Version classiqueVersion mobile

En découdre avec la violence

 | 
Didier Pingeon

Epilogue

Texte intégral

Paroles, paroles…

  • 27 Ces paroles ont été recueillies en été 2002, au moment de l’évaluation de quatre ans d’expérience.

1La parole donnée apporte souvent autant que de savantes recherches à distance. Voici donc un choix subjectif mais significatif de phrases, des enseignants, adultes, parents et élèves du Cycle d’orientation de Sécheron27.

2Les questions posées se résument en deux formules « depuis la médiation, qu’est-ce qui a changé à Sécheron », et « qu’est-ce que ça a changé pour vous ? » Certes, pour certains, rien ou peu a changé, ou alors la perception n’est pas encore à ce point aiguisée, ou encore le recul est insuffisant, ou encore la question était trop radicale. Nous avons volontairement conservé ici en annexe les paroles profilant un début de « culture de médiation », donc encourageant plutôt la poursuite de l’expérience.

Paroles d’enseignants

3 — Pour moi, un regard différent sur mon fonctionnement face aux situations conflictuelles, mais également sur mon rapport aux autres. J’ai le sentiment d’être plus attentif à eux, à ce qu’ils me disent avec leurs mots, également avec leurs gestes, attitudes…

4 — Il faudrait comparer le Sécheron actuel avec un Sécheron sans la médiation. Sur le plan des incivilités, je ne vois pas de changements.

5 — On a un langage commun pour parler de la violence et de la communication. Il y a moins de bagarres. Ceux qui essaient d’instaurer leur pouvoir par la force rencontrent davantage de difficultés. Cette école est davantage une communauté qu’avant.

6 — Il y a plus de discussions entre maîtres et de recherches de solutions.

7 — Nous disposons maintenant d’un vocabulaire commun, d’une espèce de culture de la gestion de conflits par la discussion. S’il est vrai que la médiation en tant que telle reste une solution peu utilisée, ses outils permettront de régler les conflits au quotidien.

  • 28 Nous utilisons parfois « Sn » comme abréviation de Sécheron.

8 — Cela ne fait que deux ans que je suis à Sn 28 . Toutefois, j’ai constaté en deux ans une nette augmentation de la violence ! La médiation n’a, à mes yeux, pas encore porté ses fruits…

9 — La médiation est une phase transitoire, nécessaire. Je pense que l’échange, la communication, la solidarité, l’absence de compétition sont nécessaires. Il faut admettre que l’école ne sera plus comme avant. Cette période de changement, de mutation dans la cellule familiale, l’école, le travail, bref la société en général, crée une peur qui conduit parfois à des actes irrationnels. Il faudrait retrouver l’âme du poète…

10 — J’ai plus de confiance en moi lors d’un conflit. Pour savoir comment réagir.

11 — N’ayant pas assez de recul, je dirais que ce que la médiation peut apporter, à mon sens, dans un établissement scolaire : ouverture d’esprit et ouverture au dialogue, la discussion étant le meilleur moyen d’essayer de résoudre un conflit. Je suppose donc que la violence est allée en diminuant dans l’école, du moins je l’espère.

12 — Même si les principes ne sont pas appliqués, il me semble que les élèves ont réalisé l’importance des notions apprises. Notions telles que l’écoute, le point de vue, de l’autre, la neutralité, le fait de prendre en compte les sentiments, etc. De plus, l’idée de résoudre ou d’aider à résoudre un conflit à l’aide d’un type de médiation semble être entrée dans le fonctionnement du collège. Dans le cadre d’un camp de ski, lorsque nous avons fait appel à des médiateurs, plusieurs se sont proposés. Tout le monde avait l’air de trouver cela normal. En ce qui me concerne, j’ai beaucoup appris au sujet de certaines techniques d’entretien. J’essaie, moi aussi, de les appliquer.

13 — Une prise de conscience qu’il y a des possibilités « douces » à agir face à la violence, mais que l’application de la médiation par les pairs demande une information-formation continuelle pour les élèves.

14 — Personnellement rien. Je ne trouve pas que l’ambiance générale soit plus calme dans les couloirs par exemple. Sur mon lieu de travail plus particulièrement je n’ai pas eu de gros problèmes disciplinaires cette année, contrairement à l’année 1999-2000. Est-ce grâce à la médiation ? Pas sûr ! Chaque année amène son lot de surprises.

15 — Je ne sais pas si le climat actuel, apaisé, provient de la médiation ou de l’arrivée en septembre dernier d’une volée « plus calme ». Mais j’ai l’impression que les élèves communiquent plus entre eux, qu’ils se parlent plus et qu’ils viennent plus rapidement vers le maître ou la maîtresse pour essayer de régler un conflit.

