demandes, la question de la nationalité est centrale. Les associations de Suisse exigent que la double nationalité soit reconnue, que les enfants des Chiliens nés à l’étranger obtiennent automatiquement la nationalité chilienne au lieu de devoir séjourner une année au Chili pour pouvoir l’obtenir ; elles demandent également que les Chiliens privés de nationalité pendant les années de la dictature puissent la récupérer. Elles revendiquent aussi le droit de vote des Chiliens de l’extérieur lors des élections parlementaires et présidentielles.

38Ainsi, en 1993, la Coordination européenne des Comités Pro Retour, à laquelle participent les Chiliens de Suisse, édite un livre collectif qui présente à la fois un bilan des années d’exil et des perspectives pour l’avenir. Cette publication est diffusée aux communautés chiliennes des divers pays européens, mais aussi présentée à la presse et aux autorités chiliennes. Dans sa conclusion on peut lire :

Comme jamais dans son histoire, le Chili aura des milliers de citoyens dispersés dans toute l’Europe et le monde qui souhaitent maintenir une relation étroite avec la patrie. Pour cette raison, il devient indispensable d’établir une politique de migrations adressée à l’ensemble des compatriotes, sans exclusion. Cette politique devra considérer chaque compatriote et sa famille résidant à l’étranger comme des membres à part entière de la société chilienne et en conséquence, l’Etat devra assumer certaines fonctions en leur faveur (…). Un aspect spécifique qui demande une solution rapide est le problème des enfants de Chiliens nés à l’étranger. Pour eux on devrait éliminer la condition d’apatrides qui prévaut actuellement et leur octroyer automatiquement la nationalité. De même, il faut créer les mécanismes légaux adéquats pour permettre la double nationalité. (Montupil et al., 1993, 185)

39 Quatre ans plus tard, la Coordination des Chiliens résidents en Suisse publie un document sous le titre « Nationalité et droits civiques des Chiliens de l’extérieur. Eléments de réflexion pour une politique d’Etat ». Après avoir décrit la situation de la diaspora chilienne et montré que divers Etats acceptent la double nationalité et encouragent le maintien des liens avec leurs communautés établies à l’étranger, le document revendique la double nationalité, l’acquisition automatique de la nationalité pour les enfants de Chiliens nés à l’étranger, le droit de vote pour les Chiliens de l’extérieur (Coordinación de Chilenos, 1997). Ce document est diffusé sous forme de brochure, puis sur internet aux Chiliens de l’extérieur. Il est amplement diffusé aussi aux membres du Parlement chilien.

40Tenant compte de ces revendications, largement partagées par les Chiliens de l’extérieur (Bolzman, 2001), le gouvernement du Président Lagos a envoyé au Congrès en janvier 2001 un projet de réforme constitutionnelle en matière de nationalité (message N° 117-343) qui répond aux demandes des Chiliens de l’extérieur. Ce projet vient d’être approuvé, quatre ans plus tard, en juillet 2005, avec d’autres réformes de la Constitution, par le Parlement. A partir de maintenant, les Chiliens qui ont perdu leur nationalité pourront la récupérer et les enfants des Chiliens nés à l’extérieur pourront faire une demande d’acquisition de la nationalité. En revanche, les partis de droite sont opposés au droit de vote des Chiliens de l’extérieur, craignant qu’ils ne votent plutôt pour les partis de gauche. D’après un recensement effectué par le Dicoex et rendu public en août 2005, 72.5 % des Chiliens de l’extérieur nés au Chili sont intéressés à voter lors des élections présidentielles (Gobierno, 2005). Les Chiliens de Suisse revendiquent le droit de vote, en s’inspirant notamment des expériences d’autres communautés étrangères résidant dans la Confédération, qui peuvent voter lors des élections dans leur pays d’origine.

41Du côté des communautés qui se sont constituées sans aucune aide étatique et en marge de l’Etat, il existe une certaine méfiance à l’égard des institutions chiliennes. En même temps, ces communautés demandent une reconnaissance en tant que composantes de la société chilienne. Les Chiliens de l’extérieur souhaitent, sans beaucoup d’espoirs concrets, que l’on tienne compte de leurs ressources et des atouts qu’ils peuvent représenter pour la société chilienne. Il est certain que jusqu’à présent les potentialités de la diaspora ont été fortement sous-estimées (Bolzman, 2002).

