Version classiqueVersion mobile

En découdre avec la violence

 | 
Didier Pingeon

Annexes

Texte intégral

Annexe 1 : Jeux et exercices de sensibilisation29

  • 29 Ces exercices ont été collectionnés et adaptés lors de l’expérience pilote de Sécheron par Sophie C (...)

1Les différentes activités proposées sont regroupées par thèmes. Chaque thème couvre un ou plusieurs objectifs. Les outils proposés ou suggérés visent la formation d’élèves médiateurs, mais ils pourraient être utilisés dans d’autres situations de travail autour du conflit et de sa résolution. Rien n’est achevé, rien n’est définitif. Chaque thème peut être modifié, remodelé et bénéficier de l’apport de nouveaux éléments. C’est un appel à la recherche constante, à l’exploration et à la créativité.

2Chaque thème doit être réélaboré à chaque intervention en fonction des objectifs visés, de la population présente et de la structure dans laquelle l’intervention a lieu.

Premier thème : Connaissance de soi et des autres

Les Prénoms Mimés

But :

Connaissance de l’autre.

Matériel :

Aucun, simplement de l’espace.

Déroulement :

Tous les élèves se mettent en cercle. Un élève prononce son prénom en accompagnant ses paroles d’un geste. Tout le groupe reproduit le geste et répète le prénom.

Intérêt du jeu :

Cet exercice permet la cohésion au sein du groupe, favorise le sentiment d’appartenance et suscite la reconnaissance.

Durée :

Prévoir deux à trois minutes par participant.

Le Nœud

But :

Permettre la cohésion et l’entraide au sein du groupe. Inviter à la coopération.

Matériel :

Aucun.

Déroulement :

On fait un cercle. Chacun donne une main à un de ses voisins et l’autre à la personne en face de lui. Vérifier que personne ne tient les mains d’une seule et même personne, cela fausserait le jeu. On se retrouve face à un nœud gigantesque qu’il faudra dénouer sans se lâcher les mains. C’est tout à fait possible !
Recommencer l’exercice en entremêlant encore plus les bras, ou encore en le faisant les yeux fermés.

Intérêt du jeu :

Cet exercice, en plus d’exiger de l’entraide, apporte un élément nouveau : le toucher, le corps à corps.
Chaque participant doit toucher ses partenaires, il ne peut plus garder cette distance souvent présente dans ce type de relation.
Ce jeu crée du lien au sens propre et figuré.

Durée :

Varie en fonction de l’agilité des personnes présentes et du nombre de participants.

Variante :

Demander à un ou deux participants (selon le nombre total) de sortir pendant que les autres se mettent en cercle et se donnent la main le plus naturellement possible. Ensuite, ils s’emmêlent le plus possible, sans se lâcher les mains pour parvenir à faire un nœud. La ou les personnes qui sont à l’extérieur entrent alors et tentent de dénouer le nœud afin que tous les participants se retrouvent à nouveau en cercle comme au début. Lorsque l’exercice est réussi, englober le ou les « dénoueurs » dans le cercle formé.

L’Œuvre d’Art

But :

Se mettre en conflit autrement que par la parole.

Matériel :

Des grandes feuilles de papier, des crayons, craies grasses, feutres ou même de la peinture.

Déroulement :

Se mettre par deux, l’un en face de l’autre, à une table sur laquelle se trouve une feuille blanche séparée en deux par une ligne horizontale (tracée par le formateur). Expliquer au groupe qu’en règle générale, lorsqu’on est en conflit avec quelqu’un, on a raison et l’autre tort. Demander que les participants se mettent dans cette situation et qu’ils imaginent qu’ils sont en conflit avec la personne qui est en face d’eux. Ils ont raison, et l’autre en face a tort. Sans parler, chacun va l’exprimer sur le papier à l’aide du matériel proposé. Les formateurs passent régulièrement auprès des participants en leur répétant la consigne « l’autre a tort, tu as raison ». Faire respecter le silence ainsi que le cadre (la feuille dans ce cas-là).
Pousser à oser, l’autocensure étant habituelle. Ensuite, exposer les œuvres et permettre à chaque paire d’exprimer ce qui s’est passé, comment ça a été vécu, avec quels sentiments, avec quelles stratégies. Prendre en compte la parole de chacun.

