Version classiqueVersion mobile

Le geste de Fernand Deligny

 | 
Françoise Tschopp

Postface de Fernand Deligny

Fernand Deligny

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Reproduction de la postface envoyée par Fernand Deligny à Françoise Tschopp, le 2 mars 1989.

Image 100000000000033900000448B5FBD85958EE08A2.png

Le 2 mars 1989

J’ai toujours été étonné – et quelquefois navré – de m’apercevoir de l’attrait que pouvaient avoir des pages écrites en légende d’une démarche dont le souci constant a toujours été de situer le langage pour ce qu’il est : inéluctable leurre.

Et le fait est que je n’écris pas pour dire, mais pour effacer ce qu’on (se) dit, ou dira, ou dirait.

Ma longue rencontre avec des enfants dits autistes a été coïncidence probante. Au hasard de mes lectures, j’ai rencontré de mes semblables, ne serait-ce que pour la dérive qui les avait entraînés loin de l’Empire du Signe pour parler la langue même de R.L. Stevenson parti en quête de l’Image – de l’Image qui n’est pas signe – tout comme le capitaine Achab est parti sans retour à la recherche de Moby Dick. Il a dû croiser, au moins de loin, J. Conrad quelque peu hagard, aux aguets de cette même Image qui nous vient de si loin qu’il ne faudrait ...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search