La question des droits de l’Homme

42Avec le retour à un gouvernement démocratique, les exilés qui avaient souffert de la répression et qui s’étaient sentis complètement mis à l’écart par le régime militaire avaient l’espoir que la vérité concernant les violations des droits de l’Homme pendant la période de la dictature serait faite et que les coupables seraient traduits en justice. Un premier rapport de la « Commission de vérité et réconciliation » nommée par le gouvernement Alwyn, plus connu sous le nom de « Rapport Rettig », a été établi. Mais pendant la première moitié des années 1990, les responsables de diverses atteintes aux droits de l’Homme paraissaient intouchables. La situation changea radicalement avec l’arrestation du général Pinochet à Londres suite à la demande du juge espagnol Garson. Dans presque chaque pays d’Europe, les Chiliens ont organisé des manifestations pour exprimer leur soutien au juge espagnol avec l’appui d’une large frange de l’opinion publique de ces pays. Les communautés d’anciens exilés ont rejoint largement un courant d’opinion international favorable à la création d’un tribunal pénal international pour les crimes contre l’humanité et se sont opposées à l’attitude « souverainiste » du gouvernement chilien qui soutenait que c’est à chaque Etat de juger ses ressortissants. Les Chiliens de Londres ont crée pendant cette période un groupement, « El Piquete », qui se rendait tous les jours pour manifester devant le lieu où Pinochet était incarcéré. Ils ont compté avec le soutien moral et matériel des autres communautés chiliennes en Europe. Des Chiliens de Suisse ont organisé des voyages à Londres les week-end pour venir soutenir l’action de « El Piquete ». L’existence d’agences de voyages « ethniques » a permis aux participants à ces déplacements de bénéficier de billets d’avion à des prix très modiques. Par ailleurs, les communautés se sont mobilisées afin que d’autres pays sollicitent l’extradition de Pinochet au cas où Londres n’aurait pas accepté de le juger. Ainsi, des accusations ont été ouvertes contre lui en Suisse, ainsi qu’en France et en Italie. Grâce à Internet, les informations sur l’évolution de la situation ont circulé de manière très rapide entre les Chiliens de différentes communautés. Des Comités contre l’impunité ont été créés dans divers pays.

43Les actions entreprises lors de l’arrestation de Pinochet à Londres ont constitué l’aspect le plus médiatique et le plus visible de la mobilisation de tout un secteur de la diaspora chilienne en Suisse qui œuvre en faveur de la récupération de la mémoire historique et du respect des droits de l’Homme, ainsi que dans le but d’obtenir le jugement des coupables des atteintes à ces droits. A Genève, il existe par exemple un Comité « Memoria y Justicia » très actif autour de ces questions. Ses membres ont œuvré, avec des exilés d’autres communautés, pour la création d’un « Jardin des disparus » dans la Commune de Meyrin. Ils se sont également mobilisés pour que l’un des amphithéâtres les plus importants de l’Université de Genève porte le nom d’Alexei Jaccard, étudiant chileno-suisse de cette Université, disparu en Argentine en 1976. Parmi d’autres actions on peut mentionner, à titre d’exemple, l’ouverture de souscriptions pour financer des monuments aux disparus dans diverses régions du Chili, l’invitation en Suisse de personnalités chiliennes qui agissent en faveur de la défense des droits de l’Homme, l’appel à des témoignages d’exilés ayant été victimes de tortures dans le but de lancer une action en justice contre les responsables de ces sévices ; l’appui financier à l’édition d’un manuel scolaire sur les droits de l’Homme par une ONG chilienne, etc.

44Comme beaucoup d’autres diasporas, la communauté chilienne résidente en Suisse est le résultat d’un événement traumatisant : le coup d’état militaire de 1973. Même si aujourd’hui le Chili a à nouveau un gouvernement démocratique, les séquelles du putsch continuent d’exercer une influence sur la société chilienne et sur les Chiliens de l’extérieur. Les traumatismes produits par la répression des années militaires continuent à peser sur le présent, en particulier, dans le cas qui nous intéresse, sur la relation entre la diaspora et l’Etat chilien. Si de larges secteurs de la société chilienne sont prêts à « oublier » le passé au nom de l’avenir, pour une partie importante de la diaspora, la construction d’un avenir serein passe par la capacité à affronter le passé. En outre, pour les Chiliens ayant vécu l’exil, l’absence d’un lien entre le présent et le passé fait de leur présence à l’étranger un non-sens et leur situation continuera d’être considérée comme une question marginale par les institutions de l’Etat d’origine. Comme l’exprime ce texte :

  • 13 Extrait du Boletín de l’Asociación Memoria y Justicia, Genève, 2000.

