Version classiqueVersion mobile

Droits humains et éducation sexuelle

 | 
Maryvonne Charmillot
, 
Caroline Jacot-Descombes
, 
Àgnes Földhazi

Conclusion. L’éducation sexuelle basée sur les droits humains : une approche non explicite mais jugée pertinente

Texte intégral

1L’éducation sexuelle basée sur les droits sexuels n’est pas une pratique explicite pour les parents, les jeunes et les professionnel·les (excepté les spécialistes en santé sexuelle), mais celle-ci est pertinente pour la majorité des personnes interviewées. Cette conclusion principale de nos analyses est-elle paradoxale ? Que souligne-t-elle ?

2Au fil de nos analyses, de même que dans nos développements conceptuels, l’éducation sexuelle se révèle comme une construction sociale qui s’organise différemment selon les contextes historiques, politiques et culturels. Ainsi, par exemple, les publics interviewés accordent-ils une importance aux principes et valeurs qui sous-tendent les droits en lien avec le contexte social de la recherche. Les parents estiment primordial le droit à l’autonomie, à l’intégrité, à la vie privée et, en conséquence, mettent un accent dans leur éducation quotidienne sur la notion de respect de soi et d’autrui, par exemple. Les jeunes sont très sensibles au droit de vivre leur sexualité, au droit à la vie privée, notamment dans le cadre de la digitalisation, au droit à l’intégrité et à l’égalité homme-femme, dont l’exercice est vécu comme un défi quotidien. Les adolescent·es estiment aussi fondamental leur droit à l’information et à l’éducation et souhaitent recevoir des informations sur la sexualité, les relations et la prévention.

  • 1 Les professionnel·les ont aussi été interviewé·es par rapport au droit à l’égalité en ce qui concer (...)
  • 2 Le droit à l’association est méconnu dans le cadre de la sexualité, ce qui s’explique par une éduca (...)

3Quant aux professionnel·les de l’école, leurs perceptions sur la façon de réaliser l’éducation sexuelle et d’y intégrer les droits varient fortement en fonction de leur profil. Si l’approche par les droits fait consensus, certains droits sont toutefois laissés de côté pour des raisons structurelles (par exemple, temps à disposition, limites de mandats), de compétences insuffisantes ou normatives (par exemple, jugement personnel quant à la pertinence du droit, limite entre ce qui relève de l’école ou de l’individu). A part les spécialistes en santé sexuelle, les professionnel·les ne font référence aux droits sexuels qu’implicitement. Pour ce public, la plupart des droits sexuels sont pourtant pertinents à traiter à l’école : le droit à l’égalité1 (homme-femme et LGBTI*), le droit à la responsabilité, le droit à l’intégrité, le droit à la vie privée, le droit à la liberté d’expression2, le droit à l’information et à l’éducation, le droit à la santé. Le droit à l’autonomie ne fait pas l’unanimité auprès des professionnel·les, car certain·es ne savent pas comment l’aborder lorsque le système de valeurs des élèves diffère de celui de l’école.

4Le droit à la participation est compris de manière différente selon les groupes. Les jeunes et les parents estiment qu’il va de soi, que tout élève a le droit à participer à l’éducation sexuelle. Ces deux publics ont avancé l’argument que l’école permet de garantir une égalité des chances. Quelques parents soulignent toutefois qu’il ne faudrait pas contraindre l’élève à participer à un cours. Dans certains cantons, les parents peuvent faire dispenser leur enfant du cours. Les professionnel·les considèrent ce droit de veto des parents comme une contrainte et souhaiteraient que l’éducation sexuelle devienne obligatoire pour l’ensemble des élèves.

  • 3 Cisgenre : se dit des personnes dont l’identité de genre est en accord avec le sexe auquel elles on (...)

5Les droits controversés chez les parents et les jeunes sont le droit à l’égalité pour les personnes non cisgenres3 ou ayant une orientation non hétérosexuelle (droit lié au principe de non-discrimination des LGBTI*). Lorsque les parents ont fait part de leurs pratiques et représentations idéales de l’éducation sexuelle, les pères et mères n’ont ni explicitement mentionné une éducation inclusive, ni une éducation qui reconnaît les diversités de la sexualité, notamment en termes d’orientation sexuelle et d’identité de genre. Il faut en conclure que l’éducation pratiquée n’est pas encore influencée concrètement par les droits acquis par les LGBTI* et leur reconnaissance. Comme pour le droit à l’intégrité, il est fort probable que les futures générations de parents prendront en compte ces droits LGBTI*. Pour les enfants et les jeunes d’aujourd’hui, c’est une lacune importante de l’éducation familiale qui est relevée dans la littérature (Barrense-Dias et al., 2018 ; Eisner & Hässler, 2019) et qui se manifeste par des conséquences négatives et directes pour la santé psychique des personnes concernées.