16 — Les élèves recherchent plus volontiers la communication verbale, et sollicitent de l’aide. Plus de communication adultes-élèves. Augmentation de la prévention des violences.

17 — Les changements ne sont pas vraiment « visibles », mais on sait que l’on peut avoir recours à un outil de plus pour résoudre les conflits, et c’est plutôt rassurant.

18 — On est censé trouver une unité pour le collège. Tous les adultes sont censés avoir le même langage. Cependant je n’ai pas senti de changement radical en rapport avec les élèves et la violence. Communiquent-ils davantage entre eux ?

19 — Étant un nouvel enseignant, je manque de point de comparaison pour dire ce qui a changé. Mais de suivre la formation m’a donné des outils pour mieux gérer les conflits entre élèves.

20 — A Sn, un climat plus paisible. Et la capacité de mettre en mots ses sentiments plutôt que les agir. Pour moi, j’ai la satisfaction d’évoluer dans un climat plutôt serein dans un quartier défavorisé et à une époque agitée.

21 — Il est important de se donner toutes les chances pour améliorer la communication et la rétablir en cas de conflits.

22 — Les élèves parlent plus volontiers et plus librement de leurs problèmes (à moi et entre eux) et des petits conflits de la classe. Ils se confient plus volontiers et cherchent des solutions. La discussion est libre, libérée.

23 — On n’a pas revécu le climat détestable du printemps 2000, temps des pétards, des bombes à eau dans les couloirs, des bagarres… Quelques médiations ont pu avoir lieu. Il n’y a pas de gros changements dans la vie quotidienne en classe… mais la formation est utile pour la réflexion sur la communication et la violence.

24 — Chacun – maîtres, élèves, adultes non maîtres – sait que l’école prône la communication, qu’elle doit être employée avec des moyens connus. Utile donc de posséder un outil adapté m’appartenant, à moi et aux élèves, pour être acteurs face à cette violence qu’on refuse.

25 — Ce qui a changé pour moi, c’est que je peux dire aux élèves qu’ils doivent avoir recours à la médiation et utiliser ce terme et les techniques, par exemple en conseil de classe, en sachant que tous comprennent. Mais souvent ils refusent la médiation. Au niveau de la violence, elle empire. C’est un phénomène de société qui a de multiples causes extérieures, auxquelles l’école ne peut pallier.

26 — Honnêtement je n’ai pas vu une différence notable, mais peut-être aussi parce que j’ai relativement peu d’élèves (une trentaine par année)… Je n’ai en tout cas jamais entendu les élèves parler de la médiation, mais peut-être le faisaient-ils spontanément, sans avoir besoin de maître. Je constate qu’en 9 e, cela a l’air de les arranger.

27 — On a un système commun de référence : une allusion suffit à faire comprendre que ce qui est dit est souvent interprété différemment, ce qui permet de désamorcer rapidement. En classe, on peut faire une distinction rapide entre les provocations par jeu et l’agressivité. Il y a désormais un certain confort dans la gestion quotidienne des conflits. Une solution est toujours possible, voire obligée si rien d’autre n’est envisagé. Pour moi, la médiation m’a permis de ne plus fuir les conflits et grâce à cela, de me rendre compte à quel point ils pouvaient être utiles.

28 — Je note une complicité avec les élèves, et désormais une sorte de terrain commun. Je suis un maître formateur.

29 — L’outil médiation est connu de tous, on peut aisément y faire référence. Reste à l’ancrer réellement dans la pratique. Une tentative sera faite à la rentrée, en l’intégrant dans les « règles de vie à Sn » dans lesquelles la médiation est mentionnée comme outil pour la résolution des conflits entre les élèves et par l’emploi institutionnalisé de médiation imposée par le maître de classe, le doyen, ou tout autre adulte.

30 — Je pense que l’atmosphère est plus sereine à Sécheron. Je pense que la médiation y a contribué avec d’autres choses, sans pouvoir en faire une priorité.

Paroles d’élèves

31 — Durant ces trois dernières années la médiation a amélioré l’ambiance sur Sécheron. Mais un peu ! ! !

32 — Ça n’a rien changé pour moi. Mais il y a de moins en moins de bagarres.

33 — Il y a moins de conflits. Ça n’a pas changé grand-chose pour moi.

34 — Ça m’a aidé un peu à écouter les autres.

35 — Pour moi, personnellement, ça n’a rien changé mais j’ai un ami qui utilise souvent la médiation pour résoudre des problèmes.

36 — Pour moi rien a changé, il y a autant de bagarres, on ne voit jamais de médiateurs.

37 — Je pense que la bagarre a beaucoup diminué. Mais je pense que tout le monde ne tient pas compte de la médiation.

38 — A Sécheron, il y a moins de bagarres que l’année passée.