45Nous sommes peut-être des Chiliens de l’extérieur, mais en aucun cas nous sommes des Chiliens du passé. Il y a une espèce d’insolence insupportable dans la manière dont on nous traite parfois depuis le Chili, comme si nous étions des restes archéologiques, capables uniquement de ruminer les douleurs du passé et de critiquer de manière destructive ou irréaliste ce qui se fait au Chili. (…) Nous avons le devoir d’adapter les expériences du passé afin de les insérer dans la réalité du Chili actuel (…), en soutenant et en participant depuis l’extérieur à de nouvelles formes d’actualisation des pratiques démocratiques.13

Conclusion

46Dans cet article, nous avons tenté de mettre en évidence la transformation d’une communauté exilée en communauté de résidents. Dans le cas étudié on constate notamment que la situation d’exil se caractérise par un fort espoir de réversibilité : la présence d’une communauté à l’étranger est perçue comme anormale et on espère revenir à la normalité par une transformation de la situation politique du pays d’origine qui permettra le retour. Lorsqu’on devient une communauté de résidents, on admet en revanche une certaine irréversibilité : la présence d’une communauté à l’extérieur de son pays d’origine est acceptée comme un fait normal et il s’agit plutôt de trouver des formes de régulation des relations avec ce pays permettant la reconnaissance par celui-ci de la communauté de l’étranger.

47Certains auteurs classiques, comme Sayad (1991) soulignent que toute migration provisoire finit par devenir une migration permanente, une migration de peuplement. Sayad met en évidence aussi que la perception de ce phénomène par les immigrés eux-mêmes, mais aussi par les « autochtones », évolue plus lentement que la réalité empirique : malgré leur installation durable dans la société de résidence, leur présence continue d’être perçue comme provisoire.

48Dans le cas étudié, le changement de perception n’est pas lié uniquement à la durée du séjour en Suisse, mais surtout aux changements sociopolitiques dans le pays d’origine. Ce changement contextuel est également le facteur clé du passage d’une forme de structuration communautaire à l’autre : avec la fin de la dictature militaire et de l’interdiction officielle du retour au pays, beaucoup des Chiliens ont découvert que leur résidence en Suisse n’était pas un phénomène provisoire mais permanent. Ils ont pris progressivement conscience du fait qu’ils devenaient une partie d’une diaspora plus large.

49Dans ce nouveau contexte, les Chiliens de Suisse se dotent de nouvelles structures organisationnelles qui ont principalement pour fonction de préserver une vie communautaire en Suisse d’une part et d’être reconnus comme des interlocuteurs par les autorités chiliennes d’autre part. On assiste ainsi à l’émergence de projets organisationnels et identitaires nouveaux par rapport à la période d’exil. Les acteurs collectifs posent notamment la question de leur citoyenneté à distance. En même temps, une continuité par rapport au passé est préservée, puisque certaines revendications concernant la vérité et la justice par rapport au non-respect des droits de l’Homme pendant la période de la dictature militaire sont aussi mises en avant par des organisations regroupant des Chiliens de Suisse.

50Dans ce nouveau cadre, le savoir-faire accumulé par la communauté pendant la période d’exil lui a été utile pour faire valoir son point de vue sur un certain nombre de nouvelles problématiques, parfois auprès des gouvernements démocratiques chiliens (problématique de la nationalité, du droit de vote des Chiliens de l’étranger), parfois auprès de ceux du pays de résidence et d’origine (Convention bilatérales de sécurité sociale). Il lui a été également efficace pour se mobiliser et peser sur des questions plus politiques, comme lors de l’arrestation de Pinochet à Londres (une accusation a été ouverte contre lui aussi en Suisse). Il lui a enfin été bénéfique pour avoir une place en tant que communauté reconnue dans la société de résidence et pour développer des formes de solidarité concrètes avec des catégories minoritaires et/ou démunies du pays d’origine.