Intérêt du jeu :

Chacun peut expérimenter le conflit avec quelqu’un et les différentes stratégies mises en place (affrontement, évitement, abandon…) pour le vivre le mieux possible ou le mener à bout.

Durée :

Prévoir quinze à vingt minutes pour le dessin, et le même temps pour la discussion en groupe.

Le Crocodile

But :

Permettre la cohésion et l’entraide.

Matériel :

De grandes feuilles de papier (format A2) et un espace assez grand.

Déroulement :

Mettre par terre les grandes feuilles de papier. Ce sont les pontons. Il y en aura autant que la moitié des participants, chaque feuille sera l’abri pour deux personnes. Imaginer votre sol comme un marécage infesté de crocodiles. Les participants déambulent dans ce grand marécage sans toucher les pontons. Au signal, ils doivent retrouver un ponton très rapidement pour ne pas être dévorés par les crocodiles.
Il faut à tout prix que deux personnes s’y trouvent. Pour qu’ils ne soient pas dévorés, rien ne doit dépasser. Au fil du déroulement l’animateur plie les feuilles, en deux puis en quatre, puis en huit. Aux participants de trouver des stratégies pour ne pas se faire dévorer.

Intérêt du jeu :

Cet exercice oblige les personnes à se toucher, à se prendre dans les bras, à avoir une approche différente de l’autre.
Il s’agit de faire attention, tout au long de ce jeu, qu’il n’y ait pas de résistance trop forte. C’est aussi un jeu qui fait appel à une relation physique et non plus uniquement verbale ou visuelle.

Durée :

Une vingtaine de minutes, en fonction du nombre de participants.

Les Points Communs

But :

Connaissance de soi et des autres.

Matériel :

Papier, crayons.

Déroulement :

Se regrouper par deux ou trois et essayer de se découvrir un maximum de points communs en trois minutes. Puis mise en commun.

Intérêt du jeu :

Cet exercice permet de prendre conscience de l’autre et en même temps des ressemblances, des points communs que l’on partage.

Durée :

Mise en commun en trois minutes ; et prévoir cinq à dix minutes pour que chaque groupe expose ses découvertes et puisse en discuter.

Le Partage de Soi

3(présenté dans l’ouvrage p. 95)

L’Objet Personnel

But :

Connaissance de soi et des autres.

Matériel :

Ce qu’ont sur eux, par hasard, les participants.

Déroulement :

Chacun cite l’objet qu’il a sur lui et qu’il préfère, en indiquant les qualités qu’il lui trouve et en quoi il s’y reconnaît. L’animateur et les participants peuvent poser des questions sur l’objet, le choix, la signification. Il y a mise en valeur de chaque discours.

Intérêt du jeu :

Il permet de mieux cerner les personnes faisant partie du groupe, de comprendre un peu mieux leur mode de fonctionnement et aussi de valoriser chaque personne dans sa prise de parole.

Durée :

Ne pas fixer de limite à cette activité. Les participants sont libres de s’exprimer longuement ou non autour de l’objet.

La Distance

But :

Prise de connaissance des lieux, de soi et de l’autre.

Matériel :

De l’espace.

Déroulement :

Par deux, les participants se placent l’un en face de l’autre, à une distance respectable. Nommons-les A et B. Dans un premier temps, A se

se rapproche de B en le fixant dans les yeux. Il s’arrête lorsqu’il sent qu’il ne peut plus aller plus loin. Il s’arrête quelques secondes et reprend sa place. Ensuite c’est à B de faire le même exercice. Dans un troisième temps, A et B se rapprochent en même temps et stoppent lorsqu’ils sentent qu’ils ne veulent ou ne peuvent aller plus loin.

Intérêt du jeu :

Ce jeu permet de prendre conscience de ses limites, des barrières que chacun érige face à une personne inconnue ou non.

Durée :

Comptez une minute par trajet.

Le Miroir

But :

Connaissance de soi et de l’autre. Prise de contact non verbale.

Matériel :

De l’espace.