6Les analyses mettent en évidence un décalage manifeste entre parents et jeunes par rapport à la grossesse, à l’interruption de grossesse et au mariage. Selon les parents, il n’est pas pertinent d’aborder les droits liés à ces thématiques car leurs enfants ne sont pas prêts pour vivre ces situations. Ce constat est en partie partagé par les professionnel·les. Les jeunes interviewé·es rapportent, au contraire, que ce sont des situations plausibles et ont un avis très clair sur leurs droits reproductifs.

7Un seul droit est méconnu pour les trois publics, il s’agit du droit à la réparation. Ce résultat traduit une lacune du système éducatif, puisque l’apprentissage de ce droit fait partie des mesures de lutte contre les violences sexuelles. L’exercice de ce droit nécessite que l’ensemble de la population sache que, dans notre Etat de droit, toute victime peut en principe demander une réparation des infractions à caractère sexuel.

8Ces différents constats mettent en évidence le fait que l’éducation sexuelle basée sur les droits est partiellement mise en œuvre, dans sa dimension formelle comme informelle. Qu’en est-il alors du type d’éducation proposé et des cadres mobilisés ? Pour y répondre, nous avons examiné la finalité de l’éducation (transmission d’information et/ou renforcement des compétences) et le recours à trois différents cadres (psychologie sexuelle, santé publique, approche holistique basée sur les droits).

9Lorsqu’on s’intéresse au type d’éducation sexuelle, toutes les personnes interviewées estiment que l’école a un rôle à tenir dans la transmission d’informations aux élèves, notamment en faisant référence au cadre de la santé publique et en particulier à la prévention des risques liés à la sexualité (violences, grossesses non voulues, infections sexuellement transmissibles). En revanche, les avis sont plus contrastés en ce qui concerne une éducation qui transmet des valeurs et travaille sur les compétences psychosociales. Les parents qui délèguent l’éducation sexuelle à l’école souhaitent que l’école soit aussi porteuse de valeurs et joue un rôle éducatif pour que leur enfant s’approprie les principes de base pour démarrer sa sexualité (par exemple, la notion de respect a été soulignée). Quant aux professionnel·les, leur perception est très dépendante du type d’intervention. Pour un cours de biologie, les enseignants de biologie interviewés ont estimé que leur rôle est de transmettre des informations et non de travailler sur les droits ou les valeurs. En revanche, des spécialistes en santé sexuelle et, dans des projets spécifiques, des intervenant·es en travail social perçoivent leur rôle dans le développement de compétences, par exemple pour se situer par rapport aux limites à se fixer et à fixer à autrui et s’inscrivent ainsi dans une approche holistique de l’éducation sexuelle.

10Pour les parents et les professionnel·les, l’éducation sexuelle est une responsabilité partagée. L’ensemble des acteurs et actrices sont amenés à coopérer, mais à certaines conditions. Les parents peuvent être des partenaires, mais ont besoin d’être informés du contenu du cours, voire sensibilisés sur la manière de réaliser leur éducation sexuelle. Se pose alors la question, pour les professionnel·les, de la manière de procéder sans juger l’éducation familiale. Les enseignant·es doivent connaître le cours des spécialistes en éducation sexuelle pour intervenir de manière complémentaire tout au long de la scolarité de l’élève. A ce niveau-là, des enjeux sont soulevés en matière de partage d’information et de coopération. Les intervenant·es en travail social, que ce soit à l’école ou sur les lieux de loisirs, ont aussi leur rôle à jouer, qui doit être compris comme une prise en compte générale des droits humains dans leurs pratiques éducatives, liées directement ou non à la sexualité. C’est à ces conditions que l’enfant parviendra dès son plus jeune âge à s’entourer d’une «  communauté éducative », comme l’a suggéré un professionnel, à bénéficier d’une éducation sexuelle holistique basée sur les droits.

Notes

1 Les professionnel·les ont aussi été interviewé·es par rapport au droit à l’égalité en ce qui concerne les personnes en situation de handicap. Cette partie du droit est clairement laissée de côté.

2 Le droit à l’association est méconnu dans le cadre de la sexualité, ce qui s’explique par une éducation sexuelle appréhendée principalement sous l’angle de la santé et rarement abordée avec une approche sociopolitique.

3 Cisgenre : se dit des personnes dont l’identité de genre est en accord avec le sexe auquel elles ont été assignées à la naissance.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search