51L’exemple de la communauté chilienne en Suisse montre aussi que, au contraire de ce qu’affirment les théories classiques de la migration (Eisenstadt, 1954 ; Gordon, 1964), le fait de prendre conscience que l’on devient résident permanent d’une autre société que sa société d’origine, n’amène pas nécessairement à l’assimilation, mais à des formes de redéfinition de ses liens, tant avec la société de résidence qu’avec la société d’origine. La communauté chilienne de Suisse s’inscrit dans une dynamique où, le fait d’être à la fois d’ici et de là-bas n’apparaît pas comme une réalité incompatible, mais plutôt comme un fait complémentaire. Elle s’inscrit pleinement dans une réalité contemporaine où les mobilités transnationales amènent à l’élaboration d’appartenances plus complexes.

Bibliographie

Références

Bolzman, C., Les métamorphoses de la barque. Les politiques d’asile, d’insertion et de retour de la Suisse à l’égard des exilés chiliens, Genève, Les Editions IES, 1993.

Bolzman, C., «Stages and Modes of Incorporation of Exiles in Switzerland: the Example of Chilean Refugees», Innovation: the European Journal of Social Sciences, 7, N° 3, 1994, pp. 321-333.

Bolzman, C., Sociologie de l’exil. Une approche dynamique. L’exemple des réfugiés chiliens en Suisse, Zurich, Seismo, 1996.

Bolzman, C., « Les migrations : un champ d’études des continuités, ruptures et modes de régulation dans les sociétés d’aujourd’hui. L’exemple de l’exil » in Fragnière, J.P., Fricker, Y. & Kellerhals, J., La vérité est multiple. Essais de sociologie, Editions Réalités sociales, Lausanne, 2000, pp. 147-166.

Bolzman, C., « De l’exil à la diaspora. L’exemple de la migration chilienne », in Autrepart, Revue de l’Institut de recherche pour le développement, Bondy, N° 22, 2002, pp. 91-107.

Cassassus-Montero, C., Travail et travailleurs au Chili, Paris, La Découverte, 1984.

Coordinacion de los chilenos residentes en Suiza, Nacionalidad y derechos cívicos de los chilenos del exterior. Elementos de reflexión para una política de Estado, Genève et Lausanne, 1997, 30 p.

Eisenstadt, S. N., The absorption of Immigrants, London, Routledge and Kegan, 1954.

Gordon, M., Assimilation in American Life: The role of Race, Religion and National Origins, New York, Oxford University Press, 1964.

Gobierno de Chile, Instituto Nactional de estadisticas, Enfoque estadístico. Registro de Chilenos en el Exterior. Principales Resultados, Agosto, Santiago, www. ine. cl, 2005.

IOM International Organisation for Migrations, Final Internal Evaluation of the Programme, Voluntary Return and Reintegration in their Country of Origin of Chileans Residing in Switzerland (RCS), Geneva, September 1996.

Kunz, E. F. (1973), «The Refugees in Flight. Kinetic Models and Forms of Displacement» in International Migration Review, 7 : 125 : 146.

Mensaje N° 117-343, Mensaje de S.E. el Presidente de la República con el que se inicia un proyecto de reforma constitucional en materia de nacionalidad, Santiago, 11 janvier 2001.

Mérier, C., Les Chiliens sont-ils repartis ? Université de Fribourg, Travail de séminaire de journalisme de recherche, 2004.

Merton, R., «Socially Expected Durations: A Case Study of Concept Formation in Sociology» in Powel, W.W. & Robins R. (eds.), Conflict and Consensus: A Festschrift for Lewis A. Coser, New York, The Free Press, 1984.

Montupil, F. & al., Exilio, derechos humanos y democracia. El exilio chileno en Europa, Bruxelas, Ed. Coordinación europea de Comités pro-retorno, 1994.

Oriol, M., « L’institué et l’organisé : propositions dialectiques sur les pratiques associatives des immigrés » in Etudes Méditerranéennes, 94-18, 1985.

Richmond, A. H., «Sociological Theories of International Migration: The Case of Refugees» in Current Sociology, 36 : 7-25, 1988. Rivoir, G., « Un précédent : L’Action places gratuites pour les Chiliens » in LSDH, La forteresse européenne et les réfugiés, Lausanne, En-Bas, 1985.

Sayad, A., L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, Bruxelles, De Boeck-Wesmael, 1991.

Saenz, E., Les cadres sociopolitiques de l’adaptation des réfugiés latino-américains en France, 1964-1979, Thèse de doctorat 3e Cycle, Université de Paris III, 1983.