Déroulement :

Se mettre par deux, l’un en face de l’autre. Ce jeu se fait en trois phases : tout d’abord A est miroir (reproduit les gestes de B) puis B devient miroir, et pour finir A et B « travaillent » en harmonie et en symétrie, comme s’ils étaient tous les deux à la fois miroir et miré.

Intérêt du jeu :

Ce jeu demande de l’attention, de la concentration et aussi une certaine connivence entre les participants.

Durée :

Trois à quatre minutes par étape.

Prouille

But :

Détendre l’atmosphère.

Matériel :

De l’espace.

Déroulement :

Tous les participants se promènent les yeux fermés dans la salle. Dès que l’un touche un autre participant, il lui dit « prouille ? », si l’autre répond « prouille ! », on continue à se promener. S’il ne répond pas, on lui prend la main et l’on se tait (et on reste silencieux lorsque quelqu’un nous touche). À la fin, il devrait régner un grand silence et tout le monde devrait se tenir par la main.

Intérêt du jeu :

Ce jeu permet de se détendre, de faire une activité un peu plus physique et de mettre un peu d’humour dans le groupe.

Durée :

En fonction du nombre de participants et de la découverte du « prouille ».

Deuxième thème : Points de vue différents

Le Six et le Neuf

But :

Prise de conscience de l’existence de points de vue différents.

Matériel :

Un grand 6 ou 9 en papier à déposer sur le sol.

Déroulement :

Cet exercice est tout simple et demande peu de temps. Il suffit de déposer son 6 (ou 9) sur le sol et de placer deux personnes en face l’une de l’autre. Chacun décrit ce qu’il voit (à l’endroit). Comparer les réponses et les discuter. Il est possible (dans certains groupes) de faire réagir chacune des parties plus ou moins agressivement en prouvant à chacun le contraire.

Intérêt du jeu :

Ce jeu permet de prendre conscience que face à un même dessin ou un même fait ou une même parole, ou…, les regards portés peuvent être différents. Le but n’est pas de prouver que l’un ou l’autre a raison – car ce n’est pas possible – mais de comprendre et de tenter de regarder plus loin ou ailleurs, autrement, pour saisir la globalité d’une chose.

Durée :

Cinq minutes.

Illusions d’Optique ou Figures Réversibles

4(présenté dans l’ouvrage p. 102 : lire note à propos des illusions d’optique)

Les Points Cardinaux

5(présenté dans l’ouvrage p. 103)

Les Triangles

But :

Apprendre à mieux regarder.

Matériel :

Une feuille comprenant trois triangles.

Déroulement :

Distribuer à chaque participant une feuille où ces triangles sont dessinés. Demander à une personne de lire ce qui se trouve à l’intérieur du premier triangle. Si elle lit faux, insister et demander qu’elle recommence jusqu’à ce qu’elle prenne conscience de son erreur. Faire pareil avec d’autres personnes pour les autres triangles. Discuter et analyser le pourquoi de l’obstination et des erreurs.

Intérêt du jeu :

Chacun peut prendre conscience qu’il faut regarder attentivement une chose pour percer son secret, ou au moins la percevoir correctement.

Durée :

Cinq minutes.

Le Rêve Éveillé

6(présenté dans l’ouvrage p. 104)

Le Tuteur

But :

Avoir une écoute de l’autre et un projet sur l’autre.

Matériel :

Des stylos (un pour deux participants).

Déroulement :

Par deux, les participants (A et B) se promènent dans la salle. Ils ont un lien fin et instable : un stylo tenu par chacun par leur index à chaque extrémité. Ils ne doivent pas le laisser tomber. Chacun a en tête un projet pour l’autre (le faire s’asseoir, le faire aller à tel ou tel endroit, etc.) et doit le lui faire réaliser. Tout se passe en silence et à l’aide de pression ou de relâchement de l’index sur le stylo. Discuter ensuite des difficultés ou facilités de suivre ou de faire suivre à quelqu’un son projet.

Intérêt du jeu :

On travaille ici sur l’écoute de l’autre et de soi au travers du physique, du toucher.

Durée :

Cinq à dix minutes.

Interpréter des Mimiques

7(présenté dans l’ouvrage p. 107)

Troisième thème : L’écoute

La Sculpture Vivante

But :

Reproduire une posture.

