Version classiqueVersion mobile

En découdre avec la violence

 | 
Didier Pingeon

Avant-propos

Texte intégral

1Ce livre est l’aboutissement d’amicales et fructueuses complicités. Cela doit être dit en liminaire, car cet ouvrage est à mi-chemin entre les théories et les savoirs savants d’un côté, et de l’autre les pratiques et le sens commun. Science et bon sens. Et il a fallu, pour cela, que se rencontrent et échangent des théoriciens et des praticiens, des chercheurs et des formateurs, des enseignants, des parents, des adultes, des élèves. Merci à elles toutes, à eux tous. Certes, le thème de la violence à l’école, et surtout des réponses envisageables, est mobilisateur. Certains diraient à la mode…

2Encore fallait-il que des écoles, et plus spécifiquement le Cycle d’orientation de Sécheron à Genève, se prêtent au jeu, au risque et à l’intérêt de ce qu’on a appelé une « expérience pilote » entre 1998 et 2002 ; avec l’accord et l’aide d’une direction générale bien disposée à faire de la prévention de la violence l’une de ses priorités.

3Encore fallait-il que des maîtres donnent de leur disponibilité et de leur temps pour être formés et pour participer activement à un projet d’établissement ambitieux.

4Encore fallait-il que des formatrices à la médiation soient là et prêtes au bon moment, que des élèves se laissent inculquer un nouveau métier, celui de médiateur, que des parents adhèrent à cette démarche et donnent le feu vert à leurs enfants.

5Toutes et tous avec le même objectif : en découdre avec la violence.

6Ce texte raconte donc une expérience qui dévoile ici ses racines théoriques et idéologiques, et qui se réfère à diverses pratiques de résolution des conflits. C’est une chronique. Et c’est un guide, permettant à ceux qui pourraient être intéressés par la médiation entre élèves de trouver inspiration au travers de quelques points de repère : non pas un mode d’emploi, non pas une méthode « clé en main » mais une invitation à être eux-mêmes créateurs dans leur propre contexte.

7C’est aussi un appel à la communication, à la citoyenneté et à la solidarité.

Paroles…

8Un élève :

Dans une dispute au lieu de se battre tout de suite, on peut parler. J’ai arrêté de me battre sans arrêt et j’essaie de parler d’abord pour résoudre le problème.

9Un enseignant :

Il y a désormais un certain confort dans la gestion quotidienne des conflits. Une solution est toujours possible, voire obligée si rien d’autre n’est envisagé. Pour moi, la médiation m’a permis de ne plus fuir les conflits et grâce à cela de me rendre compte à quel point ils pouvaient être utiles.

10Un parent :

Ça a permis aux enfants de voir les choses sous un autre angle. Et pour nous, cela a rendu plus simple de montrer aux enfants que la violence ne résout pas tous les problèmes. Les enfants sont plus conscients de leur droit de se protéger par le dialogue. Ils deviennent plus solidaires.

L’expérience continue…

11En 2002, tous les élèves sont formés à la médiation. C’est la fin de l’expérience pilote, qui fait l’objet d’une évaluation favorable. Depuis, et jusqu’en 2007, l’école s’approprie le modèle, de nouveaux maîtres sont formés, au point de renforcer sensiblement cette culture de la médiation. Et chaque année, les élèves de 7e année sont formés à être médiateurs. Cela coûte du temps, cela coûte de l’argent. Il s’agit année après année de trouver les ressources nécessaires. Rien n’est jamais acquis. Et quelques rares détracteurs voudraient bien faire des économies, ou proposer d’autres modèles moins onéreux. L’enjeu de l’expérience de Sécheron, et des nouvelles expériences qui s’en inspirent, c’est de former tous les élèves, pour l’école et pour la vie. La pratique de Sécheron, c’est à la fois remédier, mais c’est aussi et surtout prévenir. La prévention n’a pas de prix !

© Éditions ies, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search