39 — Je pense que ça nous a appris à communiquer plus facilement et à résoudre des problèmes. Toutefois, certains élèves continuent toujours à régler leurs problèmes par la violence.

40 — Je pense pas que ça a changé quelque chose à Sécheron, car quand il y a des élèves vraiment turbulents avec de gros problèmes on ne peut rien y faire. Pour moi personnellement ça n’a rien changé, parce que je suis calme.

41 — Ça m’a aidé à comprendre que la violence ne sert à rien.

42 — Pour moi, pas grand-chose car je ne me bats jamais. Et pour les autres, j’ai pas remarqué.

43 — Moi, je n’aime pas la violence et je n’ai jamais eu de problèmes de bagarres. Donc je ne me sers pas des séances de médiation.

44 — Je crois que grâce à la médiation, il y a moins de bagarres.

45 — Oui, pour moi je trouve que ça a changé un peu car il y a moins de bagarres mais les insultes sont toujours présentes.

46 — Il y a de moins en moins de violence et on se sent plus en sécurité.

47 — Je trouve que la médiation nous a appris beaucoup de choses, à être moins violent envers les autres et depuis qu’il y a la médiation il y a beaucoup moins de violence à Sécheron.

48 — A Sécheron, je ne vois pas vraiment de changements, car quand il faut avoir une bagarre personne n’intervient en tant que médiateur. Pour moi, ça m’a permis d’apprendre à régler des conflits dans mon quartier, dans ma classe, etc.

49 — Pour moi, ça n’a pas changé grand-chose. Je ne suis pas une bagarreuse. Je respecte les profs tout comme ils me respectent et je respecte les élèves mais quelques-unes d’entre eux ne me respectent pas, même avec la médiation.

50 — Il y a un peu moins de violence. Je suis content d’avoir participé à ces médiations.

51 — A Sécheron, il y a plus de calme. Je ne sais pas si c’est grâce à la médiation. Pour moi, la médiation n’a pas changé grand-chose.

52 — Je sais pas, moi, je trouve qu’il y a moins de violence qu’avant.

53 — Rien, les profs ne savent donner que des cartes de renvoi et ça ne sert à rien.

54 — Je pense que maintenant on communique plus facilement, mais je ne suis pas sûr que ça va vraiment beaucoup mieux…

55 — Ben, il y a des bagarres de moins en moins souvent et certains conflits sont réglés par la médiation.

56 — A Sécheron, cela n’a rien changé, Je suis une non violente et j’ai acquis des choses. Or, ce sont les personnes violentes qui doivent se calmer, mais justement, ceux-ci n’écoutent pas. Pour moi, j’ai pu utiliser la médiation envers mes petites sœurs.

57 — Ça nous a permis de louper quelques heures de cours ! Peut-être à apprendre quelques règles de comportement.

58 — Franchement, je dirais pas grand-chose. Car quand il y a eu des conflits personne n’avait pensé à faire une séance de médiation et de toute manière, les auteurs des conflits ne voudraient pas ! Mais peut-être si un jour des élèves voudraient arranger leurs problèmes avec une médiation, qui sait, les choses pourraient peut-être changer.

59 — Savoir être neutre pendant une bagarre, pour moi.

60 — Franchement, je ne pense pas que ça ait changé quelque chose, en tout cas pas pour moi. Mais si ça peut aider des gens, c’est bien que ça continue. En tout cas, ça ne me concerne pas. Mais après tout, je pense que ça peut aider à ne pas être violent mais à essayer de régler les conflits oralement (ce qui ne veut pas dire insulter).

61 — Le calme.

62 — Oui, pour dire franchement, je trouve qu’à l’intérieur de l’école c’est plus calme.

63 — Oui, il y a de moins en moins de violence.

64 — Pour les autres, ça a un peu changé, il y a moins de bagarres, d’insultes, etc. Pour moi, ça n’a rien changé parce que je n’ai jamais eu de problèmes au Cycle d’orientation.

65 — Pour certaines personnes, je pense que ça les a rendues moins violentes. Pour moi, comme je vis dans un quartier où il y a beaucoup de violence, ça m’a permis de résoudre beaucoup de conflits.

66 — Je vais vous répondre franchement. Ça n’a rien changé dans mon école.

67 — On se sent mieux en sécurité.

68 — Que lorsqu’il y a des bagarres, on parle plus qu’avant.

69 — C’est bien, car quand il y a une bagarre, on peut la résoudre sans violence.

70 — Oui, car il y a moins de disputes comparé aux deux années précédentes.

71 — Non. Certains élèves, même beaucoup, se fichent pas mal de la médiation. À Sécheron, beaucoup d’enfants se la jouent à la dure. C’est la mode les bastons. Mais heureusement, ils ne sont pas trop dangereux. Il faut pas se laisser faire, c’est tout. Je pense qu’ils s’inspirent des cités françaises.