Matériel :

Des foulards.

Déroulement :

Former un cercle, les yeux bandés. Un volontaire, qui n’a pas les yeux bandés, se place au milieu du cercle. Il prend une posture de son choix, se transforme en statue. L’animateur intervient alors et décrit progressivement cette posture. Suivant ses indications, les autres tentent de la réaliser. Une fois le tableau figé, l’animateur enlève les bandeaux. On peut alors contempler l’exactitude (et plus souvent la différence) des reproductions par rapport à l’original. Un participant peut décrire la posture en lieu et place de l’animateur, qui lui ne fera que dénouer les bandeaux. Si le groupe n’est pas trop important, faire en sorte que chacun puisse être tour à tour statue et celui qui décrit.

Intérêt du jeu :

Chacun peut prendre conscience de sa façon d’interpréter des discours, des explications. Il est important aussi de prendre conscience que l’inexactitude de la reproduction peut venir soit d’une description erronée, imprécise du « conteur », soit d’une mauvaise interprétation.

Durée :

Cinq minutes par statue.

Les Figures Géométriques

8(présenté dans l’ouvrage, p. 106)

Écouter et Raconter

9(présenté dans l’ouvrage, p. 108)

La Vieille Paysanne

But :

Prise de conscience des déformations, des distorsions qu’un événement peut prendre.

Matériel :

Un enregistreur et une histoire courte et plus ou moins compliquée, plus ou moins détaillée. On peut aussi utiliser certains faits-divers racontés par exemple dans les journaux.
Texte :
Une vieille paysanne âgée de 54 ans, la veuve Mouillet, qui habitait une petite maison sur la route déserte des Récollets, avait conduit son troupeau aux champs. Pendant qu’elle faisait de l’herbe, une vipère, cachée derrière des fagots, s’élança sur elle et la mordit à plusieurs reprises au poignet. La pauvre femme en est morte.

Déroulement :

Travail en groupe (soit en deux groupes soit le groupe en entier). Il faut dans cet exercice deux animateurs dans deux salles distinctes. L’ensemble du groupe, sauf une personne, sort de la salle en compagnie d’un animateur.
L’autre animateur lit un texte assez court à cette personne, qui ne peut pas poser de questions. On fait entrer un nouveau participant dans la salle et la première personne restitue ce qu’elle a retenu de l’histoire contée. Durant cette transmission, on enregistre chacune des histoires retransmises. Reconduction de l’opération avec un troisième, et ainsi de suite jusqu’au dernier participant. Au fur et à mesure, les personnes qui ont transmis le message s’assoient dans la salle et assistent en auditeurs silencieux au déroulement de la suite de la procédure de transmission. Le dernier participant retransmet à tout le groupe ce qu’il a retenu de l’histoire. La transmission de l’histoire peut aussi se faire en privé, sans la présence des auditeurs.
Une fois l’exercice terminé, demander aux participants s’ils ont eux-mêmes une histoire à raconter et recommencer le processus.

Intérêt du jeu :

Le fait d’enregistrer les différentes « retransmissions » de l’information permet de garder une preuve tangible et d’y travailler. Découvrir d’où viennent les erreurs, pourquoi telle ou telle personne a omis tel ou tel élément. Ce support amène à la discussion, à la remise en question de l’écoute et de l’attention.

Durée :

Varie en fonction du nombre de participants.

La Statue et le Sculpteur

But :

Prise de conscience des différentes facettes de l’émotion.

Matériel :

Aucun.

Déroulement :

Se mettre deux par deux, l’un en face de l’autre. L’un sera statue, l’autre sculpteur. L’animateur donne une émotion que chaque sculpteur devra reproduire sur sa statue. Une fois l’exercice terminé, exposer les difficultés rencontrées, autant à se faire modeler qu’à modeler.
Il serait bien de pouvoir photographier ou filmer les statues (polaroïd ou vidéo) pour pouvoir comparer les différentes sculptures et mises en scène. Ensuite changer les rôles et donner d’autres exemples d’émotions.

Intérêt du jeu :

Cet exercice permet le toucher, le corps à corps, et non plus uniquement l’ouïe et la vue. Une cohérence et une grande confiance sont nécessaires pour parvenir à ses fins.