SIT Syndicat Interprofessionnel des travailleurs, Enquête sur les sans-papiers non européens, Genève, 2003.

S.O.S Torture, Chili. Rapport de mission d’enquête, Genève, Organisation mondiale contre la torture, 1986.

Touraine, A., Vie et mort du Chili populaire, Paris, Seuil, 1974.

Valli, M., Les migrants sans permis de séjour à Lausanne, Lausanne, Ville de Lausanne, 2003.

Notes

1 Par opposition aux migrations de type « proactives », où individus, familles et groupes disposent d’une marge de manœuvre plus importante pour élaborer des projets migratoires (Richmond, 1988).

2 Cf. les études du Syndicat interprofessionnel de travailleurs (SIT) à Genève en 2003 et de la Ville de Lausanne (Valli, 2003). Un certain nombre sont des enfants d’exilés de retour au Chili, revenus en Suisse (cf. 24 Heures, « Forcés de retour au Chili, Interdits de retour en Suisse », 23.3.2004).

3 On commence à connaître aujourd’hui avec plus de précision l’ampleur et la brutalité de ces exactions, que ce soit à travers des procès en cours ou des publications de journalistes et de chercheurs.

4 Restaurants populaires destinés aux enfants et aux plus démunis, pris en charge par les propres habitants des quartiers populaires (Poblaciones) avec l’aide des Eglises ou d’autres organismes sociaux. La « olla comun » a une longue tradition dans la culture populaire chilienne. Elle est née pour soutenir des grèves d’ouvriers de longue durée.

5 Ainsi par exemple, en 1985, 3’821 interdictions d’entrée sur le territoire chilien sont prononcées par les autorités (S.O.S. Torture, 1986).

6 Cet office a été créé par la loi N° 18.994 publiée dans le Journal Officiel du 20.8.1990. Le budget de cet Office provenait principalement des apports internationaux. Dans un entretien à la NZZ du 23.4.1994, Jaime Esponda, alors Directeur de l’ONR, déclare désabusé que « pour la société chilienne le thème du retour n’a aucune priorité ».

7 Ces chiffres n’incluent pas les naturalisés. La grande majorité des Chiliens retournés avaient un permis de séjour (B) ou de résidence (C). Une minorité d’entre eux étaient des requérants d’asile déboutés et n’ont pas eu le « choix » d’y retourner.

8 Entre 1991 et 2003, 3’136 Chiliens sont entrés en Suisse. Certains sont venus pour des séjours de courte durée : pour faire des études ou avec des contrats à durée déterminée par exemple. D’autres font partie des Chiliens retournés au Chili au début des années 1990 et n’ayant pas réussi à se réintégrer dans le pays. Les titulaires d’un permis C pouvaient garder leur permis jusqu’à deux ans après leur retour, s’ils en faisaient la demande.

9 On peut même estimer que leur pouvoir d’achat et leur capacité d’épargne sont supérieurs à ceux des Chiliens résidant dans de nombreux autres pays.

10 Il existe de nombreux exemples de Suisses qui ont découvert le Chili en compagnie d’amis, de collègues ou de membres chiliens de leur parenté.

11 Le Dicoex a été créé par le Ministère des affaires étrangères du Chili pour garder des liens avec les communautés de l’extérieur.

12 En juillet 2005, la possibilité de garder ces locaux a été mise en question. Mais l’affaire a fait du bruit dans la presse et les autorités lausannoises sont à la recherche de nouveaux locaux pour l’Association (cf. Le Courrier, 16.8.05).

13 Extrait du Boletín de l’Asociación Memoria y Justicia, Genève, 2000.

Auteur

Sociologue et professeur à la Haute école de travail social (hets) de Genève, il est responsable du Centre d’études de la diversité culturelle et de la citoyenneté dans les domaines de la santé et du social (CEDIC), réseau de compétences de la HES-SO. Il est chargé de cours au Département de sociologie de l’Université de Genève où il enseigne la « Sociologie des migrations et des relations interculturelles ». Claudio Bolzman s’intéresse depuis près de trente ans aux migrations latino-américaines. Sa thèse de doctorat porte sur l’exil chilien en Suisse et il est l’auteur de diverses recherches et publications relatives aux migrations latino-américaines

© Éditions ies, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540