72 — Pour moi, ça n’a rien changé, tous les cons restent des cons. Oui, ça a changé à Sécheron.

73 — Je trouve que ça ne change rien et ça ne changera rien, pour moi. Dans une bagarre, quand il y a quelqu’un qui les sépare, dans leur tête, ça sera « on se reverra ».

74 — J’ai appris à me calmer et à discuter avec les autres.

75 — Pour moi, rien a changé. Je savais déjà tout à part ce que voulait dire le mot « médiation ».

76 — Je trouve qu’il y a moins de bagarres. Je trouve que tout le monde essaie de se parler.

77 — Non, c’est vrai qu’il y a moins de bagarres mais c’est parce que les racailles sont parties et les 7 es sont de plus en plus des enfants débiles.

78 — Tout va bien à Sécheron. Les élèves ont un bon comportement, il y a peu d’élèves qui mettent de la menace. Je me bats plus, j’essaie de régler les problèmes en parlant.

79 — Pour Sécheron, je ne sais pas si quelque chose a changé. Mais moi-même, j’ai eu des changements après la médiation : merci.

80 — A Sécheron, je ne crois pas que ça a changé mais pour moi maintenant je sais comment réagir si je vois une bagarre même si je pense que ça ne marchera pas.

81 — Pas beaucoup changé. Mais c’est vrai qu’il y a moins de bagarres qu’au début d’année.

82 — Cela a un peu changé car quand des 9 es ont un conflit, certains s’interposent et font des médiations. Les 7 es n’ont pas l’air d’avoir compris car ils continuent parfois leurs bagarres. Il faudrait leur donner un cours de médiation toutes les deux semaines. Grâce à la médiation, je suis plus tranquille.

83 — Pour ma part, je trouve que la violence a diminué depuis la 7 e. Mais j’ignore si c’est grâce à la médiation. Il y en a encore tout de même ! Pour moi, je me sens mieux car j’ai parlé de la violence. J’espère que vous allez continuer avec les séances de médiation !

84 — La violence a diminué, mais je ne suis pas sûre que ce soit grâce à la médiation. Je pense que les élèves ont grandi et ont compris que la violence ne résout pas tous les problèmes.

85 — Pour les disputes, les élèves recourent à aller chez le doyen. Celui-ci convoque des élèves médiateurs qui prennent en charge de réparer les dégâts. Seuls quelques élèves utilisent cette méthode mais en dehors de cela, je ne vois pas souvent des élèves qui se prennent en charge et qui utilisent la médiation pour calmer le conflit. La plupart du temps, cela part en bagarre. Je n’ai jamais eu de problème avec d’autres personnes. Je prends jamais recours à la médiation ni à l’école, ni en dehors. Si un jour, deux de mes amis se disputaient, j’utiliserais peut-être la médiation.

86 — Je pense que la violence a un peu diminué. C’est sûrement grâce à la médiation, car même s’il n’y a pas vraiment eu de séances de médiation cela nous a aidés à régler nos conflits justes en pensant à ce qu’on nous a dit… Merci. Continuez !

87 — Je pense qu’à Sécheron les élèves savent mieux quoi faire lors d’une bagarre ou d’un conflit. Moi aussi je pense mieux savoir me débrouiller lors d’une situation comme ça.

88 — Quelques élèves ont un peu plus de respect envers d’autres élèves et d’autres profs.

89 — A Sécheron, ce qui a changé, c’est qu’il y a moins de bagarres. Et pour moi, c’est que je suis plus calme qu’avant.

90 — Pour moi, ça a changé, car maintenant j’essaie de réfléchir comme il réfléchit et de me mettre à sa place. Pour Sécheron, ça n’a pas vraiment changé grand-chose.

91 — Il y a moins de bastons, c’est beaucoup plus calme.

92 — Tout est calme maintenant et ça permet d’intérioriser les choses lorsqu’on se fait insulter.

93 — Non, ça n’a rien changé à Sécheron mais ça m’a permis de résoudre des problèmes entre mes frères et sœurs.

94 — J’ai l’impression qu’il y a moins de violence par rapport aux autres années.

95 — En effet, il y a moins de bagarres à Sécheron, mais de là à savoir si c’est grâce à la médiation… Faut dire que beaucoup d’élèves violents sont partis du CO.

96 — L’ambiance est plus soft. Mais pour moi rien a changé.

97 — Ça n’a pas changé grand-chose dans le Cycle, mais pour moi j’ai appris des choses assez intéressantes, on a fait les psychologues, on a appris à gérer les conflits.

98 — Je pense que c’est plus simple de résoudre les conflits à présent. Ça n’a rien changé pour moi. La formation à la médiation ne devrait pas être obligatoire.