Durée :

Trois à cinq minutes par émotion et cinq à dix minutes de discussion.

Quatrième thème : La violence et les conflits

Les Extraits de Films30

  • 30 Ce matériel est à constituer.

But :

Intégrer la notion de « degré » de violence, de gravité, de responsabilité. Prendre conscience que chacun fait sa classification des différents extraits. Dégager quelles différentes formes de violence les participants repèrent. Déterminer ce qu’est la violence pour les participants.

Matériel :

Neuf extraits de films, d’une durée globale de douze à quinze minutes. Critères de choix des extraits : pas de violence extrême et « gratuite ». Pas de scènes relatives à de gros problèmes familiaux. Pas de séquences pouvant concerner les participants de trop près.

Déroulement :

1. Visionnement des extraits tous à la suite.
2. Distribution des feuilles avec les titres des extraits et revisionnement de chaque extrait avec des moments de pause.
3. Discussion à partir de questions du type : – Quel est pour
vous l’extrait le plus violent et quel est l’extrait le moins violent ? – Pourquoi ? Auquel des personnages vous êtes-vous identifié pour
formuler votre jugement ? – Certains extraits n’ont pas été choisis.
Pourquoi ? – Quels autres types d’extraits sont proposés par les
participants ?

Intérêt du jeu :

Permet d’aborder le thème de la violence et celui des conflits à
partir de choses extérieures à chacun, d’une fiction. Implication
faible pour un thème fort. Permet d’aborder ces sujets de manière
souple et impersonnelle.

Durée :

Au moins quarante-cinq minutes.

Actions et Réactions (conflit – violence – agression)

10(présenté dans l’ouvrage p. 98)

La Violence au Quotidien

11(présenté dans l’ouvrage p. 96-97)

Les Jetons

But :

Connaissance de soi et des autres.

Matériel :

Autant de jeux de quatre jetons différents qu’il y a de participants.

Déroulement :

Les élèves sont autour d’une table. Chacun va poser un jeton de son choix correspondant à la réponse donnée à diverses situations proposées par l’animateur.
Faire un premier choix face à chaque situation.
Échanger, s’expliquer, justifier son choix.
Faire un deuxième choix.
Comparer avec le premier choix, et expliquer le changement s’il y a lieu.

Le sens des jetons :

Le rond rouge : « Je pense qu’il est préférable de ne pas m’impliquer.
Éventuellement je m’éloigne. »
Le rectangle vert : « Je m’interpose pour tenter de résoudre le conflit. »
Le carré bleu : « Je sollicite l’aide de camarades pour faire cesser le conflit. »
Le triangle jaune : « Je m’adresse à un adulte (maître, maîtresse, concierge…) pour lui demander d’intervenir. »

Exemples :

1. Deux grands élèves de 9e se battent violemment dans la cour.
2. Deux élèves de ma classe se battent violemment dans la cour.
3. Un élève de 7e traite un étranger de « macaroni », ou de « salenègre » ou de « bougnoul »….
4. Un jeune élève est coincé par deux grands qui le menacent de
lui casser la figure s’il ne leur donne pas de l’argent.
5. Dans le parking à vélos, un élève démonte la selle d’un vélo.
6. Inventer d’autres situations en rapport avec la réalité scolaire ordinaire.

Intérêt du jeu :

Appréciation de ses réactions possibles face aux conflits, en regard de celles des autres, et disposition à changer d’avis en fonction des réponses et des explications des autres.

Durée :

Variable selon le nombre de participants, mais au minimum
quarante-cinq minutes.

Cinquième thème : La médiation

La Statue

12(présenté dans l’ouvrage p. 111-112)

Des Faits aux Sentiments

13(présenté dans l’ouvrage p. 112)

Je sens – J’ai senti

But :

Apprendre à exprimer le senti, les sentiments.

Matériel :

Dix à vingt objets différents sans grande connotation (par exemple
des cailloux, des coquillages, des feuilles, des morceaux de bois).

