Version classiqueVersion mobile

Le geste de Fernand Deligny

 | 
Françoise Tschopp

Deuxième partie. Gestes de mots et abstinence éducative

Chapitre 5. Deligny et le pouvoir : une posture politique ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Je suis libre signifie toujours : je puis enfin ne pas me battre. Ne pas se battre est la première des exigences de la liberté, la première de ses requêtes. »
Michel Serres, Rome, le livre des fondations, 1983, p. 1

La question du pouvoir accompagne toute expérience éducative. Cette question, bien que jamais abordée de front par Deligny, traverse l’ensemble de ses tentatives et de ses écrits. Le problème du pouvoir est présent en filigrane dans toute son œuvre, mais il est explicité synthétiquement dans un texte de 1982, publié dans Traces d’I. Autisme, sciences humaines et philosophie, écrit par Jean-Michel Chaumont et Deligny.

Sans l’analyser dans toutes ses implications et ses finesses, il me semble instructif d’en présenter les lignes de force. Pour définir le pouvoir, Deligny commence par situer d’où il parle : d’un lieu, d’un ensemble de lieux singuliers où vivent trente personnes, dont quinze enfants autistes. Il s’agit d’une Utopie, « une société infinitésimale dépourvue de P...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search