99 — Non mais ça a changé pour moi parce que j’ai décidé de changer et de prendre de bonnes résolutions pour poursuivre mes études et arrêter les conflits.

100 — Ça nous apprend à gérer des bagarres différemment sans insultes ou bastons. Le comportement des élèves à Sécheron a changé.

101 — Je pense que la médiation est très bien, car ça aide beaucoup (conflits, problème familial, etc.).

102 — Il y a moins de disputes entre élèves, moins d’insultes entre maîtres, moins de renvois, d’arrivées tardives… — Pour Sécheron, cela a permis de faire diminuer la violence dans le Cycle. Pour nous, cela a permis d’utiliser les mots mais pas la violence. De mieux se comprendre.

103 — Oui et non car j’ai fait moi-même une médiation et ça a bien marché. Mais non, car il y a des personnes qui sont têtues par rapport à la médiation (ils s’en fichent).

104 — Ça permet de dire que dans une dispute au lieu de se battre tout de suite, on peut parler. J’ai arrêté de me battre sans arrêt et j’essaie de parler d’abord pour résoudre le problème.

105 — A Sécheron, il y a un peu moins de violence. Le fait d’être formé à la médiation m’a appris des choses pour résoudre des conflits.

Paroles de parents

106 — Sn n’est pas vraiment violent. La médiation est positive : je n’ai plus entendu parler de bagarres depuis un certain temps.

107 — Depuis cette année 2002, il y a beaucoup moins de violence.

108 — Je n’ai jamais entendu parler de violence depuis un an et demi.

109 — La médiation permet de ne pas banaliser la violence.

110 — Il y a moins de violence, mais la MSP (médiation scolaire par les pairs) ne résout pas tout.

111 — Après avoir ressenti un certain stress et de l’appréhension il y a encore deux ans, l’ambiance générale est aujourd’hui plus relax, et plus conséquente par rapport à ce problème de la violence.

112 — Les mentalités des élèves ont changé, car ils ont établi un dialogue entre eux, ce qui atténue les conflits.

113 — Je suis convaincue que cela est bénéfique, ne serait-ce que pour mieux se connaître.

114 — Pas vraiment de changement, sinon peut-être pour ceux qui « écoutent au cours de médiation ».

115 — Il y aura toujours de la violence, en particulier à cette période de l’adolescence.

116 — D’après mes enfants, il n’y a pas de changement. Ni amélioration, ni péjoration.

117 — Oui, ma fille est plus tranquille. Elle n’a plus cette angoisse de se demander qu’est-ce qui va arriver.

118 — D’après mon fils, il y a moins de bagarres.

119 — Oui, la violence a nettement diminué.

120 — Non, ça n’a pas changé pour les enfants très agressifs.

121 — Je pense qu’on est sur la bonne voie.

122 — C’est une bonne initiative mais ce n’est pas suffisant, car on constate de grosses lacunes au niveau de l’éducation.

123 — D’après mon enfant, le CO Sn n’est pas violent, mais au contraire très calme, surtout cette année 2002.

124 — Cela a aidé en partie, mais la vulgarité et les conflits n’ont pas pour autant cessé.

125 — Il faut continuer et garder l’esprit de médiation pour tout.

126 — Mon enfant dit qu’il y a souvent des conflits, des bagarres, même après la médiation.

127 — Il y a moins de violence à Sn que dans les autres écoles.

128 — Il y a beaucoup moins de violence que ce qu’on entend dans d’autres Cycles.

129 — Il n’y a rien de grave à Sn, sinon l’intrusion de bandes extérieures venant provoquer.

130 — Ma fille, au début, en 7 e, était effrayée à entrer au Cycle et par les bruits qui courraient. Aujourd’hui en 9 e, elle est sûre d’elle, bien intégrée, communicative. Quelle est la part de la médiation là-dedans par rapport à d’autres influences ?

131 — Le CO de Sn était désigné comme violent. Cette étiquette ne correspond absolument pas aux échos de ma fille. Est-ce un résultat de changement ?

132 — Je ne pense pas que la médiation ait changé beaucoup le climat de l’école.

133 — Les actes de violence actuels ne sont pas très différents de ce que je vivais à Chancy il y a vingt-cinq ans, style guerre des boutons.

134 — Oui, la médiation calme beaucoup plus les élèves.

135 — Ces derniers temps, non, mais peut-être que dans quelques années, la médiation pourra servir.

136 — Maintenant on parle de suite s’il y a de la violence. Elle ne reste plus cachée.

137 — Oui, cependant il reste le manque de civilité dans la rue et les transports en commun.

138 — Il y a moins de violence comparé à il y a trois ans.

139 — La première année, ma fille m’a rapporté beaucoup de bastons, mais plus maintenant.