Déroulement :

Parmi les participants, en choisir (par exemple) cinq qui s’ex
priment (A), cinq qui écoutent (B) et trois qui observent (C). Disposer les groupes autour d’une table.
Les A choisissent un des objets exposés sur la table. Puis, à tour de rôle, ils expriment leurs ressenti, sans langue de bois. Ce qui signifie qu’ils ne doivent pas simplement décrire l’objet choisi en long et en large, mais bien exprimer ce qu’ils ressentent par rapport à cet objet. Ils utiliseront pour cela l’expression « Je sens ». Les B écoutent, sans prendre de notes, et retransmettent – une fois que tous les A ont parlé – ce qu’ils ont senti par rapport aux différents discours : tous les B s’expriment sur le premier A, puis sur le deuxième A, et ainsi de suite. Ils utilisent l’expression « J’ai senti ». Les observateurs notent les points essentiels et interviennent après la prise de parole des B sur un A. Les A ont la possibilité de dire ce qu’ils ressentent par rapport aux retransmissions des B.

Intérêt du jeu :

Cet exercice permet l’apprentissage d’une écoute spécifique, différenciée. Il permet aussi de noter ce que ressent chaque personne au-delà des mots et ce que j’ai ressenti par rapport à l’autre. Le travail se fait au niveau des sentiments et non plus des faits.

Durée :

Compter autour d’une heure pour cet exercice. Il faut prendre
le temps d’entendre et de ressentir.

Du Côté de chez Moi

14(présenté dans l’ouvrage p. 112)

Expliquer la Médiation

15(présenté dans l’ouvrage p. 112-113)

Reformulation

But :

Apprendre à reformuler sans faire de distorsions ou de raccourcis.

Matériel :

Papier, crayons si nécessaire.

Déroulement :

Après un jeu de rôle, les participants se mettent par deux et partagent ce qu’ils ont appris et découvert dans ce jeu de rôle. Chacun devra redire au groupe ce que son collègue a dit.

Intérêt du jeu :

Travail sur l’écoute et sur la reformulation. Début de synthèse
envisagé.

Durée :

Quinze minutes de discussion à deux et deux minutes de reformulation par participant.

Déontologie

But :

Prendre conscience des différentes conduites nécessaires au médiateur.

Matériel :

Papier, crayons si nécessaire.

Déroulement :

Par groupes de trois, les participants réfléchissent aux règles de conduite nécessaires au médiateur. Puis il y a partage en groupe.

Intérêt du jeu :

Cet exercice permet de toucher à la déontologie du travail de médiateur et de prendre conscience du point de vue de l’autre et du sien propre autour de l’éthique.

Durée :

Quinze minutes de discussion en groupes de trois et quinze à vingt minutes dans le grand groupe.

Le « Pictionnary » Mimé

But :

Préparer aux jeux de rôle. Permettre aux participants de « s’échauffer », de se préparer à jouer un rôle.

Une liste de mots impliquant une action ; on choisit un certain nombre de mots et on les écrit séparément sur des bouts de papier (il faut compter deux à trois mots par participant). Un chapeau, une boîte ou tout autre contenant.

Déroulement :

Un participant volontaire commence le jeu en tirant un mot. Il se met face au groupe et tente de faire deviner son action en la mimant. Il ne doit pas prononcer un seul mot ; tout se fait par gestes. Le participant qui a deviné tire à son tour un mot et le mime, et ainsi de suite.

Intérêt du jeu :

Cet exercice, en plus de sa mise en scène ludique, permet de détendre l’atmosphère et de créer une bonne cohésion dans le groupe.

Durée :

Une minute par mot à deviner.

Médiation Spontanée

But :

Permettre aux participants de se mettre dans la peau du médiateur et du médié sans qu’ils aient encore tous les éléments en main.

Matériel :

Des espaces distincts pour pouvoir séparer les différents groupes.

Déroulement :

Par groupes de quatre. Il y a deux médiateurs et deux médiés. Un des médiés définit la situation de conflit avec son « adversaire ». L’animateur, d’une part, donne comme consigne aux médiateurs de restaurer la communication et, d’autre part, vérifie que les médiés se sont mis d’accord pour une situation conflictuelle et ont bien décidé qui jouait l’offenseur, qui l’offensé. Les médiateurs se retrouvent avec les médiés et commencent la médiation. Puis les participants, entre eux, discutent et évaluent leur prestation ; puis discussion dans le grand groupe.