140 — Oui, il y a moins de bastons, mais c’est dû au départ de certains élèves.

141 — La violence est présente dans tous les Cycles, et peut-être qu’à Sn, il y en a moins grâce à ces médiations.

142 — Oui, très important pour l’avenir de Sn et de ses élèves.

143 — Les enfants sont plus conscients de leur droit de se protéger par le dialogue. Ils deviennent plus solidaires.

144 — Il faudrait un dépôt de plainte systématique auprès de la direction du CO et de la Brigade des mineurs. La médiation, c’est une perte de temps.

145 — Mon fils réfléchit plus avant d’agir. La médiation fait comprendre la gravité de certains cas qu’il jugeait banals.

146 — Ma fille est plus tranquille, et moi rassurée.

147 — Ma fille a beaucoup de maturité et essaie toujours d’aider ses camarades. Elle est à l’écoute. Elle se rend compte qu’elle peut aider. J’en suis fière.

148 — Ma fille a appris à régler des conflits, à en parler mieux qu’avant.

149 — Des discussions autour du sujet… Les enfants parlent de la violence à laquelle ils assistent ou participent à l’école.

150 — Un environnement avec une ambiance agréable.

151 — Je lui fais plus confiance.

152 — C’est important de savoir qu’on tient compte de ce problème, et qu’on essaie d’y remédier.

153 — Mon enfant apprend à vivre en communauté, il prend de l’assurance. De mon côté, je me sens plus rassurée.

154 — Elle a appris un moyen de communication avec des élèves violents et peut-être des portes ouvertes auprès des enseignants, mais elle ne se sent pas en sécurité. La violence est bien présente.

155 — La médiation va bien dans le sens de notre éducation.

156 — Les actions et réactions rapides à de petits événements ont été adéquates et ont rassuré mon enfant et moi-même.

157 — L’existence d’une médiation peut-être sécurisante pour le jeune.

158 — Ma fille a appris à parler, et moi aussi.

159 — Il se sent plus à l’aise lors d’une altercation, quand celle-ci n’est pas trop violente.

160 Il se permet d’intervenir pour calmer le jeu.

161 — Elle sait mieux s’exprimer si elle vit une bagarre. Je suis rassuré de savoir qu’il y a moins de bagarres entre les élèves.

162 — Savoir prendre du recul dans un conflit.

163 — Ma fille a compris et accepté les consignes, mais sa vie n’a pas changé.

164 — Mieux établir le dialogue pour trouver les raisons des problèmes et pouvoir agir au mieux.

165 — Les enfants comprennent mieux le phénomène de la violence, mais théoriquement.

166 — Ma fille est plus tranquille et moins angoissée.

167 — On peut résoudre les problèmes, ou du moins essayer.

168 — Pour moi, ça a changé que je peux plus aller à l’école pour régler des conflits.

169 — Avoir compris qu’il y a toujours la possibilité de résoudre des problèmes en discutant au lieu de la violence.

170 — Moins de soucis pour les parents, plus de sécurité pour nos enfants.

171 — Mes enfants ont trouvé que c’était instructif et efficace.

172 — Ça a permis aux enfants de voir les choses sous un autre angle. Et pour nous, cela a rendu plus simple de montrer aux enfants que la violence ne résout pas tous les problèmes.

173 — Heureux de constater qu’on en parle aussi ailleurs qu’en famille. Rassurés.

174 — Mon enfant parvient bien à se positionner dans le camp des médiateurs, parce que d’autres personnes (= autorité) tiennent le même langage que nous, les parents.

175 — Ma fille a appris comment pouvoir parler et s’arranger lors des conflits.

176 — Plus de sécurité à Sécheron que dans les autres écoles. Pourvu que ça dure !

177 — Mon fils dialogue beaucoup plus à la maison.

178 — Le périmètre de l’école est plus sûr, et moi je suis plus tranquille.

179 — Mon fils prend plus de sûreté envers les autres, et plus de confiance. Quant à nous, nous lui parlons davantage des comportements des autres.

180 — Il résout mieux ses problèmes, et ça me donne plus confiance.

181 — Mon fils étudie mieux qu’avant et je suis content.

182 — Notre fils est plus sensible au phénomène de violence.

183 — Le sentiment que les autorités scolaires veulent trouver des solutions aux problèmes de la violence.

184 — Les parents n’ont pas été assez informés et pas pris pour partenaires.

185 — Il fait plus attention et nous écoute plus attentivement.

186 — Il ne se bat plus à l’école.

187 — C’est intéressant pour mon enfant. Pour moi, c’est très bien.

188 — Ma fille est en 9 e, sûre d’elle, communiquant bien.

189 — Il a appris à parler aux autres.

190 — La médiation change quelque chose pour les petits conflits, mais en cas d’actes graves, l’enfant se tait par peur de représailles.

191 — La formation à la médiation rassure chacun, parce que ça prouve que le problème est pris en compte.

192 — Ma fille en est enrichie, a des réponses sur la violence et sait comment réagir.

Cinquante idées pour faire court…

1. Le discours sur la violence actuelle ne s’appuie pas sur une évidence statistique mais sur une meilleure visibilisation – une meilleure exhibition – du fait.
2. La surmédiatisation de la violence contribue au sentiment d’insécurité.
3. Le sentiment d’insécurité est plus important que l’insécurité objective.
4. La violence hors soi, explosive, ne doit pas faire oublier les violences en soi, implosives, autodestructrices.
5. La violence témoigne toujours d’une rupture ou d’une détérioration du lien social. Résoudre les conflits, c’est restaurer le lien
6. Un enfant devient violent le plus souvent quand lui-même est victime de violences.
7. Il est temps que l’école apprenne aux enfants à s’accepter pour pouvoir accepter les autres.
8. C’est dès l’école qu’il est possible d’acquérir d’autres comportements face aux conflits.
9. L’école a les moyens, dans l’espace spécifique et privilégié qui la caractérise, d’éduquer à la résolution des conflits.
10. Le conflit même violent, si sa résolution est bien menée, conduit certainement à un apprentissage de la vie en société.
11. L’école doit retrouver une fonction initiatrice, vers un savoir-vivre, et pas seulement vers un savoir et un savoir-faire.
12. Les élèves doivent être formés à devenir des interprètes entre offenseurs et offensés, des entre-deux chargés de restaurer la communication.
13. Les écoles doivent adopter des approches non violentes pour régler leurs problèmes internes et doivent éviter tout recours à des sanctions violentes.
14. Il faut instaurer la formation au règlement non violent des conflits, dès le plus jeune âge.
15. Il ne faut pas laisser monter et s’installer la violence, mais tenter d’en dépister les prémices et la canaliser.
16. Il s’agit de développer une vraie alternative à la vieille méthode face aux conflits à l’école : « défends-toi… ou fuis ! »
17. C’est en vivant la démocratie que l’on devient citoyen. La démocratie s’apprend le mieux dans un contexte démocratique où la participation est encouragée, où l’on peut exprimer franchement et discuter des opinions, où la liberté d’expression est garantie aux élèves et aux maîtres, et où règnent l’équité et la justice. C’est cela l’apprentissage de la citoyenneté.
18. La médiation réduit les tensions en réglant les problèmes les plus courants.
19. C’est dès l’école qu’il est possible d’apprendre à se mettre au service des autres, le cas échéant à jouer cet entre-deux pacificateur.
20. Des élèves peuvent donc aider eux-mêmes d’autres élèves, sans intervention des adultes, à résoudre toutes sortes de conflits, litiges, disputes.
21. La résolution non violente des conflits doit être intégrée aux programmes scolaires.
22. Les enseignants doivent pouvoir bénéficier d’une formation, pour être eux-mêmes formateurs d’élèves médiateurs.
23. Les programmes de médiation par les pairs sont beaucoup plus efficaces quand ils font partie d’une démarche globale de l’école, d’un « projet d’établissement ».
24. Les lieux de médiation peuvent aller de la cour de récréation pour les plus jeunes élèves à un local mis à disposition pour les plus âgés.
25. Une école doit former suffisamment de médiateurs pour assurer un tournus satisfaisant.
26. Les médiateurs bénéficient d’environ trois jours de formation pour apprendre l’écoute active, l’affirmation de soi, la décentration, la relativisation des points de vue, le non-jugement, la neutralité, les techniques de reformulation, la pratique de la médiation.
27. Les adultes exercent un contrôle sur l’activité des médiateurs et restent à leur disposition.
28. Les programmes de médiation sont des programmes d’éducation à la citoyenneté et à la civilité, en même temps qu’ils sont un apprentissage de la communication.
29. La préadolescence est une période très propice à la médiation : les jeunes de ces âges ont déjà une certaine maturité et encore une relative confiance en l’adulte. Et ils cherchent à mettre des mots sur ce qu’ils ressentent.
30. Un préalable à l’application de la résolution non violente des conflits est d’apprendre aux élèves à avoir sur eux et sur ceux qui les entourent un regard positif.
31. Une solution au conflit ne désigne ni perdant ni gagnant et doit être acceptable pour tous.
32. Le seul fait de venir raconter ce qui les oppose suffit souvent aux élèves pour éviter la bagarre, parce qu’ils apprennent à passer d’un rapport de force à un rapport de sens.
33. Des élèves ayant été médiateurs peuvent à leur tour participer à la formation de nouveaux médiateurs.
34. La formation à la médiation est un travail préventif, car il forme des jeunes qui deviennent exigeants quant au droit et à la justice.
35. Aller vers les autres, les écouter et puis les aider dans leurs problèmes, c’est une façon de combattre sa timidité, de se socialiser et de se valoriser.
36. Avec la médiation on ressent le besoin et le plaisir de rendre service, dans et hors de l’école. Il y a des bénéfices secondaires.
37. La médiation scolaire ne nie pas les conflits. Ce qu’elle cherche à éviter, c’est la fuite dans la délégation.
38. La médiation cherche à prévenir toutes les formes de violences auto ou hétérodestructrices.
39. La médiation est une démarche qui suppose la participation active des enseignants dans la construction d’un nouveau système de gestion des conflits, donc d’un nouveau système interrelationnel, à l’intérieur de leur propre milieu de travail.
40. Il faudrait qu’un maximum de professeurs soient convaincus de l’intérêt de la médiation, et qu’ils « s’y mettent » pour promouvoir cette expérience.
41. Chaque enseignant doit pouvoir s’investir dans un tel projet en fonction de ses propres disponibilités, mais en tous les cas pas dans un esprit sacrificiel.
42. Une condition indispensable à la réalisation du projet est la disposition et la disponibilité à se mettre en discussion.
43. Chaque position est à respecter et à prendre en considération. Seules la communication, la transparence et la souplesse peuvent garantir le succès du projet.
44. Le modèle de la médiation se pose comme un projet modulaire flexible tenant compte des réalités culturelles, psychologiques, sociologiques, institutionnelles et organisationnelles du lieu d’expérimentation.
45. La formation des élèves médiateurs ne peut se faire sans une sensibilisation globale de l’établissement, voire du quartier, à la résolution non violente des conflits.
46. Pour permettre cet apprentissage, le jeu et le jeu de rôles constituent des supports extrêmement utiles et pertinents.
47. En débutant la formation par la connaissance de soi, on permet aux élèves de prendre confiance en eux, de se (re)valoriser, et au groupe de mieux se connaître et de trouver une force de cohésion insoupçonnée jusque-là.
48. Il est nécessaire de lier la prise de conscience de la violence aux réactions à la violence, afin que les élèves, forts du lien établi, puissent rechercher des réponses alternatives.
49. Cet apprentissage de l’approche non violente des conflits est renforcé par la reconnaissance des différents points de vue qui peuvent exister, autour de soi, face à un même événement.
50. Faire connaissance, inspirer confiance, prendre confiance en soi et faire confiance, tels sont les prérequis à la fonction de médiateur. Et à celle de citoyen.