Intérêt du jeu :

Cet exercice permet aux participants de prendre conscience des
difficultés d’être dans le rôle de médiateur et de médié. Le fait
de n’avoir pas de règles, pas un véritable fil rouge à suivre, ni
une technique, permet dans un premier temps de définir ce qui
semble nécessaire à chacun pour parvenir à restaurer la communication.

Durée :

Dix à quinze minutes de médiation, cinq minutes de discussion
en petit groupe, et environ quinze minutes de discussion dans le
grand groupe.

Médiation en Grand Groupe

  • 31 Il est aussi possible de faire une médiation avec cinq médiateurs et x observateurs, de les placer (...)

But :

Expérimenter la médiation en permettant à chaque participant (sauf les médiés) d’être libre de rester observateur ou d’être médiateur.

Matériel :

Rien.

Déroulement :

Tout le groupe se retrouve dans la salle. Dans une partie de la salle se trouvent les médiés et les trois médiateurs qui ont choisi de débuter la médiation.
Ils sont assis, les médiateurs d’un côté, les médiés de l’autre ; ils forment presque un cercle.31
Les médiateurs se mettent d’accord sur qui fait quoi : qui fait l’accueil et donne les règles de conduite, qui fait le résumé. Les observateurs se trouvent en face du « groupe médiation ». Une fois que l’accueil et le résumé sont terminés, et que l’on rentre dans le ressenti, le « je sens », chaque participant a le droit d’intervenir dans l’acte de médiation. Les médiateurs peuvent dire « stop » et se retirer pour laisser la place à une autre personne et les observateurs peuvent décider de rentrer en médiation lorsqu’ils ont une idée à propos d’un senti ou d’une possibilité d’ouverture ou de dépassement.

Intérêt du jeu :

Cet exercice permet à tout le groupe de participer et d’être dans le rôle du médiateur, de l’exercer. En même temps, il est possible de dire « stop », de se retirer, lorsque l’on sent qu’on ne peut pas aller plus loin, que l’on ne saisit pas les perches lancées par les médiés, que l’on ne parvient pas à emmener l’échange plus loin.

Durée :

Une à deux heures, selon le nombre de participants, la situation conflictuelle choisie. Compter au moins quinze minutes de discussion-évaluation à la fin de l’exercice.

Annexe 2 : Extraits du questionnaire à l’adresse des élèves (2002)

16Voici un certain nombre d’affirmations. Qu’en pensez-vous ?

17Mettez des croix qui correspondent à votre idée (quelque part entre « beaucoup » et « pas du tout », « souvent » et « jamais », « d’accord » et « pas d’accord »).

1. Il y a de la violence dans mon école

beaucoup □ □ □ □ □ □ □ □ □ très peu

2. Il y a des actes de violence physique (coups, bagarres, castagne...)

souvent □ □ □ □ □ □ □ □ □ Jamais

3 Il y a des actes de violence verbale (insultes, injures, propos racistes...)

souvent □ □ □ □ □ □ □ □ □ Jamais

4. La violence dans mon école a augmenté ces derniers temps

beaucoup □ □ □ □ □ □ □ □ □ très peu

5. La violence, dans mon école, a plutôt diminué ces derniers temps

beaucoup □ □ □ □ □ □ □ □ □ très peu

6. Ce sont les parents qui sont responsables de la violence de leurs enfants

d’accord □ □ □ □ □ □ □ □ □ pas d’accord

7. C’est l’école elle-même et ses exigences qui provoquent les comportements violents des élèves

d’accord □ □ □ □ □ □ □ □ □ pas d’accord

8. Etre violent n’a rien à voir avec la nationalité, la race ou la culture

d’accord □ □ □ □ □ □ □ □ □ pas d’accord

9. Je me sens en sécurité sur le terrain de l’école et de ses alentours

d’accord □ □ □ □ □ □ □ □ □ pas d’accord

10. Les élèves étrangers sont plus violents que les élèves suisses

d’accord □ □ □ □ □ □ □ □ □ pas d’accord

11. Il faut punir systématiquement les auteurs d’actes violents

d’accord □ □ □ □ □ □ □ □ □ pas d’accord

12. Les images, les émissions de TV, les films violents provoquent la violence à l’école

d’accord ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ pas d’accord

13. Mieux on peut communiquer dans le cadre de l’école, et plus il y a de lieux permettant l’échange, moins il y a d’actes violents

d’accord ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ pas d’accord

14. Plus on parle de violence, plus on la provoque

d’accord ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ pas d’accord

15. Les enseignants devraient être plus autoritaires

d’accord ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ pas d’accord

16. Les élèves violents sont le plus souvent des élèves en situation d’échec scolaire

d’accord ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ pas d’accord

17. C’est la société actuelle, fondée sur la compétition, qui est violente et provoque la violence des jeunes

d’accord ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ pas d’accord

18. La formation à la médiation donne de bons outils pour résoudre les conflits de manière non violente

d’accord ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ pas d’accord

19. La formation à la médiation permet de résoudre des conflits très simplement, directement, par exemple dans la cour d’école, sans même avoir besoin d’une séance de médiation organisée

souvent ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ jamais

20. Il y a à Sécheron des séances de médiation

beaucoup ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ pas du tout

21. La formation à la médiation est quelque chose d’utile pour les élèves

d’accord ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ pas d’accord

22. Grâce à la médiation, il y a moins de problèmes de violence à Sécheron

d’accord ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ pas d’accord

23. La formation à la médiation apprend à mieux communiquer

d’accord ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ pas d’accord

24. Depuis l’introduction de la médiation à Sécheron, l’ambiance est plus agréable (plus « soft », plus calme, plus sûre)

d’accord ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ pas d’accord

25. Il m’arrive d’utiliser la médiation en dehors de l’école (maison, quartier)

souvent ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ ☐ jamais

18Essayez de répondre brièvement à la question suivante :

19Tous les élèves de Sécheron, et une trentaine de maîtres ont été formés à la médiation, durant ces trois dernières années. Qu’est-ce que ça a changé à Sécheron ? Et qu’est-ce que ça a changé pour vous ?

20Et encore, pour finir…

21A. J’ai déjà bénéficié d’une médiation ou d’une aide de ce type par d’autres élèves, alors que je vivais un conflit

22OUI ☐ NON ☐

23Si oui. combien de fois ?.…...............

24B. J’ai déjà fonctionné comme médiateur, pour aider à résoudre une situation de conflit entre des élèves

25OUI ☐ NON ☐

26Si oui. combien de fois ?.…...............

27C. J’ai déjà utilisé ce que j’ai appris lors de la formation à la médiation pour aider des élèves à résoudre un conflit (sans faire une vraie séance de médiation)

28OUI ☐ NON ☐

29Si oui. combien de fois ? .…...............

Notes

29 Ces exercices ont été collectionnés et adaptés lors de l’expérience pilote de Sécheron par Sophie Canellini Béatrix et Didier Pingeon. Ils ont été enrichis depuis avec la collaboration de Sophie Rochat Rolle, formatrice. Parmi les sources d’inspiration, il faut citer entre autres la formation délivrée par Babeth Diaz et Brigitte Liatard à Paris autour de la médiation scolaire par les pairs, dans le cadre du MIR ; celle donnée par Marianne Kahnert et Michel Mégard à Genève autour de la médiation de quartier, dans le cadre de l’AsMed-GE ; ainsi que celle de Colette Morichard à Paris autour de la médiation pénale (dans le cadre du Centre de médiation et de formation à la médiation). D’autres ont été apportés ou créés par les auteurs, dont également Paola Ferretti et Fulvio Poletti, alors assistants en sciences de l’éducation.

30 Ce matériel est à constituer.

31 Il est aussi possible de faire une médiation avec cinq médiateurs et x observateurs, de les placer de manière plus formelle, les uns en face des autres avec une table les séparant. Cette formule est utilisée dans certains cas de médiation pénale où le cadre est plus fort, plus présent qu’en médiation de quartier par exemple, car la médiation se déroule parfois dans un palais de justice, sur l’ordre d’un juge, dans une ambiance très « réglementée ».

© Éditions ies, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search