193Et pour conclure vraiment, parlons une dernière fois du maître et de l’élève. Relisons d’abord L’école ou la guerre civile (Meirieu et Guiraud 1997, p. 46) pour rappeler encore le rôle incontournable du maître dans l’apprentissage de la citoyenneté : « Le maître doit bâtir son identité sur l’apprentissage de la démocratie. Ses objectifs prioritaires doivent être le refus de la violence, l’accès progressif de l’enfant et de l’adolescent à la parole socialisée par la maîtrise des savoirs et la construction de la loi ».

194Et encore cette citation qui démontre bien que s’il n’y a pas à l’école de formation à la démocratie, à la citoyenneté – parlant de devoir, de droit, de respect d’autrui, de responsabilité, de solidarité – le maître « continuera à fabriquer des individus irresponsables, se moquant des lois et incapables de régler leurs différends dans la sérénité » (p. 154).

195Et les élèves, et plus précisément les médiateurs, n’oublions jamais que s’ils sont réellement des nouveaux acteurs scolaires : « Ils n’ont pas de pouvoir en tant que tel, ils ne sont pas des juges qui vont trancher, ni des arbitres auxquels on délègue la conclusion d’un différend ; ils n’ont d’autorité que morale. Si l’on s’adresse à eux, c’est parce que l’on considère qu’ils sont, non pas des gourous qui décident mais, à l’inverse, des sages qui suggèrent. Ils ouvrent une voie neuve par rapport à l’impasse où l’on s’est fourvoyé ou par rapport à un dilemme dont on veut sortir, soi-même ou avec d’autres » (Six 1995, pp. 38-39).

196Et c’est cela qui est extraordinaire. Devrait-on dire « non ordinaire » ? Et oui ! « La médiation est un non-pouvoir (…) la véritable autorité et la décision appartiennent aux deux seuls partenaires » (p. 224).

197C’est sans doute cela qu’il est le plus difficile à apprendre… et à faire entendre.

Notes

27 Ces paroles ont été recueillies en été 2002, au moment de l’évaluation de quatre ans d’expérience.

28 Nous utilisons parfois « Sn » comme abréviation de Sécheron.

© Éditions ies, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search